Navigation – Plan du site

L’adaptation larvée : trois cas de figure

Lance Hewson
p. 105-116

Résumés

Il s’agit dans cet article d’examiner des textes qui s’annoncent comme des traductions mais qui, en réalité, sont des adaptations. On envisage trois cas de figure : l’oeuvre étrangère subit une cure d’amincissement ; la traduction s’avère être à “géométrie variable”, présentant tantôt des additions, tantôt des rétrécissements ; le traducteur laisse entendre sa propre voix à travers le texte qu’il traduit. Même s’il s’agit de stratégies bien différentes, il n’est pas rare de les trouver à l’intérieur d’une même traduction. Se pose alors la question des limites de la traduction, de la nature du no man’s land qui la sépare de (ou la relie à) l’adaptation.

Haut de page

Texte intégral

1Comment rendre compte de traductions qui, lorsqu’on les compare aux originaux, manifestent d’importantes divergences ? Tel est le premier objectif de cet article. Précisons d’emblée que le recours à des étiquettes comme “équivalence dynamique” (Nida) ou “traduction communicative” (Newmark) semble peu productif. Précisons par ailleurs que le corpus utilisé ici ne contient que des “traductions”, c’est-à-dire des textes publiés sous la rubrique “traduction”. Autrement dit, on étudiera ici des phénomènes de divergence qui, en dépit des apparences, relèvent de l’adaptation. D’où le titre : “l’adaptation larvée”.

2La problématique développée repose sur un certain nombre de présupposés. Premièrement, on constate l’existence de ce que l’on pourrait appeler des adaptations “honnêtes”, c’est-à-dire qui se présentent comme telles, et qui, par ailleurs, s’inspirent de textes de départ mais sans prétendre à ce que l’on appelle toujours une “équivalence”. L’adaptation larvée, en revanche, s’annonce comme une traduction ; les lecteurs en langue-cible la prennent pour une traduction ; elle s’intègre dans la culture-cible sous la forme de la traduction, ou de l’une des traductions de tel ou tel original. Deuxièmement, on est en présence d’un double jugement qu’il convient dès à présent d’exposer, quitte à retarder une exploration plus détaillée. Si l’on arrive à identifier une traduction qui est en réalité une adaptation, on devrait être en mesure de cerner les contours d’une “vraie” traduction, voire d’une “bonne” traduction. Se profilerait alors un schéma partant de la vraie/bonne traduction et passant par divers avatars : la mauvaise traduction, puis l’adaptation larvée pour arriver à la “vraie” adaptation, qui peut par ailleurs être “bonne”. Certes, on n’échappe pas si vite au spectre de l’équivalence, mais l’on n’est pas pour autant condamné à avoir recours à des concepts qui ont fait leur temps. En d’autres termes, il conviendra de remettre un peu d’ordre conceptuel dans cet ensemble, ce qui représente le deuxième objectif de cette recherche.

3Il s’agit, dans les exemples qui suivent, de phénomènes récurrents repérables dans un corpus. Manifestement, on est, parfois, en présence de ce qu’il convient d’appeler des stratégies de traduction. Le critique constate que les choix du traducteur ne sont pas aléatoires, mais semblent se conformer à une vision identifiable de la traduction. On verra que dans ce cas nous avons affaire à des textes dont les excès ne sont pas sans rappeler les belles infidèles. Cependant, d’autres textes ne semblent pas être le produit d’une quelconque stratégie de traduction, dans la mesure où les choix traductifs conduisent à un effet d’hétérogénéité. Pour ces textes-là, ce sera l’absence de stratégie combinée à l’effet d’hétérogénéité qui justifiera le recours au terme adaptation. On notera enfin que je me suis borné à évoquer ce qui semble être les trois cas les plus importants dans un corpus littéraire. D’autres types d’adaptation larvée, comme la traduction-manipulation par exemple, ont été volontairement exclus de cette présentation.

4Le premier cas de figure ne constitue en aucun cas une exception ; il se présente au contraire avec une régularité inquiétante. Il s’agit de ce que l’on pourrait appeler la traduction-rétrécissement. On croit d’habitude, un peu naïvement peut-être, que le lecteur d’une traduction a automatiquement accès à l’ensemble du texte ; on croit, en outre, que pour cet ensemble la visée traductive sera ce que j’appellerai plus tard un effet de convergence, c’est-à-dire, en changeant de métaphore, qu’un allegro con brio avec ses fortissimo et ses pianissimo ne sera pas transformé en un banal moderato où domine le mezzo forte. Cependant, devant la réalité de certaines traductions publiées, on est dans l’obligation de constater le recours massif au gommage.

  • 1 Voir Hewson, 2003.

5Dans les trois exemples qui suivent, on constate la disparition pure et simple de blocs de texte. L’exemple le moins grave est celui que j’ai déjà eu l’occasion de citer ailleurs1, à savoir l’une des traductions françaises de Pride and Prejudice. Les traducteurs omettent parfois une phrase ou une suite de phrases. L’exemple qui suit donne une idée de l’importance des omissions :

Not a syllable had ever reached her of Miss Darcy’s meditated elopement. To no creature had it been revealed, where secrecy was possible, except to Elizabeth ; and from all Bingley’s connections her brother was particularly anxious to conceal it, from that very wish which Elizabeth had long ago attributed to him, of their becoming hereafter her own. He had certainly formed such a plan, and without meaning that it should affect his endeavour to separate him from Miss Bennet, it is probable that it might add something to his lively concern for the welfare of his friend. (Austen, 1952 : 245)
Du projet d’enlèvement de miss Darcy elle ne savait pas un mot. (Leconte et Pressoir, 1979 : 259)

6Ceci est le cas le moins grave, car le taux de disparition est relativement faible : un paragraphe par-ci, un paragraphe par-là.

7Le deuxième exemple présente un taux de disparition plus marqué. Il s’agit de l’une des traductions françaises de Jane Eyre. Si le premier chapitre est traduit intégralement, les chapitres suivants présentent des omissions, plus ou moins importantes. Il s’agit parfois d’une phrase ou deux, mais souvent d’un ou de plusieurs paragraphes. L’analyse du dixième chapitre, par exemple, révèle l’absence de trois grands passages : une suite de 102 lignes, puis une de 36 lignes, puis une de 140 lignes.

8On reviendra à Jane Austen pour le troisième exemple. Une des traductions d’Emma, par P. et E. de Saint-Segond, a été amputée d’un tiers de son texte. Même si l’on peut (à la limite...) estimer que l’histoire est globalement la même (l’héroïne cherche un mari pour Harriet Smith et finit par épouser Mr. Knightley), la structure du récit est profondément modifiée. L’épisode concernant le don du piano à Jane Fairfax, par exemple, disparaît ; la narration d’une soirée chez les Cole est gommée. Cette dernière suppression en entraîne d’autres, c’est-à-dire les scènes où l’on parle de l’événement par anticipation puis celles où, plus tard, on l’analyse. Le résultat est un roman sérieusement appauvri. On ne peut en aucun cas parler d’une traduction, il s’agit bel et bien d’une adaptation qui ne dit pas son nom.

  • 2 On pense à l’“appauvrissement qualitatif” évoqué par Antoine Berman (1999, 57).

9Le deuxième cas de figure est plus difficile à cerner, car nous sommes en présence de ce que l’on pourrait appeler des traductions à géométrie variable. Deux grandes tendances se dessinent, la première relevant elle aussi de la traduction-rétrécissement. On n’est plus confronté à la disparition de blocs de texte, car l’original est (plus ou moins) traduit dans son ensemble, mais on constate que l’effet global produit par certains passages est moindre. On assiste, par exemple, au gommage de références culturelles, à l’homogénéisation ou à la destruction des caractéristiques stylistiques de l’original, ou au gommage des modaux2. Quand Lewis May dans sa traduction de Madame Bovary, propose “doctor” pour “officier de santé”, la médiocrité de Charles Bovary voulue par son auteur est nécessairement réduite, dans la mesure où le traducteur lui donne un statut et des compétences qu’il ne possède pas. Les traducteurs d’Emma ont tendance à homogénéiser et à réduire le style très travaillé du roman de Jane Austen. Plusieurs caractéristiques du style sont en jeu. Dans certains passages du roman, le narrateur délègue le point de vue à l’héroïne par le biais du style indirect libre. Il n’est pas rare de voir cette délégation disparaître en traduction. Par ailleurs, on assiste à de nombreuses restructurations syntaxiques dont l’effet est tantôt pseudo-littéraire, tantôt réducteur. L’exemple qui suit est situé vers la fin du roman. Contre toute attente, Mr. Knightley a demandé la main d’Emma ; ils rentrent à la maison pour prendre le thé, et, comme il se doit, ils ne doivent donner aucun indice de ce qui vient de se passer.

What totally different feelings did Emma take back into the house from what she had brought out ! — she had then been only daring to hope for a little respite of suffering ; — she was now in an exquisite flutter of happiness, and such happiness moreover as she believed must still be greater when the flutter should have passed away.
They sat down to tea — the same party round the same table — how often it had been collected! — and how often had her eyes fallen on the same shrubs in the lawn, and observed the same beautiful effect of the western sun ! — But never in such a state of spirits, never in anything like it ; and it was with difficulty that she could summon enough of her usual self to be the attentive lady of the house, or even the attentive daughter. (Austen, 421)

10On remarque le nombre important d’incises dans ces deux paragraphes. La surprise et le bonheur d’Emma sont décrits de façon assez elliptique, mais transparaissent néanmoins dans le style du récit. Le rythme est rapide et saccadé, comme cherchant à se maîtriser, car l’héroïne vit une expérience émotionnelle qu’il ne faut surtout pas dévoiler aux autres. On note une série de répétitions dont l’effet est de souligner cet état d’esprit. C’est dans le deuxième paragraphe que le point de vue de la narration se trouve modifié, avec délégation du point de vue du narrateur à l’héroïne. Celle-ci est replongée dans son monde habituel, dans le même cadre, avec les mêmes événements. Rien n’a changé à l’extérieur, alors que sa vie intérieure vient d’être bouleversée.

11La traduction de Pierre Nordon produit un effet bien différent.

Les sentiments d’Emma avaient totalement changé entre le moment où elle était sortie et celui où elle fut de retour. Elle espérait d’abord apporter un peu de soulagement à son chagrin, et voici qu’elle nageait dans le bonheur, un bonheur dont elle pensait qu’il serait encore plus intense une fois passées les premières vagues d’émotion.
Ils s’installèrent pour prendre le thé, ensemble à cette même table, cette table à laquelle ils avaient si souvent pris place. Et combien de fois le regard d’Emma s’était posé sur les mêmes pépinières de la pelouse, et avait contemplé la même splendeur du soleil couchant ! Mais ce n’avait jamais été dans un tel état d’âme, jamais rien de comparable ! Ce n’est pas sans effort qu’elle parvint à rassembler ses esprits pour tenir son rôle familier de maîtresse de maison attentive ou même de fille prévenante. (Nordon, 461)

12La narration a perdu sa charge émotionnelle, le narrateur est plus distancé, moins impliqué dans les événements qui arrivent. Le rythme des phrases a été homogénéisé et la ponctuation normalisée. La lecture est gênée par le choix de l’imparfait dans la deuxième phrase (espérait) qui ne respecte pas la concordance des temps. La belle image du premier paragraphe (flutter of happiness), contrôlée mais parlante, a été traduite par un cliché qui réussit à noyer le sentiment de joie (nageait dans le bonheur), et qui plus est se voit reprise sous forme de vagues, avec comme seule justification le désir d’éviter une répétition. On voit la ponctuation une nouvelle fois normalisée dans le deuxième paragraphe. Le style indirect libre est gommé en français, en partie à cause du choix du démonstratif “cette” (cette même table, cette table...) dont on identifie mal l’origine, le focalisateur, en partie à cause de la reprise de l’appellatif “Emma”, ce qui confirme pour le lecteur de cette traduction que le point de vue est bien celui du seul narrateur. Enfin, la dernière phrase, qui une fois de plus évite la répétition de l’anglais grâce au choix de l’adjectif “prévenante”, choix malheureux s’il en est, se termine sur une construction curieuse (ou même de...) dont l’effet est de détourner l’attention du lecteur. On est très loin de l’émotion intense provoquée par une demande de mariage tant souhaitée.

13La traduction de J. Salesse-Lavergne est quelque peu différente :

C’est avec des sentiments fort différents de ceux qu’elle éprouvait en sortant pour sa promenade qu’Emma rentra chez elle. Espérant alors simplement trouver un peu de répit à ses souffrances, elle se voyait à présent délicieusement submergée par des vagues d’émotions heureuses, certaine en outre que son bonheur ne ferait que s’accroître lorsque le calme serait enfin revenu en son cœur.
Ils s’installèrent pour le thé. Ces mêmes personnes s’étaient bien souvent trouvées réunies autour de cette table et notre héroïne jouit comme à l’ordinaire du spectacle des pépinières, de la pelouse et d’un magnifique soleil couchant. Jamais pourtant elle ne les avait regardés dans un tel état d’esprit ou même dans un état d’esprit approchant, et elle eut beaucoup de mal à tenir son rôle de maîtresse de maison et de fille attentive. (Salesse-Lavergne, 495)

14L’effet de rétrécissement constaté chez Nordon se manifeste, certes, dans ce texte, mais dans une mesure moindre. Les rythmes de la prose ont été modifiés et la ponctuation normalisée. On peut s’interroger sur la collocation “émotions heureuses”, mais le bonheur de l’héroïne trouve une expression plus adéquate. Le style indirect libre du deuxième paragraphe disparaît, mais ici avec un effet eh plus, c’est-à-dire avec l’intervention du narrateur qui parle de “notre héroïne”. Si l’effet de rétrécissement est présent, un curieux gonflement constitue l’autre pôle de la traduction à géométrie variable.

15Il a souvent été dit que le traducteur ajoute, améliore et explicite, c’est-à-dire qu’il procède à un certain nombre d’additions que l’on pourrait placer sous la rubrique traduction-dilatation. Cependant, il convient de noter que, à l’opposé de la disparition pure et simple, on trouve rarement des additions substantielles. S’il semble relativement facile de gommer des épisodes d’un roman, même les traducteurs les plus hardis ne vont pas jusqu’à l’invention de nouveaux événements ou de nouveaux personnages.

16L’addition peut revêtir plusieurs formes. On a tout d’abord les étoffements résultant des différences entre systèmes linguistiques. Si l’on se place dans une optique de traduction-normalisation, ceux-ci sont effectivement nombreux ; dans une perspective plus large, plus créative a-t-on envie de dire, on relève un nombre assez limité de contraintes réelles. Pour ce qui est du sens français-anglais, l’addition d’un repère de localisation constitue un exemple de ce qui est souvent une contrainte absolue. Dans l’exemple qui suit, on note que les six traducteurs ont tous choisi d’étoffer la localisation de “cabanes”, soit par le biais d’une préposition, soit par le rajout d’un substantif.

Et puis ils arrivaient, un soir, dans un village de pêcheurs, où des filets bruns séchaient au vent, le long de la falaise et des cabanes. (Flaubert, 470)

And they came, one evening, to a fishing-village, where brown nets were drying in the wind, along the cliff by the huts. (Wall, 158)

And then one night they came to a fishing village with brown nets drying in the wind all along the huts and under the cliff. (Russell, 207)

As darkness fell, they arrived in some fishing village where brown nets were drying in the breeze before a row of cottages along the summit of a cliff. (Hopkins, 187)

And then, one night they came to a fishing village, where brown nets were drying in the wind along the cliffs and in front of the huts. (de Man, 141)

One evening they came to a village of fisherfolk where brown nets were drying in the wind along the cliff and by the huts. (May, 232

And then one night they arrived in a fishing village, where brown nets were drying in the wind along the cliff and the line of cottages.
(Steegmuller, 248-49)

17D’autres additions sont le seul fait des traducteurs. La traduction de Hopkins donnée ci-dessus montre bien cet effet de dilatation. “Un soir” devient “as darkness fell”, “un village de pêcheurs” est traduit par “some fishing village”, le poétique “breeze” a été choisi pour traduire “vent”, et, enfin, la localisation subit un double étoffement : “a row of cottages, the summit of a cliff”. Il s’agit en l’occurrence du phantasme d’Emma imaginant son voyage avec Rodolphe : le caractère essentiellement onirique de cette projection est maintenu, mais la voix narrative n’est pas la même.

18Deux autres exemples illustreront cette tendance soit à rajouter un détail par-ci par-là, soit à créer un effet plus fort que celui de l’original.

Des mouches, sur la table, montaient le long des verres qui avaient servi, et bourdonnaient en se noyant au fond, dans le cidre resté. (Flaubert, 310)

On the table, flies were climbing up the sides of glasses that had recently been used, and buzzing as they struggled to keep from drowning in the cider at the bottom. (Steegmuller, 25)

19La lutte des mouches, qui n’ont pas envie de se noyer, est sans doute implicite en français, mais le narrateur a choisi de ne pas en parler.

... and the only literary pursuit which engaged Harriet at present, the only mental provision she was making for the evening of her life, was the collecting and transcribing all the riddles of every sort that she could meet with, into a thin quarto of hot-pressed paper, made up by her friend, and ornamented with cyphers and trophies. (Austen, 95)

L’unique activité littéraire à laquelle se livrât désormais Harriet, la seule provision intellectuelle qu’elle entreprît de faire pour ses vieux jours était de collecter et retranscrire des devinettes dans un mince in-quarto de papier satiné que lui avait confectionné son amie et qui était délicieusement orné de monogrammes et de trophées.
(Salesse-Lavergne, 84-85)

20Il s’agit encore une fois d’un détail, le rajout de l’adverbe “délicieusement” ; en soi, ceci ne semble pas important, mais on aura noté que le même passage contient un oubli : “transcribing all the riddles of every sort that she could meet with” devient “retranscrire des devinettes”. La nature du deuxième type d’adaptation larvée se précise : on est en présence de traductions à géométrie variable.

  • 3 Voir Hewson, 2001.

21L’Emma de Pierre Nordon est lui aussi à géométrie variable. J’ai eu l’occasion ailleurs3 d’évoquer la scène entre Emma et Mr. Knightley dont il est question ci-dessus. La traduction de P. Nordon transforme la demande en mariage, cette fois-ci dans le sens de la dilatation. Mr. Knightley ne ressemble plus à un amant essentiellement anglais, discret et elliptique, mais plutôt au stéréotype du Latin lover. On oscille entre rétrécissement et dilatation, sans qu’apparaisse aucune stratégie globale de traduction. Il est possible que de telles traductions plaisent aux lecteurs en langue cible. Cependant, devant l’effet de brouillage et l’impossibilité de procéder à des lectures convergentes, le critique se doit de rejeter une étiquette de complaisance (l’“équivalence dynamique” justifie tout et n’importe quoi) et de déclarer que l’on est bel et bien en présence d’une adaptation.

  • 4 Voir Berman, 1999.
  • 5 Voir Venuti, 1995.

22La politique de dilatation combinée à celle de la réécriture donne lieu au troisième cas de figure. On constate, dans certaines traductions, l’irruption d’une voix narrative insolite, marquée par rapport à celle qui est présente dans l’original. On est alors en présence non seulement de ce qu’Antoine Berman appelle la “littérarisation” du texte4, mais aussi d’une appropriation de l’œuvre, désormais mise au service du traducteur-écrivain. Le traducteur, loin de s’effacer au profit de son auteur, cherche à se substituer à lui. Profitant du fait que le lecteur ignore la langue de départ, il s’empare de l’œuvre afin d’imprimer sa marque sur le nouveau texte, tout en se gardant de prononcer le mot “adaptation”. Il ne s’agit pas de la visibilité telle que l’entend Venuti5, mais de l’existence du traducteur en tant qu’écrivain, d’où le choix du terme “traduction ontologique” pour décrire ce phénomène.

23Ainsi, la traduction de Salesse-Lavergne finit par produire un effet bien repérable. On a déjà noté des dilatations et des rétrécissements, mais aussi la présence d’une voix narrative insolite. Prenons un nouvel extrait :

Not more than five couple could be mustered ; but the rarity and the suddenness of it made it very delightful, and she found herself well matched in a partner. They were a couple worth looking at. (Austen, 237-38)

On n’avait pu réunir que cinq couples mais le caractère impromptu de ce bal en fit un moment délicieux, notre héroïne se sentant d’autant plus satisfaite qu’elle avait un cavalier charmant. Il faut avouer qu’ils formaient, elle et Mr. Churchill, un couple absolument admirable.
(Salesse-Lavergne, 264)

24Il convient de dépasser ici le constat évident que la traduction de la dernière phrase est “bavarde”. Ce commentaire du narrateur de J. Austen a une double fonction. Il est structurel, encourageant le lecteur à suivre une fausse piste, celle d’une éventuelle liaison entre Emma et Mr. Churchill. Du point de vue de la focalisation il est ambigu, émanant vraisemblablement d’Emma elle-même. Autrement dit, l’héroïne goûte le jeu de séduction qu’elle mène avec le fils de Mr. Weston, elle se fait un compliment, elliptique mais parlant. Le lecteur ne peut qu’apprécier la richesse de l’écriture et spéculer sur le non-dit. La traduction réduit sérieusement les possibilités de lecture, en en favorisant une qui, dans le texte de départ, est certes latente, mais peu probable. Cette lecture réduirait le texte à un commentaire du narrateur dont l’effet serait surtout d’évoquer des clichés culturels : on pense à la description d’un bal extraite d’un roman de Barbara Cartland par exemple, où les héros sont beaux et les héroïnes belles. Par ailleurs, la voix narrative a pris de l’importance et adopte un ton absent de l’original, ton fait de complicité avec un lecteur imaginaire, amateur de “roman rose”. Si l’on multiplie les exemples, on constate que le traducteur a outrepassé son contrat : son travail lui permet d’exister en tant qu’écrivain...

25Un deuxième exemple permettra d’explorer davantage le phénomène. Il s’agit cette fois de la première traduction de La Peste. On assiste principalement à deux types de modification : outre la dilatation (rajouts et explicitations), on note une restructuration quasi constante de la syntaxe.

Au bout d’une vingtaine d’heures, Rieux jugea son cas désespéré. Le petit corps se laissait dévorer par l’infection, sans une réaction. De tout petits bubons, douloureux, mais à peine formés, bloquaient les articulations de ses membres grêles. Il était vaincu d’avance. C’est pourquoi Rieux eut l’idée d’essayer sur lui le sérum de Castel.
Le soir même, après le dîner... (Camus, 169)

After some twenty hours Rieux became convinced that the case was hopeless. The infection was steadily spreading, and the boy’s body putting up no resistance. Tiny, half-formed, but acutely painful buboes were clogging the joints of the child’s puny limbs. Obviously it was a losing fight.
Under the circumstances Rieux had no qualms about testing Castel’s serum on the boy. That night, after dinner... (Gilbert, 173)

26Ainsi constate-t-on une restructuration de la deuxième phrase qui, au lieu de focaliser sur le corps du petit garçon, met l’accent sur l’infection. Le rajout de l’adverbe “obviously” modifie la voix narrative. Le paragraphe est coupé en deux, changeant l’équilibre entre les parties. Enfin, le narrateur est plus didactique, plus rassurant, plus rationnel : son jugement dépend désormais des circonstances, et il est également dépourvu de scrupules (qualms).

27Un dernier exemple permettra de voir qu’il ne s’agit pas de phénomènes isolés, mais d’une véritable stratégie de traduction.

Dans le petit café où ils entrèrent, et qui était éclairé par une seule lampe au-dessus du comptoir, les gens parlaient à voix basse, sans raison apparente, dans l’air épais et rougeâtre. Au comptoir, Grand, à la surprise du docteur, commanda un alcool qu’il but d’un trait et dont il déclara qu’il était fort. Puis il voulut sortir. Au-dehors, il semblait à Rieux que la nuit était pleine de gémissements. Quelque part dans le ciel noir, au-dessus des lampadaires, un sifflement sourd lui rappela l’invisible fléau qui brassait inlassablement l’air chaud. (Camus, 82)

They turned into a small café. The only light came from a lamp over the bar, the heavy air had a curious reddish tinge, and for no apparent reason everyone was speaking in undertones.
To the doctor’s surprise Grand asked for a small glass of neat spirits, which he drank off at a gulp. ‘Fiery stuff!’ he observed ; then, a moment later, suggested making a move.
Out in the street it seemed to Rieux that the night was full of whispers. Somewhere in the black depths above the street-lamps there was a low soughing that brought to his mind that unseen flail threshing incessantly the languid air of which Paneloux had spoken. (Gilbert, 86)

  • 6 Ce traducteur préfère, manifestement, le discours direct : “La position de ce dernier était d’aill (...)

28Outre le découpage en trois paragraphes, ce qui frappe le lecteur ici, c’est la réécriture du passage. La voix narrative en anglais semble plus simple, plus aérée. La première phrase s’inscrit dans la suite chronologique de la narration. La description du café est complètement réorganisée : “Au comptoir” n’a pas été traduit. Le traducteur se permet d’inventer en discours direct le commentaire de Grand, qui proclame que son alcool est “fiery stuff”. Ce Grand n’est pas le Grand de Camus, car son inspiration et, naturellement, son appartenance culturelle sont nettement britanniques. Le traducteur, qui avait déjà transformé un concierge en cockney6, continue dans la même veine. La psychologie du personnage, entre “voulut sortir” et “suggested making a move”, subit une modification. L’original laisse entendre une faiblesse, l’incapacité de rester dans ce café ; en traduction, le personnage manifeste une maîtrise de la situation. Les deux dernières phrases ont subi plusieurs modifications. La traduction de “gémissements” par “whispers” fait partie de la stratégie de réécriture suivie par le traducteur, car ce choix, qui modifie sensiblement l’image voulue par l’auteur, permet de placer un mot rare, d’un registre très recherché, à savoir “soughing”. La voix narrative devient ainsi plus poétique, plus travaillée, ce qui explique également que l’on ait choisi “black depths” pour traduire “ciel noir”. Le choix de “languid” pour traduire “chaud” fait partie de cette même logique d’embellissement. On note enfin l’explicitation à la fin du passage, avec le rappel du prêche de Paneloux. Gilbert affectionne ce type de rappel contextuel, dont l’effet est de renforcer la cohérence interne de l’œuvre. La vocation didactique du narrateur se trouve renforcée avec, une nouvelle fois, l’affirmation de la voix narrative.

29Les trois cas de figure repérés ici sont donc la traduction-rétrécissement, la traduction à géométrie variable et la traduction ontologique. Il convient, en guise de conclusion, de revenir sur leur statut d’adaptations. Lors de mes remarques liminaires, j’ai établi une distinction entre vraie/bonne traduction, mauvaise traduction, adaptation larvée et vraie adaptation. Cette dernière ne nécessite pas davantage d’explications, puisque l’adaptation s’annonce alors comme telle. Pour que les autres termes employés ici aient un sens, il faut pouvoir distinguer ce que chacun recouvre. Il me semble que l’opposition convergence-divergence permet d’aboutir à une distinction valable sur le plan épistémologique. Tout texte donne lieu à diverses possibilités d’interprétation. La traduction d’un texte ne peut jamais conduire à une série d’interprétations identiques, mais il peut y avoir convergence de lectures : ce serait la vraie ou “bonne” traduction. L’adaptation larvée, nous l’avons vu, donne lieu à des divergences, repérables soit par l’identification de stratégies de traduction, soit par le constat d’une géométrie variable, mais repérable elle aussi. La mauvaise traduction produit également des lectures divergentes, mais qui plus est anarchiques. Selon cette classification, les trois traductions d’Emma sont effectivement des adaptations larvées, mais pour des raisons différentes. Celle de Saint-Segond est un rétrécissement, celle de Nordon est à géométrie variable et celle de Salesse-Lavergne une traduction ontologique. Quant à parler de “bonnes” ou de “mauvaises” traductions, et de cas de convergence ou de divergence anarchique, il serait injuste de prononcer de tels jugements sans pouvoir les étayer : ce sera l’objet d’une future publication.

Haut de page

Bibliographie

Austen, Jane, Pride and Prejudice, Londres, Collins, 1952.

—, traduit par Lecomte, V. & Pressoir, Ch., Paris, Éditions 10/18,1979.

Austen, Jane, Emma, Harmondsworth, Penguin, 1970.

—-, traduit par de Saint-Segond, P. & E., Paris, Christian Bourgois, 1979.

—, traduit par Salesse-Lavergne, J., Paris, Christian Bourgois, 1982.

—, traduit par Nordon, P., Paris, Livre de Poche, 1996.

Berman, Antoine, La Traduction et la lettre ou l’Auberge du lointain, Paris, Seuil, 1999.

Camus, Albert, La Peste, Paris, Gallimard, 1947.

—, traduit par Gilbert, S., Harmondsworth, Penguin, 1960.

Flaubert, Gustave, Madame Bovary, Paris, Gallimard, 1951.

—, traduit par May, J. L., Londres, The Bodley Head, 1928.

—, traduit par de Man, P., New York, Norton, 1965.

—, traduit par Hopkins, G., Oxford, Oxford University Press, 1981.

—, traduit par Russell, Α., Harmondsworth, Penguin, 1988.

—, traduit par Wall, G., Harmondsworth, Penguin, 1992.

—, traduit par Steegmuller, F., New York, Random House, 1992.

Hewson, Lance, “Style and Translation”, Anglophonia 9, 2001, pp. 193-204.

—, “A propos de la critique de la traduction”, Traductologie, linguistique et traduction, Michel Ballard et Ahmed El Kaladi (eds.), Arras, Artois Presses Université, 2003, pp. 291-302.

Venuti, Lawrence, The Translatons Invisibility. A History of Translation, Londres et New York, Routledge, 1995.

Haut de page

Notes

1 Voir Hewson, 2003.

2 On pense à l’“appauvrissement qualitatif” évoqué par Antoine Berman (1999, 57).

3 Voir Hewson, 2001.

4 Voir Berman, 1999.

5 Voir Venuti, 1995.

6 Ce traducteur préfère, manifestement, le discours direct : “La position de ce dernier était d’ailleurs catégorique : il n’y avait pas de rats dans la maison.” devient “On one point he was categorical : ’There weren’t no rats here.’” (Gilbert, 1960, 9).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lance Hewson, « L’adaptation larvée : trois cas de figure », Palimpsestes, 16 | 2004, 105-116.

Référence électronique

Lance Hewson, « L’adaptation larvée : trois cas de figure », Palimpsestes [En ligne], 16 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1596 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1596

Haut de page

Auteur

Lance Hewson

Lance HEWSON est professeur à l’Université de Genève au sein de l’École de Traduction et d’Interprétation, où il enseigne la traductologie et la traduction. Ses dernières recherches portent à la fois sur la musique et la littérature (“Music and Literature : Beyond the Sociocultural Construct”, Anglophonia 11, 2002) et sur la traduction. Dans ses derniers articles, il s’intéresse à la critique de la traduction, la problématique de l’intraduisible, les choix stylistiques en traduction et les concepts de sourcier et de cibliste. Il vient de publier, en collaboration avec Delphine Chartier et avec la participation de Wilfrid Rotgé, un ouvrage intitulé L’épreuve de traductologie à l’Agrégation interne (Ellipses 2002).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org