Navigation – Plan du site

Le cliché par la bande : le détournement créatif du cliché dans la BD

Catherine Delesse
p. 165-182

Résumés

Le but de cet article est d'analyser les conditions d'apparition des clichés dans un corpus de bandes dessinées (Astérix, Tintin) et leur traduction en anglais. Les auteurs utilisent les clichés à des fins humoristiques et s'amusent à les détourner, en les modifiant en fonction de la situation et du dessin. Face à cette situation, l'étude d'exemples choisis prouve que les traducteurs se montrent tout aussi inventifs que les auteurs et trouvent des solutions originales à ce qui apparaît au départ comme intraduisible.

Haut de page

Texte intégral

1Mes sources étant exclusivement les séries Astérix et Tintin, ce qui suit ne sera donc peut-être pas représentatif de toutes les bandes dessinées, de styles et de genres tres différents. Néanmoins, lorsqu'on parle de bandes dessinées, on ne peut laisser de côté ces deux monuments du genre.

2Il faut également souligner la grande abondance de clichés dans ces deux séries : les personnages, les discours, les situations, les expressions et même les noms des personnages — tout est cliché. Dans le but d'étudier les conditions de passage dans la langue-cible, en l'occurrence l'anglais, un tri a été néces-saire, et des choix qui auront pour conséquence des manques inévitables. Dans la BD, le processus du clichage touche les expressions figées et idiomatiques, proverbes, citations, discours (voir ceux d'Abraracourcix), collocations et même les bribes de chansons qui sont entrés dans le patrimoine culturel commun.

  • 1 Voir Mathis, 1998, p. 59, 128 et 123.

3Comme l'ont fait remarquer Grivel et Lecercle, “on n'échappe pas au cliché”. Dans le même sens, Morel fait observer que “le cliché proclame un peu plus explicitement que d'autres formes l'état naturellement répétitif de la langue”1. On peut néanmoins se demander pourquoi l'on trouve une telle abondance de clichés dans la bande dessinée.

4Une première réponse est fournie par le caractère avant tout populaire du cliché, sur lequel insiste Haberer :

  • 2 Voir Mathis, 1998, p. 200.

Dans son extrême banalité, le cliché n'est-il pas l'intertexte des pauvres, des petits, des sans-grade, ou encore l'intertexte du quotidien, fait de tout ce que la langue charrie de collocations et de tournures figées qui ne sont à personne parce qu'elles appartiennent à tout le monde2.

  • 3 Voir Amossy et Herschberg-Pierrot, 1997, p. 78.

5Il semble en effet que l'accumulation de clichés dans la BD crée une certaine complicité avec le lecteur, un clin d'œil si l'on veut, dans la mesure où dans cer-taines situations une attente familière est comblée, les auteurs se fondant sur notre reconnaissance intuitive du cliché. Amossy signale que “le lecteur moyen aime les personnages stéréotypés, les lieux communs dans lesquels il se retrouve en terrain familier”3. Notons que les clichés du quotidien, les banalites pro-noncées tous les jours par l'homme de la rue, sont extrêmêment nombreux dans la BD, ainsi :

[1] Tournesol : Quand on a contemple pareil spectacle, eh bien, on peut mourir !...
Tintin : Euh L. oui, evidemment... Mais, personnellement, si
ça ne vous derange pas je ne suis pas pressi !... (Lune 4)
Haddock : Il suffit de se dire qu'on aurait pu se casser une jambe. (Bijoux 20)

6La réflexion de Haddock rappelle la sagesse populaire qui se retrouve aussi dans les proverbes et dans les expressions figées.

7D'autre part, je fais aussi un lien entre les personnages de la bande dessinée, eux-mêmes tres stéréotypés, et leur langue qui se trouve naturellement empreinte de clichés et de lieux communs.

8Un troisième élément entre également en jeu, c'est le rapport à l'image (par-ticulièrement intéressante, de ce point de vue, est la parenté du terme avec la photographie). Dans une BD, bien evidemment, le contexte n'est pas seule-ment le co-texte mais aussi le dessin, et on remarquera le lien tres fort entre celui-ci et l'expression souvent imagée utilisée : on dépose les armes aux pieds de César, et l'image illustre ainsi l'expression utilisee, à moins que ce ne soit l'in-verse.

9Enfin, last but not least, il est évident que cette surutilisation de clichés a pour but de faire rire le lecteur, d'autant plus qu'ils sont souvent pretextes à des jeux de mots, comme le montreront les exemples.

  • 4 Voir Mathis, 1998, p. 53.

10Revenons un instant sur la définition du mot cliche. Il n'est pas question ici de juger du bien-fondé du recours au cliché ; le fait est qu'on l'emploie tous les jours (voir Barthes cite par Amossy : “Je ne puis jamais parler qu'en ramassant ce qui traine dans la langue”). On retiendra donc essentiellement comme base de definition 1'aspect “fige et repetitif”dont parle Quéré, et le côté “banal, commun, inevitable” retenu par Amossy. Cela dit, l'intérêt du cliché dans la BD est son utilisation ludique : nos auteurs ne se gênent pas pour le “pasticher, parodier, renouveler par variation”4. On etudiera donc ici les differents pro-cédés de détournement qui sont mis en oeuvre. Les divers cliches utilisés, à savoir citations, proverbes, expressions et autres, sont en effet rarement gardes en l'état, mais subissent des modifications qui seront résumées brièvement avant que soit aborde le problème de la traduction.

11Le procédé le plus fréquent est la substitution d'un terme par un autre sur l'axe paradigmatique.

  • 5 Le mot souligné est celui qui remplace celui de l'expression connue qui est ensuite indiquée entre (...)

12On trouve dans Astérix à plusieurs reprises l'éxpression travailler de la serpe5 (travailler du chapeau), ce changement a pour but de défiger l'expression et de lui faire prendre un sens propre en accord avec l'image (Panoramix ou autre druide en train de cueillir le gui). Autre exemple : fort comme le forum (fort comme un turc/bceuf/chêne/Samson), ou le terme de remplacement replace l'enonce dans le contexte romain et produit une alliteration. La citation latine bien connue veni, vidi, vici est très souvent utilisée avec quelques modifications :

[2] Marcus Sacapus : Les Gaulois sont venus ils ont vu et ils ont emporté Caligula Minus. (Gaulois 14)

13Dans ce cas la substitution paradigmatique du verbe “vaincre”par “emporter”s'accompagne d'un changement de sujet grammatical. Ce procédé de substitution est extrêmement fréquent et toujours en lien direct avec le dessin ou le terme en question est souvent representi. Ainsi dans [3] le terme “vie”est remplace par “marmites”, car Panoramix ayant perdu la raison, on essaie de lui faire retrouver la formule de la potion, ce qui s'avere destructeur pour 1'objet en question :

[3] Astérix : Tant qu'il y a des marmites il y a de l'espoir. (Combat 20)

14Autre procédé utilisé, les changements sur l'axe syntagmatique par ajout d'un ou plusieurs termes adaptes à la situation :

[4] Panoramix : L'origine de cette recette se perd dans la nuit des temps et elle ne se transmet que de bouche de druide à oreille de druide. (Gaulois 8)

15Le mot “druide”a été intercalé pour permettre une référence directe à la situation et au locuteur.

16Dans l'exemple suivant, le changement se fait sur les deux axes, puisque l'on a tout d'abord “louve”qui remplace “loup”, et l'ajout de “romaine”, petit clin d'œil culturel :

[5] Panoramix : Quelle folie, ô Asterix, que de t'être venu fourrer dans la gueule de la louve romaine par Bélisama ! (Gaulois 28)

17De même, on trouve dans l'expression “empêcheurs de tourner en rond”une modification du semantisme de départ et l'ajout d'un second verbe qui correspond aux besoins de la situation :

[6] Tintin : Et comme nous sommes des empêcheurs d'espionner et d'en-lever en rond, on essaye de nous éliminer. (Tournesol 28)

18Il y a aussi des cas où les auteurs jouent sur le sens propre et le sens figuré :

[7] Obélix : Oui, au lieu de poursuivre les Goths de l'est, ils vont nous poursuivre nous, qui sommes des Gaulois de l'ouest. Ils ont perdu le nord... (Goths 17)

19L'expression s'insère parfaitement dans le contexte, car Asterix vient d'ex-pliquer à Obelix la difference entre Wisigoths et Ostrogoths, de plus les Romains prennent les Gaulois pour des Goths et les cherchent partout dans la foret ; ils ne savent donc plus ou ils en sont, dans tous les sens du terme ! L'exemple suivant s'insère dans une vignette montrant le personnage dans les bains face à Asterix et Obélix qui suent à grosses gouttes :

[8] Caius Obtus : Je vais vous guider dans les bains car je suis un habi-tue, je viens souvent me faire suer ici !... (Gladiateur 20)

20L'expression “manque de pot” dans l'exemple [8] est déclenchée par le mot “pot”utilise dans le contexte-avant et est à prendre au sens propre, mais on vient d'apprendre que le dopage est interdit aux Jeux Olympiques, ce qui empeche Obelix de concourir et amène ainsi le sens figure :

[9] Obélix : Si tu ne préparais pas ta potion dans une marmite, j'aurais pu participer à cette course... Ah ! si tu t'étais servi d'un pot ! (Jeux 39) Astérix : Ce n'est pas une question de manque de pot, Obélix.

21Les cas d'inversion de syllabes ou de mots sont également très fréquents, notamment dans la serie Tintin, en vertu de la surdite de Tournesol et des contrepèteries des Dupond (botus et mouche cousue, noblisse oblège, etc) mais ne sont pas absents de 1'autre serie ou l'on trouve par exemple :

[10] Jolitorax : Cest comme chercher une aiguille dans du join en bottes. (Bretons 29)

22ou il y a inversion des deux termes nominaux (une aiguille dans une botte de foin) et changement de structure syntaxique ; il est vrai que c'est un Breton qui parle, et on sait par Obelix qu'il parle “à l'envers”.

23Cest parfois l'image qui déclenche le cliché. Quand Nestor manque de se casser la figure dans l'escalier de Moulinsart, mais parvient tout de même indemne à la porte d'entrée, il dit : “Ca, c'est ce qui s'appelle redresser la situation !”(Bijoux 11), expression que l'on emploie souvent dans la presse et qui se trouve ici utilisée au sens propre.

24Ces différents types de détournement produisent un effet de décalage dont le but est de faire rire le lecteur qui s'amuse, bien sur, à reconnaitre l'original derrière la copie.

  • 6 Voir Mathis, 1998, p. 142.

25La traduction, on le voit, n'ira pas sans difficultés, puisque le cliché est avant tout culturel, ce qui pose dejä un certain nombre de problèmes, ici aggravés du fait que les cliches sont detournes en français, et que les traducteurs doivent aussi tenir compte du contexte iconographique. Lecercle fait remarquer que “par definition le cliche ne se traduit pas (hormis les cas ou deux cultures dif-ferentes ont adopte le meme)”6. Il est vrai que la traduction d'un cliché, et à plus forte raison d'un cliche detourne, est un véritable défi que les traducteurs ont relevé, semble-t-il, avec beaucoup de panache. On peut dire qu'ils montrent autant de créativité que l'original et même parfois davantage. Le côté culturel de certains cliches rend leur traduction malaisée, et les traducteurs ont éprouvé beaucoup de difficultés avec les chansons utilisées dans notre corpus car, comme l'a si bien montré Alain Resnais, il s'agit là de quelque chose d'intime et de difficilement transposable.

26L'analyse des exemples du corpus fait apparaitre les tendances suivantes :

  1. les traducteurs gardent le cliche d'origine et l'adaptent (de la même maniere que les auteurs, ou de façon à obtenir un effet similaire) ;

  2. ils changent de cliche (on verra pourquoi) ;

  3. dans certains cas ils n'en trouvent pas, ce qui est rare, ou choisissent de ne pas traduire par un cliché ;

  4. ils en ajoutent un alors qu'il n'y en a pas dans l'original.

27Bien sur, ces choix sont très souvent contraints, et parmi ces contraintes l'image en est une, car il faut respecter le rapport texte/image et faire tenir le texte dans la bulle. On laissera de côté le cas le moins interessant (et le plus rare dans le corpus), lorsque le cliche est identique dans la langue cible et qu'il n'y a aucun detournement, ce qui amène une equivalence stricte :

[11] Je ne veux pas vous jeter la pierre, mais vous avez tort... (Bretons 43) I don't want to east the first stone, but you're making a big mistake...

28On envisagera d'abord le cas ou le cliché est identique dans les deux langues et ou les traducteurs operent le meme detournement par rapport à l'original que dans la langue-source, en gardant à l'esprit les contraintes imposées par les deux langues en presence (vocabulaire, phonetique, syntaxique). Il s'agit prin-cipalement de proverbes, de certaines expressions figées ou bien de citations historiques. De plus, le corpus offrant des reprises du meme cliche avec détour-nements différents, il est interessant de voir ce qui se produit lors de la traduction. Voici deux exemples utilisant le proverbe Tous les chemins mènent à Rome :

[13] (Recitatif) Asterix et Obélix font le vieux signe gaulois qui signifie que l'on veut etre embarque... Observez les quatre doigts repliés et le pouce etendu dans la direction ou l'on desire aller. Pour Rome, la direction importe peu, car tous les chemins y mènent. (Gladiateur 14) (...) If you wish to go to Rome, the direction is immaterial, since all roads lead there.

[14] Mouléfix : Tous les chemins menent à rame...à rame...ça est un bon mot...à rame !
All rows lead to Rome... get it ? All rows lead to Rome ! (Legionnaire 34)

29Dans [13] le proverbe est tout simplement intégré dans une phrase normale — on peut d'ailleurs se demander si dans ce cas il reste un cliché — et est uti-lisé de façon identique dans la traduction. Dans le second exemple, il a fallu tenir compte de l'image qui montre les personnages dans une galère romaine, en train de ramer. En français, on a opéré par substitution de voyelle dans le mot “Rome”. Les traducteurs ont resolu le probleme par une variation de type phonetique egalement, mais à partir du mot “roads”en supprimant le [d] ce qui donne “rows”, en parfait accord avec l'image qui montre les rangees de rameurs. Il y a donc eu changement de substantif, tout en respectant la contrainte phonétique du jeu de mots original. Ce type de transposition se fait très souvent, notamment dans le cas des contrepeteries.

30Voyons maintenant l'expression veni, vidi, vici dejä rencontree dans l'exemple [2]. Elle apparait à de nombreuses reprises et est chaque fois modi-fiée pour les besoins de l'histoire :

[2] The Gauls came and saw and conquered Caligula Minus !

[15] Jules Cesar : Veni, vidi et je n'en crois pas mes yeux ! (Gladiateur 42)
I
came, I saw and I couldn't believe my eyes !

[16] Jules Cesar : Ave, ave, mon général. Alors, veni, vidi, vici encore un
coup, hein, par Jupiter ? (Hispanie 6)
Ave, ave, my dear fellow ! So it's
veni, vidi, vici
once again, what, by Jupiter !

31On a vu plus haut que le français “emporte”avait remplace le semantisme original de “vici”, suivant en cela les péripéties de l'histoire. L'anglais traduit egalement la citation en gardant un verbe plus proche du sémantisme original, le français “conquérir” lorsqu'il s'applique à une personne amène un changement de sens. L'exemple [15] garde le début de la citation en latin, et le décalage provient de la suite en français ; il est vrai que Cesar est stupéfait par ce qu'il vient de voir dans l'arene, à savoir les lions mis en fuite par la voix d'Assurancetourix. L'anglais traduit toute la citation en restant fidèle à la fois au semantisme du français et à la concordance des temps du latin. Avec [16] les traducteurs peuvent effectuer le même détournement que l'original dans un registre plus familier.

[17] Perclus : J'en connais un. Il est entierement à notre service et il est
fort comme le forum ! (Combat 6)
I know just the man. He's a collaborator, and as colossal as colosseum.

32Dans cet exemple, le choix des traducteurs qui modifient deux termes sur l'axe paradigmatique “as strong as a horse/an ox” permet de garder l'allitération et l'allusion à Rome. L'exemple [18] est un cas particulier car le français traduit littéralement un cliche existant en anglais, cliche que les traducteurs ont donc restitué :

[18] Jolitorax : Courage, Astérix ! Gardez votre lèvre supérieure rigide !
(Bretons 29)
I say, cheer up, Asterix, old boy !
Keep a stiff upper lip, what !

33Voici maintenant le cas ou des séries de clichés sont construits autour d'une métaphore particulière, ce qui nécessite une adaptation, mais oblige les traducteurs à se conformer à un cadre sémantique original imposé par le dessin. Nous sommes ici à la limite du cliché et du jeu de mots ; cependant cela relève, semble-t-il, de cette étude, car de nombreux clichés répertoriés s'y trouvent. Certains ne sont pas traduits car ils sont trop liés à des contextes culturels par-ticuliers qui rendent le passage dans la langue-cible difficile. Cest le cas de Mon tailleur est riche (Bretons 9) en réponse à la question d'Obélix” C'est cher ? Le contenu de la méthode Assimil n'est probablement pas connu des anglo-phones et les traducteurs ont trouvé une traduction intelligente en rapport avec le contexte et les gestes des personnages dans l'image [“Does it cost a lot to make up ?” “Rather ! My tailor makes a good thing out of it.”]

[19] Haddock : Tout va bien !... Tout va tres bien, Madame la Marquise
 !...Nous allons être grillés vifs dans dix-huit jours...Mais
à
part ça, tout va tres bien
Nothing to worry about !... Not a sausagel...We're only
going to be roasted alive in eighteen days' time : apart
from that, there's nothing to worry about ! (Temple 54)

34Nous abordons ici le problème de la traduction des chansons, et celle-ci fait incontestablement partie du patrimoine culturel français ; elle est donc difficile à traduire. Les traducteurs ont néanmoins utilisé une expression argo-tique archaïsante, et respecté la progression qui existait dans la chanson. Le cas suivant est doublement amusant, parce que c'est un chien qui parle et que le cliché est habituellement réservé aux femmes :

[20] Milou : Oh ! la, la ! ça bavarde comme des pies, ces hommes ! (Bijoux 53)
Golly, how some people do love to talk !

35Plus intéressants peut-être, les cas ou les traducteurs ont choisi un cliché dif-férent de l'original français :

[21] Briseradius : Je ferai de vous des machines à combattre pour le plaisir des spectateurs du cirque !Je vous dresserai !
I'll make you into fighting machines. You'll be capable of any feat of arms when I'Ve finished with you !

Astérix : Vous me dressez déjà les cheveux sur la tite, c'est un bon début... I've got coldfeet already— that's a good start. (Gladiateur 31)

[22] Dupond : Pas question !... C'est nous, et nous seuls, qui le remet-trons à sa propriétaire : noblisse oblège !... (Bijoux é0) Definitely not ! We and we alone must restore the emerald : we are in beauty downed !...

[23] Castafiore : Ces savants sont tous plus ou moins dans la lune... (Tournesol 55)
These Professors !
Always wanting the moon !

[24] Récitatif : Nous vous le disons : les romains y perdent leur latin ! Accidence will happen...

Légionnaire 1 : Vae victis Vae victo vae victis !

Légionnaire 2 : Qu'est-ce qu'y dit ?
We decline !

36Dans [21] le cliche est déclenché par un mot, le verbe “dresser” amène en francais une expression connue. Briseradius est cense terrifier les gladiateurs, mais manifestement Asterix n'est guère impressionne. Les traducteurs ont choisi une expression differente, “cold feet”, qui ne change en rien le sens général et s'adapte parfaitement à la situation, la reprise amenant un jeu sur l'homophonie entre “feat”et “feet”. L'expression correspondante en anglais, “make somebody's hair stand on end” offrait plus de difficulté quant à son integration dans le contexte. Pour l'exemple [22], “noblesse oblige” existe à l'identique en anglais, mais le changement vocalique opéré par Dupond n'au-rait sans doute pas produit l'effet escompte en anglais, d'où le choix d'un autre cliche, “one's bounden duty”, qui lui permettait de faire une contrepeterie plus efficace dans la langue d'arrivée. Quant au cliché [23], celui bien connu des savants qui sont toujours dans la lune, il revient assez souvent en ce qui concerne Tournesol, et il faut évidemment se rappeler que le professeur est redlement allé dans la lune. Alors que l'expression équivalente parle de “clouds”, il était important de garder la référence à “moon”en anglais, etant donne la replique suivante qui est “He ! he ! vous ne croyez pas si bien dire...”Dans d'autres apparitions de ce cliché, les traducteurs ont garde la traduction normale, quand il n'y avait pas d'allusion spécifique aux deux albums lunaires. Le cas de [24] est particulèrement intéressant. L'image montre Astérix qui s'éloigne en se frottant les mains, laissant quelques légionnaires assommes sur le terrain, dont deux font des commentaires en rapport avec le récitatif qui est là pour le lecteur. L'équivalent strict de l'expression “y perdre son latin” serait “one can't make head or tail of it”, mais les traducteurs ont été ici particulierement astucieux car le cliché “Accidents will happen”, en substituant le mot “accidence” permet, en fait, d'améliorer le jeu original en jouant sur les dedi-naisons du latin. Il y a presque homophonie entre les deux mots, et la morphologie flexionnelle permet un jeu de mots supplémentaire avec la replique du deuxième legionnaire “We decline”.

[3'] We'll just have to take pot luck !

[9']Obelix : (...) Ifonlyyou'd used an ordinary pot... just my luck ! Asterix : This is not a question of taking pot luck, Obelix.

37La traduction de [3] amène l'utilisation d'un cliché différent, car l'expression anglaise “where there's life there's hope”pouvait poser problème dans la mesure où le contexte exigeait de garder le semantisme du pot, d'où le choix de “take pot-luck”. Si le sens des deux expressions est totalement différent, l'en-semble reste coherent. Le choix de la traduction de [9] est également contraint par le contexte-avant. Notons que l'anglais récupère le semantisme contenu dans “manque de pot”en ajoutant “just my luck” dans la replique d'Obélix. Toujours à propos de marmites, et dans le même album (Combat 21) l'inou-bliable “Ils se souviendront de la marmite de poisson ! ! !”devient “This is a pretty kettle of fish !” qui évacue la citation historique apprise par tous les eco-liers français, tout en etant une excellente traduction. Il est évident qu'il etait difficile ici de garder la reference au vase de Soissons.

38Dans certaines situations, les traducteurs ajoutent un cliché là où il n'y en avait pas dans l'original. Voici un exemple qui se trouve dans un recitatif et fait suite à l'exemple [7]

[25] En effet le plus grand desordre s'installe dans la foret. Les seuls qui ne sont pas deranges, ce sont les barbares. (Goths 17)
Sure enough, total disorder reigns in the forest. The Romans can't see the wood for the trees and the only ones who are not worried are the Barbarians...

  • 7 Il n'a pas été possible de reproduire les vignettes pour des raisons matérielles.

39Cet ajout est ici motive par le dessin qui représente les différents person-nages, Goths, Romains, Gaulois se cherchant dans la foret. Les traducteurs ont donc joué le jeu des auteurs en n'hésitant pas à rajouter un cliche qui s'impo-sait par l'image7.

[26] Castafiore : (...) Si vous ne receviez pas n'importe qui sous votre toit, ce scandale ne se serait pas produit ! (Bijoux 42)
If you didn't open your door to every Tom, Dick and Harry, this would never have happened !

[27] Castafiore : Mille regrets, Monsieur Lampiste !... Il est trop tard !... Il fallait venir plus tôt, monsieur Lampiste ! (Bijoux 42)
I'm so sorry, Mr. Sag !... You're too late !...
The early bird catches the worm, Mr. Sag !

40Le cliché choisi en [26] s'impose comme un parfait equivalent den'importe qui”dans cette situation ; et il en est de meme en [27] ou l'on aurait pu tout à fait avoir en français le proverbe correspondant. Il me semble que les traducteurs opèrent une sorte de compensation à l'interieur de l'album, que ce soit pour les clichés ou pour les jeux de mots qui ne sont pas toujours traduisibles : lorsqu'à certains endroits ils ne peuvent trouver une équivalence, ils ajoutent une plaisanterie ailleurs de façon à maintenir un certain équilibre. Peut-être aussi se prennent-ils au jeu des auteurs, ce qui s'avere très efficace :

[28] Caius Obtus : Les Gaulois ! ! !... On ne les a pas captures !...
Ils viennent se venger ! Je suis dans de beaux draps ! (Gladiateur 29)
The Gauls ! ! ! They haven't been captured and they've come to get even !
They've got me in the hot seat ! I'll have to throw the towel in now !

41Lorsqu'on regarde le dessin, on comprend que les traducteurs n'aient pas pu resister à l'expression “hot seat”, vu que le personnage se trouve dans le sauna et, de plus, enveloppe dans une serviette, ce qui explique aussi le choix de “towel” plutôt que “sponge” parmi les variantes possibles de l'expression anglaise.

42On terminera avec quelques exemples particulièrement brillants qui confi-nent à l'apotheose, parce qu'il s'agit soit d'une série autour d'un même thème, soit d'une combinaison habile de plusieurs clichés par le traducteur. Dans le premier cas, Panoramix a fait boire aux Romains une potion qui leur fait pousser les cheveux, ce qui amène une serie de clichés sur ce thème :

[29] Caius Bonus : Tu te moques de moi Gaulois, mais je dois traiter avec toi !
You're making fun of me Gaul. But I have to talk to you !

Astérix : Parlons sans couper les cheveux en quatre !
Talk away, then ! Let's not
split any hairs

Caius Bonus : JE NE VEUX PLUS QU'ON PARLE DE CHEVEUX !!!
WILL YOU SHUT UP ABOUT HAIR ! ! !

Astérix : Puisque c'est comme ça...la barbe !
Well, if you will
beard us in our tent...

Caius Bonus : Non ! Ne pars pas !
No, don't go !

Astérix : D'accord, mais ne me prends plus à rebrousse-poil !
All right keep you hair on !

Astérix : Tout ceci est échevelé, parle, nous t'écoutons !
or this taik will brisde with difficulties. Go on !

Caius Bonus : Je m'avoue vaincu. Donnez-moi du contre-poison et je vous rends la liberté !
I give in ! Give me the antidote and you can go free !

Panoramix : Cest que, je n'ai pas envie de travailler !
Trya hair of the dog ?

Astérix : Il a un poil dans la main !
Getafix may not remember the antidote...
...
parfois il a un cheveu sur la langue aussi !
He's a bit
hare-brained sometimes ! (Gaulois 41-42)

43Il est évident que pour garder la métaphore chevelue et toutes ses variantes, les traducteurs ont dû quelquefois trouver des clichés qui s'adaptaient à la situation et n'ont pas toujours pu employer des traductions littérales. Le premier est strictement equivalent en français et en anglais ; quant à “la barbe”, la traduction offre une expression qui veut dire “defier” mais dont les termes s'ac-cordent parfaitement avec le dessin, puisque, en reaction à cette replique, Asterix fait le geste d'entrer dans la tente. Pour les deux dernieres expressions, si le français emploie les mots “cheveu”et “poil”, l'anglais ne possede rien d'équivalent et les traducteurs ont privilégié deux expressions, dont l'une contient effectivement “hair” et l'autre fonctionne par homophonie. On peut noter que l'avant-dernier cliché est utilisé par Panoramix et non par Astérix, ce qui permet une meilleure cohérence de l'ensemble.

[30] Asterix : Il a la dent dure !
A biting wit, eh ?

Obélix : Il ne mâche pas ses mots !...
Dorsn't mince his words !

Panoramix : Il a une haine devorante !
Positively eaten up by hate !

Misenplis : Il est mordant !
He really showed his teeth ! (Cl
éopâtre13)

44L'exemple [30] offre une autre serie, plus courte et cette fois articulée autour de la “dent”. Pour les lecteurs avides, signalons une autre serie particulièrement eblouissante centrée sur une métaphore végétale, dans Le Combat des chefs (p. 10). Elle est beaucoup trop longue pour être reproduite ici, et pour en goûter tout le sel, il faudrait vraiment avoir l'image sous les yeux. Il en est de même pour l'exemple suivant, dont je vais decrire succinctement les vignettes cor-respondantes : Astérix et Obélix sont à bord d'un vaisseau Phénicien (dont Epidemais est le PDG !) en route pour Rome. Ils viennent de sauver le bateau d'une attaque pirate.

[31] Epidemais : Vous avez sauve ce qui nous est le plus cher : notre cargaison ! Maintenant, entre nous, c'est à la vie et à la mort !
You have saved what is dearest to our hearts — our cargo ! Now we're bosom friends !
Ma premiere intention etait de vous vendre comme esclave dans le prochain port que nous aurions touche. Mais maintenant, je vous conduirai à Rome comme promis.

Astérix : Décidément vous avez l'esprit commerçant !
You certainly do have business acumen !

Epidemais : Que voulez-vous ? Comme je le disais à mes associés, nous sommes tous sur le même bateau, et il faut faire des efforts
si nous ne voulons pas
être coulés par les frais généraux !
What can you expect ? As I was saying to my partners, we're all in the same boat, and we mustn't rest on our oars if our overheads are not to make us go under ! (Gladiateur 17)

45Le premier cliché n'appelle pas de commentaire particulier, il y a identité de sens entre les expressions dans les deux langues, de même que la référence au bateau s'imposait pour le deuxieme. Par contre, la suite est à regarder de plus près, dans la mesure ou, si le français utilise ici ce qu'on pourrait appeler des clichés de la vie de tous les jours, les traducteurs anglais ont utilise deux clichés différents, “rest upon one's laurels” et “be over head and ears”, qu'ils ont com-bines. D'une certaine manière les traducteurs améliorent l'original car la situation amène la référence à “coulés par les frais généraux” en français, mais en anglais l'utilisation des deux expressions est plus subtile, avec substitution dans l'axe vertical de “laurels” par “oars” (ils sont dans une galère et les rames sont bien visibles dans le dessin) et un jeu sur “oars/ears”et “over/under” tout en incluant le sème de “frais generaux” avec le compose “overhead”. C'est l'apo-theose du cliché.

Conclusion

46On voit, grâce à ces exemples, que la traduction des clichés de la BD est une entreprise à haut risque et que les traducteurs ont su faire preuve d'autant d'ori-ginalite et d'inventivité que les auteurs eux-mêmes. Les choix de traduction opérés ne le sont pas en fonction de l'exactitude du cliché par rapport à la langue-source, sauf s'ils peuvent opérer les mêmes détournements que dans l'original, mais en fonction du sème déclencheur (image ou terme). Ce dernier est privilégié de façon à garder une cohérence entre image et texte, et de façon à ce que le cliché choisi soit ainsi en accord avec la situation des personnages telle qu'elle est vue par le lecteur. Ce qui est amusant, c'est que les traducteurs contactes n'ont pas franchement admis que l'image leur avait été utile pour traduire, ce qui pourtant semble tout à fait évident à la lecture des textes. A sa maniere la BD est donc créatrice de clichés.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, Ruth, HERSCHBERG-PIERROT, Anne, Stéréotypes et clichis, Paris, Nathan, 1997.

EVANS, Ifor H., BREWER's Dictionary of Phrase and Fable, Londres, Cassell, 1981.

GROSS, Gaston, Les Expressions figées en français, Paris, Ophrys, 1996.

LAKOFF, George, JOHNSON, Mark, Metaphors We Live By, Chicago, The University of Chicago Press, 1980.

MATHIS, Gilles (ed.), Le Cliché, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1998.

PARTRIDGE, Eric, A Dictionary of Clichis, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1950. PLANTIN, Christian, Lieux communs, topoï, stiriotypes, clichis, Paris, Editions Kimé, 1993.

REY, Alain, CHANTREAU, Sophie, Dictionnaire des expressions et locutions, Paris, Dictionnaires LE ROBERT, 1993.

CORPUS8

GOSCINNY, Rene, UDERZO, Albert, Astérix le Gaulois, Paris, Dargaud, 1961. [Gaulois]

Astérix et les Goths, Paris, Dargaud, 1963. [Goths]

Astérix gladiateur, Paris, Dargaud, 1964. [Gladiateurs]

Astérix et Cléopâtre, Paris, Dargaud, 1965.

Le Combat des chefs, Paris, Dargaud, 1966. [Combat]

Astérix chez les Bretons, Paris, Dargaud, 1966. [Bretons]

Astérix légionnaire, Paris, Dargaud, 1967. [Legionnaire]

Astérix aux Jeux Olympiques, Paris, Dargaud, 1968. [Jeux]

Astérix en Hispanie, Paris, Dargaud, 1969. [Hispanie]

Traduction anglaise par Anthea BELL et Derek HOCKRIDGE :

Asterix the Gaul, Londres, Hodder Dargaud, 1993.

Asterix and the Goths, Londres, Hodder Dargaud, 1993.

Asterix the Gladiator, Londres, Hodder Dargaud, 1985.

Asterix and Cléopatra, Londres, Hodder Dargaud, 1993.

Asterix and the Big Fight, Londres, Hodder Dargaud, 1985.

Asterix in Britain, Londres, Hodder Dargaud, 1985.

Asterix the Legionary, Londres, Hodder Dargaud, 1993.

Asterix at the Olympic Games, Londres, Hodder Dargaud, 1993.

Asterix in Spain, Londres, Hodder Dargaud, 1993.

HERGE, Le Temple du soleil, Tournai, Casterman, 1949.

L'Affaire Tournesol, Tournai, Casterman, 1956.

Les Bijoux de la Castafiore, Tournai, Casterman, 1963.

Traduction anglaise par Leslie LONSDALE-COOPER et Michael TURNER :

Prisoners of the Sun, Londres, Mammoth, 1990.

The Calculus Affair, Londres, Magnet, 1985.

The Castafiore Emerald, Londres, Mammoth, 1989.

Haut de page

Notes

1 Voir Mathis, 1998, p. 59, 128 et 123.

2 Voir Mathis, 1998, p. 200.

3 Voir Amossy et Herschberg-Pierrot, 1997, p. 78.

4 Voir Mathis, 1998, p. 53.

5 Le mot souligné est celui qui remplace celui de l'expression connue qui est ensuite indiquée entre parenthèses.

6 Voir Mathis, 1998, p. 142.

7 Il n'a pas été possible de reproduire les vignettes pour des raisons matérielles.

8 Le mot du titre donné entre crochets à la suite de chaque titre est celui qui sert de référence au cours de l'article, le chiffre indiquant la page de l'album.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Delesse, « Le cliché par la bande : le détournement créatif du cliché dans la BD », Palimpsestes, 13 | 2001, 165-182.

Référence électronique

Catherine Delesse, « Le cliché par la bande : le détournement créatif du cliché dans la BD », Palimpsestes [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2001, consulté le 28 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1565 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1565

Haut de page

Auteur

Catherine Delesse

Catherine DELESSE est enseignant-chercheur à l'Université d'Artois. Elle a soutenu une thèse de doctorat, à l'Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, en 1994, sur “Image, texte et métaopération”. Ses recherches en matière de traduction portent notamment sur la relation image/langage dans la bande dessinée, dans une optique constrastive français-anglais. Dans le domaine de la linguistique, elle s'intéresse aux déictiques, à l'anaphore et aux pronoms indéfinis. Elle a publie plusieurs articles : “L'interaction image/langage dans la BD”(Interfaces, n° 14, juin 1998), “Le vecteur THIS/THAT dans un contexte de BD”(Langage, langues et linguistique, n° 2, 1995), “Astérix d'un bord à l'autre de l'Atlantique, ou La Grande traversée”(Palimpsestes, n° 11,1998, pp. 173-185), et “Astérix, une saga européenne”, Europe et traduction (Artois Presses University é Presses de l'Université d'Ottawa, 1998).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org