Navigation – Plan du site

Les Lolita de Vladimir Nabokov : traductions ou adaptations ?

Michaël Oustinoff
p. 117-135

Résumés

Pour Maurice Couturier, auteur en 2001 d’une nouvelle traduction française de Lolita, la traduction précédente, celle d’Éric Kahane (1957), relève davantage de l’adaptation que de la traduction. Néanmoins, dans la postface à son auto-traduction en russe de Lolita (1967), Vladimir Nabokov signale que de toutes les traductions existantes, il ne répond que de la traduction française, celle de Kahane, qu’il aurait supervisée dans le détail. Pourquoi dès lors reprocher à la traduction de Kahane, bénéficiant de l’approbation auctoriale, de recourir à l’adaptation, ce que Nabokov s’est permis de faire en russe ? Avant d’opposer les traductions entre elles, on peut au contraire estimer qu’elles se renvoient les unes aux autres comme dans un jeu de miroirs nabokovien, celui de l’intertextualité des versions successives de l’œuvre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nabokov, 2001.
  • 2 Nabokov, 1959.

1Sur la quatrième de couverture de la nouvelle traduction de Lolita effectuée par Maurice Couturier et publiée en 2001 chez Gallimard, on trouve cette annonce aussi spectaculaire qu’alléchante : “Cette nouvelle traduction de Lolita — plus de quarante ans après sa première publication en France — donne enfin au lecteur français la possibilité d’apprécier pleinement toute la puissance et la subtilité du chef-d’œuvre inoubliable de Nabokov1”. C’est du coup sonner le glas de la première traduction, réalisée par Eric Kahane en 1959 — ironie du sort ? — pour la mime maison d’édition2. Voilà ce qu’en dit en effet Maurice Couturier dans l’introduction à sa traduction à l’adresse de ceux qui auraient encore des doutes :

  • 3 Voir Couturier, 1993, p. 13.

Ayant examiné moi-même très attentivement le texte de Kahane, je ne puis que confirmer ce verdict, certes sévère : certaines pages sont en effet écrites dans un français d’une grande élégance et d’une réelle richesse de vocabulaire, mais trop souvent les trouvailles stylistiques trahissent le sens du texte original et relèvent de l’adaptation plutôt que de la traduction3.

2Maurice Couturier est un des plus grands spécialistes de Nabokov, à qui il a consacré quantité d’articles et plusieurs grands ouvrages, dont il a déjà traduit plusieurs recueils de nouvelles et qui dirige la publication des œuvres de Nabokov dans la Pléiade. Un tel “verdict” ne peut donc pas être pris à la légère, mais nous estimons pour notre part non seulement qu’il est possible de faire appel de ce jugement, voire de se pourvoir en cassation, mais que c’est la seule façon de pouvoir appréhender à leur juste valeur les deux traductions françaises, question fondamentale que l’introduction de Maurice Couturier en réalité occulte en plaidant à charge et pro domo. C’est donc cette face occultée qu’il convient de mettre à jour, et qui, au regard de la traductologie, est plus intéressante : celle de l’intertextualité des diverses traductions de Lolita en présence. Encore faut-il pour cela qu’on puisse les considérer comme versions à part entière de l’original, et non comme “plutôt” des “adaptations”.

3Effectivement, on s’aperçoit vite que la traduction de Maurice Couturier, en quantité d’endroits, est bien plus littérale que celle de Kahane. De plus, celle-ci serait déficiente, selon Maurice Couturier, qui ne fait, dit-il, que reprendre le point de vue de Nabokov lui-même :

  • 4 Ibid., p. 14.

Comme en témoignent certaines lettres qu’il adressa à l’époque à Maurice Girodias, la traduction de Kahane ne lui paraissait pas satisfaisante ; ainsi, dans un courrier daté du 14 mai 1957, il corrigeait un certain nombre d’erreurs commises par Kahane et concluait en disant : “et ainsi de suite, il y en a au moins trois par page”. Il fit de son mieux par la suite pour amender cette traduction, mais n’eut manifestement pas le temps de la revoir en détail4.

4L’affaire semble entendue. Néanmoins, dans la postface à l’auto-traduction qu’il a effectuée de Lolita en russe et publiée en 1967, Nabokov ne tient pas le même discours (le fait est d’autant plus remarquable que M. Couturier dit avoir consulté la Lolita russe, voir infra) :

  • 5 Voir Nabokov, 1967, p. 308 (notre traduction).

Depuis cette époque Lolita a été traduite en de nombreuses langues : [...]. Il en va de même dans les pays puritains situés au-delà du rideau de fer. De toutes ces traductions, je ne réponds, tant sur le plan de l’exactitude [“tochnosti”] que de l’exhaustivité [“polnosti”], que de la version française, que j’ai moi-même révisée [“proveril”] jusqu’à sa mise sous presse5.

5Nabokov et Couturier parlent-ils bien du même texte ? À l’évidence, non. Nabokov semble en effet plutôt parler de celui qui a été réalisé dans les conditions suivantes, telles qu’elles sont rapportées dans la biographie de Véra Nabokov par Stacy Schiff, publiée en 1999 :

  • 6 Voir Stacy Schiff, 1999, p. 237.

6Pendant ce temps, le traducteur français de Lolita, qui se trouvait être le frère cadet de Maurice Girodias, Éric Kahane, trente-deux ans, restait en contact permanent avec les Nabokov, et surtout avec Vladimir. Comme chacun des traducteurs de Nabokov en a fait l’expérience tôt ou tard, Kahane était prisonnier de démoralisants travaux de dentelle. “Certains jours, j’arrive à peine à traduire huit ou dix lignes, et j’ai des envies de meurtre à votre endroit. Il m’arrive de boucler deux ou trois pages, mais le lendemain matin, je suis exsangue”, râlait-il dans une lettre à l’auteur. En ce printemps de 1958, Kahane était peut-être le plus à même d’apprécier l’exquise richesse de la langue, l’humour sinueux du style que le sujet du roman avait en grande partie rejetés dans l’ombre. On ne cessait de pinailler, d’ergoter, ce qui nous donne une idée de ce que Véra vivait au quotidien. Kahane suggérait une expression originale ; Nabokov proposait une autre solution. “C’est un mot superbe, mais il n’existe pas”, objectait Kahane, ce à quoi Nabokov répliquait : “Si, il existe”, citant comme source le Grand Larousse de 1895. “Je me serais cru au bagne”, dit Kahane en résumé de son expérience6.

7Par conséquent, la première Lolita française devrait plutôt être appelée traduction Kahane-Nabokov que traduction Kahane, ce qui, naturellement, change tout : dans cette perspective, la traduction allographe de Maurice Couturier vient s’ajouter à la traduction partiellement auctoriale d’Éric Kahane — et non la supplanter (car tel est manifestement le dessein de M. Couturier) — ainsi qu’à la traduction auctoriale que constitue l’auto-traduction russe de Lolita, dont Maurice Couturier reconnaît lui-même l’importance, à la fois pour critiquer la traduction de Kahane et pour informer la sienne propre :

  • 7 Voir Couturier, 1993, p. 13.

La transposition des références culturelles, la traduction de nombreux noms propres, tout cela a pour effet d’inscrire le récit dans un cadre par trop français et de faire oublier par moments que l’histoire se déroule en Amérique. [...] Chaque fois que le texte anglais paraissait flou ou indécidable, je me suis référé à la version russe établie de son vivant par Nabokov, sans glisser pour autant dans mon texte ces gloses culturelles dont l’auteur estimait que le lecteur russe des années soixante, peu familier des mœurs américaines, devait avoir besoin7.

  • 8 Que l’on abrègera respectivement sous la forme Lolita E, Lolita F1, Lolita R, Lolita F2.
  • 9 Voir Nabokov, 1992, p. 280.

8Ces quatre Lolita — la version originale de Lolita (1955), la première traduction de l’œuvre, en langue française, d’Éric H. Kahane (1959), l’auto-traduction russe (1967), enfin la nouvelle traduction de M. Couturier (2001)8 — s’éclairent en effet mutuellement, et ce, dès les premières pages. Prenons, sans doute le passage le plus connu, le début du récit d’Humbert Humbert (voir Fascicule des textes de référence, Exemple 1). Dans un premier temps, Nabokov y a décelé trois erreurs, dans cette fameuse lettre du 14 mai 19579 mentionnée par Maurice Couturier. Première erreur : “l’acte de naissance n’a pas de sens”, c’est-à-dire “She was Dolores on the dotted line”, traduit par Kahane “Elle était Dolorès sur le pointillé des formulaires” (et non plus “de l’acte de naissance”), que Couturier traduit sans étoffer par “Elle était Dolorès sur les pointillés ø”.

9Deuxième erreur relevée par Nabokov : “sur la même page, le traducteur n’a pas compris qu’il s’agissait d’une allusion à ‘Annabel Lee’ de Poe”. C’est ce qui explique que l’on trouve dans le dernier paragraphe : “que convoitaient les séraphins de Poe” (Kahane), rajout absent chez Couturier (“que convoitaient les séraphins ø »”), mais aussi que dans le paragraphe précédent “In a prince-dom by the sea” ait été traduit par Kahane non pas “Dans une principauté au bord de la mer” comme Couturier l’a fait, mais par “‘Dans un royaume auprès de la mer’”, mis entre guillemets pour signaler l’allusion au poème de Poe dans lequel il est question de “a kingdom by the sea”.

10Troisième et dernière erreur relevée par Nabokov : “il n’y pas de couronne d’épines”. En effet, la dernière phrase de ce passage n’est pas “Look at this crown of thorns”, ce qui serait un cliché, que justement Nabokov a pris soin d’éviter, mais bien “a tangle of thorns”, ce que Kahane rendu par “entrelacs d’épines” (et Couturier aussi).

11La conclusion s’impose : la copie de l’élève Kahane a donc bien été révisée par le maître. Par conséquent, il existe une cinquième version Lolita dont il faut tenir compte, en l’occurrence la première version effectuée par Kahane (appelons-la Lolita F*, car elle n’a pas été publiée, et pour cause) et qui, du fait des critiques de l’auteur en personne, est bien différente de Lolita F1. Or dans son introduction, l’argumentation de M. Couturier revient à atténuer ces différences (comme si F* était la seule version de Kahane), à considérer que les erreurs n’ont pas été suffisamment corrigées (et ce à raison d’“au moins trois par page”, disait Nabokov, mais à propos de F* !), et qu’enfin F1 n’a pas été véritablement révisée sous le contrôle de l’auteur, encore moins que cette traduction l’ait été de manière exhaustive par Nabokov comme celui-ci l’affirme dans la postface de l’auto-traduction russe. Maurice Couturier minore en effet cet aspect de la question on ne peut plus nettement :

  • 10 Voir Couturier, 1993, p. 12.

[Nabokov] fit de son mieux par la suite pour amender cette traduction mais n’eut manifestement pas le temps de la revoir toute en détail10.

12Dans sa biographie de Véra Nabokov, Stacy Schiff se fait l’écho d’un point de vue radicalement opposé :

  • 11 Voir Schiff, p. 315.

En avril [1959], Gallimard avait publié l’excellente traduction d’Éric Kahane, en vente libre dans un pays où l’édition anglaise faisait l’objet d’une interdiction partielle11.

  • 12 Voir Schiff, pp. 236-237, 247, 250-252, 257-259, 264, 292, 313-314.
  • 13 Voir Schiff, p. 257.

13Une traduction jugée mauvaise par les Nabokov avait peu de chances de recevoir l’imprimatur. Véra Nabokov a ainsi supervisé la traduction de Lolita en allemand, langue qu’elle maîtrisait à la perfection ; elle est allée jusqu’à apprendre l’italien pour travailler mot à mot sur la traduction de Lolita publiée par Mondadori, jusqu’à éplucher la version suédoise, en s’aidant pour ce faire de sa parfaite connaissance de la langue allemande, le tout bien entendu en collaboration étroite avec son mari12. Quant au français, tous deux le connaissaient parfaitement, et Vladimir, trilingue dès l’enfance, l’a même utilisé comme langue de création, notamment, pour la nouvelle “Mademoiselle O”. Une traduction problématique était immédiatement qualifiée d’“épouvantable” ou de “catastrophique”. La traduction en français d’Intransigeances par Vladimir, le fils d’Elena Sikorski, fut un fiasco de ce genre. La “catastrophe” fut réparée en deux semaines de travail13.

  • 14 Voir Couturier, 1993, p. 12.

14Maurice Couturier cite d’ailleurs deux critiques opposées de la traduction de Kahane faites à l’occasion de la parution du livre en 1959. La première, de Kleber Haedens, est élogieuse : “La traduction de M. É.-H. Kahane est particulièrement chaleureuse et nous y trouvons un remarquable effort pour transmettre la richesse un peu écrasante du vocabulaire14”. C’est selon toute vraisemblance une appréciation analogue que portait Vladimir Nabokov sur cette traduction, nullement déficiente ou insuffisamment revue à ses yeux. Voilà qui met un terme au faux procès que l’on pourrait vouloir intenter à la traduction Kahane-Nabokov.

  • 15 Voir Couturier, 1993, p. 11-12.

15Reste un autre procès, cette fois-ci bien différent, et que met en relief la deuxième critique citée par M. Couturier, un éreintement en bonne et due forme de la première Lolita par Jean Mistler : “La traduction de M. Kahane est très inégale. Certaines pages sont parfaitement réussies, d’autres sont écrites en galimatias, la langue n’est pas toujours sûre, et il y a pas mal de barbarismes. Un livre de cette qualité aurait mérité une révision plus attentive15”. Point que M. Couturier naturellement partage, et pas seulement pour Lolita. Dans son ouvrage Nabokov ou la tyrannie de l’auteur, M. Couturier pourfend les mauvaises traductions françaises de l’œuvre nabokovienne à mainte reprise, en annonçant la couleur dès sa “Note sur le corpus” préliminaire :

  • 16 Maurice Couturier, 1993, p. 16.

Je cite tous les textes dans les traductions françaises établies (sauf dans le cas de La Méprise et d’Invitation au supplice) à partir des texte définitifs, malgré leurs multiples lacunes, mais je prends la précaution de restituer en note ou entre crochets, chaque fois que cela s’avère nécessaire, l’original anglais). Traduire Nabokov en français n’est certes pas une mince entreprise, comme j’en ai moi-même fait l’expérience, mais certains romans ont été plus maltraités que d’autres, Pnine et Lolita notamment16.

  • 17 Voir Nabokov, 1999.

16Voilà sans doute une des raisons pour lesquelles le premier volume des Œuvres romanesques complètes de Vladimir Nabokov17 (le deuxième, à paraître, devrait inclure Lolita...) ne contient que des traductions révisées, à une exception notoire près (voir infra). Néanmoins, la révision, même minutieuse par l’auteur lui-même ne trouve pas forcément grâce aux yeux de Maurice Couturier :

  • 18 Voir Couturier, 1993, pp. 15-16.

Nabokov a revu en détail la traduction d’Ada ; le texte final est généralement très proche de l’original anglais mais n’en demeure pas moins un peu pesant dans de nombreux passages18.

  • 19 Voir Berman, 1995, p.76 ff.
  • 20 Voir Berman, 1985, p. 65 ff.
  • 21 Voir Meschonnic, 1973, p. 327 ff.

17Si l’on suit donc bien ce raisonnement jusqu’au bout avec la Lolita française, la question de savoir si celle-ci a été suffisamment “révisée” par Nabokov ou non est relativement secondaire : l’essentiel est qu’elle est jugée déficiente (sur le plan de la traduction) en dépit de ses qualités (sur le plan de l’adaptation). Le “projet de traduction”19 de Maurice Couturier, sans doute mûri de longue date, s’inscrit donc dans une problématique qui va bien au-delà de la critique d’une simple défaillance d’une traduction antérieure : à la “Belle Infidèle” que serait, au mieux, Lolita F1, viendrait se substituer une “nouvelle” Lolita, qui serait en fait la Lolita véritable, qui n’a jamais été véritablement traduite, mais simplement trahie, sous couvert d’embellissement. La traduction de Kahane serait une traduction présentant toutes les traces de la “systématique de la déformation” dont parle Antoine Berman20, ou, pour reprendre les termes d’Henri Meschonnic, une “traduction-introduction” alors que celle de Couturier serait au contraire une “traduction-texte”21. La Lolita de Kahane a pu jouer le rôle d’introductrice de l’œuvre phare de Nabokov — et plus d’une voix est prête à ajouter : excellemment — mais quarante ans après, il n’est que grand temps de dévoiler Lolita telle qu’elle est vraiment, afin de pouvoir enfin en savourer toute la substantifique mœlle (voir la quatrième de couverture), ne serait-ce qu’en l’expurgeant de ses innombrables défauts. En voici un :

  • 22 Voir Couturier, 1993, p. 50.

Produits Pharmaceutiques, Agence Immobilière, Modes, Fournitures pour Automobiles, Café, Articles de Sport, Agence Immobilière, Accessoires Electriques, Meubles, Western Union, Teinturerie, Epicerie. “Monsieur l’agent, monsieur l’agent, ma fille s’est enfuie.” Aidée par un maître détective, aimée par un maître chanteur22.

18Note infrapaginale de Maurice Couturier : “Traduction qui laisse beaucoup à désirer : dans l’original, il n’y a pas de guillemets, de sorte que l’agent fait pour ainsi dire partie de la liste dans un premier temps. Gros contresens à la fin : ce n’est pas elle qui est aimée mais elle qui aime” (l’original en est effectivement : “In collusion with a detective ; in love with a black-mailer”). En voici un autre :

  • 23 Voir Couturier, 1993, p. 282.

Ainsi prenait fin, me dis-je, la pièce ingénieuse représentée pour moi par Quilty. [This, I said to myself, was the end of the ingenious play staged for me by Quilty]23.

19Note infrapaginale : “Contresens malheureux dans le texte français : ‘Le moment était venu, pensai-je, de baisser le rideau sur le sketch ingénieux que j’avais mis en scène pour Quilty’. Voilà le premier type d’erreurs relevées par Maurice Couturier dans Nabokov ou la tyrannie de l’auteur. Le deuxième type va au-delà. En voici l’exemple canonique :

  • 24 Voir Couturier, 1993, p. 208.

“The slope seemed untrodden. A last panting pine was taking a well-earned breather on the rock it had reached” (Texte transfiguré comme suit par Kahane : “Nul pied humain, semblait-il, n’avait encore foulé cette pente abrupte. Un sapin ultime, fourbu, reprenait haleine sur le rocher qu’il avait eu l’audace d’escalader.”)24.

20Le terme utilisé par M. Couturier pour qualifier la version de Kahane (“transfiguration”) fait immanquablement penser au début d’Ada où Vladimir Nabokov donne d’une certaine forme de traduction une image peu flatteuse :

  • 25 Voir Nabokov, 1981, p. 9.

‘All happy families are more or less dissimilar ; all unhappy ones are more or less alike,’ says a great Russian writer in the beginning of a famous novel (Anna Arkadievitch Karenina, transfigured into English by R. G. Stonelower, Mount Tabor Ldt., 1880). That pronouncement has little if any relation to the story to be unfolded now, a family chronicle, the first part of which is, perhaps, closer to another Tolstoy work, Detsvo i Otrochestvo (Childhood and Fatherland, Pontius Press, 1858)25.

  • 26 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.
  • 27 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.

21Le seul ennui, c’est que Vladimir Nabokov a lui-même participé à une telle “transfiguration”. La première solution, celle de Maurice Couturier, consiste à tenir pour négligeable purement et simplement cette participation (en éreintant au passage Éric Kahane, victime collatérale) : il faut dès lors retraduire Lolita de fond en comble. Une deuxième solution est celle que l’on a adoptée dans le cas du seul roman laissé exempt de toute révision dans les Œuvres romanesques complètes : la traduction par Jarl Priel (Gallimard, 1960) d’Invitation au supplice (Priglashenie na kazn’, 1935-1936 ; traduction française à partir de l’auto-traduction Invitation to a Beheading, 1959). Pourtant, les raisons pour le réviser ne manquent pas, comme l’explique Bernard Kreise dans sa “Note sur le texte”, car Doussia Ergaz, traductrice de Chambre obscure (1934) à partir de l’original russe Kamera obskura (1932-1933) et agent de Nabokov en France à l’époque estimait que la traduction était “fidèle, mais horriblement lourde26”. L’auteur était d’un avis fort différent, comme il l’explique lui-même dans une lettre en français : “La traduction, faite par Jarl Priel, est bien loin d’être défectueuse. Au contraire, je la trouve très belle et très fidèle27”. Nabokov n’exclut cependant pas qu’on la remanie :

  • 28 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.

Je regrette profondément que la merveilleuse traduction de Jarl Priel ne soit pas acceptée. Mais même si une nouvelle traduction était à faire, le nouveau traducteur serait forcé de se baser sur celle de Jarl Priel que j’ai revue et corrigée à grande perte de temps il y a une quinzaine d’années. Il y a des passages dans ce livre — il y en a même beaucoup — qu’aucun traducteur ne pourrait tourner de la manière que je désire. Je me suis appliqué à traduire ces passages, et Priel les a incorporés dans sa traduction28.

22La conclusion qu’en tire Bernard Kreise est aux antipodes de celle que tire Maurice Couturier pour Lolita :

  • 29 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.

Face à ces louanges, il était délicat de remanier une traduction qui reçut constamment l’imprimatur de Nabokov, d’autant que, malgré ses côtés parfois surprenants, elle possède une cohérence telle, que toucher à quelques éléments, simplement pour la “toiletter”, risquait de lui faire perdre toute unité. Nous avons seulement corrigé quelques erreurs et incohérences à la lumière du texte russe en choisissant de laisser ce texte dans l’état approuvé par l’auteur29.

23Certes, Invitation au supplice ne saurait rivaliser avec Lolita. Mais imaginons que l’on ait déjà procédé pour Lolita comme Bernard Kreise l’a fait pour Invitation au supplice. On disposerait alors d’une Lolita simplement révisée. Il suffit pour cela de laisser de côté les erreurs manifestes de la traduction Lolita F1 (Kahane-Nabokov, ou, plus simplement, Kahane) et de comparer le reste du texte avec les autres versions existantes, à savoir Lolita E (l’original en anglais), Lolita R (l’auto-traduction russe) et Lolita F2 (Couturier) afin d’examiner les opérations de traduction en jeu.

24Si l’on compare Kahane et Couturier, Kahane semble délittéraliser l’original en l’explicitant, Couturier, à l’inverse, semble le relittéraliser en lui redonnant sa forme implicite. Le texte de Couturier peut donc se lire comme une critique du texte de Kahane qu’il a lui-même “examiné [...] très attentivement”. De là des relittéralisations systématiques, telles que (Exemple 1) “taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth”, où “steps” va de “bonds” chez Kahane à “pas” chez Couturier, et “tap” de “cogner” à “taper”. La traduction de Maurice Couturier peut ainsi se lire comme l’application scrupuleuse des principes de littéralité dont se réclamait Vladimir Nabokov lui-même en matière de traduction allographe.

25Mais un tel point de vue demande à être fortement nuancé quand on se tourne du côté de l’auto-traduction russe. Qu’y voit-on ? On a bien “a prince-dom by the sea” traduit par l’équivalent de “Dans une principauté au bord de la mer” (“v nekotorom kn’azhestve u mor’a” Lolita R, p. 11), mais suivi du rajout entre parenthèses (notre traduction) : “(presque comme chez Poe)” (“[pochti kak u Po]” ibid.), ce qui constitue une solution intermédiaire entre la surexplicitation de l’allusion de Kahane-Nabokov par le rétablissement du texte de Poe sous-jacent, et la conservation de l’allusion dans sa littéralité chez Couturier. Quant aux “séraphins”, Nabokov les qualifie en russe d’“Edgariens” (“Edgarovy serafimy” ibid.). Nabokov rejoint ici Kahane, et non Couturier.

  • 30 Voir Nabokov, 1991 (1955), p. 167. Abrégé dorénavant en AL.
  • 31 Personnellement, cette traduction nous choque essentiellement pour une question de rythme. Le fran (...)

26À l’inverse, Couturier peut lui aussi faire apparaître des traces de délit-téralisation, rares mais d’autant plus frappantes, comme dans l’Exemple 1 : “had I not loved a certain initial girl-child” que Kahane rend par : “une enfant initiale” mais Couturier par : “si, un certain été, je n’avais aimé au préalable une certaine enfant”. C’est d’autant plus surprenant qu’à la page 252 de sa traduction il rend “an incomplete childhood romance with the initial little Miss Lee30” par “une idylle enfantine inachevée avec l’initiale petite Miss Lee”, ce que Kahane rend par : “mes amours frustrées et incomplètes avec la fillette initiale, la petite Miss Lee” (p. 264). Question : “quelle fillette initiale ?” Réponse, celle de la première page. Mais pas chez Couturier : l’écho est perdu. Autre exemple, la première phrase, si célèbre : “Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta”. Kahane traduit par “Lo-li-ta”, Couturier, lui, par “Lo-lii-ta”. Or dans l’original, la graphie “lee” n’a pas seulement valeur phonétique : elle fait apparaître dans le nom de “Lolita” comme dans une poupée russe le nom d’“Annabel Lee”. Couturier délittéralise, ou même surlittéralise, car en traduisant “Lee” par “Lii” le signifié disparaît par rapport au signifiant, car “Lii” est dépourvu de signifié immédiat, contrairement à “Lee” (identifiable non seulement comme allongement du son “i” mais aussi comme nom propre) d’où l’effet si spectaculaire en français, mais aussi très critiquable31, devant lequel Nabokov a reculé en russe, traduisant “Lo-lee-ta”, comme Kahane, par “Lo-li-ta”. Ici, à nouveau, Couturier se distingue de Kahane et de Nabokov.

  • 32 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.
  • 33 Voir Oustinoff, 2001.

27Dans l’exemple 2 (voir Fascicule des textes de référence), “some lovely, glossy-blue picture-postcards” a été traduit par Maurice Couturier par “de jolies cartes postales bleues et glacées”. La traduction proposée dans la lettre de Nabokov du 14 mai 1957 (op. cit.) en était : “la description de la carte postale est fausse. À remplacer par à vues d’un bleu verni”. Parmi les autres corrections signalées dans la lettre — “vaux et monts” (“within the hollows and dells of memory” AL, p. 10) à remplacer par “dans les chemins creux”, “cornés” par “bordés” (“pink-rimmed azure eyes” AL, p. 10), “aux barres” par “au petit jeu de paume” (“I played rackets and fives” AL, p. 11) — c’est la seule qui n’ait pas été conservée par Kahane, puisqu’on y trouve : “de jolies cartes postales glacées aux vastes horizons bleutés”. Il est vrai que “cartes postales à vues d’un bleu verni” relève d’un français insolite, celui-là même dont parle Bernard Kreise au sujet de la traduction de Jarl Priel : “Il apparaît clairement, quand on compare la version originale russe au texte français, que bon nombre de formules et de tournures qui peuvent sembler étranges au lecteur français ne peuvent qu’être le fait de l’auteur et non du traducteur32”. La traduction de Kahane est bien une “transfiguration”, mais avec l’accord de Nabokov : il ne s’agit plus d’une “adaptation” qui invaliderait Lolita F1 en tant que traduction, mais d’un exemple de réécriture traduisante parfaitement légitime dans le cadre de l’auto-traduction33. Faut-il retraduire à partir de leurs originaux russes les (nombreuses) auto-traductions anglaises de Nabokov au seul prétexte qu’elles ont été révisées (circonstance aggravante : de l’aveu même de l’auteur) ?

  • 34 Il n’existe pas de terme générique pour “bleu” en russe : Nabokov a choisi “bleue clair” (“golubaj (...)

28On rétorquera : mais que trouve-t-on dans l’auto-traduction russe ? Réponse : plutôt l’équivalent de ... “cartes postales d’un bleu verni”. L’explication en est simple : en russe, il est facile de créer un adjectif composé sur le modèle de “glossy-blue” (“gl’ansevito-galubyx” (Lolita R, p. 12) = “d’un bleu lustré34”). En français, c’est impossible, l’équivalent “d’un bleu glacé” s’interprétant, à contresens, comme “icy-blue”. La traduction de Couturier est certes plus littérale que celle de Kahane, mais pourquoi se priver de “de jolies cartes postales glacées aux vastes horizons bleutés” (Lolita F1) au lieu de “jolies cartes postales bleues et glacées” (Lolita F2) si on dispose du consentement de l’auteur (à moins qu’il n’ait lui-même directement participé à l’élaboration de la traduction, voire davantage) ?

29L’exemple 3 (voir Fascicule des textes de référence ou “pièce à conviction n° 3” aurait-on envie de dire) prouve que la traduction de Kahane n’est pas la somme des élucubrations d’un seul cerveau mais de deux, puisque Lolita F1 et Lolita R se renvoient pour ainsi dire la balle (pour “a few amiable fine-dayers yelping at you”, Kahane-Nabokov donne : “aux vociférations optimistes des experts météorologistes du voisinage” et Lolita R : “uchtivym laem meteorologicheskikh privetstvij” (littéralement : “par un aboiement courtois de salutations météorologiques”), alors que Lolita F2 se contente de la regarder passer : “vous saluer d’un glapissant bonjour”.

30L’exemple 4 (voir Fascicule des textes de référence) permet de considérer la question à plus vaste échelle. Le personnage à terre est décrit en anglais comme “a death-size wax figure”, ce qui a pour effet de cristalliser la scène, ce segment n’étant pleinement compréhensible qu’en prenant en compte un contexte plus large. Le personnage donne toutes les apparences de la mort, alors qu’il n’est qu’évanoui, mais par déplacement des signifiants, c’est lui qui préfigure l’état dans lequel est l’infortunée Mrs Humbert, écrasée par la voiture de ce monsieur, fort malheureusement pour elle, mais à point nommé pour son mari. Sous “death-size”, on reconnaît le cliché “life-size”. Kahane traduit “wax figure” par “gisant de cire” (“tel un gisant de cire cadavéreuse”). Mais “gisant” ne renferme les unités de sens de l’original qu’implicitement, alors que “death-size” fait apparaître la “mort” dans la lettre même du texte. D’où l’introduction de “cadavéreuse”, car un “cadavre” est par définition “death-size”. De plus, “cadavéreuse” est une hypallage, car ce n’est pas la cire qui est cadavéreuse, c’est le gisant, ce qui constitue un pendant rhétorique à ce jeu sur le cliché qu’est “death-size”. Quant à Vladimir Nabokov, il traduit d’abord littéralement “wax figure” par “comme une figure de cire” (kak voskovaja figura) — il n’existe pas de terme utilisable sans lourdeur pour “gisant” en russe (il faudrait comme en anglais quelque chose comme “recumbent statue” que donne le dictionnaire) — “de la taille (rostom) d’un cadavre ordinaire” (obyknovennogo mertversta), c’est-à-dire qu’il développe “death-size” en “the size of an ordinary corpse”. Là encore, le sème de la mort est explicité, sous la forme de “mertvets” (“mort”, “cadavre”). Maurice Couturier, de manière caractéristique, évite l’étoffement, traduisant l’ensemble par “gisant de cire”, préférant l’implicite à l’explicite.

31On aurait cependant tort d’opposer de manière caricaturale la traduction de Couturier d’un côté et celles de Kahane (Lolita F2) et de Nabokov (Lolita R) de l’autre. Celles de Nabokov et de Kahane divergent également en bien des points, comme le montre l’exemple 5, (voir Fascicule des textes de référence), situé plus avant dans le même passage. Il se trouve que le personnage étendu est un banquier, ce qui conduit Nabokov à faire le jeu de mot suivant : “whom the nurse had just watered on the green bank where he lay — a banked banker so to speak”. Maurice Couturier, de manière analogue à sa traduction de “Lo-lee-ta” par “Lo-lii-ta” prend pour point d’appui le signifiant au détriment du signifié, en traduisant par “qui venait d’être arrosé par l’infirmière sur sa banquette de gazon — banquier en banqueroute pour ainsi dire”, introduisant du même coup une métaphore supplémentaire par rapport à l’original, car “banked” est uniquement descriptif (“transfiguration” de sa part ?). Kahane, lui, déplace le jeu de mots sur un autre point du texte, de manière encore plus spectaculaire : “que l’infirmière venait d’arroser sur son lit de gazon — remettant, si j’ose dire, ce financier à flot”. La différence entre ces deux “transfigurations”, c’est que l’une est faite avec l’imprimatur de l’auteur, l’autre non...

32Dans Lolita R, c’est une solution différente qui a été adoptée par Nabokov. Il traduit en effet par : “sur l’herbe fauchée, où il était étendu, [comme un] banquier fauché pour ainsi dire” (notre traduction), (“na skoshennoj trave, gde on lezhal, skoshennym, tak skazat’, bankirom”), mais “fauché” n’a en russe que le sens propre, et non celui de “sans le sou”, qu’il peut avoir en français. Il conserve donc le sens de “banked”, en se contentant d’une modulation de l’effet (“banked”) pour la cause (“fauché”). Voilà pour le signifié. Pour le jeu sur les signifiants, il introduit le parallèle “herbe fauchée”/ “banquier fauché”, et multiplie allitérations et assonances (“Na SKoSHeNNoj TRave, gde oN LezhaL, SKoSKeNNyM, TaK SKazaT’, baNKiRoM”), ce qui est une marque de son style, aussi bien en anglais qu’en russe, et qui trouve ici sa contrepartie dans l’original.

33Mais du coup, “green bank” a dû se transformer en “herbe fauchée”, qui fait écho au “trim turf” un peu plus haut traduit par “herbe/gazon fraîchement tondu(e)” par Couturier et Kahane. Nabokov a donc introduit une nouvelle métaphore, identifiant le banquier à l’herbe fraîchement tondue du passage (procédé utilisé ici par Kahane comme par Couturier).

34En examinant les différentes versions de Lolita que sont Lolita F1, Lolita R et Lolita F2, on ne peut donc qu’être frappé de certaines correspondances intertextuelles, dont on ne retiendra que trois aspects :

351) Tout d’abord, la traduction Kahane-Nabokov annonce l’auto-traduction russe de Lolita. À bien des égards, elle en constitue l’hypotexte (ce qui n’est guère surprenant, vu le temps passé à reprendre la traduction de Kahane). Une telle parenté serait inimaginable si l’auteur n’avait manifestement pas eu le temps de réviser Lolita F1 (Que cette “révision” soit bonne ou mauvaise est une toute autre question).

362) Autrement dit, cette première traduction française est à replacer dans le cadre de l’intertextualité, tel que le fait apparaître le schéma 7 (voir Fascicule des textes de référence). De Lolita E dérivent en effet aussi bien la traduction Kahane-Nabokov, ou Lolita F1, que l’auto-traduction russe Lolita R, que la traduction de Maurice Couturier, Lolita F2.

37Mais ces traductions ne sont pas isolées les unes des autres. C’est ainsi que Lolita R dérive de Lolita F1, comme on vient de le voir, mais aussi que Lolita F2 dérive de Lolita F1, puisque Maurice Couturier n’a traduit Lolita qu’après avoir examiné dans le détail Lolita F1. De plus, il a également consulté Lolita R, s’y reportant en cas de traduction indécidable. Par conséquent, Lolita F2 a pour hypotextes trois Lolita : Lolita E, Lolita F1, et Lolita R.

  • 35 Voir sur la question l’article de Geoffrey Wall dans Palimpsestes, n° 15, 2004.

38On ajoutera que la relation entre Lolita F1 et Lolita F2 est bien plus marquée que ne le laisse entendre Maurice Couturier dans son introduction (voir Fascicule des textes de référence citation n° 1), car Lolita F2 conserve bien des “trouvailles” de Lolita F1. C’est ainsi que “tangle of thorns” (ex. n° 1) a été (re)traduit à la demande de l’auteur par “entrelacs d’épines” dans F1 et Couturier l’a conservé dans F2 (pourquoi pas “enchevêtrement d’épines” ?) ; de même que “gisant” pour “wax figure” (ex. n° 4. Pourquoi pas “figure de cire” comme dans Lolita R ?). Autre exemple : “I grew, a happy, healthy child in a bright world of illustrated books, clean sand, orange trees, friendly dogs, sea vistas and smiling faces” (AL, p. 10). Lolita F1 : “Ainsi grandit l’enfant heureux et solide que j’étais, dans un monde chatoyant de livres d’images, d’orangers et de sable immaculé, de chiens familiers, de perspectives marines et de visages souriants” (p. 17) ; Lolita F2 : “J’étais un enfant heureux et en pleine santé, et je grandis dans un monde chatoyant de livres illustrés, de sable propre, d’orangers, de chiens affectueux, de perspectives marines et de visages souriants” (p. 31). L’exemple 6 (voir Fascicule des textes de référence) est encore plus éclairant à cet égard. Dans l’original, il est question de “used tissue paper”, que Nabokov traduit fort logiquement en russe de la même manière (“upotrebliennykh”). Kahane a procédé à la modulation “papiers usés” — “papiers chiffonnés” que Couturier a conservée, alors que par souci de littéralisme il va jusqu’à traduire “I was born in 1910, in Paris. My father was a gentle, easy-going person, a salad of racial genes” (AL, p. 9) par “une macédoine de gènes raciaux” (Lolita F2, p. 30 ; Lolita F1 : “une macédoine de gènes de diverses races”, p. 16 : on laissera de côté la “macédoine”...) ou à traduire “within the hollows and dells of memory” (AL, p. 10) par “dans les concavités et les vallons du souvenir” (Lolita F2, p. 30) alors que la lettre du 14 mai 1957 (op. cit.) recommandait “dans les chemins creux” (traduction incorporée, on l’a vu, par Kahane dans Lolita F1), le traducteur se faisant plus nabokovien que Nabokov. Le procédé n’a en soi rien que de très banal (les retraductions contiennent souvent une part de révision des traductions antérieures, par rapport auxquelles elles se démarquent mais dont elles intègrent également des éléments à des degrés variables)35.

393) Ceci nous amène à un troisième et dernier point, que l’on mettra en relief avec la fin de la critique de Maurice Couturier figurant dans la citation 1 : “La transposition des références culturelles, la traduction de nombreux noms propres, tout cela a pour effet d’inscrire le récit dans un cadre par trop français et de faire oublier par moments que l’histoire se déroule en Amérique”. Nabokov, lui, tombe dans l’excès inverse : “Chaque fois que le texte anglais paraissait flou ou indécidable, je me suis référé à la version russe établie de son vivant par Nabokov, sans glisser pour autant dans mon texte ces gloses culturelles dont l’auteur estimait que le lecteur russe des années soixante, peu familier des mœurs américaines, devait avoir besoin”. Mais comment ne pas voir que ces deux travers supposés relèvent de la même problématique, puisque dans un cas, il s’agit d’une francisation de Lolita chez Kahane et d’une russification chez Nabokov s’auto-traduisant en russe, comme il avait russifié Alice in Wonderland dans sa traduction de 1923 ?

40Voyons donc à quoi ressemblent ces “gloses culturelles”. L’exemple 6 (voir Fascicule des textes de référence) en fournit un exemple. Ayant à traduire “observation car”, Kahane traduit par “train” seulement. Couturier traduit par “wagon panoramique”, traduction que l’on trouve aisément aujourd’hui dans le dictionnaire (il figure dans le Robert & Collins Senior), mais il faut supposer que non à l’époque où Kahane traduisait Lolita, à moins de vouloir accuser aussi Kahane de ne pas savoir se servir d’un dictionnaire.

41De tels choix de traduction sont peut-être critiquables, mais ils s’expliquent : en 1959, date de la parution de la traduction de Kahane, inscrire Lolita dans un cadre américain n’était pas aussi facile que maintenant, et sans doute encore plus difficile en 1967 pour Nabokov au travers du russe. Certes, la traduction de Kahane est datée, mais ne l’est-elle pas autant que l’original dont elle dérive, et réalisée qui plus est, en collaboration étroite avec l’auteur lui-même ?

42Reste la question de la part d’“adaptation” présente dans Lolita F1, cette fois-ci, non pas en tant que présence négative (nous ne sommes plus à l’époque des Belles Infidèles), mais positive. Dans le même exemple, l’exemple 6, il est indéniable que la traduction de Kahane est infidèle dans sa recherche de l’élégance, traduisant : “The days of my youth, as I look back on them, seem to fly away from me in a flurry of pale repetitive scraps” par “Quand je me retourne vers le passé, les mois et les années de ma jeunesse semblent filer au vent du souvenir, errant en une nuée de lambeaux identiques et pâles”, l’infidélité résidant notamment dans l’intrusion d’une métaphore absente de l’original, bien qu’en harmonie avec lui, les mois et les années qui semblent “filer au vent du souvenir”. Allons plus loin. De tels passages ne sont que l’émanation d’un courant plus profond qui insuffle à la première Lolita française une fraîcheur si communicative, et à laquelle Vladimir Nabokov ne pouvait résister : celle de son style. L’extrait suivant en fait foi (on en trouverait sans mal quantité d’autres) :

We sat down on our towels in the thirsty sun. She looked around, loosened her bra, and turned over on her stomach to give her back a chance to be feasted upon. She said she loved me. Lolita E, p. 88.

43Voici la traduction de Kahane-Nabokov :

Assis sur nos serviettes, nous nous offrîmes au soleil altéré. Elle jeta un coup d’œil à la ronde, dégrafa son soutien-gorge, et s’allongea sur l’estomac, livrant son dos à ce festin solaire. Elle annonça qu’elle m’aimait. Lolita F1, p. 141.

44Maintenant celle de Couturier :

Nous nous assîmes sur nos serviettes sous le soleil assoiffé. Elle regarda autour d’elle, dégrafa son soutien-gorge et se retourna sur le ventre afin de livrer son dos à ce festin solaire. Elle me dit qu’elle m’aimait. Lolita F2, p. 142.

  • 36 Voir Antoine Berman, 1984, p. 172.

45On n’abordera pas la question de savoir si la traduction de Couturier est “meilleure” ou “pire” que celle de Kahane-Nabokov : ce n’est pas le sujet de la présente communication. On se contentera de souligner la qualité atteinte par Lolita F1, ici à la fois belle et fidèle, que ce soit sur le plan du rythme (“we sat down on our towels” — “Assis sur nos serviettes”) ou de la syntaxe (“We sat down on our towels in the thirsty sun” — “Assis sur nos serviettes, nous nous offrîmes au soleil altéré”), des étoffements introduits (“in the thirsty sun” — “nous nous offrîmes au soleil altéré”) ou du lexique (“loosened her bra” — “dégrafa son soutien-gorge”), mais aussi de l’invention verbale (le splendide “to give her back a chance to be feasted upon” — “livrant son dos à ce festin solaire” !). Ce dernier exemple est une illustration parfaite du seuil parfois ténu qui sépare “traduction” et “adaptation”. Une traduction plus littérale aurait été : “afin d’offrir son dos en festin”, car il n’y a nulle part trace de “festin solaire” dans l’original, le bénéficiaire d’un tel festin étant laissé sous-entendu. La traduction de Kahane est donc, en de nombreux endroits, une potentialisation réussie de l’original36.

  • 37 La traduction de Couturier, contrairement à Lolita R (qui en est dépourvu) et à Lolita F1 (une seu (...)

46Il n’en reste pas moins qu’elle n’est pas exempte de défauts : l’un des mérites de la traduction effectuée par Maurice Couturier en 2001 consiste justement à faire prendre conscience de ces imperfections. Néanmoins, on n’étonnera personne en se faisant partisan de la solution adoptée par Bernard Kreise pour Invitation au supplice : la Lolita de Kahane-Nabokov, ne serait-ce que du fait de la supervision active de l’auteur (elle constitue donc un document de référence essentiel, et pas seulement pour la traductologie), est une œuvre peut-être à remanier et à pourvoir d’un appareil critique, mais non à invalider en tant que traduction, question sans pertinence à partir du moment où il est prouvé qu’elle n’est pas uniquement allographe. D’ailleurs, le mot d’“adaptation” apparaît bien dans Lolita F1, et une seule fois, dans l’unique note du traducteur présente dans le texte, p. 99 (op. cit.)37 : “Cette chanson a été adaptée par l’auteur, ainsi que le poème des pages 291-292 (N.d.T)”

47On donnera donc le mot de la fin au traducteur incriminé, Éric Kahane qui, dans le numéro n°l de Palimpsestes semble par avance parer toute accusation d’adaptation outrancière en répondant à la question : “Quelle différence faites-vous entre traduction et adaptation théâtrale”. Certes, il s’agit de traduction pour le théâtre, mais la réponse qu’il donne s’applique tout aussi bien à sa traduction de Lolita :

  • 38 Kahane, 1987, pp. 140-141.

Il y a bien sûr des moments où il y a adaptation, c’est-à-dire des changements rendus nécessaires par le passage d’une langue à une autre, mais je crois qu’en soi, la différence n’est pas très sensible.... sinon que ça fait chic d’être adaptateur : on a l’impression d’être un peu plus créateur. Mais je n’ai pas honte d’être traducteur. C’est une humilité dont je me fais gloire38.

  • 39 Voir Georges L. Bastin, rubrique “adaptation”, in Baker, 2001, p. 8.
  • 40 Cité par Paul-Gabriel Boucé, 2003, p. 82.

48Pour certains, la notion d’adaptation peut aller jusqu’à se fondre avec celle de traduction : “Some scholars prefer not to use the term ’adaptation’ at all, believing that the concept can be stretched to cover all types of transformation as long as the main function of the activity is preserved39”. Au temps des Belles Infidèles, la relation s’inversait : ne pas adapter, c’était mal traduire. C’est ainsi que l’abbé Desfontaines (1685-1745) estimait avoir bien traduit en français les Voyages de Gulliver en s’arrogeant des libertés courantes pour l’époque. Là où les choses se corsent, c’est quand il fait ingénument part de sa pratique à l’auteur lui-même : “J’ai voulu donner aux François un Livre, qui fût à leur usage ; voilà ce qui m’a rendu Traducteur libre et peu fidèle. J’ai même pris la liberté d’ajouter, selon que votre imagination eschauffoit la mienne40”. La réponse cinglante de Jonathan Swift, rédigée en français, ne se fit pas attendre. Le point commun entre Kahane et Desfontaines, c’est l’élégance de leur traduction, qui a joué un rôle important dans la réception favorable que ces œuvres ont connue en langue française. Là où ils diffèrent absolument, c’est que pour Kahane la traduction s’est effectuée sous l’égide de l’auteur, ce qui du même coup la légitime. À l’inverse, la traduction de Maurice Couturier ne s’en trouve pas invalidée en tant que telle : peut-être ne fait-elle d’ailleurs qu’amorcer le cycle des retraductions françaises de Lolita, mais dans tous les cas de figure la traduction Kahane-Nabokov en demeurera le centre de gravité initial.

Haut de page

Bibliographie

Baker, Mona, ed., Routledge Enclyclopedia of Translation Studies, Londres, Routledge, 2001 (1998).

Berman, Antoine, L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1984.

—, “La traduction et la lettre ou la lettre du lointain”, in Les tours de Babel, A. Berman et al., Mauvezin, Trans-Europe-Repress, 1985.

—, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

Boucé, Paul-Gabriel, “Les deux premières traductions françaises des Gulliver’s Travels”, in Annie Rivara, La Traduction romanesque au xviiie siècle, eds. Annie Cointre, Alain Lautel, Annie Rivara, Arras, Artois Presses Université, 2003.

Couturier, Maurice, Nabokov ou la tyrannie de l’auteur, Paris, Seuil, 1993.

Kahane, Éric H., “Le point de vue d’un traducteur : réponse à des questions sur la traduction de textes dramatiques”, Traduire le dialogue/Traduire les textes de théâtre, Palimpsestes, n° 1, eds. Paul Bensimon, Didier Coupaye, Guy Leclercq, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1987.

Meschonnic, Henri, Pour la poétique II. Épistemologie de l’écriture. Poétique de la traduction, Paris, Gallimard, 1973.

—, “Traduction, adaptation — palimpseste”, in Palimpsestes, n° 3, Traduction/Adaptation, eds. Paul Bensimon, Didier Coupaye, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1990.

—, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999.

Nabokov, Vladimir, The Annotated Lolita, ed. Alfred Appel, Jr., New York, Vintage Books, 1991 (Lolita, 1955).

—, Lolita, trad. Éric H. Kahane, Paris, Gallimard, 1959.

—, Lolita, trad. Maurice Couturier, Paris, Gallimard, 2001.

—, Lolita, (auto-traduction russe), Ann Arbor (Michigan), Ardis, 1967.

—, Ada or Ardor : A Family Chronicle, Londres, Penguin, 1981 (1969).

—, Lettres choisies 1940-1977, trad. Christine Bouvart, introd. Dmitri Nabokov, ed. Dmitri Nabokov, Matthew J. Bruccoli, Paris, Gallimard, 1992.

—, Œuvres romanesques complètes, ed. Maurice Couturier, vol. I, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1999.

Oustinoff, Michaël, Bilinguisme d’écriture et auto-traduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov, Paris, L’Harmattan, 2001.

Rabau, Sophie, ed., L’intertextualité, Paris, GF Flammarion, 2002.

Schiff, Stacy, Véra Nabokov, trad. Michèle Garène, Paris, Grasset, 1999 (New York, 1999).

Wall, Geoffrey, “Flaubert’s Voice : Retranslating Madame Bovary”, Pourquoi donc retraduire ?, Palimpsestes n° 15, eds. Paul Bensimon, Didier Coupaye, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004, pp. 93-98.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Nabokov, 2001.

2 Nabokov, 1959.

3 Voir Couturier, 1993, p. 13.

4 Ibid., p. 14.

5 Voir Nabokov, 1967, p. 308 (notre traduction).

6 Voir Stacy Schiff, 1999, p. 237.

7 Voir Couturier, 1993, p. 13.

8 Que l’on abrègera respectivement sous la forme Lolita E, Lolita F1, Lolita R, Lolita F2.

9 Voir Nabokov, 1992, p. 280.

10 Voir Couturier, 1993, p. 12.

11 Voir Schiff, p. 315.

12 Voir Schiff, pp. 236-237, 247, 250-252, 257-259, 264, 292, 313-314.

13 Voir Schiff, p. 257.

14 Voir Couturier, 1993, p. 12.

15 Voir Couturier, 1993, p. 11-12.

16 Maurice Couturier, 1993, p. 16.

17 Voir Nabokov, 1999.

18 Voir Couturier, 1993, pp. 15-16.

19 Voir Berman, 1995, p.76 ff.

20 Voir Berman, 1985, p. 65 ff.

21 Voir Meschonnic, 1973, p. 327 ff.

22 Voir Couturier, 1993, p. 50.

23 Voir Couturier, 1993, p. 282.

24 Voir Couturier, 1993, p. 208.

25 Voir Nabokov, 1981, p. 9.

26 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.

27 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.

28 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.

29 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.

30 Voir Nabokov, 1991 (1955), p. 167. Abrégé dorénavant en AL.

31 Personnellement, cette traduction nous choque essentiellement pour une question de rythme. Le français ne connaît pas d’opposition longue-brève contrairement à l’anglais : il est artificiel de s’attarder sur une syllabe médiane en épelant un nom. De plus, rares sont ceux qui prononcent “Annabel Lii” au lieu de “Annabel Li”.

32 Voir Nabokov, 1999, p. 1691.

33 Voir Oustinoff, 2001.

34 Il n’existe pas de terme générique pour “bleu” en russe : Nabokov a choisi “bleue clair” (“golubaja”) au lieu de “bleue foncé” (“sinjaja”), les deux mots pour “bleu” que connaît cette langue.

35 Voir sur la question l’article de Geoffrey Wall dans Palimpsestes, n° 15, 2004.

36 Voir Antoine Berman, 1984, p. 172.

37 La traduction de Couturier, contrairement à Lolita R (qui en est dépourvu) et à Lolita F1 (une seule) en contient d’innombrables. Pourtant, aucune ne mentionne, par exemple, que le poème de la page 379 : “L’Écu et l’Écureuil, les Laps et leurs Lapins, / Ont des us obscurs et des mœurs de rapins. / Les mâles colibris font des fusées fantoches. / Le serpent pour marcher tient ses mains dans ses poches” visiblement adapté par rapport à l’original (voir AL, p. 255) figure... déjà, pour l’essentiel, dans la traduction de Kahane (Lolita F1, p. 406) : rimes “Lapins” / “rapins” (original : “Rabbits” / “habits”) ; “exquisite rockets” / “fusées fantoches” pour rimer avec “poches”, etc. Même chose pour le poème, plus long, qui suit peu après (Lolita F1, pp. 255-256, Lolita F1, pp. 407-409, Lolita F2, pp. 380-381).

38 Kahane, 1987, pp. 140-141.

39 Voir Georges L. Bastin, rubrique “adaptation”, in Baker, 2001, p. 8.

40 Cité par Paul-Gabriel Boucé, 2003, p. 82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Oustinoff, « Les Lolita de Vladimir Nabokov : traductions ou adaptations ? », Palimpsestes, 16 | 2004, 117-135.

Référence électronique

Michaël Oustinoff, « Les Lolita de Vladimir Nabokov : traductions ou adaptations ? », Palimpsestes [En ligne], 16 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1597 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1597

Haut de page

Auteur

Michaël Oustinoff

Michaël OUSTINOFF est enseignant-chercheur à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle où il enseigne la traduction. Membre du TRACT et du comité de rédaction de Palimpsestes, il a fait paraître en 2001 chez L’Harmattan, Bilinguisme d’écriture et auto-traduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov, et aux PUF en novembre 2003, La traduction dans la collection « Que sais-je ? ». Il travaille actuellement sur un autre ouvrage consacré à la traduction.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org