Navigation – Plan du site

Le dictionnaire bilingue, conservatoire de clichés ?

Fabrice Antoine
p. 29-42

Résumés

Ni simple collocation, ni association libre, ni exemple d'usage, ni même idiome ordinaire, le cliche ne bénéficie pas d'un traitement particulier dans les dictionnaires bilingues; il y est même maltraité. On tente ici de dégager des critères d'identification du cliché à des fins de représentation lexicographique, de définir des Stratégies (de marquage, d'exemplification, de contextualisation, de traduction) et une organisation microstructurelle susceptibles de permettre un traitement différencié des clichés en lexi-cographie bilingue et la présentation d'un éventail utile de traductions, en abordant aussi les différents cas de maltraitance du cliché dans le même cadre.

Haut de page

Texte intégral

1Pour jouer pleinement son rôle d’aide à la traduction, et celui, non moins important à mes yeux, d’outil d’acquisition et d’enrichissement lexical, le dictionnaire bilingue se donne pour objectif de présenter la plus large nomenclature possible, puis de proposer le plus grand nombre de traductions possible face au nombre le plus élevé possible de productions en langue source. C’est là une autre façon de dire que, pour offrir le plus grand nombre de traductions d’un item lexical, le dictionnaire bilingue tente de présenter celui-ci en contexte — dans des productions censées être attestées, authentiques, ou quasiment, et l’on pourrait s’interroger sur le caractère déjà presque figé desdites productions sous quelques formes qu’elles soient présentées, à partir du moment où elles sont enregistrées dans le dictionnaire ; celui-ci en effet fige et banalise tout en consignant, l’exemple des argots le montre bien.

2La mise en contexte du mot-vedette s’est d’abord effectuée grâce à des fragments d’énoncés et à des exemples, plus ou moins originaux, plus ou moins authentiques, souvent empruntés à des prédécesseurs monolingues ou bilingues, éventuellement remodelés, adaptés, recyclés. La mise en contexte se fait encore grâce à des indicateurs de collocation, plus économiques, très souvent issus d’exemples, encore une fois fournis ailleurs. Les fragments d’énoncés sont d’ailleurs réductibles dans la plupart des cas à de simples indicateurs de collocation ; il reste donc les exemples et les indicateurs de collocation.

3Or, il existe une certaine confusion quant aux rôles respectifs de ces deux éléments, dont la fonction est pourtant différente. Le parasitage de l’exemple par les indicateurs de collocation entraîne un certain flou dans les traductions proposées : l’utilisateur du dictionnaire peut légitimement s’interroger sur l’interchangeabilité, la transposabilité et l’adaptabilité des traductions lorsque, comme c’est souvent le cas, l’exemple propose une traduction qui n’apparaît pas ailleurs entourée d’indicateurs de collocation, ou inversement. Il est donc important, dans la phase d’élaboration de la stratégie microstructurelle du dictionnaire, de définir et répartir strictement les tâches entre exemples et indicateurs de collocation.

4En réalité, cependant, nous ne nous trouvons pas en présence d’un problème à deux termes, mais à trois ou quatre termes, qui sont : les collocations, les associations libres, les idiomes et les clichés, et qui sont susceptibles d’interférences et de chevauchements. La représentation lexicographique du cliché, puisque c’est elle qui nous intéresse ici, est liée à celle des collocations et idiomes et dépend de la définition du rôle et du statut de l’exemple et de la collocation.

5On distingue en général la collocation de l’association libre, la première étant l’association habituelle d’une unité lexicale avec d’autres unités. Elle ne modifie pas le sens des unités qui entrent en combinaison, mais elle le limite ; elle est l’association qui s’actualise de façon quasi-automatique dans l’esprit d’un locuteur natif lorsqu’une unité lexicale lui est proposée. En quelque sorte, lorsqu’un mot en appelle spontanément un autre, on peut repérer une collocation. La différence entre collocation et association libre se situe donc au niveau de la fréquence et de la prévisibilité de la combinaison : plus une association, par exemple “adjectif + nom” (fair sex) ou “verbe + nom complément” (bite the bullet ; clean up one’s act), est repérable dans un corpus donné, plus elle se range du côté de la collocation et non de l’association libre. En ce sens, on pourrait soutenir que le dictionnaire ne présente pas d’associations libres ; à partir du moment où il enregistre une combinaison, il la rend prévisible ou en tout cas susceptible de réalisation, et en fait une collocation.

6On a donné comme exemple les combinaisons “adjectif + nom” et “verbe + nom complément” : ce sont là des collocations lexicales à deux places, celles que les dictionnaires reconnaissent et enregistrent le plus volontiers. Il s’agit de présenter les noms typiquement qualifiés par un adjectif donné, les compléments typiques d’un verbe, les verbes habituellement modifiés par tel adverbe, etc. De l’habituel et du typique à l’automatique, il y a un pas, que le cliché fait franchir à la collocation, on y reviendra. Ces combinaisons sont repérables dans les corpus utilisés pour la fabrication des dictionnaires, en fonction de leur récurrence — la question reste posée cependant de la fiabilité desdits corpus, en fonction de leur constitution, notamment en ce qui concerne la part d’énoncés oraux qu’ils incluent, mais ceci est un autre problème.

7La définition de la collocation lexicale donnée plus haut soulève un autre problème, qui est celui de sa longueur. La définition par une combinaison à deux places est quelque peu restrictive ; on avancera que l’on peut parler de collocation même lorsqu’elle concerne plus de deux termes. Il faudrait alors parler de collocation étendue, qui serait une combinaison de n termes, non forcément de catégories syntaxiques différentes, éventuellement coordonnés plutôt que juxtaposés. Cela permettrait de nommer aussi collocations les innombrables paires d’unités lexicales coordonnées, du type “this day and age”, “first and fore-most”, “fair and square”, “all the world and his wife”, etc., dans lesquelles l’allitération ou l’assonance déclenche souvent l’association automatique et contribue à figer la combinaison de façon plus forte que dans le cas des autres collocations (voir dans le Fascicule des textes de référence les propositions des différents dictionnaires bilingues pour les exemples cités ici). On incluera également dans cette même catégorie des collocations étendues les comparaisons banalisées du type “as old as the hills” ou “a memory like a sieve”, les réduplications machinales du type “again and again” et les périphrases plus ou moins métaphoriques qui se sont banalisées, souvent par l’emploi qu’en a fait la langue journalistique, comme “to shoot from the hip”, etc. — la métaphore est perdue et, comme dans les autres expressions citées, il ne reste souvent plus que l’association automatique des mots qui lui servaient de support. On admettra qu’ici, contrairement à la collocation lexicale évoquée au début, le sens de chaque unité lexicale est modifié au point de ne plus pouvoir être indépendant de celui des autres termes, en particulier pour la dernière catégorie distinguée, qui n’est pas sans se rapprocher des idiomes — on y reviendra.

  • 1 Blanco, 1996, p. 103

8Auparavant, il faut dire quelques mots du rôle de l’exemple dans les dictionnaires bilingues. La métalexicographie dissocie en général la réflexion sur l’exemplification de celle sur les collocations, mais il me semble que cette dernière devrait précéder la première et que les collocations devraient être traitées comme des exemples d’emplois figés du mot vedette, ce qui permettrait de cerner de plus près le rôle qui revient aux exemples proprement dits. L’exemple, comme le rappelle Xavier Blanco, est censé “offrir des renseignements précieux sur toutes les facettes du mot-vedette, [...] illustrer une information déjà présentée par d’autres catégories d’information lexicographique, en aidant l’usager d’abord à la décoder et ensuite à s’en servir convenablement1”. On se rend compte, à l’examen des grands dictionnaires bilingues anglais-français (voir Fascicule des textes de référence), que, d’une part, les exemples sont mêlés à des collocations, à des expressions figées, voire à des idiomes (hormis pour le Hachette Oxford) ; d’autre part, qu’ils servent à mettre en scène bien plus que le mot-vedette. Or, si l’on réfléchit en même temps à l’exemple et à la collocation, il apparaît raisonnable, pour la clarté de l’article, de faire apparaître d’abord ce qui est figé ou hautement prévisible, les collocations, ensuite ce qui est du domaine de la production possible, libre, non nécessairement typique ou habituelle, l’exemple, dont la fonction serait essentiellement de montrer le fonctionnement du mot-vedette et donc d’illustrer ses combinaisons avec d’autres unités lexicales, donc d’éclairer l’utilisateur sur les associations possibles de noms avec des déterminants, leurs accords avec des verbes, les constructions possibles de verbes, etc., en somme, d’apporter de l’information syntaxique plutôt que sémantique.

9Cependant, la catégorie des idiomes, ou expressions idiomatiques, vient perturber ce partage des rôles entre collocations et exemples. L’expression idiomatique est une chaîne syntagmatique finie, dont le sens est global et n’est pas la somme des sens de ses diverses unités et dont la forme est peu modifiable, voire pas du tout. L’expression idiomatique serait alors une collocation étendue, dont l’extension même figerait davantage la forme, interdirait sa manipulation et l’insertion de nouvelles unités lexicales en son sein. C’est dire que la collocation est d’autant plus figée qu’elle est étendue et que le concept de collocation étendue permet peut-être de rendre compte de façon unificatrice des collocations lexicales, idiomes et clichés. Il apparaît donc tout à fait souhaitable de présenter les idiomes séparément des collocations lexicales et des exemples, car ils sont plus figés que les unes et que les autres. Or, jusqu’à l’apparition du Grand Larousse Bilingue puis du Hachette Oxford, les expressions idiomatiques étaient mêlées aux exemples libres, souvent sans aucune indication permettant de savoir qu’il s’agissait d’expressions figées et non de productions libres.

10Compte tenu de ce qui vient d’être posé, le cliché est une collocation plus ou moins étendue, figée, à sens figuré ou non, qui peut prendre la forme d’une collocation lexicale autant que celle d’une expression idiomatique. En somme, le cliché est une collocation qui a mal tourné, à force de traîner partout. L’association de l’adjectif “grievous” au substantif “error” a sans doute, à l’origine, donné un surcroît de sens à l’énoncé, mais l’association automatique des deux mots ne le fait plus. De même, la périphrase “senior officiai” a dû servir à désigner de façon nouvelle un haut fonctionnaire ou un membre du gouvernement que l’on ne pouvait nommer directement, mais, tout comme en français “une source proche du gouvernement”, l’expression n’est plus qu’association automatique de mots qui vient facilement sous la plume de journalistes, par exemple. Mais le cliché n’est pas simple collocation, ni simple idiome : il a une valeur stylistique et peut-être sociologique dont il convient que le dictionnaire bilingue rende compte. Dans la mesure où toute collocation ou toute expression idiomatique peut être en passe ou en danger de devenir cliché, le dictionnaire bilingue doit sans doute tenter de désigner celles qui le sont déjà devenues. Dans ce sens, le dictionnaire bilingue est un conservatoire de clichés, réalisés et potentiels ; dans le figé qu’il consigne, il existe divers degrés qu’il convient peut-être d’indiquer.

11On perçoit, dans les quatre grands dictionnaires bilingues actuellement sur le marché, le Harrap’s Shorter, le Grand Larousse Bilingue, le Hachette Oxford et le Robert & Collins Senior, un certain embarras face aux clichés : voilà des chaînes lexicales qui ne sont pas réductibles à de simples collocations lexicales, dont on pourrait rendre compte sous la forme d’indicateurs de collocations entre parenthèses et en italiques, comme le Robert & Collins en a systématisé l’usage lors de sa première édition qui a marqué ce que j’appelle la révolution bidirectionnelle (où il s’agissait d’envisager le dictionnaire bilingue autant comme outil de décodage que d’encodage). Elles ne sont pas davantage susceptibles d’être traitées comme de simples exemples, à moins que les contours de ceux-ci ne soient flous. Et c’est bien dans ce flou que les clichés sont intégrés, de façon sensiblement identique dans le Harrap’s Shorter et le Robert & Collins, comme on peut le déduire des spécimens réunis dans le Fascicule des textes de référence : les clichés sont présentés de façon indifférenciée, mêlés aux locutions, exemples, expressions lemmatisées et même idiomes et autres proverbes, qui, seuls, bénéficient d’un marquage. Quelques-uns de ces clichés, en particulier dans le Harrap’s Shorter, bénéficient d’indicateurs de contexte et un certain nombre d’entre eux, particulièrement s’ils comprennent un verbe, sont présentés au sein d’un court exemple. Le Grand Larousse Bilingue tend à s’éloigner de ce mode de présentation grâce à la sous-catégorie réservée aux idiomes qu’il a instaurée dans de nombreux articles : les clichés se trouvent pour la plupart groupés à l’extérieur de l’article principal, mais, de nouveau, sans marquage spécifique qui les distinguerait d’autres expressions idiomatiques ou même de proverbes, et il en reste un certain nombre mêlés aux exemples dans le corps même de l’article. Le Hachette Oxford, quant à lui, systématise ce regroupement des clichés dans une sous-catégorie intitulée “Idiomes”, toujours sans indicateurs spécifiques — on note simplement une propension à classer les expressions au deuxième ou troisième mot signifiant, ce qui, quelquefois, est assez étonnant (voir par exemple, “the man in the street”, classé à “street”, ou “tooth and nail”, classé à “nail”).

12En somme, la politique des dictionnaires bilingues est de ne pas accorder aux clichés de statut particulier au sein de la microstructure, même si celle-ci est aménagée, à part dans le Harrap’s Shorter, pour permettre le regroupement des locutions de tous types (Robert & Collins) ou celui des idiomes plus particulièrement (Grand Larousse Bilingue, Hachette Oxford). Rien ne permet d’attirer l’attention de l’utilisateur sur le degré d’usure ou de banalisation de telle ou telle expression, présentée isolément ou au sein d’un exemple ; l’utilisateur ne peut que déduire que tous les idiomes ou locutions en question sont figés au même degré et ne peut bénéficier d’indications stylistiques qui lui permettraient, en particulier en encodage, d’opérer des choix plus informés. Dans le sens du décodage comme de l’encodage, en outre, tout se passe comme si le dictionnaire se reposait sur la connaissance intuitive de la langue qu’est réputé posséder l’utilisateur pour déterminer si telle ou telle expression est un cliché, et ne convient peut-être pas pour s’exprimer dans un contexte donné — l’expérience prouve cependant que cette confiance, qui se voit aussi ailleurs, en particulier dans l’étendue des indications syntaxiques fournies par le dictionnaire, est loin d’être toujours fondée.

13Ce qui précède sous-entend que la représentation lexicographique du cliché est susceptible de se faire grâce à un marquage, puisque le simple isolement ne suffit pas. Cela amène à deux interrogations complémentaires, sur, d’une part, la nécessité d’un tel marquage, d’autre part sa faisabilité et sa fiabilité. La réponse à la première, “un marquage des clichés est-il utile dans un dictionnaire bilingue ?”, dépend de la philosophie qui sous-tend la rédaction d’un tel dictionnaire ; or, la direction prise par deux dictionnaires récents, l’ouverture au lexiculturel du Grand Larousse Bilingue et l’importance accordée à ce que j’appellerais le paralexical dans le Hachette Oxford, semble indiquer que le dictionnaire bilingue ne se préoccupe plus seulement de lexique, mais aussi, et peut-être de plus en plus, de ce qui l’environne, de façon objective (d’où le traitement de la syntaxe, et du lexique par rapport au contexte) ou de façon subjective (le non-dit culturel actualisé par tel ou tel item lexical). Le dictionnaire bilingue a par ailleurs depuis longtemps tenté d’avertir l’utilisateur du caractère familier ou argotique des items lexicaux (je laisse de côté le marquage Pop., pour “populaire”, dont l’utilité, la fiabilité et la neutralité sont hautement suspectes et qu’il est tout à fait souhaitable d’éliminer) ; plus récemment, ces indications se sont complétées dans certains ouvrages d’indicateurs sur le caractère insultant, raciste ou sexiste de certains items. Enfin, les marqueurs archaïque, littéraire, humoristique et même ironique viennent compléter la panoplie des marqueurs stylistiques mis à contribution dans les bilingues.

14Il semblerait alors logique et souhaitable d’indiquer aussi le caractère banal, usé, automatique, de telle ou telle collocation ou expression, donc de signaler ce qui est de l’ordre du cliché. Ce signalement, voire cette mise en garde, doit-il alors trouver sa place des deux côtés du dictionnaire, en langue de départ et/ou en langue d’arrivée ? Je suggère que, pour que le dictionnaire bilingue fonctionne effectivement autant en décodage qu’en encodage, le marquage du cliché soit effectué aussi bien pour l’expression en langue source à traduire que pour la/les traduction(s) proposée(s), ce qui présenterait l’avantage supplémentaire d’aider l’utilisateur à discerner des traits de sa langue maternelle que sa connaissance intuitive de celle-ci ne suffit pas toujours à lui faire percevoir — et cela est bien aussi l’une des tâches du dictionnaire bilingue. Il me paraît donc tout à fait utile de marquer les clichés, pour les mêmes raisons qu’il est précieux de marquer le familier, le vulgaire ou le littéraire, pour avertir l’utilisateur que telle expression ne s’utilise pas dans n’importe quel contexte.

  • 2 Crystal, 1990, p. 186.

15Cependant, si l’utilité du marquage peut sembler acquise, sa faisabilité et sa fiabilité le sont beaucoup moins — en particulier si l’on s’avise qu’un tel marquage n’est pas effectué par les dictionnaires unilingues, sur lesquels s’appuient les bilingues. Certes, il existe des dictionnaires de clichés, mais comme le fait observer David Crystal avec humour2, ceux-ci sont loin de présenter les mêmes éléments. En d’autres termes, ce qui pour l’un est cliché peut être pour l’autre simple expression idiomatique, ce qui pour l’un est figé et banal, peut être pour l’autre figé mais utile et un tant soit peu original. C’est là le premier obstacle à la mise en place d’un tel marquage, le désaccord non sur ce qui constitue un cliché en général, mais celui sur le classement d’éléments spécifiques. Il faut alors peut-être envisager de dégager un ensemble d’éléments communs aux différentes sources, une sorte de noyau commun sur lequel toutes ou presque s’accordent. Ceci ne garantirait certes pas la fiabilité du marquage davantage que celle du marquage familier ou argotique, par exemple, qui est notoirement mouvant d’un bilingue à l’autre, d’un bilingue à un unilingue, et même au sein du même bilingue ; cependant, le marquage d’un nombre minimal d’expressions, établi avec cohérence au sein du même dictionnaire, aurait le mérite d’exister et pourrait ensuite être progressivement étendu à d’autres éléments, grâce peut-être au dépouillement des corpus gigantesques actuellement utilisés en lexicographie bilingue, qui donnent de précieuses indications sur la fréquence des mots et expressions.

16Quant à la faisabilité de ce marquage au plan typographique, il s’agit d’un problème relativement mineur, résolu en fonction de critères d’économie, de lisibilité et de visibilité : faut-il préférer le symbole à l’abréviation ou au mot entier, telle est la question à laquelle ce problème se résume, compte tenu du fait que le marqueur choisi interviendra en deux endroits différents de la microstructure, dans la chaîne de collocations lexicales et dans la liste d’expressions figées ou idiomatiques qui devrait faire l’objet d’une sous-catégorie de l’article type. Ceci suppose une microstructure d’un type différent ; j’ai tenté de la définir ailleurs (Antoine, 1998), la brève description qui suit ne reprendra donc que les éléments pertinents à la représentation des clichés.

17Il me semble souhaitable que la microstructure du dictionnaire bilingue ne donne pas lieu à ambiguïtés et sépare le plus clairement possible le figé du libre. A cette fin, elle pourrait être organisée afin de présenter d’abord les collocations du mot-vedette, accompagnées de la ou des traduction(s) adéquate(s). Dans cette première partie de l’article, éventuellement subdivisée en fonction de critères sémantiques, les différents sens seraient repérés par un système alphabétique ou numérique, qui renverrait vers une deuxième partie de l’article dans laquelle seraient réunis les exemples de fonctionnement du mot — on s’interdirait de présenter des exemples reprenant simplement une collocation, à moins que celle-ci n’entraîne un fonctionnement particulier, qu’il conviendrait alors d’illustrer. La présentation des collocations utiliserait deux modes : le premier, par regroupement d’indicateurs de collocations entre parenthèses, si possible (en particulier pour les verbes) dans les deux langues, de part et d’autre de la traduction proposée, pour ne pas allonger démesurément la chaîne d’indicateurs ; ce traitement pourrait être réservé aux collocations à traduction terme à terme, c’est-à-dire où l’indicateur de collocation reçoit une traduction directe et où le mot-vedette reçoit une traduction différente de celles qui précèdent ou suivent. Le second mode concerne les collocations dont le traitement implique une traduction différente du mot-vedette et une traduction non directe de ce qui entre en collocation avec lui ; il consisterait en la présentation de la collocation entière (éventuellement avec regroupements), en caractères gras, comme actuellement les exemples. Les collocations lexicales qui sont des clichés recevraient ce traitement et seraient accompagnées du marqueur retenu. Les collocations étendues seraient, quant à elles, présentées plus loin, dans une troisième partie de l’article qui réunirait les idiomes ; celles qui sont des clichés seraient marquées clairement là aussi. Un problème se pose cependant ici : les clichés ainsi présentés peuvent, pour certains, recevoir plusieurs traductions, en fonction du contexte. Cela semblerait imposer leur inclusion dans des exemples, pour faire apparaître ces variantes de traduction. Il semblerait cohérent ici, puisque l’exemple n’illustrera pas un fonctionnement mais une traduction, de présenter ces exemples au même endroit, afin que l’utilisateur puisse effectuer utilement des comparaisons. Cela implique une présentation typographique particulière, pour différencier ce qui est libre mise en contexte de la collocation étendue ; il me semble que le recours à un symbole clair serait la solution la plus économique et la plus lisible (par exemple : carré, cercle ou triangle vide ou plein, astérique, dague, “ex.” encadré ou sur fond grisé, etc.).

18Ce dernier point met en relief un aspect des collocations étendues devenues clichés qui rend leur traitement malaisé. Il apparaît en effet que, bien que le cliché soit figé, sa traduction en une autre langue ne va pas toujours de soi et est souvent moins figée, voire pas figée du tout ; cela signifie que c’est, ici comme ailleurs, le contexte dans lequel s’insère le cliché qui influe sur la traduction. C’est sans doute ce qui explique que, comme les exemples du Fascicule des textes de référence le montrent, les bilingues présentent souvent le cliché par le biais d’un exemple et proposent des traductions différentes les uns des autres. Le cliché, curieusement, en lexicographie, s’oppose souvent à la présentation brute, sèche, sans contexte ; il est certes figé, mais il s’accommode mal d’une présentation figée, sous forme d’expression toute faite que l’on pourrait transposer dans de multiples contextes. En somme, le cliché appelle, impose, souvent la mise en contexte pour pouvoir être traduit dans le cadre du dictionnaire. Typiquement, le cliché demande l’étoffement de l’article plutôt que son dépouillement ; curieusement, en face d’une formule que l’on pourrait croire stable, les traductions peuvent être variées. L’exemple de “a blessing in disguise” le dit bien : le Hachette Oxford donne l’expression brute, avec une traduction (“un bienfait caché”) qui tente de rendre compte de façon assez suivie de l’item “blessing” et du groupe “in disguise” ; soit, mais dirait-on “c’était un bienfait caché” pour “it was a blessing in disguise” ? Et que dire de “it might be a blessing in disguise after all”, “it turned out to be a blessing in disguise” et autres productions, dont les autres dictionnaires tentent de rendre compte par le biais d’exemples, qui appellent chacun des traductions autres ? Ici, sans doute, nous nous trouvons dans le cas extrême où il est quasiment impossible de traiter le cliché autrement qu’au sein d’un exemple, même si le nombre de contextes possibles s’avère assez réduit : la combinaison avec “be” s’impose et peut-être, en français, l’apparition d’un adverbe ou d’une locution adverbiale du type “en fin de compte” est-elle la plus à même de faire passer le sens de ce cliché ? On pourrait se livrer aux mêmes observations au sujet de “to add insuit to injury”, qui montre bien des variations possibles en traduction, imposées par le contexte : le “et pour comble d’insulte” du Hachette Oxford ne fonctionne pas mieux que le “bienfait caché”. Certes, le dictionnaire bilingue ne dispose pas d’espace en suffisance pour multiplier les mises en contexte, mais la micro-structure que je viens de décrire permet de faire l’économie d’un certain nombre d’exemples, ce qui autorise à développer l’exemplification pour les clichés. Le dictionnaire électronique qui ne serait pas une simple transposition d’un dictionnaire papier aurait ici une supériorité sur le dictionnaire traditionnel : il pourrait offrir une large gamme de contextualisations appelable de l’article principal, sans alourdir celui-ci. Cela est réalisable dans la mesure où l’on ne disjoint pas le dictionnaire électronique de modules de corpus consultables aussi par l’utilisateur, comme le souhaitent certains, par exemple Frank Knowles (Knowles, 1996, p. 160), et où ces modules sont accompagnés de traductions. Alors, on peut avancer que, dans le traitement lexicographique du cliché, la traduction est, elle aussi, une forme de redynamisation du cliché, au sens où elle en rend compte de façons variées dans l’autre langue ; elle l’est sans doute également parce qu’elle ne peut toujours proposer en face d’un cliché un autre cliché de la langue d’arrivée : même si elle garde l’image, la métaphore ou l’allusion qui se trouve dans certains clichés, celle qu’elle rend peut avoir plus de vie, d’originalité, de relief enfin, que le cliché de départ. Par exemple, “to shoot from the hip” est glosable (Hachette Oxford : “parler sans réfléchir” ; Robert & Collins : “attaquer ou riposter impulsivement” — que dire de la lourdeur de l’adverbe ici ?) ; l’expression, devenue cliché en particulier dans la langue journalistique américaine, peut encore être transposée sous la forme, pas toujours exacte d’ailleurs, de “ne pas prendre de gants” (Harrap’s Shorter) ; elle est enfin susceptible de traduction sous la forme d’écho culturel d’un domaine voisin à celui de départ, par exemple par “parler plus vite que son ombre” ou encore, par glissement vers ce qui est presque un cliché, par “confondre vitesse et précipitation”— tout dépend encore une fois du contexte, et seul celui-ci peut faire préférer telle ou telle traduction à la glose. De la même façon, “the birds and the bees”, à l’évidence, ne peut fonctionner isolément ; aussi, la traduction par “les choses de la vie” (Grand Larousse Bilingue) ou “le b-a ba de la vie” (Hachette Oxford) ne suffit pas, si même elle convient ; ce cliché exige la mise en contexte, par exemple sous la forme “I’ll have to tell him/her about the birds and the bees”, et seule la traduction de l’exemple peut amener “... que les bébés ne naissent pas dans les choux” (Harrap’s Shorter, Robert & Collins) ou une association des choux et des cigognes qui sera suffisamment claire : “il faut que je lui explique pour les choux et les cigognes” — c’est bien ici aussi la valeur lexiculturelle des mots que l’exemple sert à actualiser.

19Au travers de ce qui précède apparaissent les limites essentielles à la représentation lexicographique des clichés, qui expliquent pour une large part que ceux-ci sont mal traités par les dictionnaires bilingues existants. La première maltraitance est celle par classement : les ouvrages en question n’aménagent pas suffisamment leur microstructure pour distinguer le figé du libre et ne se dotent pas de marqueur adéquat pour isoler le cliché — ce défaut-là, comme je l’ai suggéré, peut trouver sa solution. La maltraitance par omission est un second problème, qui concerne d’ailleurs autant le cliché que l’idiome en général ou même la collocation lexicale : on peut s’étonner de ne pas trouver dans tel dictionnaire “the fair sex”, “the jaws of defeat”, “as American as apple pie”, “to do one’s homework” ou “fair and square”, pour ne retenir que quelques exemples de ma liste ; ces absences sont explicables de diverses manières : le cliché est considéré comme trop rare, ou archaïque, il est insuffisamment présent dans les corpus électroniques utilisés, ou encore il a été sacrifié ou il est passé au travers des mailles du filet des lexicographes. Le croisement constant des sources, unilingues comme bilingues, apporterait sans doute le remède et, dans le cadre de la rédaction d’un grand dictionnaire bilingue, l’adoption d’un véritable objectif d’exhaustivité permettrait d’éviter ces lacunes quelquefois fâcheuses — ici encore, le dictionnaire électronique, moins tenu à l’économie, représenterait un progrès dans la voie de l’exhaustivité. Je souligne cependant que la maltraitance par omission concerne de façon aiguë les clichés que l’on peut qualifier de “culturels”, en particulier lorsqu’il s’agit de citations usées et banalisées à force de répétition, de déformation et d’application à une variété de situations qui leur enlève leur piquant et leur à-propos (voir Redfern, 1989, p. 41). (On entendra par citation aussi bien des citations d’œuvres littéraires que des reprises de slogans, titres ou petites phrases d’hommes politiques : la citation inclut aussi bien le “winter of discontent” ou le “to be or not to be” de Shakespeare que le “blood, sweat and tears” de Churchill, le “read my lips” de George Bush ou le “I didn’t inhale” de Bill Clinton, ou encore la reprise avec éventuel recyclage de titres comme Rebel Without a Cause ou de slogans comme “Big is beautiful” ou “The Pause that Refreshes”. On voit que l’éventail est très large et que l’ouverture du dictionnaire bilingue au lexiculturel peut encore être plus grande qu’elle ne l’est : le recensement de toutes les allusions culturelles, et donc de celles qui sont devenues des clichés, reste largement à faire, de même que, parallèlement, la définition d’une stratégie de représentation de ces éléments dans le cadre d’un dictionnaire bilingue.)

20Le dernier type de maltraitance, celui auquel il est certainement le plus difficile de remédier dans le cadre du dictionnaire bilingue traditionnel, est celui de la maltraitance par traduction ou plutôt, par inadaptation de la traduction, en raison, en partie, comme on l’a dit tout à l’heure, de l’absence de contextualisation du cliché. Mais ce n’est pas là l’unique cause, comme les exemples de ma liste veulent le faire apparaître. On peut distinguer, me semble-t-il, divers procédés de maltraitance par la traduction, qui concernent d’ailleurs tout autant les clichés que les idiomes ou locutions figées en général. Il y a d’abord l’inadéquation stylistique, dans laquelle est opérée une rupture de niveau de langue entre langue de départ et langue d’arrivée. “To shoot from the hip” en a fourni un exemple, avec le passage d’une expression familière (et imagée) à une glose de niveau de langue standard, abstraite ; “teething troubles” fournit un autre exemple du même ordre — “difficultés initiales” proposé par l’ensemble des dictionnaires omet la métaphore et transpose sur un plan abstrait et peu familier ce qui aurait pu être dit avec “les problèmes de jeunesse” (pour une machine, un véhicule) ou avec “les problèmes de mise en route” (dans “we’ve had some teething troubles”).

21D’autres traductions de clichés sont des calques. Certains sont passés dans la langue (“l’homme de la rue”, “ce n’est pas ma tasse de thé”), mais on note une absence de dépassement du calque. Pourtant, il sera difficile d’utiliser “l’homme de la rue” ou même “Monsieur Tout-le-monde” (Robert & Collins) pour traduire “the American/French/etc man-in-the-street”, d’où la nécessité, une nouvelle fois, de contextualiser pour s’assurer que le calque fonctionne de façon satisfaisante à tout coup — en l’occurrence, la combinaison avec un adjectif de nationalité me semble devoir amener, par diverses opérations de traduction, “l’Américain/le Français/etc moyen”.

22Dans d’autres cas, la traduction, par calque, par inadéquation stylistique, ou par frilosité par rapport aux opérations de traduction, est parfaitement bizarre, ou elle transforme le cliché de départ en expression saillante par son caractère inhabituel ou recherché, ou inversement : le cliché de la langue source est nié en tant que cliché, “de temps immémorial”, en face de “from time immemorial” est de ceux-là, de même que, dans l’autre sens, “avant toute chose”, “d’abord et surtout”, “avant tout”, en face de “first and foremost”. Dans ce dernier cas, on sent la surenchère d’un ouvrage à l’autre, la tentative d’améliorer la traduction proposée par rapport à celle du ou des prédécesseur(s) ; en l’occurrence, c’est le Robert & Collins édition 1998 qui a le dernier mot, avec “d’abord et avant tout”, qui fait davantage cliché et recherche en français — l’édition précédente avait “tout d’abord” et “en tout premier lieu” ; on peut regretter que la deuxième traduction n’ait pas été aussi maintenue. En ce qui concerne “from time immemorial”, il serait peut-être opportun de remplacer “de temps immémorial” par “de toute éternité” (Robert & Collins) et peut-être aussi par “depuis que le monde est monde”, cliché qui répondrait à un autre cliché. “At the eleventh hour” fournit un troisième exemple, en face duquel le “à la toute dernière minute” du Hachette Oxford, amélioré à partir des traductions des prédécesseurs, apporte davantage l’idée d’ultime moment exprimée par le cliché anglais.

  • 3 “Clichés are an admirable lexical life-jacket.” Crystal, 1990, p. 186.
  • 4 “Like the pun, though less fruitfully, the cliché is a labour-saving device. Everybody loves barga (...)
  • 5 Redfern, 1989, p. 81.

23D’autres traductions, enfin, tuent la métaphore de départ (même si celle-ci n’était plus très vive !) ou la banalisent davantage, en réduisant le cliché à une glose ou à une expression abstraite : voir “tooth and nails”, “sick as a parrot”, “as cool as a cucumber”, “as old as the hills“ pour le premier cas, ou “as American as apple pie”, “to take with a grain of sait”, “as well be hanged for a sheep as for a lamb” ou, encore une fois, “to shoot from the hip”. Je ne prétends certes pas que tout cliché soit originellement une métaphore, non plus que toute traduction d’anciennes métaphores devenues clichés puisse ou doive conserver la métaphore ni même une métaphore mais, si le cliché est bien ce que David Crystal appelle le gilet de sauvetage du locuteur en mal de mots3, ou qu’il sert à meubler à peu de frais une conversation, il a une fonction utilitaire ou décorative que la traduction peut sans doute préserver. Le cliché est ce qui vient en bouche, ou sur le bout de la langue, le plus facilement lorsque l’on cherche les mots adéquats ou que l’on a la paresse de les trouver, dirait Walter Redfern4. Alors les mots qui le constituent doivent venir spontanément, tant dans la langue de départ que dans celle d’arrivée : la traduction, me semble-t-il, ici comme ailleurs, se doit de conserver cet aspect-là et de fournir des expressions qui viennent aussi facilement à l’esprit et qui se disent ou s’écrivent avec aussi peu d’efforts que les clichés de départ ; en quelque sorte, le cliché en traduction se doit de respecter la même loi du moindre effort qu’en langue de départ. Et cela nous ramène au problème évoqué tout à l’heure, de la contextualisation, car la traduction qui aura le plus de naturel, le plus de coulé, est celle qui prendra en compte tout l’environnement du cliché, pour le fondre dans celui-ci et non attirer l’attention sur lui. Mais le dictionnaire bilingue n’est là que pour suggérer des pistes de traduction, objectera-t-on ; c’est vrai, comme il est vrai aussi que le dictionnaire n’est pas qu’un ouvrage auquel on se réfère, il est aussi, souvent, un ouvrage auquel on défère (“We defer as we refer”, dit Redfern5), d’où son énorme responsabilité, qui implique que ses propositions soient les plus variées, les plus circonstanciées et les plus utiles possible. Ce qui entraîne que, pour ce qui concerne sa représentation des clichés, celle-ci se fasse en livrant un nombre élevé de contextes pour fournir le plus de traductions possible. Alors, un dictionnaire bilingue de clichés serait, s’il existait, un conservatoire de fragments d’énoncés incluant des clichés, accompagnés de leurs traductions ; il serait sans doute plus proche des corpus utilisés actuellement en lexicographie bilingue, doublés des traductions adéquates, que des dictionnaires bilingues tels que nous les connaissons, éventuellement adaptables et perfectibles cependant, si les suggestions que j’ai faites quant à la microstructure sont réalistes et applicables — ce que je crois.

Haut de page

Bibliographie

ANTOINE, Fabrice, “La représentation de la langue en lexicographie bilingue : éléments d’une théorie”, Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain 24 (1998) 1-2 : pp. 127-181.

BLANCO, Xavier, “Élaboration et réutilisation des exemples en lexicographie bilingue”, in Béjoint, Henri et Philippe Thoiron, eds., Les Dictionnaires bilingues, (Louvain, AUPELF-UREF-Duculot, 1996) : pp. 103-110.

CRYSTAL, David, The Cambridge Encyclopedia of the English Language, Cambridge, CUP, 1990.

KNOWLES, Frank, “L’informatisation de la fabrication des dictionnaires bilingues,” in Béjoint, Henri & Philippe Thoiron, eds,. Les Dictionnaires bilingues, (Louvain, AUPELF-UREF-Duculot, 1996) : pp. 151-168.

REDFERN, Walter, Clichés and Coinages, Oxford, Basil Blackwell, 1989.

Pour les dictionnaires, voir Fascicule des textes de référence.

Haut de page

Notes

1 Blanco, 1996, p. 103

2 Crystal, 1990, p. 186.

3 “Clichés are an admirable lexical life-jacket.” Crystal, 1990, p. 186.

4 “Like the pun, though less fruitfully, the cliché is a labour-saving device. Everybody loves bargaining, getting things on the cheap, with minimal expense and effort. Clichés are the lazy option, the line of least resistance, the easy way out or in.” Redfern, 1989, p. 17.

5 Redfern, 1989, p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Antoine, « Le dictionnaire bilingue, conservatoire de clichés ? », Palimpsestes, 13 | 2001, 29-42.

Référence électronique

Fabrice Antoine, « Le dictionnaire bilingue, conservatoire de clichés ? », Palimpsestes [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1553 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1553

Haut de page

Auteur

Fabrice Antoine

Fabrice ANTOINE est enseignant-chercheur à l'Université Charles-de-Gaulle Lille III, et co-responsable du groupe de recherche ELEXTRA (Etudes sur le lexique et la traduction). Ses domaines de recherche sont la lexicographie bilingue, le méta-lexicographie, la lexicologie et la traduction, en particulier la traduction de la langue argotique et familière et de la langue de spécialité. Il a collaboré à la rédaction d'une douzaine de dictionnaires bilingues aux Editions Harrap's, notamment le Shorter en 1991 et le Slang Dictionary en 1993. Il a publie également Dictionnaires, Mode(s) d'emploi (Paris, La Maison du Dictionnaire, 1992) et, en collaboration avec J-P. Hulin, L'Anglais des médias (Paris, PUF, 199é). Plus récemment, il a Ecrit un article sur "La Représentation de la langue en lexicographie bilingue : éléments d'une théorie" (Cahiers de l'Institut de linguistique de Louvain, n° 24, 1998, pp. 127-181).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org