Navigation – Plan du site

Le destin de l’oralité dickensienne dans les retraductions de Great Expectations

Sylvine Muller
p. 69-92

Résumés

L’exemple de Joe illustre le rôle de l’idiolecte comme description psychologique et comme ressort comique et la nécessité de traduire les traits grammaticaux, lexicaux, phonétiques et syntaxiques dans toute leur variété, en puisant dans les vastes ressources du français populaire. Un nouvel horizon traductif, lié à l’évolution de la langue française comme à celle du parler populaire dans la littérature, rendait nécessaires, presque un siècle après la première traduction de Derosne, les retraductions de Leyris et de Monod, qui s’expliquent également par une conscience plus aiguë des mécanismes et des enjeux de la traduction.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis la publication de Great Expectations chez Tauchnitz en 1861, peu après sa parution par épisodes dans All the Year Round entre 1860 et 1861, les traductions de ce roman ont été si nombreuses, et si souvent remaniées et révisées qu’il est difficile d’en faire un recensement précis. Parmi les versions françaises, les plus intéressantes ne sont pas nécessairement les plus récentes. Celles qui se prêtent à une comparaison particulièrement instructive sont, d’une part, la traduction de Charles Bernard Derosne, publiée dans Le Temps en 1863 puis, avec quelques différences minimes, chez Hachette en 1869 et, d’autre part, la traduction de Pierre Leyris éditée chez Gallimard en 1954 dans la collection Pléiade et celle de Sylvère Monod pour les Classiques Garnier en 1959, reprise en 1999 dans la collection Folio Classiques (Gallimard) avec de très rares modifications. Certaines versions récentes, que je mentionnerai épisodiquement, recèlent d’excellentes trouvailles. Ce sont les révisions de la traduction de Derosne par Jean Gattégno en 1994 et par Jean-Pierre Naugrette en 1998.

2Michel Gresset intitulait une communication aux Assises d’Arles de 1985 : “On juge un traducteur à ses dialogues”. L’importance des dialogues dans les romans de Dickens a été souvent soulignée. D’après le livre de Norman Page, Speech in the English Novel, Dickens se trouve parmi les six auteurs anglais les plus fréquemment cités dans le Oxford Dictionary of Quotations, et sur les 262 extraits de ses œuvres, 80 % sont des passages de dialogues. Habitué par sa profession à noter sur le vif les propos de toutes les couches de la société, il avait éprouvé dès l’enfance un intérêt passionné pour le théâtre. Cet intérêt se manifeste également dans la minutie avec laquelle il aimait émailler sa narration de véritables indications scéniques, souvent des notations prosodiques, comme dans l’extrait 14 (Voir Fascicule des textes de référence, extraits A 1 à 28) où Joe scande sa phrase avec le tisonnier. Si elles ont souvent échappé à Derosne, elles ont été particulièrement bien saisies par Monod. (Les incises chez Dickens ont d’ailleurs été traitées par Mark Lambert dans Dickens and the Suspended Quotation). Elles posent d’épineux problèmes d’équivalence. Dans l’extrait 21, la traduction de “Buster” est difficile car le premier son du mot français devra pouvoir être prononcé avec emphase. Or la combinaison /br/ de “brusque” chez Derosne ne permet pas le même effet, et le premier son de “chameau” ne peut pas être désigné par la lettre C, comme le fait Monod. L’idée de “r-r-raffût”, chez Leyris, est un peu plus heureuse. Le son /t/, se prêtant couramment en français à une gémination emphatique, aurait pu donner la traduction “une Terreur... douze T majuscules”.

3La traduction des dialogues de Dickens est essentielle pour permettre au lecteur français de percevoir la richesse psychologique de ses personnages, et elle pose au traducteur une grande variété de problèmes. Aux Assises d’Arles 1990, lors de la table ronde sur le thème “Retraduire Dickens”, Françoise du Sorbier évoquait les problèmes posés par l’idiolecte de Mrs Gamp dans Martin Chuzzlewit. Il me semble que le personnage de Joe, moins caricatural que celui de Mrs Gamp, révèle tous les enjeux de l’utilisation du parler populaire dans la technique narrative de Dickens. Car le rôle de Joe dans l’itinéraire spirituel de son apprenti est primordial. Ce forgeron, qui allie la force musculaire à une tendresse maternelle, est pour Pip à la fois un père adoptif et un frère ; sa soumission à sa femme et sa maladresse verbale ne l’empêchent pas de jouer le rôle d’un véritable mentor, et ses conversations avec Pip ont une influence fondamentale sur l’évolution de ce dernier. C’est donc à propos des énoncés de Joe que je vais examiner l’apport des traductions modernes afin de montrer tout d’abord par quels moyens elles rendent mieux le parler de Joe, et ensuite à quel nouvel horizon traductif, pour reprendre l’analyse d’Antoine Berman, correspond cette évolution. Mais avant d’aborder les faits linguistiques qui permettent une restitution plus précise de l’oralité dickensienne, je voudrais montrer pourquoi cette restitution est indispensable à une bonne compréhension du roman.

L’importance de l’oralité dans Great Expectations

4La perception de l’oralité est avant tout la perception d’une situation, et quelques exemples suffisent à montrer que les situations, comme les personnages, sont mieux rendus par les traductions modernes que par celle de Derosne. Ainsi dans l’exemple 8, quand Derosne écrit “Ma mère et moi nous quittâmes mon père à plusieurs reprises”, on a chez Monod “Maman et moi, on s’est sauvés plusieurs fois de chez mon père”. Dans l’extrait 13, Derosne fait dire à Joe : “J’étais bien isolé alors, car je vivais seul ici. Je fis connaissance de ta sœur.” Un personnage qui s’exprime en ces termes nous paraît à présent comme momifié. Doit-on y voir seulement le sort inéluctable de toute traduction, comme le suggérait Leyris en 1954 dans son introduction à la traduction des œuvres complètes de Shakespeare :

  • 1 Voir Leyris, Introduction, 1954.

Une œuvre écrite sur laquelle le temps n’a pas mordu, continue à s’offrir chez elle dans son intégrité : évidence et mystère, le mystère étant une réserve d’évidences futures. Mais qu’on lui ajuste un vêtement étranger, il ne faudra le plus souvent qu’une génération ou deux — surtout s’il habille une matière poétique — pour qu’il fasse figure de défroque désuète et étriquée, pour que l’idée neuve que nous nous faisons de l’œuvre passe de toutes parts au travers. Car les mesures d’un temps ne sont pas celles d’un autre. D’ailleurs, peut-être est-ce l’œuvre elle-même qui, déroulant ses significations latentes, a grandi. Comment demander à un tailleur de faire la part de la croissance, à un traducteur de réserver celle des possibles1 ?

  • 2 Voir Lane-Mercier, 1989, p. 39
  • 3 Voir Lane-Mercier, 1989, p. 167.

5Si l’on peut parler de “réalisme” dans Great Expectations, il s’agit plus précisément “d’effets de réel”, tels que les envisageait certainement Dickens qui aurait, dans une lettre citée par Monroe Engel dans The Maturity of Dickens et évoquée par Randolph Quirk dans The Linguist and the English Language, critiqué sévèrement une contribution à Household Words, se plaignant de n’y trouver qu’une simple transcription de la langue populaire dont l’expressivité n’avait pas été retravaillée afin de servir la création littéraire. Gillian Lane-Mercier, dans La Parole romanesque, fait une analyse approfondie du caractère conventionnel du réalisme dialogal : “Les dialogues sont des simulacres du code oral, reconnaissables comme tels en raison d’une série d’emprunts réalisés parmi les traits pertinents de ce dernier, [...] et redistribués dans le code scriptural2.” Elle écrit, à propos de personnages de Balzac ou de Maupassant : “On discerne sans peine les limites d’un réalisme graphique qui, en dernière analyse, pactise avec la normativité scripturale en freinant l’étendue de ses reproductions sociolectales3.”

6Du moins ces simulacres du code oral doivent-ils être décelables dans la traduction pour conserver aux énoncés de Joe leur caractère déviant. Or rien ou presque, dans la traduction de Derosne — et très peu dans celle de Leyris — ne fait sentir le parler populaire de Joe, que Dickens accentue avec tant d’insistance. Au contraire, Derosne emploie des expressions aussi guindées que “si je puis m’exprimer ainsi” (ex. 18). Les interjections sont particulièrement difficiles. Si l’on compare les traductions de “Lord !” (ex. 6), je vois mal “Seigneur” (Derosne & Leyris) dans la bouche d’un forgeron, en revanche “Pardi” (Monod), sans offenser les bienséances, est plus à sa place. Notons au passage que lorsque Mrs Joe, à la fin du chapitre vii, s’écrie “Lor-a-mussy me !”, la traduction de Leyris, “Bonté divine”, plus proche à la fois du ton et du sens littéral, correspond mieux à ce qu’on attendrait d’une villageoise que “Saperlipopette” de Monod. Que dire de “Par le messie de Dieu” de Naugrette, sans doute repris de la traduction de Derosne !

7Cependant, pas plus que l’ensemble des dialogues de Great Expectations, les énoncés de Joe ne répondent simplement à un souci de réalisme. Et d’ailleurs, comment trouver réaliste la différence entre l’anglais parlé par Joe et celui de Pip ? Et Monod est-il réaliste quand il fait dire à Pip “Joe, l’as-tu dit à Biddy ?... J’aimerais mieux que ce fût toi, Joe” ? On peut y voir la convention romanesque de l’époque qui fait qu’un héros s’exprime dans une langue digne d’un héros, ou encore le compromis entre l’immaturité du héros enfant et la maturité du héros narrateur, qui mettrait dans la bouche de Pip enfant le style de Pip adulte. Une explication beaucoup plus convaincante est donnée par Sylvère Monod, dans une conférence faite juste après la parution de sa traduction, et publiée sous le titre “Great Expectations, a hundred years after”. Selon lui, le personnage de Pip est vu de l’intérieur, et la perception que nous avons de nous-mêmes est nécessairement moins haute en couleur que celle que nous avons des autres.

  • 4 Voir Hunt, 1971, p. 129.

8Ce n’est donc pas seulement par souci de vraisemblance que le parler de Joe est si marqué. Ses caractéristiques font partie du projet narratif de Dickens, et cela à plus d’un titre. Elles indiquent le statut inférieur de Joe, indispensable pour souligner l’ascension sociale de Pip et, disons-le, son snobisme. La gaucherie verbale du forgeron va de pair avec un cœur d’enfant et fait ressortir par contraste sa délicatesse et sa noblesse. Si cette caractérisation semble parfois un peu caricaturale, c’est qu’elle répond aux nécessités du roman par épisodes où les personnages sont différenciés par des détails simples et frappants. Ce souci de lisibilité se retrouve dans le nombre important de vocatifs, dont le ton doit être rendu avec justesse. Celui de “Pip, old chap” est mal traduit chez Derosne par “mon petit Pip”, à la fois condescendant et mièvre, alors que Monod, avec “mon vieux Pip”, “Pip, mon vieux”, évoque bien la fraternité qui unit les deux souffre-douleur de Mrs Joe. Mais les maladresses de Joe ont aussi un rôle comique, et les descriptions de Dickens ont été comparées à l’art de Hogarth4 . Cependant, ainsi que le remarquait Sylvère Monod dans “A hundred years after”, l’émotion et l’humour sont intimement mêlés chez Dickens. Et s’il tourne manifestement en dérision Mrs Joe lorsqu’elle dit à la fin du chap. VII, “It is only to be hoped that he won’t be Pompeyed”, le rire est teinté d’affection quand Joe dit “ill-conwenienced” (ex. 23). Les formulations de Joe ont souvent une fonction que je serais tentée d’appeler “iconique”, ou comme le suggère John Dixon Hunt, “emblématique”. De toute évidence, le comique des répétitions n’enlève rien au sérieux qu’elles révèlent dans les efforts de Joe pour s’exprimer. Comme il le dit lui-même: “I’ve beat out something nigh the rights of this at last” (ex. 30). Joe manie la langue comme un marteau de forgeron. Nous allons voir comment les traducteurs successifs de Great Expectations ont manié la langue française, et dans quelle mesure ils ont réussi à restituer toute la signification du sociolecte de Joe.

Oralité et choix linguistiques

9C’est essentiellement à partir de la conversation au coin du feu, au chapitre vu, au cours de laquelle la réflexion de Joe trouve une aide appréciable dans la manipulation du tisonnier, que je vais tenter de montrer les procédés verbaux qui, dans le texte anglais et dans ses traductions françaises, signalent le caractère oral, familier et populaire des énoncés de Joe. Les traductions du xxe siècle semblent avoir tiré parti, beaucoup mieux que celle de 1863, du potentiel expressif du français. La compensation est souvent nécessaire car les procédés ne se correspondent pas toujours mot à mot. Cependant ils présentent un nombre intéressant de similitudes entre les deux langues, qu’il s’agisse de la morphologie des verbes, du choix des pronoms, des effets stylistiques d’ordre lexical, des indications phonétiques, ou enfin de la syntaxe.

Les temps

10Ceux qu’utilise Derosne sont en totale contradiction avec les marques populaires qui caractérisent la morphologie verbale de Joe. En effet, celui-ci utilise fréquemment des contractions verbales déviantes, comme “Ain’t you” (ex. 1), ainsi que des incorrections dans les marques verbales :

  • forme zéro au lieu d’un prétérit: “Her share of peace come round at last” (ex. 12)

  • forme zéro au lieu de la 3e personne du singulier : “I don’t deny that she do throw us backfalls” (ex. 21)

  • 3e personne du singulier au lieu de la 2e personne : “And says you,’Here at last is a J-O, Joe’” (ex. 6)

  • confusion entre les formes du prétérit singulier et pluriel de “be”: “My father were that good in his hart... The houses where we was...” (ex. 8)

11Les traducteurs modernes ont éliminé, dans l’ensemble, les choix peu plausibles de Derosne. Dans les passages narratifs, Monod et Leyris conservent le passé simple sans heurter le lecteur contemporain. Par exemple, Monod écrit au chapitre vu : “... Pour jeune que je fusse, je crois bien qu’un sentiment nouveau d’admiration pour Joe prit naissance en moi ce soir-là. Nous restâmes égaux désormais comme auparavant, mais...” et au chapitre ix : “... je restai à côté de lui jusqu’à ce qu’il eût fini sa tâche de la journée. Je lui dis alors : ‘Avant que le feu s’éteigne, Joe, je voudrais te dire quelque chose”‘ et Leyris traduit la même phrase : “.. .je restai avec Joe jusqu’à ce qu’il eût fini son travail. Je lui dis alors : Avant que le feu s’éteigne, Joe, je voudrais te dire quelque chose.’” Mais ils n’emploient pas ce temps dans les énoncés de Joe. Là où Derosne écrit : “Elle ne tarda pas” (ex. 12), Monod choisit : “Elle n’a pas tardé...” et Leyris : “Elle n’a pas été longue...”. Curieusement Naugrette commence le récit au passé composé et le termine au passé simple, ce qui introduit une certaine incohérence, aggravée par la présence dans la même phrase d’un passé simple et d’une élision familière : “Elle tarda pas...”. Je reviendrai plus loin sur l’utilisation du passé simple par les écrivains français.

12Quant au subjonctif imparfait, s’il a existé dans le français parlé autrefois, ce qui pourrait expliquer la traduction de Derosne (ex. 7) : “C’était presque la seule personne qu’il eût à frapper”, il ne s’entend plus à présent que dans la bouche de quelques facétieux, et le Joe de Monod ne l’emploie pas, ni celui de Leyris. Naugrette utilise cet imparfait du subjonctif (un peu maladroitement à mon sens) pour produire un effet d’hypercorrection dans l’exemple 5 : “Quoique j’aimasse anormément la lecture”. Même si d’autres incongruités peuvent facilement s’imaginer dans le parler de Joe, celle-ci me semble peu plausible. Monod, au contraire, exploite une morphologie familière comme “jusqu’à ce qu’il soye emporté” (ex. 11).

Les pronoms

13Les pronoms font l’objet de marques populaires dans les énoncés de Joe, en particulier l’utilisation du pronom objet en fonction sujet : “Ever the best of friends, ain’t us, Pip ?” (ex. 17) ou “them were...” (ex. 26). En français, le système des pronoms donne lieu à des choix stylistiques différents :

a) le pronom “nous” en fonction sujet, qui appartient plutôt à un registre soutenu, est utilisé chez Derosne (ex. 17) : “Nous serons toujours les meilleurs amis du monde, mon petit Pip, n’est-ce pas ?” et même chez Leyris : “Nous avons toujours été bons copains” (ce pronom surprend avec le terme “copains”). Nous savons pourtant qu’il est souvent remplacé par “on” dans la langue familière actuelle. Aussi Monod écrit-il : “On est toujours les meilleurs amis du monde”.

b) S’agissant de l’inévitable et épineux problème du tutoiement et du vouvoiement, l’amitié entre Pip et Joe semble exclure le vouvoiement, ce qui rend très intéressant le chapitre xxvii, où Joe, rendant visite à Pip dans son appartement de Londres, est si troublé par son nouvel environnement qu’il s’adresse à lui dans le texte anglais en l’appelant tantôt “Pip” et tantôt “sir”. Monod associe “Pip” au tutoiement, et “monsieur” au vouvoiement, soulignant ainsi clairement l’effet visé par Dickens.Toute cette alternance avait été mal rendue par Derosne. Non seulement son Joe vouvoie Pip dès qu’il arrive dans l’appartement, mais Pip lui-même vouvoie Joe, ce qui ôte tout sens au dialogue. Dans la tirade finale, Joe dit : “Pip, mon cher Pip, mon vieux camarade... Vous et moi ne sommes pas deux personnages à paraître ensemble dans Londres...”. Le tutoiement n’est rétabli que dans sa dernière phrase : “Ainsi donc, Dieu te bénisse, mon cher petit Pip, mon vieux camarade, Dieu te bénisse.” L’exemple 6 illustre les possibilités de l’impératif d’hypothèse, combiné aux pronoms “tu”, “vous” et “on” désignant un sujet virtuel. Chez Leyris, si la deuxième personne du pluriel peut à la rigueur convenir dans la formule très vague : “Donnez-moi un bon livre”, elle devient peu naturelle (car trop impersonnelle) dans : “quand vous tombez sur un J ou sur un O”, sans parler de l’inconvénient qu’il y a à désigner par le même pronom deux sujets qui pour être vagues n’en constituent pas moins des représentations différentes. La traduction de Monod est la plus claire, et l’emploi de “tu” convient particulièrement bien au ton familier.

Le domaine lexical

14Il est difficile dans ce domaine de distinguer les éléments qui relèvent du parler populaire de ceux qui sont simplement familiers. Les dictionnaires ne s’accordent pas toujours et la subjectivité n’est pas absente des jugements que l’on peut porter. Par exemple, “such a row” me semble familier, malgré l’absence d’indication de l’Oxford Advanced Learner’s Dictionary. Leyris le traduit par “tant de raffut”, que le Robert décrit comme familier, et Monod par “tant de potin”, sur lequel le Robert ne donne pas d’indication de registre. Le “tapage” de Derosne perd la connotation familière. Mais on trouve parfois chez Derosne des expressions tout à fait appropriées : “il s’en venait avec un tas de monde...” (ex. 8). Si un terme anglais peut parfois être traduit par un terme français également familier, la stratégie de compensation est souvent nécessaire, faisant appel, notamment, à un élément lexical pour rendre un effet stylistique d’ordre grammatical : “la lecture devient rudement intéressante” écrit Leyris (ex. 6). Dans l’exemple 18, au lieu de “il ne faut pas que Mrs Joe s’en doute” (Derosne) ou “que Mrs Joe s’aperçoive de ce qui se passe” (Leyris), Monod trouve : “faudra pas que Mme Joe elle voye de quoi il retourne”. Dans l’exemple 23, il parle du “fin fond de la question”. Mais dans l’exemple 4, c’est Leyris qui emploie très judicieusement le terme ordinaire “écrire” de préférence au terme plus savant “épeler” de Derosne et de Monod. L’accumulation de ces nuances lexicales peut être très efficace pour restituer le ton familier de Joe.

15Les erreurs de ton sont souvent dues à un contresens sur l’emploi idiomatique d’un mot courant. Ainsi, dans l’exemple 12, c’est Derosne qui donne à mon sens le meilleur équivalent de “poor soul”, qu’il traduit par “la pauvre femme”, alors que la traduction littérale de Leyris, “pauvre âme” prend un ton mélodramatique que n’a pas l’expression figée anglaise. La traduction littérale de “God bless the poor little child” (ex. 16) est trop forte également. L’interjection utilisée par Monod : “Le pauvre petit chéri...” fait mieux percevoir la nuance d’affection de l’énoncé anglais.

16L’exemple 16 montre comment une expression comme “to keep Company” nécessite la connaissance du contexte culturel. Ici plus qu’une question de choix stylistique, nous sommes en face d’une inexactitude. Sans s’attarder sur le contresens de Derosne, je préfère, à la formule de Leyris “de se mettre ensemble”, le choix de Monod “qu’on se fréquente”. Cette interprétation, plus conforme aux usages de l’époque et du milieu, n’empêche pas le vouvoiement qui montre le profond respect de Joe vis-à-vis de la future Mrs Gargery.

17Dickens met dans la bouche de Joe un grand nombre de déformations lexicales. Et si l’on est surpris et amusé par ces inventions verbales, Derosne, quant à lui, semble complètement dérouté. Lorsque Joe (ex. 11) parle de la mort de son père “in a purple leptic fit”, on ne trouve pas trace de ce détail dans la traduction de Derosne, sauf qu’il est question “de le faire enterrer convenablement” ! Leyris traduit l’interprétation fantaisiste que fait Joe de “apoplectic fit” par “un accès de poplexie”, création qui rejoint tout à fait les étymologies populaires décrites par Henri Frei dans La Grammaire des fautes qui font dire “T’as mal à ta pendicite ?”. Monod est encore plus proche de la construction anglaise avec sa “crise d’apoplastique”, où “plastique”, comme “purple”, est un mot existant dans la langue. Le génie inventif de Monod se manifeste à maintes reprises, par exemple au chapitre xiii (et de cetera”) ou xv (“chacun sur son camp à soi”). Le mot “Tickler” (ex. 23), une de ces “appellations privées”, comme il en existe dans beaucoup de familles, n’est pas traduit par Derosne, qui le traite comme un nom propre. Au contraire, ce “fragment de canne garnie de fil poissé et devenu tout lisse à force de me chatouiller les côtes sans douceur”, comme l’écrit Monod pour rendre au chapitre ii la description ironique “a wax-ended piece of cane, worn smooth by collision with my tickled frame”, est un objet hélas trop familier. “La Chatouille” de Monod me paraît mieux trouvé que “le Chatouilleur” de Leyris.

18La preuve de l’importance que Dickens attachait à ces inventions est qu’il les souligne parfois dans la narration. Ainsi, lorsque Joe dit à Pip (ex. 27) : “you have that growed, and that swelled and that gentlefolked” (“tellement mondainifié”, comme n’hésite pas à l’écrire Monod), le narrateur remarque : “Joe considered a little before he discovered this word.” La traduction de Monod est la seule qui préserve toutes les nuances de ce terme et qui en souligne la nouveauté de la même manière que Dickens. La phrase n’est pas traduite chez Derosne et Leyris ne l’a pas comprise. Le même chapitre contient un autre exemple savoureux de comique verbal, lorsque Joe confie ses impressions de touriste dans Londres, et décrit la fabrique de cirage, édifice considéré sans doute comme un monument de première importance : “... it is there drawd too architectooralooral” (ex. 28). Et le narrateur de remarquer: “I think Joe would have prolonged this word (mightily expressive to my mind of some architecture that I know) into a perfect Chorus...”. Dickens fait très certainement allusion à la chanson que Pip, avec l’aide de Biddy, ajoute à son petit bagage culturel au chapitre xv (ex. 29). Curieusement, aucun des traducteurs n’a vu la parenté des deux langues dans cette ritournelle. Une traduction comme : “Quand à Londres je suis allé, turelure turelure, Comm’ dans un bois on m’a volé, turelure turelure ?” ou encore “Suis allé à Londres en voiture, turelure, turelure, Mes bons messieurs quelle aventure, turelure, turelure !”, resterait non seulement plus proche du refrain anglais mais réaliserait un écho parfait en faisant dire à Joe : “Que sur le dessin y a comme qui dirait trop d’architec-turelure”, néologisme sur le modèle de “peinturlurer”, et en commentant avec le narrateur : “Je crois que Joe eût prolongé ce mot (qui décrivait rudement bien certains types d’architecture de ma connaissance) jusqu’à en faire une véritable ritournelle.”

19Avant d’abandonner le domaine lexical, signalons qu’on ne peut pas toujours distinguer les déformations de mots des déformations phonétiques. Les traducteurs français tirent parti de leur valeur stylistique. Tout comme Dickens fait dire à Joe “tremenjous crowd” (ex. 8) et “serous” (ex. 23), Monod (ex. 25) écrit “estraordinaire”. Dans l’exemple 12, “my own ed” a été traduit par Naugrette par “ma sarvelle” de même qu’il écrivait “anormément” pour traduire “oncommon”.

La prononciation populaire ou dialectale

20Elle est représentée par Dickens jusqu’à la limite de la lisibilité (mais dans un souci de différenciation des personnages, c’est-à-dire précisément pour des raisons de lisibilité). Certaines graphies transcrivent simplement un discours oral sans que la prononciation présente d’incorrection. Les ellipses de “is”, de “not”, de “will” ou de “would”, dans “Here’s” (ex. 2), “I don’t” (ex. 4), “I’ll tell you” (ex. 7), “she’d go out” (ex. 8) ou “we’re up to” (ex. 18) sont neutres. C’est leur fréquence qui produit la connotation familière. Mais d’autres graphies signalent la prononciation d’un locuteur inculte : “vigour” et “anvil” deviennent “with a wigour with which he didn’t hammer at his anwil” (ex. 7). Un autre des traits favoris de Dickens semble appartenir à la transcription conventionnelle de la prononciation cockney. C’est dans l’exemple 10, la prononciation de “boil” dans “keep the pot a-biling, or the pot won’t bile”. Trait cockney également, mais avant tout populaire, le son /h/ qui disparaît des mots “head” et “health” (ex. 12). Dans ces deux mots, l’orthographe erronée des voyelles de “hed” et “helth” où le “a” disparaît, montre également que Dickens, plutôt que de réaliser la transcription précise d’un parler déviant, utilise un assortiment de détails qui fonctionnent comme des symboles. Certaines infractions graphiques suggèrent la déviance alors même qu’elles correspondent à une prononciation correcte : “his hart” (ex. 9 et 11) ne se différencie aucunement de la prononciation de “heart”, et la forme faible qu’on entend dans “I meanter say” (ex. 19) ne constitue pas une marque sociolectale. De plus certaines notations ne sont pas systématiques, si bien qu’on lit tantôt “tho”‘tantôt “though”.

21La traduction de Derosne ne comporte pas d’indications de prononciation, à part quelques “ça”. Cette contraction est plus fréquente chez les traducteurs du xxe siècle, et elle l’est plus chez Monod que chez Leyris. Les autres marques sociolectales, présentes surtout dans la traduction de Monod, sont :

  1. l’effacement systématique de la négation “ne” (ex. 7 : il cognait pas sur son enclume)

  2. la troncation du relatif “qui” (ex. 2 : qu’est de toute beauté)

  3. l’effacement du pronom impersonnel “il” (ex. 10 : faut bien que quelqu’un...)

  4. la troncation du pronom personnel “tu” (ex. 15 : Si t’avais pu ...)

  5. le pronom personnel “lui” contracté en “y” (ex. 16, p. 3 : J’y ai dit...)

22Si cette dernière marque est plus nettement populaire, il convient de noter à propos des précédentes que le simple fait de transcrire ce qui se dit dans la langue relâchée d’une grande majorité de la population rend la connotation plus forte que ne le fait la forme phonique elle-même. Très naturellement, ces diverses élisions se combinent entre elles (ex. 15 : t’aurais vraiment pas été fier...)

23En passant du domaine phonétique au domaine syntaxique, je ferai deux remarques :

  1. l’ellipse de la négation pourrait aussi être décrite comme un fait syntaxique et d’ailleurs, paradoxalement, elle est un bon équivalent de la présence en anglais populaire de la double négation : “never getting no peace” (ex. 23)

  2. deux notations populaires affectent les articles chez Dickens et semblent à la fois de nature phonétique et morphologique : l’une dans l’exemple 23 : “the t’other way” et l’autre dans l’exemple 25 : “a oncommon one .. .a unpromoted prince”. Elles peuvent être comparées à un trait populaire qui affecte la détermination du substantif en français et se trouve illustré dans l’exemple 6, où Monod écrit “enfin, en voilà un, de J-O, Joe”. Ce procédé de mise en relief qui, combinant la préposition à l’article indéfini, constitue à la fois une opération anaphorique et une segmentation, n’est qu’un des nombreux faits syntaxiques qui distinguent le français populaire. C’est le domaine que je vais aborder à présent en examinant les marques sociolectales qu’on observe dans le roman anglais et les vastes ressources qui s’offrent au traducteur français.

La syntaxe

24La syntaxe du français parlé est riche en procédés de mise en relief, correspondant parfois à une intention emphatique et parfois à des schémas de prédication spécifiques de la communication orale familière. Elle possède par ailleurs ses propres schémas de structuration logique.

  • 5 Voir Gadet, 1989, p. 170
  • 6 Voir Gadet, 1991, p. 120.

25a) J’aborderai tout d’abord les phénomènes de segmentation de la phrase. De nombreuses études ont montré leur diversité, avec une égale diversité de termes pour les décrire. Je traiterai indifféremment leurs variantes, dans la mesure où leur valeur stylistique est sensiblement la même. Françoise Gadet, dans Le Français ordinaire5, les qualifie de “stéréotype d’oral ou de parlé familier”, et elle observe, dans un article de Langue Française6, que cette syntaxe a souvent été associée à une idéologie de la simplicité, les qualificatifs qu’elle relève étant “primitif, archaïque, familier, populaire, enfantin”. La double référence opère une mise en relief plus ou moins forte, qui ne constitue parfois qu’une formule machinale.

26Le schéma de la reprise du groupe nominal par un clitique est moins fréquent en anglais qu’en français, mais il existe, et avec le même effet. Dickens nous en offre des spécimens dans les exemples 7 : “My father, Pip, he were given to drink” et 8 : “My mother she’d go out to work”, qui sont traduits littéralement par Monod alors que les autres traducteurs rétablissent une syntaxe neutre. On trouve bien quelques phrases segmentées chez Derosne (ex. 1) : “tu es un fier savant, toi !” mais dans les traductions du xxe siècle, elles sont plus fréquentes et plus nettement relâchées. Ainsi Monod écrit : “Les gens, ils étaient dans l’obligation” (ex. 8), “La lecture, j’aime énormément ça.” (ex. 5), et “Tu l’es, tout de même, savant” (ex. 3). Ce dernier exemple montre qu’un adjectif peut également faire l’objet d’une double référence. Il prend dans ce cas une valeur emphatique particulièrement forte. Derosne et Leyris ont simplement recours soit à une construction exclamative, “Quel savant tu fais !”, soit à des choix lexicaux : “fier”, “fameux”, “rudement”, “ma parole d’honneur !”. Ces derniers me semblent plus naturels dans la bouche de Joe que la construction exclamative, qui appartient à un registre plus châtié. Pour mettre en relief un qualificatif, Monod utilise aussi la figure d’expressivité “ce que”, répertoriée par Frei : “Ce que c’est intéressant la lecture !” (ex. 6). On remarque dans cet exemple, comme dans les exemples 1 et 3, que, même si une tournure emphatique ne signale pas un niveau de langue particulièrement familier, les traducteurs profitent parfois des ressources du français populaire pour accentuer le caractère familier des énoncés de Joe. Il est aussi à noter que non seulement l’emphase mais d’autres types de modalisation peuvent revêtir une forme spécifiquement populaire. Une proposition peut être atténuée, et l’on observe des litotes et des formules d’approximation. C’est pourquoi, dans la traduction de : “It must be done, as I may say, on the sly” (ex. 18), on peut comparer le registre de Derosne : “Il faut que cela reste un secret, si je puis m’exprimer ainsi”, de Leyris : “Il faut faire la chose, comme on dit, en sourdine” et de Monod : “Faut que ça se passe, comme qui dirait, en cachette”.

27b) La référence à la situation d’énonciation est une constante du langage parlé, et elle intervient dans un certain nombre de marques sociolectales. En anglais, on trouve fréquemment la mise en relief du pronom de première personne ou de deuxième personne, et la demande d’assentiment. Lorsque Dickens introduit une prise à témoin de l’interlocuteur en indiquant la syllabe tonique de la phrase : “I assure you, Pip” (ex. 11), Monod traduit cette emphase par la structure présentative : “C’est moi qui te le dis”. Les questions tags, autres formes de prise à témoin en anglais, sont autant d’occasions pour le traducteur de faire preuve d’invention afin que le ton soit suffisamment familier. La traduction de “ain’t us” (ex. 17) par “hein ?” (Leyris) et “pas vrai ?” (Monod) est plus vivante que le “n’est-ce pas ?” de Derosne.

28La référence à la situation d’énonciation s’associe souvent à une structuration de l’interaction verbale. Par exemple, l’entrée en matière de Joe : “Well, Pip, I’ll tell you”, en réponse à la question de Pip : “Why didn’t you ever go to school ?” (ex. 7), est traduite par Monod : “Ma foi, Pip, je vais t’expliquer.” Ce temps de réflexion que l’on s’accorde en disant “Well” en anglais ou “Ma foi” en français n’apparaît pas dans les autres traductions. Il faut parfois beaucoup de subtilité pour rendre la nuance exacte du texte original. Ainsi, quand Pip invite Joe à lire le reste de la lettre dont il est question dans l’ex. 2, Joe répond : “The rest, eh, Pip ?”, traduit par Monod : “Le reste, tu dis, Pip ?” De même dans sa traduction de “Though mind you, Pip,...” (ex. 9), l’articulation du raisonnement suit bien l’usage du français parlé : “Remarque tout de même, Pip, que ...

  • 7 Voir Gadet, 1989, p. 161.
  • 8 Voir Frei, 1993, p. 154.
  • 9 Voir Bauche, 1946, p. 124.
  • 10 Voir Frei, 1993, p. 185

29c) Les relations entre propositions offrent une variété de connecteurs qui rendent le parler de Joe spécifiquement populaire, aussi bien chez Dickens que dans les traductions. C’est le cas du relatif “which” qui n’a pas seulement la fonction normale de relatif illustrée dans l’exemple 8 : “Which, you see, Pip, were a drawback on my learning” mais qui fonctionne aussi, chez Joe, pour introduire une proposition indépendante : “Which you have that growed...” (ex. 27). On peut comparer cet emploi à celui du mot “que” en français populaire, que Françoise Gadet, dans Le Français ordinaire appelle “subordonnant passe-partout” (“J’ai fait un cours qu’on aurait entendu une mouche voler”)7 et Henri Frei, dans La Grammaire des fautes, “corrélatif générique”8. Je n’ai pas d’exemple identique dans mes extraits. Monod l’utilise un peu différemment, mais dans une fonction aussi fortement marquée sur le plan sociolectal, que Frei appelle fonction de “séparatif ” avec l’exemple : “Où qu’il habite ?”, Henri Bauche donnant, dans Le Langage populaire, l’exemple de “Si qu’on irait...”9. Joe dit : “la porte des maisons où qu’on se trouvait” (ex. 8) et : “Pourquoi que je me soulève pas ?” (ex. 22). “Which” sert aussi à former une locution plus étoffée, véritable tic verbal de Joe (ex. 19) : “Which I meanter say”. Monod prend soin de préserver cette gaucherie par une locution tout aussi compliquée : “Comme quoi que je veux dire”, alors que Derosne et Leyris ont rétabli la norme : “Je veux dire par là”. Un autre type de subordonnant passepartout chez Joe est le mot “as”, par exemple dans “supposing as you should ever wish to see me...” (ex. 30). La citation 21 “At such times as when your sister is on the Rampage”, phrase correcte mais un peu lourde, est traduite très sobrement par Leyris “quand ta sœur part en guerre” mais devient chez Monod : “Dans les moments que ta sœur est dans tous ses états”, qui exploite le besoin d’invariabilité de la langue populaire évoqué par Frei avec : “le jour qu’il est parti”.10

30Dans la construction des verbes déclaratifs avec le discours rapporté, le français populaire possède une double particularité illustrée au début de l’exemple 8 : le verbe déclaratif apparaît deux fois, la seconde occurrence étant introduite par “que”. Dans cet exemple, Leyris et Monod utilisent ce trait tous les deux. Dans l’exemple 15 en revanche, l’effet stylistique est neutralisé autant par Leyris (“Elle était bien bonne de le faire, disait-on, et moi je disais comme les autres.”) que par Derosne (“comme disaient les autres, et moi-même je finis par dire comme eux”). Monod au contraire respecte la syntaxe de Dickens : “C’était bien bon de sa part, qu’ils disaient tous, et que j’ai dit moi, comme les autres.” Derosne utilise un troisième trait caractéristique pour traduire “says you” dans l’exemple 6 : “on se dit comme cela, j’y suis enfin...”. Cette expression est utilisée par Monod dans l’exemple 11 : “de marquer comme ça sur sa tombe”, et par Leyris au chapitre xxvii : “Biddy a dit comme ça : ‘Je sais qu’il sera content...’”

31d) Deux types de marques sociolectales affectent le groupe syntaxique. Le premier consiste en un changement de classe grammaticale. Ainsi, lorsque Joe utilise un adjectif en fonction adverbiale : “He hammered away most onmerciful” (ex. 7), Derosne et Leyris, avec “sans miséricorde”, respectent la norme syntaxique, mais le ton est mieux rendu par Monod avec “quelque chose d’épouvantable”, où un groupe nominal remplace un adverbe et où l’indication de manière se combine avec un adjectif intensif. Le second a trait aux prépositions. Dans les énoncés anglais, elles sont chez Dickens d’une grande lourdeur, due peut-être à leur nature souvent archaïque : “afore a good fire” (ex. 6), “rendering unto all their doo” (ex. 9), “She waren’t long of following” (ex. 12), “the up-and-down-and-straight on it” (ex. 23). Particulièrement révélatrices sont les traductions de cet extrait : “in the way of not doing what’s right...”. À côté des constructions très élégantes de Derosne “je crains toujours d’être dans la mauvaise voie et de ne pas faire tout ce qu’il faut pour rendre une femme heureuse”, et de Leyris, “j’ai horriblement peur de ne pas traiter ma femme comme il faut”, Monod écrit : “sous le rapport de pas traiter une femme convenablement”, préservant l’allure laborieuse des raisonnements et des explications de Joe. On remarquera aussi, dans les exemples 8, 11 et 27, l’effet stylistique des tournures avec “rapport”.

32e) L’hypercorrection qui se manifeste dans les prépositions se trouve également dans le temps surcomposé : “It were my intentions to have had put...” (ex. 11), “to have had it cut over him” (ex. 12), dans la lenteur de l’argumentation avec : “Why on the sly ?” ou “as I may say” (ex. 18), ou encore dans un barbarisme comme “obligated” (ex. 8). Un rapide retour au domaine lexical permet de constater les mêmes phénomènes d’hypercorrection dans les exemples 21 : “candour compels fur to admit” et 23 : “I hope you’ll overlook shortcomings”. Par cette recherche maladroite d’élégance verbale, Joe exprime la solennité de ses sentiments, de même que dans les moments solennels il met son costume du dimanche, ce carcan que Dickens nous décrit plusieurs fois de façon désopilante. Autre exemple de “la langue du dimanche”, la culture populaire telle qu’elle apparaît dans l’épitaphe que Joe confectionne rétrospectivement pour son père : “Whatsume’er the failings on his part, Remember reader he were that good in his hart” (ex. 11). Ces traits significatifs ne sont pas préservés dans toutes les traductions.

33Je terminerai ce survol des marques stylistiques dans les énoncés de Joe avec une pointe d’ironie. Si les conceptions esthétiques de Joe sont contestables, celles que trahissent certaines traductions ne le sont pas moins. Il arrive, dans certains cas où une traduction littérale aurait été parfaitement juste, que le traducteur prétende corriger ou normaliser le texte source. On constate dans l’exemple 7 que Derosne rétablit la rigueur logique : “la vigueur qu’il aurait dû mettre à frapper...” ; alors que, traduite littéralement par Monod, la réflexion de Joe reste à la fois plausible et amusante. Dans l’exemple 8, l’ironie de la forme négative qui traduit “drawback” chez Derosne et Leyris fait disparaître le ton sérieux et naïf de Joe et détruit l’effet humoristique voulu par Dickens et préservé par la traduction de Monod. Que dire du non-sens qui met dans la bouche de notre brave analphabète (ex. 12) une précision technique à laquelle Dickens n’aurait jamais pensé, lorsque Derosne traduit : “Cut it how you will, small or large”, par : “Qu’on la grave en creux ou en relief, en ronde ou en gothique” ! On a ici un exemple caricatural de l’attitude esthétisante stigmatisée par Antoine Berman.

34Qu’est-ce qui pousse un traducteur à commettre ces petites trahisons ? Peut-être convient-il de s’interroger, dans une perspective plus vaste, sur la façon dont un nouvel horizon de traduction permet une version non seulement plus conforme aux perceptions d’un public nouveau mais plus conforme au texte original.

Un nouvel horizon de traduction

35Par rapport à Derosne, le traducteur moderne rencontre moins de difficultés dans la compréhension même de l’œuvre. D’une part, le monde actuel offrant plus de possibilités pour l’apprentissage des langues, le traducteur possède généralement mieux la langue qu’il traduit. Derosne n’avait peut-être pas une connaissance assez précise de l’anglais pour comprendre certaines nuances de la conversation, avec des expressions idiomatiques comme “Mind you, Pip”, et à plus forte raison la façon de parler des classes inférieures de la société, dont les habitudes linguistiques n’apparaissaient sans doute pas dans les manuels d’enseignement. De plus, le traducteur moderne bénéficie de la somme de recherche littéraire effectuée depuis plus d’un siècle sur un auteur de l’envergure de Dickens. Mais je voudrais analyser d’autres facteurs qui expliquent la nécessité, et aussi la qualité, des retraductions de Dickens.

L’évolution de la langue

  • 11 Voir Meillet, 1975, p. 150.

36Elle se fait nécessairement sentir dans les traductions. Le changement le plus frappant concerne le passé simple. Le passé simple, appelé aussi “passé défini” a disparu de la langue orale spontanée. Meillet écrivait, dans Linguistique historique et linguistique générale : “Dans le français courant de Paris et dans un vaste rayon autour de Paris, le prétérit simple, dit passé défini [...] est entièrement sorti de l’usage”11. La Grammaire du français classique et moderne de Wagner et Pinchon oppose dans l’usage classique le passé indéfini, qui rapporte des faits dont les conséquences sont encore actuelles, et ce passé défini, qui s’applique à des faits enfouis dans le passé :

  • 12 Voir Wagner et Pinchon, 2000, p. 342

La substitution était en train de s’accomplir dès le plus ancien français. Les deux formes ont coexisté longtemps. À l’époque classique, il est vraisemblable que le passé défini était encore assez vivant dans la langue parlée. Dans le Roman Bourgeois, Furetière fait dire à Javotte, une jeune fille qui quêtait à l’église : “Hélas ! Monsieur, vous m’excuserez ; je viens de la compter [ma quête] avec le père sacristain : je n’ai fait que 64 livres 5 sous ; mademoiselle Henriette fit bien dernièrement 90 livres ; il est vrai qu’elle quêta tout le long des prières de 40 heures.” Mais le passé indéfini devait assez vite l’emporter. C’est lui qu’on rencontre dans les conversations que Saint-Simon rapporte au style direct au cours de ses Mémoires12.

37La Grammaire d’aujourd’hui d’Arrivé, Gadet et Galmiche indique :

  • 13 Voir Arrivé, Gadet, et Galmiche, 1999, p. 481.

Cette concurrence des deux passés n’est pas récente. Dès le xviie siècle, on essaya de la régler par la fameuse loi des 24 heures qui affectait le passé composé aux événements récents, le passé simple aux événements éloignés, la frontière étant constituée par la dernière nuit écoulée avant l’acte d’énonciation. Tout étrange qu’elle paraît, cette règle n’en fut pas moins observée avec scrupule par la plupart des écrivains du xviie siècle [... ] elle fut remplacée au xviiie siècle par la règle de la “période entièrement écoulée”. Malgré la naïveté et l’arbitraire de la première, ces deux règles n’en témoignent pas moins de la saisie approximative, par leurs énonciateurs, de l’opposition entre l’histoire, coupée de l’instance de son énonciation, et le discours, qui la manifeste13.

38La règle de distribution de ces deux temps se vérifie dans le récit des aventures de Valère et d’Anselme à l’acte V de l’Avare et dans le récit du naufrage fait par Pierrot à l’acte II de Dom Juan (Pour les œuvres françaises citées, voir Fascicule des textes de référence, partie B) : le premier, au passé simple, relate des événements anciens, le second, au passé composé, un événement tout récent. Si l’on examine attentivement l’extrait de Jacques le fataliste et celui de La Peau de chagrin, on voit facilement que les faits narrés au passé simple constituent un récit repéré dans le passé, et que ceux narrés au passé composé sont plus récents ou localisés de façon plus vague, ou plus directement liés à la situation présente. L’utilisation des deux temps par Derosne dans l’exemple 12 des Grandes Espérances est parfaitement conforme à l’usage classique, celui qui prévalait encore à l’époque de La Peau de chagrin, roman publié en 1831. En revanche, la conversation qui figure dans l’extrait de La Parure de Maupassant, nouvelle publiée en 1884, comporte un embryon de récit, ou tout au moins une série d’allusions faites à un épisode ancien, où seul le passé composé est utilisé. L’évolution de la langue est manifeste, le passé simple se faisant plus rare dans les romans du xxe siècle. L’emploi des temps tel qu’il était en usage à l’époque de Derosne fait donc à présent obstacle à la lecture.

Le statut du parler populaire dans la littérature

  • 14 Voir Sand, 1962, pp. 10-11.
  • 15 Voir Sand, 1962, p. 190

39Ce statut différent peut-il expliquer le vieillissement de la traduction de Derosne ? Pourtant, les traits sociolectaux sont loin d’être absents de la littérature classique. Dès le xviie siècle, le parler bas, la langue poissarde, revêtus aux yeux d’un Français éduqué d’une sorte de charme exotique, avaient déjà fait l’objet de nombreuses études savantes. Cette langue était donc connue depuis longtemps à l’époque de Derosne. Le parler populaire figure dans de nombreuses œuvres littéraires à des fins burlesques, le Pierrot du Dom Juan de Molière n’étant qu’un exemple parmi bien d’autres. Pour d’autres écrivains, le parler paysan est un élément de poésie. Ainsi George Sand, peu avant la publication de Great Expectations, veut créer dans ses romans une poésie rustique et recherche le pittoresque, tout en préservant l’intelligibilité. La présentation de La Mare au Diable indique que le Comte Jaubert (auteur du futur Glossaire du Centre de la France) avait publié en 1842 le Vocabulaire du Berry par un amateur de vieux langage, qu’il avait envoyé à George Sand14. La présentation de François le Champi par P. Salomon et J. Mallion décrit l’utilisation que George Sand fait du patois berrichon, dont elle avait constitué un lexique15. Comme Walter Scott, elle veut montrer la noblesse du dialecte. Quant au parler populaire pris comme élément de description réaliste, on le trouve déjà chez Balzac, par exemple dans le personnage de Nanon (Eugénie Grandet, 1833) où il rehausse la noblesse d’âme de cette “servante au grand cœur”. Victor Hugo, à l’époque de Derosne, a déjà “mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire”. Dans Les Misérables, Roman pensif, Myriam Roman et Marie-Christine Bellosta montrent comment la justesse psychologique des personnages de Hugo, leur vérité, repose sur leur parole :

  • 16 Voir Roman et Bellosta, 1995, p. 49.

Le sentiment de véracité est en partie dû à l’emploi de l’argot ou du français oral populaire : la langue parlée par chacun rend son appartenance sociale et idéologique immédiatement sensible, et elle confère aux personnages du peuple une sorte de caractère authentique16.

40Et elles prennent pour exemple Fauchelevent parlant à Jean Valjean ou Fantine suppliant Javert de ne pas la jeter en prison. Roman et Bellosta font observer que chez Hugo le vocabulaire familier se trouve parfois dans des phrases prises en charge par le narrateur lui-même. Cependant elles précisent :

  • 17 Op. cit., p. 52

Un lecteur de la fin du xxe siècle y est sans doute peu sensible, mais le mépris exprimé par Flaubert nous renseigne sur ce que pouvait être la réaction d’un lecteur bourgeois au xixe siècle : “Quant au style, il me semble intentionnellement incorrect et bas. C’est une façon de flatter le populaire”17.

  • 18 Voir Ricatte, 1962

41On trouvera d’ailleurs très peu de traits du parler paysan dans Madame Bovary (1857). Quand Flaubert s’intéresse à l’oralité, c’est essentiellement pour dépeindre dans les dialogues la stupidité bourgeoise. On voit donc que la présence du “style bas” dans la littérature du xixe siècle est loin de faire l’unanimité. Au demeurant, il n’est pas sans intérêt qu’un article de Robert Ricatte, “Style parlé et psychologie dans Les Misérables”, ait été publié dans un ouvrage intitulé Centenaire des Misérables en 1962, donc à peu près à l’époque des deux retraductions de Great Expectations18.

42Jacques Chaurand, dans son Introduction à la dialectologie française, écrit à propos des dialectes en littérature :

  • 19 Voir Chaurand, 1972, p. 266

Depuis la première moitié du dix-neuvième siècle, le recours au patois est devenu l’un des traits d’une littérature qui, soucieuse d’être un miroir de la vie et du monde, ne pouvait s’en tenir au niveau de langage d’une seule couche sociale19.

  • 20 Voir Butler, 1962, p. 53.
  • 21 Voir Butler, 1962, p. 183

43Et Chaurand cite l’étude d’Anthony G. Butler : Les Parlers dialectaux et populaires dans l’œuvre de Guy de Maupassant. Cette étude jette un éclairage intéressant sur la différence d’approche entre Maupassant et Zola. Le parler des paysans de Maupassant, tel qu’il est analysé par Butler, se présente comme riche et nuancé, avec beaucoup de détails mais sans tomber dans une exactitude trop rigoureuse. On y trouve des caractéristiques très semblables à celles du parler de Joe. Butler fait remarquer que Maupassant, à la différence de George Sand, ne veut pas faire du patois un langage littéraire. S’il le compare à Zola, c’est que la langue des personnages de Maupassant est hybride, c’est-à-dire que s’y côtoient des expressions paysannes et des expressions populaires : “à l’époque où écrivait notre auteur, le vocabulaire des paysans était déjà considérablement battu en brèche par le langage du peuple de Paris”20. À propos de Zola, Butler cite un article de M. Cressot intitulé “La langue de L’Assommoir”, selon lequel Zola s’était aperçu que “si l’on voulait faire vivant, bien adhérer au milieu et au sujet, c’est tout un, il ne s’agissait pas de plaquer les ‘citations savoureuses’ ; que cette âme du peuple devait se manifester sans discontinuité, autrement dit que le livre devait être totalement pensé dans la langue du peuple”21. Une écriture comme celle de Maupassant ou de Zola (L’Assommoir fut publié en 1877, “Le Vieux” fut publié en 1884, dans Le Gaulois) a dû avoir, peu après l’époque où Derosne a traduit Great Expectations, une influence profonde sur la place du parler populaire dans la littérature. On pense à Céline, à Queneau et à tant d’autres écrivains qui ont introduit la transgression linguistique comme moyen expressif.

  • 22 Voir Bourdieu, 1997. A propos des “conditions sociales d’acceptabilité”, p. 22, Bourdieu observe : (...)

44Sans entrer dans les détails d’un siècle d’histoire littéraire, on peut donc estimer qu’au fil des œuvres nouvelles, s’est produite une maturation par laquelle l’écrivain s’est libéré peu à peu de la “censure de la langue dominante” (pour reprendre une notion de Bourdieu)22 et par laquelle la transgression de la norme linguistique, en particulier de la norme grammaticale, qu’introduit dans l’écriture la présence du discours oral, a conquis une légitimité. Les déviances, même grammaticales, sont souvent prises en charge dans le discours de l’auteur lui-même à des fins d’expressivité et non plus simplement de caricature. L’acceptation par la langue littéraire de ces déviances rend plus facile de nos jours ce qui n’était que possible à l’époque de Balzac : l’auteur moderne peut mettre dans la bouche d’un personnage des énoncés déviants sans dévaloriser pour autant ce personnage. Plus encore qu’une place plus grande faite à la langue populaire dans la littérature, ce sont peut-être les controverses et les réflexions sur son statut qui ont permis aux textes traduits de l’accueillir comme un élément à part entière de l’œuvre littéraire.

Diversité des approches traductologiques

45Elle s’ajoute à l’évolution de la langue et de la littérature pour constituer les facteurs qui ont pu rendre possibles, à quelques années d’intervalle, les deux versions superbes et totalement opposées que sont la traduction de Monod et celle de Leyris. Mais il faut d’abord tenter d’expliquer pourquoi, si l’utilisation du parler populaire était possible, même marginalement, dans les romans de Balzac, donc bien avant Great Expectations, Derosne l’a envisagée si timidement. Nous avons vu que la place de l’oralité était encore trop contestée dans la pratique littéraire pour qu’il puisse l’intégrer sans hésiter dans les dialogues des Grandes Espérances. On peut se demander, avec Christine Pagnoulle, si des contraintes éditoriales ont pu influencer les choix de Derosne, et si son projet n’était pas d’offrir au public français un livre pour la jeunesse comme pouvait l’être David Copperfield. Je n’ai pas fait de recherches à ce sujet, mais cela pourrait expliquer la forte tendance à la normalisation des dialogues que nous avons constatée. Je pense, plus généralement, que les idées reçues quant au respect des normes pèsent fortement sur le traducteur. C’est ce que mettent en lumière les articles de Jean-Claude Chevalier et de Marie-France Delport dans L’Horlogerie de Saint Jérôme. Dans son article “Traduction et littéralité : de la subjectivité dans les traductions de Madame Bovary”, Marie-France Delport écrit :

  • 23 Voir Chevalier et Delport, 1995, p. 74.

L’observation des traductions produites en diverses langues, leur confrontation avec les textes originaux, de provenance linguistique variée, amènent à constater que les traducteurs, quels qu’ils soient, à quelque système linguistique qu’ils aient affaire, opèrent des transformations que le système linguistique n’impose pas, créent entre le texte source et le texte cible des écarts non nécessaires, et que ces écarts, ces transformations correspondent à quelques types, quelques mécanismes assez aisément répertoriables. Ces mécanismes récurrents, qui se répètent de traduction en traduction, par-delà les différences des œuvres, des langues et des individus, constituent ce qu’on a, ailleurs, choisi d’appeler des “figures de traduction”. [... ] souvent, le traducteur qui les met en œuvre débouche sur une expression plus conforme à l’usage habituel de la langue d’arrivée que le tour originellement retenu par l’auteur ne l’était par rapport à l’usage habituel de sa propre langue. [... ] Cette manière usuelle, naturelle, traditionnelle, de dire telle ou telle expérience, cette façon d’aller tout droit aux choses, on peut la nommer orthonymie23.

  • 24 “Traduction et orthonymie”, op. cit., p. 108.
  • 25 Voir Leyris, op. cit.

46Ce mécanisme jette un éclairage intéressant sur les inexplicables infidélités au texte de Dickens constatées dans la traduction de Derosne. Il y a là sans doute cette peur de l’étrangeté diagnostiquée par Antoine Berman. “Traduire littéralement, poursuit Marie-Fance Delport, c’est s’attacher à restituer les spécificités d’un texte.” Mais le traducteur est souvent pris, comme l’écrit dans un autre article Jean-Claude Chevalier, “dans les serres de la doxa”24. Est-ce à dire que si Monod a osé les incongruités verbales de Joe pour nous offrir un parler haut en couleur, c’est qu’il a su se dégager de “l’orthonymie” et que Leyris ne l’a pas fait ? Sans doute peut-on estimer que même si l’évolution de la langue et de la littérature française a rendu possibles des transgressions linguistiques qui pouvaient paraître impensables il y a un siècle, ces transgressions ne sont pas pour autant devenues nécessaires. Et la vision de Great Expectations que nous propose Leyris, vision toute en sobriété et en demi-teintes, mais qui n’exclut pas l’intensité émotionnelle, est en accord avec ce qu’il suggère dans “Pourquoi retraduire Shakespeare” sur la nécessité d’un langage “comme suspendu entre les temps, mais qui se mourrait de n’être qu’intemporel25”.

47Cet équilibre presque inaccessible qui était peut-être le but de Leyris dans De Grandes espérances participe de la “lecture plurielle” prônée par Irina Mavrodin aux assises d’Arles 1990, lors de la table ronde sur le thème “Retraduire Dickens” :

  • 26 Voir Atlas, 1990, p. 77

On peut concevoir la traduction comme une série ouverte de traductions successives, et aussi synchroniques, simultanées. [... ] Ce n’est pas toujours parce qu’une traduction existante est mauvaise ou désuète qu’on désire retraduire : ce peut être tout simplement parce que, en tant que traducteur, on interprète autrement le texte, comme un metteur en scène propose un nouveau spectacle, un exécutant musical une nouvelle interprétation d’un morceau26.

48On pense à la version cinématographique d’Alfonso Cuaron, qui situe l’histoire de Great Expectations dans la Floride contemporaine, un univers bien différent du film de David Lean, et surtout aux analyses d’Antoine Berman sur le potentiel traductif d’une œuvre. Pierre Leyris ne dit pas autre chose lorsqu’il présente le travail des différents traducteurs de Shakespeare comme :

  • 27 Voir Leyris, op. cit.

[... ] une succession de manières se jouant à la surface d’une même fidélité. Que le lecteur n’en soit pas troublé, poursuit-il. Elles sont complémentaires à plus d’un titre et restituent non seulement une totalité d’ouvrages, mais une totalité d’aspects qu’un seul artisan n’eût pas su montrer. En outre, ce qu’elles ont de relatif s’en trouve mieux avoué, et l’image qu’elles reflètent s’offre plus complète et plus autonome d’être captée en plusieurs miroirs...”27.

49Cette diversité de visions que justifient les pièces de Shakespeare s’applique également, me semble-t-il, à Great Expectations, car le foisonnement des dialogues de Dickens n’a d’égal que celui des ressources expressives du parler populaire, en français comme en anglais. Aussi, pour rendre compte d’un roman où se tissent des relations humaines si complexes, et où se croisent des regards si différents, ne faut-il pas une multiplicité de traductions ?

Haut de page

Bibliographie

Le roman et ses traductions

Dickens, Charles, Great Expectations, Leipzig, Tauchnitz, 1861.

Derosne, Charles-Bernard, Les Grandes espérances, Paris, Hachette, 1869.

Leyris, Pierre, De Grandes espérances, Paris, Gallimard, coll. Pléiade, 1954.

Monod, Sylvère, Les Grandes espérances, Paris, Classiques Garnier, 1959.

— Paris, Gallimard, coll. Folio Classiques, 1999.

Gattegno, Jean, Les Grandes espérances, Paris, Robert Laffont, 1994.

Naugrette, Jean-Pierre, De Grandes espérances, Paris, Librairie générale française, 1998.

Ouvrages théoriques

Atlas, Deuxièmes Assises de la traduction littéraire, Arles, Actes Sud, 1985.

Septièmes Assises de la traduction littéraire, Arles, Actes Sud, 19

Arrivé, Michel, Gadet, Françoise, Galmiche, Michel, Grammaire d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1999.

Bauche, Henri, Le Langage populaire, Paris, Payot, 1946.

Berman, Antoine, L’Epreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984.

Pour une critique des traductions : John Donne, 1995.

La Traduction et la lettre ou l’Auberge du lointain, Paris, Seuil, 1999.

Bourdieu, Pierre, “L’économie des échanges linguistiques”, Linguistique et sociolinguistique, Langue française n° 34, Paris, Larousse, mai 1977, pp. 17-34

Butler, Anthony G., Les Parlers dialectaux et populaires dans l’œuvre de Guy de Maupassant, Paris, Minard, 1962.

Chaurand, Jacques, Introduction à la dialectologie française, Paris, Bordas, 1972.

Chevalier, Jean-Claude, Delport, Marie-France, L’Horlogerie de Saint Jérôme, L’Harmattan, 1995.

Engel, Monroe, The Maturity of Dickens, Cambridge, (Massachusetts), Harvard University Press, 1959.

Frei, Henri, La Grammaire des fautes [1929], Genève-Paris, Slatkine Reprints, 1993, Ie édition 1929.

Gadet, Françoise, Le Français ordinaire, Paris, Armand Colin, 1989.

— “Le parler coulé dans l’écrit : le traitement du détachement par le grammairien du xxe siècle”, Langue française 89, Paris, Larousse, février 1991.

Genette, Gérard, Figures III, Paris, Seuil, 1996.

Genette, Gérard, Nouveau discours du récit, Paris, Seuil, 1983.

Genette, Gérard, “Frontières du récit”, Communications n° 8,1966.

Hunt, John Dixon ed., Encounters, Essays on Literature and the Visual Arts, Londres, Studio Vista, 1971.

Lambert, Mark, Dickens and the Suspended Quotation, Newhaven, Yale University Press, 1981.

Lane-Mercier, Gillian, La Parole romanesque, P.U. Ottawa, Paris, Klincksieck, 1989.

Leyris, Pierre, “Pourquoi retraduire Shakespeare?”, Œuvres complètes de William Shakespeare, Paris, Club français du livre, 1954.

Meillet, Antoine, Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1975.

Monod, Sylvère, “Great Expectations: a Hundred Years After”, The Dickensian 56, 1960.

Page, Norman, Speech in the English Novel, Londres, Longman, 1973.

Quirk, Randolph, The Linguist and the English Language, Londres, Arnold, 1974

Ricatte, Robert, “Style parlé et psychologie dans Les Misérables” in Le Centenaire des “Misérables”, 1862-1962. Hommage à Victor Hugo, Actes du colloque organisé du 10 au 17 décembre 1961 par la Faculté des Lettres de Strasbourg, Strasbourg, 1962.

Roman, Myriam, Bellosta, Marie-Christine, Les Misérables, roman pensif Paris, Belin Sup, 1995.

Wagner, Robert Léon, Pinchon, Jacqueline, Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette, 2000.

Œuvres romanesques françaises

Balzac, Honoré de, La Peau de chagrin [1831], Paris, Omnibus, 1999.

Eugénie Grandet [1833], Paris, Flammarion, 2000.

Diderot, Denis, Jacques le fataliste [1773], Paris, Garnier, 1962.

Maupassant, Guy de, « La Parure » [1884], Paris, Classiques Larousse, 1974.

— « Le Vieux » [1884], Paris, Classiques Larousse, 1974.

Molière, L’Avare [1669], Paris, Gallimard, 1971.

Dom Juan [1682], Paris, Gallimard, 1971.

Sand, George, François le Champi [1847], Paris, Classiques Garnier, 1962.

La Mare au Diable [1850], Paris, Classiques Garnier, 1962.

Zola, Emile, L’Assommoir [1877], Paris, Fasquelle, 1960.

Haut de page

Notes

1 Voir Leyris, Introduction, 1954.

2 Voir Lane-Mercier, 1989, p. 39

3 Voir Lane-Mercier, 1989, p. 167.

4 Voir Hunt, 1971, p. 129.

5 Voir Gadet, 1989, p. 170

6 Voir Gadet, 1991, p. 120.

7 Voir Gadet, 1989, p. 161.

8 Voir Frei, 1993, p. 154.

9 Voir Bauche, 1946, p. 124.

10 Voir Frei, 1993, p. 185

11 Voir Meillet, 1975, p. 150.

12 Voir Wagner et Pinchon, 2000, p. 342

13 Voir Arrivé, Gadet, et Galmiche, 1999, p. 481.

14 Voir Sand, 1962, pp. 10-11.

15 Voir Sand, 1962, p. 190

16 Voir Roman et Bellosta, 1995, p. 49.

17 Op. cit., p. 52

18 Voir Ricatte, 1962

19 Voir Chaurand, 1972, p. 266

20 Voir Butler, 1962, p. 53.

21 Voir Butler, 1962, p. 183

22 Voir Bourdieu, 1997. A propos des “conditions sociales d’acceptabilité”, p. 22, Bourdieu observe : “Le discours est un bien symbolique qui peut recevoir des valeurs très différentes selon le marché où il est placé. [... ] L’intégration dans une même ‘communauté linguistique’ (dotée des instruments de coercition nécessaires pour imposer la reconnaissance universelle de la langue dominante : école, grammairiens, etc.), de groupes hiérarchisés, animés par des intérêts différents, est la condition de l’instauration de rapports de domination linguistique.”

23 Voir Chevalier et Delport, 1995, p. 74.

24 “Traduction et orthonymie”, op. cit., p. 108.

25 Voir Leyris, op. cit.

26 Voir Atlas, 1990, p. 77

27 Voir Leyris, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvine Muller, « Le destin de l’oralité dickensienne dans les retraductions de Great Expectations », Palimpsestes, 15 | 2004, 69-92.

Référence électronique

Sylvine Muller, « Le destin de l’oralité dickensienne dans les retraductions de Great Expectations », Palimpsestes [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1571 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1571

Haut de page

Auteur

Sylvine Muller

Sylvine Muller est maître de conférences à l’université Nancy II où elle enseigne la langue orale et la traduction. Ses recherches portent sur la linguistique contrastive, sur les fonctions syntaxique et expressive de l’intonation, et sur la relation entre discours oral et discours écrit. Parmi ses publications figurent les articles “Langue familière, parler populaire, particularisme régional dans Saturday Night and Sunday Morning d’Alan Sillitoe et sa traduction française” (Palimpsestes 10, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996) ; “Traduire la syntaxe télégraphique dans les dialogues de romans anglais” dans le recueil Oralité et Traduction (Presses de l’Université d’Artois, collection “Traductologie”).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org