Navigation – Plan du site

Adjectif composé et figures

Christopher Desurmont
p. 119-134

Résumés

L’hypallage rapproche deux termes logiquement incompatibles dans une relation d’incidence. Dans des groupes nominaux mettant en jeu la relation adjectif (composé) / nom, deux objets se rencontrent pour la première fois. L’hypallage – figure de construction entre termes pris au sens propre – peut être basée sur la ressemblance ; mais elle repose plus souvent sur un principe de voisinage, associant deux objets en une relation inédite. Ce que l’on pourrait appeler l’hypallage métonymique placera par exemple un circonstant en position prénominale, où il acquiert une fonction qualificative. La traduction française ne peut reproduire cette relation syntaxique directe, et procède par postposition de la qualification, opérant parfois inévitablement une inversion dans les rapports syntaxiques, l’adjectif devenant la tête nominale. L’image poétique n’est plus la même ; pour autant, la figure est généralement sauvegardée.

Haut de page

Texte intégral

1La traduction des figures de style, en particulier de l’hypallage, soulève des problèmes, notamment lorsque la figure implique un adjectif composé en position prénominale : a lonely rain-ceased midsummer evening. Pour mesurer les enjeux de la traduction, une réflexion préalable sur la figure elle-même est indispensable.

L’hypallage comme déplacement syntaxique

2La figure de l’hypallage est généralement définie comme transfert syntaxique (Suhamy, 1981 : 54), ou comme déplacement d’attribution (Reboul, 1984 : 50). L’expression rendre quelqu’un à la vie se comprend rendre la vie à quelqu’un. L’interprétation consiste alors en un réagencement des termes. Quand Victor Hugo écrit ce marchand accoudé sur son comptoir avide, l’incidence de l’adjectif avide au nom comptoir est littéralement déraisonnable, mais un support de signification acceptable est donné dans la phrase même. La traduction s’efforcera de restituer la figure ; elle n’y parvient pas toujours :

(1) Melissa shook her doubtful curls1.
(1a) ??Melissa secoua ses boucles dubitatives.
(1b) Dubitative, Melissa… (traduction par détachement syntaxique)

3L’adjectif est à présent apposé en tête de phrase et se rapporte directement au nom propre, au référent le plus raisonnable (1b), et non plus aux boucles des cheveux de Melissa ; (1a) est douteux, ce qui est marqué par ??. Cette traduction (1b) satisfait aux exigences de la raison, et par là même échoue à restituer l’image originale. À la lumière d’une traduction qui se refuse à suivre le modèle, il semble juste de parler de « fausse attribution » (Cotte, 1991 : 79). Toutefois, l’expression prise à la lettre semble désigner une anomalie conceptuelle à l’origine de la construction, alors que l’hypallage peut être l’instrument le plus à même de communiquer la singularité d’une vision.

4Étymologiquement, hypallage vient d’un mot grec qui signifie « échange, interversion ». Parler de transfert syntaxique, ou de déplacement d’attribution revient à signifier le caractère a-normal de la représentation induite. Catherine Fromilhague (1995 : 43) écrit : « Ce déplacement est la marque d’un brouillage de nos perceptions habituelles ».

Comment définir l’hypallage ?

5La figure de l’hypallage peut être instanciée dans tout rapport syntaxique : entre verbe et objet régi, sujet et prédicat, sujet et attribut, ou entre l’adjectif et le nom ; à condition que les mots soient utilisés au sens propre. Ce point est développé plus loin.

6Il y a hypallage si l’objet dénoté par la mise en relation de deux termes n’est ni un objet connu, ni un objet pouvant être spontanément admis dans une classe d’objets pré-définie. L’hypallage se caractérise donc par la non-conformité de l’objet induit par la figure ; cette caractéristique expliquant que la figure inédite « saute aux yeux » du lecteur.

7Les expressions courantes telles que a happy day, a sleepless night, quant à elles, passent inaperçues et n’ont pas à être articulées au contexte proche pour recevoir une interprétation, puisque même sans contexte elles sont transparentes. Ces exemples comportent en apparence deux caractéristiques couplées : une ellipse structurelle mesurée à la lumière de la forme pleine correspondante – « a happy day is a day when one feels happy ; a sleepless night is a night during which one cannot sleep » – et une fausse attribution en ce sens que, objectivement, le jour ne peut être heureux, ou la nuit, privée de sommeil.

8L’analyse en terme d’ellipse implique cependant une approche dérivationnelle de la figure qui ne va pas de soi. On peut préférer une définition qui n’implique pas une genèse de l’énoncé et qui regarde uniquement la réalité textuelle, en partant du principe que la signification voulue n’est pas celle livrée par une paraphrase, mais celle inscrite dans le rapport exclusif entre les termes de la figure.

9L’hypallage se caractérise, en définitive, par la conjonction de deux traits : la juxtaposition syntaxique de constituants dont l’un est le support d’incidence de l’autre (typiquement, un nom et un adjectif), et la non-conformité de l’objet né de cette association. La figure participe ainsi à la création d’objets nouveaux, de représentations inédites. Tout aménagement syntaxique, toute explicitation, et par voie de conséquence toute traduction de la figure selon une glose revient à annuler la représentation inscrite dans la figure elle-même.

10On peut évidemment imaginer une double lecture simultanée, l’une, celle de la figure, et l’autre, celle de la glose, en faisant valoir que tout hypallage doit pouvoir être perçue comme une forme d’anomalie2 ponctuant le texte, cette perception impliquant une différence entre signification littérale et signification raisonnable (livrée par la glose). La lecture raisonnable ou réaliste n’est généralement accessible que par la mise en relation entre la figure et le co-texte, d’où l’importance de celui-ci dans le processus de décodage. Ainsi, la traduction de la figure, dans un fragment de poésie notamment, implique souvent une réorganisation du passage dans lequel elle apparaît.

Hypallage et métaphore

(2)
April is the cruellest month, breeding
Lilacs out of the dead land, mixing
Memory and desire, stirring
Dull roots with spring rain.
Winter kept us warm, covering
Earth in forgetful snow, feeding
A little life with dried tubers3.

(2a)
Avril est le plus cruel des mois, il engendre
Des lilas qui jaillissent de la terre morte, il mêle
Souvenance et désir, il réveille
Par ses pluies de printemps les racines inertes.
L’hiver nous tint au chaud, de sa neige oublieuse
Couvrant la terre, entretenant
De tubercules secs une petite vie4.

11La communication ordinaire prend régulièrement appui sur des préconstruits et des présupposés inscrits dans la logique du discours5 ; l’hypallage, quant à elle, se détache sur un fond commun de représentations consensuelles. La figure est image vive précisément parce que le lecteur sait que la neige ne peut être amnésique6. T. S. Eliot nous dit pourtant le contraire en composant cette image déraisonnable. Ne pouvant prendre le texte à la lettre, le lecteur s’égare dans l’interprétation ou les gloses, pour revenir ensuite à l’image qui est la seule réalité textuelle. Tel est le paradoxe de la figure : la signification localement irrecevable ne peut être occultée. Mais regardons cet exemple de plus près.

12L’association adjectif + nom induit l’image d’un objet surprenant. À l’objet « neige » est associé le trait [inanimé]. À l’inverse, l’oubli (forgetful) n’est associable qu’à un référent animé. L’association forgetful + snow est par conséquent a-normale, ou déraisonnable.

13Le contexte va cependant avaliser la figure. En effet, trois vers plus haut est introduit le thème de la mémoire. La neige apparaît comme prétexte pour parler non (seulement) de la nature, mais de l’homme. L’expression forgetful snow devient intelligible. La figure prend donc son sens à l’échelle d’un contexte élargi au-delà du groupe nominal. Le constituant nominal forgetful snow opère à la manière d’une métaphore, en signifiant autre chose que ce qu’il dit en propre. Pour autant, il n’y a pas de métaphore, puisque celle-ci est une figure en un seul mot (trope à proprement parler pour Fontanier), alors que l’hypallage implique à part égale les deux termes associés qui en sont le vecteur. L’hypallage se noue dans le rapport entre deux termes pris au sens propre, dont l’un est support d’incidence, l’autre, apport de signification. Ni le nom, ni l’adjectif n’ont à être interprétés autrement que dans le sens ordinaire7.

14La figure de l’hypallage met souvent en relation, comme ici, un lexème associé à l’humain (forget, forgetful, memory), et un lexème au trait inanimé (snow) ; ce qui nous autorise à y voir une forme d’animisme8. Ce qui a localement l’allure d’une fausse attribution et qui, de ce fait, heurte le bon sens, demande une résolution immédiate en ramenant l’image « à la juste mesure des choses » par mise en relation avec le contexte ; mais l’acte interprétatif opéré par la raison consiste alors en une mise à plat de l’image, et celle-ci disparaît.

15Les changements syntaxiques lors de la traduction peuvent être un choix énonciatif – L’hiver nous tint au chaud, de sa neige oublieuse (2a), L’hiver recouvrait de neige une terre d’oubli (ma traduction) –, le plus souvent, ils sont dictés par les contraintes de la langue d’arrivée :

(3)
“You used to be a Catholic.”
“Oh, I still believe, old man. In God and mercy and all that. I’m not hurting anybody’s soul by what I do. The dead are happier dead. They don’t miss much here, poor devils,” he added with that odd touch of genuine pity, as the car reached the platform and the faces of the doomed-to-be-victims, the tired pleasure-hoping Sunday faces, peered in at them9.

(3a)
– Jadis, vous étiez catholique.
Oh ! Je crois encore, mon vieux. Je crois en Dieu, à la Miséricorde, à tout ça. En faisant ce que je fais, je ne nuis pas aux âmes. Les morts sont plus heureux comme ils sont. Ils ne perdent pas grand-chose, les pauvres diables ! » ajouta-t-il avec son étrange nuance de sincère pitié, au moment où le wagon toucha le quai, et où leurs yeux rencontrèrent ceux des victimes condamnées, au visage fatigué d’avoir cherché à s’amuser tout un Dimanche10.

16Une personne peut être fatiguée à force de chercher à s’amuser, et cette fatigue se lit sur le visage. À proprement parler, ce n’est pas le visage qui « espère (trouver) le plaisir » (adjectif composé : pleasure-hoping). Il y aurait donc déplacement d’attribution de l’adjectif composé qui, au lieu de porter directement sur les « victimes condamnées » (the doomed-to-be victims), porte sur les visages (faces).

17Le rapport entre les personnes (the victims) et leur visage est de type appartenance ; et dans le sens inverse, rapport de la partie au tout. L’hypallage ici repose sur le principe métonymique, mais il n’y a pas de métonymie (ou de synecdoque), tous les termes recevant une interprétation conventionnelle.

18La reproduction de la figure nécessite souvent, comme ici, un réagencement syntaxique : la pré-modification de la tête nominale devenant une post-modification. Au lieu de tendre vers la tête nominale, le syntagme adjectival (participe) du français s’en éloigne. Martin Sorrell (se faisant l’écho de Yves Bonnefoy) dans English and French Poetic Languages Compared11 écrit ceci : « It is as if the power of the high-voltage English has had to be dissipated in the French opened-out syntax. »

L’hypallage et le principe métonymique

19La métonymie est une figure de mots par connexion, ou contiguïté. L’hypallage ne comprend ni métaphore, ni métonymie, à proprement parler. En revanche, l’hypallage peut reposer soit sur le principe métaphorique (la ressemblance), soit sur le principe métonymique.

20Observant – par la perception physique ou mentale – une tranche du réel (ou de vie), l’observateur peut s’adonner à un découpage selon des catégories pré-établies, et généralement partagées. Chaque chose est (laissée) à sa place, munie de ses diverses propriétés. L’observateur peut aussi, à l’inverse, laisser s’imposer à lui le spectacle de ces choses disparates qui cohabitent dans l’espace de sa perception. Les qualités ou les propriétés normalement (objectivement) attachées à tel objet peuvent alors migrer vers d’autres objets, précisément parce que ceux-ci se trouvent au voisinage de ceux-là. La vision cesse d’être analytique pour devenir synthétique.

21L’hypallage, à l’instar de la métonymie, procède par amalgames, et annule des frontières conceptuelles. Cette partie vise à illustrer quelques-unes des instanciations possibles de ce que l’on pourrait appeler l’hypallage métonymique12.

Rapport contenant-contenu

(4)
After hot loveless nights, when cold winds stream
Sprinkling the frost and dew, before the light
Bored with the foolish things that girls must dream
Because their beds are empty of delight,
Two sisters rise and strip13.

22Une brève parenthèse d’abord à propos du groupe nominal hot loveless nights, pour dire que le suffixe privatif -less déjà rencontré dans a sleepless night participe de façon cruciale à la formation de la figure14.

23La proposition introduite par becauseBecause their beds are empty of delight – signifie The girls experience no delight in their beds (at night). La figure repose sur la relation contenant / contenu (lits / femmes). Elle est toujours avalisée par l’accessibilité d’une interprétation réaliste, laquelle découle souvent d’une relation d’inclusion, et plus généralement d’un rapport de proximité ou de voisinage15.

24On peut proposer la traduction suivante :

(4a)
Après des nuits fébriles privées d’amour,
Lorsque dans leur ruissellement les vents froids déposent gel et rosée,
Lasses, avant l’aube, de ces folles choses dont doivent rêver les filles
Car leur lit est sans délices,
Deux sœurs se lèvent et se dévêtissent.

25La figure de l’hypallage a pu être sauvegardée dans chacune de ses deux instanciations.

26Voici dans un poème de Larkin un autre exemple illustrant la relation contenant / contenu. L’hypallage dans la deuxième strophe – (Of) young-leafed June – implique un adjectif composé, et elle est préparée par le premier vers qui est un début de phrase, It dies in the white hours :

(5)
Cut grass lies frail
Brief is the breath
Mown stalks exhale.
Long, long the death

It dies in the white hours
Of young-leafed June
With chestnut flowers
With hedges snowlike strewn16.

27It dies in the white hours (of …) oblige le poète à placer en position de tête nominale du complément de white hours le nom June, plutôt qu’un nom tel que trees qui eût été le support objectif de l’incidence adjectivale. La figure n’opère donc pas uniquement dans les limites étroites du groupe nominal. Le mois de juin étant le mois de la feuillaison, on retrouve le rapport d’inclusion contenant / contenu.

28L’adjectif composé young-leafed implique l’existence d’un arbre, comme le nom delight dans le contexte précédent impliquait un expérient animé humain. La compression syntaxique induite par la figure est donc permise par le jeu des associations spontanées qui relèvent de nos connaissances encyclopédiques.

29La figure se présente ainsi comme la codification de relations sémantico-référentielles pré-établies. Elle traduit aussi une manière naturelle de voir, fondée sur l’intégration d’éléments associés, traduisant un regard synthétique.

30On pourrait envisager la traduction suivante, par permutation syntaxique :

(5a)
Elle meurt aux blanches heures
Des feuillaisons de juin

31L’adjectif vecteur de l’hypallage (young-leafed) est promu au rang de tête principale (feuillaisons), et corrélativement la tête nominale de l’anglais (le nom June) est déclassée syntaxiquement en position complément sous la forme d’un syntagme prépositionnel (de juin). La figure est cependant sauvegardée, même si la vision n’est pas intacte. Le principe qui motive le recours à l’hypallage est respecté : deux réalités normalement distinctes sont incorporées dans une seule et même vision.

32Voici un exemple similaire :

(6)
All pleasures I would give, if this sweet night
Would ever stay, cooled by the pale moonlight;
But no! For in a few white-misted hours
The East must yellow with to-morrow’s sun17.

33Les heures (à venir) sont directement qualifiées par l’adjectif composé white-misted qui renvoie à un objet provisoire (white mist) dont l’existence coïncide dans le temps avec les heures qui restent avant le lever du jour. Cette coïncidence rappelle le principe métonymique. Comment traduire cela ?

(6a) Mais non ! Car dans quelques heures de brume blanche

34La figure a-t-elle été sauvegardée ? Pas tout à fait. Le syntagme prépositionnel de brume blanche, obligatoirement postposé à la tête nominale, ne qualifie pas complètement l’objet auquel renvoie le nom. Quand on parle par exemple des « heures de sommeil », avec la même préposition, il est question des heures durant lesquelles la personne dort. Le temps lui-même ne perd pas son autonomie référentielle ; il n’y a pas le même degré de confusion que dans le texte anglais, où la qualification est prénominale.

Quand un circonstant acquiert une fonction qualitative

35Un circonstant peut se voir attribuer un rôle qualificatif, donc qualitatif, en étant placé en position prénominale, comme dans ce poème de Larkin consacré à la vieillesse :

(7)
[…] or sometimes only
The rooms themselves, chairs and a fire burning,
The blown bush at the window, or the sun’s
Faint friendliness on the wall some lonely
Rain-ceased midsummer evening. That is where we live:
Not here and now, but where all happened once18.

36Rain-ceased vient de la relation prédicative <the rain - cease> et a une fonction circonstancielle qui apparaît dans la glose : « Some lonely midsummer evening, after the rain / after the rain has ceased to fall ».

37La fonction circonstancielle de rain-ceased dans son rapport au référent de midsummer evening – fonction de localisation temporelle – implique un rapport de consécution, donc de contiguïté. On retrouve ici le principe métonymique inscrit dans la relation entre les deux termes de la figure.

38L’hypallage permet de faire l’économie de toute marque de consécution. Moyennant les transformations morphologiques requises (rain-ceased = N + V-en), ce circonstant passe en position prénominale où il acquiert une fonction qualificative ; fonction qui n’annule pas la fonction circonstancielle. Ainsi, le référent de N (la tête nominale midsummer evening) est qualifié par ce qui dans la glose serait un circonstant. On obtient l’image d’une soirée d’été dont la qualité vient de ce qu’elle est immédiatement précédée de la pluie.

39Au départ de la séquence adjectivale se trouve l’adjectif lonely associé à un objet inanimé (evening). L’adjectif composé rain-ceased est donc précédé d’un adjectif simple lui-même formant dans sa relation avec N un rapport d’hypallage19. Cet adjectif prépare le terrain pour l’arrivée de l’adjectif composé, si bien que a lonely rain-ceased midsummer evening semble plus naturel que a rain-ceased midsummer evening.

40En français, il est également possible de donner à un circonstant un rôle qualitatif, mais la qualification est postposée. Au lieu de se contenter de traduire par : une soirée d’été après la pluie, où seul le rapport chronologique serait signalé, on peut dire une soirée d’été d’après la pluie, comme on dirait un mal de tête de lendemain de fête, par exemple20.

41Dans l’exemple suivant, l’élément qualifiant – nine o’clock – a lui aussi le rôle de localisateur temporel21 :

(8)
By roads “not adopted”, by woodlanded ways,
She drove to the club in the late summer haze,
Into nine-o’clock Camberley, heavy with bells
And mushroomy, pine-woody, evergreen smells22.

42La femme, se rendant à son club de golf en cette soirée de fin d’été, arrive en ville au volant de sa voiture à neuf heures ; les cloches sonnent l’heure ; il y a des odeurs de champignons et de pins.

43Le SN nine-o’clock Camberley signifie une double destination, un lieu, et un moment : Camberley, et neuf heures du soir. La ville et l’heure ne sont pas perçues séparément. Le temps et le lieu se confondent, tant et si bien que nine o’clock est ramené en position prénominale, où – comme rain-ceased devant midsummer evening – il acquiert une fonction qualitative. Le caractère ponctuel de l’heure ne l’empêche pas d’être perçue comme une enveloppe temporelle ; ceci étant attesté par le fait même que nine o’clock puisse être épithète, car toute qualification implique une certaine épaisseur de temps.

44Le lieu et l’heure d’arrivée sont deux réalités qui peuvent se concevoir séparément ; elles sont néanmoins appréhendées psychologiquement sur le mode de l’inclusion.

45Le SN nine-o’clock Camberley est construit sur un canevas bien connu : the nine o’clock train, 5 o’clock tea. L’application directe de l’heure au nom propre est cependant inhabituelle. L’heure, qui localise la ville dans l’espace de la journée, ici la qualifie. Si l’interprétation réaliste selon laquelle « la femme arrive à Camberley à neuf heures » est exacte, elle passe à côté de l’essentiel, qui est de signifier l’intrication de l’heure et du lieu dans la perception mentale.

46Entre un point dans le temps et une destination géographique pensée en ce point, la distance psychologique est nulle, ce qui est figuré syntaxiquement par la juxtaposition de nine o’clock et de Camberley. Toute traduction de l’heure comme un simple localisateur temporel, et qui, de ce fait, occulterait la vision synthétique, serait inacceptable.

47Voici une tentative de traduction :

(8a)
Par les routes délaissées, par les chemins des bois,
Roulant vers le club dans une brume de fin d’été,
Elle arriva aux neuf heures sonnantes d’un Camberley empli de carillons
Et de verts parfums de champignons et de pins.

48Le jeu des prépositions permet de suggérer l’étroite relation adjectif / nom de l’original. Cependant, le nom de la ville est déclassé syntaxiquement, puisqu’il est placé dans un syntagme prépositionnel complément ; et surtout, il n’a pas été possible de maintenir la même hiérarchisation des deux fonctions de nine o’clock, car dans l’original, le rôle qualitatif de ce constituant domine nettement son rôle circonstanciel.

Quand le nom désigne une propriété impliquée par l’adjectif composé

(9) And his mother’s shoes didn’t fit or suit him. He flexed his feet, and wished for high-heeled elegance, as he laced up suede boots for Saturday nights with the lads, black lace-ups for work23.

49L’adjectif composé high-heeled est construit sur une base nominale au moyen du suffixe -ed. Le nom high heels (ou high heeled shoes) réfère à un objet auquel est associé la qualité de l’élégance, qui cependant n’est pas une propriété définitoire de l’objet. L’adjectif composé high-heeled est classificatoire en vertu de son caractère dénominal : il désigne une catégorie particulière d’élégance.

50Le principe métonymique serait à nouveau à l’œuvre dans cet exemple en ce sens que voir l’objet « talons aiguilles », ou « hauts talons », c’est voir l’incarnation d’une occurrence de la notion « elegance » ; l’un n’allant pas sans l’autre. La juxtaposition A / N est la structure syntaxique optimale pour une telle relation d’implication.

51On peut hésiter sur le choix du déterminant, mais il faut que la traduction induise l’image du présupposé suivant, signifié dans le texte de départ : les talons aiguilles sont un objet élégant.

(9a) […] et rêvait de l’élégance des talons aiguilles
(9b) […] et rêvait de cette élégance des talons aiguilles.

52Encore une fois, ce que la traduction ne peut pas faire, c’est donner la fonction d’épithète à l’objet « hauts talons ».

Traduction et permutation syntaxique

53Je terminerai en revenant sur un point de traduction évoqué plus haut. Dans le passage de l’anglais au français, la permutation syntaxique est parfois inévitable, mais celle-ci n’implique pas la disparition de la figure elle-même.

(10)
Now let me lie down, under
A wide-branched indifference24.

54Cette phrase laisse entrevoir deux relations25 :

(10a) Now let me lie down under wide branches
(10b) Now let me lie down under (considerable / extensive) indifference

55L’adjectif composé wide-branched a une fonction quantitative : l’indifférence est quantifiée par l’adjectif composé pris métaphoriquement. Cependant, la relation de l’adjectif composé au début de la phrase invite à prendre les « larges branches » également au sens propre ; on peut donc raisonnablement imaginer que le poète souhaite se reposer comme sous un arbre, et non seulement à l’écart des autres26. Comment traduire ces deux vers ?

(10c) ??Maintenant laissez-moi m’allonger sous une indifférence aux larges branches.

56Cette formulation semble incongrue.

(10d) ?[…] à l’ombre de l’indifférence

57L’image de l’arbre a disparu ; l’indifférence n’est pas quantifiée.

(10e) Laissez-moi m’allonger sous la large ramure de l’indifférence
(10f) […] sous une large ramure d’indifférence

58L’indifférence est quantifiée (métaphoriquement) et la figure de l’hypallage est reproduite. Cependant, alors que dans le texte de départ, la tête nominale est le nom indifference, dans la traduction ce nom a été déclassé syntaxiquement. Cette modification dans la hiérarchisation des notions fait que l’image n’est donc plus tout à fait la même. Toutefois, la permutation des rôles syntaxiques dans la traduction des termes associés par hypallage ne semble pas annuler la vision singulière induite par la figure.

59On peut faire un parallèle avec une structure bien connue et relativement productive dont les têtes syntaxiques et sémantiques ne coïncident pas :

(11) The frown passed and a miniature of a smile quirked at the corner of his lips27.
(12) Anyway, despite so many setbacks, this strange nightmare of a building [Millbank Penitentiary] proved to be a major step forward in the evolution of penal reform. Millbank was a prototype of Pentonville. (TLS, November 26, 2004)

60En (11), le nom miniature est une tête syntaxique, alors que d’un point de vue référentiel le terme clé du groupe sujet est le nom smile, déclassé syntaxiquement en position complément. De même, en (12), le terme référentiel clef est le nom building, et non nightmare qui pourtant occupe la tête du SN tout en étant le comparant et non le comparé. On comprend pourtant immédiatement que la structure syntaxique est non conforme à l’ordre logique, les noms smile et building étant les sujets sémantiques. La non-conformité de la structure ne compromet en rien l’intelligibilité de l’énoncé.

Haut de page

Bibliographie

Cohen, Jean, 1966, Structure du langage poétique, Paris, Flammarion.

Cohen, Jean, 1968, « La comparaison poétique : essai de systématique », in Langages 12, Paris, Didier / Larousse, p. 43-51.

Cotte, Pierre, 1991, « L’hypallage ou la fausse attribution », in TLE 9 : Figuralité et cognition, Paris, Presses universitaires de Vincennes, p. 79-95.

Cuddon, J.A., 1999 [1977], The Penguin Dictionary of Literary Terms and Literary Theory, Fourth Edition, Harmondsworth, Penguin Books.

Danon-Boileau, Laurent, 1994, « La négation : de l’absence au refus, et du refus à l’absence », in La Négation, Actes du colloque de Paris 10 – Nanterre, 12-14 Novembre 1992, Numéro Spécial de LINX, p. 177-189.

Fontanier, Pierre, 1968 [1830], Les Figures du discours, Paris, Flammarion.

Fromilhague, Catherine, 2005 [Nathan, 1995], Les Figures de style, Armand Colin, « 128 ».

Genette, Gérard, 1972, « Métonymie chez Proust », Figures III, Paris, Éditions du Seuil.

Haberer, Adolphe, 1994, « Philip Larkin : l’écriture à la périphérie des choses », in Études Britanniques Contemporaines 3,Presses universitaires de Montpellier, p. 1-16.

Reboul, Olivier, 1984, La Rhétorique, Paris, PUF, « Que sais-je ».

Suhamy, Henri, 1981, Les Figures de style, Paris, PUF, « Que sais-je ».

Vinay, Jean-Paul et Darbelnet, Jean, 1977 [1958], Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris, Didier.

Haut de page

Notes

1 Tennyson, Lord Alfred, 2004 [1847, 1850], « The Princess », Canto III, in Poems, Everyman’s Library, Random House, Londres. (Mes traductions)

2 Sur le concept d’anomalie en poésie, voir Cohen, 1966 et 1968.

3 T. S. Eliot, 1980 [1922], « The Waste Land », in Selected Poems, Londres / Boston, Faber and Faber, p. 50-67.

4 T. S. Eliot, 1969, Poésie. Premiers poèmes, trad. Pierre Leyris, Paris, Éditions du Seuil, p. 57.

5 L’énoncé performatif lui-même implique un passé. Quand on dit Je te promets de venir, l’engagement coïncide bien avec le moment de l’énonciation, mais il repose sur une morale qui seule explique qu’une parole puisse être engagée.

6 « Clearly, the snow is not “forgetful”, but rather conceals, muffles, “shrouds” the earth, so that for a time we forget what the earth looks like. » (Cuddon, 1999 : 405)

7 Dans les termes de Cotte, 1991 : « Pour le rhéteur elle [la figure de l’hypallage] n’est pas un trope, puisque les mots y gardent leur sens, […] ce n’est pas un mouvement intérieur de l’adjectif mais un transfert de qualification, une modification des incidences syntaxiques » (p. 80).

8 Animisme : « prêter aux choses le comportement des personnes » (Vinay et Darbelnet, 1977 : 205).

9 G. Greene, 1992 [1950], The Third Man / Le Troisième homme, Paris, Le Livre de Poche, « Les langues modernes / bilingues », p. 256.

10 G. Greene, 2004 [1950], Le Troisième homme, trad. Marcelle Sibon, Le Livre de Poche, Robert Laffont, p. 111-112.

11 Sorrell, M., English and French Poetic Languages Compared. http://www.intellectbooks.com/nation/html/poetic.htm (consulté le 22 novembre 2005).

12 Gérard Genette utilise cette expression dans « Métonymie chez Proust », Figures III, p. 42.

13 Roy Campbell, « The Sisters », in The Faber Book of 20th Century Verse, Londres, Faber and Faber, 1989, p. 72.

14 Hours pass, / And all the salesmen have gone back to Leeds, /
Leaving full ashtrays in the Conference Room. / In shoeless corridors, the lights burn.
P. Larkin, 1974,« Friday Night in the Royal Station Hotel », in High Windows, Londres, Faber and Faber, p. 18.
On peut représenter par un agrégat nominal un hôtel vide en signifiant qu’il n’y a plus de chaussures devant les portes (shoeless corridors), mais non un hôtel plein par le procédé inverse (*shoe corridors). Certaines situations ne peuvent être représentées par un SN que par la négation ; soit en signifiant l’absence de l’une des deux composantes (shoeless corridors), soit en signifiant la non-validation d’un procès (a sleepless night). Shoeless corridors pose l’existence préalable de couloirs avec des chaussures (devant les portes). A sleepless night présuppose l’existence empirique de nuits où l’on dort normalement, et loveless nights, de nuits d’amour. Les formules positives correspondantes ne présupposent rien, elles ne font que poser un objet. Pour Danon-Boileau (1994), envisager un modus négatif appliqué directement à un contenu de pensée (à un dictum) serait « une façon de voir [qui] laisse [toutefois] échapper l’intuition d’un préconstruit positif formant la base du jugement de négation » (p. 178). Il semblerait ainsi que certaines situations peuvent être signifiées sous la forme d’un préconstruit se profilant sous les SN négatifs, alors même que la désignation directe, dans un SN positif, n’est pas possible.

15 On peut faire valoir que a happy day, loveless nights, beds empty of delight reposent tous sur le principe métonymique. Le bonheur de la personne concernée par a happy day est compris dans l’espace du jour. L’absence d’amour est éprouvée dans le cadre de la nuit. Le lit privé de délices est celui des jeunes femmes qui l’occupent.

16 P. Larkin, 1974, « Cut Grass », in High Windows, Londres, Faber and Faber, p. 41.

17 P. Larkin, 1988, « Summer Nocturne », in Collected Poems, Londres, Faber and Faber, p. 227.

18 P. Larkin, 1974, « The Old Fools », in High Windows, Londres, Faber and Faber, p. 19.

19 On dirait facilement a lonely evening comme on dirait a happy day.

20 La préposition de assume une double fonction : 1) elle assure la soudure entre deux notions, permettant ainsi l’interprétation causale : une fête, donc un mal de tête ; 2) elle permet au circonstant lendemain de fête de jouer un rôle classificatoire : il ne s’agit pas de n’importe quel mal de tête, mais de celui que l’on a au lendemain des fêtes.

21 L’heure est exprimée par une structure nominale composée qui, placée devant une tête nominale, joue le rôle d’un adjectif.

22 Sir John Betjeman, 1948, « A Subaltern’s Love Song », in Selected Poems, Londres, John Murray, p. 29-31.

23 F. Cooper, 1991, « Mirror, Mirror », in K. Figes (ed.), The Best of Cosmopolitan Fiction, Londres, Serpent’s Tail, p. 101.

24 P. Larkin, 1988, « Arrival », in Collected Poems, Londres, Faber and Faber, p. 51.

25 La figure est avalisée par la relation de l’adjectif composé au début de la phrase. On ne dirait pas par exemple : *She showed wide-branched indifference. Ainsi, une première relation – concrète celle-là, et correspondant à une perception habituelle – prépare le terrain pour l’arrivée d’une seconde relation de type hypallage.

26 Par la relation entre le prédicat verbal lie down et le complément locatif under indifference, on apprend que l’indifférence d’autrui est bienvenue, comme le confirme la suite :
For this ignorance of me
Seems a kind of innocence.

27 R. Chandler, 1957 [1950], « I’ll be Waiting », in Trouble is my Business, Harmondsworth, Penguin Books, p. 125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher Desurmont, « Adjectif composé et figures », Palimpsestes, 19 | 2007, 119-134.

Référence électronique

Christopher Desurmont, « Adjectif composé et figures », Palimpsestes [En ligne], 19 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/126 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.126

Haut de page

Auteur

Christopher Desurmont

Christopher Desurmont est maître de conférences à l’université Charles de Gaulle – Lille 3 où il enseigne la linguistique anglaise. Après une thèse sur l’ellipse à Paris 4 en 1999, ses travaux ont porté sur le groupe nominal, notamment sur la détermination nominale, les déictiques et la syntaxe des adjectifs prénominaux ; il a publié dans Anglophonia/Sigma 8 et 14 et annonce une parution dans CIEREC, travaux 122 et 123. La réflexion sur les adjectifs l’a amené à examiner l’ordre et les structures séquentiels, les relations sémantiques entre les adjectifs, les relations d’incidence au nom, et les critères typologiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org