Navigation – Plan du site

Adaptation et altérités dans la Trilogie de la frontière de Cormac McCarthy, ou le processus de l’oblitération de l’altérité mexicaine

Rachel Eustache
p. 59-66

Résumés

Notre article propose de repousser les limites du concept de Berman relatif à l’étrangeté du texte à traduire. Nous n’envisageons plus l’altérité du texte comme étant une conséquence de sa traduction mais au contraire comme faisant partie de l’œuvre originale qui se trouve être déjà étrange pour le lectorat américain. Pour ce faire, nous prendrons appui sur trois romans transculturels de la Frontière États-Unis/Mexique du romancier anglo-américain Cormac McCarthy (All the Pretty Horses, The Crossing, et Cities of the Plain), lesquels sont porteurs de deux idiomes, à savoir l’anglais et l’espagnol. Notre problématique se focalise sur la notion que la traduction en français de l’idiome espagnol devient de facto une adaptation de l’original. La traduction de romans transculturels peut engendrer un processus d’homogénéisation et d’aplanissement du texte qui met à mal son esprit logé dans la lettre. Les traductions et adaptation de l’idiome espagnol dans la Trilogie de McCarthy ont ainsi pour effet de minimiser, voire d’oblitérer purement et simplement, la mexicanité de l’œuvre, qui se définie précisément par rapport à ce surplus linguistique et culturel constitutif de l’original.

Haut de page

Texte intégral

Propos préliminaires

  • 1 Antoine Berman, The Experience of the Foreign : Culture and Translation in Romantic Germany, tr. S (...)
  • 2 Antoine Berman, “Translation and the Trials of the Foreign”, tr. L. Venuti, The Translation Studie (...)

1Il est aujourd’hui devenu un lieu commun d’avancer que l’acte de traduction est l’épreuve de l’étranger et nul ne saurait remettre en cause la nécessité éthique pour le traducteur de s’astreindre à instaurer un dialogue entre eux et nous, c’est-à-dire entre l’œuvre étrangère et la culture d’accueil1. Cependant, cet objectif dialogique ne peut coïncider que de façon partielle avec l’exercice dialectique de traduction, et de transmission, tant il donne lieu à une série de négociations dans l’adaptation de l’œuvre originale qui conduisent immanquablement à des déformations significatives ainsi qu’à une traduction hypertextuelle, dont l’adaptation constitue l’une des variantes2.

  • 3 All the Pretty Horses, New York, Knopf, 1992. The Crossing, New York, Knopf, 1994. Cities of the P (...)
  • 4 De si jolis chevaux, trad. François Hirsch, Arles, Actes Sud, 1993. Le Grand Passage, trad. Franço (...)

2Voici les bases sur lesquelles nous nous proposons de greffer notre problématique, laquelle envisagera l’adaptation comme un exercice soustractif qui faillit en différents endroits à préserver, puis transmettre, l’esprit original de l’œuvre. Pour ce faire, nous prendrons appui sur la Trilogie de la frontière de l’auteur anglo-américain Cormac McCarthy — trilogie qui se compose de All the Pretty Horses, The Crossing et Cities of the Plain3 et traduite respectivement par De si jolis chevaux, Le Grand Passage, et Des cités dans la plaine4. L’originalité de l’étude de la version française tient à ce que ces romans transculturels développent une altérité interne et fondatrice, celle de la mexicanité, dont la fonction est de faire contrepoids à l’américanité de l’œuvre.

3Dès lors, la question de l’altérité, en lien avec l’adaptation d’œuvres transnationales et transculturelles, ne peut plus s’envisager à la seule périphérie de l’œuvre (c’est-à-dire l’original qui y est confronté cependant qu’il est traduit) mais s’impose dès l’origine et en son centre. Par conséquent, l’altérité d’unique devient doublement référentielle (interne et externe) ce qui a pour effet de reproblématiser de manière plus aiguë leur adaptation en français où le traducteur doit rendre le dialogisme interne en évitant de le domestiquer ou de le naturaliser, sous peine d’aller à l’encontre de l’esprit des romans trait d’union de Cormac McCarthy.

4Nous nous efforcerons de démontrer notre thèse selon laquelle l’adaptation de la mexicanité de la Trilogie s’opère parfois par la voie de sa suppression linguistique, et donc référentielle, ainsi que culturelle, faisant s’opérer un déplacement vers sa réinscription dans l’idiome et le paradigme anglo-américains et laissant de côté un surplus significatif lié au Mexicain en relation à l’Américain.

  • 5 Lawrence Venuti, “Translation, Community, Utopia”, The Translation Studies Reader, ed. L. Venuti, (...)

5Notre approche de la question de l’adaptation se veut davantage centripète que centrifuge. Par ailleurs, les œuvres transculturelles repoussent les limites du traduire et nous obligent par là-même à redéfinir et repenser les enjeux de l’adaptation comme moyen de transmettre l’esprit de l’original qui se fonde lui-même sur un Autre. Dans le cas contraire, nous n’aurions pas exploré cet espace de réflexion neuf et ambivalent où il est possible d’établir une communication transculturelle5.

6Nous nous fonderons ainsi sur des points précis de traduction et d’adaptation, mais aussi de non-traduction et de non-adaptation, de la mexicanité de la Trilogie de la frontière afin de rendre saillantes les limites intrinsèques du processus d’adaptation. Car comment adapter un roman dont le passage dans une troisième langue favorise de facto l’émergence d’un réseau complexe et dialectique contre lequel bute le traducteur qui se doit de le préserver pour ne pas toucher à l’esprit des romans ?

  • 6 André Lefevere et Susan Bassnett, Constructing Cultures : Essays on Literary Translation, Clevedon (...)

7Les romans transculturels marqueraient-ils alors une crise de la traduction ou, à tout le moins, une remise en question de ses possibilités d’adapter pour transmettre ? Ainsi l’altérité, poussée à ses limites et à son extrême logique, logée dans le cœur de l’œuvre d’origine, ne pourrait être juste traduite ou adaptée, mais également affrontée6.

Refonte des concepts de traduction et d’adaptation de l’altérité à l’intérieur des romans transculturels

8L’émergence actuelle de nombreux romans transculturels et polyphoniques ne manquera pas de susciter chez les traducteurs des questionnements relatifs à la nature fondamentalement ambivalente de telles œuvres. En effet, voici des romans dont les ressorts linguistiques dédoublés sont très étroitement liés à leur esprit et l’altérité qui leur est constitutive, ici une mexicanité qui s’impose de visu.

  • 7 Antoine Berman, The Experience of the Foreign, tr. S. Hayvaert, New York, State University of New (...)

9Le partage, mais aussi la division, linguistique de ces romans anglo constituent pour nous l’occasion de réévaluer l’équation entre traduction et altérité, tant ils nous renvoient en miroir grossissant cette corrélation tout en allant par-delà l’acception que nous avons généralement formulée7. Nous nous emploierons à démontrer comment la traduction (et donc l’adaptation) du mexicain en français de ces romans américains ne nous permet aucunement d’établir, sinon une grille d’analyse systématique, du moins une ligne de conduite unique de la part du traducteur — preuve s’il en est de la difficulté du travail de François Hirsch qui, notons-le, nous a remis une traduction de belle facture.

10L’esprit de la Trilogie se situant dans l’équivoque, la polysémie et les lignes de fuite, est-il possible de la traduire partiellement (c’est-à-dire seulement l’américain et non le mexicain) sans déjà l’adapter et lui faire perdre de sa succulence ?

11Par ailleurs, l’esprit de ces trois romans résiste dès l’origine à la traduction et force le passage, dans la négociation manquée, de l’américain vers le mexicain et inversement de façon très nette mais sans pour autant établir une zone médiane d’entente. Voici un extrait tiré de Des cités dans la plaine dans lequel le principal protagoniste anglo, John Grady Cole, vient de traverser la frontière entre Texas et Mexique pour tenter de retrouver une jeune femme mexicaine qui a été forcée de travailler dans une maison close. L’extrait met bien en lumière la problématique que nous développons :

  • 8 Voir Fascicule des textes de référence, extrait IV.

Un momento, dit le garçon.
Il s’arrêta. Il regarda la fille du vestiaire et regarda le garçon.
Le garçon se tenait entre lui et la porte d’entrée. La fille, dit-il. Elle dit vous pas l’oublier.
Il tourna la tête du côté du salon mais il ne pouvait pas la voir depuis la porte.
Dígame ? dit-il.
Elle dit vous pas...
En español, por favor. Digame en español lo que dice ella.
Le garçon ne voulait pas. Il répéta les mêmes mots en anglais puis il fit demi-tour et disparut. (96)8

12De façon ironique, les rôles s’inversent entre Américain anglophone et Mexicain, ce dernier refusant de parler sa langue maternelle en compagnie de l’Américain alors que celui-ci l’y enjoint en espagnol en lui demandant de ne pas traduire le message de la jeune fille, sans doute parce que la lettre est intimement liée à l’esprit de ce qu’elle veut lui dire. La traduction est ainsi une adaptation soustractive, un éloignement de l’original. Il se trouve donc, de la part du romancier, une stratégie d’excentration qui tend à véhiculer l’idée selon laquelle la traduction est un exercice d’adaptation inadéquat qui résulte en un déplacement de la teneur de l’esprit par rapport à la pensée originale.

13Plus immédiat et plus parlant encore, l’exemple suivant dont la traduction et l’adaptation, par le biais formel, ne manquent pas de nous ramener au principe que l’esprit de ces romans résiste fortement à toute tentative de traduction. Cet extrait du Grand Passage relate le moment où le frère du héros du corrido, Billy Parham, obtient pour la première fois depuis des années, des nouvelles de Boyd qui l’avait délaissé lorsqu’ils étaient au Mexique :

In a bodega in the mountain town of Temosachic he first heard lines from that corrido in which the young güero comes down from the north. Pelo tan rubio. Pistola en mano. Qué buscas joven ? Que te levantas tan temprano. He asked the corridero who was this joven of which he sang [...] (375)

  • 9 Voir Fascicule des textes de référence, extrait I.

Dans une auberge du village de montagne de Temosachic il entendit pour la première fois les couplets du corrido où il est question du jeune güero venu du nord. Si blond de cheveux. Le revolver en main. Que cherches-tu jeune homme ? Pourquoi te lever si matin ? Il demanda au chanteur qui était ce jeune homme dont il était question dans sa chanson [...] (418)9

14Nous constatons un déficit très net entre les deux textes ainsi qu’une oblitération quasi totale de la présence mexicaine. La mexicanité, de très marquée dans l’original, se fait fuyante dans son adaptation, laquelle fait référence à une probable mexicanité au moyen de la mise en italiques des vers du corrido, de la mise entre parenthèses et de côté de l’Autre constitutif de l’œuvre. Bien que de tels exemples ne soient pas légion dans la traduction très méritoire de François Hirsch, il nous semble néanmoins nécessaire de définir une grille de traduction systématique et claire qui opte pour la transmissibilité totale de l’esprit des romans transculturels. Ainsi, sommes-nous amenés à renoncer à la traduction et à l’adaptation dans le corps du texte afin d’éviter la mise de côté du surplus linguistique et culturel propre à l’original, lequel entend positionner les langues anglaise et espagnole sur un pied d’égalité.

  • 10 Rafaela G. Castro, Chicano Folklore : A Guide to the Folktales, Traditions, Rituals and Religious (...)

15Par ailleurs, l’adaptation de corridero en “chanteur” réduit son champ référentiel qui reste trop vaste et sans ancrage socioculturel précis. Car le corrido est un art singulier qui se veut avant tout “la propriété culturelle du [peuple mexicain]”10. Le corridero chante des ballades folkloriques qui relatent des exploits héroïques à l’issue fatale, des catastrophes sociales et historiques, ou encore des ruptures amoureuses. La traduction a donc fait partiellement abstraction de cette dimension socioculturelle, sans laquelle l’intertextualité du roman se délite.

  • 11 Lors d’un entretien avec François Hirsch, l’auteur a soulevé la question de l’oblitération de l’id (...)

16La question de l’appartenance de la voix narrative s’impose car la mise en italiques de l’espagnol d’origine, même si elle part d’une intention de mettre en relief le caractère étrange(r) de la scène, ne permet pas au lecteur de dire avec certitude qui parle (est-ce le narrateur qui a traduit l’espagnol de l’original, le traducteur français qui a traduit de l’anglais les propos du narrateur, ou encore le traducteur qui a traduit l’espagnol d’origine ?). Nous ne sommes donc plus en présence d’une voix rapportée mais totalement intégrée par le traducteur qui en l’adaptant l’a également dénaturée11.

17Nous avons ainsi la mise de côté d’un surplus significatif en lien à la traduction faite ici adaptation qui a pour effet de minimiser l’impact de la mexicanité de la Trilogie sur le lectorat français.

Entre l’oblitération et la non-oblitération de la mexicanité de la Trilogie de la Frontière : la traduction mise sur la voie de l’entre-deux

18La stratégie qui consiste à ne pas oblitérer la mexicanité constitutive des romans se retrouve dans un autre extrait du Grand Passage. Il conforte notre idée d’éviter la traduction, donc l’adaptation de l’original, et ce faisant de préserver l’intégrité de l’intentionnalité de la voix narrative. Ce même corrido est repris par une jeune villageoise mexicaine qui chante les exploits de Boyd :

Pueblo de Bachinava
Abril era el mes
Jinetes armados
Llegaron los seis

19Elle écrasait les coques entre les pierres, elle en détachait le fruit et le jetait dans une jarre à côté d’elle.

Si tenía medio
No se le veía en su cara
Cuantos vayan llegando
El güerito les espera

20Afin sans doute d’en faciliter la réception par le lecteur français, Hirsch n’a pas traduit le corrido dans le corps du texte mais dans une note de renvoi en bas de page :

  • 12 Voir Fascicule des textes de référence, extrait II.

1. Au village de Bachinava / Sont arrivés six cavaliers / C’était en avril ce jour-là / Avec leurs armes six cavaliers / S’il avait peur s’il a frémi / La peur n’était pas dans ses yeux / Si nombreux que soit l’ennemi / Il les attend blond de cheveux. (425)12

21La traduction de l’espagnol reste périphérique et se met en avant en tant que telle, détachée de l’original, se soumettant à l’intention narrative d’origine qui est de donner directement la parole au Mexicain qui relate les actions de l’Américain en son pays. Il est important de conserver l’intégrité différentielle de l’original, et il nous semble qu’une traduction à la périphérie puisse constituer une alternative plus fidèle pour les passages espagnols porteurs d’un surplus significatif et fondateur auquel le traducteur se trouve confronté et qu’il ne reprend que partiellement lorsqu’il les traduit.

22Comme nous le montre l’exemple précédent, traduire reviendrait à confiner dans les marges du texte. Cependant, le traducteur a parfois oblitéré purement et simplement le Mexicain qui se retrouve ainsi retranché derrière un idiome qui ne coïncide plus avec l’esprit de l’original (où la pensée et le verbe ne font qu’un). Ainsi, peut-on y lire le phénomène selon lequel la voix mexicaine, traduite en français, dévie de son axe d’origine pour se disperser jusqu’à se dissoudre puis disparaître dans une narration anglo-américaine traduite, donc adaptée, homogénéisée et rendue monologique en français :

He smiled. Pensamos, he said, que somos las víctimas del tiempo. En realidad la via del mundo no es fijada en ningún lugar. Cómo séría posible ? Nosotros mismos nuestra propia jornada. Y por eso somos el tiempo también. Somos lo mismo. Fugitivo. Inescrutable. Desapíadado.
He turned and spoke in romany to the others and one of them took a bullwhip from the keepers nailed to the sideboards of the float and uncoiled it and sent it looping through the air [...] (414)

  • 13 Voir Fascicule des textes de référence, extrait III.

Il sourit. On croit être les victimes du temps, dit-il. En réalité le chemin du monde n’est nulle part immobile. Comment serait-ce possible ? Nous sommes nous-mêmes notre propre voyage. C’est pourquoi nous sommes aussi le temps. Nous sommes le temps lui-même. Fugitif. Impénétrable. Implacable.
Il se tourna et parla aux autres en romani et l’un des hommes prit un fouet à un crochet fiché dans les planches du radeau et déroula la lanière et la lança en spirale dans l’air [...] (461)13

23La traduction de l’espagnol en français a comme conséquence d’ôter toute l’épaisseur binaire du texte qui fonctionne sur deux niveaux et qui lie deux voix dialectiques. Aussi, l’excédent, tant linguistique que socioculturel, dérivé de la coexistence de l’espagnol et de l’américain, est-il totalement évacué, restant en marges de l’adaptation française.

24De même, l’esprit de l’œuvre transnationale de la Frontière qui entend résister à tout ethnocentrisme est mis à mal et le traduire a non seulement amené une adaptation débitrice qui ne résiste plus au centre dans sa dimension formelle mais a aussi manqué de transposer l’entre-deux linguistique de l’original. Nous avons perdu le “dépaysement” interne au texte, qui, traduit, ne se présente plus au lecteur dans sa dimension différentielle et interstitielle.

  • 14 Gabriel Motzkin, “Memory and Cultural Translation”, The Transhtability of Cultures : Figurations o (...)

25Notre réflexion ne se veut nullement pessimiste ou réductrice car nous voyons dans cette problématique l’occasion pour la traduction de se positionner à un carrefour en tant que témoin, dans un troisième espace où le traducteur ne laisse qu’une empreinte ténue. L’acte de traduction devient alors le lieu de passages et de négociations d’altérités multiples et liées entre elles. Cette logique a donc pour effet et conséquence de refondre les positions du traducteur mais aussi celles du lecteur qui doit, avant et afin d’accéder à l’Autre, se confronter avec ce dernier dans son opacité linguistique et culturelle. Alors seulement aurons-nous préservé l’esprit de l’original qui résiste à l’adaptation, à l’altération14.

Haut de page

Notes

1 Antoine Berman, The Experience of the Foreign : Culture and Translation in Romantic Germany, tr. S. Heyvaert, New York, State University of New York Press, 1992.

2 Antoine Berman, “Translation and the Trials of the Foreign”, tr. L. Venuti, The Translation Studies Reader, éd. Lawrence Venuti, New York, Routledge, 2000, p. 286.

3 All the Pretty Horses, New York, Knopf, 1992. The Crossing, New York, Knopf, 1994. Cities of the Plain, New York, Knopf, 1998.

4 De si jolis chevaux, trad. François Hirsch, Arles, Actes Sud, 1993. Le Grand Passage, trad. François Hirsch, Paris, Éditions de l’Olivier, 1997. Des cités dans la plaine, trad. François Hirsch, Éditions de l’Olivier, 1999. Notons notre choix de traduire The Border Trilogy par Trilogie de la frontière et non Trilogie des confins ainsi que l’a choisi François Hirsch. En effet, notre traduction entend véhiculer plus nettement la nature interfacielle et dialectique de la géographie de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

5 Lawrence Venuti, “Translation, Community, Utopia”, The Translation Studies Reader, ed. L. Venuti, New York, Routledge, p. 469. Nous poussons plus loin la pensée de Venuti qui se focalise principalement sur l’adaptation et l’acclimatation de l’œuvre par rapport à la culture d’accueil et nous voyons dans les romans transculturels le “remède” possible qui poserait les bases d’une telle communication : “Seen as domestic inscription, never quite crosscultural communication, translation has moved theorists towards an ethical reflection wherein remedies are formulated to restore or preserve the foreignness of the foreign text.”

6 André Lefevere et Susan Bassnett, Constructing Cultures : Essays on Literary Translation, Clevedon, Multilingual Matter, 1998, p. 11 : “We need to find out how to translate the cultural capital of other civilizations in a way that préserves at least part of their own nature [...] Perhaps this is another area in which different forms of rewriting need to cooperate : we could imagine the translated text, translated in a way that also appeals to the non-professional reader, preceded by a long introduction which sets out to show how the original text works on its own terms, within its own grid, rather than to tell readers only what is ‘like’ or even ‘most like’ in their own cultures. This kind of attempt is most likely to bring us up against the limits of translation, a necessary confrontation, for without such a challenge, how else are we ever to overcome such limits and move on ?”

7 Antoine Berman, The Experience of the Foreign, tr. S. Hayvaert, New York, State University of New York Press, 1992, p. 4.

8 Voir Fascicule des textes de référence, extrait IV.

9 Voir Fascicule des textes de référence, extrait I.

10 Rafaela G. Castro, Chicano Folklore : A Guide to the Folktales, Traditions, Rituals and Religious Practices of Mexican-Americans, New York, Oxford University Press, 2000, p. 67.

11 Lors d’un entretien avec François Hirsch, l’auteur a soulevé la question de l’oblitération de l’idiome espagnol, si présent dans l’original. Selon le traducteur, l’espagnol peut parfois constituer pour le lecteur une réelle entrave à la compréhension des propos des personnages mexicains. C’est donc le souci de transmettre le sens du texte au détriment de l’esprit logé dans la lettre qui a motivé François Hirsch à traduire ou non l’espagnol de la Trilogie de la frontière. Notons que l’éditeur de l’Olivier voulait quant à lui oblitérer une part plus conséquente d’espagnol dans Le Grand Passage et Des cités dans la plaine.

12 Voir Fascicule des textes de référence, extrait II.

13 Voir Fascicule des textes de référence, extrait III.

14 Gabriel Motzkin, “Memory and Cultural Translation”, The Transhtability of Cultures : Figurations of the Space Between, Sanford Budick & Wolfgang Iser, eds, Stanford, Stanford University Press, 1996, pp. 265-266. “The blurring of cultural boundaries obscures the task of translation. Cultural interpenetration appears to mean that the act of translation becomes less difficult. But is this so ? Or does the convergence of cultures not rather make translation more difficult as the boundaries between the own and the other seem to fade ? Does not translation rather imply that what is read, assimilated, and therefore remembered, hovers at the edge of identity, as something that is neither quite own not quite other ?”

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Eustache, « Adaptation et altérités dans la Trilogie de la frontière de Cormac McCarthy, ou le processus de l’oblitération de l’altérité mexicaine », Palimpsestes, 16 | 2004, 59-66.

Référence électronique

Rachel Eustache, « Adaptation et altérités dans la Trilogie de la frontière de Cormac McCarthy, ou le processus de l’oblitération de l’altérité mexicaine », Palimpsestes [En ligne], 16 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1591 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1591

Haut de page

Auteur

Rachel Eustache

Rachel EUSTACHE est depuis 2002 doctorante en littérature américaine contemporaine à l’Université de Nancy II (“L’Altérité selon la mort dans La Trilogie de la Frontière de Cormac McCarthy”). Installée aux États-Unis, elle est Lecturer dans le département d’Études françaises à l’Université du Wisconsin à Milwaukee (UWM). Ses aires de recherche portent sur le transculturalisme États-Unis/Mexique dans les romans de l’Ouest de Cormac McCarthy et sur celui États-Unis/France dans la fiction du romancier français Yves Berger. Un article traitant de la dynamique négative de l’altérité dans All the Pretty Horses de Cormac McCarthy va prochainement être publié dans la revue Imaginaire.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org