Navigation – Plan du site

L’adjectif composé en X + nom + -ed et sa traduction intralangue

Linda Pillière
p. 51-68

Résumés

Après avoir étudié le fonctionnement syntaxique et sémantique de cette structure, on tente de mettre en évidence la différence entre adjectif + nom + -ed et adverbe + nom + -ed. On examine également la différence entre adjectif + nom + -ed et le nom composé pour montrer l’importance des rapports interlocutifs dans le choix de telle ou telle forme et comment des changements introduits dans les éditions américaines des romans britanniques, la substitution d’une forme à une autre, sont révélateurs d’une modification plus profonde, notamment dans les rapports entre l’énonciateur-narrateur et le lecteur.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude s’attachera, d’une part, à analyser le fonctionnement de l’adjectif composé en anglais et notamment des adjectifs dénominaux du type blue-eyed, two-chimneyed et darkly-suited, et, d’autre part, à étudier des modifications apportées à ces adjectifs composés lorsque certains romans britanniques sont publiés par une autre maison d’édition de l’autre côté de l’Atlantique. Cette question me semble relever de « la traduction de l’adjectif composé » car, s’il n’y a pas « a priori passage d’une langue à une autre » (Cachin, 1998 : 83), les modifications d’ordre linguistique ne sont pas mineures. À partir de l’étude d’un corpus composé de romans publiés des deux côtés de l’Atlantique, je voudrais démontrer que les modifications apportées aux adjectifs composés relèvent d’une réécriture que l’on pourrait qualifier de traduction1. Mon corpus, comme tout corpus, est à la fois partiel et partial. Ainsi, aucun texte scientifique ou théâtral n’y figure. La dimension historique est également absente de mon analyse. Les textes retenus sont cependant assez variés et destinés à des publics différents. Certains appartiennent à la littérature de jeunesse, d’autres font partie de la collection « Biographies » publiées chez Penguin, d’autres encore sont des romans policiers ou des œuvres de science-fiction. Il me semble donc que le corpus est suffisamment représentatif de la prose romanesque de langue anglaise récente pour faire apparaître des modifications importantes.

2Examinons quelques exemples où les adjectifs composés du texte-source, le texte anglais, ont été modifiés. Tout d’abord, on a constaté que l’édition américaine préférait parfois le nom composé à l’adjectif composé, comme dans les exemples suivants2 :

 (1) It took more than seventy years to create the twelve tombstone-sized volumes that made up the first edition of what was to become the great Oxford English Dictionary. (Winchester, 1999a [1998]:23)

(1a) It took more than seventy years to create the twelve tombstone-size volumes that made up the first edition of what was to become the great Oxford English Dictionary. (Winchester, 1999b [1998] : 25)

3ou encore qu’elle marquait une préférence pour l’adjectif plutôt que l’adverbe à l’initiale :

(2) a radically minded landlord. (Winchester, 2002a [2001] : 31)

(2a) a radical-minded landlord. (Winchester, 2002b [2001]: 26)

4S’agit-il de formes en variation libre, utilisées indifféremment, ou y a-t-il un changement de sens, et, étant donné le thème de ce volume, peut-on parler ici de traduction ? Avant de pouvoir analyser les différents effets de sens et de voir si ces modifications signalent une différence fondamentale entre les deux dialectes, l’anglais américain et l’anglais britannique, ou si elles s’inscrivent dans une tendance éditoriale, il conviendra tout d’abord de mettre en évidence certaines caractéristiques des adjectifs composés.

5Dans la présente étude, je m’intéresserai surtout aux adjectifs composés qui contiennent un nom suivi d’un suffixe -ed. Ces adjectifs peuvent être précédés d’un adverbe, darkly-suited, d’un adjectif, red-faced, d’un numéral, three-bedroomed, d’un verbe, knock-kneed, d’un nom, lynx-eyed.

6Plusieurs questions se posent quant à la formation de ces adjectifs. Dans un premier temps, je me propose d’examiner les rapports qui existent entre les différents éléments de la forme composée et les contraintes sémantiques et syntaxiques concernant leur formation. Puis j’examinerai deux types d’adjectifs composés en nom + -ed, ceux qui sont précédés d’un adjectif et ceux qui sont précédés d’un adverbe, pour essayer d’éclairer le fonctionnement de l’adjectif composé anglais avant d’analyser les différents effets de style créés dans les différentes éditions.

Contraintes sémantiques et syntaxiques concernant le premier terme de l’adjectif composé

7De nombreux linguistes ont fait remarquer que ce type d’adjectif composé est presque toujours employé dans les descriptions d’une caractéristique physique (blue-eyed) ou mentale (bad-tempered). Cette caractéristique physique ne se limite pas à la description de l’homme mais se retrouve également dans les descriptions d’animaux (short-winged, red-tailed) ou d’objets (red-roofed, sharp-pointed). De nouveau, partant de l’hypothèse que la structure nom + -ed attribue une propriété définitoire au nom, certains linguistes et grammairiens ont tendance à refuser un adjectif composé dont le premier terme introduirait le point de vue de l’énonciateur. Souesme écrit que « l’adjectif accolé au nom doit être dépourvu de toute connotation appréciative subjective » (Souesme, 1992 : 243). Or des exemples existent bel et bien pour démontrer que le premier terme peut être appréciatif, comme dans l’exemple suivant :

 (3) “He should not nod and smile at me, for all that,—the black, grim, ugly-eyed old man!” said Pearl.(Hawthorne,1974 [1850] : 243)

8J’analyserai maintenant de plus près les rapports qui existent entre le premier et le second terme de l’adjectif composé, et les rapports entre l’adjectif composé et son noyau, le nom. Je pars de l’hypothèse qu’il s’agit essentiellement d’un rapport entre le domaine référentiel et une propriété ou un trait.

L’adjectif composé – un trait dissocié du domaine référentiel

9Dans un premier temps j’examinerai les cas où l’adjectif composé est purement descriptif.

Focalisation sur la qualité

10Un trait peut être la caractéristique la plus visible d’un tout, un détail proéminent : ce qui permet de distinguer un être d’un autre ou encore ce qui semble le plus important aux yeux de l’énonciateur. On met en valeur la spécificité de la partie. Les effets de sens en discours peuvent être variés.

11Le premier terme du composé peut être davantage appréciatif. Plus un adjectif est appréciatif, plus il reste extérieur à la notion nominale. En ce cas, le premier terme semble garder une autonomie plus grande, à la fois syntaxique et sémantique. Ceci est frappant lorsqu’on examine les composés qui contiennent un numéral, du genre two-roomed. En effet, dans un adjectif composé, la pluralité du nom existe souvent, comme dans l’exemple qui suit, où nous avons two-knived3 :

 (4) A couple of years ago I was at an implement dealer that sold Bush Hog equipment. I noticed a bat-wing version with one wing up in the vertical position, and what I saw caught my attention. There were four knives under the deck. Well, OK, I thought—twice the cuts that a regular two-knived machine can offer.
(http://www.ytmag.com/​implment/​messages/​21862.html).

12Dans un nom composé épithète, on emploie la forme singulier de knife :

(5) A two knife machine allows part of the web width to be processed by one knife and part by the other.
(http://www.freepatentsonline.com/​5324383.html)

13Du point de vue sémantique, la quantité évoquée par le premier terme semble davantage mise en valeur dans un adjectif composé que dans un nom composé, et porte sur l’adjectif. Examinons l’énoncé suivant :

 (6) In the 1664 Chimney Tax Joane (sic) Kelloway, presumably George’s widow, had one two chimneyed house at Broadway Tything, and another at Stone Tything.
(http://www.callawayfamily.org/​document/​Dorset.htm)

14Le nombre de cheminées est bien la propriété considérée comme étant saillante car c’est à partir de ce nombre que l’on calcule l’impôt : « A revision of the Act in 1664 made the tax payable by all who had more than two chimneys: a stopped-up chimney, on discovery, being charged double » (http://www.callawayfamily.org/​document/​Dorset.htm). Ce qui est évoqué n’est donc pas un type de maison mais une maison qui a un certain nombre de cheminées. De même, dans l’énoncé qui suit, c’est l’existence de deux cheminées qui importe :

(7) Last night my husband and I were at the Great Frederick Fair in Frederick Maryland. At dusk we were strolling the midway, near the ferris wheel, when I noticed a swirl of swifts circling over a two-chimneyed house just off the fairgrounds behind the ferris wheel. I stopped to watch for several minutes and was rewarded by the sight of individual swifts dropping down to and eventually entering one or the other of the chimneys until the last bird (out of dozens) disappeared down the chute at approximately 7:30 p.m. We didn’t take in the grandstand show at the fair but found this avian activity to be awesome. (http://www.freelists.org/​archives/​va-bird/​09-2004/​msg00254.html)

15En revanche, l’exemple suivant illustre l’emploi du numéral pour créer une catégorie :

 (8) Then we cleared off the privet and discovered a brick wall running through the pile. Further work revealed that it was a chimney base with paired hearths, typical of a two-room saddlebag house (two square units with a central chimney). Houses of this type have been found in other places in the village and were possibly homes for some of the mill workers.

The other structure was first thought to be a standard two-chimney house, but as we began to clear off the heavy privet cover and open up the area, we discovered that it was more than 55 feet long, with a low brick wall running its full length. (http://www.passportintime.com/​summaries/​01/​ga01-02_c-o_scullshoals.html)

16Il s’agit bien ici d’un type de maison : houses of this type, a standard two-chimney house.

17Examinons un autre cas de figure où le nom composé alterne avec l’adjectif composé. Il s’agit de middle-age + nom et de middle-aged. Les exemples (9-10) illustrent l’emploi de l’adjectif composé, alors que le nom composé figure dans (11) :

 (9) Entitled Robert and Rachel (pseudonyms for Merrymarsh and Mrs Rottingdean) it told, in the form of Robert’s journal, the story of a middle-aged man’s first love affair. Robert was a bachelor, a man of letters with a modest reputation, a popular apologist for Catholicism. At the age of forty-eight he had nothing to look forward to but a repetition of his existing routine. (David Lodge, 1981 [1965]: 140)

(10) William Smith sold his fossils to the Museum, and did so while he was still a middle-aged man. (Winchester, 2002a [2001]: 243)

(11) a pattern that is boldly representative of the direction and outcrop of England’s main-clutch of middle-age sedimentary rocks. (Winchester, 2002a [2001]: 149)

18Les exemples (9) et (10) mettent l’accent sur le rapport entre le premier et le second terme du composé, à savoir entre middle et aged. Souvent l’énonciateur apporte une précision ailleurs concernant l’âge : at the age of forty-eight (9). Ici, dans ces exemples, il s’agit bien d’une référence spécifique : l’adjectif est descriptif mais non classifiant. Dans l’exemple (11), la focalisation est davantage sur le noyau du groupe nominal, on fait bien référence aux roches d’une certaine ère géologique, à une catégorie. La traduction de Thierry Piélat est intéressante à cet égard. Si la traduction de middle-aged met bien en lumière la valeur de l’adjectif composé, elle ajoute une précision qui n’est qu’implicite en anglais :

 (10a) William Smith a vendu la sienne au musée alors qu’il n’avait pas encore atteint la cinquantaine. (Winchester, 2003 [2001]: 293)

19La traduction de middle-age n’est pas si heureuse :

(11a) Une structure qui montre de façon explicite la direction et les affleurements des principales roches sédimentaires d’ancienneté moyenne d’Angleterre. (Winchester, 2003 [2001]: 179)

20Le terme middle-age en anglais fait référence à l’ère mésozoïque ou l’ère secondaire. La traduction proposée ancienneté moyenne crée bien une catégorie, mais toute référence à une ère géologique spécifique est cependant perdue.

Le trait distinctif devient un trait dominant

21Lorsqu’un trait est tellement saillant qu’il devient le trait distinctif d’un ensemble, ce trait distinctif permet de créer une catégorie à part, une sous-classe, ce qui explique, à notre avis, la coexistence d’un adjectif composé et d’un nom composé. Prenons l’exemple humpback whale et hump-backed whale. Les deux formes font référence à une baleine à bosse. L’explication donnée sur un site consacré aux baleines est la suivante :

(12) New England is where humpback whales were first documented. The name « hump-backed », coined by early whalers, probably resulted from the appearance of arching their back while diving, and the prominent dorsal fin. (http://www.pacificwhale.org/​childrens/​fshumpback.html)

22Le premier terme employé par les marins, hump-backed, indiquait bien que la bosse singularisait ces baleines. Hump-backed est une qualité qui permet de distinguer un certain type de baleine. Du point de vue diachronique, la forme d’adjectif composé est apparue avant celle de nom composé. Au lieu de mettre en valeur un trait saillant distinctif ou non, le nom composé suggère que l’ensemble est divisible en plusieurs catégories. Le nom composé relève d’un travail plus synthétique.

Adverbe + nom + -ed ou adjectif + nom + -ed

23Avant d’examiner le choix d’un adjectif ou d’un adverbe dans le composé, on rappellera quelques faits. L’emploi de l’adverbe devant l’adjectif composé nom + -ed a tendance à mettre en valeur le caractère descriptif de l’adjectif. Ceci n’a rien d’étonnant si on réfléchit sur le fonctionnement des adverbes qui prémodifient un groupe nominal. C. Guimier souligne que « A short story est un type littéraire ; a very/unusually short story ne renvoie à aucune catégorie mais évoque seulement une histoire qui a la particularité d’être brève » (Guimier, 1988 : 212). Passons maintenant à des exemples qui renvoient aux mêmes agents secrets : les deux héros du film Men in Black. Il s’agit de deux sites de presse :

 (13) Those dark-suited secret agents with the hipster Ray-Bans and the too-cool-for-you attitudes are coming back to rid Earth of the scum of the universe—again.
(http://www.usatoday.com/​life/​movies/​2002/​2002-03-12-mib2.htm)

 (14) The two darkly suited saviors of the planet are back after a five-year hiatus
(http://www.movieorigins.com/​review_meninblackII.htm)

24Notons tout d’abord la différence en ce qui concerne la détermination. Dans l’exemple (13), l’énonciateur fait appel à des connaissances partagées, d’où l’emploi du déictique : those dark-suited agents. Mais comment expliquer que dans un cas nous avons l’adverbe darkly et dans l’autre l’adjectif dark ? Selon Claude Charreyre, l’emploi d’un adverbe en -ly se trouve dans des contextes où le référent évoqué marque un écart par rapport au type. Elle cite l’exemple suivant : « A man … darkly suited still in high summer, when many of his colleagues were walking along the High in T-shirts and trainers. » (Charreyre, 1995 : 134). Commentant cet emploi, C. Charreyre écrit :

Dans un contexte où la stabilité référentielle de la propriété « ne devrait pas être le cas », ces adverbes en <-ly>, a priori non modaux puisque référant à la réalisation de la couleur, prennent une valeur modale d’écart par rapport au type (1995 : 135).

25Plusieurs exemples de notre corpus semblent correspondre à cette analyse4 :

(15) The darkly-suited quartet plays atmospheric post-punk that you’d swear was on the Pretty in Pink soundtrack.
(http://www.trendcentral.com/​trends/​trendarticle.asp?tcArticleId=716)

(16) The angry young man who filled his pop with venom and spark seems long-departed. Tonight, darkly suited and slight against the Royal Concert Hall’s stage, Costello croons with passion and style.
(http://www.guardian.co.uk/​print/​0,3858,4770360-110430,00.html)

26L’énoncé (15) oppose le choix vestimentaire du groupe en question et le style de la musique qu’ils jouent. De même, dans (16), on oppose le chanteur pop d’autrefois, the angry young man, et celui d’aujourd’hui, qui chante dans un style tout à fait différent.

27Examinons, de nouveau, les deux exemples (13) et (14). Si on part du principe que la présence d’un adverbe signifie que l’adjectif est descriptif et non pas classifiant, il s’ensuit que l’adjectif n’entre pas dans une liaison aussi étroite avec le nom. L’emploi d’un adverbe, à la place d’un adjectif, crée une unité moins homogène, moins synthétique, que lorsque nous avons affaire à un adjectif + nom + -ed. D’ailleurs, il n’y a pas de trait d’union. En d’autres termes, chaque élément du composé garde davantage sa propre valeur sémantique et peut être focalisé. Dans l’exemple (14), darkly n’évoque pas une variété de costume, ne modifie pas l’adjectif suited en soi pour créer une autre unité sémantique, mais évoque une qualité associée à un support précis dans des circonstances spécifiques. Darkly suited men est donc une tournure plus analytique que la structure dark-suited men. S’il y a écart par rapport au type, il s’agit peut-être du choix de vêtements sombres pour des sauveurs du monde.

28La comparaison entre les éditions américaines et britanniques semble confirmer notre première hypothèse que les modifications constatées relèvent bien d’un travail de traduction.

29L’idée qu’une édition américaine d’un roman puisse être une traduction de sa version originale en Grande-Bretagne n’est pas totalement nouvelle. Marie-Françoise Cachin, dans son article « C’est loin l’Amérique ? ou la traduction transatlantique », a bien souligné les modifications, notamment péritextuelles et paratextuelles, subies par le texte source. Tout comme un traducteur, un éditeur est un interprète. André Joly écrit à propos du traducteur :

C’est pour son lecteur, sur l’autre rive, qu’œuvre le traducteur-passeur. Traducteur et lecteur partagent la même culture et parlent le même langage, ils ont en commun ce qu’on a pu appeler une « langue-culture » – qui n’est pas celle du producteur du texte de départ. (Joly, 2003 : 24)

30On pourrait facilement substituer le terme « éditeur » à celui de « traducteur » ici. Tout comme le traducteur, l’éditeur américain, par le choix d’un nouveau titre, ou d’une couverture différente, recrée le texte pour un nouveau public, le lectorat américain. Or, si l’on admet facilement que les éditions américaines des romans britanniques sont bien différentes en ce qui concerne le paratexte éditorial, ou modifient des allusions culturelles, il existe, me semble-t-il, peu d’analyses sur les aspects linguistiques. Cependant, le texte britannique subit un véritable travail de traduction lorsqu’il traverse l’océan Atlantique, et les modifications observées concernant les adjectifs n’en sont qu’un exemple. De nombreuses modifications relèvent de procédés de traduction associés au passage dans une langue étrangère, à savoir la transposition et la modulation. Les exemples abondent dans le corpus et concernent diverses catégories grammaticales, ainsi que des exemples d’étoffement. Ainsi les transformations citées au début de cet article ne sont pas des cas isolés mais relèvent d’un travail de réécriture que nous pouvons qualifier de traduction. Lorsque l’on examine la traduction française de certains de ces exemples, on constate, d’ailleurs, que les mêmes procédés de traduction ont été employés dans l’édition américaine. Quand on compare le texte source et la version française, on n’hésite pas à identifier ces changements comme relevant de procédés de traduction. Pourquoi en serait-il autrement à propos du texte américain ? D’ailleurs la notion de réécriture intralinguistique est une catégorie de traduction proposée par Jakobson : « intralingual translation or rewording is an interpretation of verbal signs by means of other signs of the same language » (Jakobson, 2004 [2000] : 139).

31Parfois la différence d’emploi de l’adjectif composé en Grande-Bretagne et aux États-Unis relève d’une différence dialectale. Examinons d’abord l’emploi de full ou fully + verbe + -en. Le Longman Dictionary of Contemporary English précise que l’emploi de fully-grown est plutôt britannique tandis que full-grown est davantage américain. D’autres exemples de mon corpus confirment ce point :

 (17) The horse […] mature at six; the elephant at ten. While at thirteen a man is not yet sexually mature; and is only fully grown at twenty. (Huxley, 1973 [1932]: 23)

(17a) The horse […] mature at six; the elephant at ten. While at thirteen a man is not yet sexually mature; and is only full-grown at twenty. (Huxley, 1998: 15)

32L’exemple suivant, extrait également de Brave New World, montre que la forme full-grown apparaît en anglais britannique, sans trait d’union toutefois :

 (18) maggots again, but larger, full grown, they now crawled across his grief and his repentance. (Huxley, 1973 [1932]: 165)

33L’anglais américain ne possède qu’une seule forme. Or, la structure fully + verbe + -en, insiste sur la manière d’atteindre la maturité ou d’arriver au degré ultime. L’adverbe introduit une appréciation modale, un trait saillant qui n’est pas présent dans l’adjectif, et suggère, ici, qu’il existe des étapes intermédiaires. L’exemple (17) illustre ce point, car il contient une idée de progression entre thirteen et twenty. En revanche, full-grown évoque seulement la taille finale, un processus stabilisé. En anglais britannique, on a effectué un choix énonciatif. Cette distinction, et la possibilité du choix, disparaît dans le dialecte américain. Qu’en est-il de la traduction française ?

(17b) un homme […] n’est adulte qu’à vingt ans. (Huxley, 1994 : 33)

(18a) Larves encore, mais plus grosses, complètement adultes, ils rampaient à présent. (Huxley, 1994 : 233)

34Dans l’exemple (17b), la notion représentée par l’adjectif composé en anglais est rendue par un nom français, adulte, qui évoque la taille finale et gomme la notion de parcours temporel. L’exemple (18a) introduit un adverbe, complètement, là où l’idée de degré est seulement implicite en anglais britannique dans le composé full grown. Le traducteur a donc inversé la valeur des deux formes.

35Si les possibilités de choix dans le cas de full-grown sont conditionnées par les contraintes grammaticales propres au dialecte américain, il n’en est pas ainsi pour d’autres adjectifs composés, notamment ceux en adverbe + nom + -ed. L’examen de quelques sites Internet fait apparaître que la presse américaine utilise les deux formes de l’adjectif composé en X + nom + -ed, à savoir celles qui ont un adjectif ou un adverbe à l’initiale, alors que certains éditeurs américains ont préféré n’utiliser que la structure de l’adjectif + nom + -ed.

 (19) He was […] originally minded enough to realize he could do better. (Winchester, 1999a [1998]:122)

(19a) He was […] original-minded enough to realize he could do better. (Winchester, 1999b [1998] : 138)

 (20) These early Smith maps may in some ways look—especially to pedantically minded critics—rather vague. (Winchester, 2002a [2001]: 149)

(20a) These early Smith maps may in some ways look—especially to pedantic-minded critics—rather vague. (Winchester, 2002b [2001]: 145)

 (21) a radically minded landlord. (Winchester, 2002a [2001]: 31)

(21a) a radical-minded landlord. (Winchester, 2002b [2001]: 26)

36Il s’agit donc d’un choix énonciatif, tout comme dans les exemples suivants où l’édition américaine a préféré le nom composé à l’adjectif composé, les deux formes étant utilisées en anglais américain :

 (22) Those were the days of hard work and making-do, the one-roomed flat in South London […]. (McEwan, 1998 :123)

(22a) Those were the days of hard work and making do, the one-room flat in South London […]. (McEwan, 1999 : 133)

 (23) Scattered all over the fields around Churchill […] were hundreds of small, thumbnail-sized objects. (Winchester, 2002a [2001]: 36)

(23a) Scattered all over the fields around Churchill […] were hundreds of small, thumbnail-size objects. (Winchester, 2002b [2001]: 32)

37Quelles sont les motivations de ce choix ? À première vue, on pourrait croire qu’il s’agit d’une politique éditoriale. Les exemples du corpus, extraits de romans différents, sont publiés par deux grandes maisons d’édition : Harper Collins et Random House ; le degré d’américanisation varie selon la maison d’édition. Dans un autre roman de Simon Winchester, The River at the Center of the World, paru chez Picador, le relevé des adjectifs composés en -minded montre que l’édition américaine maintient l’adverbe à l’initiale :

(24) Philippines, Malaysia and Taiwan. In the case of the Sprady Islands, the tiny state of Brunei—hardly the world’s most imperially minded state, even though its ruler was said to be the planet’s richest man—had advanced a claim as well. (Winchester, 2004 [1996]: 52).

(25) Many of China’s neighbors, as well as strategically minded analysts in Washington, were starting to fret publicly about her doing such a thing. (Winchester, 2004 [1996]: 53).

38On notera toutefois qu’une maison d’édition ne semble pas toujours avoir une politique cohérente même pour un auteur donné. Si nous prenons d’autres romans de Terry Pratchett, publiés également par Harper Collins, les adjectifs composés en -sized ne sont pas systématiquement transposés en noms composés :

(26) The dwarf stepped into a smaller room […] and motioned to a couple of dwarf-sized chairs. (Pratchett, 2005: 70)

(27) He looked up at lead and iron buckets bigger than he was, and a tangle of man-sized pipes. (Pratchett, 2000 [1992] : 296)

39Un examen des romans de Colin Dexter révèle que si la forme full-fledged est substituée à fully-fledged dans The Remorseful Day, il est possible de trouver fully-grown dans un autre roman, toujours publié à New York par la même maison d’édition, Random House :

(28) Three fully-grown fir trees screened the spacious front garden from the busy main road, and the back garden. (Dexter, 1997 [1976]: 83)

40S’agit-il d’un oubli de la part de l’éditeur ou d’un correcteur différent ? Si l’on accepte l’hypothèse d’une politique éditoriale de certaines maisons, quelle est la motivation de ce choix ? Les grandes maisons d’édition américaines cherchent des best sellers, publiant des livres pour leur potentiel commercial. Tout ce qui peut décourager le lecteur, tout ce qui peut sembler différent est gommé. Ceci explique la traduction intralinguale des références culturelles dans Harry Potter, la modification de l’orthographe britannique ou encore la transposition de certaines formes grammaticales qui pourraient paraître moins idiomatiques telle fully grown citée plus haut. Le texte source est jugé trop britannique, trop étrange pour le lectorat américain. Comme le fait remarquer André Lefevere :

Not all features of the original are, it would seem, acceptable to the receiving culture, or rather to those who decide what it is, or should be acceptable to that culture: the patrons who commission, publish it or see to it that it is distributed. (Lefevere, 1992 : 7).

41On peut se demander également ce qui advient du style de l’auteur lorsque de telles modifications sont effectuées. Les exemples tirés des romans de Simon Winchester montrent que l’auteur a une prédilection pour l’adjectif composé avec adverbe à l’initiale. Les changements introduits dans l’édition américaine modifient sensiblement le style. Ailleurs, la traduction ne s’explique pas si facilement par la différence dialectale, étant donné que les structures analysées sont employées dans les deux dialectes. Dans ce cas, le choix de telle ou telle structure relève d’un véritable choix énonciatif. Quelles sont les conséquences stylistiques d’un tel choix ?

42Il semble que la présence d’un adverbe ou d’un adjectif comme premier terme dans un composé relève de degrés divers d’intégration, et que la composition adjectif + nom + -ed entre dans deux micro-systèmes différents. D’une part, elle s’oppose à la structure adverbe + nom + -ed pour marquer une construction plus homogène, un rapport plus serré entre les éléments. D’autre part, elle s’oppose au nom composé qui, lui, présente une vision encore plus synthétique que l’adjectif.

43Les exemples (22) et (23) font apparaître que l’édition américaine préfère renvoyer à une catégorie, alors que le texte source a tendance à mettre en valeur un trait saillant. En d’autres termes, si le choix d’un nom composé présuppose une stabilité référentielle, une référence à une propriété de l’objet qui est également connue du co-énonciateur, celui de l’adjectif composé indique la présence d’un énonciateur et son appréciation personnelle. L’exemple extrait d’Amsterdam illustre bien cette différence de voix. Il s’agit d’un passage qui semble appartenir à du discours indirect. Le passage intégral permet de mieux apprécier le changement stylistique :

 (29) She paused to ensure she had everyone’s full attention, then began with a little history of her marriage, from the days when she was at the Guildhall, dreaming of a career as a concert pianist, and Julian was an impoverished and high-spirited law student. Those were the days of hard work and making do, the one-roomed flat in south London, the birth of Annabel, her own late decision to study medicine and Julian’s unflinching support, the proud purchase of their first house at the less popular end of Fulham, the birth of Ned, Julian’s growing success at the bar, her first internship, and so on. (McEwan, 1998 : 123)

44Dans cet extrait, Mrs Garmony, épouse d’un célèbre homme politique, retrace leurs débuts modestes. En employant un adjectif composé one-roomed, l’énonciateur-personnage insiste sur l’exiguïté du logement. L’édition américaine, en optant pour le nom composé, met en valeur le type d’appartement et, en le faisant, efface la spécificité de la voix de l’énonciateur-personnage. La traduction française spécifie également la catégorie du logement en choisissant le terme studio (McEwan, 2001 : 178). Ainsi, au lieu d’entendre la voix de Mrs Garmony, le lecteur de l’édition américaine ou de la traduction française entend davantage l’énonciateur-rapporteur. L’ajout d’un adjectif en français (petit studio) aurait pu réintroduire une appréciation modale, mais le sens aurait été légèrement différent.

45Il s’ensuit que la substitution d’un nom composé à l’adjectif composé ou la substitution d’un adverbe à l’adjectif à l’initiale relèvent du même procédé, que l’on peut qualifier d’homogénéisation, une homogénéisation qui se manifeste à d’autres niveaux dans ces éditions. On observe la même démarche dans l’énoncé suivant, où une postdétermination d’un nom par une proposition relative est remplacée par un adjectif composé en position d’épithète :

(30) In the end he had converted the more westerly of the two rooms into a library, with a writing desk, a couple of chairs and teak bookshelves that ran from floor to ceiling. (Winchester, 1999a [1998]:109)

(30a) In the end he had converted the more westerly of the two rooms into a library, with a writing desk, a couple of chairs and floor-to-ceiling teak bookshelves. (Winchester, 1999b [1998] :122)

46Il ne s’agit pas de phénomènes isolés mais d’une véritable stratégie de réécriture qui se dévoile à d’autres niveaux. Autrement dit, si les modifications concernant les adjectifs composés semblent relever d’une pratique éditoriale qui se limite à quelques maisons d’édition, il n’empêche que cette pratique est caractéristique d’une tendance plus générale qui semble assez répandue chez les éditeurs américains.

47L’examen du corpus fait apparaître un problème qui mériterait d’être approfondi du point de vue contrastif. Mais il a permis de souligner l’existence d’un phénomène qui passe souvent inaperçu. En choisissant le terme « traduction » pour décrire ce phénomène, il ne faut pas oublier une différence fondamentale entre la publication de l’édition américaine d’un roman britannique et sa traduction en langue étrangère. Le lecteur d’une traduction interlinguistique est parfaitement conscient qu’il ne s’agit pas d’une œuvre dans la langue d’origine, car le nom du traducteur figure sur la page de titre à l’intérieur du roman. En revanche, l’éditeur (au sens anglais du terme) de la version américaine reste invisible, anonyme, représenté seulement par le nom de la maison d’édition. Si nos exemples relèvent bel et bien d’une traduction de textes britanniques pour le lecteur américain, c’est une traduction faite à l’insu du lecteur. Comment ne pas penser qu’il s’agit d’une trahison à la fois de l’auteur et du lecteur ?

Haut de page

Bibliographie

Cachin, Marie-Françoise, 1998, « C’est loin l’Amérique ? ou la traduction transatlantique », in Palimpsestes 11, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 83-94.

Charreyre, Claude, 1995, « Des adjectifs en (Nom + ed) en anglais », in Cahiers Charles V 19, Paris, Université Paris 7 – Denis Diderot, p. 111-137.

Chuquet, Hélène et Paillard, Michel, 1987, Approche linguistique des problèmes de traduction, Paris, Ophrys.

Cotte, Pierre, 1997, Grammaire linguistique, Paris, Didier Érudition.

Guimier, Claude, 1988, Syntaxe de l’adverbe anglais, Lille, Presses Universitaires de Lille.

Hirtle, Walter, H., 1969, « -Ed Adjectives like ‘verandahed’ and ‘blue-eyed’ », in Journal of Linguistics 6, p. 19-35.

Jakobson, Roman, 2004 [2000], « On Linguistic Aspects of Translation », in Venuti, Lawrence (ed), The Translation Studies Reader, New York et Londres, Routledge, p. 138-144.

Joly, André et O’Kelly, Dairine, 1990, Grammaire systématique de l’anglais, Paris, Nathan.

Joly, André, 2003, « De la grammaire du texte à la grammaire du contexte », inBallard, Michel et El Kaladi, Ahmed (éds), Traductologie, linguistique et traduction, Arras, Artois Presses Université, p. 21-39.

Larreya, Paul et Rivière, Claude, 1991, Grammaire explicative de l’anglais, Paris, Longman.

Lefevere, André, 1992, Translation/History/Culture; A Sourcebook, Londres, Routledge.

Meys, Willem, J., 1975, Compound Adjectives in English and the Ideal Speaker-listener: a Study of Compounding in a Transformational-Generative Framework, Amsterdam, North Holland Linguistic series.

Pillière, Linda, 2006, « L’adaptation d’un texte britannique pour le contexte américain : le cas d’Amsterdam d’Ian McEwan », in Bulletin de la société de stylistique anglaise 26, Paris, Université Paris 10 – Nanterre, p. 27-48.

Quirk, Randolph et al., 1972, A Grammar of Contemporary English,Londres, Longman.

Souesme, Jean-Claude, 1992, Grammaire anglaise en contexte, Gap, Ophrys.

Corpus

Dexter, Colin, 1997 [1976], Last Seen Wearing, New York, Random House.

—, 2000 [1999], The Remorseful Day, Chatham, Pan.

—, 2001 [1999], The Remorseful Day, New York, Random House.

Hawthorne, Nathaniel, 1974 [1850], The Scarlet Letter and Selected Tales, Harmondsworth, Penguin.

Huxley, Aldous, 1973 [1932], Brave New World, Harmondsworth, Penguin.

—, 1994, Le Meilleur des mondes, trad. Jules Castier, Paris, Plon.

—, 1998, Brave New World, New York, Harper Perennial Modern Classics.

Lodge, David, 1981 [1965], The British Museum is Falling Down, Harmondsworth, Penguin.

McEwan, Ian, 1998, Amsterdam, Londres, Random House.

—, 1999, Amsterdam, New York, Anchor Books.

—, 2001, Amsterdam, trad. Suzanne Mayoux, Paris, Gallimard.

Pratchett, Terry, 2000 [1992], Small Gods, New York, Harper Torch.

—, 1997 [1990], Moving Pictures, Londres, Gollancz.

—, 2002 [1990], Moving Pictures, New York, Harper Torch.

—, 2005, Thud, New York, Harper Collins.

Rowling, J.K., 1997, Harry Potter and the Philosopher’s Stone, Londres, Bloomsbury.

—, 1999 [1997], Harry Potter and the Sorcerer’s Stone, New York, Scholastic.

Winchester, Simon, 1998 [1996], The River at the Centre of the World, St. Ives, Penguin.

—, 1999a [1998], The Surgeon of Crowthorne, Harmondsworth, Penguin.

—, 1999b [1998], The Professor and the Madman, New York, Harper Collins.

—, 2000, Le Fou et le professeur, trad. Gérard Meudal, Paris, J.-C. Lattès.

—, 2002a [2001], The Map that Changed the World, Harmondsworth, Penguin.

—, 2002b [2001], The Map that Changed the World, New York, Harper Collins.

—, 2003 [2001], La Carte qui a changé le monde, trad. Thierry Piélat, Paris, J.-C. Lattès.

—, 2004 [1996], The River at the Center of the World, New York, Picador.

Corpus ressources Internet : Les sites mentionnés ont été consultés le 2 octobre 2005.

Haut de page

Notes

1 Ce travail se situe dans le prolongement des recherches que j’effectue actuellement sur les modifications apportées aux éditions américaines des romans britanniques.

2 La première citation renvoie chaque fois à l’édition britannique. Malgré le changement de titre, The Professor and the Madman est le même roman que The Surgeon of Crowthorne.

3 Les exemples qui suivent ont été trouvés sur Internet.

4 De nouveau, il s’agit, pour la plupart, de sites de presse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Linda Pillière, « L’adjectif composé en X + nom + -ed et sa traduction intralangue », Palimpsestes, 19 | 2007, 51-68.

Référence électronique

Linda Pillière, « L’adjectif composé en X + nom + -ed et sa traduction intralangue », Palimpsestes [En ligne], 19 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/118 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.118

Haut de page

Auteur

Linda Pillière

Linda Pillière, agrégée d’anglais, est maître de conférences à l’Université du Littoral, Côte d’Opale où elle enseigne la linguistique anglaise et la stylistique. Docteur ès lettres de l’université Paris 4 – Sorbonne, sa thèse porte sur une analyse linguistique des propriétés du style de Virginia Woolf. Ses publications sont axées sur la stylistique et la traduction. Ses récents articles portent sur la traduction des romans britanniques par des éditeurs américains.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org