Navigation – Plan du site

Le cristal, le miroir, la glace : traductions françaises d’un cliché dans Hamlet

Jany Berretti
p. 81-95

Résumés

Cet article examine un cliché ornemental dans Hamlet (IV, 7) : « the glassy stream » dans le récit de la mort d’Ophélie. Les traducteurs français ont presque tous recours au « cristal de l’eau ». La recherche des emplois de « glassy » dans le reste de l’oeuvre de Shakespeare fait apparaitre la complexité des valeurs de ce mot — et l’on decouvre que tout le passage est souterrainement ambigu. Même lorsqu’il s’agit d’un cliché, deux mots pris à Shakespeare sont liés à l’ensemble de l’œuvre et au monde élisabethain. Il n’existe pas dans une autre langue, en un autre temps, d’équivalent donne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vinay et Darbelnet, dans leur Stylistique comparée du français et de l’anglais Méthode de traductio (...)

1Le traducteur, dans sa quête du même, est souvent tenté de reconnaître, dans le fait poétique, des catégories réductibles, des notions étiquetables, pour lesquelles il puisse presque mathématiquement découvrir des “équivalences”1. Une rime se traduirait par une rime, un mètre par un mètre, une assonance par une assonance, une pointe par une pointe... un cliché par un cliché.

2Ces dernières entités qui, dans une littérature donnée, pour une période plus ou moins longue, se répètent avec des variantes, sont même parfois en apparence presque exactement calquables d’une langue à l’autre.

3Certains motifs favoris de la poésie — rencontre amoureuse, mort de l’héroïne — se déroulent ainsi dans des espaces privilégiés. Je m’intéresserai ici à l’évocation de l’un d’eux : le bord de l’eau, où sont par exemple les roses, les violettes, les rossignols et les saules, et qui possède le talent, riche en significations, de refléter les choses. C’est devenu un “lieu commun”, traditionnellement ornemental, qui engendre des expressions consacrées.

  • 2 IV, 7, 1. 167-172. C’est la version du First Folio, que j’emprunte à The Complete Works of William (...)

4Je partirai d’un exemple bien connu, emprunté à Shakespeare : le début du récit de la mort d’Ophélie dans Hamlet, dont voici les premiers vers2 :

There is a willow grows aslant a brook,
That shows his hoar leaves in the glassy stream;
There with fantastic garlands did she come,
Of crow-flowers, nettles, daisies, and long purples,
That liberal shepherds give a grosser name,
But our cold maids do dead men’s Angers call them:

  • 3 La version du First Folio met particulièrement en évidence l’importance poétique du passage par la (...)

5De ce morceau de bravoure, qui se signale à l’attention des spectateurs, dans l’ensemble de la tirade, par un luxe de “marques de poésie” (personnifications, inversions, ellipses, éloignement de l’antécédent du pronom relatif, etc. )3, j’extrairai les deux premiers vers et en particulier “the glassy stream”, intéressant exemple à contempler, en face de ses traductions françaises. Voyons si quelque dictionnaire des clichés pourrait éclairer le traducteur.

Des clichés

6L’expression “the glassy stream” est attestée. Shakespeare n’est pas seul à l’employer.

  • 4 “On the clear hyaline, the glassy sea”, “sur le pur cristallin, la mer de verre”, Milton, Paradise (...)
  • 5 J’ouvre au hasard The Faerie Queene, Book I, canto I, XX : “her filthie maw”, “with loathly frogs”, (...)
  • 6 Edmund Spenser The Shepheard’s Calendar, “Fair Elisa”, v. 19 (1579)
  • 7 Milton, Paradise Lost, IV, v. 461, p. 219

7Le New English Dictionary cite le Menaphon de Greene (1589): “Her tresses gold, her eyes like glassie streames”. On trouve dans Paradise Lost “the glassy sea” (que Chateaubriand, sensible certainement au redoublement pour l’oreille de la fin de l’adjectif, traduit par “mer de verre”)4. Le Webster’s Dictionary donne comme un emploi du xx siècle “the glassy surface of the lake”. Le syntagme “déterminant (ou mot de liaison) + adjectif de deux syllabes + nom d’une ou deux syllabes” est ressenti comme une forme canonique du fait de sa iambicité. syntagme, de l’adjectif terminé par y est fréquent5. D’autre part on trouve d’autres expressions proches de celle-ci, non seulement constituées sur le même modèle mais encore presque semblables pour l’oreille (c’est le cas déjà de “glassy sea”), comme (chez Spenser) “the grassy green”6, ou (chez Milton), “the watry gleam”7 — que Chateaubriand traduit par “le cristal de l’eau” : formule à retenir.

  • 8 L’orthographe, comme pour glassyIglassie, varie selon les éditions.
  • 9 Thereby a christall streame did gently play” Edmund Spenser, The Faerie Queene, Book I, canto I, X (...)
  • 10 “Come, serene looks, Clear as the crystal brooks”, Anon, “The Country’s Récréations” v. 12, ibid. p (...)
  • 11 The sea calls home his crystal waves to moan”, Charles Best, “The Moon”, v. 7 (1602) Cité dans The (...)
  • 12 The trembling graves, the christall running by”, The Faerie Queene, Book II, canto XII, LVIII
  • 13 (a Lake that) Her chrystall mirror holds...” Paradise Lost, IV, 263

8Toutefois, feuilletant la poésie anglaise, plus souvent que glassy, j’ai trouvé, évoquant l’eau des ruisseaux ou des étangs, en position d’adjectif, les deux syllabes de crystal8 : dans des textes du xvi siècle, “a christall streame”9, “the crystal brooks”100, “his crystal wave”11 même, désignant l’eau, “the christall” seul12 ; chez Milton “her chrystall mirror”13.

  • 14 Antoine de La Place (1746) ne traduit pas ce passage. Quant au Hamlet de Jean-François Ducis (1769) (...)

9Voici un certain nombre de traductions françaises du passage considéré (données selon l’ordre chronologique de la première publication)14 :

  • 15 Shakespeare traduit de l’anglais, chez l’auteur, Paris, 1779 (1re publication 1776)

10Trad. Letourneur15 (T. 1)

  • 16 Ici une note mentionne le passage censuré : “Que nos bergers appellent d’un nom grossier”

Dans la prairie, aux bords d’un ruisseau profond est un saule qui peint son blanc feuillage sur le cristal de l’eau : c’est là qu’elle est venue, la tête couverte de guirlandes romanesquement bigarrées de renoncules, d’orties, de marguerites, de ces longues fleurs d’un pourpre pâle16, que nos jeunes filles nomment doigts de mort.

  • 17 Shakespeare, Œuvres complètes, t.1, Paris, Ladvocat, 1821.

11Trad. Letourneur revue par Guizot et Amédée Pichot17 (T. 2)

Il y a, au bord du ruisseau, un saule dont le cristal de l’eau réfléchit le feuillage blanchâtre : elle en cueillait une branche, pour en faire de bizarres guirlandes, avec des renoncules, des orties, des marguerites, et avec ces longues fleurs rougeâtres que nos bergers, dans leur langage libre, nomment d’un nom grossier, mais que nos chastes filles appellent des doigts de mort.

  • 18 Hamlet, tragédie, nouvelle édition par O’Sullivan, Paris, Hachette, s. d., fragments cités de l’“im (...)

12Trad. L. de Wailly18 (T. 3)

... Au penchant d’un ruisseau
Croît un saule mirant dans le cristal de l’eau
Sa verdure pendante, aux teintes monotones ;
C’est là qu’ayant tressé de bizarres couronnes,
Avec la renoncule et l’ortie et la fleur
Longue et rouge, qu’ici les pâtres sans pudeur
Nomment d’un nom grossier, mais que nos filles sages
Appellent Doigts de mort dans leurs chastes images.

  • 19 Œuvres complètes de Shakspeare (sic), traduction nouvelle de Benjamin Laroche, Paris, Charpentier e (...)

13Trad. B. Laroche19 (T. 4)

Au bord du ruisseau voisin s’élève un saule, dont le blanchâtre feuillage se mire dans le cristal de l’onde. Elle s’était rendue en cet endroit, apportant de bizarres guirlandes de renoncules, d’orties, de marguerites, et de ces longues fleurs pourpres auxquelles nos bergers impudents donnent un nom grossier, mais que nos chastes filles appellent doigt-de-mort.

  • 20 Richard III, Roméo et Juliette, Hamlet, trad. F.-V Hugo, Paris, Garnier-Flammarion, 1964 p. 351 (1r (...)

14Trad. François-Victor Hugo20 (T. 5)

Il y a en travers d’un ruisseau un saule qui mire ses feuilles grises dans la glace du courant. C’est là qu’elle est venue, portant de fantasques guirlandes de renoncules, d’orties, de marguerites et de ces longues fleurs pourpres que les bergers licencieux nomment d’un nom plus grossier, mais que nos froides vierges appellent doigts d’hommes morts.

  • 21 Shakspeare, (sic) Théâtre, éd. et Paris, librairie Henri Béziat, 1936 (aucun nom de traducteur n’es (...)

15Trad. anonyme21 (T. 6)

C’est à l’endroit où un saule se lève sur le bord du ruisseau, et mire ses feuilles blanchâtres dans le courant de cristal. Là elle tressait de bizarres guirlandes de boutons d’or, d’orties, de pâquerettes et de ces longues fleurs pourpres auxquelles nos grossiers bergers donnent un nom moins délicat, mais que nos chastes filles nomment doigts de mort.

  • 22 Shakespeare, Œuvres complètes t. 2, Paris, Gallimard, coll. “La Pléiade”, 1959, p. 685 (1re publ. 1 (...)

16Trad. André Gide22 (T. 7)

Un saule se penche sur la rivière, qui mire dans le courant vitreux ses feuilles grises ; c’est là qu’elle est venue, portant de bizarres guirlandes de renoncules, d’orties blanches, de pâquerettes et de ces digitales pourprées auxquelles nos bergers libertins donnent un vilain nom mais que nos chastes vierges appellent doigts de morts.

  • 23 Hamlet, traduction par Marcel Pagnol, Paris, Nagel, 1947, p. 253.

17Trad. Marcel Pagnol23 (T. 8)

Au bord d’un ruisseau croît un saule oblique qui mire ses feuilles d’argent dans la vitre de l’eau. C’est là qu’elle vint, avec ses guirlandes fantasques de renoncules, d’orties, de marguerites, et de ces longues fleurs pourprées qu’on appelle des doigts de morts...

  • 24 Hamlet, traduction d’Yves Bonnefoy, Paris, Mercure de France, 1962, p. 172 (1re publ. 1957)

18Trad. Yves Bonnefoy24 (T. 9)

Au-dessus du ruisseau penche un saule, qui mire
Dans le cristal de l’eau ses feuilles d’argent.
Et c’est là qu’elle vint, avec des guirlandes
Fantastiques, d’orties et de boutons d’or,
De marguerites et de longues fleurs pourpres
Que les hardis bergers nomment d’un mot plus libre
Mais que nos chastes vierges appellent doigts des morts.

  • 25 Hamlet, texte français de Jean-Michel Déprats, Granit, Collection de la Herse, 1986, p. 165.

19Trad. Jean-Michel Déprats25 (T. 10)

Un saule pousse en travers du ruisseau,
Qui montre ses feuilles blanches dans le miroir de l’eau.
C’est là qu’elle tressa d’ingénieuses guirlandes
De boutons d’or, d’orties, de pâquerettes et de longues fleurs pourpres
Que les bergers hardis nomment d’un nom grossier
Mais que nos froides vierges appellent doigts d’hommes morts.

  • 26 La graphie chrystall, en anglais, que l’on trouve dans de vieilles éditions, laisse supposer que da (...)
  • 27 Voir J. Berretti—”DE, souverain du français”, dans Faits de langues, Ophrys, n°7,1996, p. 221

20Six de ces dix traductions, on le voit, recourent, pour traduire “the glassy stream”, à la métaphore du cristal : “cristal de l’eau” (quatre fois), “cristal de l’onde”, “courant de cristal”. “Glass”, sur lequel porte la métaphore contenue dans “glassy”, désigne le verre et le miroir. Le mot français “cristal”, qui a vite perdu sa froideur étymologique (le mot anglais “crystal” après lui)26 désigne le quartz hyalin et une qualité précieuse de verre. Tous les dictionnaires mentionnent son emploi pour l’eau limpide et fournissent de nombreux exemples (Ronsard : “le crystal des eaux”, La Fontaine : “le cristal d’une fontaine”, “le cristal d’une onde pure” Chaulieu : “le cristal du ruisseau”). “Le cristal de l’eau” — construction grammaticale (nom + préposition + nom) canonique du français27 — est un “cliché”.

21Pour “the glassy stream”, hors du “cristal”, on a “la glace du courant” (T. 5), “le courant vitreux” (T. 7), “la vitre de l’eau” (T. 8), “le miroir de l’eau” (T. 10).

  • 28 La traduction de J.-M. Déprats a été créée le 25 octobre 1983 au Théâtre du VIIIe, à Lyon. Celle de (...)

22On est presque étonné de voir que le cliché des “feuilles d’argent” n’apparaît que deux fois, et dans des traductions relativement récentes. En fait, une seule traduction déçoit entièrement la double attente (supposée) d’un beau décor et d’expressions déjà familières : celle de Gide. Celle de François-Victor Hugo, pourtant, s’inscrivait déjà contre la tradition et celle de J.-M. Déprats, quoique ses choix diffèrent, lui est comparable par l’originalité28.

23Yves Bonnefoy semble vouloir réparer par un lyrisme convenu l’austérité de la traduction d’André Gide et son refus des lieux communs. La confrontation de ces deux versions, pratiquement littérales l’une et l’autre, opposées presque sur tous les points, surprend par l’importance de la diffraction.

24Yves Bonnefoy accumule en effet, manifestement à dessein, comme pour un accompagnement de violons, les jolies formules consacrées par l’usage. Sa traduction, en vers libres, commence par un alexandrin puis joue autour du vers canonique, s’en éloignant, y revenant (parfois seulement pour un hémistiche), alors qu’André Gide traduisait en prose. Les inversions, le passé simple de T. 9 nous ramènent au passé. André Gide, suivant davantage en cela l’original, adoptait presque l’ordre habituel de la phrase, intervertissant seulement, dans la subordonnée relative, le complément direct et le complément circonstanciel. Il employait le passé composé. L’“argent” des feuilles, l’“or” des boutons préférés par T. 9 aux “renoncules” ajoutent leur caractère précieux à celui du “cristal”. Il y a dès les premiers vers une condensation de clichés. Ensuite, chacun des choix semble redresser celui de Gide pour embellir le lieu de la noyade.

25Terme à terme s’opposent

Rivière/ ruisseau
le courant vitreux/ le cristal de l’eau
ses feuilles grises/ ses feuilles d’argent
des bizarres guirlandes/ des guirlandes fantastiques
nos bergers libertins/ les hardis bergers
un vilain nom/ un mot plus libre

26La folie d’Ophélie se montre d’un côté imaginative, de l’autre inquiétante. Un décor de pastorale où de grands beaux garçons s’ébattent en liberté réplique aux bords d’une eau sournoise où les gardiens des troupeaux ont des attitudes inconvenantes avec les bergères et usent entre eux d’un langage parfaitement contraire aux bonnes mœurs. Ces deux traductions donnent deux lectures extrêmes.

27Mais l’hésitation se lit dès les premières traductions. Guizot et Pichot corrigent Letourneur quant à la traduction de “hoar” : le cliché de l’inversion disparaît en même temps que la joliesse du blanc. Laroche reprend le suffixe péjoratif mais revient à l’inversion. Enfin, E-V. Hugo, le premier, choisit de tirer le texte vers le prosaïque : “il y a”, “grises”, “courant”.

28Pourtant, les vers de Shakespeare se présentent bien comme marqués au sceau du cliché. Les traducteurs semblent sentir derrière le texte quelque sourde menace. Est-ce seulement du fait d’une anticipation de la mort d’Ophélie -annoncée par la Reine avant le début de son récit ?

  • 29 Le Webster’s Third New International Dictionary 1971 cite, pour hoar subs. “a thick hoar of dust on (...)

29La simple consultation du dictionnaire peut expliquer l’alternative. Aussi bien “hoar” que “glassy” ont des emplois tantôt favorables, tantôt défavorables. L’adjectif “hoar” (forme archaïque de “hoary”), qui étymologiquement évoque la vieillesse et le blanchissement des cheveux, peut inspirer la tristesse et l’ennui — c’est la couleur de la poussière29 —, ou bien la vénération (l’emploi de “hoar” dans l’expression “hoar frost” donne l’image embellie d’un blanc lumineux). “Glassy”, formé sur “glass”, le verre, donne aussi bien, selon l’emploi, l’idée de transparence que celle de fixité vitreuse et glacée. Le mot français “glace” et le mot anglais “glass” ne sont pas donnés comme étymologiquement apparentés, sinon dans des ténèbres très reculées, mais “glassy” évoque aussi la froide dureté du verre, et “icy”, pour l’oreille, n’est pas très éloigné. Le New English Dictionary donne ces deux acceptions de “glassy”: “Of the eye: having a fixed unintelligent look, lacking fire or life, dull. 1815, Byron: “Death stood all glassy in his fixed eye. Of water etc.: a. Lustrous and transparent as glass. b. Having a surface like glass, smooth, unruffled”.

  • 30 “Brook” évoque un petit cours d’eau, cf. Milton dans L’Allégro : “Shallow brooks and rivers wide.” (...)

30C’est peut-être à la lecture du dictionnaire qu’André Gide a voulu voir déjà la mort dans le ruisseau — qu’il transforme en “rivière”, cours d’eau plus large30, mot moins propice aux bergeries — et qu’il transfère l’adjectif “vitreux” de l’œil au fleuve.

31Mais on ne peut oublier que ce récit, tout chargé qu’il soit de poetic diction, de termes déjà vus, appartient à Hamlet, appartient à l’œuvre de Shakespeare.

Des clichés dans Hamlet

  • 31 Alexander Schmidt, Shakespeare-Lexicon, A Complete Dictionary of All the English Words, Phrases and (...)
  • 32 Lexicon et Concordance ne fournissent pour chaque mot qu’un contexte réduit. Il faut donc, pour int (...)

32“Glassy” a d’autres occurrences dans l’ensemble de l’œuvre. Le Shakespeare-Lexicon de Schmidt31 en cite trois, outre la nôtre32. Pour l’ensemble, sa définition est “resembling glass”.

33La première citation renvoie au poème The Rape of Lucrece (v. 102). L’héroïne, parfaitement candide, n’est pas capable de lire les viles intentions qui se cachent sous la feinte transparence des regards de Tarquin, — elles seront la cause de son déshonneur et de sa mort.

  • 33 Trad. Yves Bonnefoy : “Que peut-elle lire des secrets écrits en lumineux filigranes aux transparent (...)

But she, that never cop’d with stranger eyes,
Could pick no meaning from their parling looks,
Nor read the subtle-shining secrecies
Writ in the glassy margents of such books33:

  • 34 Citée par Philippe de Rothschild, Poèmes élisabéthains (1525-1650), Paris, Seghers 1969, p. 112.

34“Glassy” se trouve placé sur le même plan que “subtle-shining”. “Subtle” qualifie étymologiquement ce qui est “tissé au-dessous”, ce qui est fin mais aussi ce qui est insidieux. Le mot vient du latin par l’intermédiaire du français “soutil”, si entaché de fausseté qu’au xiiie siècle il désignait le diable. Le mot “subtle” appartient au vocabulaire de la duplicité. Dans une ode de Lodge (1593)34, par exemple, il est entouré des termes habituellement cités lorsqu’on évoque la thématique dite baroque de l’instabilité des choses. Il s’agit là de celle d’une femme:

Heart unstable, light as feathers;
Tongue untrusty, subtle sighted
Wanton will with change delighted.

35Dans le passage de Lucrece, les pensées secrètes de Tarquin luisent traîtreusement. “Glass” évoque une fausse limpidité, celle du miroir, surface réfléchissante où l’on croit voir une image qui en fait n’existe pas.

  • 35 V. 3. V. 62

36De même, “glassy”, dans la première pièce de Shakespeare Henry VI (I)35, est la métaphore de ce faux dédoublement (Suffolk est, contre tous ses devoirs, ébloui par Marguerite) :

My hand would free her, but my heart says no.
As plays the sun upon the glassy streams,
Twinkling another counterfeited beam.
So seems this gorgeous beauty to mine eyes.

37La comparaison laisse entendre la radieuse et miroitante beauté de Marguerite aux yeux du comte, mais il s’agit d’un égarement. Ces mots sont dits en aparté, il considère ses sentiments comme de l’extérieur. Il est vrai que l’on ne peut donner à ce passage plus d’importance qu’il en a, la scène est dans le ton léger de la comédie. La surface lisse de l’eau implique malgré tout la fragilité du jugement, qui s’applique à des apparences.

38Les deux acceptions de “glass”, verre et miroir, se rejoignent. Le verre est fragile, comme est fragile la certitude de ce qu’on voit sous le miroir.

  • 36 II, 2, v. 120

39Dans la pièce Measure for Measure36, je donnerai à l’emploi de “glassy” cette double force symbolique :

...but man, proud man,
Drest in a little brief authority,
Most ignorant of what he’s most assured -
His glassy essence...

  • 37 Evoquée par Shakespeare dans bien d’autres passages connus, par exemple dans le monologue de Hamlet (...)
  • 38 Shakespeare. A Concordance confirme la recherche de Schmidt, mais ajoute à part une référence à The (...)

40Le New English Dictionary indique, pour “glassy”, le sens archaïque de “brittle or frail as glass”. Mais ici, on dirait que le mot résume la nature de l’homme37, que toutes les possibilités de symboles de “glass” sont convoquées : la beauté, l’éclat sont trompeurs, le reflet n’est qu’un mirage que le moindre souffle de vent fait disparaître, le miroir se brise38.

41Si nous revenons à Hamlet après cette incursion, le mot glassy déjà est moins sûr. Voyons ce qui l’entoure.

  • 39 IV, 3, v. 35

42“Hoar leaves” est une expression consacrée. Les dictionnaires répertorient cet emploi de “hoar” : “of a plant : having whitish or greyish leaves”. Quant aux emplois de l’adjectif dans Shakespeare, Schmidt en cite trois en tout dont le nôtre, et les classe selon deux rubriques : 1. “whitish”, 2. “mouldy”. Notre passage est placé selon la première acception, avec un passage de Timon of Athens39. Il s’agit d’un monologue où Timon (une bêche à la main) jette une longue suite d’imprécations contre le genre humain : “O blessed breeding sun, draw from the earth/Rotten humidity”, “all is oblique”, “Destruction fang mankind !” Considérant les pièces d’or qu’il tient dans ses mains, il constate qu’elles sont capables de tout métamorphoser. Cet esclave jaune

  • 40 Trad. F. V. Hugo : “fera adorer la lèpre livide”.

... (will) bless th’accursed;
Make the hoar leprosy adored;40

43Le caractère négatif de la couleur évoquée ici par “hoar” ne fait aucun doute.

  • 41 II, 4, v. 139-141,142,144, “quibbling with whore”, précise Schmidt.

44La seconde acception (”mouldy”) présente une citation de Romeo and Juliet41. La duègne de Juliet vient voir Romeo pour obtenir un rendez-vous. L’entrée de cette dame est saluée par les joyeux lazzi de Romeo et de ses amis, dans une cascade d’impertinences et de jeux de mots. Mercutio, imitant le taiaut des chasseurs, s’écrie : “A bawd, a bawd, a bawd ! So ho !” puis continue sur cette lancée. A la question de Romeo (entrant dans le jeu) : “What hast thou found ?” il répond (puis chante) :

45“No hare, sir; unless a hare, sir, in a lenten pie, that is something stale and hoar ere it be spent.

An old hare hoar, and an old hare hoar,
Is very good meat in Lent:
But a hare that is hoar is too much for a score,
When it hoars ere it be spent.

  • 42 Trad. P.-J. Jouve et Sacha Pitoëff : “Pas un poisson, Monsieur, à moins que ce ne soit une morue, M (...)

46L’âge rassis de la duègne, ses cheveux gris, son rôle d’entremetteuse sont brocardés par les mots à double ou triple sens : hair/hare, hoar (moisi pour le lièvre du pâté, gris pour les cheveux)/whore (auquel fait aussitôt penser l’emploi de “bawd” qui précède)42.

47“Hoar leaves”, dans notre citation, est dénué d’ambiguïté. Toutefois, derrière le cliché le mot “hoar” n’est pas entièrement dénué d’ombre.

  • 43 I, 2, v. 75
  • 44 v. 84-85 On notera que ce verbe “play” s’appliquait au soleil, “upon the glassy streams”, dans le v (...)

48Le verbe “shows” lui-même, que tous les traducteurs sans exception rendent par “mirent”, n’est pas au-dessus de tout soupçon. Qu’on se rappelle la première apparition de Hamlet dans la pièce, la question de la Reine, à propos de la mort du Roi43 : “Why seems it so particular with thee ?” la réponse de Hamlet : “Seems, madam ! Nay, it is ; I know not seems”. Hamlet montre en effet toutes les apparences de la douleur, “all forms, modes, shows of grief”. Mais ce n’est pas l’essentiel: “they are actions that a man might play44: / But I have that within which passeth show”.

  • 45 Coriolanus IV, 7, v. 49

49Ce qui dans Hamlet, et plus largement dans l’œuvre de Shakespeare (chronologiquement avec de plus en plus de netteté et de conviction), est désigné comme encore plus visible et trompeur que l’apparence des choses, ce qui la constitue et décide d’une vérité, ce sont les mots. Ils décident du sens des objets et des actions : “So our virtues/Lie in the interpretation of the time”45. Or, Ophélie arrive auprès du ruisseau tenant dans sa main un bouquet obscène ou macabre selon le terme dont on baptise certaines des fleurs qui le composent — des fleurs qui ne sont autrement annoncées que par leur couleur et leur forme, par une réalité indéterminée : “long purples”.

  • 46 Dans la “nunnery scene” (III, 1, ligne 138 dans l’édition The New Shakespeare), Hamlet s’adresse à (...)
  • 47 “How weary, stale, flat, and unprofitable/Seem to me all the uses of mis world./Fie on’t ! O fie ! (...)

50L’opposition entre “liberal” et “gross” d’une part, “cold maids” de l’autre, appartient de même à tout un système de pensée lié au monde élisabéthain, mais qui s’exprime dans Shakespeare par des réseaux de termes dont la valeur lui appartient en propre. Ophélie, dans la pièce, est presque constamment soumise à des propos masculins qui l’avertissent des risques encourus par sa pureté de glace46. “Liberal” et “gross” ont ceci de commun qu’ils désignent l’expansion. “Libéral” en prend parfois une valeur favorable. Mais la profusion est inquiétante. Elle envahit. “Gross” est lié à “rank”47, ce mot shakespearien qui désigne la prolifération incontrôlée, l’engendrement anarchique, l’infection, la purulence : la décadence du monde.

  • 48 La tâche du traducteur est peut-être d’avoir conscience.

51C’est dans ce contexte d’incertitude des choses que s’insère notre cliché : “the glassy stream”. Le motif de la réflexion du saule n’est pas exceptionnel, les expressions employées peuvent chacune se trouver ailleurs. Mais ici, dans Hamlet, elles sont prises dans un réseau souterrain qui relie complexement les mots entre eux. Lire (ou entendre) l’un d’eux ébranle dans la mémoire du lecteur (ou spectateur) fidèle des ramifications qui font surgir, sans qu’il en ait conscience48, d’autres mots et d’autres pensées.

52On peut être séduit sans doute, comme Yves Bonnefoy, par l’intrusion, dans une pièce de Shakespeare de la force de Hamlet, dont chaque vers ou ligne presque a suscité des volumes de commentaires, d’un motif qui se donne avec une sorte de crânerie comme “poétique par excellence” — et insister sur cette sorte de collage de clichés. Gide a pris le parti inverse et insisté, presque démonstrativement, sur l’existence, sous le cliché, d’un sens plus sombre.

  • 49 M. Pagnol ne traduit la tirade “To be or not to be” que par crainte des reproches du public, qui co (...)

53Marcel Pagnol crée une image originale à partir de “glass” : “la vitre de l’eau” (comme il évite le cliché du verbe “penche” par “un saule oblique”), mais traduit “hoar leaves” par le cliché “ses feuilles d’argent”. Fidèle à une théorie de la “nécessité” qui rappelle Voltaire49, il fait disparaître l’allusion obscène — on a vu son importance et sa cohérence pourtant — et esquisse un tableau de beauté et de mort qui correspond pour lui à l’attente du spectateur quand il s’agit de la fin d’une chaste héroïne. Pourtant, le mot “oblique” pouvait rappeler son homographe anglais par lequel Timon définissait le monde.

  • 50 Cité par Jean Rousset, Anthologie de la poésie baroque française, Paris, Armand Colin, 1968,t.1, p. (...)
  • 51 Ibid. p. 249
  • 52 Ibid. p. 246
  • 53 Ibid. p. 254
  • 54 Ibid. p. 251 et 252
  • 55 Ibid. p. 245

54Les traductions de “glassy” par la “glace” (F.-V. Hugo) et le “miroir” (J.-M. Déprats) rappellent a priori la poésie dite baroque et avec elle l’idée du paraître, de l’incertitude. Le regard est fasciné par l’onde, “miroir flottant”, “miroir qui coule” (Saint-Amant)50, “clairs miroirs de crystal coulant” (Martial de Brives)51, “ce miroir humide” (Racine)52, “Verres tremblants, miroirs liquides,/ Flots d’argent, veines de crystal” (Drelincourt)53. Le Moyne, qui compare lui aussi la source à “un liquide miroir”, donne le sens de cette réflexion dans l’eau : “Il est ainsi (...) des plaisirs de ce monde,/Ce ne sont que portraits représentez sur l’onde ;/Tout en est inconstant, tout en est imposteur ;/Tout n’est que faux-semblant, et que trompeuse fleur”54. La “glace” paraît aussi dans ces textes : “Au milieu de ce bois un liquide cristal/En tombant d’un rocher forme un large canal,/Qui comme un beau miroir, dans sa glace inconstante...” (Habert de Cérisy)55.

  • 56 Pièce VI, Verlaine, Œuvres poétiques complètes, Paris, Gallimard, coll. “La Pléiade”, 1977, p. 145.

55Mais “glace” et “miroir” ne sont pas l’exclusivité de la poésie du xviie siècle. Verlaine, dans La Bonne chanson, évoque aussi le saule dans l’eau56 :

L’étang reflète,
Profond miroir,
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure...

  • 57Las de l’amer repos...” Mallarmé, Œuvres complètes, Paris, Pléiade, édition de Bertrand Marchal, 1 (...)

56Et Mallarmé, dans un poème de jeunesse (1864)57, substitue la lune au saule :

Un clair croissant perdu par une blanche nue
Trempe sa corne calme en la glace des eaux...

57Contrairement au “cristal de l’eau”, qui ne recèle aucune ambiguïté, cliché de la transparence imperturbable et de l’éclat précieux, le “miroir” et la “glace” sont capables de duplicité. Le mot “glace” même se dédouble pour évoquer la froideur de l’eau gelée.

58Dans chaque traduction, comme dans l’original, les mots prendront leur valeur d’après l’ensemble de l’œuvre.

59Mallarmé imaginait le Livre comme “expansion totale de la lettre”, la langue contenant potentiellement toute la littérature possible, qui s’y révèle, peu à peu — cependant que, mutatis mutandis, la langue se déplace. Le territoire offert est inépuisable. Pourtant, pour chaque moment (qui peut durer des siècles), il se crée dans la langue des lieux où la plume des écrivains ne se lasse pas de passer et repasser. C’est généralement lorsque leur attrait s’estompe qu’on les reconnaît pour des clichés. Autour du “cristal de l’eau”, de “the crystal wave” et, quoiqu’à un moindre degré, autour de “the glassy stream”, on est frappé par le retour — en français, en anglais, ailleurs si l’on y cherche, — d’expressions qui se ressemblent, comme si s’était créé dans la langue un tourbillon d’attraction. Puis, un jour le charme se rompt : quel poète aujourd’hui oserait sans distance recourir au “cristal de l’eau” ?

60Mais parler d’un cliché pour telle expression, c’est la considérer pour ce qu’elle a de commun à un grand nombre et donc, dans une grande mesure, la vider de sa substance. Cela peut suffire au traducteur lorsqu’il s’agit d’un texte sans racines, pratiquement réduit à son appartenance à un genre littéraire donné. Ce sera le cas, par exemple d’une chanson de feu de camp, isolée, dès qu’on peut l’individualiser par le seul jeu lénifiant de ses rimes et de ses paronomases :

  • 58 Chanson intitulée “Les crapauds”, paroles de Marc Legrand, musique de Victor Meusy, La Clé des chan (...)

Nous aimons la mare
Qu’un reflet chamarre
Où dort à l’amarre
Un canot pourri (...)
Là la source épanche
Son écume blanche ;
Un vieux saule penche
Au milieu des joncs58.

  • 59 Le Roman inachevé, Paris, Poésie-Gallimard, 1970 p. 124

61Adoptera-t-on la même démarche pour traduire tels vers de Louis Aragon59 :

La barque à l’amarre
Dort au mort des mares
Dans l’ombre qui mue

62Il est vrai qu’ici le cliché du thème n’a pas entraîné de formule figée. Mais la question vaut pour les vers, cités plus haut, de Verlaine et de Mallarmé — où le lecteur averti déchiffre indubitablement la signature de chacun : chaque mot, chaque forme grammaticale, chaque disposition vocalique est unique, reconnaissable.

63D’autre part, les traducteurs de Hamlet écrivent tous en un autre lieu, en un autre temps, en une autre langue. C’est l’écartèlement habituel du traducteur. On ne peut faire resurgir l’âge élisabéthain en français plusieurs siècles plus tard — même en pastichant la littérature dite baroque.

  • 60 Des trésors unilingues qui feraient voir — et analyseraient — ces tourbillons de la langue où les c (...)

64L’erreur est de considérer le texte que l’on traduit comme une juxtaposition (ou une superposition) d’éléments stéréotypés. Le cas du cliché, de ce point de vue, est particulièrement intéressant. Beaucoup de traducteurs, on l’a vu, ont étiqueté les expressions qui leur semblaient sans originalité, ils ont puisé indistinctement dans la réserve française, comme à la recherche d’une pièce de rechange — rêvant d’un dictionnaire bilingue (ou plurilingue) de clichés littéraires60.

65J’ai essayé de montrer que le cliché même le plus éculé, dans l’œuvre d’un auteur, lui est intimement lié. Un sens circule sous le texte, qui l’alimente et le distingue de ses semblables. Tout, dans un texte littéraire, même le cliché, s’offre à la traduction, lointain, obscur, entrelacé : inexpugnable.

66L’acte de traduire ne saurait être — pour citer Antoine Berman — que “manifeste”.

Haut de page

Notes

1 Vinay et Darbelnet, dans leur Stylistique comparée du français et de l’anglais Méthode de traduction, affirment : “En fait la traduction est une discipline exacte” (Paris, Didier, 1977 p. 23)

2 IV, 7, 1. 167-172. C’est la version du First Folio, que j’emprunte à The Complete Works of William Shakespeare (The Oxford Shakespeare) ed. by W. J. Craig, M.A., Londres, Oxford UP, 1964. C’est cette version qui a servi manifestement de base à presque toutes les traductions. Yves Bonnefoy, qui suit John Dover Wilson (Cambridge, Cambridge UP), donc le Second Quarto, corrige notre passage d’après le First Folio.

3 La version du First Folio met particulièrement en évidence l’importance poétique du passage par la reprise d’une formule d’annonce : “There (is)”au 1er vers, “There (...did she come)” au 3e.

4 “On the clear hyaline, the glassy sea”, “sur le pur cristallin, la mer de verre”, Milton, Paradise Lost, VII v. 619, traduit par Chateaubriand, Paris, Belin, 1990 p. 318 (première publication 1836)

5 J’ouvre au hasard The Faerie Queene, Book I, canto I, XX : “her filthie maw”, “with loathly frogs”, “the weedy gras”, “her filthie parbreake”, puis XXI : “With timely pride”, “His fattie waves”...

6 Edmund Spenser The Shepheard’s Calendar, “Fair Elisa”, v. 19 (1579)

7 Milton, Paradise Lost, IV, v. 461, p. 219

8 L’orthographe, comme pour glassyIglassie, varie selon les éditions.

9 Thereby a christall streame did gently play” Edmund Spenser, The Faerie Queene, Book I, canto I, XXXIV

10 “Come, serene looks, Clear as the crystal brooks”, Anon, “The Country’s Récréations” v. 12, ibid. p. 340.

11 The sea calls home his crystal waves to moan”, Charles Best, “The Moon”, v. 7 (1602) Cité dans The Book of Elizabethan Verse, by W. S. Braithwaite, Boston, 1906 p. 588, et “the crystal waves” encore dans The Faerie Queene, Book II, canto XII, LXIV

12 The trembling graves, the christall running by”, The Faerie Queene, Book II, canto XII, LVIII

13 (a Lake that) Her chrystall mirror holds...” Paradise Lost, IV, 263

14 Antoine de La Place (1746) ne traduit pas ce passage. Quant au Hamlet de Jean-François Ducis (1769), on sait qu’il procède d’un remaniement complet de la pièce de Shakespeare. Pour faciliter la lecture, j’ai souligné les traductions de his hoar leaves et adopté les caractères gras pour celles de the glassy stream.

15 Shakespeare traduit de l’anglais, chez l’auteur, Paris, 1779 (1re publication 1776)

16 Ici une note mentionne le passage censuré : “Que nos bergers appellent d’un nom grossier”

17 Shakespeare, Œuvres complètes, t.1, Paris, Ladvocat, 1821.

18 Hamlet, tragédie, nouvelle édition par O’Sullivan, Paris, Hachette, s. d., fragments cités de l’“imitation en vers français” par L. de Wailly p. XVII (1re publication 1839)

19 Œuvres complètes de Shakspeare (sic), traduction nouvelle de Benjamin Laroche, Paris, Charpentier et Cie, 1886, t. II p. 221 (1re publ. 1840)

20 Richard III, Roméo et Juliette, Hamlet, trad. F.-V Hugo, Paris, Garnier-Flammarion, 1964 p. 351 (1re publication 1865)

21 Shakspeare, (sic) Théâtre, éd. et Paris, librairie Henri Béziat, 1936 (aucun nom de traducteur n’est mentionné, rien dans la présentation ne laisse supposer que ce n’est pas Shakespeare lui-même qui a écrit ces textes) p. 87.

22 Shakespeare, Œuvres complètes t. 2, Paris, Gallimard, coll. “La Pléiade”, 1959, p. 685 (1re publ. 1946)

23 Hamlet, traduction par Marcel Pagnol, Paris, Nagel, 1947, p. 253.

24 Hamlet, traduction d’Yves Bonnefoy, Paris, Mercure de France, 1962, p. 172 (1re publ. 1957)

25 Hamlet, texte français de Jean-Michel Déprats, Granit, Collection de la Herse, 1986, p. 165.

26 La graphie chrystall, en anglais, que l’on trouve dans de vieilles éditions, laisse supposer que dans l’esprit de certains poètes krysos se confondait peut-être avec kryos pour l’étymologie.

27 Voir J. Berretti—”DE, souverain du français”, dans Faits de langues, Ophrys, n°7,1996, p. 221

28 La traduction de J.-M. Déprats a été créée le 25 octobre 1983 au Théâtre du VIIIe, à Lyon. Celle de E-V. Hugo était au contraire destinée à “l’homme de cabinet”.

29 Le Webster’s Third New International Dictionary 1971 cite, pour hoar subs. “a thick hoar of dust on their shoes”.

30 “Brook” évoque un petit cours d’eau, cf. Milton dans L’Allégro : “Shallow brooks and rivers wide.” Déjà Letourneur précisait : “un ruisseau profond”. Mais c’était sans doute par souci de vraisemblance.

31 Alexander Schmidt, Shakespeare-Lexicon, A Complete Dictionary of All the English Words, Phrases and Constructions in the Work of the Poet, Berlin/Londres, 1874. Ce vieil ouvrage présente l’intérêt, par rapport à celui, récent ( 1969), de Martin Spevack, Shakespeare. A Concordance to the Complete Works, de classer les citations selon les acceptions.

32 Lexicon et Concordance ne fournissent pour chaque mot qu’un contexte réduit. Il faut donc, pour interpréter, se reporter aux textes.

33 Trad. Yves Bonnefoy : “Que peut-elle lire des secrets écrits en lumineux filigranes aux transparentes marges de tels livres ?”

34 Citée par Philippe de Rothschild, Poèmes élisabéthains (1525-1650), Paris, Seghers 1969, p. 112.

35 V. 3. V. 62

36 II, 2, v. 120

37 Evoquée par Shakespeare dans bien d’autres passages connus, par exemple dans le monologue de Hamlet (II, 2) : “What a pièce of work is a man (...) : the beauty of the world, paragon of animals ; and yet to me, what is this ? Quintessence of dust” (ici je choisis encore la version du First Folio).

38 Shakespeare. A Concordance confirme la recherche de Schmidt, mais ajoute à part une référence à The Two Noble Kinsmen, pièce publiée en 1634 sous les noms conjoints de Fletcher et de Shakespeare et longtemps reléguée dans les apocryphes. Il s’agit du premier acte, scène I, vers 112. Emilia s’adresse à la troisième Reine : “Your grief is written in your cheek”. Celle-ci répond : “O woe./You cannot read it there ; there through my tears,/ Like wrinkled pebbles in a glassy stream/You may behold ‘em”. La métaphore rappelle les vers de Lucrece, quoiqu’il s’agisse ici (d’après le contexte) de profondeur presque insondable, non d’ambiguïté.

39 IV, 3, v. 35

40 Trad. F. V. Hugo : “fera adorer la lèpre livide”.

41 II, 4, v. 139-141,142,144, “quibbling with whore”, précise Schmidt.

42 Trad. P.-J. Jouve et Sacha Pitoëff : “Pas un poisson, Monsieur, à moins que ce ne soit une morue, Monsieur, dans un pâté de carême, quelque chose de vieux et de pourri avant qu’on ne s’en soit servi. La vieille morue pourrie (bis) C’est bon à manger en carême/Mais la vieille morue pourrie/C’est trop à manger pour dix/Pourrie sans avoir servi !”

43 I, 2, v. 75

44 v. 84-85 On notera que ce verbe “play” s’appliquait au soleil, “upon the glassy streams”, dans le vers de Henry VI ( 1) cité plus haut.

45 Coriolanus IV, 7, v. 49

46 Dans la “nunnery scene” (III, 1, ligne 138 dans l’édition The New Shakespeare), Hamlet s’adresse à Ophélie : “Be thou as chaste as ice, as pure as snow, thou shalt not escape calumny”. Il disait à Polonius, parlant de sa fille (II, 2,1.184) : “Let her not walk i’th’sun”.

47 “How weary, stale, flat, and unprofitable/Seem to me all the uses of mis world./Fie on’t ! O fie ! ‘tis an unweeded garden,/That grows to seed ; things rank and gross in nature/Possess it merely. That it should come to this,/(...) / Let me not think on’t... frailty thy name is woman !” (I, 2, v. 133 et suivants). Cf. dans la scène entre Hamlet et sa mère (III, 4, v. 91) “the rank sweat of an enseamèd bed”.

48 La tâche du traducteur est peut-être d’avoir conscience.

49 M. Pagnol ne traduit la tirade “To be or not to be” que par crainte des reproches du public, qui connaît le passage, mais elle est à son avis, malgré sa grande beauté, fort mal venue, contraire à la vraisemblance psychologique.

50 Cité par Jean Rousset, Anthologie de la poésie baroque française, Paris, Armand Colin, 1968,t.1, p. 239-240 (la section porte ce titre : “L’eau et le miroir”).

51 Ibid. p. 249

52 Ibid. p. 246

53 Ibid. p. 254

54 Ibid. p. 251 et 252

55 Ibid. p. 245

56 Pièce VI, Verlaine, Œuvres poétiques complètes, Paris, Gallimard, coll. “La Pléiade”, 1977, p. 145.

57Las de l’amer repos...” Mallarmé, Œuvres complètes, Paris, Pléiade, édition de Bertrand Marchal, 1998, p. 12. Notons que, parmi les traductions italiennes que je possède, deux répondent à “en la glace des eaux” par “nel cristallo dell’acqua” (celles de Massimo Grillandi et de Luciana Frezza). Les deux seules traductions italiennes de Hamlet que j’ai pu voir (celles d’Eugenio Montale et de Mario Praz) traduisent “glassy” par “vitreo”.

58 Chanson intitulée “Les crapauds”, paroles de Marc Legrand, musique de Victor Meusy, La Clé des chants, 100 chansons recueillies et harmonisées par M.-R. Clouzot et P. Jamet, 1942, p. 139.

59 Le Roman inachevé, Paris, Poésie-Gallimard, 1970 p. 124

60 Des trésors unilingues qui feraient voir — et analyseraient — ces tourbillons de la langue où les clichés se forment seraient très précieux. Leur établissement même ne manquerait pas d’intérêt, par le parcours des textes, par les questions soulevées

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jany Berretti, « Le cristal, le miroir, la glace : traductions françaises d’un cliché dans Hamlet », Palimpsestes, 13 | 2001, 81-95.

Référence électronique

Jany Berretti, « Le cristal, le miroir, la glace : traductions françaises d’un cliché dans Hamlet », Palimpsestes [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2001, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1559 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1559

Haut de page

Auteur

Jany Berretti

Jany BERRETTI est enseignant-chercheur à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle et membre du Centre de portique comparée. Ses domaines d’enseignement et de recherche sont la traduction, ainsi que “la crise de la représentation” au tournant de ce siècle en poésie et en peinture. Elle a publié des articles divers dont, “Six traductions en anglais d’un poème des Illuminations : ’Promontoire’” (Cahiers de Poétique Comparée [Publications des Langues O], n° 9,1984), “De deux mots sans importance [I “Place de ET dans l’alexandrin" ; II “Roman d’un mot du français : DE"] (Cahiers de poétique comparée, n° 20, 1993), “Influençable lecteur : le rôle de l’avant-lire dans la lecture du Por de Baudelaire” (Palimpsestes, n° 9, 1995),"La Nymphe et la source : écrire, traduire” [sur un poéme de Mallarmé, “Hommage” à Puvis de Chavannes] (Nova Renascença, vol. 1é , 199é ), “Mallarmé traducteur de Por” (Atala [revue du Lycée Chateaubriand à Rennes], n° 2, “La Traduction,” 1999).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org