Navigation – Plan du site

Du signe au sens : l’adaptation traductive du lexique dans quelques traductions de Shakespeare

Jean-Marc Chadelat
p. 85-104

Résumés

Partant du postulat que toute opération de traduction comporte une dimension adaptative constitutive, je me placerai au niveau lexical afin de décrire certains processus adaptatifs en jeu dans plusieurs traductions françaises de l’oeuvre dramatique de Shakespeare. S’il est vrai que l’on ne traduit pas des mots mais seulement des énoncés, il est pourtant des mots qui ont des effets de sens débordant largement leur insertion significative dans un texte. C’est le cas par exemple des nombreux néologismes et jeux de mots de l’œuvre shakespearienne qui détournent l’attention de l’esprit vers la lettre et constituent un défi pour le traducteur. L’adaptation lexicale n’est pas dans ce cas une simple option traductive mais bien une nécessité qui conditionne la réception de la traduction. Les processus adaptatifs en jeu révèlent plusieurs niveaux de traduction selon que le traducteur cherche à restituer la motivation d’un terme, sa signification linguistique ou bien la façon originale dont il contribue à la construction d’un sens. La non coïncidence de ces trois dimensions sémiologiques d’une langue à l’autre explique par ailleurs que, même au niveau lexical, le traducteur doive adapter en fonction d’une stratégie traductive privilégiant certains effets de sens au détriment d’autres. L’articulation, différente selon les langues et les discours, des signes au sens montre que la traduction n’est peut-être pas autre chose que la perpétuelle adaptation de la lettre à la préservation de l’esprit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Au sujet des traductions de l’œuvre dramatique shakespearienne en français, lire l’entretien accor (...)
  • 2 Voir à ce sujet Blake, 1983, et Kermode, 2000.
  • 3 Sur l’absence d’instance prescriptive en matière linguistique en Angleterre au xvie, consulter Las (...)

1Les nombreuses traductions des drames de Shakespeare témoignent de l’inépuisable richesse d’une œuvre lue, jouée et interprétée différemment selon les lieux et les époques. Les traducteurs envisagent le plus souvent la langue de Shakespeare sous l’angle du style considéré comme un trait révélateur des personnages ou de l’action1. Rares sont ceux qui ont réfléchi aux problèmes spécifiques posés par le lexique dans une optique traductologique. Pourtant, si l’œuvre fournit une indication fiable, son auteur devait avoir un goût prononcé pour les mots, certains érudits estimant que Shakespeare avait à sa disposition un vocabulaire de plus de vingt-cinq mille termes, soit bien plus que la plupart de ses contemporains réunis. Il est probable qu’on lui doive un grand nombre parmi les néologismes qui ont enrichi la langue anglaise au cours de sa carrière dramaturgique2. À la différence du latin qui était encore la langue scolaire et universitaire des écoliers comme des écrivains, l’anglais du xvie siècle était une langue en mutation. La transformation linguistique qui allait donner à la langue vernaculaire sa forme moderne concernait tout particulièrement le lexique. Le sentiment national émergent et l’appartenance identitaire à un même peuple parlant une langue distincte constituent un facteur important à l’origine de l’enrichissement souvent anarchique du vocabulaire qui devait rivaliser avec celui du latin. La créativité lexicale de Shakespeare put d’autant plus se donner libre cours qu’aucune contrainte institutionnelle ne pesa sur elle : il n’existait pas de dictionnaire codifiant les mots et prescrivant leur graphie, leur prononciation, leur signification ainsi que leur fonctionnement syntaxique et la catégorie du discours à laquelle ils appartenaient3. Le dramaturge élisabéthain eut de ce fait toute liberté d’être un poète au sens étymologique du terme, un créateur de mots et de vers qu’il modelait et assemblait à la manière d’un artisan.

La traduction des néologismes affixés

  • 4 Pour une définition et une présentation des matrices lexicogéniques en anglais dans une optique de (...)

2La caractéristique lexicale la plus évidente sur laquelle le dramaturge pouvait avoir prise est la forme graphique et phonétique qui permettait souvent de distinguer deux variantes du même mot, par exemple list et listen. La malléabilité formelle des mots employés par Shakespeare, souvent mise à profit afin de régulariser un vers, n’est pas seulement exploitée à des fins métriques. La maîtrise remarquable des matrices lexicogéniques4 permet au poète de créer de nouveaux mots qui désignent un référent anonyme. C’est le cas des nombreux mots affixés qui résultent de la transformation d’une base par l’ajout d’un préfixe ou d’un suffixe. Pour le traducteur, nous verrons que le problème principal que posent les affixés est celui de la motivation morphologique qui associe analogiquement la forme du mot à sa signification. Ainsi Othello assure-t-il que ses mérites pèseront plus lourd que les accusations formulées à son encontre :

  • 5 L’édition de référence d’où sont extraites les citations est William Shakespeare : The Complete Wo (...)

Othello. My services which I have done the signiory
Shall out-tongue his complaints. (I, 2, 18-19)5

  • 6 Voir Fascicule des textes de référence, exemple 1.

3Deux des trois traductions consultées (1) et (2), que par commodité de lecture nous numéroterons6, proposent la reformulation identique “parleront plus fort” alors que (3) choisit la variante “parleront plus haut”. La formulation adverbiale en français est rendue nécessaire par l’impossibilité de calquer la morphologie de l’anglais mais le choix de l’adverbe révèle également un certain degré d’interprétation du personnage que traduisent les connotations différentes de “fort” et de “haut”. Dans King Lear, Edgar divague au sujet de ses prouesses amoureuses en se comparant au Sultan :

Edgar. Wine loved I deeply, dice dearly ; and in woman out paramoured the Turk. (III, 4, 86-87)

  • 7 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 2.

4La version (1) traduit par “je damais le pion au Turc” en jouant sur les connotations de “damer” tandis que (2) traduit prosaïquement par “j’avais plus de maîtresses que le Grand Turc” et (3) conserve la signification du préfixe en proposant “je mettais hors jeu le Turc”7. Le défi que le traducteur doit relever ici est la convergence de la comparaison hyperbolique qu’Edgar établit dans son délire avec un personnage réputé pour son harem et la motivation morphologique, fondée sur l’architecture du verbe affixé. Un exemple comparable est tiré de Hamlet, dans la scène où le prince donne une leçon d’art dramatique à l’un des comédiens :

Hamlet. It out-herods Herod. Pray you avoid it. (III, 2, 13-14)

  • 8 The Complete Works, p. 952, n. 13 : “the raging tyrant of old Biblical plays”.

5Le néologisme verbal ne peut se traduire littéralement en français mais sa forme n’est pas arbitraire, faisant explicitement allusion au personnage biblique dont le type théâtral était associé à la cruauté et aux vociférations. Hamlet dénonce au moyen de cette formation lexicale inédite les acteurs qui manquent de naturel en déclamant leur texte avec emphase8. Le sens de l’expression est clair, mais la référence culturelle à un personnage de théâtre et la motivation du signe obligent le traducteur à adapter largement pour trouver un équivalent acceptable en français :

  • 9 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 3.

(1) Évitez ces exagérations, je vous en prie.
(2) C’est faire Hérode en plus tonitruant qu’Hérode. Je vous en prie, évitez cela.
(3) Je voudrais le fouet pour ces gaillards [...] qui renchérissent sur Hérode. Évitez cela, je vous prie.9

  • 10 Sur les notes du traducteur, voir Henry, 2000, pp. 59-70.
  • 11 Voir à ce sujet Seleskovitch, 1984, pp. 124-135.

6Ces traductions couvrent la gamme des comportements adaptatifs en mettant en relief les divers niveaux d’interprétation lexicale : la version (1) opte pour le sens récapitulatif de la recommandation d’Hamlet sans se soucier de l’originalité de la forme alors que (2) explicite la référence au personnage de théâtre et (3) tente principalement de restituer le sens d’excès du préfixe. Dans les trois cas, le traducteur éprouve le besoin de se justifier au moyen d’une note explicative et apologétique10 qui souligne la nécessité d’une adaptation minimale et les limites d’une reformulation française qui ne peut saisir d’un même mouvement les diverses couches sémiologiques du néologisme11. Lorsque Macbeth apprend d’un serviteur livide qu’une armée se dirige vers le château de Dunsinane où il se trouve, il s’écrie :

Macbeth. Go prick thy face and over-red thy fear. (V, 3, 14)

7L’élément préfixé signifie le recouvrement de la frayeur exsangue du messager par la couleur sanguine du courage en exploitant le contraste symbolique entre le blanc et le rouge. L’adaptation lexicale dépendra ici autant de l’interprétation de l’opposition des couleurs que des niveaux de traduction du verbe affixé :

  • 12 Voir Fascicule des textes, Exemple 4.

(1) Va ! Écorche-toi le visage afin d’enluminer ta peur !
(2) Va te griffer la face ; à ta peur mets du rouge.
(3) Va donc griffer ta face et fais rougir ta peur.12

8Dans ces trois versions, la motivation du signe est subordonnée à la compréhension de l’image et sa restitution selon le contexte. C’est bien le niveau sémantique que ces adaptations ont privilégié en prenant le risque d’interférences connotatives qui occultent la signification du verbe anglais au profit d’un sens plausible.

9Le préfixe un-, pour lequel Shakespeare semble avoir eu une attirance particulière, illustre la tension qui existe entre les divers niveaux sémiologiques que le mot préfixé actualise. Dans l’univers sens dessus dessous de Macbeth, ce préfixe fonctionne comme un indicateur de l’inversion radicale des valeurs et des qualités qui affligent notamment le couple infernal :

Lady Macbeth. Corne, you spirits
That tend on mortal thoughts, unsex me here. (1, 5, 38-39)

10Ce désir contre-nature de “désexuation” à des fins criminelles que Lady Macbeth exprime, préfigure la “dévirilisation” de son complice en proie à la vision du spectre de Banquo qu’elle attribue à un accès de folie :

Lady Macbeth. What, quite unmanned in folly ? (III, 4, 73)

  • 13 Voir Tournier, 1985, p. 96.

11Au plan lexicogénique, ce préfixe négatif permet de former des dérivés dont la relation avec la base lexicale est ambivalente : le rapport sémantique d’antonymie est atténué et recouvert par la subsistance formelle de la notion qui est niée13. La motivation morphologique de ces affixés est donc partie prenante de leur signification et de leur contribution au sens de l’énoncé dans la situation où ils apparaissent. Les traductions de ces deux mots affixés hésitent significativement entre équivalence formelle et équivalence sémantique :

  • 14 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 5.

(1) Accourez, esprits qui veillez sur les pensées de mort ! Enlevez-moi mon sexe
(2) Venez, esprits Serviteurs du meurtre, m’ôter ici mon sexe
(3) Ah venez, vous esprits Qui veillez aux pensées mortelles, faites-moi Sans mon sexe
(1’) Quoi ! la folie a emporté tout l’homme ?
(2’) Quoi ! la folie vous ôte tout courage ?
(3’) Quoi ! déformé dans la folie14 !

12La négation d’une qualité inaliénable est également au cœur de l’expression néologique employée par Richard II dans sa cellule lorsqu’il constate la défection de l’indéfectible :

Richard II. Then I am kinged again ; and by and by
Think that I am unkinged by Bolingbroke. (V, 5, 36-37)

13L’adaptation doit rendre ici la signification originale d’un terme qui fait apparaître dans sa morphologie l’incompréhension d’un processus ontologiquement impensable. Le choix de synonymes interlinguaux privilégiant le sémantisme de “unkinged” au détriment de sa signification motivée entraîne une déperdition :

  • 15 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 6.

(1) et me voilà redevenu roi : mais immédiatement je songe que je suis détrôné par Bolingbroke.
(2) Alors je me retrouve roi et, bientôt, songe
Qu’à cause de Bolingbroke je ne suis plus roi.
(3) et roi je redeviens, pour bientôt m’aviser que Bolingbroke me détrône.
(4) Alors je suis roi de nouveau, et bientôt
Je pense que je suis détrôné par Bolingbroke.15

  • 16 Cet exemple particulièrement significatif souligne la place importante de l’interprétation du text (...)

14Dans ces quatre versions, la préférence stratégique pour le sens déverbalisé plutôt que pour la part signifiante de la forme du mot montre la difficulté qu’il y a à concilier tous les niveaux de traduction possibles dans le cadre d’une reformulation intelligible et dicible par un acteur. La pluralité de niveaux est d’ailleurs tout aussi manifeste en anglais dans une optique intralinguistique. La création par Shakespeare de ce néologisme témoigne en effet de l’inadéquation à ses yeux des synonymes codifiés “dépose”, “dethrone” ou “uncrown” pour exprimer le sens poétique et dramatique de la tirade de Richard. Cette constatation ne permet pas au traducteur de trouver la meilleure équivalence ; toutefois, elle incite à tenir compte de la signification originale du mot pour comprendre son sens en fonction du contexte et de l’interprétation que l’on fait de la tragédie dont le roi se sent victime16. Dans la bouche de Richard, “unkinged” n’a de sens que par ce que l’on sait de sa conception de la royauté et ce que l’on perçoit de son sentiment de déréliction ; la forme motivée du mot est donc autant un révélateur qu’un indice lexical du sens verbalisé en anglais.

La traduction des emprunts savants

  • 17 Sur ce point, voir Barber, 1997, pp. 62-63.

15À côté des mots affixés, Shakespeare a mis à contribution la matrice lexicogénique de la composition en inventant un nombre important de mots composés inédits. La création de termes autochtones par néologie interne17 à partir d’éléments autonomes était facilitée par l’abondance de monosyllabes d’origine germanique et visait à concurrencer la domination du latin en illustrant la vitalité de l’anglais. L’œuvre de Shakespeare se fait l’écho de cet enrichissement lexical souvent désordonné, en attente de régulation par l’usage et de codification par la langue. On y trouve notamment une parodie de l’emploi inconsidéré des latinismes savants empruntés aux textes ou bien inventés pour l’occasion. Dans Loves Labours Lost, Holopherne le maître d’école et Don Adriano de Armado rivalisent d’ingéniosité lexicale en parsemant leur discours de termes exotiques ou pédants :

Armado. bring him festinately hither. (III, 1, 4)

Holofernes. He is [...] peregrinate, as I may call it. (V, 1, 12-13)

  • 18 Rey-Debove, 1978, définit le procédé autonymique comme l’emploi d’un mot du lexique comme nom de s (...)
  • 19 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 7.

16Les traducteurs de (1) et (3) ont choisi des termes (“incontinent”, “pérégrin”) qui évoquent le registre précieux ou étymologisant de l’original en privilégiant la forme affectée et les connotations autonymiques18 des équivalents français, seul l’auteur de la version (2) ayant choisi de traduire “festinately” par “diligemment” en gommant la forme latine19. Dans Twelfth Night, lorsque Sébastien affirme qu’il erre sans but, la dimension parodique de son expression nécessite une adaptation :

Sebastian. My determinate voyage is mere extravagancy. (II, 1, 9-10)

17La stratégie des traducteurs révèle une fois de plus la tension entre la motivation formelle du mot à adapter et sa signification linguistique :

  • 20 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 8.

(1) Mon itinéraire est la pure extravagance.
(2) Le voyage que je me fixe est pur vagabondage.
(3) je n’ai d’autre dessein que de pérégriner à l’aventure20.

18Si “extravagance” en (1) conserve la forme latine motivée de l’original, il y a fort à parier toutefois qu’un public ou un lectorat francophone contemporain ne discerne pas le sens premier “errance” du terme. De surcroît, la signification du mot français apparenté est différente de celle du mot anglais, ce qui suscite des effets de sens indésirables. La version (2) privilégie quant à elle la transparence sémantique de l’énoncé aux dépens de la charge sémiologique du mot. En (3), en revanche, le traducteur a choisi un verbe d’origine latine moins opaque en français, tout en précisant son sens à l’aide d’une locution adverbiale dans le cadre d’un compromis entre le niveau formel et le niveau sémantique. Le même écart peut se constater dans les adaptations du latinisme par lequel Troïlus exprime sa certitude de la chasteté de Cressida :

Troilus. For I will throw my glove to Death himself
That there’s no maculation in thy heart. (IV, 4, 62-63)

  • 21 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 9.
  • 22 Selon la terminologie de Deroy, 1980, qui distingue les “emprunts proprement dits ou les mots tout (...)

19Ici, alors que (1) préserve la forme étymologiquement motivée de l’original en attribuant à Cressida un cœur “immaculé”, (3) subordonne le profil latin du mot à la signification “sans tache”21. Cette dernière version se contente de rendre la contribution sémantique du pérégrinisme22 au sens de l’énoncé en masquant l’exotisme de la forme tandis que la permière version prend le risque d’une équivalence lexicale formelle au détriment de la signification dénotative et connotative.

La traduction des néologismes construits

20Shakespeare crée également de nombreux mots composés qui, appartenant pour la plupart au registre parlé, posent donc des problèmes d’adaptation à la fois morpho-syntaxiques et stylistiques. C’est le cas par exemple des insultes pittoresques que Thersite et Ajax se lancent à la figure dans Troïlus and Cressida :

Thersites. The plague of Greece upon thee, thou mongrel beef-witted lord ! (II, 1, 11-12)

21Le comportement adaptatif que révèlent les versions françaises de cette réplique oscille à nouveau entre une certaine fidélité aux mots de l’original et une reformulation métonymique de leur signification contextuelle :

  • 23 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 10.

(1) Que la peste grecque te saisisse, seigneur métis à esprit de bœuf !
(3) La peste grecque t’emporte, sire corniaud à méninges de ruminant23 !

22En (1) la traduction littérale du qualificatif composé est sans doute moins parlante en français où l’hétérogénéité des deux noms atténue l’effet comique de l’anglais ; on peut se demander si un degré d’adaptation du déterminant “beef” en “bovin” ne rendrait pas mieux le sens de l’expression. À l’inverse, (3) prend ses distances à l’égard de la construction anglaise en formant une locution ad hoc constituée du métonymique “méninges” et de l’hyperonyme “ruminant”. De manière comparable, cette reformulation est moins directement évocatrice du manque d’esprit d’Ajax en français qu’en anglais. Le glissement métonymique de “méninges” à “cervelle” gagnerait sans doute en intelligibilité tout en traduisant mieux le sens de l’adjectif composé de l’original.

23Un autre exemple de composés cocasses nous est fourni par les imprécations que Timon éructe à l’adresse des flatteurs et des parasites qui profitaient sans vergogne de sa libéralité :

Timon. You fools of fortune, trencher-friends, time’s flies
Cap-and-knee slaves, vapors, and minute-jacks ! (III, 7, 93-94)

24Le caractère elliptique de ces constructions verbales oblige le traducteur soucieux de conserver le choix lexical de l’original à expliciter la relation syntaxique entre les éléments nominaux le plus souvent au détriment de la clarté et du naturel de la reformulation française :

  • 24 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 11.

(1) bouffons de la fortune, amis de l’assiette, mouches de la saison, complaisants du chapeau et du genou, dévouements vaporeux, automates de la minute !
(2) Bouffons du sort, amis d’assiette ; mouches d’été, Ignobles courbe-échine, chimères, girouettes !
(3) Vous autres, bouffons de la fortune, pique-assiette, mouches d’été, Coquins du chapeau et de la courbette, vapeurs, et jaquemarts du temps24 !

25Tout l’éventail des comportements adaptatifs est présent dans ces traductions, depuis l’adaptation minimale à la syntaxe de la langue-cible (1) jusqu’à la réexpression libre de l’idée évoquée par ces insultes (2) en passant par une solution intermédiaire (3) à mi-chemin entre la fidélité à l’expression du texte anglais et l’usage du français.

26Les mots construits à partir d’éléments simples donnent aussi l’occasion au dramaturge de déployer ses talents poétiques en faisant naître une image inattendue de la rencontre de deux bases lexicales courantes comme dans Henry IV lorsque le roi se lamente au sujet de la vie dissolue de son fils et exprime le souhait que le valeureux Percy, plus digne de lui succéder que son héritier légitime, ait été échangé au berceau avec son rejeton :

Henry IV. Ο that it could be proved
that some night-tripping fairy had exchanged
In cradle clothes our children where they lay. (1, 1, 86-88)

27La traduction de ce composé donne lieu en français à une adaptation particulièrement heureuse qui restitue intacte sa qualité poétique tout en préservant la forme motivée du qualificatif :

  • 25 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 12.

(3) Oh, qu’on puisse prouver
Que quelque fée venue à pas de nuit
A échangé nos enfants au berceau25.

  • 26 La version (2) est de Monsarrat et la version (1) de Hugo.
  • 27 Shakespeare, Richard II, édition bilingue, Paris, “Folio théâtre”, Gallimard, 1998, p. 83. Pour le (...)

28Il est vrai que cette version est l’œuvre d’un poète pour qui sans doute la distinction de la forme et du sens n’a pas l’évidence méthodologique qu’elle a pour le traducteur s’attachant à composer avec les divers niveaux de traduction. Il n’en reste pas moins que la locution française équivalente est une trouvaille très juste qui fait coïncider presque parfaitement adaptation et traduction tandis que les autres versions traduisent selon un dosage différent où domine la signification dénotative du mot comme dans (2) “fée noctambule” ou bien ses effets de sens connotatifs avec (1) “fée rôdeuse”26. La même alternative se dessine dans les traductions de l’expression “time-bewasted light” extraite d’un discours de Jean de Gand dans Richard II (1, 3, 221) où le vieil homme déplore l’exil auquel son fils vient d’être condamné et craint de ne pouvoir survivre jusqu’à l’expiration de la peine. Cette image surprenante par laquelle il suggère l’extinction de sa vie ne peut se conserver telle quelle en français. En dépit de la référence au temps, qui est un thème central de ce drame comme figure du pouvoir politique, les traducteurs n’ont eu d’autre choix que d’adapter l’originalité morphologique et poétique de l’expression à l’usage du français en optant pour l’équivalent du registre poétique “flamme épuisée” (1) et (3) ou pour la reformulation plus proche de la lettre “lumière à son déclin” (2) qui n’évite pas cependant une transposition du qualificatif anglais. Jean-Michel Déprats résout quant à lui le problème d’une façon originale. Sa traduction “ma lumière par le temps épuisée” (4) opte pour une reformulation littérale de l’adjectif composé tout en atténuant son étrangeté au moyen d’une inversion syntaxique qui signale en quelque sorte sa visée poétique27.

La traduction des mots convertis

  • 28 Voir Tournier, 1985, pp. 169-198.

29Shakespeare n’invente pas seulement des affixés et des composés en construisant des mots nouveaux. Il fait en effet souvent appel à la conversion, autre matrice lexicogénique particulièrement productive en anglais28. Également appelée transfert fonctionnel, la conversion est un processus de néologie sémantique qui permet à un mot de changer de classe grammaticale tout en gardant sa forme. Le changement de sens des termes convertis est lié à leur nouvelle fonction syntaxique et l’on imagine aisément la nécessité pour le traducteur d’adapter des expressions qui ne relèvent pas en français du même procédé néologique. Les exemples que nous avons relevés sont principalement des noms faisant office de verbe qui montrent tout le profit que Shakespeare pouvait tirer de ce processus économe et expressif. C’est le cas par exemple dans King Lear lorsque comparant son malheur à celui de Lear, Edgar inverse de façon frappante le rapport d’engendrement parent-enfant dans le cadre du retournement contre-nature des valeurs que la souffrance provoque :

Edgar. He childed as I fathered. Tom, away. (III, 6, 108)

  • 29 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 14.

30L’adaptation indispensable de cet emploi des deux noms en français peut légitimement donner le sentiment d’une perte de vigueur de l’expression : “à lui, ses filles, à moi, mon père ! Tom, en route !” (1), “Ses enfants comme mon père ! Tom, il faut disparaître” (2) et “Lui avec ses filles comme moi avec mon père ! Tom, partons !” (3)29. Les contraintes propres au français ne laissent pas le choix au traducteur qui ne peut traduire au niveau lexical de la motivation et doit se contenter de viser l’expression du sémantisme des mots anglais en accord avec le sens de l’énoncé. Une latitude plus grande est offerte au traducteur de cette citation tirée de The Tempest :

Caliban. (...) and here you sty me
In this hard rock (1, 2, 342-43)

31Le reproche qu’adresse Caliban à son maître exige pour être correctement réexprimé en français une adaptation morpho-syntaxique du factitif anglais qui devient transitif en français :

  • 30 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 15.

(1) et vous me confinez comme un pourceau en ce dur rocher
(3) Vous me donnez pour bauge ce rude rocher30.

32Si l’on peut considérer ces traductions comme réussies, c’est que l’équivalent français presque littéral du terme anglais en (3) et l’adaptation métonymique en (1) préservent l’évocation concrète induite par la conversion tout en s’accomodant de la syntaxe et de l’usage du français. C’est le même comportement adaptatif que l’on constate dans les versions françaises de la promesse faite par Coriolan à sa mère de flatter le peuple afin d’être élu consul :

Coriolanus. Chide me no more. I’ll mountebank their loves. (III, 2, 132)

33Le sens de “monteur d’estrade” bonimenteur auquel le terme anglais fait référence se retrouve transposé dans les traductions françaises sous une forme métonymique qui traduit le sémantisme plutôt que le processus néologique de conversion difficile à conserver tel quel :

  • 31 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 16.

(1) ne me grondez plus. Je vais escamoter leurs sympathies.
(2) Cessez de me gronder. Je ferai le charlatan pour leur amour.
(3) Ne me grondez plus. Je vais escroquer leur affection.31

34C’est au même niveau sémantique qu’appartiennent les traductions de l’imprécation rageuse de Timon vouant l’humanité entière à la ruine :

  • 32 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 17.

Timon. “Destruction fang mankind !” Timon of Athens (IV, 3, 23)
(1) Que la destruction enserre l’humanité !
(2) Mort à l’humanité !
(3) Destruction lacère l’humanité32.

35L’adaptation du nom converti anglais en français illustre une variété de stratégies traductives allant de la conservation de l’image lexicalisée par “fang” en (3) jusqu’à la traduction libre qui restitue l’effet de sens de l’énoncé en (2) sans oublier le déplacement métonymique de la dent à la griffe en (1) qui représente un compromis entre le signe et le sens. Le processus de conversion est un révélateur de plus du degré inéluctable d’adaptation lexicale de toute traduction en fonction de la dimension qui sert de cadre à l’opération traduisante. Si le traducteur privilégie le niveau lexicogénique, il n’obtiendra pas les mêmes résultats ni n’affrontera les mêmes difficultés que s’il se situe aux niveaux de la signification du mot ou du sens de l’énoncé où il se trouve.

La traduction des jeux de mots et des pataquès

  • 33 Au sujet des jeux de mots shakespeariens, voir Mahood, 1957, pour une approche littéraire, et Henr (...)

36Le trait de la langue shakespearienne qui a le plus décontenancé et suscité de critiques est indiscutablement les jeux de mots grivois ou plaisants qui émaillent le discours de ses personnages33. Dans le climat d’épuration et de régulation linguistique dominant peu après sa mort, les calembours et les à-peu-près au moyen desquels le dramaturge cultive l’ambiguïté passaient pour une violation de l’idéal d’univocité érigé en norme littéraire. Cette dimension équivoque du texte shakespearien, fondée sur l’homonymie, ne saurait être mieux illustrée que par la réplique fameuse d’Hamlet à son beau-père royal :

  • 34 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 18.

Claudius. How is it that the clouds still hang on you?
Hamlet. Not so, my lord. I am too much in the sun. (1, 2, 66-67)34

37À Claudius qui s’étonne de sa mine attristée par le deuil de son père le feu roi, le prince répond non sans ironie qu’il est trop proche du nouveau soleil politique du royaume pour avoir l’air sombre. Mais à la faveur de l’homophonie “son/sun”, il laisse entendre une seconde signification parfaitement adéquate à la situation : de fils qu’il était, il est devenu le beau-fils d’un oncle lui-même devenu roi pour lequel il éprouve des sentiments filiaux mitigés (“A little more than kin and less than kind”). L’ambiguïté réside donc ici dans la référence conjointe à son nouvel état civil doublé de sa sujétion politique. Dans la plupart des cas, le traducteur renonce à chercher un jeu de mots équivalent et se contente de restituer le niveau isotopique le plus évident en signalant le double sens de l’original au moyen d’une note explicative et, bien souvent, apologétique. C’est ainsi que les trois versions que nous avons consultées sont très similaires, faisant toutes les trois le choix littéral de “soleil” pour rendre “sun”. Bien que le traducteur doive considérer le caractère réputé intraduisible des jeux de mots comme un horizon à atteindre plutôt que comme un obstacle insurmontable, il faut toutefois reconnaître la difficulté d’inventer une reformulation équivoque en conformité avec le sens de l’original. À titre d’exemple d’une tentative de traduction visant à recréer une ambiguïté polysémique, voici une version traduisant dans une certaine mesure le jeu de mots :

Claudius. Toujours cet air sombre sur votre front?
Hamlet. Sombre, oui, Sire, depuis que mon père a subi une éclipse.

38Cette modeste proposition, faite sans la moindre intention de rivaliser avec les versions publiées, ne prétend prouver qu’une seule chose : selon les libertés que l’on est disposé à prendre avec le texte original et le niveau de traduction auquel on se place, ces deux critères étant par ailleurs étroitement liés, aucun jeu de mots n’est irrémédiablement intraduisible. Sans faire une violence excessive au sens de l’énoncé où il s’insère, l’adaptation traductive d’un jeu de mots est souvent possible. L’échec d’une telle tentative dépend moins d’un mot intraduisible ou bien d’un traducteur peu inspiré que du degré de licence adaptative dont l’éditeur, les lecteurs et le traducteur lui-même consentent à prendre le risque.

  • 35 Sur ce point, voir Parker, 1996.

39La créativité lexicale dont témoignent ces néologismes s’étend au langage confus et inintelligible qui caractérise certains personnages. La drôlerie des emplois fautifs de mots inventés ou mal compris n’est pas seulement un moyen de prendre pour cible des personnages peu instruits ou bien d’esquisser leur profil socio-psychologique. C’est souvent l’occasion pour Shakespeare de mener une attaque à revers contre le “beau langage” précieux ou affecté truffé de latinismes35.

40Ainsi dans Much Ado About Nothing, Dogberry et Vergès, deux officiers municipaux qui ne brillent pas par leur bon sens et leur vivacité d’esprit, prennent-ils les termes abstraits d’origine latine qu’ils emploient pour leur contraire, ce qui provoque un effet comique garanti sur scène comme à la lecture :

Dogberry. Our watch, sir, have comprehended two auspicious persons.
(III, 5, 42-43)

41L’ignorance des deux comparses est assurément visée par la moquerie du propos, d’autant plus qu’ils considèrent cette variété de langue comme un brevet de dignité, mais sous la dérision perce la dénonciation malicieuse de la langue juridique importée en Angleterre avec le droit romain qui recouvre d’un voile de mystère les affaires les plus simples en mystifiant les non-initiés. La traduction de telles impropriétés est tenue de prendre en compte ces divers paramètres si elle veut recréer des effets de sens équivalents en français :

  • 36 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 19.

(1) Notre patrouille, monsieur, a, en effet, appréhendé deux personnes équivoques.
(2) Notre guet a effectivement répréhendé deux individus indubitables.
(3) C’est vrai que notre guet vient de compréhender deux individus pleins de suspicion36.

42En (1), la stratégie du traducteur a consisté à privilégier la conformité à l’usage du français tout en exprimant la confusion lexicale du discours de Dogberry au moyen d’un terme au profil latin et d’une collocation inattendue. En (3) au contraire, la forme de l’original affleure, mais le traducteur n’a pu éviter d’adapter le qualificatif dépourvu de synonyme français. Le choix lexical de “suspicion” crée une connivence interlinguale qui fait écho au mot sous-entendu en anglais en obtenant les mêmes effets de sens formels grâce à des signes différents. C’est peut-être en (2) que la traduction des pataquès est la plus conforme à l’esprit de l’original : en s’affranchissant de la lettre, l’auteur de cette version recrée un effet comparable en exploitant des moyens propres au français.

43Mme Quickly, dont la verve intarissable ne traverse pas moins de quatre pièces, est une autre spécialiste de l’impropriété lexicale dont les étymologies populaires subvertissent de l’intérieur les rapports conventionnels du signe avec son référent. Dans sa bouche également, les mots empruntés d’origine latine sont les principales victimes de ses remotivations non dénuées de poésie, comme par exemple dans 2Henry IV lorsque, horrifiée par les menaces de Falstaff, elle lui lance :

Mistress Quickly. Ah, thou honeysuckle villain ! (II, 1, 47)

44Les versions françaises sont unanimes à opter pour l’adaptation du mot déformé par l’hôtesse :

  • 37 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 20.

(1) Oh ! homicide coquin !
(2) Ah ! scélérat homicideur
(3) Ah, crapule homicide37.

45Une fois encore, l’effet cocasse provoqué par la remotivation fautive de l’adjectif latin est restitué en français par un procédé adaptatif transposant le mot signifié plutôt que la forme involontairement imitative, distinguant ce que Mme Quickly veut dire ou croit dire et ce qu’elle dit formellement. La proximité paronymique que son oreille établit n’étant pas transposable en français, le traducteur doit changer de niveau de traduction et décide généralement de restituer la signification du terme remodelé. La déperdition traductive est ici liée au caractère pittoresque et poétique d’une variété de langue populaire dont la traduisibilité formelle — au niveau des signifiants — ne coïncide pas en français avec sa traduisibilité au niveau de la signification et du sens, obligeant le traducteur à faire des choix.

  • 38 Shakespeare donne en quelque sorte à entendre dans cette scène “l’épreuve de l’étranger” comme d’a (...)
  • 39 Sur le rapport entre connotations et sociolinguistique, voir Ladmiral, 1994, pp. 145-157, et sur t (...)

46Ce sont des difficultés du même ordre qui se posent au traducteur d’Henri V. Dans la scène d’anthologie où une dame d’honneur apprend à Catherine le nom des parties du corps dans la langue de son futur époux, la réalisation phonétique approximative de la princesse française révèle des associations grivoises dont l’effet comique se fait sentir dans les deux langues ; si le menton devient “sin” dans sa bouche, “foot” en revanche sonne à son oreille comme “foutre”. Le sentiment d’étrangeté linguistique est en effet très relatif38. Il existe d’ailleurs aussi bien parmi des locuteurs parlant la même langue qu’entre locuteurs de langues différentes, qu’ils appartiennent à la même communauté ou non. Les accents gallois, écossais et irlandais des soldats du roi sont comme les indicateurs linguistiques d’une nation en gestation dont l’unité se fera en grande partie par la guerre. La version française dépendra ainsi de l’interprétation du texte et du sens qu’on lui donnera mais également de la stratégie de compromis entre l’adaptation des connotations sociolinguistiques véhiculées par les variétés de langue marquées39 et la traduction du sémantisme des discours.

Du signe au sens : les divers niveaux de traduction

  • 40 Voir Lederer, 1984, p. 25-34.

47Les exemples précédents de mots originaux (néologismes, calembours, vocables connotant un accent régional ou étranger) et de leur réexpression en français indiquent que le niveau lexical n’échappe pas au processus d’adaptation inhérent à toute traduction. Peut-être est-il même, sans que les traducteurs s’en rendent toujours compte, le champ d’application le plus large d’un processus adaptatif systématique. L’intraduisibité du mot apparaît dans cette perspective comme un faux problème reposant sur la croyance en une équivalence littérale, souvent au double plan quantitatif et qualitatif40. Les néologismes et jeux de mots shakespeariens montrent précisément que la recherche d’une équivalence verbale est illusoire. Il n’existe pas en effet en français de termes correspondants qui fonctionneraient simultanément aux mêmes niveaux sémiologiques. Nous avons vu qu’il n’est pas possible de trouver un équivalent à “unkinged” qui restituerait l’ensemble de ses effets de sens morphologiques, linguistiques et discursifs.

48La difficulté de traduction ne réside pas seulement dans le fait que ce terme est une invention lexicale qui surprend d’abord en anglais et fait l’objet d’une traduction intralinguistique pour être compris. Lorsque le lecteur, le spectateur ou le traducteur rencontre un néologisme, il s’appuie, comme pour les termes courants ou codifiés, sur sa connaissance de la langue de l’original qui lui permet de décoder efficacement et sur le contexte qui lui donne des indices interprétatifs précieux. Or ce qui vaut pour une réplique ou un discours vaut aussi, paradoxalement, pour un mot qui n’est jamais isolé au sein d’un énoncé. L’intérêt des mots relativement opaques de notre corpus est qu’en retenant l’attention plus qu’à l’accoutumée, ils font prendre conscience du processus complexe qui est en jeu dans l’articulation d’un signe linguistique au sens d’un discours. Le cas de “unkinged” est éloquent : ce mot rend inutile toute tentative de transcodage puisque même en anglais, il n’est pas répertorié, défini et rapporté à des synonymes qui permettraient de cerner sa valeur. Toutefois, il ne fait pas obstacle à la traduction du discours de Richard où il s’insère ; sa signification, qui peut s’inférer à partir du contexte et des règles d’affixation en anglais, est subordonnée aux effets de sens originaux du fait de parole individuel où il s’inscrit. Il révèle également les divers niveaux de traduction que le traducteur pourra viser afin de restituer en français tel ou tel de ses effets de sens.

  • 41 De la même façon que deux synonymes interlinguaux réfèrent au même objet en le signifiant différem (...)

49Si le traducteur souhaite réexprimer en français la motivation morphologique de “unkinged”, il devra penser à un préfixé en dé- dont le sémantisme privatif correspond à celui de un- en anglais. En superposant la signification des éléments à la morphologie, il obtiendrait quelque chose comme “déroyé” (sur le modèle de “dévoyé”) ou bien “dérégifié”, terme plus savant formé comme “déréaliser”. Mais bien que ces termes soient formés conformément aux règles lexicogéniques du français, ils auraient peu de chance d’être compris spontanément comme c’est le cas en anglais. Si en revanche le traducteur choisit de restituer la signification du mot anglais telle qu’un dictionnaire pourrait la définir, il est probable qu’il pensera à un terme partiellement motivé par rapport à l’original comme “détrôné”, “déposé” ou “destitué”. Cette équivalence au plan de la signification montre que la recherche du “mot juste” ne peut aboutir que sous un certain rapport qui souligne la manière différente selon les deux langues par laquelle les synonymes interlinguaux réfèrent à la même chose41. Enfin si l’objectif du traducteur est de rendre le plus naturellement le sens de l’énoncé anglais sans se soucier de conserver en français la forme néologique de l’original et sa signification linguistique, la version française de ce passage pourrait ressembler à ceci :

Richard II. Puis je retrouve ma royauté et, bientôt, il me revient à l’esprit
Que Bolingbroke me l’a ravie.

50Cette traduction ne prétend nullement être meilleure que les autres : il s’agit seulement d’un exemple de réexpression plausible de ce que Richard veut probablement dire en employant le terme “unkinged”. Elle se fonde sur une interprétation nécessairement — au moins partiellement — subjective du texte et se place au niveau sémantique du discours plutôt qu’à celui des signifiés ou des signifiants.

  • 42 Sur cette problématique, voir Mounin, 1994 et Berman, 1984.

51Cet exemple commenté permet de conclure que la fidélité lexicale est une illusion qui s’oppose à la traduction de l’esprit d’un texte au lieu d’offrir la garantie d’exactitude qu’on lui attribue généralement. L’intraduisibilité, que l’adaptation lexicale permet de percevoir sous un jour différent, n’est justement que l’impossibilité de faire coïncider dans une version traduite la lettre et l’esprit de l’original. Il faut presque toujours choisir entre la traduction de la forme qui entraîne une adaptation du sens ou bien la reformulation du sens indissociable de l’adaptation de la forme. Selon que la réception d’une traduction est soumise à un impératif d’intelligibilité ou au contraire de littéralité42, l’adaptation se fera transformation de la lettre ou déformation de l’esprit. Le mot juste n’est-il pas alors celui qui, adaptant la lettre de l’original, devient à son tour une expression originale traduisant l’esprit ?

Haut de page

Bibliographie

Barber, Charles, Early Modem English, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1997.

Berman, Antoine, L’Épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984.

—, La Traduction et la lettre — ou l’auberge du lointain, Paris, Éditions du Seuil, 1999.

Blake, Norman, Shakespeare’s Language : An Introduction, New York, St Martin’s Press, 1983.

Deroy, Louis, L’Emprunt linguistique, Paris, Société d’Édition “Les Belles Lettres”, 1980.

Henry, Jacqueline, “Anthroponymie, jeux de mots et traduction” in Traduire l’humour, Villeneuve d’Ascq, Cahiers de la Maison de la Recherche, Université Charles-de-Gaulle - Lille III, 1998, pp. 35-44.

—, “Entre érudition et infamie : la note du traducteur”, in L’Intraduisible, Villeneuve d’Ascq, Cahiers de la Maison de la Recherche, Université Charles-de-Gaulle - Lille III, 2000, pp. 59-70.

Jakobson, Roman, Essais de linguistique générale, Paris, Éditions de Minuit, 1963.

Kermode, Frank, Shakespeare’s Language, New York, Farrar, Strauss, Giroux, 2000.

Ladmiral, Jean-René, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Gallimard 1994.

Lass, Roger, The Cambridge History of the English Language, vol. III, Cambridge University Press, 1999.

Lederer, Marianne, “Synecdoque et traduction”, Études de linguistique appliquée 24, Paris, Didier Érudition, 1976.

—, La Traduction aujourd’hui — le modèle interprétatif, Paris, Hachette, 1994.

—, “Implicite et explicite”, Interpréter pour traduire, Paris, Didier Érudition, 1984.

Linsky, Leonard, Referring, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1967.

Mahood, Molly Maureen, Shakespeare’s Wordplay, Londres et New York, Methuen, 1957.

Mounin, Georges, Les Problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, 1963.

—, Les Belles infidèles, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1994.

Parker, Patricia, Shakespeare from the Margins : Language, Culture, Context, Chicago, University of Chicago Press, 1996.

Pergnier, Maurice, Les Fondements sociolinguistiques de la traduction, Paris, Honoré Champion, 1978.

—, Le Mot, Paris, Presses Universitaires de France, 1986.

Rey-Debove, Josette, Le Métalangage, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1978.

seleskovitch, Danica, “De l’expérience aux concepts”, Interpréter pour traduire, Paris, Didier Érudition, 1984.

—, “Les niveaux de traduction”, Interpréter pour traduire, Paris, Didier Érudition, 1984.

—, “La traductologie entre l’exégèse et le linguistique”, Interpréter pour traduire, Paris, Didier Érudition, 1984.

Steiner, Georges, After Babel. Aspects of Language and Translation, Londres, Oxford University Press, 1975.

Taber, Charles, “Traduire le sens, traduire le style”, Langages 28, Didier/Larousse, 1972, pp. 55-63.

Tournier, Jean, Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain, Paris - Genève, Champion - Slatkine, 1985.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Au sujet des traductions de l’œuvre dramatique shakespearienne en français, lire l’entretien accordé par Jean-Michel Déprats (pp. 46-49) au Magazine littéraire n° 393 de décembre 2000 comportant un dossier consacré à Shakespeare.

2 Voir à ce sujet Blake, 1983, et Kermode, 2000.

3 Sur l’absence d’instance prescriptive en matière linguistique en Angleterre au xvie, consulter Lass, 1999.

4 Pour une définition et une présentation des matrices lexicogéniques en anglais dans une optique descriptive qui ne peut manquer d’intéresser le traducteur/traductologue, voir Tournier, 1985, pp. 47-52.

5 L’édition de référence d’où sont extraites les citations est William Shakespeare : The Complete Works, General Editor Alfred Harbage, New York, The Viking Press, 1977.

6 Voir Fascicule des textes de référence, exemple 1.

7 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 2.

8 The Complete Works, p. 952, n. 13 : “the raging tyrant of old Biblical plays”.

9 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 3.

10 Sur les notes du traducteur, voir Henry, 2000, pp. 59-70.

11 Voir à ce sujet Seleskovitch, 1984, pp. 124-135.

12 Voir Fascicule des textes, Exemple 4.

13 Voir Tournier, 1985, p. 96.

14 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 5.

15 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 6.

16 Cet exemple particulièrement significatif souligne la place importante de l’interprétation du texte à traduire, parfois au niveau même de ses éléments lexicaux constitutifs, dans toute pratique et problématique de la traduction conçue comme une opération de transformation et non de transcodage. L’approche interprétative pratiquée et enseignée à l’E.S.I.T., qui s’inscrit dans ce cadre théorique, me semble particulièrement pertinente à cet égard (voir Lederer et Seleskovitch).

17 Sur ce point, voir Barber, 1997, pp. 62-63.

18 Rey-Debove, 1978, définit le procédé autonymique comme l’emploi d’un mot du lexique comme nom de sa propre forme. Ce procédé, qui n’est pas arbitraire — dans la mesure où le rapport entre le signe autonyme et le référent désigné est on ne peut plus naturel — et qui permet de parler des signes que l’on ne connaît pas, donc de tous les signes hors code et hors compétence, intéresse le traducteur/traductologue à plus d’un titre. Premièrement, l’une des caractéristiques permettant d’identifier et de définir les autonymes — ainsi les noms propres — est l’impossibilité de les traduire en langue étrangère où on ne peut que les citer — à l’aide des guillemets ou des italiques d’usage. Mais, paradoxalement, au niveau intralinguistique, le signe autonyme est la traduction parfaite de son objet au triple plan du signifiant, du signifié et du sens. À la différence de l’autonymie stricto sensu, la connotation autonymique — qui s’applique particulièrement aux emprunts lexicaux étrangers, savants, etc — permet d’employer un signe dans un énoncé et de citer tout à la fois. Un signe plus ou moins opaque et incompris attire en effet l’attention sur lui en tant que signe par une prise de conscience métalinguistique.

19 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 7.

20 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 8.

21 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 9.

22 Selon la terminologie de Deroy, 1980, qui distingue les “emprunts proprement dits ou les mots tout à fait naturalisés” des pérégrinismes ou des xénismes, c’est-à-dire “les mots sentis comme étrangers et en quelques sorte cités” qui sont la plupart du temps connotés autonymiquement et qui “appartiennent souvent à la langue cultivée, savante, écrite.”, p. 224.

23 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 10.

24 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 11.

25 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 12.

26 La version (2) est de Monsarrat et la version (1) de Hugo.

27 Shakespeare, Richard II, édition bilingue, Paris, “Folio théâtre”, Gallimard, 1998, p. 83. Pour les autres traductions, voir Fascicule des textes de référence, Exemple 13.

28 Voir Tournier, 1985, pp. 169-198.

29 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 14.

30 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 15.

31 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 16.

32 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 17.

33 Au sujet des jeux de mots shakespeariens, voir Mahood, 1957, pour une approche littéraire, et Henry, 1998, p. 35-44 dans une perspective traductologique plus large abordant le problème de la traduction des jeux de mots.

34 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 18.

35 Sur ce point, voir Parker, 1996.

36 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 19.

37 Voir Fascicule des textes de référence, Exemple 20.

38 Shakespeare donne en quelque sorte à entendre dans cette scène “l’épreuve de l’étranger” comme d’ailleurs dans l’ensemble du drame où la diversité dialectale figure l’hétérogénéité intralinguistique que l’action unificatrice du roi aura pour effet de réduire.

39 Sur le rapport entre connotations et sociolinguistique, voir Ladmiral, 1994, pp. 145-157, et sur traduction et sociolinguistique, voir Pergnier, 1978.

40 Voir Lederer, 1984, p. 25-34.

41 De la même façon que deux synonymes interlinguaux réfèrent au même objet en le signifiant différemment, au sein de deux systèmes de signes étrangers l’un à l’autre, deux synonymes appartenant à la même langue n’ont pas le même signifié, ce qui en ferait deux signes identiques. Le rapport de synonymie rejoint ainsi la problématique de la traduction en posant le problème, formulé par Jakobson, de “l’équivalence dans la différence”. Cette convergence théorique de la lexicologie et de la traductologie sur ce point me semble un argument en faveur de l’approche des problèmes de traduction proposée par Steiner : comprendre un mot ou un message, c’est-à-dire être capable de le formuler autrement, c’est déjà traduire. Sur ce point, voir Steiner, 1975, et sur référence et signification, Linsky, 1967.

42 Sur cette problématique, voir Mounin, 1994 et Berman, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Chadelat, « Du signe au sens : l’adaptation traductive du lexique dans quelques traductions de Shakespeare », Palimpsestes, 16 | 2004, 85-104.

Référence électronique

Jean-Marc Chadelat, « Du signe au sens : l’adaptation traductive du lexique dans quelques traductions de Shakespeare », Palimpsestes [En ligne], 16 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1594 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1594

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Chadelat

Jean-Marc CHADELAT est agrégé d’anglais et maître de conférences à l’IUFM de Paris où il enseigne principalement la méthodologie de la traduction. Ses deux domaines de recherche ayant donné lieu à publications sont le signe linguistique envisagé dans une perspective lexico-génétique, traductologique et culturelle ainsi que les rapports entre le théologique et le politique au xvie siècle. Sa thèse de doctorat a été publiée en 2000 par les Éditions L’Harmattan sous le titre Valeur et fonctions des mots français en anglais à l’époque contemporaine. Depuis, il a publié divers articles dans ces deux domaines.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org