Navigation – Plan du site

La traduction en tant qu’adaptation entre les cultures : les traductions de Beowulf jusqu’à Seamus Heaney

Jacky Martin
p. 67-83

Résumés

S’appuyant sur les recherches de Steiner, Berman et Meschonnic qui définissent ce que l’on a pu appeler une conception herméneutique de la traduction, l’auteur détourne le sens du terme “adaptation” pour envisager la traduction comme adaptation d’une langue-culture cible à la langue-culture du texte soumis à traduction. Cette adaptation-rencontre-négociation entre deux cultures qu’exprime le texte traduit est certes orientée puisqu’elle débouche sur une traduction qui déplace sans remplacer le texte traduit et qu’elle résulte des choix stratégiques d’un traducteur lui-même culturellement situé. Ce sont ces deux biais d’adaptation que nous entendons étudier à propos de la traduction nouvelle de Beowulf par Heaney, à la lumière de certaines traductions qui l’ont précédée. L’idée finale est de montrer que la traduction des grands textes est non seulement évolutive dans le temps, elle “ouvre” le texte selon le processus d’expansion continu décrit par Benjamin.

Haut de page

Texte intégral

La critique des traductions — la poétique — : un travail de palimpseste.
Henri Meschonnic, Poétique du traduire, 19

  • 1 Voir dans cette même livraison l’analyse du “théorème de dichotomie” par J.-R. Ladmiral, pp. 21-23

1Une fois dépassée l’opposition entre “adaptation” à la langue-culture source et “conversion” à la langue-culture cible qui repose sur la dichotomie soi-disant constitutive de l’acte de traduction entre traducteurs “sourciers” et “ciblistes”1, je pose le concept d’adaptation, dans une acception légèrement biaisée par rapport à l’orientation du présent volume, dans le sens d’un ajustement réciproque entre deux langues-cultures qui se rencontrent et s’hybrident pour produire le texte de la traduction. Meschonnic a donné le nom de “décentrement” à cette forme particulière d’adaptation :

  • 2 Meschonnic, 1999, p. 308.

Le décentrement est un rapport textuel entre deux textes dans deux langues-cultures jusque dans la structure linguistique de la langue, cette structure linguistique étant valeur dans le système du texte. [...] Un texte est à distance : on la montre, ou on la cache. Ni emporter, ni exporter2.

2Nous avons donc affaire, contrairement à l’idée de transfert linéaire implicitement contenue dans les termes de “source” et de “cible”, à une mise à distance et une mise en tension des cultures mises en présence par l’acte de traduction.

3Dès lors et une fois posée cette hypothèse, disparaissent la dualité entre origine et but et toutes les attitudes traductives qui orientent le texte traduit vers l’une plutôt que vers l’autre ; disparaissent également ces mêmes extrémités en tant qu’unités pertinentes, puisque je présuppose qu’elles sont, à chaque traduction, dépassées, transformées par le texte traduit, et donc, d’une certaine manière irrécupérables. C’est un peu l’image de la rivière d’Héraclite sauf qu’il faut envisager ici deux rivières dont la nature serait changée par le seul déplacement du promeneur traducteur entre les deux cours d’eau. La traduction déplace la culture source tandis qu’elle déstabilise la culture réceptrice.

4La traduction, étant le produit d’une rencontre, d’un réglage et donc d’une adaptation, ne saurait constituer une fin en soi ; elle doit être considérée comme une étape, d’une part, dans le processus d’ajustement des cultures mises en présence et, d’autre part, dans la migration du texte à travers les ressources de la langue. La traduction est un repère dans le glissement entre les cultures et comme tout repère, il ne vaut que par rapport aux espaces qu’il met en présence et que, dans une large mesure, il matérialise.

5La responsabilité et l’engagement du traducteur, en tant qu’adaptateur de cultures et non “passeur”, “intermédiaire” ou “truchement” comme on le pense trop souvent, sont dans ces conditions essentiels.

  • 3 Je tiens à remercier Anne Mathieu et Wendy Harding pour avoir, dans les séminaires auxquels elles (...)

6Voilà, brossé à grands traits, l’arrière-plan théorique que j’entends observer pour suivre la migration du texte de Beowulf à travers ses traductions. Beowulf, par son ancienneté et son histoire, nous donne le recul nécessaire pour prendre la mesure des phénomènes que je souhaite observer. L’intérêt de ma démarche est qu’elle prend à contre-pied la presque totalité des études consacrées à cette œuvre ; l’inconvénient évident est qu’elle s’appuie aveuglément sur une littérature philologique et critique qu’il m’est impossible de par ma formation de relativiser. Mon accès à cette culture du manuscrit et de l’univers de Beowulf me vient presque exclusivement de seconde main à travers l’immense somme de savoir bouillonnant et joyeux contenue dans l’œuvre d’André Crépin et de quelques autres. Les erreurs et les extrapolations hasardeuses sont toutes de mon fait. Seul mon propos traductologique est véritablement en cause3.

  • 4 Le texte de référence (voir Fascicule des textes de réf.) est celui de Klaeber. Je me suis permis (...)

7La migration du texte de Beowulf4 peut être représentée en deux phases qui, toutes deux, ressortissent de la traduction entendue au sens large :

  • l’émergence du texte de l’œuvre passant du statut de récitation orale à celui de texte écrit,
  • la migration du texte à travers les cultures depuis la première traduction en vers latin jusqu’à la traduction de Seamus Heaney.

8Qu’il soit dit en passant que mon intention n’est pas de minimiser ni de résoudre d’un seul trait de plume toutes les controverses concernant la datation, l’origine et la genèse ou la signification du texte de Beowulf. Je me contenterai pour servir mon propos traductologique de m’appuyer sur quelques évidences, je l’espère, point trop irritantes, pour les spécialistes.

9La première “traduction” de ce poème a été celle qui le fait passer du statut de récit traditionnel faisant référence à des événements du ve ou vie siècle à celui d’un texte manuscrit de l’Angleterre christianisée de la fin du xe ou du début du xie siècle. Il faut auparavant s’attarder sur cet hypothétique prototexte issu des multiples récitations et reformulations qui en étaient la justification principale. Ces sagas de poésie orale (de toute évidence colportées à partir de leur terre d’origine, les pays Scandinaves) avaient une double fonction : sociale et politique. Elles permettaient au groupe de célébrer ses héros en se remémorant leur lignée et leurs faits d’armes ; ainsi, le groupe rassemblé autour de la récitation de leurs exploits retrouvait sa cohésion et ses valeurs ancestrales. Ce sentiment d’appartenance était encore renforcé par la perception des périls qui menaçaient cette fragile unité, périls liés aux éléments mais aussi aux menaces réelles ou fantasmées venant des pays voisins qui, dans le poème, prennent la forme de monstres effroyables. Seule la puissance militaire relayée par la puissance du verbe pouvaient, à leurs places respectives, garantir un équilibre viable entre le monde de la tribu et son entourage : c’est ce que la récitation et l’écoute collective de sagas telles que celle de Beowulf faisaient en pratique dans le cadre des assemblées tribales. Même si ces versions de Beowulf sont à jamais perdues, il est important de remarquer qu’elles sont déjà des traductions-adaptations au sens où je l’entendais dans mon introduction. Elles marquent, dans des conditions particulières de l’histoire britannique qu’il est impossible de détailler dans une aussi courte étude, la rencontre catastrophique et l’hybridation nécessaire entre la culture des envahisseurs Scandinaves et celle des colonisés saxons.

10Dépourvues de leur justification sociale et en partie décalées par rapport à leur imaginaire d’origine, ces sagas persistent plus ou moins confusément à l’arrière-plan du manuscrit qui nous est parvenu. Il s’agit donc, dans le cadre de mon propos, de la première traduction en texte et donc de la première adaptation de l’imaginaire protéiforme de ces œuvres éphémères. Il s’agit d’une transformation importante : le texte cesse d’être l’objet d’une récitation sans cesse recommencée pour devenir un document et bientôt une archive figée, transmissible, stabilisée et non plus rituelle.

  • 5 Réécriture, recréation ou simples interpolations de la part d’un scribe ou poète chrétien, la cont (...)
  • 6 Beowulf, Heaney, 1999, Introduction, p. XXI.

11Il s’agit également d’une rencontre entre deux autres cultures qui va définitivement déplacer (et non pas occulter) le texte originel et lui ménager une niche dans la massive et rigide culture scolastique du début du Moyen Âge. On constate en effet que la saga originelle de Beowulf s’est trouvée comme enchâssée5 dans un écrin de pensée chrétienne : l’une servant à la fois de caution et de repoussoir à l’autre. Du point de vue prosodique, le texte manuscrit — soit par nécessité (cherté du support d’écriture en peaux de moutons ?), soit par dessein (changement d’orientation), soit parce que cette dimension n’était pas alors pertinente (ou, au contraire si évidente, qu’il était inutile de la souligner) — n’a pas encore revêtu la forme structurelle que nous lui connaissons : les vers sont alignés d’un bout à l’autre de la ligne sans égard pour la structure prosodique. Il semble que le souci qui a présidé à la commande (délivrée vraisemblablement par une autorité ecclésiastique aux deux copistes qui se sont succédé dans la rédaction du manuscrit), ait été d’atténuer les références païennes du poème original et de resituer les aventures du héros dans une orthodoxie discrètement mais fermement chrétienne : d’où le caractère hybride de cette poésie, bien observé par Heaney : “...the elevation of Beowulf is always, paradoxically, buoyantly down-to-earth6”. Mais, malgré cette austère consigne, il est toujours possible de percevoir, en filigrane, l’angoisse et la fascination intenses exercées par les monstrueuses créatures qu’affronte le héros Beowulf. Ce manuscrit n’est-il pas inclus dans un codex composite qui associe deux autres récits dans lesquels figurent également des monstres sanguinaires ? L’essentiel pour notre propos est de percevoir que le texte tel qu’il nous est parvenu n’est pas une composition originale ou une transcription à partir d’un original, qu’il n’est même pas une adaptation dans la langue-culture d’accueil ; il n’y a pas non plus de déperdition ou même d’enrichissement du texte, ces deux notions liées au transfert traductif n’ayant aucune pertinence en regard de la thèse que je veux défendre, il s’agit d’une rencontre fécondation entre deux cultures : la civilisation de l’oral a trouvé une forme (la page manuscrite) et une structure (celle de la chrétienté), tandis qu’en regard, l’ordre religieux dominant récupère et contrôle l’imaginaire tumultueux de ses fidèles.

12Par ailleurs, l’efficacité sociale de la récitation du poème a été remplacée par la persuasion textuelle : Leyerle et Kendrick ainsi que quelques autres ont su montrer que l’important dans le poème n’était pas tant le récit d’événements (si cher à notre époque) que la satisfaction esthétique produite par la virtuosité artistique du poème : les modulations de la voix ont cédé le pas à l’enluminure verbale. Parallèlement, la mise en forme de ce poème coïncide avec l’unification de l’Angleterre médiévale (autour du règne du roi viking Cnut : 1016-1035) à partir d’une poussière de principautés ethniques et linguistiques qui la divisaient autrefois : à travers ce texte hybride, c’est une communauté (non tout à fait encore une nation) qui se trouve ressoudée. Cette cohésion encore précaire va se trouver grandement facilitée par la conversion progressive d’un héros païen dont la valeur repose sur la prouesse guerrière en l’ébauche du preux chevalier médiéval qui tient sa légitimité et sa force de la puissance divine : la mort du personnage affaibli mais triomphant de Beowulf ménage une transition remarquable entre ces deux figures archétypales du haut Moyen Âge.

13Il est important de remarquer pour la suite de cette étude que la première traduction véritable de Beowulf est déjà le produit d’une rencontre, le résultat d’une adaptation, presque d’un “raccommodage”, entre deux cultures et que cette rencontre a contribué à changer les deux cultures mises en présence. Il n’y a pas prise de pouvoir de l’une sur l’autre mais hybridation et conversion de valeurs culturelles. Le manuscrit de Beowulf est une création originale parce qu’il décale tout en faisant progresser les deux cultures dont il est issu.

14La phase suivante de traductions et retraductions du manuscrit original ne fera que marquer une série d’autres rencontres, ou pseudo rencontres, qu’il faut maintenant examiner. Après plusieurs siècles de dormance qui, à mes yeux, s’interprètent non comme une désaffection mais comme une impossibilité objective ou fortuite d’accord entre le texte et ses héritiers, la première rencontre, celle de l’Islandais Thorkelin, se fait, à la fin du xviiie siècle. Elle se situe donc en dérivation par rapport à la culture anglo-saxonne, dans le contexte du romantisme naissant et de la redécouverte des origines de la nation danoise. Il s’agit de deux copies du texte (fort importantes car l’original a subi de terribles outrages) qui annoncent une traduction en latin qui paraîtra en 1807. Je n’insisterai pas sur la motivation à la fois historique et culturelle de ces deux copies et sur la signification de la translation dans la langue latine : Thorkelin à la fois récupère l’héritage danois et neutralise la composante anglo-saxonne dans le passage au latin. On retrouve, de façon presque caricaturale, à la fois l’effacement de l’origine et le choc culturel que déclenche la traduction.

15La première traduction anglaise paraîtra en 1833 sous la plume de Kemble. Dans le sillage des grandes avancées évolutionnistes, et aussi, peut-être à contre-courant de la notion de progrès qui leur était associée, vont commencer les relectures philologiques et interprétatives de Beowulf. À cette époque et dans le même mouvement par lequel la modernité découvrait ses origines, elle va rechercher les racines et la filiation entre les langues : le texte de Beowulf constituait un terrain d’exploration privilégié. Plusieurs orientations, assez contradictoires, vont présider aux diverses traductions recréations qui nous sont parvenues et qui continuent d’influencer certaines des éditions dont nous disposons aujourd’hui. De mon point de vue, elles constituent certes des rencontres mais de fausses rencontres — c’est-à-dire faiblement “hybridantes” — dans lesquelles l’une au moins et parfois les deux cultures mises en regard par la traduction se trouvent minorées.

16Une première transformation touche à la mise en forme typographique du poème tel que nous pouvons le lire aujourd’hui. Elle date de 1857 et marque une refonte totale de la typographie originelle que vont respecter ensuite tous les éditeurs du texte de Beowulf. Elle définit la division du texte en vers et en hémistiches délimités par le retour plus ou moins régulier des structures allitératives du texte. Un nouveau modèle de diction poétique “anglo-saxonne” apparaît. On pourrait même dire qu’il est inventé. Il va servir de référence à un poète aussi important que G. M. Hopkins et à de nombreux autres après lui. On voit que le concept d’entrelacs, mis en lumière par Leyerle, en tant qu’opérateur poétique, qui touche aussi bien à la forme qu’au contenu du poème, se trouve réduit à la mise en évidence d’une régularité prosodique superficielle. Sous couvert de fidélité historique on ignore, ou dans mon optique, on ne s’autorise pas, une rencontre pleine et entière avec la complexité.

17D’autres, dont certaines traductions allemandes, vont s’attacher à “améliorer” le texte en introduisant diverses interpolations ou en réduisant certaines parties du texte notamment les recadrages chrétiens perçus comme des distorsions par rapport à la prétendue vérité de l’imaginaire anglo-saxon redécouvert de façon fantasmatique à l’époque. Dans ce cas, on perçoit comment les philologues ont pris soin, sous prétexte d’authenticité et de fidélité historique, de radicaliser l’opposition entre le présent et le passé et donc d’éviter une rencontre.

18D’autres traducteurs enfin, rebutés ou déroutés par l’étrangeté du manuscrit, vont abandonner toute prétention à restituer la forme poétique du texte et donner des translittérations, paraphrases ou transcriptions en prose censées restituer le contenu narratif du texte sans prétendre imiter ou même suggérer sa forme poétique originale. La rupture est donc parfaitement consommée. Toute rencontre est désormais impossible. Aucune de ces traductions, trop sommairement évoquées, n’a su ou pu accueillir l’univers imaginaire de l’œuvre. Elle n’est plus “décentrée” dans la tension entre deux sphères d’influence, comme le préconisait Meschonnic, elle semble écartelée, en partie démembrée.

  • 7 Beowulf, Crépin, 1991, p. 592C.

19La nécessaire convergence va se produire après et autour de l’étude de J. R. R. Tolkien qui, selon Crépin, “invite à une lecture sérieuse du poème, pris en lui-même et pour lui-même, comme l’exige toute œuvre d’art7”. Un nouveau départ et une ouverture pour de futures traductions de l’œuvre semblent avoir été tracés. Ces tentatives sont, comme le signale Crépin, assez désordonnées, mais l’essentiel est de constater que la tendance précédente s’est inversée. Loin de déformer ou de réduire l’œuvre, c’est toute une époque et sa culture qui vont essayer de s’adapter et de trouver une place pour cette œuvre maîtresse du passé anglo-saxon.

20L’adaptation la plus remarquable ne se réalisera que bien plus tard, après plus de vingt ans de gestation, sous la plume de Seamus Heaney. Cette nouvelle traduction nous permet de voir à la fois l’importance et la secondarité du rôle de l’intercesseur dans le cheminement de la traduction. Il est rare en effet de voir s’accomplir une adaptation d’exception sans que ne se soit auparavant effectué le travail de rapprochement entre les cultures mises en présence. C’est en ce sens que le travail du traducteur est second sinon secondaire.

21En mettant fortement l’accent sur la dimension linguistique de son travail, Heaney met très clairement en évidence le double travail de convergence et d’émergence que gère le traducteur. Il nous explique que cette composition a été pour lui l’occasion d’atténuer le sentiment de déchirement qui avait affecté son éducation partagée entre ses origines celtiques et sa formation dans la langue anglaise. En traduisant Beowulf, il se reconnaissait un patrimoine, sinon commun du moins mêlé, qu’il pouvait faire resurgir dans l’écriture. Bien plus, il lui appartenait de renverser les valeurs politiques qui avaient présidé à l’introduction de la langue anglaise dans son pays dans la mesure où il apercevait que des substituts gaéliques paraissaient parfois plus appropriés que leurs équivalents en langue anglaise moderne pour rendre certaines notions anglo-saxonnes. Une dynamique culturelle et politique était créée qui lui ouvrait des perspectives :

  • 8 Beowulf, Introduction, 1999, p. XXV.

a loophole, an escape route from what John Montague has called ‘the partitioned intellect’, away in some unpartitioned linguistic country, a region where one’s language would not be simply a badge of ethnicity or a matter of cultural preference or an official imposition, but an entry into further language8.

  • 9 Beowulf, Heaney, 1999, Introduction, p. XXVI.

22Ce langage “autre/outre,” ce dépassement des clivages pour aborder les zones d’interférences où s’accusent les différences, quelle meilleure définition peut-on proposer du projet de traduction ? Sur le plan personnel, le poète renouait avec les voix de son enfance : “I was therefore lucky to hear this enabling note almost straight away, a familiar local voice, one that had belonged to relatives of my father, people whom I had once described (punning on their surnames) as ‘big-voiced scullions’9”.

  • 10 Ibid. p. XXI.
  • 11 lbid. p. XIX.

23Non seulement un accord était réalisé entre la situation personnelle du poète mais un accord plus profond et probablement plus déterminant se mettait en place entre la subordination politique de l’Irlande et l’épopée de Beowulf dont j’ai souligné l’arrière plan culturel hybride : la société anglo-saxonne sous la domination Scandinave de l’orée du xie siècle évoque inévitablement la situation de l’Irlande contemporaine, sauf qu’il s’agit d’une image contestataire, peut-être semblable à celle que célébraient les “scops” saxons à l’intention de leurs nouveaux maîtres Scandinaves. Heaney a la pudeur de noyer ce rapprochement majeur dans la référence plus large aux ressorts tragiques de l’âme humaine lorsqu’il commente la déploration de la femme Gète devant le bûcher funéraire de Beowulf : “her keen is a nightmare glimpse into the minds of people who have survived traumatic, even monstrous events and who are now being exposed to a comfortless future10”. Le rapport complexe des forces en présence dans la fable de Beowulf n’en demeure pas moins essentiel pour comprendre la richesse de sa traduction tant au niveau de la production qu’à celui de sa réception en pays irlandais et anglo-saxon. Il y a dans Beowulf, et au-delà de l’Irlande pour tous les responsables et toutes les victimes des conflits qui hantent notre époque, à la fois une justification et une réponse. D’abord, une représentation du mal et de la destruction qui fait sens dans la mesure où elle est protéiforme et, en fin de compte, selon Heaney, inhérente à l’âme humaine : “Dragon equals shadow-line, [...] the embodiment of a knowledge deeply ingrained in the species — the knowledge, that is, of the price to be paid for physical and spiritual survival11” ; et, à la suite de cette prise de conscience, l’œuvre annonce le nécessaire passage de l’âge des héros triomphants mais mortifères à l’âge des vaincus terrassés mais apaisés. C’est cette alchimie complexe, à la fois personnelle et collective, qui a présidé à la création d’un texte de traduction, non pas définitif ou indépassable, mais riche de ses rencontres objectives et, en cela, incomparable.

24Concluons, à l’issue de ce parcours très rapide des traductions de Beowulf et en guise d’introduction à celle de Heaney, sur quatre idées forces :

  • il n’y pas d’orientations sourcière ou cibliste en traduction, il n’y a que des rencontres objectives entre des langues-cultures,
  • ces rencontres sont l’occasion pour les langues-cultures mises en présence d’évoluer l’une vers l’autre et de s’hybrider,
  • le produit de ces rencontres est un texte authentique qui marque la migration et la transformation du texte de départ,
  • ces rencontres sont l’œuvre de “médiateurs” capables de rapprocher les cultures et de produire des textes pertinents pour leur époque.
  • 12 Je renvoie le lecteur soucieux d’approfondir cette convergence à l’admirable article “Traduction” (...)

25Pour apprécier l’originalité de la traduction de Heaney, j’ai choisi d’en comparer un court extrait (vers 320-331) à trois versions récentes de ce même passage, l’une en vers, les deux autres en prose. Qu’il soit dit en introduction et en guise d’avertissement qu’il ne s’agit pas de juger ces textes à partir d’une lecture prétendument optimale du texte de départ. Ce serait non seulement prétentieux mais impossible au regard de la complexité du texte d’origine. Plus spécifiquement, ce serait en désaccord avec les principes théoriques que je me suis donné qui font que la traduction est une rencontre et non un transfert dans un rapport de dépendance entre un texte source et un texte cible. Il ne s’agit ni de simuler un texte source, ni de l’adapter, mais de marquer un écart et donc une aire de convergence entre deux cultures. Dans ces conditions, seules seront valorisées les lectures qui font sens de l’écart dans sa double fonction de rapprochement et de différenciation12.

  • 13 Je ne prétends pas que ce très bref passage soit représentatif des réussites (ou des faiblesses) d (...)

26Le texte choisi pour mon étude est un texte de transition, presque marginal13. Il est pourtant emblématique, comme nous essaierons de le montrer à travers l’analyse de ses traductions. J’ai voulu éviter les passages les plus sensationnels de l’œuvre, tels que les trois combats singuliers entre le héros et les monstres, même s’il s’agit, d’un point de vue qui n’est pas le mien, des trois foyers les plus importants de l’œuvre. Je voulais éviter que ne se perpétue une double équivoque qui aurait desservi mon propos essentiellement théorique : d’une part l’impression que ce type de merveilleux était précisément du merveilleux, c’est-à-dire irréel, alors qu’il faisait partie intégrante de la perception du réel au Moyen Âge ; et d’autre part, je ne voulais pas non plus m’embarrasser de l’illusion inverse, à savoir qu’il n’y a pas, en fin de compte, de réelles différences entre la monstruosité moyenâgeuse et les terribles réalités de notre époque. Cela aussi aurait été une illusion qui allait masquer la distance que je voulais perceptible pour nos imaginaires modernes de façon à pouvoir apprécier l’audace de l’accolade textuelle dessinée par Heaney.

27Mon choix s’est porté sur les vers 320-31 du fit 5. La troupe des fidèles compagnons qui entourent Beowulf se dirige vers Heorot, le palais des Danois. Ils sont sur le point d’être accueillis par le héraut du roi Hrodhgar auquel ils vont prêter main forte. Contrairement aux mouvements d’armées que l’on voit, plusieurs siècles plus tard dans les scènes de transition des pièces historiques de Shakespeare, censées évoquer l’arrière-plan militaire de la pièce, nous sommes en présence de l’un des temps forts dans la dynamique de l’œuvre. Il semble que, dans la critique de l’œuvre, trop d’accent ait été mis sur le héros aux dépens du groupe dont il est issu. En fait, il s’agit bien dans le cas de Beowulf d’une étroite interaction entre les deux : le héros ne prend sens que pour autant qu’il exprime et assume la volonté du groupe ; le groupe délègue l’un des siens pour représenter sa force et sa résolution. Ce qui se dessine à travers ce texte, c’est très précisément le sens et l’efficacité de l’intervention de Beowulf. Mais, pour que son action se matérialise, il faut auparavant que s’accomplisse une importante transformation dont ce passage est la trace : des hommes vont former un groupe soudé dans lequel leur individualité va se fondre ; leurs armes individuelles vont se lier en faisceaux pour affirmer leur force collective. C’est de ce creuset que jaillira la fibre héroïque et le héros lui-même : l’un disparaît dans le multiple, et le multiple donnera naissance à la force singulière du héros.

  • 14 Beowulf, Crépin, 1991, p. 528.

28Cette métamorphose s’accomplit au sein même du langage, dans sa structure et, on pourrait même dire, dans sa substance. Le nombre des références à “l’entrelacement” ne cesse de grandir dans la première partie : des termes comme “lucian” (entrelacer), “hring” (réunir par des anneaux), “hondlocen” (lié à la main) imposent ce motif. Les références à la cotte de maille des soldats : “gythbyrne”, “searo”, “geatwe”, à sa substance “iren” et à sa structure, faite d’anneaux entrelacés, associées aux marques explicites de la collectivité “astgaedere” et “gangan cwōmon”, annoncent poétiquement que la fusion est en train de se faire entre les hommes qui agissent maintenant de façon solidaire et homogène comme les anneaux entrelacés d’une cotte de maille. Les évocations qui suivent font référence à des armes, non plus défensives mais offensives, aux formes arrondies, “side scyldas”, puis “rondas”, derrière lesquelles s’abritent et s’effacent les fantassins. Ces formes sont pleines et dures mais non encore effilées, ni surtout érigées. Cette ultime transformation sera accomplie dans l’évocation du faisceau des lances appuyées contre le mur de la salle, en clair, mises au service du château, c’est-à-dire de son chef et de son peuple. Ces lances, à valeur non seulement guerrière mais rituelle14, dénotent la force individuelle des guerriers mais aussi leur effacement derrière l’efficacité de leur arme ; le faisceau est, par la grâce de la parataxe, “samod aetgaedere”, comme les hommes décrits au vers 329. Les lances sont détournées de leur utilisation commune et réorientées vers un projet supérieur.

29Ces hommes soudés les uns aux autres sont donc assimilés à leur armement, c’est-à-dire à leur fonction. Cet armement est d’abord perçu comme étincelant, doté d’une beauté un peu voyante, étincelante et certainement trop provocatrice (cf. la progression de “scan” à “scir”) ; puis les fulgurances parasites vont s’estomper pour laisser place à des bruits métalliques plus propres à s’associer au faisceau des lances appuyées contre le mur de la grande salle. La transformation est maintenant accomplie : les hommes tous ensemble (cf. la reprise de “aetgaedere” devenant “samod aetgaedere”) sont associés à leurs armes et leurs armes ont épousé un dessein supérieur. Les deux derniers segments du passage célèbrent cette fusion : vus du dessus, “ufan”, c’est-à-dire dans la juste perspective (celle des héros ? de la destinée ? de Dieu ?), les “hommes-lances” sont devenus un bosquet de frênes d’apparence “grise”, ayant atteint le terme de sa mutation, de l’étincelante parade du début au gris de la résolution inébranlable. La troupe est devenue un mixte d’acier et de chair, “irenthreat”, une troupe homogène mais aussi une menace bardée de fer. La conclusion du passage s’avère alors d’une évidence logique : il y a adéquation entre le fourniment et la force de ceux qui sont devenus, à proprement parler, des “hommes en armes.”

  • 15 Voir les références à ces traductions dans le Fascicule des textes de référence.

30Il convient maintenant d’apprécier comment ces valeurs non seulement ont été, mais surtout, pouvaient être restituées en langue anglaise. Les autres traductions que je présente15 en regard de la traduction de Heaney s’opposent à elle de façon saisissante. La version de Heaney, tout en restant très proche du sens du texte initial, semble s’être émancipée de son langage et de sa diction alors que les deux autres versions “collent” assez fidèlement au texte de départ.

  • 16 Berman, 1995, p. 139.

31Cette dernière stratégie, dont on fait souvent le garant de la juste traduction, était la moins efficace car nécessairement vouée à l’échec. En abandonnant la très contraignante structure prosodique du poème, en vertu de la préoccupation “sourcière” de reproduire le “sens” du texte, les deux versions en prose se condamnent à ne produire qu’un texte indigent, dans la mesure où elles mettent en regard de la poétique du texte initial une syntaxe et une morphologie totalement inadaptées. Dans ces conditions, les “dérapages” sont inévitables : même si “war corselet shone, hard and handwrought, bright iron rings sang on their armour” de Donaldson simule habilement l’empilement paratactique et allitératif des substantifs, cette lecture n’en perd pas moins les éléments clefs que sont les allusions appuyées à l’amalgame en train de se forger entre armes et hommes dont on a vu l’importance. Mais, il s’agit là peut-être de pertes somme toute inévitables. Plus dommageables sont les placages de phraséologies contemporaines totalement adventices tels que “marvelously strong protection”, “iron-headed spears were neatly piled” et, surtout, “They were a well-equipped company” qui dépoétisent gravement ce texte. La traduction en vers, pour habile et savante qu’elle soit, est peut-être la plus galvaudée. Il s’agit, comme l’a montré Berman, à propos de la traduction de Donne par Fuzier et Denis, d’un pastiche ou d’un “portrait robot”16 du poème dans lequel ne subsistent que ses traits les plus appuyés, ceux susceptibles de faciliter une recherche hâtive non une connaissance en profondeur.

32Ces déviations, parfois aux limites du ridicule, étaient-elles évitables ? Probablement pas, si l’on considère les moyens que ces deux traducteurs se sont donnés et le cadre dans lequel ils se situent : c’est un peu comme si l’on avait décidé d’accomplir une fonction spécifique avec un instrument inadapté. Dans un cas, la translittération en prose se condamne à dénaturer l’originalité du poème : la prose prête à Beowulf une structure linéaire alors que sa progression est récursive et entrelacée ; dans l’autre, celui de la traduction en vers de Gummere, l’utilisation d’une rhétorique archaïsante : “stone-bright the street”, “on their harness bright”, “bowed them to bench” donne l’impression d’une parodie. Dans les deux cas, une authentique rencontre n’a pas eu lieu ou bien on s’est mépris sur l’un des deux univers mis en présence.

  • 17 Berman, 1984, p. 23.

33L’une des solutions choisies par Heaney était non pas de calquer le texte de départ, mais de s’en écarter et de le mettre à distance, de repenser la totalité des valeurs de la langue poétique pour produire ce “rapport dialogique” dont parle Berman “entre langue étrangère et langue propre17”. L’important était d’avoir un projet traductif qui dépasse celui presque scolaire que l’on découvre dans la plupart des traductions contemporaines de Beowulf : le souci de présenter dignement ce texte étrange à un public moderne.

34Il n’est pas difficile de comprendre le “projet traductif” d’un poète comme Heaney. Même si, dans sa préface, il ne met l’accent que sur des aspects stylistiques ou linguistiques, cette réflexion poétique sur le sens et l’utilisation de la force qui est au centre de Beowulf ne pouvait qu’attirer l’attention d’un poète placé au coeur des conflits qui, depuis des générations, déchirent non seulement son pays mais qui font rage aux quatre coins de la planète. Toutes ces situations conflictuelles inextricables ont un point commun : on constate un usage impersonnel de la violence s’exerçant dans des attentats sur des hommes et des femmes sans armes pour des causes toujours disproportionnées en regard des conséquences qu’elles entraînent. La violence n’a pas d’âme, elle n’a pas de sens non plus. À tous ces désordres, Beowulf apporte, à travers les tribulations de son héros, une réponse convaincante ou, en tout cas, poétiquement plausible : l’homme est engagé dans la barbarie, seul son courage peut l’en faire sortir. Il y a des violences réparatrices par lesquelles les hommes trouvent un certain accomplissement à leurs destinées complexes. C’est cet espoir que Heaney a voulu insuffler à sa traduction.

35Il est certes possible de regretter la disparition de certaines valeurs textuelles que j’ai isolées dans mon analyse du texte de départ telles que la répétition de “aetegadere”, l’allusion aux formes pleines des boucliers (“rondas”), la perte des allusions répétées aux cottes de maille, l’omission de la valeur complexe de “ufan”. Il convient de répéter avec force que ces regrets ne valent que pour autant qu’ils coïncident avec une vision sourcière de la traduction. De mon point de vue, ils ne sont licites que dans la mesure où ils ne sont pas compensés dans le cadre d’un projet cohérent. Or, le projet de Heaney est dense et convaincant. Il a su prendre à bras le corps les similitudes et les divergences entre les deux cultures mises en présence. De cette confrontation sont nés des choix qui reflètent l’âpreté de cette rencontre.

  • 18 Il est à noter que cette progression s’appuie sur la vigueur expressive de quelques mots soigneuse (...)

36Le choix principal consistait à trouver un équivalent à la succession des hémistiches à la fois juxtaposés et subtilement enchaînés du texte anglo-saxon. Le texte de Beowulf repose sur une logique accentuelle faisant s’enchaîner des temps forts allitérativement reliés de part et d’autre d’une césure, alternant avec un nombre irrégulier de temps faibles un peu à la manière du “sprung rhythm” imaginé par Hopkins. Heaney, quant à lui, a fait le choix de se placer dans une logique à la fois accentuelle et syllabique pour créer un rythme à quatre temps, faisant alterner des temps fortement martelés et des cadences plus aériennes qui dynamisent son poème. Dans la traduction, l’opposition principale est celle qui relie les anapestes, évoquant la progression régulière de la troupe, à des temps d’intensité fortement chargés tant du point de vue phonétique que sémantique, dans lesquels les fusions que j’ai observées dans le texte anglo-saxon se trouvent simulées : “So they duly arrived/in their grim war-graith and gear at the hall”. Sur la base de l’anapeste souple et bondissant, la progression se fait d’un sommet phonique à un autre, depuis “their mail-shirts glinted”, “stacked wide shields”, “toughest hardwood” jusqu’à “seafarers stook” associant hommes et armes dans un motif agreste (celui de la meule de foin, “stook”) qui recharge la poésie du texte initial18. Cependant, on a moins l’impression dans le poème de Heaney du subtil entrelacs sonore de Beowulf et plus celle d’une montée inexorable vers un sommet. La logique du poème de Heaney est moins récursive que progressive. Par ailleurs, l’opposition entre des insertions trochaïques (“hard and handlinked”, “tapering ash” ou “were as good”) en début de vers et l’usage systématique de la syllabe féminine à la fin de certains vers (“kept them”, “glinted”, “greyish”, “themselves”) me paraît liée non plus à la progression thématique, comme précédemment, mais plus à la conduite de l’intérêt du lecteur : les trochées relancent la dynamique du poème tandis que les syllabes ajoutées en fin de vers au-delà du mètre contribuent à la mettre en suspens. La logique poétique adoptée par Heaney est rhétorique et cumulative alors que celle du poète de Beowulf est plus incantatoire et persuasive : les valeurs thématiques sont d’un poème à l’autre non seulement refondues mais placées dans une relation de correspondance. Les deux poèmes se contemplent en miroir.

37Heaney a su également insuffler une nouvelle vie poétique à la forme canonique du poème anglo-saxon. Il reste extrêmement discret sur son travail proprement poétique dans sa préface. En fait, nous assistons à une véritable transformation des principes de base de cette poésie basée sur la structure en deux hémistiches unis par un lien allitératif. Il s’agit, comme précédemment, d’un dialogue entre deux poètes plutôt que d’une simple translittération. Les allitérations sont beaucoup moins nombreuses que dans le texte initial. Elles sont parfois inversées : elles portent sur la seconde partie du vers plutôt que sur la première : si “hard and handlinked”, “their high gloss iron” reproduisent un rythme presque identique à l’original, le vers “and, weary from the sea, stacked wide shields” renverse l’ordre canonique pour mettre en valeur un agglomérat sémantique comme je l’ai montré précédemment. Le plus souvent, Heaney a rénové l’usage de l’allitération en introduisant des variations : ainsi, l’allitération double alterne avec la triple, accentuant l’insolite de vers dénués de toute allitération comme “of the toughest hardwood” ou “tapering ash”, irrégularité qui tend à mettre fortement en rapport et en valeur ces deux membres de phrase.

  • 19 Berman, 1995, p. 70.

38Il a perçu, en poète, que le vers anglo-saxon visait non seulement à relier la partie allitérée du vers mais aussi à mettre en relief la partie “libre” du second hémistiche, ce qui a été rendu diversement par des surplombs et des enjambements parfois audacieux : kept them/in marching order (la fusion ne s’est pas encore accomplie), comme dans le rapport faible/fort entre deux synonymes à l’hémistiche du premier vers : “a paved track, a path” ; des mises en valeur puissantes comme le surplomb de “iron”, de “spears”, la rime suggestive entre “hall” et “wall”, l’écho lointain et le renforcement qui relient en fin de vers “them” au début et “themselves” à la fin du passage. Je retiendrai surtout l’audacieuse coupure entre “greyish” et le nom que cet adjectif qualifie, “ash”, qui désigne très distinctement l’un de “ces passages de l’original, selon Berman19, qui, pour ainsi dire, sont les lieux où elle < l’œuvre > se condense, se représente, se signifie ou se symbolise”, le temps fort de ce poème également exceptionnellement marqué par une absence de marques allitératives dans l’original. Par opposition aux autres traducteurs, les deux poètes mettent en évidence la transformation qui s’est accomplie : dans “aescholt ufan graeg” et “a stand of greyish/tapering ash”, la troupe est à la fois rassemblée dans sa force “aescholt” et “a stand (riche de son ambiguïté) of greyish/tapering ash”, et indécise quant à sa mission : “greyish” placé en surplomb à la fin du vers faisant écho à “ufan graeg”. Pour le moment, la troupe est à la fois guerrière et pacifique, entre blanc et noir, faite d’un mélange indissociable de noirceur et de pureté.

39On découvre dans le poème de Heaney toute la panoplie des techniques de la diction moderne mise au service d’une pensée et d’un souffle poétique venus du fond du Moyen Âge. Deux voix poétiques se répondent et s’opposent. Impossible de les confondre au point que parfois elles nous paraissent diverger comme, par exemple, lorsque le poète de Beowul retombe sur ses thèmes guerriers alors que Heaney retrouve les accords pacifiques caractéristiques de sa poésie : ainsi le “saemanna searo” (seafarer’s weapons) de l’un n’évoque pas le “seafarers’s stook” de l’autre, le souffle et phrasé poétiques se répondent et s’entremêlent. C’est à travers et non en dépit de ces différences que va se forger la convergence profonde entre les deux poétiques. Elles se rencontrent et elles se fondent sans se confondre, contrairement à la recherche illusoire d’une impossible restitution à l’identique que semblent prôner les autres traductions. Dans le hiatus entre les époques, les cultures et les sensibilités, les deux poètes se rencontrent et le texte de départ poursuit ainsi sa métamorphose, accomplit son sens. Dans la conversion sourcière à l’origine que prônent certains ou dans la transposition cibliste vers la culture d’accueil que recommandent d’autres, au contraire, le texte se perd définitivement. Il n’est pas replacé, comme il me semble qu’il doit être mais déplacé, remplacé.

  • 20 S. Heaney, Introduction, p. XXIV.

40Il y a une double tension dans la traduction : celle qui tend à préserver l’écart entre des cultures nécessairement différentes et divergentes et celle qui vise à les faire converger ou dialoguer en un acte commun de signification. C’est ce projet que Heaney a réalisé en prenant en charge les contradictions de sa double culture, ce qu’il appelle “binary thinking about language20”, ainsi que les contradictions politiques et religieuses de son pays natal. Cependant, si sa traduction s’impose, c’est bien évidemment qu’elle dépasse les écartèlements d’un seul homme pour exprimer les contradictions dans lesquelles nous vivons. Le seul rapprochement entre des situations socioculturelles ne saurait garantir la valeur littéraire d’une traduction. Il faut encore que s’effectue une fusion, que le texte original soit refondu — à la fois défait et recréé — pour que le souffle poétique perdure. Toute autre intervention, en prétendant l’expliciter ou le familiariser pour le lecteur, le prive de sa dynamique et donc le vide de sens. On voit dans ces conditions pourquoi les traductions ne peuvent être de simples supports de lecture, des translittérations ou des adaptations, elles appellent une prise en charge créatrice qui leur permette de toucher leur nouveau public et les placent dans un processus de constante métamorphose. Il n’y a donc pas dans la traduction, comme semble le reconnaître Jean-René Ladmiral, de perte irréparable ou de profanation mais, au contraire, une révélation progressive du texte initial. Par le biais des interprétations et des traductions auxquelles elles donnent jour, les grandes œuvres sont toujours en devenir, en survie. Elles ne tendent pas vers une hypothétique perfection qui, dans mon optique, n’aurait guère de sens mais, comme le pensait Walter Benjamin, vers un dépliement de leurs potentialités.

Haut de page

Bibliographie

Beowulf : A Student Edition. George JACK, ed., Oxford, Clarendon Press, 1994 (1995).

Beowulf, édition diplomatique et texte critique, traduction française, commentaires et vocabulaire, André CRÉPIN, ed., Göppingen, Kümmerle Verlag, 1991.

Beowulf : de la forme au sens, Colette STEVANOVITCH, ed., Paris, Ellipses, 1998.

Beowulf, trad. Seamus HEANEY, Londres, Faber and Faber, 1999.

BERMAN, Antoine, L’Épreuve de l’étranger : culture et traduction dans l’Allemagne romantique : Herder, Goethe, Schlegel, Novalis, Humboldt, Schleiermacher, Hölderlin, Paris, Gallimard, 1984.

—, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, NRF Gallimard, 1995.

KENDRICK, Laura, “The Aura of Beowulf and the Aesthetics of Intricacy” in Colette Stevanovitch, Beowulf : de la forme au sens, pp. 13-24.

KLAEBER, Friedrich, Beowulf and the Fight at Finnesburg, Boston, Heath, 3e ed., 1950.

LAPLANTINE, François et NOUSS, Alexis, Métissages, Paris, Pauvert, 2001.

LEYERLE, John. “The Interlace Structure of Beowulf”, University of Toronto Quarterly 37 (1967) : 1-17.

MESCHONNIC, Henri, Pour la Poétique II : Épistémologie de l’écriture poétique de la traduction, Paris, Gallimard, 1973.

—, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999.

TOLKIEN, John Ronald Reuel, “Beowulf : the Monsters and the Critics”, Proceedings of the British Academy, 22 (1936), OUP 1937, pp. 245-95.

Haut de page

Notes

1 Voir dans cette même livraison l’analyse du “théorème de dichotomie” par J.-R. Ladmiral, pp. 21-23.

2 Meschonnic, 1999, p. 308.

3 Je tiens à remercier Anne Mathieu et Wendy Harding pour avoir, dans les séminaires auxquels elles m’avaient invité, déclenché en moi l’envie de commencer cette étude, et pour m’avoir ensuite guidé dans le dédale des études médiévales.

4 Le texte de référence (voir Fascicule des textes de réf.) est celui de Klaeber. Je me suis permis de donner une traduction mot à mot en anglais moderne pour faciliter le déchiffrement du texte.

5 Réécriture, recréation ou simples interpolations de la part d’un scribe ou poète chrétien, la controverse n’est pas dans mon propos.

6 Beowulf, Heaney, 1999, Introduction, p. XXI.

7 Beowulf, Crépin, 1991, p. 592C.

8 Beowulf, Introduction, 1999, p. XXV.

9 Beowulf, Heaney, 1999, Introduction, p. XXVI.

10 Ibid. p. XXI.

11 lbid. p. XIX.

12 Je renvoie le lecteur soucieux d’approfondir cette convergence à l’admirable article “Traduction” dans la réflexion de Laplantade et Nouss sur le métissage, pp. 560-66.

13 Je ne prétends pas que ce très bref passage soit représentatif des réussites (ou des faiblesses) d’une traduction qui porte sur plusieurs milliers de vers. Je me sers de ce passage comme d’un prélèvement pour dégager des axes d’analyse qui permettront d’aborder la traduction dans son ensemble.

14 Beowulf, Crépin, 1991, p. 528.

15 Voir les références à ces traductions dans le Fascicule des textes de référence.

16 Berman, 1995, p. 139.

17 Berman, 1984, p. 23.

18 Il est à noter que cette progression s’appuie sur la vigueur expressive de quelques mots soigneusement choisis comme “glint”, “gloss”, “graith” subtilement appariés par des allitérations entrelacées avec “stack”, “shields”, “seafarers” et “stook” reproduisant ainsi l’alternance entre allitérations en <g> et <s> du texte anglo-saxon.

19 Berman, 1995, p. 70.

20 S. Heaney, Introduction, p. XXIV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacky Martin, « La traduction en tant qu’adaptation entre les cultures : les traductions de Beowulf jusqu’à Seamus Heaney », Palimpsestes, 16 | 2004, 67-83.

Référence électronique

Jacky Martin, « La traduction en tant qu’adaptation entre les cultures : les traductions de Beowulf jusqu’à Seamus Heaney », Palimpsestes [En ligne], 16 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1593 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1593

Haut de page

Auteur

Jacky Martin

Jacky MARTIN est professeur à l’Université de Montpellier 3. Il a publié en collaboration avec Lance Hewson une étude du phénomène traductif intitulée Redefining Translation: The Variational Approach ainsi qu’une série d’articles sur des sujets connexes. Il a par ailleurs étudié les phénomènes d’hybridation entre les cultures dans le cadre de la littérature américaine dans un ouvrage intitulé A World of Difference: An Intercultural Study of Toni Morrison’s Novels (co-authored with W. Harding). Un ouvrage à paraître intitulé Othering American Poetry traite des problèmes de métissage dans la poésie américaine contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org