Navigation – Plan du site
Éclairages

Les noms propres dans la série Astérix
et leur traduction anglaise

Catherine Delesse
p. 297-315

Résumés

Cet article analyse la traduction anglaise des noms propres (patronymes et toponymes) dans la série Astérix de Goscinny et Uderzo. La plupart des noms de la série ayant été inventés à des fins humoristiques, nous examinons d’abord les procédés de création utilisés par les auteurs et les contraintes imposées aux traducteurs. Les raisons des choix des traducteurs (fidélité ou adaptation totale) sont ensuite analysées, et enfin nous mettons au jour les rapports entre les noms des personnages et les jeux de mots.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir liste en fin d’article.
  • 2 La série Astérix a été traduite par Anthea Bell et Derek Hockridge.

1Toute traduction pose des problèmes dans la mesure où les contraintes de la langue source sont rarement identiques à celles de la langue cible. Le nom propre pose de plus des problèmes spécifiques en ce qu’il suscite des querelles quant à sa classification dans la mesure où il « ne renvoie pas à un concept mais sous sa forme prototypique à un référent extralinguistique » (Ballard, 2001 : 17). Il est en général admis qu’il ne se traduit pas, cependant en ce qui concerne le corpus choisi1, la majorité des noms propres ont été changés dans la version anglaise. En effet, les noms ont été en grande partie inventés par les auteurs dans le but d’amuser le lecteur, et sont fondés sur des jeux de mots ou calembours et des homophonies ou ambiguïtés de sens : de ce fait, il arrive souvent qu’ils n’aient pas d’équivalent dans la langue anglaise. Les traducteurs2 ont donc dû chercher des solutions à la fois compréhensibles par le lecteur anglophone et aussi amusantes que l’original. Ainsi, le simple report est rare.

Conservation et équivalences

  • 3 Page de présentation des personnages dans chaque album.

2Le report pur et simple du nom propre dans la série a été utilisé essentiellement pour les deux personnages principaux, Astérix et Obélix, sans doute parce que les noms communs sur lesquels ils ont été construits sont les mêmes en français et en anglais (astérisque/asterisk et obélisque/obelisk). De plus, on peut y trouver une certaine motivation quant à la fonction du personnage : Astérix est l’astre de la série, le héros à qui « toutes les missions périlleuses sont confiées »3, comme le disent les auteurs. En ce qui concerne Obélix, les deux premières syllabes de son nom ne sont pas sans rapport avec son obésité, on sait qu’il adore les banquets en général et les sangliers en particulier, et qu’il est tailleur de menhirs de profession.

3Parmi les noms qui ont été conservés en anglais, on trouve les patronymes latins de quelques Romains comme Caligula Minus, Gracchus Sextilius, Claudius Quintilius et Tullius Octopus, ce dernier nom étant d’ailleurs plus proche de l’anglais que du français. Très souvent les prénoms des Romains (Julius, Marcus, Caius, etc) sont gardés en anglais, mais on trouve aussi des cas où le français ne donne que le nom et où les traducteurs ont ajouté un prénom. Quand les patronymes sont fondés sur des mots communs aux deux langues, ils sont conservés également : c’est le cas notamment des Normands Caraf, Cenotaf, Epitaf, Autograf. L’orthographe diffère du mot original, mais celui-ci est facilement reconnu par le lecteur des deux langues. C’est également le cas du beau-frère d’Abraracourcix, le chef gaulois, qui se nomme Homéopatix, et devient en anglais Homeopathix. Les personnages historiques tels que Vercingétorix, Jules César, Cléopâtre et Cassivellaunos (le chef des Bretons) conservent évidemment leurs noms, moyennant un changement d’orthographe et de prononciation : Julius Caesar, Cleopatra. Michel Ballard mentionne

l’assimilation phonétique et graphique qui tire le signe étranger vers la langue réceptrice et constitue, tout compte fait, le premier degré de la traduction du signifiant du nom propre, celui qui relève du caractère fondamental des langues, à savoir l’oralité (Ballard, 2001 : 28).

4Nous parlerons peu des toponymes dans la mesure où Goscinny et Uderzo ont utilisé les noms romains des villes : Lugdunum, Massilia, Londinium. Ces noms ont été conservés à l’identique dans la traduction. Lorsque les noms de villes sont en français, comme Athènes, Alexandrie ou Rome, ils sont évidemment remplacés par leur équivalent anglais selon le principe utilisé pour les personnages historiques : Athens, Alexandria. Nous reviendrons cependant sur les noms des camps retranchés romains qui entourent le village gaulois, car si deux d’entre eux, Aquarium et Laudanum, dont la graphie et le sémantisme sont identiques dans les deux langues, ont pu être conservés, en revanche Petibonum et Babaorum ont dû être adaptés. Comme beaucoup de noms relèvent de ce phénomène d’assimilation, nous aurons l’occasion de revenir sur le sujet.

5Il convient de nous pencher sur les signifiants de nationalité utilisés dans la série. On sait que Goscinny et Uderzo ont utilisé des suffixes différents selon la nationalité des personnages. Les Gaulois, ainsi que les Belges et les Helvètes, ont des noms qui se terminent systématiquement en -ix, comme Vercingétorix. Les Romains ont le suffixe -us caractéristique du nom dominus et des prénoms latins Julius, Paulus, Marcus et du fils adoptif de César, le célèbre Brutus. Le suffixe -is caractérise les Égyptiens, ce suffixe étant familier au lecteur qui connaît les noms des dieux Isis, Osiris, Anubis etc. -ax caractérise les Bretons – on peut reconnaître le mot anglais axe (la hache). Les Normands ont des noms en -af, comme Olaf. -ic fait référence aux Goths sur le modèle d’Alaric, ce roi Wisigoth qui pilla Rome. Quant aux Grecs, leur patronyme se termine par -os ou -as (désinences de nominatifs masculins en grec moderne). Le patronyme des Ibères est composé de deux noms reliés par y et se terminant par -on (ex : Soupalognon y Crouton). Nous avons déjà parlé des Danois dont les noms se terminent en -en dans un précédent article (Delesse, 1998 : 176-177). Michel Ballard indique que ce type de suffixe est « un invariant en traduction » (Ballard, 2001 : 182). L’invariant de nationalité a été, dans l’ensemble, repris par les traducteurs, mais ce n’est pas systématique en ce qui concerne les Égyptiens, les Ibères et les Grecs, les traducteurs ayant utilisé d’autres terminaisons tout aussi authentiques. Les changements par rapport à l’original s’expliquent aisément lorsque le nom français se fonde sur un jeu de mots non perceptible par un anglophone ou bien parce que les traducteurs ont fait un choix plus motivé par rapport à la fonction ou au caractère du personnage en question. Nous verrons en effet que dans certains cas la traduction améliore l’original, notamment en permettant des jeux de mots supplémentaires.

Adaptation et motivation

6Le cas de loin le plus fréquent est celui des noms qui sont amusants dans la langue de départ mais nécessitent une adaptation de la part des traducteurs de façon à produire également un effet comique dans la langue d’arrivée. Cependant, il arrive que le changement soit mineur et qu’une partie du nom soit conservée ou bien qu’une équivalence permette de garder une référence commune avec la langue de départ. C’est le cas dans les exemples suivants que l’on peut qualifier d’adaptation partielle.

  • 4 AL 12 A 1 signifie Astérix légionnaire (voir dans le corpus en fin d’article les lettres qui serven (...)

7Le premier volume de la série, Astérix le Gaulois, se passe pour l’essentiel dans un camp romain. Le centurion se nomme Caius Bonus, nom qui devient en anglais Crismus Bonus : le patronyme est conservé mais le changement du prénom amène une collocation qui n’existe pas dans l’original (Christmas bonus), l’inconvénient de ne plus avoir un prénom authentiquement romain paraissant mineur en comparaison du gain sur le plan de l’humour. Le légionnaire Julius Pompilius voit son prénom conservé, mais le nom est légèrement modifié : Julius Pompus. Si on peut voir dans la version française un rapprochement avec Pompée, le mot pompile existe, désignant un insecte ; l’anglais peut aussi faire référence au premier mais la prononciation rappelle surtout l’adjectif pompous sans pour autant que le caractère du personnage ne justifie l’appellation. Les noms ont pour fonction d’amuser le lecteur avant tout. Le camp retranché de Babaorum est également adapté tout en gardant sa base de référence au rhum : le gâteau français (Baba au rhum) devient Totorum (tot of rum), en anglais, on se réfère à une boisson, mais l’alcool est le même. L’ordre des mots anglais rum baba rendait impossible la conservation de la finale -um des noms de lieu romains. La solution trouvée permet une cohérence sémantique et graphique qui rappelle celle de l’original. On retrouve ce souci de cohérence dans Asterix légionnaire, où de nombreux personnages de toutes nationalités apparaissent. Les traducteurs ont essayé de garder une référence commune lorsque le sémantisme de référence le permettait. Par exemple, le Breton se nomme Faupayélatax. Ce nom est typique de la façon dont Goscinny a procédé par amalgame de deux ou plusieurs mots qui forment une collocation ou une expression, voire une phrase française. C’est la vocalisation qui nous permet de reconstituer Faut payer la taxe et, si on peut imaginer une transposition du style gotopaythetax, les traducteurs ont préféré garder à la fois le principe de la concaténation tout en restant dans le registre des impôts avec Selectivemploymentax (selective employment tax), ce qui permet de rester fidèle à l’esprit sinon à la lettre. À propos de lettre, dans le même album apparaît le facteur du village présenté par Astérix de la façon suivante « C’est Pneumatix, le courrier » (AL 12 A1)4. Le mot pneumatique en français peut avoir le sens de « relatif à l’air » et aussi celui de « missive », alors que l’anglais pneumatic n’évoque que le premier sens. Les traducteurs ont alors opté pour une équivalence : That’s Postaldistrix the postman, qui conserve la référence postale. La langue d’arrivée ne permettait pas de conserver le jeu dû au double sens du mot français. Le nom du Belge Mouléfix est traduit par Gastronomix, on reste donc dans le domaine culinaire puisque l’allusion transparente en français aux célèbres moules/frites est remplacée par une référence à la nourriture abondante de nos voisins du nord qui sera amplement décrite dans Astérix chez les Belges. De même l’Égyptien Courdeténis devient Ptenisnet, qui amène une perte de la finale en -is due à l’ordre des mots anglais. Le mot cour est remplacé par net (filet) bien que le mot court eût été possible, mais l’on perdait une référence égyptienne, dans la mesure où -et rappelle le dieu Seth qui s’orthographie Set ou Seth en anglais. L’adjonction du « p » à l’initiale rappelle la dynastie des Ptolémées. Reste l’espion de César, un Gaulois nommé Acidcloridrix dont l’immatriculation d’espion est bien sûr HCL. De nouveau, la position de l’adjectif épithète devant le nom en anglais posait problème vu la nécessité de maintenir le suffixe -ix (hydrochloric acid). Le choix de Vitriolix permet de contourner le problème, le vitriol étant de l’acide sulfurique pur, le code est devenu tout naturellement H2SO4. Ainsi on conserve la référence à un acide et le principe de la formule scientifique qui sert de code.

8Le cas le plus fréquent est celui où la référence est tellement ancrée dans la langue française, qu’il est impossible de traduire littéralement. Les traducteurs ont alors cherché une solution dont l’effet humoristique puisse être perçu par un lecteur anglophone. Nous allons d’abord examiner le cas des noms propres qui ont une motivation uniquement comique. En voici quelques exemples suivis de leur traduction anglaise :

(1) Namaspamus (n’amasse pas mousse) : Obsequius
(2) Encorutilfaluquejelesus (encore eût-il fallu que je le susse) : Poisonus Fungus
(3) Belinconnus (bel inconnu) : Dubius Status
(4) Soupalognon y Crouton : Huevos y Bacon
(5) Pacotéalargus (pas coté à l’argus) : Superfluous
(6) Napadélis (n’a pas d’hélice) – il s’agit du bateau égyptien : Nastiupset (nasty upset)
(7) Tumehéris (tu me hérisses): Sethisbackup (set his back up)
(8) Caius Marchéopus (marché aux puces) : Caius Flebitus
(9) Plutoqueprévus (plus tôt que prévu) : Infirmofpurpus (infirm of purpose)
(10) Abraracourcix, le chef gaulois (à bras raccourcis) : Vitalstatistix
(11) Bonemine, épouse d’Abraracourcix (bonne mine) : Impedimenta
(12) Boufiltre, secrétaire d’un druide-médecin (bout filtre) : Miss Bicabornatofsoda (bicarbonate of soda)
(13) Centurion Caius Faipalgugus (fais pas le gugusse) : Voluptuous Arteriosclerosus

  • 5 Correspondance privée avec Mme Anthea Bell.

9Nous arrêtons là une liste qui pourrait être très longue, tellement les auteurs ont multiplié les références en réussissant le prodige de se renouveler sans cesse. Tous ces noms déclenchent immédiatement l’hilarité du lecteur francophone qui décode le proverbe de (1) « Pierre qui roule n’amasse pas mousse », l’expression courante pour signifier que la voiture ne vaut plus rien (5), le plat traditionnel (4), l’allusion aux cigarettes (12) et d’autres expressions courantes comme (7), (10) ou (13), sans compter la phrase (2) qui peut être lue de deux façons par un français, la prononciation de la finale pouvant évoquer le subjonctif du verbe « savoir » ou du verbe « sucer », selon que l’on veut y voir une allusion grivoise ou non. Les traducteurs ont eu recours ici à des adaptations qui ne coïncident pas avec l’original pour diverses raisons. Le proverbe de (1) existe en anglais « a rolling stone gathers no moss » mais ne permettait pas de garder le suffixe de nationalité en -us, d’où le choix du mot obsequious moyennant une légère modification orthographique ; la traduction de (8) et de (12) par les équivalents flea market et filter tip posaient les mêmes problèmes de cohérence quant au suffixe. On remarque également que les noms des Gauloises (et des Romaines) se terminent invariablement par -a, ce qui fut un choix des traducteurs comme l’a confirmé Anthea Bell5. Le nom choisi pour (8) n’a aucun rapport avec l’original, mais permet d’utiliser un mot existant phlebitis (phlébite) en adaptant l’orthographe et en remplaçant la finale -is, caractéristique des Egyptiens, par le -us romain. Le choix du bicarbonate de soude pour la secrétaire d’un druide-médecin apporte une référence supplémentaire dans le domaine médical tout en pratiquant l’amalgame cher aux auteurs. Ce choix de trouver deux noms qui produisent un effet humoristique en étant accolés ou soudés a été fait pour (2), (3), (9) et (13). Deux des noms égyptiens appellent des remarques supplémentaires : tout d’abord on voit que la finale -is n’apparaît pas pour (6) et (7). La traduction de ces deux noms peut paraître étrange, cependant on remarque d’une part que (6) commence dans les deux cas par Na- et d’autre part que dans (7), si l’on peut imaginer un jeu sur plusieurs expressions idiomatiques anglaises (set sail, set back, set up), on trouve aussi le nom du pharaon Sethi ou du dieu Seth, ce qui ancre davantage la référence dans le contexte égyptien. Une autre raison est à chercher dans l’échange dans lequel ils apparaissent. Ces deux noms sont prononcés par l’architecte Numérobis dans deux vignettes qui se suivent : « There’s my ship the Nastiupset » (Cléo 8 D2) et ensuite « We can cast off now, Sethisbackup » (Cléo 9 A1), ainsi la syllabe set répétée à deux images d’intervalle fonctionne comme un écho.

10Les œufs au bacon anglais remplacent tout naturellement la soupe à l’oignon française dans (4). Cet exemple est d’ailleurs typique des choix faits pour les noms des Ibères : les traducteurs ont utilisé des mots espagnols, ainsi huevos traduit eggs et le mot bacon permet de garder le suffixe en -on de l’original.

  • 6 Voir notre article dans Palimpsestes 11.

11Restent le chef du village gaulois et sa femme. Le nom du chef illustre une expression se jeter/tomber sur quelqu’un à bras raccourcis, ce qui est exactement ce qui se passe quand les Gaulois gavés de potion magique s’attaquent aux Romains. Les équivalents anglais donnés par les dictionnaires bilingues sont lay into sb (Oxford-Hachette) et set (up)on sb, pitch into sb (Robert & Collins) qui ne sont pas faciles à transformer en nom à suffixe -ix. Les traducteurs ont préféré utiliser le terme vital statistics qui fait référence aux données démographiques et aussi aux mensurations du corps féminin. Les mots en –ics en anglais se prononçent /iks/, ce qui rend l’adaptation au suffixe choisi par Goscinny et Uderzo très facile, et les deux sens du mot permettent une interprétation humoristique vu la rondeur du personnage. Notons que dans la traduction américaine le chef s’appelle Macroeconomix6. Le nom anglais de Bonemine semble être fondé sur son caractère. Les traducteurs ont joué sur deux mots impediment et impedimenta qui ont tous deux un sémantisme plutôt négatif et décrivent bien le côté empêcheur de tourner en rond du personnage : combien de fois ne reproche-t-elle pas à son mari de ne savoir que boire, manger et se bagarrer. Le nom anglais semble donc avoir plus de rapport avec le caractère du personnage que le nom d’origine, ce qui nous amène à étudier la motivation des noms propres dans la série.

12La motivation des noms existe parfois dans les deux langues, mais ce n’est pas toujours le cas. Signalons qu’elle semble souvent plus grande en anglais qu’en français. Prenons d’abord le cas où le personnage porte bien son nom dans les deux langues : le druide Panoramix (Getafix), le barde Assurancetourix (Cacofonix), le forgeron Cétautomatix (Fulliautomatix), le doyen du village Agecanonix (Geriatrix), le druide Amnésix (Psychoanalytix), le préteur Suelburnus (Praetor Perfidius) ont tous à des degrés divers des noms en rapport avec leur fonction, leur caractère ou leur apparence physique. On voit que les traducteurs ont gardé la référence à l’âge pour le doyen du village dont on apprend (JO 27 D1) qu’il a 93 ans. Les deux noms sont transparents et n’appellent donc pas de commentaire particulier. Le nom du forgeron paraît également motivé car il réagit de façon automatique si le barde veut chanter : il assomme Assurancetourix en s’exclamant « Non tu ne chanteras pas ! ». Le barde du village chante faux, c’est bien connu, ce qui n’est pas sans risque pour les oreilles de ceux qui l’écoutent, d’où l’allusion à l’assurance tous risques en français et à un bruit désagréable en anglais. Le français insiste sur les effets et les conséquences de la voix du barde, alors que l’anglais décrit bien la voix elle-même, dans les deux cas on comprend immédiatement que les sons émis par le barde sont horribles. Le druide Panoramix en français semble évoquer sa position de sage du village, voire d’arbitre en de maintes occasions : il a une vue panoramique des problèmes. L’anglais fait indubitablement référence aux potions (drogues) qu’il fabrique (get a fix =se shooter). Amnésix est le druide-médecin qui doit soigner Panoramix dans Le Combat des chefs : Panoramix a reçu un menhir sur la tête et a perdu la mémoire. Amnésix doit le soigner, malheureusement c’est Obélix qui lui explique ce qui s’est passé et, dans sa démonstration, il assomme le soigneur qui perd la mémoire à son tour, d’où la référence à l’amnésie du personnage. En anglais, le nom fait référence aux méthodes modernes du druide qui ne sont pas sans rappeler la psychanalyse puisque ses patients sont allongés sur un divan. Reste le préteur qui apparaît dans Astérix en Corse : « La Corse est une province romaine gouvernée par un préteur nommé pour un an. Pendant cette année, sous prétexte d’impôts, le préteur pille la Corse […] » (AC 15 C1). Il est décrit par le personnage principal comme suit : « Le préteur actuel, Suelburnus, est le plus avide et le plus cruel de tous » (AC 15 C3). L’expression faire suer le burnous fait référence à l’exploitation de la main-d’œuvre d’Afrique du Nord par les colons européens (définition du Robert) et s’applique donc très bien à la description faite par Ocatarinetabellatchichix. La traduction anglaise a donc procédé par transposition en gardant l’idée de perfidie qui convient très bien au personnage puisqu’il a l’intention de s’enfuir avec ses richesses en abandonnant les soldats.

13Un exemple différent concerne le neveu d’Abraracourcix qui apparaît dans Astérix et les Normands. Son nom est Goudurix (goût du risque), ce qui est ironique car il est particulièrement peureux et est même considéré par les hommes du Nord comme le champion de cette peur qu’ils veulent absolument connaître. Il est vrai que son arrivée dans le village à bord d’un char sport fabriqué à Milan fait sensation et peut à elle seule justifier le nom (AN 6 A1-2). C’est d’ailleurs certainement cette arrivée brutale qui justifie également son patronyme anglais : Justforkix (just for kicks), expression qui signifie faire quelque chose d’excitant, qui procure du plaisir.

14D’autres personnages semblent avoir des noms plus évocateurs en anglais qu’en français, même si en creusant un peu on trouve souvent une justification au choix du patronyme. Nous pensons par exemple au centurion Tullius Mordicus (Astérix aux Jeux Olympiques) qui soutient mordicus que son légionnaire ne peut pas perdre. En anglais, il s’appelle Gaius Veriambitius, traduction qui est justifiée par ce que dit le personnage : « Le prestige sportif est tellement important pour une nation, que si tu gagnes, je peux même devenir préfet des Gaules… Ne me laisse pas tomber ! », à quoi le champion répond « Ne crains rien. Je te soutiens, Mordicus. » (JO 7 B3). Cet exemple – et bien d’autres – illustre le souci qu’ont eu les traducteurs de trouver des noms qui soient en phase avec le contenu des dialogues. Dans le même album, le légionnaire spécialiste des épreuves de lutte s’appelle Chaussetrus dans le texte original et Pugnatius dans la version anglaise, qui nous semble ici montrer une plus grande cohérence. Quelquefois le choix du nom est justifié par le caractère du personnage dans une langue et son apparence physique dans l’autre : c’est le cas de Caius Obtus (Astérix gladiateur), personnage têtu et pas très malin qui veut absolument s’emparer des irréductibles Gaulois. Il se trouve qu’il est également bien enrobé et devient Caius Fatuous dans la traduction anglaise qui fait d’une pierre deux coups dans la mesure où le sens du mot anglais évoque la bêtise, mais où l’on retrouve également le mot fat renvoyant à l’obésité. Dans le même album, le restaurant gaulois à Rome est tenu par Plaintcontrix (plainte contre X) dont le nom français suscite l’amusement mais ne fait pas référence à son métier, à la différence de la traduction anglaise Instantmix. Un cas très intéressant est celui d’Ordralfabétix, le poissonnier du village dont la caractéristique est de vendre du poisson pas frais. Le nom français joue sur l’amalgame de deux mots (ordre alphabétique) mais les traducteurs ont choisi de faire référence à la qualité de ce qu’il vend, ce qui a donné Unhygienix. Ils ont d’ailleurs utilisé la même métaphore pour son épouse : Bacteria. Son nom en français fait référence à une chanson des Beatles – elle s’appelle Ielosubmarine – qui permet de garder un rapport avec la mer. Il s’agit là d’un choix de cohérence sémantique de la part des traducteurs car ce nom aurait pu être gardé en anglais. Les lecteurs anglophones n’auraient évidemment eu aucun mal à le décoder. Les Égyptiens ont également été nommés différemment en français et en anglais. L’architecte Numérobis, qui doit construire un palais pour César, s’appelle en anglais Edifis. L’autre architecte, son rival et ennemi juré, Amonbofis (à mon beau-fils) a en anglais un nom qui évoque ses coups de traîtrise (Artifis). Le scribe de Numérobis, Misenplis (mise en plis) dont le nom est ironique car son crâne est rasé et il porte un couvre-chef, a été traduit par Exlibris, qui évoque l’écrit. Ces quelques exemples montrent que si les auteurs français ont surtout cherché à amuser le lecteur, les traducteurs ont essayé de trouver des noms qui soient à la fois amusants et en rapport avec le personnage et/ou le contexte.

  • 7 Technique illustrée magnifiquement par le personnage de James Stewart dans le film MrSmith goes to (...)

15Nous voulons citer quelques cas de noms qui sont ancrés dans la réalité culturelle du pays de façon à analyser les différentes solutions élaborées par les traducteurs. Il est souvent difficile de trouver un équivalent exact dans L2, mais les traducteurs ont souvent fait preuve d’imagination et ont essayé de respecter le cadre historique ou bien le champ sémantique de L1. Commençons par les noms auxquels une équivalence, même partielle, a pu être trouvée : dans les aventures grecques, un magistrat olympique répond au nom de Garmonparnas, ce qui évoque la gare parisienne mais aussi le mont Parnasse grec. La traduction par Saintpancras a le mérite de reproduire la référence à une gare, de Londres cette fois, mais rappelle aussi le mot pancratium, du grec pankrátion, désignant une combinaison de boxe et de lutte. De cette façon, on garde une double référence, le français faisant allusion à la géographie et la poésie (le Parnasse), l’anglais, avec la mention du pancrace (d’ailleurs mentionné par ailleurs dans l’album : JO 40 B2), se situant parfaitement dans le contexte olympique de cette aventure. Nous avons une autre allusion historique doublée d’un jeu de mots avec l’apparition de « Croquemithène, superbe orateur… » (JO 41 B-C1). La mention de l’orateur fait immanquablement penser à Démosthène et la référence au croquemitaine provoque l’amusement du lecteur. L’anglais Philibuster joue en fait sur deux références possibles : le mot filibuster évoque la technique de l’obstruction parlementaire7, mais peut aussi évoquer Démosthène de façon détournée en faisant allusion aux célèbres Philippiques de Démosthène contre Philippe de Macédoine auquel il s’opposa. Le choix de buster provoque également un jeu de mots vu les différents sens évoqués par bust/buster (buster = pote, adj. bust = fichu, bust = arrêter, bust up = rompre avec qqn). En fait, on peut le prendre à plusieurs niveaux : « mon pote Philippe » ou bien au contraire « démolisseur de Philippe » sur le modèle du nom d’agent V +-er, selon que l’on prend l’Histoire au pied de la lettre ou avec une distance ironique.

  • 8 Appelée aussi Boudicca, elle est morte en 60 de notre ère.

16Dans Astérix et les Normands, nous croisons un Gaulois nommé Elèvedelix, allusion à la célèbre école (élève de l’X). Il était difficile de trouver une équivalence exacte au système des grandes écoles, typiquement français, les traducteurs ont donc opté pour Polytechnix, qui évoque néanmoins le système universitaire dans lequel un anglophone connaissant bien la France peut retrouver l’école Polytechnique. Astérix chez les Bretons présente également quelques personnages aux noms intéressants comme Petula, Zebigbos (chef du village dissident) et Caius Roideprus, gouverneur de la Bretagne occupée par les Romains. La référence à la chanteuse Petula Clark, bien connue des Français des années 60-70, aurait sans doute été moins bien perçue par le public anglais. Elle a donc fait place à Boadicea, reine qui a réellement existé en Angleterre et s’est opposée aux Romains8. Zebigbos (the big boss) n’est pas à proprement parler une allusion culturelle, même si Goscinny s’est moqué là de la mauvaise prononciation du <th> anglais par les français. Les traducteurs ont opté pour une formulation qui rappelle la célèbre réplique de Richard III dans la pièce éponyme de Shakespeare : Mykingdomforanos (My kingdom for a horse), ancrant ainsi le personnage dans la réalité historique et culturelle britannique. La suppression du <h> de horse peut également apparaître comme un clin d’œil à la prononciation des francophones, cette lettre étant muette en français. Dans le cas du gouverneur, dont on peut penser que le nom est une allusion à la parenté germanique de la famille royale, les traducteurs ont là aussi choisi une allusion culturelle : Encyclopaedicus Britannicus.

17Nous terminerons par les noms qui font référence à des chansons, patrimoine culturel spécifique. Trois exemples nous viennent à l’esprit : César Labeldecadix (TG), Dansonsurlepon y Davignon (AH), et Ocatarinetabellatchichix (AC). Le premier est le patron d’une taverne à Massilia, et physiquement une caricature de l’acteur Raimu dans la trilogie de Pagnol. La Belle de Cadix est une opérette connue en France. Une traduction comme The Cadiz Beauty nous ramène à la contrainte de l’ordre des mots en anglais et à la nécessité d’avoir un suffixe de nationalité en -ix. Les traducteurs ont donc opté pour Cesar Drinlikafix (drink like a fish), bien que le personnage ne soit pas particulièrement ivrogne, mais comme il tient une taverne et insiste pour offrir la tournée, le nom est néanmoins en phase avec le contexte. Le deuxième nom est évidemment transparent pour un Français et est donné par un Romain déguisé en Ibère qui ne veut pas être reconnu par Astérix et Obélix. D’ailleurs, Astérix se trompe à un moment et inverse le nom : Surlepondavignon y Danson. Les deux variantes sont rendues en anglais par Oloroso El Fiasco et Amontillado El Amoroso. L’Amontillado, l’Amoroso et l’Oloroso sont des références directes au sherry et au vin, connues des Anglais ; de plus, oloroso veut dire « odorant » en espagnol et amoroso rime avec amorous. Les deux noms sont ici liés par l’article el emprunté à l’espagnol au lieu du y utilisé par les auteurs.

18Le plus amusant est sans doute le nom du guerrier corse, Ocatarineta-bellatchitchix, qui évoque Tino Rossi et ses célèbres chansons. Tino Rossi était corse, ce qui ajoute à la vraisemblance. De plus, le nom est très compliqué, ce qui amène Astérix à l’appeler une fois Omarinella – d’une autre chanson de Tino Rossi. Les pirates ont aussi du mal à se rappeler ce nom de dix syllabes qui devient Ocatarinetabellaploumploum ou – tsointsoin selon les cas ; on reste d’ailleurs dans le registre des refrains de chanson. Pour trouver un nom à ce personnage corse, les traducteurs ont opté pour une référence à Napoléon, qui est d’ailleurs présente dans l’album puisqu’on le voit glisser la main dans son gilet à la façon de l’empereur (AC 45 C3-D1), lorsqu’il dit : « Dis à César que, quelles que soient ses ambitions, il ne sera jamais empereur… Pour que les Corses acceptent un empereur, il faudrait qu’il soit corse lui-même ! ». Ocatarinetabellatchichixest donc devenu Boneywasawarriorwayayix, c’est-à-dire Boney was a warrior, away a—yah, Boney étant le surnom donné à Napoléon à l’époque en Angleterre. Ce sont en fait les deux premiers vers d’une ballade de l’époque napoléonienne dont voici la première strophe :

Boney was a warrior
Away, a—yah! (variante: Away hey ya)
A warrior and a terrier
Jean François !

  • 9 Paroles : René Pugol, E. Audiffred, Géo Koger. Musique : Vincent Scotto, 1936.

19L’utilisation de cette ballade permet de faire écho à Tchi-tchi, chantée par Tino Rossi et dont voici le refrain9 :

O catalinetta bella ! Tchi-tchi
Écoute l’amour t’appelle Tchi-tchi
Pourquoi dire non maintenant ? Ah… ah
Faut profiter quand il est temps : Ah… ah…
Plus tard quand tu seras vieille, Tchi-tchi
Tu diras, baissant l’oreille, Tchi-tchi
Si j’avais su dans ce temps-là… Ah… ah…
Ô ma belle Catalinetta

20On note la transformation de catalinetta en catarineta et la variante Omarinella (de la chanson « Marinella »), qui devient tout naturellement en anglais Wellingtonwasa. Quant aux modifications du nom, on trouve respectivement Boneywasawarriorpomtiddlypom et Boneywasawarriorheynonnyno. Ces deux finales figurant souvent dans les refrains des chansons anglaises, faisant ainsi parallèle avec tchi-tchi et tsoin tsoin. Ajoutons encore deux autres noms faisant référence au « God save the Queen » dans la traduction anglaise : il s’agit de deux légionnaires qui apparaissent dans Astérix gladiateur sous les noms de Ziguépus et Rictus. Le premier nom fait référence à la bande dessinée d’Alain Saint-Ogan intitulée Zig et Puce, sans doute peu connue d’un lectorat anglophone. Deux vers de l’hymne ont donné leurs noms aux personnages devenus respectivement Sendervictorius (Send her victorious) et Appyanglorius (Happy and glorious).

Les noms propres en réseaux

21Il arrive que les noms de personnages servent de base à des jeux de mots et permettent une série de répliques qui fonctionnent en résonance dans un album. Nous allons maintenant en examiner quelques-uns. Pour faire le lien avec ce qui vient d’être dit, nous allons commencer par un personnage du Tour de Gaule, le Romain Quintilius qui veut s’emparer d’Astérix et Obélix. Il est assommé par le marchand de bêtises (nous sommes à Cambrai) qui lui chante alors « Dors mon p’tit Quinquin, mon p’tit Quinquin, mon p’tit Quintilius ». « Dors mon p’tit Quinquin » est une chanson populaire du nord de la France et ne pouvait donc être transposée littéralement. Le nom a été traduit par Goldenslumbus, qu’il faut décoder en « Golden Slumbers », une berceuse traditionnelle reprise par les Beatles. La chanson chantée par le marchand devient donc « Goldenslumbus kiss thine eyes… Sleep, little Roman, do not cry… », les vers du texte original étant: « Golden Slumbers fill your eyes / […] / Sleep pretty darling do not cry ».

22Dans Astérix et les Goths, Astérix, Obélix et Panoramix décident de semer la discorde pour décourager ses voisins d’envahir la Gaule. Ils distribuent donc des rasades de potion magique à quelques Goths, qui, se sentant forts, lèvent une armée et se battent entre eux. L’un de ces personnages s’appelle Electric, qui déclare après avoir bu : « Je vais être général ! Le général Electric! », dans la traduction: « I’m going to be a general. General Electric! » (AG 43 D1). L’allusion à l’entreprise américaine est claire. Le résumé des batailles entre chefs Goths donné sous forme de légende sous la vignette est formulé comme suit :

Le général Electric parvient à surprendre Passmoilcric, qui était en train de méditer sur ses prochaines campagnes. Le moral de Passmoilcric est passablement atteint, mais il aura ce mot : « Je finirai par le court-circuiter ! » (AG 45 C1)

23Le jeu de mots sur le court-circuit est évidemment déclenché par le nom choisi, mais est aussi motivé par ce que montre l’image, car Passmoilcric est en train de prendre un bain de pieds. L’anglais a pu conserver ce jeu de mots:

General Electric manages to surprise Euphoric meditating on the conduct of his next few campaigns. Euphoric’s morale is distinctly lowered, but he has the last word, with his famous remark, “I’ll short-circuit him yet”.

24Un autre échange, cette fois déclenché par un toponyme, a lieu entre Obélix et un Gaulois du nom de Quatrédeusix (Unpatriotix en anglais) qui vient de vendre Astérix aux Romains (TG 21 C2-3). Obélix veut savoir où son ami a été emmené :

O : Comment s’appelle cette ville ?
Q : Divodurum.
O : N’essaie pas de m’amadouer ! Non, je ne veux pas de rhum ! Je veux le nom de la ville !
Q : Divodurum* c’est le nom de la ville. C’est à l’est ! (* Metz)

25Obélix semble comprendre une phrase comme Tu veux du rhum qui serait prononcée de façon approximative, d’où le quiproquo. Le même quiproquo est rendu en anglais, toujours à partir du nom de la ville :

O: What’s this town called?
U: Divodurum.
O: I don’t care if you’ve ordered rum or not. You don’t soften me up like that! Where’s Asterix?
U: In Divodurum.* It’s the name of the town. It’s east of here. (*Metz)

26On remarque que ce que croit comprendre Obélix est là encore conditionné par les sons de la langue et la prononciation du nom de la ville : I’ve ordered rum, avec une prononciation qui avalerait la finale /d/ de ordered, ce qui a permis aux traducteurs de garder le jeu de mots avec une équivalence sémantique. Le toponyme ne pouvait être modifié par les traducteurs puisqu’il s’agit du nom réel de la ville en latin.

  • 10 Batdaf : […] il disait même qu’il était champion de peur… (17 B2)

27Astérix et les Normands amène un autre jeu de mots qui a pour base le nom d’un personnage. Cette fois, les traducteurs ont été obligés de changer le nom de façon à conserver l’écho, car le français se fonde sur une onomatopée en -af qui n’a pas d’équivalent identique en anglais. Un guerrier normand rend compte à son chef de la capture de Goudurix, le « champion de peur »10 (AN 21 A2) :

Batdaf : Nous l’avons capturé comme on le fait pour les oiseaux, pour empêcher qu’ils s’envolent, ô Grossebaf… Un coup de massue et paf !
Epaf : Présent !
Un Normand : Mais non, Epaf ! Personne ne t’a appelé.

28L’impossibilité de trouver une onomatopée en -af, nécessaire pour la cohérence des noms normands, a amené les traducteurs à faire un autre choix, tout aussi efficace et qui permet aux Anglais de se moquer des Français en utilisant un mot péjoratif :

Nescaf: We clubbed him to stop him flying away, the way we club birds… Not very tough, this gaulish riffraff!
Riffraf: Coming!
Norman: No, no one wants you, Riffraf!

29Un autre exemple se trouve à la première page d’Astérix aux Jeux Olympiques lorsque la garnison d’Aquarium apprend qu’un des leurs a été sélectionné pour les jeux. Un légionnaire nouvellement arrivé demande la raison de l’agitation qui règne dans le camp et s’entend répondre : « On voit bien que tu es un bleu, Deprus ! » (JO 5 D1). La proximité des deux noms évoque la couleur, le bleu de Prusse. Prussian blue existe bien entendu en anglais, mais la couleur bleue n’évoque nullement le manque d’expérience qui en anglais est dénoté par le vert. L’échange est donc traduit comme suit : « You’re pretty green, aren’t you, Bilius ? ». L’association de la couleur verte et de la bile étant courante, cette traduction permet de conserver à la fois le champ sémantique de la couleur et le sens de novice.

30C’est toutefois dans Astérix en Corse que le nom d’un personnage tisse tout un réseau de références dans la traduction anglaise, laquelle, dans ce cas précis, surpasse l’original. Ce personnage est un jeune légionnaire engagé volontaire. Son nom dans la version française est Sciencinfus qui reflète assez bien le personnage. Quelqu’un qui a la science infuse déclenche facilement l’ennui. Dans les dialogues originaux, il est dépeint comme un fou qui fait du zèle et par conséquent est détesté par les autres légionnaires :

  • 11 Les caractères gras figurent dans l’original.

(a) Centurion : Sciencinfus, tu es peut-être le seul volontaire de la garnison, mais tu m’ennuies ! Nous allons voir ce navire et faire un rapport ! (AC 22 C1)
(b) Centurion : Par Jupiter et par Mercure ! Tu veux des ennuis ? Tu les auras ! Je te charge de conduire ces imbéciles à Aléria ! (AC 24 C3)11
(c) Sciencinfus : Préteur ! Je capturerai Ocatarinetabellatsointsoin ! (AC 27 D2)
Préteur : Tu es nouveau ici… (AC 28 A1)

31Dans cet échange, on remarque l’irritation qu’il provoque ou l’ironie du préteur dans (c). La traduction anglaise va beaucoup plus loin car le nom du personnage a été traduit par Courtingdisastus (courting disaster) qui montre bien les dangers auxquels s’expose cet irresponsable. Voici le nom dans son contexte:

(a’) Centurion: You may be the one volunteer in this garrison, Courtingdisastus, but you’re getting me down! We’re going to look at that ship and write a report!
(b’) Centurion: By Jupiter and Mercury! Are you looking for trouble, Courtingdisastus? Well, you can have it! You can escort these idiots to Aleria!
(c’) Courtingdisastus: O praetor, I will recapture Boneywasawarriorheynonnyno!
Praetor : You’re Courtingdisastus…

32On voit que le choix du nom permet beaucoup plus de sous-entendus dans la version anglaise, notamment dans (c’) avec l’aide des points de suspension, et le sens est redondant dans (b’) avec l’expression synomyme looking for trouble. Le nom permettra un autre jeu de mots qui ne se trouve pas dans l’original, quelques pages plus loin : Sciencinfus arrive dans le village d’Ocatarinetabellatchichix et frappe à la porte de Carferrix. Sa sœur ouvre la porte sans dire un mot. Sciencinfus lui adresse alors la parole et Carferrix intervient. Voici le dialogue entre les deux protagonistes :

Carferrix : Je n’aime pas qu’on parle à ma sœur (AC 31 D1)
Sciencinfus : Mais… Mais elle ne m’intéresse pas votre sœur. Je voulais simplement…
Carferrix : Elle te plaît pas ma sœur ? (AC 32 A1)
Sciencinfus : Mais si, bien sûr, elle me plaît… (AC 32 A2)
Carferrix : Ah, elle te plaît, ma sœur ! ! ! retenez-moi ou je le tue, lui et ses imbéciles !
Carferrix (à sa sœur) : Chipolata ! Que je t’y reprenne à conter fleurette aux Romains ! (AC 32 B2)

33Nous avons reproduit l’échange (presque) dans son intégralité pour faciliter la compréhension du contexte (le caractère ombrageux et le sens de l’honneur des Corses), mais c’est la dernière réplique qui nous intéresse car la traduction conserve l’idée de courtiser, contenue à la fois dans le verbe court et dans l’expression « conter fleurette », tout en ajoutant un jeu de mots sur le nom de ce personnage qui vit dangereusement. Voici la traduction: « Chipolata, don’t let me catch you courting disaster again by flirting with any Romans again! » Nous sommes ici dans un cas typique de bonification, car le nom français ne s’intégrait pas dans la réplique de l’original.

34Cette étude se termine sur cette heureuse trouvaille des traducteurs. Nous espérons avoir montré que pour traduire des noms propres à vocation humoristique, une certaine souplesse est nécessaire. On ne peut en effet toujours traduire exactement l’humour qui est dans l’original, vu les contraintes spécifiques à chaque langue, mais dans le cas de cette bande dessinée en particulier, les traducteurs ont démontré avec brio qu’il était toujours possible, sinon de traduire, du moins d’adapter de façon à conserver le même genre d’humour que dans la langue source. Une grosse déception toutefois : que ce soit dans les noms inventés par les auteurs (près de 400), ou dans les traductions anglaises, nous n’avons trouvé le moindre Paulus !

Haut de page

Bibliographie

Ballard, Michel, 1993, « Le Nom Propre en Traduction », in Babel 39/4, Amsterdam, Benjamins, p.194-213.

—, 1998, « La traduction du nom propre comme négociation », in Palimpsestes 11 : Traduire la culture, Paris, PSN, p.199-223.

—, 2001, Le Nom propre en traduction, Paris, Ophrys.

Beaumont, Laurence, 1993, « La traduction anglaise d’Astérix chez les Bretons : Mécanismes du rire et procédés linguistiques dans la bande dessinée », in Études lexicales, Reims, Presses Universitaires de Reims, p.11-22.

Delesse, Catherine, 1994, Image, texte et métaopération, Doctorat Nouveau Régime, Sorbonne nouvelle – Paris 3 (sous la direction d’Henri Adamczewski).

—, 1998, « Astérix d’un bord à l’autre de l’Atlantique, ou La Grande Traversée », in Palimpsestes 11 : Traduire la culture, Paris, PSN, p.173-185.

—, 2001, « Les dialogues de BD : une traduction de l’oral ? », in M.Ballard, Oralité et traduction, Arras, Artois Presses Université (Collection « Traductologie »), p.321-340.

Lanoë, Philippe, 1991, Asterix in Britain, Marseille, Bédésup.

Corpus

Goscinny, René et Uderzo, Albert, 1961, Astérix le Gaulois, Paris, Dargaud.

—, 1963, Astérix et les Goths, Paris, Dargaud.12

—, 1963, Le tour de Gaule d’Astérix, Paris, Dargaud.

—, 1964, Astérix Gladiateur, Paris, Dargaud.

—, 1965, Astérix et Cléopâtre, Paris, Dargaud.

—, 1966, Le combat des chefs, Paris, Dargaud.

—, 1966, Astérix chez les Bretons, Paris, Dargaud.

—, 1966, Astérix et les Normands, Paris, Dargaud.

—, 1967, Astérix légionnaire, Paris, Dargaud.

—, 1968, Astérix aux jeux olympiques, Paris, Dargaud.

—, 1969, Astérix en Hispanie, Paris, Dargaud.

—, 1972, Le devin, Paris, Dargaud.

—, 1973, Astérix en Corse, Paris, Dargaud.

Traduction anglaise par Anthea Bell et Derek Hockridge :

Asterix and the Goths, Londres, Hodder Dargaud, 1974.

Asterix the Gladiator, Londres, Hodder Dargaud, 1969.

Asterix and the Banquet, Londres, Hodder Dargaud, 1979.

Asterix and Cleopatra, Londres, Hodder Dargaud, 1969.

Asterix and the Big Fight, Londres, Hodder Dargaud, 1971.

Asterix in Britain, Londres, Hodder Dargaud, 1970.

Asterix and the Normans, Londres, Hodder Dargaud, 1978.

Asterix and the Legionary, Londres, Hodder Dargaud, 1970.

Asterix at the Olympic Games, Londres, Hodder Dargaud, 1972.

Asterix in Spain, Londres, Hodder Dargaud, 1971.

Asterix and the Soothsayer, Londres, Hodder Dargaud, 1975.

Asterix in Corsica, Londres, Hodder Dargaud, 1980.

Haut de page

Notes

1 Voir liste en fin d’article.

2 La série Astérix a été traduite par Anthea Bell et Derek Hockridge.

3 Page de présentation des personnages dans chaque album.

4 AL 12 A 1 signifie Astérix légionnaire (voir dans le corpus en fin d’article les lettres qui servent de code aux titres) page 12, 1er strip, 1re image.

5 Correspondance privée avec Mme Anthea Bell.

6 Voir notre article dans Palimpsestes 11.

7 Technique illustrée magnifiquement par le personnage de James Stewart dans le film MrSmith goes to Washington de Frank Capra, où il prend la parole pendant des heures en refusant de la céder à un autre.

8 Appelée aussi Boudicca, elle est morte en 60 de notre ère.

9 Paroles : René Pugol, E. Audiffred, Géo Koger. Musique : Vincent Scotto, 1936.

10 Batdaf : […] il disait même qu’il était champion de peur… (17 B2)

Grossebaf : Il est champion de peur, par Thor ! (31 A2)

11 Les caractères gras figurent dans l’original.

12 Nous indiquons en gras les lettres du titre qui servent de référence dans l’article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Delesse, « Les noms propres dans la série Astérix
et leur traduction anglaise
 », Palimpsestes, Hors série | 2006, 297-315.

Référence électronique

Catherine Delesse, « Les noms propres dans la série Astérix
et leur traduction anglaise
 », Palimpsestes [En ligne], Hors série | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1067 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1067

Haut de page

Auteur

Catherine Delesse

Catherine Delesse est maître de conférences à l’université d’Artois, où elle assure des cours de grammaire, phonétique et linguistique. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée Image, texte et méta-opération soutenue en 1994 à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 sous la direction du Professeur Adamczewski. Elle est membre de deux centres de recherche : le CERTA (Centre de Recherche en Traductologie de l’Artois) et le TRACT (Paris 3). Ses recherches portent sur plusieurs domaines : linguistique, traduction (notamment dans le domaine français-anglais) et la relation image/texte dans la bande dessinée. Elle prépare actuellement un ouvrage sur la traduction anglaise de la série Astérix.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org