Navigation – Plan du site

Le statut de la traduction dans les éditions bilingues : de l’interprétation au commentaire 

Hilla Karas
p. 137-160

Résumés

Le commentaire accompagne couramment la réédition d’œuvres consacrées, dont il est censé orienter la lecture ; la traduction se substitue à sa source en en produisant une lecture différente. Cet article vise à traiter d’une pratique différente et cependant liée aux précédentes : l’édition bilingue qui agence traduction et texte original.

Le fonctionnement de l’édition bilingue sera étudié à travers trois éditions bilingues d’Aucassin et Nicolette. Ces publications consistent en l’édition critique du manuscrit, la traduction et l’appareil critique, dont les notes semblent la composante la plus pertinente pour la lecture de l’œuvre même. Cette méthode permet au lecteur d’avoir accès non seulement aux textes mais aussi au contexte linguistique, littéraire et culturel de l’original.

La lecture combinée de l’original avec sa traduction exerce un double effet : d’abord, elle permet de comparer les textes entre eux, rendant l’espace qui les sépare plus visible. En second lieu, elle révèle un rapport de complémentarité, la traduction elle-même fonctionnant à certains égards comme un commentaire, voire comme un renvoi aux notes. Il s’agirait de vérifier si ce mécanisme de comparaison et de complémentarité suit des principes, et lesquels. La portée de cette disposition au plan énonciatif de la lecture sera explorée, ainsi que le nouveau statut conféré au traducteur et au texte lui-même.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Mme le Professeur Hava Bat-Zeev Shyldkrot, de l’université de Tel Aviv, et M. le Professeur Lieven D’hulst, de la Katholieke Universiteit Leuven, pour leurs précieux conseils et commentaires.

1Dans la pratique courante, les traductions des œuvres littéraires sont lues en l’absence de leur original, et la conscience que le lecteur peut avoir des écarts entre les deux textes ne survient guère qu’au détour d’une formulation déroutante. Il s’ensuit que les modifications, les omissions, les additions, les paraphrases ou les contextualisations peuvent facilement passer inaperçues, sans renvoyer au fait de la traduction, car le texte est présenté comme un document singulier et fini. Seul un retour délibéré à l’original et la comparaison entre les deux textes permettent alors de repérer ce fait. Il n’en est pas de même avec les éditions bilingues qui font coexister original et traduction, l’une en regard de l’autre. Cette coexistence dans l’espace organisé de la double page n’est pas sans incidences sur les relations qu’entretiennent les deux textes, qu’ils soient historiquement éloignés l’un de l’autre ou contemporains. Leur saisie, presque simultanée dans l’immédiat de l’acte de lecture – si le lecteur le veut bien – a pour effet de les re-lier et, à certains égards, de modifier leur relation, les rapprochant d’autres modes de traduction comme, par exemple, l’auto-traduction.

2La décision de présenter l’original et la traduction accompagne l’histoire de la traduction et remonte vraisemblablement à ses débuts 1. Les éditions bilingues d’aujourd’hui se situent donc dans le fil des publications bilingues depuis les textes les plus anciens (glossaires bilingues suméro-akkadiens), les traductions de la Bible 2, des textes grecs et latins, contribuant ainsi au développement du système linguistique d’arrivée et de départ, selon les cas. Il y aurait donc intérêt à examiner l’évolution historique de ce genre d’ouvrages selon des paramètres tels l’identité des rédacteurs, les types et genres de textes concernés, les objectifs et le lectorat visé. L’établissement d’une typologie des éditions bilingues serait également envisageable tant les objectifs peuvent être variés. Par exemple, l’original dans une langue étrangère ou dans un alphabet probablement inaccessible au lecteur peut ne satisfaire qu’un but « décoratif » 3. Nous délaisserons toutefois cet aspect de la question ainsi que la perspective historique pour nous attacher, dans cette étude limitée, à l’examen fonctionnel d’éditions bilingues, en particulier celles dont les objectifs didactiques sont clairement affichés.

3Dans cette optique, l’acte de traduction est généralement précédé d’un travail interprétatif expliquant et analysant le contexte historique et littéraire, travail dont les fruits peuvent offrir un éclairage sur le contenu et le code linguistique ainsi que sur la traduction elle-même. L’incorporation de ces éléments interprétatifs dans le texte s’effectue souvent au moyen d’opérations telles que l’omission, l’addition ou d’autres types de modification. Celles-ci « risquent » un repérage immédiat du lecteur de l’édition bilingue, en particulier pour les textes d’époques antérieures de la même langue. Celui-ci est ainsi guidé dans sa lecture de la traduction et sa compréhension de l’original, et la traduction elle-même se présente alors comme le commentaire abouti de la recherche et de la réflexion qui la bordent, ou la débordent, sous forme de gloses ou notes explicatives, commentaires explicites de justification.

4C’est à partir de cette considération, et en nous appuyant sur les travaux de Cees Koster (2002) et Axel Bühler (2002) que nous nous proposons de comparer trois traductions avec édition critique du même ouvrage : Aucassin et Nicolette. Chaque édition critique a été élaborée par les traducteurs eux-mêmes à partir du seul manuscrit d’Aucassin et Nicolette 4, et les trois traductions, de Jean Dufournet (1973), Marie-Françoise Notz-Grob (1997), et Philippe Walter (1999), accompagnées de notes et d’un appareil critique 5, appartiennent donc à la catégorie des éditions bilingues à vocation didactique, mettant à la portée du public un texte ancien qui n’est sans doute plus compréhensible pour la majorité de nos contemporains. Notons que les différences entre les éditions critiques présentées presque explicitement comme la source des traductions sont assez limitées. Elles comprennent principalement des divergences dans l’emploi des majuscules ou de la ponctuation, ou bien dans la division en mots dans des cas particulièrement obscurs 6. C’est pour cette raison que nous considérons ces trois publications comme des traductions d’un seul texte et, plus qu’à la comparaison entre différentes solutions traductives d’un même problème, nous nous intéresserons ici aux attitudes envers le format bilingue. De ce point de vue, les traductions établissent un rapport de complémentarité et non de concurrence entre elles.

5Tenant compte, par conséquent, des implications de l’édition bilingue d’un texte dans un état plus ancien de la même langue et non dans une langue étrangère contemporaine, notre étude s’attachera à montrer que la présentation sous cette forme bilingue induit des modalités de rédaction et de lecture particulières, tout en conférant à la traduction un statut énonciatif et interprétatif complexe. Nous décrirons comment le dispositif visuel propre à la coprésence de l’original et de la traduction crée, avec les notes liant ces deux éléments, des modalités de lecture spécifiques. Puis, nous compléterons cette étude par l’analyse de l’influence du rapport énonciatif, social et critique entre lecteur et traducteur sur le statut du texte et de ses éléments.

Mise en page et lecture

6La présentation des deux textes en vis-à-vis, dans les éditions bilingues à vocation didactique, impose une modification de la mise en page courante, et se distingue de celle d’autres éditions érudites, telles celles présentant des traductions seules, annotées ou non 7. Cette mise en page différente paraît indiquer, ou même encourager, différents modes de lecture que nous tâcherons de décrire sans nous limiter à un groupe particulier de lecteurs ni à des circonstances spécifiques de lecture.

7Nos trois exemples affichent l’édition critique du texte – c’est-à-dire un texte déjà re-travaillé mais souvent perçu, dans ce type de publications, comme l’original – sur la page de gauche, et la traduction sur la page de droite. La concordance des deux se maintient au niveau des chapitres, qui commencent à des pages parallèles dans les deux textes, et pour deux des trois exemples (Dufournet, 1973 et Walter, 1999), également au niveau du paragraphe (commençant à la même ligne). Il est clair que cette disposition invite à une lecture parallèle consistant en la consultation des deux côtés de la double page. Le fait que l’original occupe la page de gauche signale généralement son antériorité chronologique supposée et reflète, semble-t-il, l’ordre souhaité de la lecture.

8Cependant, la parité initiale apparente entre texte de départ et texte d’arrivée est subrepticement remise en cause dès que l’observation s’attache aux détails. Par exemple, des différences entre les éditions apparaissent dans la numérotation des fragments, au niveau des chapitres, des pages et des lignes. Chez Dufournet les lignes sont numérotées dans les deux versions tandis que, chez Walter, cette numérotation est absente ; chez Notz-Grob seule l’édition critique est numérotée, ce qui semble s’expliquer par le fait que dans ce volume les numéros des lignes servent de référence pour les notes de l’appareil critique qui, lui, se base sur le texte ancien.

9C’est ce même appareil critique, au sens large, qui accompagne les textes et les rend plus accessibles au grand public, tout en visant bien évidemment l’étudiant ou tout autre lecteur particulièrement intéressé. Il serait logique d’assumer que les trois ouvrages du corpus visent les deux publics : Dufournet le déclare dans sa note liminaire, l’avis concernant la collection « Lettres Gothiques » figurant sur la couverture de la version de Notz-Grob mentionne plutôt le grand public, tandis que « Folio classique » s’adresse surtout aux étudiants :

En préparant ce petit livre, nous avons pensé à plusieurs catégories de lecteurs. D’abord, nous avons voulu mettre à la disposition du grand public cette belle et fine histoire d’amour ; aussi l’avons-nous accompagnée d’une traduction et publiée dans une collection à grande diffusion. Ensuite, nous avons cherché à donner un instrument de travail tant aux élèves des lycées qu’aux étudiants des facultés.
(Dufournet, 1973 : 37)

La collection Lettres gothiques se propose d’ouvrir au public le plus large un accès à la fois direct, aisé et sûr à la littérature du Moyen Âge. Un accès direct en mettant sous les yeux du lecteur le texte original. Un accès aisé grâce à la traduction en français moderne proposée en regard, à l’introduction et aux notes qui l’accompagnent. Un accès sûr grâce aux soins dont font l’objet traductions et commentaires. La collection Lettres gothiques offre ainsi un panorama représentatif de l’ensemble de la littérature médiévale.
(Notz-Grob, 1997 : couverture verso)

Reprenant un domaine développé dès 1957 par Gallimard au sein du « Livre de poche classique », « Folio classique » voit le jour en 1994. Sous la direction de Jean-Yves Tadié, cette ligne destinée aux étudiants se développe en subtiles déclinaisons
[…]
(La Meslée, 2006)

10Or, la conjonction de l’appareil critique et de l’édition de poche à prix accessible, vendue dans les librairies générales, laisse penser en effet que les deux types de public sont visés.

11Certains des éléments critiques (la préface, l’introduction, le dossier sur les aspects littéraires et musicaux, la chronologie, la bibliographie sélective et les notes historico-culturelles) concernent l’ouvrage en tant qu’entité virtuelle unique plutôt que plusieurs entités matérielles, traitant implicitement la distinction entre manuscrit, édition et traduction comme non pertinente. D’autres éléments concernent plus directement l’établissement de l’édition critique, comme les notes liées aux modifications que le texte a subies, aux difficultés linguistiques ou stylistiques. Enfin, la traduction en tant que telle se voit justifiée par des notes qui lui sont explicitement consacrées chez Notz-Grob (1997), et renvoient ainsi à l’acte de la traduction. Les deux autres publications présentent des explications similaires en guise d’informations littéraires ou linguistiques comprises dans les notes finales, sans créer une catégorie séparée pour les notes sur la traduction.

12Ces notes discutant brièvement les choix traductifs ne sont qu’une partie d’un ensemble de composantes paratextuelles qui se réfèrent explicitement au décalage, ou à la distinction, ainsi exposés entre l’original et la traduction. Certes, l’inscription « traduction » sur la couverture et le frontispice du volume souligne cette distinction, mais l’espace même entre original et traduction est occupé en effet par certains types de notes, qu’elles soient finales ou en bas de page, que nous décrirons ici. Leur contenu renvoie souvent, justement, à l’écart séparant les deux versions, et parfois même indirectement les deux idiomes.

13Voici quelques exemples :

14– Notes justifiant le choix traductif par des considérations littéraires ou autres. Les cas les plus flagrants se trouvent chez Notz-Grob. Ainsi, cette dernière explique qu’elle reproduit par son choix de mots une topicalisation à effet littéraire : « Nous rendons par “vénérés” ou “vénérables”, avec l’effet d’écho, la valeur topique des démonstratifs – valeur qui participe à l’effet de dérision. » (Notz-Grob, 1997 : 640, n. 2).

15– Notes linguistiques ou littéraires décrivant la différence de sens entre un mot en ancien français et son homonyme ou homophone en français moderne. Ainsi, Dufournet explique implicitement pourquoi il remplace biax enfans petis non pas par enfants mais par jeunes gens :

 […] l’expression deux biax enfans marque seulement la tendresse. En fait, ils ont entre quatorze et vingt ans […]. Sans parler des chansons de geste, Marie de France, dans le Lai des deux amants, appelle enfant le garçon qui porte son amie jusqu’au sommet de la montagne. (Dufournet, 1973 : 164, n. 2).

16– Notes fournissant des justifications semblables pour le remplacement d’un nom propre familier du lecteur contemporain, par un autre. C’est le cas de Carthage qui devient Carthagène chez tous nos traducteurs : « […] il s’agit très vraisemblablement de Carthagène en Espagne, province de Murcie […], fréquemment mentionnée dans les chansons de geste. À l’époque, cette ville est censée être occupée par les Sarrasins. » (Walter, 1999 : 189, n. 2 [notes pour page 39].

17– Éclaircissement d’une traduction insolite sans parallélisme, à première vue, avec l’original, comme pour Vieux de la vieille, dont l’original n’est pas clair. Ainsi, Walter fournit l’histoire du débat philologique quant à l’expression vielantif, qui

a posé de nombreux problèmes de compréhension. Certains érudits ont voulu corriger le manuscrit […] mais Vielantif semble bien être un nom propre. C’est le nom du cheval de Roland dans La Chanson de Roland. Il s’agit ici probablement du sobriquet porté par le compositeur de la chantefable suggérant en outre un jeu de mots entre viel (adj. « vieux ») et vielle (instrument de musique). (Walter, 1999 : 187, n. 2)

18– Explication d’une omission, comme le cas où Dufournet omet le mot que  et opère ainsi un changement de ponctuation et de syntaxe : Que se pere l’i laisse devient Son père ne lui refuse-t-il pas son accord ? ; Dufournet explique : « Que est difficile à rendre. Nous y voyons une conjonction causale, qui exemplifie le vers précédent » (Dufournet, 1973 : 167, III, n. 3).

19La lecture, qui est supposée suivre l’affichage en regard des textes de départ et d’arrivée, n’accepte donc pas automatiquement la traduction comme équivalente ou comme point de repère incontesté pour l’apprentissage de l’ancien français ou de sa littérature. Les notes justifient, explicitement ou implicitement, les choix du traducteur forcé de tenir compte de ce qu’aurait pu attendre un lecteur imaginé. Les trois éditions d’Aucassin et Nicolette que nous comparons ici visent en effet un lecteur possédant une curiosité pour la langue plutôt qu’une véritable maîtrise de cette langue. De même, on peut estimer que les notes ont été aussi rédigées en anticipant sur des questions sollicitées par le mode de lecture induit par la décision de présenter les textes en regard l’un de l’autre. Cette disposition entraîne, presque inévitablement, la comparaison de l’original avec la traduction suivie par une seconde comparaison, cette fois celle des solutions traductives avec les attentes lectoriales ; celles-ci sont probablement basées sur des connaissances linguistiques, littéraires et culturelles, ainsi que sur des conceptions de la traduction. Enfin, dans le cas où il apparaît une incompatibilité dans la première ou la deuxième comparaison, les notes servent à rétablir l’adéquation entre les deux pôles.

20S’appuyant sur cet appareil critique, le lecteur acquiert la possibilité de mentalement valider ou non les traductions et les commentaires qui l’accompagnent. C’est à ce stade que la traduction elle-même s’affiche comme une interprétation particulière et alors, comme le commentaire abouti, engendré par le travail critique préliminaire à l’édition de l’original. Il convient de consolider d’abord le statut interprétatif de nos traductions bilingues au-delà du fait que la traduction est, sans doute, inséparable de l’interprétation, quel que soit le mode de présentation du texte traduit. Les éditions bilingues manifestent, voire revendiquent, ce statut d’interprétation. Nous explorerons la visibilité de l’aspect interprétatif à l’aide des articles de Bühler et de Koster, dont les perspectives diffèrent mais se complètent. Bühler distingue certaines activités d’interprétation dont les buts coïncident avec ceux d’une traduction :

 [T]he action of translating involves identifying the communicative intentions of the author of the source text. The interpretation aim of identifying the communicative intentions of a speaker is therefore also an aim of translating. […] The source text transports certain thoughts, and the target text should enable us to infer these thoughts. The identification of an author’s thoughts is therefore also an aim of translating. […] When the translator identifies the communicative intentions and the thoughts of those who produced the source text, he or she has to determine the conventional meanings of the elements of the source text, of lexical elements as well as of syntactic structures[…]. Only when this is accomplished can he or she infer the meaning of expressions as intended by the author, and then incorporate expressions with a similar meaning into the target text. (Bühler, 2002 : 66, c’est nous qui soulignons)

21Une traduction consiste donc généralement en plusieurs types d’interprétation, tels que le déchiffrement des intentions communicatives de l’auteur, du contenu du message, littéral ou non, ou de l’attitude et des idées auxquelles le message fait allusion. Notre corpus illustre ces cas. Ainsi, Jean Dufournet remplace bons vers oïr del deport du viel antif par de bons vers que, pour se divertir, un vieux bonhomme écrivit (1973 : 42-43) pour expliciter un raccourci obscur d’un seul substantif par une subordonnée. Dans un autre paragraphe, il reproduit les valeurs communicatives quand il remplace un exclamatif par un autre, conservant non pas le sens mais plutôt l’effet pragmatique : Di va ! faus, que vex tu faire ? est traduit par : Allons, fou, que veux-tu faire ? (Dufournet, 1973 : 48-49).

22Les modifications opérées par Dufournet illustrent les activités interprétatives-traductives mentionnées chez Bühler. Dans le premier cas, le traducteur avait choisi une explication pour les termes problématiques deport et viel antif parmi plusieurs disponibles. Ensuite, il a procédé à une explicitation de leur contenu par l’ajout d’une information à peine évoquée dans l’original (le vieux écrivit l’histoire) et par une structure syntaxique plus développée. Ce faisant, il dépouille le contenu littéral du message et les allusions qu’il contient. Dans le second exemple, c’est l’interprétation des intentions communicatives de l’auteur qui permet à Dufournet de remplacer un élément par un autre tout en conservant une valeur exclamative sans garder le sens dénotatif.

 [I]l prissent Nicolete et Aucassin, et si loierent Aucassin les mains et les piés, et si le jeterent en une nef et Aucassin en une autre

[ils] attachent Aucassin par les mains et par les pieds, le mettent dans un bateau, et Nicolette dans un autre.

23L’interprétation de Walter est la suivante : le pronom le représente Aucassin, mentionné dans la phrase précédente ; la dernière phrase inclut donc une répétition illogique, selon laquelle Aucassin est jeté simultanément dans deux navires différents. Walter corrige en substituant le nom de Nicolette à celui d’Aucassin. C’est d’ailleurs un exemple illustrant la difficulté de dégager l’interprétation de l’évaluation, au sein d’une opération de traduction, car Dufournet traite cette même phrase en faisant plus de crédit à l’auteur. Le traducteur comprend le comme pronom personnel féminin, ce qui est acceptable dans le français picardisé caractérisant l’ouvrage ; par conséquent, il remplace le pronom par le nom de Nicolette, car le pronom la dans la traduction aurait été trop loin de son antécédent selon l’usage du français moderne. En fait, au lieu de supposer que l’original est peu précis, il adapte sa version à son interprétation confiante (Dufournet 1973 : 142-143, 188, n. 3) et traduit [I]ls lièrent les mains et les pieds de celui-ci ; ils jetèrent Nicolette dans un navire et Aucassin dans un autre.

24Remarquons que ce changement n’est même pas repérable chez Notz-Grob car elle l’insère directement dans l’édition (1997 : 690), exerçant sa prérogative d’éditrice.

25Il est clair que l’appareil critique, composante quasi obligatoire de nos jours pour les éditions bilingues de ce genre, participe du commentaire. Ce qui le distingue de la traduction de ce point de vue est le fait que la traduction est formulée non comme méta-texte mais comme une réactualisation de l’original, portant les traces de l’interprétation choisie par le traducteur. Ces traces témoignent du travail effectué et d’une lecture personnelle du texte de départ. Quand une traduction remplace son texte de départ, elle possède également, à côté du statut de texte dérivé, celui de texte indépendant, dans lequel la présence du traducteur « en tant que catégorie abstraite se manifeste dans les différences entre texte source et texte cible » (Koster, 2002 : 33, notre traduction) 8. C’est pourquoi l’environnement de la traduction classique réduit considérablement la visibilité du traducteur et de l’acte de traduction, ce que Koster appelle le « schéma énonciatif double », où auteur et traducteur servent ensemble comme énonciateurs, et où le traducteur joue aussi le rôle de lecteur de l’original. Le schéma est illustré par le tableau suivant :

Duplication of communicative roles in translation:

Translator:

STA

TTS

Author:

STS

TTS

Describer:

STA

TTA

STA:

Translator

Describer

TTS:

Author

Translator

TTA:

Describer

Recipient

STA: source text addressee, TTA: target text addressee, TTS: target text sender, STS: source text sender. (Koster, 2002 : 28-29).

26Or, dans une traduction classique, non seulement la présence du traducteur lui-même est discrète, mais son commentaire l’est aussi, d’une certaine manière. Bühler, quant à lui, décrit cette spécificité énonciative en expliquant qu’une interprétation est transmise en une des deux voies :

Two different kinds of texts can be products of interpreting activities […] : first a text reporting the result of the interpreting activity and arguing for and justifying this result, second a text merely reporting the result of the interpreting activity without arguing for it. (Bühler, 2002 : 69-70)

27En règle générale, dit-il, une traduction est une interprétation non argumentée qui n’est pas déclarée par une formule comme « l’auteur veut dire ceci » ; elle adopte plutôt la perspective de la personne ayant produit le texte source et non celle du traducteur (fait qui est reflété par la double occupation de la position TTS chez Koster). De cette manière, insiste Bühler, le rôle du traducteur en tant que médiateur dans la situation de communication est accentué aux dépens de son rôle de rédacteur du texte cible, parce que sa position énonciative n’est pas séparée de celle de l’auteur original (2002 : 72).

28Ces deux descriptions, de Koster et Bühler, mettent en évidence que la façon habituelle de publier des traductions dissimule le traducteur ainsi que le processus d’élaboration de sa version. Par contre, dès que la présence du traducteur devient explicite et que son texte s’avère être une interprétation, et au-delà, une interprétation argumentée, le traducteur et son texte sont mis en cause et contrôlés par le lecteur. Nous avons en effet pu voir l’influence que l’accès au texte source exerce sur la lecture imaginée et par conséquent sur le contenu, tandis que la simple possibilité de repérer les changements introduits remet le traducteur dans sa position de rédacteur et d’énonciateur, et son texte retrouve sa nature interprétative avec l’autorité limitée qui en découle9.

29Les notes et la mise en page ont donc une influence sur la visibilité du traducteur qui se trouve capable d’influencer à son tour la manière dont le texte entier sera compris, et ce, entre autres, précisément à l’aide des notes. La simple existence des notes informatives qui sont tout autant des justifications masquées est significative. De même, la non-addition d’une note justificative indique que le rédacteur de la traduction considère le changement opéré comme parfaitement acceptable par son lecteur, ne nécessitant aucune forme d’élucidation.

Traduction-transformation

30Nous voudrions maintenant examiner quels genres de changements passent inaperçus et lesquels nécessitent une explication, autrement dit, quels sont les paramètres qui déterminent cette exigence. Notons que dans le champ de la littérature il est souvent difficile de séparer le contenu, les formes littéraires et les formes linguistiques les uns des autres ; c’est même le principe de la fonction poétique (Jakobson, 2000 [1959]) ou de la communication esthétique caractérisant la littérature (Koller, cité chez Nikula, 2004 : 663). Nous allons donc associer contenu, langue et littérature en les classant selon la justification des changements indiqués : justification explicite, justification implicite et absence de justification.

31Certains types de changements n’ont pas lieu, tout simplement. Ainsi, le contenu possède un statut privilégié dans le sens où l’omission de longs fragments de texte n’est plus acceptée, comme elle le fut à certaines époques, par les lecteurs d’aujourd’hui : il n’y en a aucune dans les trois ouvrages consultés, bien que le texte l’ait subie antérieurement 10. Les exemples cités par la suite illustreront qu’une modification plus limitée du contenu, comme une courte phrase annexée à la précédente, est bel et bien acceptée telle quelle.

32Certains traits littéraires laissent des traces considérables. Bien que ces traits littéraires aient été éliminés dans la traduction, ils se reconstruisent non pas directement dans la version moderne mais dans les notes du chercheur. Les références intertextuelles semblent mériter un commentaire explicite. Ainsi, Dufournet remarque que la description d’Aucassin se préparant au combat contient le motif de l’armement du chevalier (Dufournet, 1973 : 172, IX : 4) ; et Walter rend explicite la signification d’une formule employée par le narrateur :

Qui veut entendre : formule d’interpellation qui peut rappeler celle des chansons de geste. D’emblée, elle place l’œuvre sous le signe de l’interprétation orale beaucoup plus que de la lecture silencieuse. On comparera avec le prologue de La Prise d’Orange (chanson de geste du xiie siècle) : Oez, seignor, franc chevalier honeste ! / Plest vos oïr chançon de bone geste ? (« Écoutez, seigneurs, nobles chevaliers d’honneur ! Vous plairait-il d’écouter une bonne chanson de geste ? »)
(Walter, 1999 : 187, n. 1)

33Notons que cet aspect est moins ostensiblement présent dans l’original, du fait qu’il ne relève pas d’un élément formellement discernable mais d’une connotation nécessitant des connaissances préliminaires. Celles-ci sont moins accessibles au lecteur moderne non averti qu’elles ne l’étaient à l’auditeur ou au spectateur médiéval, au point où le contemporain risque de ne pas avoir conscience d’un manque. Or, quand les écarts entre les deux versions (l’original et sa traduction) ne sautent pas aux yeux, les notes ont moins de chance d’être lues.

34En revanche, d’autres changements ne suscitent pas de référence explicite. Certaines suppressions non justifiées appartiennent au domaine formel du texte. Ainsi, les strophes en vers, constituant une partie considérable de notre texte, se caractérisent par des vers heptasyllabiques assonancés et se terminent par un vers orphelin de quatre syllabes. Tout cela n’est reflété dans la traduction que par la forme des paragraphes et aucun indice de la composante métrique n’apparaît. Le lecteur aurait éventuellement accès à ces traits formels en lisant l’édition critique.

35D’autres composantes littéraires et stylistiques du texte disparaissent également sans laisser de traces apologétiques. Mentionnons comme premier exemple celui des binômes synonymiques, à savoir des couples de termes coordonnés à signification similaire, dont l’usage était très répandu dans la littérature française médiévale. Les traductions modernes tendent à les faire disparaître, comme dans le cas suivant :

Nicolete fu en prison, si que vous avés oï et entendu[…]

Nicolette, comme on vous l’a bien fait entendre […] (Notz-Grob, 1997 : 641 l. 1)11

36Un destin semblable est réservé aux verbes passe-partout et fréquents tels que faire, qui se voient remplacer par des verbes d’énonciation plus précis :

fait li quens

dit le vicomte (Notz-Grob, 1997 : 641 : l. 13)

37De façon similaire, des phrases « trop longues » se trouvent divisées tandis que des courtes s’intègrent dans leurs voisines :

Li quens Garins de Biaucaire estoit vix et frales, si avoit son tans trespassé. Il n’avoit nul oir, ne fil ne fille, fors un seul vallet. Cil estoit tex con je vos dirai.

Le comte Garin de Beaucaire était un vieillard fatigué qui avait fait son temps. Il n’avait nul héritier, fils ou fille, à l’exception d’un seul garçon dont voici le portrait. (Dufournet, 1973 : 44-45)

38Il est important de noter dans ce contexte que la ponctuation, et donc la division en phrases, dépendent principalement de l’éditeur du manuscrit ; vu que dans nos livres l’éditeur et le traducteur sont identiques, nous ne pouvons pas avoir recours à l’explication selon laquelle le traducteur conteste l’interprétation de l’éditeur. Il s’ensuit que la modification relève de l’acte de traduction.

39Finalement, les propriétés de la langue d’origine sont un aspect à considérer à part. Certes, nous avons vu que les évolutions sémantiques et lexicales suscitent très souvent de longues notes du genre de celles citées ci-dessus. Cependant, ces traits ne sont pas représentés dans la traduction elle-même, malgré l’importance attachée à l’ancien français dans les milieux éducatifs et universitaires. Il semblerait qu’il s’agisse d’une tautologie, puisque l’essentiel du traduire est bien le passage entre langues à propriétés différentes, ce qui justifie précisément la non-reproduction de l’idiome de départ. Or, son poids dans les traductions en général varie au point d’engendrer diverses sortes d’hétérolinguisme, à savoir « la présence dans le texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien [la présence] de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (Grutman, 1997 : 37). Il arrive, par exemple, que le traducteur donne une formulation quasi littérale reproduisant une grande partie de la syntaxe et du vocabulaire du code original, comme cela a été effectivement fait dans des traductions antérieures d’Aucassin et Nicolette 12. De cette manière, l’ancienneté de la langue de départ et certaines structures et vocables parviennent au lecteur moderne. Toutefois, le procédé demeure rare dans les trois éditions bilingues que nous avons examinées. Il semble que la séparation absolue des propriétés de la langue source et de celles de la langue cible ne fasse qu’accentuer l’existence d’un décalage entre les textes et entre les langues et invite le lecteur à la consultation des notes quasiment toujours didactiques. C’est précisément la non-reproduction des structures, qui constitue parfois l’occasion d’élucider une question grammaticale. Par exemple, Dufournet remplace l’infinitif Esters par une subordonnée pour décrire le fonctionnement nominal de l’infinitif :

Nicolete,baix esters,

Nicolette, si belle lorsque vous êtes immobile (Dufournet, 1973 : 60-61)

40Voici la note correspondante : « Esters : Infinitif substantivé. Jouant le rôle d’un nom, cet infinitif prend la marque du cas sujet, peut être précisé par un adjectif et précédé d’un article. » (Ibid., 170 : n. 4)

41Les cas d’une différence de sens entre un terme en ancien français et son homonyme moderne, ayant évolué avec le temps, sont à rapprocher de cette catégorie également. Le soulignement de l’écart entre les idiomes sans tentative d’imiter l’original de très près crée une complémentarité entre les deux textes, où la traduction sert, en quelque sorte, de manuel de lecture pour l’original ou d’index renvoyant aux explications. Ainsi, la lecture du passage cité suivant ce principe procéderait selon les trois étapes décrites précédemment : d’abord, la comparaison entre traduction et original révèle une divergence : l’infinitif n’est pas traduit par un infinitif ou par un substantif à forme d’infinitif (bel être). Cette divergence est vue comme troublante si elle ne correspond pas aux attentes du lecteur, par exemple dans le cas où il ne possède pas les connaissances linguistiques qui la justifieraient. Ensuite il consulte les notes et y trouve la solution de ses hésitations, doublée d’un nouveau savoir.

42L’effacement, dans la traduction, à la fois des effets littéraires et linguistiques, dérive peut-être d’une motivation commune : la lecture imaginée ne se contente pas de comparer, mais complèterait un texte à l’aide de l’autre. Les aspects littéraires tels la versification ou la prosodie, peut-être moins pertinents aux yeux d’un philologue, restent accessibles grâce à la présence de l’original ; l’enseignement linguistique qui, au contraire, lui est cher, s’effectue justement grâce à la non-imitation des propriétés linguistiques de l’idiome de départ par la traduction et à une fidélité maximale au contenu référentiel. Le mode d’emploi ou de lecture, permettant la complémentarité entre les deux textes et son évidence – il n’est nulle part explicité – est propre aux éditions bilingues.

Particularités des traductions intralinguales

43Les éditions bilingues ancien français-français moderne possèdent deux particularités qui peuvent éclairer l’effacement portant sur le style et sur la langue. Au-delà de leur rôle pédagogique, les rédacteurs des versions discutées ici – à la différence du traducteur littéraire ordinaire – bénéficient d’une caution institutionnelle forte du fait de leur ancrage universitaire. En effet, ils tendent moins à s’expliquer que les autres traducteurs littéraires en situation bilingue : Hewson observe qu’en général ces derniers se sentent souvent obligés de s’excuser pour les « infidélités » ou d’expliquer que leur traduction est « fidèle et précise sans être strictement littérale » (1993 : 142, notre traduction) 13. Aucun de nos traducteurs, ayant consciemment préparé une publication bilingue, ne participe à ce jeu d’auto-justification, malgré les divergences si évidentes du genre décrit ci-dessus, ce qui semble indiquer un degré plus élevé de confiance. Ils se contentent de décrire brièvement les critères qui les ont guidés dans l’élaboration de l’édition critique, constituant la partie scientifiquement reconnue de leur travail. La traduction de Notz-Grob est la seule à distinguer trois catégories de notes, dont une catégorie se réfère à la traduction. Certaines de ces notes présentent effectivement des justifications explicites des décisions traductives, tandis que les autres discutent plutôt de points historiques, linguistiques ou littéraires. Par contre, la politique de la collection annoncée sur la couverture de cet ouvrage mentionne « les soins dont font l’objet traductions et commentaires » mais semble négliger, pour sa part, l’établissement des éditions critiques. Il convient cependant de rappeler qu’à la différence des langues étrangères contemporaines, l’état ancien de la langue ne compte plus aucun locuteur natif, ce qui dépose tout le savoir et donc l’autorité ultime concernant ce code entre les mains de ces spécialistes.

44Le statut universitaire de ces traducteurs leur permet d’exécuter et d’exposer toutes ces opérations en affichant une démarche ambivalente envers le texte de départ : d’une part ils manifestent un grand respect du texte en le mettant directement à la portée du public, d’autre part, leur traduction constitue un texte monolithique, stable et cohérent grâce à une harmonisation linguistique et à l’élimination des points obscurs. L’œuvre littéraire se transforme ainsi en un objet canonisé dans la mesure où il est considéré comme un monument national valorisé, digne de l’attention d’un public savant. Or, cette attention porte sur un déchiffrement herméneutique plutôt que sur sa valeur esthétique ou sur la réaction émotionnelle qu’il suscite chez le lecteur en tant qu’œuvre d’art, imposant ainsi, au-dessus de tout, l’optique philologique 14. Celle-ci est accompagnée d’un modèle de lecture compatible, où la comparaison et la complémentarité entre les deux versions orbitent autour d’un centre interprétatif et analytique.

45Ainsi, les trois traducteurs d’Aucassin et Nicolette semblent combiner astucieusement l’approche ethnocentrique ou domesticatrice – selon la terminologie de Berman (1984) ou de Venuti (1995) respectivement – avec l’approche contraire, affichant et acceptant l’altérité de l’original. La coprésence est donc étroitement liée non seulement à la dualité des textes et à une pluralité de types ou de niveaux d’information, mais aussi à une façon spécifique de lire conjuguant comparaison et complémentarité, et à un certain regard jeté sur l’ouvrage.

46Une deuxième particularité de ce type d’éditions bilingues est liée à l’affinité entre les codes concernés : théoriquement, la traduction intralinguale commence à se propager quand la vieille couche de la langue n’est plus intelligible 15. Toutefois, ce critère est loin d’être absolu. Dans certains milieux cultivés, l’ancien français est sans doute encore relativement accessible au lecteur francophone moderne : la proximité entre les deux codes linguistiques et leur rapport génétique y contribuent vraisemblablement. En effet, l’usage des systèmes de référence mentionnés ci-dessus semble reposer justement sur la supposition d’une certaine compréhension indépendante du texte ancien, ce qui permet la comparaison et la complémentarité entre édition critique et traduction 16. Ce n’est apparemment pas le cas des éditions bilingues en langues étrangères, même si elles sont très proches du français, comme l’espagnol ou l’italien, car elles ne sont plus perçues comme faisant partie du même code. Ceci n’exclut pas, bien sûr, la possibilité d’éditions savantes du même type. La différence semble être le public visé et il n’est donc pas étonnant que nos éditions visent des lecteurs avec différents niveaux de connaissance de l’ancien état de langue, y compris des non-initiés. Cette accessibilité facilitée ouvre au lecteur de nouvelles options, normalement réservées au traductologue possédant à la fois les connaissances linguistiques nécessaires ainsi que la motivation, ou les moyens, d’obtenir le texte source pour opérer enfin une comparaison. Tout cela produit une nouvelle version du schéma de Koster (2002 : 29), portant sur les relations entre énonciateur du texte source, traducteur, lecteur et chercheur-observateur, schéma que nous avons présenté ci-dessus : le lecteur et le chercheur se trouvent cette fois-ci tous les deux dans les positions du destinataire du texte de départ et du texte d’arrivée. Qui plus est, le lecteur peut avoir recours à toutes sortes d’outils qui peuvent l’assister dans la tâche appartenant normalement au chercheur – reconstruire le travail traductif et sa manière de procéder, et les évaluer. Évidemment, l’analyse du traductologue se distingue par exemple au niveau de la théorie utilisée, de la maîtrise linguistique ou de l’examen discursif des notes.

47Nous proposons donc d’adapter le tableau de Koster aux résultats de notre analyse. La division en texte source et texte cible connaît ici des nuances dues aux rapports un peu plus complexes entre manuscrit, édition critique et traduction. Aux textes source et cible s’ajoutent les notes 17, qui constituent une composante critique principale.

Manuscrit

Édition
critique

Traduction

Notes

Auteur

Destinateur

Destinateur

Destinateur

--

Editeur/traducteur

Destinataire

Destinateur

Destinateur

Destinateur

Chercheur/
traductologue

Éventuellement, destinataire

Destinataire

Destinataire

Destinataire

Lecteur

---

Destinataire

Destinataire

Destinataire

48Le tableau montre la complexité du cas, qui nécessite l’insertion d’une colonne « manuscrit » : en effet, c’est l’accès exclusif de l’éditeur au manuscrit qui constitue son autorité. Seul destinateur des notes, l’éditeur devient visible. Le lecteur est potentiellement, au moins à un certain degré, destinataire de la traduction et de sa source supposée, contrairement à la situation décrite par Koster.

49Notons que dans d’autres cas, par exemple si le traducteur et l’éditeur ne sont pas la même personne, ou s’il existe plusieurs manuscrits, les relations se compliquent davantage ; mais les spécificités démontrées ici, à savoir la possibilité d’une approche critique de la part du lecteur et la visibilité du traducteur et de l’acte de la traduction, subsistent. Notre schéma ne sépare pas le lecteur réel du lecteur imaginé par l’éditeur-traducteur, puisqu’aucun lecteur réel ne ressemble à un autre et que nous nous contentons ici de décrire les possibilités dont ils disposent et non leur véritable comportement, beaucoup plus difficile à déceler.

50Enfin, si les deux côtés de la double page des éditions bilingues se lisent souvent parallèlement, sont comparés l’un à l’autre et lus ensemble de sorte qu’ils se complètent, la primauté de (ce qui est vu comme) l’original n’est plus évidente. De tout cela il découle que le texte de l’édition critique n’est pas forcément la composante principale aux yeux du lecteur, même si le traducteur-éditeur l’a voulu. Cela nous amène à mettre en cause le statut paratextuel de la traduction dans nos éditions, question intéressant plus particulièrement l’examen de son fonctionnement en tant qu’interprétation, et cela non seulement dans un cadre idéal qui comprendrait tous les éléments paratextuels existants.

51Si nous avons insisté sur la nature interprétative de la traduction, c’est justement à cause de sa contiguïté avec le texte en ancien français et de sa contingence supposée. Genette cite la traduction parmi trois pratiques dont la « pertinence paratextuelle » lui paraît indéniable :

J’ai également laissé de côté, faute d’une enquête qui pour chacun d’eux exigerait autant de travail que l’ensemble ici traité, trois pratiques dont la pertinence paratextuelle me paraît indéniable. La première est la traduction, en particulier lorsqu’elle est plus ou moins revue ou contrôlée par l’auteur, comme fit Gide, avec Grœthuysen, pour la version allemande des Nourritures terrestres, et à plus forte raison lorsqu’elle est entièrement assurée par lui, selon l’usage constant d’un écrivain bilingue comme Beckett, dont chaque traduction doit, d’une manière ou d’une autre, faire commentaire au texte original. (2002 [1987] : 408).

52Selon lui, cette catégorisation est valable surtout si la traduction est confirmée par l’auteur de l’original – ce qui est d’une certaine manière notre cas, puisque le traducteur lui-même est partiellement responsable de ce qui pourrait être considéré comme le texte principal dans l’ouvrage, à savoir l’édition critique. Une telle traduction aurait en général le potentiel d’orienter la lecture du texte principal ; sur le plan pratique, ceci est beaucoup plus vraisemblable que pour une traduction classique, car dans l’édition bilingue elle accompagne le texte principal. Par conséquent, au lieu d’assumer le statut traditionnel d’épitexte, elle devient péritexte.

53D’autre part, ce sont justement les facteurs distinguant les éditions bilingues qui infirment leur paratextualité : la mise en page et les stratégies de lecture assignant aux deux textes des positions équivalentes rendent la sélection du texte principal moins évidente. De plus, l’édition critique et la traduction ayant été toutes deux rédigées par la même personne, vraisemblablement investie dans l’une ou l’autre tâche selon des modalités différentes, il est difficile de connaître l’ordre de leur rédaction ou conception : alternativement ou consécutivement. Les publications bilingues constituent donc un cas où le statut paratextuel de la traduction est à la fois particulièrement visible et particulièrement problématique.

54De façon générale, l’analyse de ces trois versions d’Aucasssin et Nicolette a permis de décrire une partie de la complexité du fonctionnement interprétatif des éditions bilingues. Au départ, ces publications paraissent permettre une lecture modulaire : traduction seule, édition seule, ou toute combinaison de celles-ci avec les éléments de l’appareil critique. En réalité, elles donnent lieu à deux phénomènes : la possibilité de considérer la traduction comme le commentaire de sa source, et la mise en relief de certaines composantes du texte.

55Le premier phénomène dérive du fait que ce type de traductions se rapporte à un texte présent et non absent, ce qui rend leur nature interprétative beaucoup plus explicite et non dissimulée. Ainsi s’engendre un mode de lecture distinct où comparaison et complémentarité réunissent les diverses composantes de l’ouvrage. Se crée également une situation énonciative distincte, avec les glissements qui en découlent quant aux rapports entre lecteur, traducteur et textes.

56Le deuxième effet du choix du genre bilingue pour les traductions intralinguales des textes médiévaux est que le travail du traducteur et la discussion accompagnant sa version dans les notes attribuent au texte un statut particulier et soulignent certains de ses aspects, aux dépens d’autres. L’autorité du traducteur, l’apparat critique (ou appareil, selon le cas) et le cadre institutionnel renforcent la canonicité de l’œuvre et de sa langue ; ceci est particulièrement valable quant à la mise en relief du sens du texte et des traits récurrents d’un point de vue linguistique.

57Les éditions bilingues suscitent donc des questions quant à la lecture imposée par la présence du texte source, par la visibilité du traducteur et de son travail, et par l’apparat critique qui réunit ces éléments.

Haut de page

Bibliographie

Textes de référence

Dufournet, Jean, 1973, Aucassin et Nicolette, Paris, Garnier-Flammarion.

Notz-Grob, Marie-Françoise, 1997, « Aucassin et Nicolette », in Méjean-Thiolier, Suzanne et Notz-Grob, Marie-Françoise, Nouvelles courtoises occitanes et françaises, Paris, Le Livre de Poche, « Lettres gothiques », p. 632-701.

Walter, Philippe, 1999, Aucassin et Nicolette, Chantefable du xiiie siècle, Paris, Gallimard, « Folio classique ».

Manuscrits, textes anciens

Aucassin et Nicolette, Paris, Bibliothèque nationale, Fonds français fr. 2168.

Ouvrages et articles

Ballard, Michel, 1992, De Cicéron à Benjamin : traducteurs, traductions, réflexions, Lille, Presses Universitaires de Lille.

Berman, Antoine 1984, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard.

Bühler, Axel, 2002, « Translation as Interpretation », in Riccardi, Alessandra (ed.), Translation Studies: Perspectives on an Emerging Discipline, Cambridge, Cambridge University Press, p. 56-74.

Deschepper, Catherine, 2003, Mise en prose et translation, la traduction intralinguale des romans de Chrétien de Troyes en moyen français, thèse pour le doctorat d’études romanes, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain (non publiée).

D’hulst, Lieven, 2000, « Le palimpseste de la traduction selon Ferri de Saint-Constant », in de Geest, Dirk et al. (eds.), Under Construction, Links for the Site of Literary Theory, Louvain, Leuven University Press, p. 239-257.

Genette, Gérard, 2002 [1987], Seuils, Paris, Éditions du Seuil.

Grutman, Rainier, 1997, Des Langues qui résonnent : l’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, Québec, Fides.

Hewson, Lance, 1993, « Bilingual Edition in Translation Studies », in Visible Language 27-1/2, Rhode Island, Rhode Island School of Design, p. 138-160.

Imbs, Paul (éd.), 1974, Trésor de la langue française, dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (1789-1960), Paris, CNRS.

Jakobson, Roman, 2000 [1959], « On Linguistic Aspects of Translation », in Venuti, Lawrence (ed.), The Translation Studies Reader, Londres et New York, Routledge, p. 113-118.

Koster, Cees, 2002, « The Translator in between Texts: on the Textual Presence of the Translator as an Issue in the Methodology of Comparative Translation Description », in Riccardi, Alessandra (ed.), Translation Studies: Perspectives on an Emerging Discipline, Cambridge, Cambridge University Press, p. 24-37.

La Curne de Sainte Palaye, Jean Baptiste de, 1936 [1752], C’est d’Aucassin et de Nicolete. Aucassin et Nicolette. Chantefable du xiiie siècle transcrite d’après le manuscrit de la Bibliothèque Nationale par Mario Roques, avec une traduction du xviiie siècle par La Curne de Sainte Palaye, Images et ornements par Joseph Hémard, Paris, Librairie Lutétia.

La Meslée, Valérie Marin, « Folio, le bon fonds de Gallimard », in Le Monde des livres (page consultée le 20 août 2006), www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3260,36-804063@51-762403,0.html.

Nikula, Henrik, 2004, « Sprachwissenschaftliche Aspekte der Übersetzung literarischer Texte: Erzählprosa und Verdichtung », in von Kittel, Harald et al. (eds.), Übersetzung, Translation, Traduction, Berlin, New York, W. de Gruyter, p. 662-668.

Tymoczko, Maria, 1999, Translation in a Postcolonial Context. Early Irish Literature in English Translation, Manchester, St. Jerome Publishing.

Venuti, Lawrence, 1995, The Translator’s Invisibility, Londres et New York, Routledge.

Haut de page

Annexe

Toutefois, les distinctions de Bühler reposent sur une définition qui mêle des caractéristiques pouvant être attribuées plutôt au commentaire qu’à la traduction, telles que l’évaluation du texte original. Celle-ci sert souvent à justifier les pratiques de l’omission ou de la modification correctrice : une phrase qui répète le nom d’Aucassin deux fois dans l’original alterne chez Walter entre Aucassin et Nicolette (1999 : 140-141, c’est nous qui soulignons) :

Haut de page

Notes

1 Ballard mentionne des inscriptions en deux langues à Elephantine, mais remarque que les sources de la publication n’ont pas été révélées et que des recherches postérieures sur le sujet ne confirment pas cette information (Ballard, 1992 : 21-22, n. 2). Selon Mounin, la culture bilingue suméro-akkadienne a laissé des glossaires et des lexiques bilingues et même quadrilingues et manifesté un intérêt philologique (ibid. : 24), mais le format bilingue n’est pas relevé. Le texte bilingue antique le plus célèbre est probablement la pierre de Rosette, avec un biscript en deux types d’écriture (hiéroglyphes et écriture démotique) accompagné d’une traduction de ce texte en grec (ibid. : 29).

2 Comme exemple d’une traduction de la Bible, voir Dom A. Calmet et l’Abbé de Vences, 1767, Sainte Bible en latin et en français, Paris, Boudet & Desaint, t. 1. Pour une discussion des différentes manières de traduire les textes latins, en particulier dans un contexte didactique et implicitement bilingue, voir D’hulst, 2000.

3 À titre d’exemple, voir U. Vajpey, 2000, Vie invisible, Édition bilingue traduite et publiée avec le concours du Centre national du livre, Le Chambon-sur-Lignon, Cheyne. Le texte est en français et en hindi, langue évidemment peu pratiquée en France et connue sans doute seulement de quelques spécialistes.

4 Aucassin et Nicolette, Paris, Bibliothèque nationale, Fonds français fr. 2168. Pour d’autres références, se reporter à la bibliographie en fin d’article. Cet ensemble de trois éditions est extrait de notre corpus de recherche sur la traduction intralinguale des textes médiévaux en français moderne (H. Karas, Le Statut et le fonctionnement des traductions de l’ancien français en français moderne, thèse en cours pour le doctorat d’études culturelles, Tel Aviv, Université de Tel Aviv).

5 Nous avons hésité entre appareil et apparat, termes souvent utilisés indifféremment justement dans le contexte de l’édition critique. Bien que le Trésor de la langue française renvoie dans chacun des articles en question à l’autre, il définit plus précisément l’appareil critique comme « Ensemble des annotations qu’un éditeur ajoute à un texte original » (Imbs (éd.), 1974 : 262), tandis qu’à l’apparat il attribue une portée plus vaste en tant que « relevé des variantes textuelles et des conjectures figurant généralement en bas de page dans une édition critique » (ibid. : 259). Vu que les variantes dans notre mini-corpus sont très rares et que la composante critique consiste essentiellement en notes de l’éditeur, nous avons opté pour appareil.

6 Comme le cas de viel antif, en deux mots chez Dufournet (1973 : 42) et chez Notz-Grob (1997 : 632), en un seul mot, Vielantif, chez Walter (1999 : 32).

7 Celles-là présentent en général des chefs-d’œuvre. À titre d’exemple, mentionnons Shakespeare, voir J. M. Deprats (trad.), G. Venet (éd.), 1993, La Tragédie du roi Lear, Paris, Gallimard, « Folio théâtre ». D’autres mettent l’accent sur des informations linguistiques présentées dans des notes dans la page de droite, avec le texte en regard, comme : Bioy Casares et al., 1990, Cuentos fantásticos de America, Paris, Le Livre de Poche, « Lire en espagnol ».

8 « My suggestion is that the translator is only latently present in the target text, and that, as an abstracted category, it is manifestly present in the differences between target and source texts. »

9 Il est intéressant de noter que la dissimulation décrite ici reste partiellement en vigueur pour l’éditeur (qui est la même personne que le traducteur dans les exemples discutés ; mais il s’agit non pas de la personne extratextuelle mais de son travail et de ses traces dans le texte), étant donné que sa source – le manuscrit – est absente, et que la plupart de ses décisions sont tues. Mais ce parallélisme déborde le sujet de notre présente étude.

10 Déjà, en 1936, lors de la republication de la traduction de La Curne de Saint Palaye (1752), Roques avait réintroduit, dans sa propre version en français moderne et entre crochets, la tirade de l’Enfer et du Paradis supprimée dans la traduction de l’érudit (1936 [1752] : 20-22). Ce volume ne fait pas partie de notre corpus car il est d’orientation plus artistique que scientifique, ne contenant aucun élément critique et mettant en relief l’aspect visuel.

11 Nous ne fournissons qu’un exemple pour chaque cas, bien que les occurrences soient nombreuses, pour ne pas encombrer le lecteur.

12 Voir l’exemple de G. Michaut, 1901, Aucassin et Nicolette, Chante-fable du xiie siècle mise en français moderne, Paris, Fontemoing ; ainsi que celui de M. Pons, 1960, Aucassin et Nicolette, chantefable du treizième siècle adaptée, Paris, Pour les impénitents.

13 « faithful and precise without being narrowly literal. »

14 Situation similaire à l’élimination de certains aspects littéraires par des traducteurs philologues, observée par Tymoczko (voir Tymoczko, 1999 : chap. 4 et 9).

15 Comme dans le cas des traductions de l’ancien français en moyen français (voir Deschepper, 2003 : 15).

16 Cette remarque est cependant sujette à caution. Il nous est difficile d’apprécier le degré de familiarité des francophones, cultivés ou moins cultivés, avec leur héritage linguistique et littéraire. Ce qui est évident, par contre, c’est qu’une certaine lisibilité du texte ancien est bien présupposée, ou présentée comme telle par les rédacteurs de l’édition bilingue.

17 Car les variantes sont très rares dans notre corpus, et le reste de l’appareil critique – introduction, chronologie, etc. – n’est pas censé être lu simultanément avec le texte noyau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hilla Karas, « Le statut de la traduction dans les éditions bilingues : de l’interprétation au commentaire  », Palimpsestes, 20 | 2007, 137-160.

Référence électronique

Hilla Karas, « Le statut de la traduction dans les éditions bilingues : de l’interprétation au commentaire  », Palimpsestes [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/100 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.100

Haut de page

Auteur

Hilla Karas

Hilla Karas rédige actuellement sa thèse, Le statut et le fonctionnement des traductions de l’ancien français en français moderne, à l’Université de Tel Aviv, sous la direction de Hava Bat-Zeev Shyldkrot et de Lieven D’hulst de la Katholieke Universiteit Leuven.Traductrice en hébreu d’ouvrages de référence et d’articles dans des domaines comme la théorie féministe, la philosophie et la sémiotique, ses traductions incluent, entre autres, des textes de Jacques Derrida, Michel Foucault, Roland Barthes et Marcel Mauss.Ses domaines d’intérêt et de recherche sont la traduction, l’ancien français, la littérature française du Moyen Âge et les langues exotiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org