Navigation – Plan du site

Les clichés et leurs cousins dans la formation des traducteurs

Daniel Gile
p. 65-80

Résumés

La formation du traducteur vise l'acquisition d'une démarche dans laquelle la formulation du texte d'arrivée est fondée sur la perception par le traducteur du Message et des intentions de 1'auteur, et sur des Stratégies d'optimisation en fonction d'une loyauté professionnelle. Dans les textes généralement utilisés en classe, qui ne sont pas littéraires, les clichés ne sont que rarement porteurs d'un Message en tant que clichés et sont soumis au même traitement que les autres éléments du texte. Ils ont toutefois une utilité potentielle, qui reste à démontrer, comme outil didactique à part entière pour la formation des débutants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce texte présente le point de vue d’un traducteur professionnel, enseignant de la traduction et traductologue, qui n’a jamais perçu le cliché comme présentant un problème particulier. Le contraste entre ce point de vue et celui exprimé par la plupart des autres textes dans ce volume s’explique par un regard sur la traduction qui diffère sensiblement de ceux des “linguistes” et “civilisationnistes”. En conséquence, cet article accorde une large part à des considérations en amont du traitement du cliché et autres expressions figées ou quasi figées pour aider à la compréhension de leur statut dans l’optique adoptée et des orientations traductionnelles et didactiques préconisées.

2Par ailleurs, cet article, qui raisonne sur la base d’idées et de tendances bien connues des enseignants de la traduction professionnelle et abondamment débattues dans les publications spécialisées, évite les longues listes de références bibliographiques, qui apporteraient peu d’informations nouvelles et seraient nécessairement incomplètes et frustrantes pour les auteurs non cités. Les renvois à la “littérature” sont peu nombreux, et servent de point de départ éventuel à l’exploration d’un vaste espace de publications plutôt que de références précises portant sur des idées ou des résultats expérimentaux. Pour les lecteurs non familiarisés avec la didactique de la traduction, Gile (1995) présente un survol des travaux jusque vers le début des années quatre-vingt-dix, et Dollerup et Loddegaard (1992), Dollerup et Lindegaard (1994) et Dollerup et Appel (1996) rassemblent plusieurs dizaines d’articles d’auteurs de différentes régions du monde susceptibles d’apprendre au lecteur plus que les manuels existants sur les idées et pratiques des enseignants de la traduction.

Enseigner la traduction à travers des textes non littéraires

3La formation du traducteur professionnel vise essentiellement à l’acquisition d’une démarche et d’un ensemble de stratégies et de techniques. En général, cette formation se fait sur des textes non littéraires, et ce pour deux raisons :

4La traduction littéraire exige des talents d’écrivain et des connaissances littéraires que n’ont pas la majorité des traducteurs et qui ne leur sont pas directement utiles.

5La traduction des textes littéraires présente des problèmes complexes qui tiennent à une forte imbrication de la forme et du contenu, par opposition à des rapports bien moins étroits dans les textes non littéraires.

6Les clichés et autres expressions de la même famille sont traités ici dans une optique de formation pour débutants, dans des textes informationnels, ceux dans lesquels l’auteur cherche à informer, à expliquer, à convaincre le lecteur en lui transmettant des informations plutôt qu’à susciter des émotions.

La loyauté dans la traduction professionnelle

7Les antécédents scolaires des étudiants les orientent vers la recherche d’équivalences linguistiques microstructurelles. Il nous semble que le premier acte didactique à accomplir est une sensibilisation à la nature communicative de la traduction, qui servira de base raisonnée à un politique stratégique fondée sur autre chose que la linguistique contrastive.

8La traduction remplit une fonction de communication entre des acteurs dont chacun a ses intérêts et ses objectifs propres :

9L’auteur écrit pour communiquer une information à ses lecteurs, leur expliquer une idée ou un fait, les convaincre de la justesse d’une opinion, leur présenter une certaine image de lui-même, susciter une émotion, provoquer une réaction, et parfois simplement remplir des pages pour s’acquitter d’une obligation.

10Le lecteur de la traduction la lit pour s’informer de ce que dit l’auteur, éventuellement pour mieux le contrer, pour comprendre, pour se distraire, parfois pour améliorer ses connaissances linguistiques ou pour éprouver des émotions.

11Quant au donneur d’ouvrage, il agit pour s’acquitter d’une fonction administrative, pour gagner de l’argent, et plus rarement, pour favoriser la diffusion des connaissances ou les idées de l’auteur.

12Le traducteur professionnel est recruté pour aider le texte à remplir une ou plusieurs fonctions définies par les besoins et les intérêts des acteurs concernés, et prend ses décisions en conséquence. Cependant, comme ces intérêts ne sont pas toujours convergents, ni même compatibles, un choix fondamental à faire est celui de la loyauté professionnelle, qui déterminera les priorités. Dans le cas le plus fréquent, la loyauté professionnelle prioritaire est acquise par défaut à l’auteur du texte de départ et à ses intérêts.

Orientations décisionnelles et normes contraignantes

13Une fois la direction fondamentale à donner aux décisions déterminée par la loyauté professionnelle, se pose la question de savoir de quelle latitude le traducteur dispose. Dans certains cas, la réponse est assez claire. Si un texte contient une faute dans un chiffre (date, population, taux de conversion, etc.), si le traducteur considère que l’erreur est involontaire et si sa loyauté est acquise à l’auteur, il la corrigera dans sa traduction. À l’autre extrême, même si le traducteur considère que le texte de départ sert mal les intérêts de son auteur, il ne peut le réécrire complètement, en changeant son argumentation, sa structure et les illustrations données en exemple, car même si les intérêts de l’auteur sont mieux servis de cette manière, ces opérations violent certaines normes généralement acceptées comme régissant la traduction.

14Face à l’orientation décisionnelle du traducteur, celle qui le poussera, en fonction de sa loyauté professionnelle prioritaire, à privilégier l’auteur, le destinataire ou le donneur d’ouvrage, se trouvent deux ensembles de contraintes qui limitent sa marge de manœuvre :

15L’un correspond aux normes prévalentes définissant ce qu’est une traduction dans l’espace socio-culturel concerné (voir Toury 1995). À cette macro-contrainte se superpose une contrainte plus “locale”, qui tient à la loyauté contractuelle ou déontologique à laquelle est soumis le traducteur en tant que prestataire professionnel. Cette obligation peut l’obliger à travailler très rapidement, sans mener à bien des opérations suffisamment approfondies de recherche documentaire. Dans d’autres cas, notamment dans l’édition, elle lui impose un certain style, parfois une certaine censure stylistique, religieuse, morale ou politique, qui va au-delà des normes générales.

16Dans la didactique de la traduction professionnelle, le scénario le plus couramment mis en œuvre (sans toutefois que les hypothèses sous-jacentes soient précisées aux étudiants, et sans même que les enseignants en soient toujours conscients eux-mêmes) est celui d’une convergence parfaite entre les intérêts et normes de l’auteur et ceux des lecteurs du texte d’arrivée. Quant à la contrainte normative qui définit la traduction, elle se confond en classe avec les normes personnelles de l’enseignant, qui de ce fait cumule la fonction de donneur d’ouvrage et de représentant de la norme sociale. Cette situation peu naturelle peut conduire à des déviations importantes par rapport à la réalité professionnelle, surtout si l’enseignant est lui-même non pas traducteur professionnel, mais professeur de langue étrangère. Le scénario didactique préconisé ici est celui où l’enseignant se substitue au donneur d’ouvrage, mais indique bien aux étudiants où se situent les normes sociales générales et où interviennent ses normes personnelles.

Catégories informationnelles et fidélité

17Sur la base d’une longue expérience dans l’enseignement de la traduction dans plusieurs institutions universitaires françaises et étrangères et de nombreux contacts avec des collègues enseignant la traduction non littéraire, je pense que la norme générale contemporaine dans le monde occidental veut que pour les textes informationnels, dans une traduction (par opposition à une adaptation), l’ordre des paragraphes du texte de départ soit respecté, de même que l’enchaînement des phrases et de leur contenu au sein du même paragraphe. Les fusions de deux ou trois phrases en une seule et le découpage d’une phrase en deux ou trois pour optimisation stylistique sont admis. À l’intérieur des phrases, les remaniements structurels sont également admis. Quant aux unités lexicales et groupes de mots, leur appariement avec des unités lexicales ou groupes de mots correspondants dans le texte d’arrivée obéit à des principes d’équivalence qui occupent une place centrale dans la traduction (pour un petit résumé encyclopédique rappelant des auteurs importants, voir Baker 1998 : 77-80) mais sont difficiles à définir avec rigueur.

18Le présent article, qui a pour objet d’étude les clichés et autres entités figées, délaissera les manipulations syntaxiques pour s’intéresser aux unités. lexicales, individuelles et groupées, en indiquant des principes stratégiques plutôt que des règles fixes et recettes directement applicables.

19Dans les textes informationnels, le message est l’information que l’auteur souhaite véhiculer à travers l’énoncé. Il apparaît rapidement que la quasi-totalité des énoncés effectivement produits contiennent également d’autres informations (voir Gile 1995). Certaines sont introduites par l’auteur, consciemment ou inconsciemment, à titre d’encadrement orientant le lecteur vers une compréhension correcte du Message (ainsi, dans un texte économique en anglais, on peut préférer parler de “Belgian francs” plutôt que de “francs” afin qu’il n’y ait pas confusion chez le lecteur avec les francs français ou les francs suisses, ou de préciser, à l’intention d’un lecteur américain, “Paris, France”, par opposition à “Paris, Texas”).

20D’autres informations sont introduites par des contraintes linguistiques dans la langue d’expression. Ainsi, en nommant “Mademoiselle Anne Dupont” comme chargée d’une tâche particulière, non seulement on identifie la personne concernée, mais on indique son sexe et son état civil, deux informations étrangères au Message appelées par des règles linguistiques françaises (par opposition à “Ms. Anne Dupont”, “Anne Dupont”, voire “Anne” dans des textes en anglais).

21Une troisième catégorie d’informations qui accompagnent de nombreux énoncés et que l’on qualifiera de personnelles relèvent du “style” de l’auteur ou révèlent des informations sur lui sans qu’il le souhaite, et généralement, sans qu’il s’en rende compte. Ainsi, l’emploi du mot “septante” (ou un accent particulier à l’oral) désigne une origine belge ou suisse, et des fautes d’orthographe ou de syntaxe indiquent éventuellement un niveau d’instruction peu élevé.

22Dans quelle mesure ces informations doivent-elles être restituées par le traducteur dans son texte d’arrivée ? Une norme consensuelle veut que le Message, qui correspond par définition à l’information que l’auteur souhaite transmettre au lecteur, soit restitué, même si le traducteur juge son impact négatif au regard de ses intérêts. On notera toutefois que tout en respectant la teneur de l’information, le traducteur pourra défendre ces intérêts en modifiant quelque peu la forme du Message. Ainsi, une lettre de refus adressée en anglais par une entreprise américaine à un vis-à-vis japonais pourra être reformulée en japonais sous une forme linguistiquement atténuée, qui, syntaxiquement et lexicalement, peut ne pas correspondre à l’énoncé anglais, mais qui ne change rien au Message tout en évitant une réaction hostile que ne souhaite pas l’auteur américain. En ce qui concerne les informations qui se superposent au Message (les informations secondaires), dans l’optique de la loyauté professionnelle telle qu’expliquée plus haut, le traducteur essaiera de comprendre les intérêts de la personne à laquelle est due sa loyauté prioritaire et d’évaluer l’impact positif et négatif de la restitution de chaque information, sur le plan informationnel comme sur le plan de l’impact stylistique du texte, pour prendre des décisions en conséquence.

23Cette Liberté préconisée se justifie par une différence de statut entre le message et les informations secondaires. En, effet, si le message est, par définition, délibérément introduit par l’auteur pour informer, expliquer ou convaincre, il n’en va pas de même pour les informations secondaires. Les informations d’encadrement ont un but de soutien qui est ou n’est pas utile au destinataire de la traduction : le lecteur belge lisant la traduction en français d’un article économique sur la Belgique a-t-il besoin autant qu’un lecteur anglophone de la précision “francs belges” ? Un lecteur français lisant un texte sur Paris a-t-il besoin de la précision “en France” ? Quant aux informations induites par les contraintes linguistiques et aux informations personnelles, elles sont introduites dans l’énoncé sans que la volonté de l’auteur y soit pour quelque chose — sinon, elles feraient partie du message par définition.

24Cette différence de statut par rapport au message dénie aux informations secondaires le droit automatique à la restitution dans le texte d’arrivée, ce qui a entre autres des conséquences sur le traitement du cliché, comme il est expliqué plus loin.

Les clichés

25Dans cette optique communicationnelle de la traduction, les clichés, images plus ou moins automatiques et autres entités assimilées peuvent être traités comme tout autre groupe de mots ou unité lexicale, c’est-à-dire analysés en termes d’information, de style, d’effet probable sur le lecteur de la traduction, puis traités en conséquence.

Considérations informationnelles

Le cliché correspond-il à une véritable information ?

26La première question est de savoir si l’information qu’il véhicule fait vraiment partie du Message. La question peut sembler curieuse, mais par sa nature même, le cliché, expression très souvent utilisée, devient “automatique”, c’est-à-dire facile à produire quand les mots manquent à un auteur pour exprimer une pensée précise. Il peut donc avoir une fonction de remplissage plutôt qu’une véritable fonction informative. Le phénomène est très apparent dans des textes composés pour des événements formels tels que des cérémonies d’accueil (avec des clichés sur “l’amitié entre les peuples”), de remerciements (“la cheville ouvrière”, “qui n’a pas ménagé ses efforts”, “who has left no stone unturned”, “sans qui...”), de deuil (“ce sont les meilleurs qui partent les premiers” “il restera toujours présent dans nos esprits”, etc.), mais on peut le retrouver dans bien d’autres textes. Dans cette fonction, c’est la banalité conventionnelle du cliché qui véhicule le Message, et non pas son contenu informationnel, qu’on se gardera bien de prendre littéralement.

27Une deuxième fonction importante du cliché, que l’on trouve notamment dans les articles de presse, est la facilitation de la lecture, grâce au caractère familier des collocations qu’il comporte, et souvent grâce aux images vivantes qu’il évoque (“manger son pain noir”, “une année de vaches maigres”, “battre sa coulpe”, “avaler des couleuvres”). Dans cette deuxième fonction comme dans la première, le Message informationnel véhiculé est souvent très différent de l’image évoquée par sa structure de surface.

28La recherche d’une équivalence informationnelle littérale est donc souvent dangereuse. Ainsi, dans l’exemple extrait du Times décrivant les souffrances du Président Clinton face à ses accusateurs dans l’affaire Lewinsky (présenté par Ruth Amossy dans le présent volume), la traduction proposée pour “blind stare” dans “Under the blind stare of camerawork”, à savoir “Sous le regard aveugle des caméras”, peut choquer le lecteur francophone “cartésien” (par cliché, plutôt que par définition) : comment les caméras peuvent-elles être aveugles, puisque non seulement elles “voient” la scène, mais elles la retransmettent ? Ici, plutôt que de chercher à tout prix à rendre l’image de “blind stare”, il apparaîtrait peut-être judicieux de parler de regard “froid” ou “impersonnel”.

  • 1 Cliché à traduire par le cliché “linguistic barrier” ou par “linguistic divide” ?

29Mieux vaut dans certains cas remplacer les clichés de circonstance en langue de départ par des clichés de circonstance en langue d’arrivée, même si les images auxquelles renvoient les clichés de part et d’autre de la barrière linguistique1 sont différentes. D’ailleurs, gagne-t-on vraiment à remplacer les clichés de circonstance en langue de départ par des clichés en langue d’arrivée ? Ne peut-on gagner en impact, dans l’optique de la loyauté professionnelle à l’auteur, en les remplaçant par des tournures non banalisées, justement en éliminant des informations étrangères au Message, et, au passage, en améliorant la qualité de l’expression en langue d’arrivée ? Ainsi, dans le même extrait du Times, “fight for his life” dans “I watched a man fight for his life”, a été traduit par “lutter pour sa vie”, expression que l’on peut juger maladroite en français et à laquelle on pourrait préférer “lutter désespérément”, même si l’on maintient la métaphore d’un torrent qui menace d’emporter sa victime.

Le cliché reflète-t-il fidèlement l’information sur le plan quantitatif ?

30Une deuxième interrogation sur le rôle informationnel du cliché est d’ordre quantitatif. Le caractère automatique du cliché n’incite-t-il pas à une utilisation quantitativement peu rigoureuse de cette “linguistic commodity” ressource linguistique trop facile d’accès ? Avec son idée d’exclusivité, le cliché “n’écoutant que son courage” dans “n’écoutant que son courage, il plongea dans l’eau glacée pour se porter au secours du pêcheur emporté par la lame” (extrait d’une dépêche de presse) n’est-il pas souvent une formulation imagée excessive pour une idée qui pourrait s’exprimer plus sobrement, et peut-être plus justement, par “courageusement” ? De même, “l’eau glacée” n’était-elle pas à dix degrés, voire plus ? Le cliché a tendance à exagérer le trait, et le restituer littéralement revient à prendre le risque d’induire le lecteur en erreur, et donc à manquer de fidélité au message (à moins que la traduction soit elle-même un cliché susceptible d’être interprété avec la même correction quantitative par le lecteur du texte d’arrivée, ce qui serait le cas pour la traduction ice-cold “wáter”). Dans de telles circonstances, avec un peu de réflexion, le traducteur est susceptible d’identifier l’exagération apportée par le cliché et de traduire d’une manière plus mesurée qui reflète plus fidèlement l’information que l’auteur souhaitait communiquer.

Le cliché apporte-t-il une information personnelle ?

31Parfois, outre le Message, c’est-à-dire l’information qui lui est confiée par l’auteur pour transmission, le cliché, comme les autres unités lexicales et structures textuelles, contient des informations personnelles telles que définies plus haut. Il peut situer l’âge approximatif de l’auteur (la langue et ses clichés évoluent de génération en génération), son appartenance à un milieu socioprofessionnel (clichés d’intellectuels, d’artistes, de fonctionnaires, d’enseignants, d’informaticiens, de militaires, etc.) ou à une variété de langue particulière (français africain, belge, canadien, suisse, anglais australien, canadien, indien), indiquer qu’il a une bonne connaissance d’une langue dont il n’est pas locuteur natif, indiquer au contraire, quand il est employé maladroitement, qu’il n’est pas locuteur natif de la langue d’expression, etc.

32Ces informations doivent-elles être restituées dans la langue d’arrivée ? Dans l’hypothèse de la loyauté professionnelle à l’auteur, elles ne le seront pas si elles sont négatives, par exemple si elles montrent que l’auteur a une mauvaise maîtrise de la langue d’expression. Dans l’hypothèse de la loyauté professionnelle au lecteur, selon les objectifs et intérêts de celui-ci, même ces informations négatives peuvent être utiles, par exemple si le lecteur présumé est historien et cherche à travers le texte à en apprendre le plus possible sur son auteur (dans ce cas précis, les informations personnelles peuvent au contraire être très importantes, souvent bien plus que le Message de l’auteur). Mais dans ce cas particulier, le traducteur veille à traduire autant ce que le texte dit de l’auteur que ce que dit l’auteur, avec des stratégies de traduction qui peuvent être très différentes des stratégies habituelles, y compris un certain littéralisme, la non-correction d’erreurs perçues comme involontaires, et éventuellement une abondance de notes du traducteur.

33Quand le traducteur juge que ces informations personnelles ont au contraire un effet potentiel positif au regard des intérêts de l’auteur (en indiquant son appartenance à un milieu particulier, elles peuvent par exemple renforcer sa crédibilité aux yeux du lecteur), se pose la question de leur restitution dans le texte d’arrivée. Dans de très nombreux cas, cette restitution ne peut être réalisée qu’au détriment des autres objectifs de l’auteur, par exemple en alourdissant le style du texte ou en détournant l’attention du lecteur de l’essentiel. Comment faire apparaître au lecteur de la traduction une information sur l’excellente maîtrise de la langue de départ par l’auteur qui n’en est pas locuteur natif, puisque les informations sur la langue de départ disparaissent naturellement dans la traduction ? Transmettre de telles informations n’est pas impossible, ne serait-ce que grâce à des notes du traducteur, en bas de page ou en préambule à la traduction, mais ces notes donnent beaucoup d’importance à des informations accessoires, ralentissent la lecture, et surtout détournent l’attention du lecteur de ce que dit l’auteur. La décision prise dépendra donc du choix de loyauté professionnelle par le traducteur et de son interprétation de ce que sont les intérêts de l’acteur à qui cette loyauté est acquise. En général, dans la loyauté professionnelle par défaut, acquise à l’auteur, le traducteur préfère renoncer à la restitution de ces informations (à supposer qu’il en prenne conscience) pour préserver l’impact maximum du texte dans le sens des souhaits et des intérêts de l’auteur tels qu’il les interprète.

Considérations stylistiques

34Au-delà de l’information qu’il véhicule, le cliché a un fonctionnement stylistique par son vocabulaire, sa structure syntaxique, l’image qu’il évoque. La première question à se poser dans la démarche préconisée ici est de savoir si cet effet stylistique est voulu par l’auteur. Parfois, il est possible de deviner la réponse en comparant le texte concerné à d’autres textes du même auteur et en y trouvant des caractéristiques différentes, que l’on peut attribuer à la volonté de l’auteur de formuler son énoncé de manière plus parlante pour le groupe de lecteurs concerné. Parfois, les clichés font partie du style du genre textuel concerné, par exemple dans la presse et dans certains types de discours officiels. Si c’est le cas, se pose la question de savoir dans quelle mesure ce style reste pertinent pour les lecteurs de la traduction. Parfois il ne l’est pas car ces lecteurs appartiennent à un autre milieu socioprofessionnel que les lecteurs de l’original. Parfois il ne l’est pas dans la mesure où n’existe pas le même éventail de choix stylistiques en langue de départ et en langue d’arrivée. Quand le traducteur estime cet effet stylistique voulu par l’auteur et pertinent, il cherche à le restituer. Se pose alors la question de savoir si cette restitution doit passer par des clichés équivalents en langue d’arrivée. Souvent, elle peut être réalisée par d’autres moyens, notamment des choix lexicaux et syntaxiques en dehors des clichés. Dans ces conditions, y a-t-il une raison pour ajouter des contraintes aux choix déjà difficiles de la traduction en recherchant la restitution des effets à travers des clichés en langue d’arrivée ? Le seul cas où la réponse est positive est celui où l’on a des raisons de penser que l’auteur cherche délibérément à se servir de clichés pour produire les effets voulus. Toutefois, dans cette éventualité, le traducteur comparera le résultat de ses efforts de reformulation avec et sans cette contrainte, qui risque d’engendrer des maladresses ou se substituer à d’autres reformulations dont l’effet général est plus heureux, et prendra ses décisions en conséquence.

35Inversement se pose la question de l’introduction d’un cliché en langue d’arrivée pour restituer une information exprimée dans le texte de départ sans cliché. S’agit-il d’une surtraduction, avec introduction d’informations nouvelles étrangères au message ou d’un effet stylistique absent du texte de départ ? Dans les textes non littéraires, c’est un faux problème. Sur le plan stylistique, le cliché choisi pour ré-exprimer une idée peut être heureux ou malheureux comme tout autre mot ou microstructure textuelle. Chez l’étudiant, l’emploi d’un cliché en langue d’arrivée pour restituer une information exprimée sans cliché dans le texte de départ est plutôt bon signe, dans la mesure où il montre que l’étudiant a surmonté l’obstacle de la servilité linguistique et cherche une reformulation naturelle pour le lecteur du texte d’arrivée. Sur le plan informationnel, les informations induites par les contraintes linguistiques évoquées plus haut diffèrent d’une langue à l’autre et conduisent nécessairement à des “pertes” ou à des “gains” objectifs dans la traduction (voir Gile 1995). Toutefois, dans la communication concrète, seule compte l’information effectivement reçue. Si le texte est formulé de manière efficace et si les intentions de l’auteur et du lecteur de la traduction convergent, les Informations Secondaires ne sont pas perçues comme significatives. Dans un texte économique utilisé en classe, “reserves dwindled away” avait été traduit par “les réserves fondaient comme neige au soleil”. Lors d’une analyse critique de la traduction, aucun étudiant n’avait critiqué l’expression “comme neige au soleil” au motif qu’il était question d’un pays africain où la neige était inconnue.

L’apport potentiel des clichés dans la formation du traducteur

36Les considérations ci-dessus permettent de mieux comprendre pourquoi les clichés ne sont pas généralement considérés comme un problème à part dans la formation des traducteurs professionnels à travers des textes non littéraires : rien en effet ne distingue a priori le traitement qui leur est réservé du traitement des autres unités lexicales et structures dans le texte de départ. Toutes sont soumises à une analyse informationnelle et à une analyse stylistique, avec extraction de l’information pertinente et formation d’hypothèse sur les effets recherchés, puis examen de différentes options de reformulation dans la recherche de l’impact maximum dans le sens voulu par l’orateur dans le cadre des contraintes normatives applicables.

37Pourtant, on peut se demander s’il n’y a pas là un outil potentiellement puissant dans la formation des traducteurs. Le cliché peut en effet cristalliser des problèmes qui passeraient inaperçus dans d’autres structures textuelles et servir d’outil accélérateur de la progression des étudiants, en les aidant à s’affranchir d’une servilité linguistique au texte de départ et en les sensibilisant à l’importance des stratégies communicationnelles dans la reformulation.

38Les habitudes acquises lors des cours de thème et de version scolaires peuvent conduire les étudiants (et peut-être aussi des professeurs de langues étrangères) à chercher à rendre un cliché en langue de départ par un cliché en langue d’arrivée. Quand des équivalents naturels existent et sont adaptés au texte (“j’ai été frappé par” — “I found it striking that”, “the lion’s share” — “la part du lion”, “se faire l’avocat du diable” — “play the devil’s advocate”), leur exploitation pédagogique est difficile. L’enseignant peut proposer aux étudiants de chercher d’autres manières d’exprimer la même idée (“j’ai trouvé remarquable que”, “l’essentiel de”, “défendre une position contraire à la sienne”), mais comment les convaincre que ces autres choix sont légitimes, alors qu’ils sont moins naturels et moins idiomatiques que les clichés, auxquels il n’y a, par ailleurs, rien à redire ?

Sensibilisations

39Une occasion d’exploiter les clichés ou expressions figées à des fins pédagogiques se présente lorsque le cliché équivalent naturel ne convient pas, par exemple s’il transgresse potentiellement des tabous sociaux, religieux ou moraux dans la culture d’arrivée. Ainsi, dans un texte destiné à des lecteurs francophones d’Afrique noire, on peut préférer éviter de traduire l’idée d’innocence véhiculée par “as pure as the driven snow” par “blanc comme neige” et privilégier “pur” ou “innocent”, et dans un texte destiné à des Nord-Américains, on évitera les clichés susceptibles d’être interprétés comme sexistes tels que “vieille fille” ou “comportement de vierge effarouchée”. Sans aller jusque-là, on peut aussi utiliser des clichés qui n’ont pas d’équivalent naturel en langue d’arrivée et dont la traduction littérale est maladroite pour montrer qu’une traduction sans cliché fait tout aussi bien l’affaire.

40De tels exemples peuvent aider à faire comprendre à l’étudiant que le “cliché équivalent”, et par extension toutes les “équivalences littérales”, lexicales, métaphoriques et syntaxiques, peuvent faire plus de mal que de bien. Pourquoi traduire un cliché par un cliché, et par extension, un mot par un mot, une structure syntaxique par une structure syntaxique “équivalente” ? Quand on leur demande pourquoi ils traduisent tel terme ou telle tournure par d’autres qui leur ressemblent en surface, les étudiants invoquent la “fidélité au texte”. Si l’auteur a choisi de parler du “Premier ministre”, c’est pour insister sur sa fonction, et il convient de traduire par “Prime Minister” ; s’il parle du “successeur de Monsieur Juppé”, c’est qu’il souhaite mettre en valeur la chronologie ou l’alternance, d’où nécessité de traduire par “Mr Juppé’s successor” ; s’il parle du “locataire de Matignon”, c’est pour insister sur le lieu ou sur le caractère transitoire de la fonction, et il faut dire en anglais “the present tenant of Matignon” (dans ce dernier cas, ils peuvent se rendent compte toutefois que l’expression anglaise est maladroite, voire difficile à comprendre). L’idée que la variabilité de l’expression est due uniquement à des contraintes stylistiques françaises qui réprouvent la répétition ne leur vient pas à l’esprit.

41L’enseignant peut utiliser les clichés malheureux en langue de départ pour mettre en avant l’idée d’une fidélité à l’auteur et à ses intentions, et non pas à son texte en tant que tel, dans la mesure où celui-ci peut le desservir. On se rappellera sans peine le célèbre enchaînement de cet homme politique qui estimait que la France “était au bord du gouffre”, et qui se réjouissait de voir que depuis, elle avait “fait un pas en avant”. Dans une dépêche de l’agence Reuters datée du 15 octobre 1997, il était question d’un directeur commercial qui était “determined to clinch the deal that would offer the perfect epitaph to his 20-year career.” De nombreux étudiants dans un groupe à qui la traduction de la dépêche avait été confiée avaient reproduit l’image de l’épitaphe en français. Interpellés sur les raisons d’un choix aussi morbide pour un événement marquant un grand succès en fin de carrière, ils se sont rendu compte des inconvénients de la “fidélité au texte” et ont pu proposer eux-mêmes de remplacer l’épitaphe tombale dans le texte d’arrivée par “couronnement”, “point culminant”, etc., apportant ainsi non seulement une traduction fidèle aux intentions de l’auteur, mais une valeur ajoutée par la correction. On notera à titre anecdotique mais néanmoins significatif qu’en interprétation, il n’est pas rare que des orateurs comprenant les deux langues remercient les interprètes d’avoir corrigé leurs lapsus et expressions malheureuses dans le discours en langue d’arrivée.

  • 2 A ne pas traduire par “margin of freedom”.

42À travers ce genre d’exemples, les étudiants comprendront qu’un auteur ne maîtrise pas toujours parfaitement les clichés (et de manière plus générale, les mots) qu’il aligne pour traduire sa pensée, que ces mots peuvent engendrer des effets néfastes, et que pour être fidèle à la pensée et aux intérêts de l’auteur, il vaut parfois mieux se ménager une certaine marge de liberté2.

43D’autres utilisations didactiques potentielles du cliché se présentent à l’esprit, toujours dans le sens d’un renforcement des habitudes d’analyse et de recréation chez l’apprenti-traducteur.

La paraphrase en langue maternelle

44Du côté de l’analyse du texte de départ, il peut être intéressant de proposer des textes enchaînant des clichés, par exemple dans des articles de presse, et de demander aux étudiants de les paraphraser (dans leur langue maternelle), puis d’analyser les divergences informationnelles qu’entraînent ces paraphrases. La plupart du temps, il n’y a pas de divergences informationnelles, et les étudiants se rendront compte que sur le plan informationnel, traduire le texte original avec ses clichés ou traduire le texte paraphrasé revient à traduire la même information. Dans ce type d’exercice, on exploite la forme figée du cliché pour montrer que la fidélité au sens ne passe pas par Infidélité au mot.

Exercices de production

45Une autre utilisation du cliché, du côté de la production, est également envisageable. Il s’agit de prendre un texte général en langue étrangère comportant des clichés et de le faire traduire vers la langue maternelle des étudiants sous différentes conditions : nombre de mots (variable) imposé, type de destinataire (variable), etc. Ainsi, les étudiants verront que les clichés doivent parfois être abandonnés parce que trop longs par rapport à l’espace disponible pour la publication, ou parce qu’incompréhensibles pour des destinataires qui ne sont pas locuteurs natifs ou qui ont une culture étrangère ou un niveau d’instruction insuffisant pour les comprendre.

46Les étudiants seront sensibilisés ainsi, dans leur langue maternelle, aux effets des contraintes d’écriture sur un texte qui, par définition, exprime les mêmes informations avec les mêmes intentions (ici, informer, expliquer ou convaincre). Ils pourront notamment sentir l’effet des clichés par opposition à des formes plus singulières, effet qui donne peut-être une plus grande aisance à la lecture du fait de la familiarité des images, mais qui rend peut-être le texte d’arrivée moins dense avec un effet de perte de sérieux aux yeux des lecteurs, etc.

47Il s’agit en tout état de cause, dans cette démarche didactique, d’exploiter les caractéristiques du cliché en tant qu’élément textuel pour renforcer l’esprit d’analyse et de prise de décision chez l’apprenti traducteur, et non pas d’une étude du cliché en tant que tel. Dans une optique didactique, une telle étude me semble même contre-indiquée, car elle risque de focaliser l’attention des étudiants sur une entité stylistique par opposition au discours de l’auteur, à l’information qu’il véhicule et aux intentions qu’il doit servir. Chez les débutants, évaluer le degré d’équivalence entre un cliché dans le texte de départ et un cliché dans le texte d’arrivée risque fort de renforcer de mauvaises habitudes dont il convient au contraire de se débarrasser au plus vite. En revanche, il peut être bon de féliciter un étudiant pour l’introduction d’un cliché ou au contraire pour son abandon dans une stratégie de renforcement de l’impact du texte d’arrivée.

48Le cliché est-il un outil suffisamment puissant pour que toute une stratégie de formation s’élabore autour de lui, avec recherche de textes à clichés et étude des traductions possibles, ou s’intègre-t-il naturellement dans la formation au fil de son apparition dans les textes ? Seule une exploration systématique du sujet, avec force expérimentation et observation des réactions des étudiants, permettra de le dire.

Conclusion

49Sur le plan de la formation, le cliché est intéressant parce qu’il forme une unité linguistique appelée à véhiculer une information simple, mais qu’il est accessoirement porteur d’une image, de références culturelles, d’un style qui sont peut-être passagers clandestins, qu’il faut savoir repérer en tant que tels et dont il faut savoir s’affranchir dans la traduction.

50L’optique de l’enseignant de la traduction est souvent opposée à celle du linguiste, du psychanalyste, de l’analyste littéraire et du civilisationniste qui s’intéressent à la traduction. En effet, le premier cherche à inculquer à l’apprenant une démarche qui vise à extraire du texte les éléments d’information et de style sélectionnés par l’auteur pour produire un effet, et à éliminer les autres éléments susceptibles de produire des effets divergents. La démarche est orientée sur les intentions et la réception. Les derniers ont tendance à ne pas distinguer les éléments sélectionnés de ces “passagers clandestins”, et se préoccupent moins de la réception par le lecteur. Ils ont tendance à juger la traduction non pas en fonction des souhaits de l’auteur et des effets réels ou potentiels de la traduction, mais en fonction de la présence ou de l’absence des mêmes éléments syntaxiques, stylistiques, rythmiques, culturels etc. dans le texte de départ et dans le texte d’arrivée. Ils ont donc tendance à juger le traducteur sans tenir compte de la stratégie qu’il a mise en œuvre, ce qui pose d’ailleurs un sérieux problème dans la recherche traductologique par les psychologues et autres cogniticiens, qui affectent les comparaisons propositionnelles dans l’étude de l’effet de différentes variables indépendantes sur la qualité du travail (voir Gile 1999).

51Si le présent article ne considère pas le cliché comme un problème à part dans la formation à la traduction, il n’en nie pas pour autant son intérêt dans la recherche traductologique. Au contraire, dans les études orientées sur le produit de la traduction, en aval du processus, les études sur les microstructures lexicales, stylistiques et syntaxiques ont un important apport potentiel, ne serait-ce que dans le cadre de la constitution de références textuelles consultables par le traducteur. De même, dans les études linguistiques sur corpus et dans les études culturelles (“cultural studies”), l’examen contrastif des clichés peut être intéressant. En revanche, il me semble dangereux de proposer aux étudiants en traduction, comme le font de nombreux professeurs de langue, des équivalences micro-structurelles, qu’elles portent sur des clichés ou sur d’autres microstructures, sans passer par des stratégies communicationnelles globales, telles qu’expliquées brièvement plus haut.

52Enfin, rappelons que l’ensemble de ces considérations s’appliquent à l’enseignement destiné aux débutants et passant par la traduction de textes informationnels. Dans l’enseignement de la traduction littéraire, où le culturel, l’affectif, l’esthétique, l’imaginaire ont un rôle bien plus important, le statut de l’étude des microstructures, et notamment des clichés, n’est pas le même, et justifie pleinement des investigations focalisées.

Haut de page

Bibliographie

BAKER, Mona (ed), Routledge Encyclopedia of Translation Studies, Londres/New York, Routledge, 1998.

DOLLERUP, Cay, Annette LINDEGGARD (eds), Teaching Translation and Interpreting 2. Insights, Aims, Visions, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins, 1994.

DOLLERUP, Cay, Anne LODDEGAARD (eds), Teaching Translation and Interpreting 1. Training, Talent and Experience, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins, 1992.

DOLLERUP, Cay et Vibeke APPEL (eds), Teaching Translation and Interpreting 3. New Horizons, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins, 1996. GILE, Daniel, Basic Concepts and Models for Interpreter and Translator Training, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins, 1995.

GILE, Daniel, “Variability in the perception of fidelity in simultaneous interpretation”, Hermes 22, 1999 : pp. 51-79.

TOURY, Gideon, Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins, 1995.

Haut de page

Notes

1 Cliché à traduire par le cliché “linguistic barrier” ou par “linguistic divide” ?

2 A ne pas traduire par “margin of freedom”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Gile, « Les clichés et leurs cousins dans la formation des traducteurs », Palimpsestes, 13 | 2001, 65-80.

Référence électronique

Daniel Gile, « Les clichés et leurs cousins dans la formation des traducteurs », Palimpsestes [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1558 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1558

Haut de page

Auteur

Daniel Gile

Daniel GILE est enseignant-chercheur à l'Université Louis Lumière-Lyon II ainsi qu'à l'INALCO (département Corée-Japon), à l'ISIT et à l'Université catholique de Louvain. Il est traducteur scientifique et technique depuis 1970 — en français (langue active), anglais, allemand, japonais et hébreu (langues passives) — et interprète de conférence depuis 1982 en français et anglais. Il est membre du comité de rédaction de plusieurs périodiques internationaux de traductologie. Depuis 1979, il a publié environ 130 articles, essentiellement sur l'interprétation de conférence dans Meta, Target, Babel, Traduire, The Interpreter's Newsletter... Il a dirigé un numéro spécial de Meta sur la traduction et l'interprétation au lapon, et un autre de Target. Il est l'auteur notamment de deux ouvrages : Regards sur la recherche en interprétation de conférence (PUL, 1995), et Basic Concepts and Modelsfor Interpreter and Translator Training (1995). Sa Communication sur "Les outils documentaires du traducteur" au colloque sur "Le Traducteur et ses instruments" a été publiée dans Palimpsestes n° 8.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org