Navigation – Plan du site

Publier Jack London aujourd’hui Retraduire ? Réviser les traductions ? Le point de vue du directeur de collection

Noël Mauberret
p. 121-128

Résumés

Traduire, retraduire ou réviser une traduction, ces trois étapes de l’affrontement avec un texte “étranger” sont au cœur de la réflexion du directeur de collection. S’agissant de Jack London et de la publication de son œuvre dans une édition claire, fiable et révisée (Phébus-Libretto), le problème s’est posé de la révision des traductions de Louis Postif. Celles-ci datant de l’entre-deux-guerres, il a fallu corriger tout ce qui, en sus des erreurs, était daté, anachronique ou trop connoté. Il a aussi fallu se poser la question des limites d’une révision, certaines œuvres appelant une retraduction. Dès lors, c’est toute la question du sens, de la dénotation et des connotations, qui est en jeu, question récurrente qui hante le traducteur, ce “traître” indispensable, éternel voyageur des “auberges du lointain”.

Haut de page

Texte intégral

1Le directeur de collection est souvent admiratif et même un peu jaloux devant le traducteur, voyant que celui-ci peut, dès que la décision de traduire a été prise, s’immerger dans le texte, tandis que lui a toujours l’impression de rester à la surface de l’œuvre, de n’en recueillir que l’écume. Le directeur de collection, en effet, doit faire composer une couverture, trouver des photos, s’occuper du problème des droits, penser à une préface et chercher le préfacier “idéal”, définir et retrouver le texte original, celui que l’auteur voulait voir publier. Il a également l’impression d’être devant le traducteur un Candide, avec la peur de suivre un Pangloss, ou du moins de ne pas trouver un lectorat. Certes, il dirige, mais c’est souvent à la manière du maître de Jacques peint par Diderot.

2Le directeur des éditions Phébus, Jean-Pierre Sicre, ayant décidé de republier la quasi-totalité de l’œuvre de Jack London, nous nous sommes demandé comment les lecteurs voyaient London en 2000. Puis nous avons tâché de faire un état des lieux des traductions. Enfin, nous avons décidé que certains ouvrages pouvaient être publiés dans une traduction revue, corrigée et complétée, tandis que d’autres devraient être retraduits.

3Le directeur de collection se trouve dès lors dans une position ambivalente, entre le bonheur de voir que le moment favorable (kairos) pour une nouvelle collection semble venu, tandis que des contraintes multiples sont là. Il s’agissait en effet de publier l’essentiel de l’œuvre de London dans une collection de poche solide, pouvant résister au temps, à un prix très raisonnable et à un rythme soutenu afin que le lecteur ait une impression de continuité. D’où des contraintes financières et des contraintes de temps. Quand le directeur de collection voudrait avoir tout son temps, il constate que tout va au contraire très vite, surtout à l’époque d’internet.

  • 1 On peut encore trouver cette collection, reprise presque intégralement et sans modifications dans (...)

4La précédente édition de l’œuvre de London comprenait cinquante volumes, il s’agissait de l’édition Lacassin, datant des années 19701. Francis Lacassin avait alors utilisé sans les modifier les traductions de Louis Postif et Paul Gruyer qui avaient été faites entre 1918 et les années 1940. Ces traductions, parfois reprises par François Postif étaient dues à la volonté de Pierre Mac Orlan, grand admirateur de London. Avec l’accord de la famille Postif, il fut décidé de réviser certaines de ces traductions selon des critères précis, tandis que certaines œuvres seraient retraduites.

  • 2 Antoine Berman, La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris, Editions du Seuil, 199 (...)
  • 3 En français : Jack London, “Nam-bok le hâbleur”, in Les Enfants du froid, Paris, Phébus-Libretto, (...)

5La retraduction n’a pas, on le sait, le souci d’acclimater l’œuvre. “[Elle] a lieu pour l’original et contre ses traductions existantes. Et l’on peut observer que c’est dans cet espace qu’en général la traduction a produit ses chefs-d’œuvre2,” dit Berman. Celui qui veut réviser une traduction existante se trouve quant à lui, comme le premier traducteur, dans la situation du héros de Jack London, Nam Bok. Dans son recueil Children of the Frost, Jack London essaie de se placer “du point de vue des Indiens” et l’une de ses nouvelles, “Nam Bok the Unveracious3”, nous montre un personnage plongé dans les affres de la traduction, puisque l’on ne saurait parler de traduction que par métaphores, comme le constate Berman.

6Nam Bok vit dans le Grand Nord, dans une tribu totalement isolée et il disparaît un jour sur la mer dans son kayak en chassant le phoque. Sa tribu le croit perdu, mais il reparaît deux ans plus tard et veut raconter ce qu’il a vu, vécu et découvert dans un “autre univers”. Il veut aussi traduire les mots qu’il a appris dans cet autre monde. Mais ces mots n’ont pas leur équivalent dans sa langue.

7Alors il raconte qu’il a été recueilli dans un immense canoë pouvant naviguer contre le vent, que le chef de cette embarcation faisait descendre tous les jours le soleil dans une boîte et qu’il est ainsi arrivé dans un pays sans neige. Là, ayant vu des igloos de pierre gigantesques pouvant contenir plusieurs tribus, il a un jour chevauché un monstre de fer nourri avec des pierres et de l’eau et crachant du feu. Nam Bok n’est pas cru par ses compatriotes, même quand il essaie de faire des travaux pratiques en imitant une voile de navire avec le châle qu’il a rapporté à sa mère. Son “auberge du lointain” ne pouvant être que l’hôtel des démons, il est finalement rejeté à la mer, vers les ténèbres extérieures, là où les fantômes qu’il a rencontrés ne peuvent apporter que pleurs et grincements de dents, et sa mère refuse de l’y accompagner.

  • 4 En français : Jack London, “Le silence blanc”, in Le Fils du loup, Paris, Phébus-Libretto, 2000, p (...)

8L’ironie amusée de London face à ce “martyr de la traduction” se retrouve dans une autre nouvelle du recueil The Son of the Wolf, “The White Silence4”, quand Mason, un Blanc marié à une Indienne, essaie de lui décrire son univers, l’“outside”, à elle qui n’a jamais quitté le Nord, qualifié d’“inside”. Il échoue, lui aussi, comme Nam-bok, sauf quand il lui parle du thé, qui est un référent commun. Mais quand il veut parler du téléphone ou des ascenseurs il devient burlesque et ridicule dans sa tentative.

9La chaîne de l’ironie mise en place par London paraît contagieuse et semble se poursuivre puisque Louis Postif traduit, dans l’entre-deux guerres, canoës et pagaies par pirogues et rames, comme si London, pour être compris, devait avoir un écho dans nos campagnes ou nos colonies africaines. Il faut dire que l’univers des Indiens du Nord-ouest et des Inuit était alors mal connu, tandis que nous avons les travaux de Lévy, Boas, Malaurie, Lévi-Strauss, Mauss et Bataille.

  • 5 Jack London, The Game, Macmillan, New York, 1905. Version française : Le Jeu du ring, dans la coll (...)

10Louis Postif devait également tenir compte de son public jeune, puisque London était publié dans des éditions comme la “Bibliothèque verte”. D’où son refus volontaire de traduire précisément l’argot ou certaines phrases que l’auteur voulait incorrectes sur le plan grammatical, lexical ou syntaxique. On se souvient du scandale provoqué par Céline. Et quand Louis Postif fait dire par une jeune ouvrière à son fiancé qui travaille à l’usine et boxe à l’occasion : “L’argent, je n’en ai cure. Et je ne comprends pas, je le répète, votre passion pour le jeu du ring5”, on peut sourire. Mais comme tout le livre adopte cette tonalité polie et anachronique, la retraduction s’impose.

11Cependant, beaucoup de traductions de Postif ont une vraie valeur et une tonalité juste. Louis Postif, orphelin, expatrié en Angleterre et en Espagne, obligé de faire des “petits boulots” pour vivre, autodidacte ayant la chance de rencontrer Pierre Mac Orlan, sait rendre 1 univers de London, les ambiances, les rythmes. Il est devenu le double de London et est entré dans l’œuvre comme on entre en religion.

12Notre objectif fut donc de lui rester fidèle sur ce plan-là, tout en corrigeant la ponctuation, les termes techniques, les références aux mesures, les erreurs éventuelles et tout ce qui portait la marque de l’entre-deux guerres. D’autre part, la traduction de certains ouvrages ayant été ébauchée par Louis Postif, son fils François a terminé le travail de manière approximative, ce qui constitue un problème supplémentaire. Par exemple, en exergue du chapitre 12 de son livre-témoignage The People of the Abyss, London a placé une citation de Swinburne qui commence par les vers :

  • 6 Jack London, The People of the Abyss, Macmillan, New York, 1903.

O thou that sea-walls sever
From lands unwalled by seas !
Wilt thou endure forever,
O Milton’s England, These6 ?

13François Postif avait donné la traduction suivante :

  • 7 Jack London, Le Peuple de l’abîme, “Bouquins”, Robert Laffont, vol. 4, Paris, 1997.

O toi pourfendeur des mers
Qui viens des terres sans rivages
Vas-tu supporter plus longtemps
Ce qui se passe dans L’Angleterre de Milton7 ?

14Il nous a fallu ici corriger la traduction et surtout rétablir l’essentiel, à savoir que c’est à l’Angleterre de Milton, ici personnifiée, que le poète s’adresse avec véhémence. Nous avons donc rectifié ainsi :

  • 8 Jack London, Le Peuple d’en bas, Phébus-Libretto, Paris, 1999, p 121.

O toi que des murs de mer séparent
Des terres que les mers ne murent pas
Te faudra-t-il les supporter à jamais
O toi Angleterre de Milton8 ?

15Seule la suite du poème explique d’ailleurs qui sont ces êtres insupportables. Le comble est atteint dans ce même ouvrage lorsque London cite en français le mot “la misère”, faisant ainsi référence à Hugo et au roman Les Misérables. F. Postif, supprimant le terme hugolien, “traduit” ce mot par un autre : “l’indigence”, qui atténue le sens de la phrase et ne contient plus aucune référence implicite !

  • 9 Op. cit. cf. note 3 p. 1.

16Pour évoquer plus précisément le problème d’une traduction datée, ethnocentrique et hypertextuelle, considérons l’exemple d’une nouvelle traduite en 1920 par S. Joubert, pour la collection de Pierre Mac Orlan. Joubert n’a pas le talent de Louis Postif ! Dans ce récit, “The White Silence9”, London met en scène un homme blanc, Mason, marié à une Indienne Ruth et accompagné par un métis, Malemute Kid. L’auteur a donné au Blanc un nom, à l’Indienne un prénom et au métis un surnom. Mais celui qui commande et qui est fier de ses origines va mourir, il ne maîtrise pas le monde du Nord, pas plus qu’il n’en connaît la langue. Ne parvenant pas à traduire pour sa femme le “outside”, il ne parviendra pas non plus à l’y emmener et c’est Malemute Kid qui le fera, lui le métis qui parle les deux langues.

  • 10 Louis-Ferdinand Céline, “Rabelais, il a raté son coup”, in Cahiers de l’Herne, Paris, 1972, p. 44.

17London, on le voit, joue très ironiquement avec le mythe d’Orphée mais le traducteur ne l’a pas compris, il fait de Ruth une femme quelque peu primaire, et l’on sent sa condescendance quand il parle de son “jargon”. Pourtant, paradoxalement, alors qu’il dit que ces deux personnages parlent un jargon afin de se comprendre, nous les entendons s’exprimer dans un registre soutenu, en “bon” français. Là où London a voulu faire passer “l’émotion du langage parlé dans l’écrit10”, pour reprendre les termes de Céline, Joubert revient à la norme édictée par le classicisme français et 1’ Université.

18Jack London, autodidacte californien, n’a cure de la norme, il est l’inventeur aux USA de la fable naturaliste et il aime, comme son maître spirituel Maupassant, jouer avec l’ironie que les divers milieux exercent les uns sur les autres. C’est ainsi qu’il joue de l’ironie que le “potlatch” indien fait planer sur l’avarice et la rapacité des Blancs. C’est ainsi que plus généralement, il joue avec l’ironie que la pensée “sauvage” fait planer sur notre univers cultivé.

  • 11 Claude Duneton, Parler croquant, Stock, Paris, 1988.

19Dans la traduction de la nouvelle “The White Silence”, on constate nombre d’erreurs caractéristiques mises en avant par Berman, comme l’ennoblissement et l’allongement. Par exemple, le nom de l’un des chiens, Carmen, est qualifié de “highfalutin name”. Joubert traduit par : “un nom ronflant d’opéra qui ait valu un rouge liard.” Il aurait fallu ici “parler croquant” (Duneton)11 et traduire par exemple : “un nom qui se la joue.” Mais cette traduction serait, quant à elle, datée “années 2000” ! Ce qui est sûr, c’est que le langage parlé semble occulté et même refusé. Quand les deux hommes parlent des chiens affamés, Joubert fait dire à l’un d’eux : “Ils seraient bien capables de terrasser un homme si l’occasion s’en présentait.” Il s’agit certes d’une belle langue écrite, mais quand l’oral a dans le texte original une valeur stylistique forte, la perte est d’autant plus grande. Par exemple, l’un des personnages répète comme un leitmotif : “I’m Canim the Canœ”, ce que Joubert traduit par : “Je suis Canime la pirogue”. Non seulement il y a erreur sur le terme, mais il y a perte du rythme et des allitérations. Dans le même ordre d’idées, les onomatopées voulues par London disparaissent dans cette traduction. Ainsi, le cri des conducteurs d’attelages de chiens, “mush”, devient “hue”.

20On assiste donc, on le voit, à une “exotisation” de l’univers de London qui le rapproche de ce que les lecteurs de 1920 pouvaient connaître de l’Afrique ou de l’Indochine. Les lances des Indiens deviennent des piques, les kayaks et les canoës deviennent des pirogues.

21Les approximations sont également nombreuses, ainsi que les appauvrissements quantitatifs ou qualitatifs. “Twenty five sleep” est traduit par “vingt jours”. “Big string” (le fil téléphonique pour les Indiens) est traduit par “Grands cordons”. De même, on constate souvent une traduction “à la lettre”. “Medicine man” est traduit par “docteur”, alors qu’il s’agit du chaman indien. “Soda” est traduit par “soda”, alors qu’il s’agit de la levure destinée à faire lever la pâte du pain dans les campements de chercheurs d’or. Et le lecteur de se demander pourquoi une femme vivant dans une cabane du Klondike éprouve le besoin de boire du soda en cuisant son pain ! Les réseaux signifiants sous-jacents sont souvent peu sensibles, mais comment en faire le reproche au traducteur de 1920 quand on voit comment London lui-même a eu du mal à intégrer le mode de pensée des populations indigènes, cette “pensée sauvage” dont parle Lévi-Strauss ? Il s’est d’ailleurs d’abord placé du point de vue des Blancs qui participèrent à la ruée vers l’or de 1897 au Klondike, avant de prendre le point de vue des Indiens dans Children of the Frost, mettant en jeu à travers son style la double ironie que ces deux univers inconciliables exercent l’un sur l’autre.

22Jeanne Campbell-Reesman, professeur à l’Université du Texas à San Antonio et moi-même avons d’abord voulu retrouver les textes originaux dans leur intégralité. Par exemple, dans The People of the Abyss, les textes placés en exergue de chaque chapitre ont été traduits et rétablis. Il en a été de même pour les paragraphes très critiques, ironiques et accusateurs contre le roi d’Angleterre qui avaient été supprimés de l’édition française, peut-être pour ne pas écorner l’entente cordiale. Nous avons choisi des couvertures qui fassent découvrir des visages différents de l’écrivain et nous avons livré des préfaces prenant en compte les recherches les plus récentes des universitaires sur Jack London.

23En ce qui concerne la révision des traductions ou la retraduction de London en 2000, il faut tenir compte de l’idéologie dominante au moment de la traduction et de la vision de l’écrivain que les traducteurs ou les directeurs de collection pouvaient avoir. Mac Orlan voyait en lui avant tout un écrivain de la marge, avec des héros proches de ceux du Quai des brumes ou La Bandera. Hachette mettait en avant l’aventurier humaniste et ses histoires de chiens, de loups et d’ours très adaptées à la Bibliothèque verte.

24Dans les années soixante-dix, Francis Lacassin livrait un London révolté, socialiste utopique proche du gauchisme, un homme du refus haïssant la “pensée tiède” des petits bourgeois et se suicidant dans une crise de pessimisme idéaliste.

25Or, nous devons nous souvenir que London était certes un socialiste extrémiste, mais qu’il a démissionné du parti peu de temps avant sa mort, disant que les objectifs de ce parti étaient illusoires. Il était un aventurier, mais il se mettait chaque matin au travail de façon ordonnée et régulière, où qu’il se trouvât et quelles que fussent les circonstances, pour écrire ses mille mots. S’il s’était suicidé, gageons qu’il l’aurait fait à la manière de Maïakovski. Mais il était atteint d’une forme grave et rare de lupus, il buvait trop et mangeait avec délectation son plat favori, le canard au sang, alors qu’il souffrait d’insuffisance rénale et de coliques néphrétiques et qu’une opération des reins avait échoué en Australie. Comme il se soignait lui-même avec de la morphine, il était facile de conclure au suicide, surtout si ce suicide allait dans le sens du mythe London.

  • 12 Anecdote rapportée par Gérard Genette in Mimologiques, voyage en Cratylie, Paris, Seuil, 1976.

26Retrouver l’homme London, retrouver l’écrivain London, inventeur de la fable naturaliste aux États-Unis, tâche immense. On se souvient de l’anecdote citée par Valéry au sujet de Louis-Philippe. Visitant l’Observatoire de Paris, celui-ci se vit indiquer une étoile par Arago qui lui dit que cette étoile s’appelait Sirius. Louis-Philippe répondit : “Entre nous, monsieur le directeur, êtes-vous bien sûr que cette magnifique étoile se nomme véritablement Sirius12 ?” Quand nous lisons une traduction, on peut se demander si le texte de London ne restera pas à jamais une comète flamboyante à laquelle nous avons donné un nom inadéquat.

  • 13 Jack London, Smoke Bellew, New York, The Century Co, 1912.

27Mais soyons optimistes, le héros de London, Smoke Bellew13, qui est l’un des doubles de l’auteur, reçoit un jour une lettre de Paris lui signalant que San Francisco n’a pas d’école littéraire digne de ce nom, c’est-à-dire capable de traduire la réalité de l’univers américain. Et c’est cette missive qui va décider Bellew à devenir un écrivain naturaliste et à tenter l’aventure dans le Grand Nord. Cette lettre vient de son ami Bellamy. Jack London, grand admirateur de Maupassant, a codé le nom de “Bel Ami” en Bellamy. Souhaitons que ses textes, faisant la route à l’envers, nous reviennent et nous parlent avec autant d’effet.

  • 14 Roland Barthes, Essais critiques, Paris, Seuil, 1976.

28On connaît la différence que fait Barthes entre l’écrivain et le lecteur. L’écrivain est actif, le lecteur n’a que “la pauvre liberté de recevoir ou de rejeter le texte14.” Le traducteur, quant à lui peut ajouter à sa “pauvre liberté” la riche liberté de produire un autre texte à partir des sens pluriels du texte premier. Ne doit-il pas pour cela se détacher de la hiérarchie du dénoté et du connoté que la linguistique a parfois érigée en dogme ? Car si London est allé vers les Inuit, les cannibales des Marquises et les clochards des bas-fonds de Londres, c’est aussi pour dépasser les clôtures socio-culturelles et linguistiques. Au-delà du beau langage qui prévalait alors, et acceptant la marginalisation comme son héros Martin Eden, il a donné des textes qui nous parlent “d’autres lieux” (c’est l’une des définitions que donne Roland Barthes de la connotation).

  • 15 Roland Barthes, ibid.

29“Topologiquement, la connotation assure une dissémination (limitée) des sens répandue comme une poussière d’or sur la surface apparente du texte (le sens est d’or)15”, nous dit Barthes. Pour nous, en cette année 2000, il s’agit donc bien sûr dans les textes de Jack London de maîtriser la dénotation, cette “vieille déité vigilante, rusée théâtrale”, tout en acceptant “l’approximation inlassable” des connotations et si le cuivre s’éveille poussière d’or, on aura rejoint un instant Jack London.

30Quel est donc le traducteur qui pourra dire avec Rimbaud “j’ai senti un peu son immense corps” ? Laissons parler Giono traducteur, alors qu’il traduisait Moby Dick de Herman Melville :

  • 16 Jean Giono, Pour saluer Melville, Œuvres romanesques complètes, Bibliothèque de la Pleiade, vol 3, (...)

Quand le soir me laissait seul, je comprenais mieux l’âme de ce héros pourpre qui commande tout le livre. Il marchait avec moi sur les chemins du retour ; je n’avais toujours que quelques pas à faire pour le rejoindre et dès la nuit noire tombée, au fond des ténèbres, le devenir. Comme si d’un pas plus long je l’avais atteint et que je sois entré dans sa peau, mon corps se couvrant aussitôt de son corps comme d’un grand manteau, portant son cœur à la place du mien, traînant lourdement moi aussi mes blessures sur les remous d’une énorme bête de l’abîme16.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 On peut encore trouver cette collection, reprise presque intégralement et sans modifications dans la collection “Bouquins”, Paris, Robert Lafont, 1983.

2 Antoine Berman, La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris, Editions du Seuil, 1999, p. 105.

3 En français : Jack London, “Nam-bok le hâbleur”, in Les Enfants du froid, Paris, Phébus-Libretto, 1999, p. 57.

4 En français : Jack London, “Le silence blanc”, in Le Fils du loup, Paris, Phébus-Libretto, 2000, p. 23.

5 Jack London, The Game, Macmillan, New York, 1905. Version française : Le Jeu du ring, dans la collection “Bouquins”, Paris, Robert Laffont, 1990, p. 337.
Notre nouvelle traduction : “A elle, l’argent ne faisait ni chaud ni froid. – Oui, mais la vérité, c’est que tu aimes ça, ce... noble jeu, comme tu dis. Pourquoi ?”. Jack London, “L’enjeu”, in Sur le ring ; traduction de Noël Mauberret ; Paris, Phébus-Libretto, 2002, p. 18.

6 Jack London, The People of the Abyss, Macmillan, New York, 1903.

7 Jack London, Le Peuple de l’abîme, “Bouquins”, Robert Laffont, vol. 4, Paris, 1997.

8 Jack London, Le Peuple d’en bas, Phébus-Libretto, Paris, 1999, p 121.

9 Op. cit. cf. note 3 p. 1.

10 Louis-Ferdinand Céline, “Rabelais, il a raté son coup”, in Cahiers de l’Herne, Paris, 1972, p. 44.

11 Claude Duneton, Parler croquant, Stock, Paris, 1988.

12 Anecdote rapportée par Gérard Genette in Mimologiques, voyage en Cratylie, Paris, Seuil, 1976.

13 Jack London, Smoke Bellew, New York, The Century Co, 1912.

14 Roland Barthes, Essais critiques, Paris, Seuil, 1976.

15 Roland Barthes, ibid.

16 Jean Giono, Pour saluer Melville, Œuvres romanesques complètes, Bibliothèque de la Pleiade, vol 3, Paris, Gallimard, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël Mauberret, « Publier Jack London aujourd’hui Retraduire ? Réviser les traductions ? Le point de vue du directeur de collection », Palimpsestes, 15 | 2004, 121-128.

Référence électronique

Noël Mauberret, « Publier Jack London aujourd’hui Retraduire ? Réviser les traductions ? Le point de vue du directeur de collection », Palimpsestes [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1577 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1577

Haut de page

Auteur

Noël Mauberret

Noël Mauberret est spécialiste de littérature française du XXe siècle et titulaire d’un doctorat sur Les Chroniques de Jean Giono. Il a également publié de nombreux travaux sur cet auteur, ainsi que sur Jules Verne et Jack London. Noël Mauberret est vice-président de l’Association des Amis de Jack London et directeur de collection aux éditions Phébus, où il supervise la réédition des œuvres complètes de Jack London.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org