Navigation – Plan du site

L’adaptation et la traduction : analyse sociologique comparée des Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain (1948-1960)

Jean-Marc Gouanvic
p. 151-168

Résumés

La question théorique que pose cet article en ce qui concerne l’adaptation est la suivante : l’adaptation suit-elle les mêmes règles éthiques que la traduction ? À partir de la sociologie bourdieusienne appliquée à la traduction et à l’adaptation, nous envisageons les traductions et adaptations des Adventures of Huckleberry Finn (1884 et 1885) de Mark Twain, comme appartenant à la littérature réaliste dominante et à la littérature pour jeunes. Sont abordées les traductions de Suzanne Nétillard (1948) et André Bay (1960) et les adaptations de Yolande et René Surleau (1950 et 1951). Une comparaison des solutions de Nétillard et de Bay est effectuée avec celles de Yolande et René Surleau. Il apparaît tout d’abord que les adaptations suppriment de longs segments de texte et les résument, au point où elles se présentent comme des synopsis du texte original, alors que, ensuite, les traductions traduisent le texte in extenso, mais en ne tenant pas compte d’un trait essentiel du texte américain, celui-là même qui constitue sa nouveauté radicale : la présence des sociolectes de Huck (narrateur autobiographique) et de Jim, notamment. Pour répondre à la question de savoir si l’adaptation suit les mêmes règles que la traduction, il importe donc d’élargir le corpus des adaptations, ce que nous proposons de faire en considérant l’adaptation de The Last of the Mohicans (1826) de James Fenimore Cooper par Gisèle Vallerey (le Dernier des Mohicans, 1932) comme cas d’adaptation réussie. Il demeure que The Last of the Mohicans ne comportant pas les mêmes difficultés que Adventures of Huckleberry Finn, en particulier en ce qui a trait aux sociolectes des personnages de Huck et de Jim, la tâche des adaptateurs et des traducteurs est comparativement sans commune mesure. Cependant, on peut avancer qu’aussi bien la tâche des traducteurs que celle des adaptateurs consiste à reconstruire les homologies dans le champ cible à partir de la signifiance du texte source. Il en découle qu’une adaptation n’est pas nécessairement ethnocentrique (Berman), dès lors qu’elle s’efforce, comme on peut l’apercevoir dans l’adaptation du texte de Cooper par G. Vallerey, de reproduire la signifiance du texte source.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Toury, 1995.
  • 2 Voir Bourdieu, 1992.

1Nous allons entamer, à propos des Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain, une réflexion sur le rapport entre la traduction et l’adaptation envisagé du point de vue inverse de celui que l’on serait tenté d’adopter en traductologie. En traductologie, on a coutume en effet de privilégier le rapport entre le texte source et le texte cible et d’établir une dépendance du texte cible à l’endroit du texte source. Certes, les théoriciens du polysystème situent leur approche dans un autre paradigme, celui de la “target-orientedness1”. Axée sur la cible, la traduction repose ainsi sur des effets de texte qui font sens dans la société d’arrivée. Il ne fait pas de doute que les idées ici présentées ne seraient nullement désavouées par les Polysystémistes. Notre perspective est cependant différente. Elle se situe dans la mouvance de la théorie des champs de Pierre Bourdieu2 et elle tourne autour des notions d’illusio et d’habitus. Malheureusement, nous ne disposons que de bien peu de renseignements sur l’habitus des traductrices et des traducteurs, sauf dans un cas (celui d’André Bay). Nous nous attarderons donc peu sur l’habitus des traductrices et des traducteurs.

2Posons-nous tout d’abord la question suivante à propos de l’adaptation de la littérature pour les jeunes : le processus de l’adaptation suit-il les mêmes règles éthiques que la traduction ? En fait cette question est centrale et nous ne pourrons y répondre qu’en fin de parcours. Mais, pour les besoins de la cause, partons du principe que l’adaptation a ses règles propres. Sinon, les adaptations de romans en comédies musicales, en pièces de théâtre, en films, etc. seraient non avenues. Serait-il admissible, par exemple, de juger de l’éthique de la comédie musicale Les Misérables en rapportant entièrement l’œuvre musicale au roman de Victor Hugo ? Non, sans doute. Cependant, on peut se demander s’il n’existe pas plusieurs types d’adaptations — les adaptations vraiment intersémiotiques (pour parler comme Roman Jakobson) et les adaptations qui ont lieu dans les limites d’un même genre. Les adaptations situées dans les limites d’un même genre sont, par exemple, les adaptations d’un roman réaliste en un roman pour jeunes, cette adaptation d’un roman pour jeunes ne se définissant pas par un changement de catégorie générique, mais par un changement de destinataires. Or, c’est ce trait-là même qui définit le champ de la littérature pour jeunes, par rapport à la littérature du mainstream.

3C’est dans cette optique que nous nous situons. Nous allons en effet effectuer une analyse sociologique comparée de certains traits de quatre versions des Adventures of Huckleberry Finn : celle de Suzanne Nétillard (1948), celle de Yolande et René Surleau (1950), celle des mêmes et qui présentent une version sensiblement différente chez Hachette (1951), celle d’André Bay (1960). Deux sont destinées aux adultes, celles de Nétillard et de Bay, et deux sont destinées aux jeunes, celles de Yolande et René Surleau (1950 et 1951).

Traductions, adaptations et réception de Huckleberry Finn

  • 3 Lettre de Mark Twain à William Dean Howells : “[I] [...] began another boys’ book [...].” (p. 144, (...)
  • 4 Leslie Fiedler (1977) écrit : “The mythic America is boyhood — and who would dare be startled to r (...)

4Ce qui est frappant dans le cas de Twain, c’est que la catégorie de destinataires des Adventures of Huckleberry Finn est indécidable même si l’auteur parle, en 1876, de livre pour jeunes garçons3, ce qui est peut-être à l’origine de la difficile et lente écriture du livre, échelonnée sur sept ans, avec des périodes de rédaction intense, et de longues pannes pendant lesquelles Twain est cependant très actif : roman donc pour jeunes adolescents ou romans pour adultes4 ?

  • 5 Asselineau, 1971, p. 15 et sq. Claude Grimal, dans son “Introduction à la réédition de la traducti (...)
  • 6 Cité par Asselineau, 1971, p. 16.
  • 7 Le cas évident de cet effet de réception est celui de Jules Verne, Les Voyages extraordinaires éta (...)

5En fait de traduction et d’adaptation, le succès de Mark Twain à l’étranger semble plus considérable que dans son pays d’origine5. En Angleterre, il est considéré comme un écrivain humoristique important, en Allemagne il est presque tenu pour un auteur allemand, en Espagne et en Italie on se satisfait de son humour. En France, par contre, Twain n’a jamais été apprécié de son vivant. En 1911, le Figaro fait paraître un article qui prétend qu’il est aussi difficile pour un Français de saisir Mark Twain que pour un Américain de comprendre La Fontaine. En 1935, pour le centenaire de sa naissance, Maurice Le Breton conclut à juste titre : “On ne lit guère Mark Twain, on ne l’a jamais beaucoup lu. [...] son humour a paru trop gros pour avoir droit à une place dans la littérature qui se respecte [...]6”. La raison principale de ce rejet de Twain ne fut pas dans une désaffection du public à son endroit, mais dans le refus des éditeurs de considérer son œuvre comme de la littérature au plein sens du terme, de la littérature avec un grand L, digne d’être traduite. Il se passe ici un phénomène courant en littérature pour jeunes : lorsqu’un texte n’est pas jugé digne de prendre place dans la littérature romanesque dominante, il trouve un point de chute dans un autre champ, celui de la littérature populaire ou celui de la littérature pour jeunes, par exemple. Le statut de ce texte est alors subalterne, subculturel, marginal, paralittéraire... En fait, rien ne prédispose un roman à être classé dans une catégorie plutôt que dans une autre, sinon des critères culturels liés à la réception. Ce sont les goûts de ceux qui sont en position d’être les arbitres des élégances dans la culture cible qui décident si un roman est un roman réaliste à publier dans les collections de romans réalistes (sans autre spécification) ou si c’est un roman de moindre statut, bon pour être classé dans les romans pour jeunes7.

6En ce qui concerne Adventures of Huckleberry Finn, et mise à part l’adaptation pour jeunes réalisée par William-Little Hughes en 1886, il a fallu attendre 1945 et 1948 pour que des traductions véritables du principal roman de Twain voient le jour en français à Genève et à Paris.

Les traductions et les adaptations de Adventures of Huckleberry Finn (édition anglaise, 1884 ; édition américaine, 1885)8

  • 8 Voir Fascicule des textes de référence, document I. Seule la liste des premières éditions des diff (...)
  • 9 Arnavon, 1951, p. 73.
  • 10 Selon Cyrille Arnavon, avant 1917, “[b]ien peu de critiques français [...] reconnaîtront à la litt (...)
  • 11 Ce n’est que dans les années 1920 que Adventures of Huckleberry Finn obtient une reconnaissance in (...)
  • 12 Guy Cardwell (1991) écrit par exemple : “Appraisals of the writings based on the assumption that t (...)

7La première traduction-adaptation a été réalisée par William-Little Hughes, “cet Irlandais qui fut l’un des interprètes de la première heure de Poe, et qui traduisit cet autre chef-d’œuvre, Les Aventures de Huck Finn (1886)”, selon Cyrille Arnavon9. Il s’agit d’une adaptation, où le traducteur manipule le texte de Twain considérablement (additions, omissions, transformations du parler des personnages...). Le roman ne connaîtra donc aucune traduction avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce seront alors les traductions de Richard Walter (1945) et de Suzanne Nétillard (1948). Des éditions pour les jeunes en grand nombre seront ensuite publiées en 1950, 1951, 1960, 1963, 1979 (deux adaptations), 1980. La seule nouvelle traduction pour adultes sera celle d’André Bay publiée en 1960 et rééditée chez Stock l’année suivante. De fait l’immédiat après-guerre de 1939-1945 se caractérise par une pléthore de traductions (et accessoirement d’adaptations) américaines ; ce sera une déferlante qui inondera la culture française. À côté des écrivains américains du xxe siècle, tels qu’Hemingway, Dos Passos, Faulkner, Caldwell, Steinbeck, etc., traduits immédiatement après la publication de l’original, les Hawthorne et les James font alors l’objet d’un rattrapage de traductions. Mark Twain fait partie de cette catégorie des écrivains bénéficiant d’un rattrapage. C’est à une découverte des “classiques” américains que l’on assiste alors10, parmi lesquels Les Aventures d’Huckleberry Finn, tenu pour l’un des chefs-d’œuvre de la littérature américaine dans la culture source11. Mais le statut de Adventures of Huckleberry Finn ne va pas de soi ; certains critiques dénient à Mark Twain, et en particulier à ce roman, pourtant le meilleur de Twain selon l’avis général, une place dans le panthéon littéraire américain aux côtés de Moby Dick, The Scarlet Letter, The Bostonians12, et cela pour plusieurs raisons, en particulier la construction de la fin du roman et la présence intermittente de Jim, l’esclave en cavale, qui affaiblit le propos anti-esclavagiste de l’auteur.

  • 13 C’est le sens des préfaces qui chapeautent les traductions destinées aux adultes, celle de Jean Ka (...)

8Donc, sur les textes proposés au lectorat français en plus d’un siècle, sept sont des adaptations pour jeunes et trois des traductions pour adultes. Les traductions (et nous employons le terme par opposition aux adaptations qui sont la forme de traitements que les éditeurs font subir au texte pour jeunes) de Nétillard (1948) et de Bay (1960) visent à réparer une injustice à l’endroit du roman de Twain13 en présentant un texte non tronqué, non manipulé, un texte intégral aux lecteurs français.

  • 14 La maison d’édition (André Gérard, Verviers, Belgique) où a été publiée la traduction de Lucienne (...)
  • 15 André Bay, écrivain connu qui a publié plusieurs romans chez Gallimard, est également directeur li (...)

9La reconnaissance en traduction française est-elle pour autant venue ? Nullement. Un demi-siècle après les traductions de Nétillard et de Bay, on adapte encore Adventures of Huckleberry Finn pour un public de jeunes en en offrant des versions qui ne rendent pas du tout compte de l’œuvre originale. Ce sont les traductions-adaptations de Lucienne Molitor14, Jean La Gravière, Claire Laury, Hélène Costes, qui offrent du roman de Twain une image déformée. La réédition de la traduction (pour adultes) de Nétillard en 1960, qui aurait pu faire l’objet d’une édition dans une collection de romans traduits chez un éditeur de renom, tel que la collection “Du monde entier” de Gallimard, est reprise dans une collection pour jeunes, “Le club des jeunes amis du livre”, à la Compagnie des libraires et éditeurs associés. Seule la traduction d’André Bay pour adultes du “Livre club du libraire” est rééditée chez Stock en 196115, puis à nouveau, entre autres, en 1994 par Flammarion, accompagnée d’une introduction de Claude Grimai. Quant à la traduction de Suzanne Nétillard, elle a été reprise récemment (2001) par Gallimard dans une édition pour jeunes (collection “Folio junior”), à l’encontre de l’intention des éditions Hier et aujourd’hui pour lesquelles ce roman était destiné à entrer dans les classiques de la littérature réaliste.

10Comment le texte source se présente-t-il ? On trouvera également dans le recueil de textes de références (document II) un tableau présentant le texte source [première colonne] et quatre adaptations/traductions [quatre colonnes suivantes] effectuées immédiatement après la Seconde Guerre mondiale à partir de l’édition de 1885. Ce tableau comporte des données sur le paratexte, en particulier sur une note explicative appelée Explanatory et une notice placée en tête de toutes les œuvres de Twain.

Les traductions de S. Nétillard et d’A. Bay et les adaptations de Y. et R. Surleau16

  • 16 Voir Fascicule des textes de référence, document 2.
  • 17 Charles L. Webster était le neveu de Mark Twain. C’est la maison d’édition de Webster qui a publié (...)

11Remarquons d’abord que l’original américain ne semble pas comporter de titres de chapitres, mais simplement des indications sur les épisodes vécus par les personnages et reproduits dans la table des matières. Ces indications sont de la main non pas de Mark Twain, mais de Charles Webster, l’éditeur du roman aux États-Unis17. Il reste que les titres de Nétillard et Surleau/Istra sont tirés sans doute de la version anglaise (1884) du livre. En outre, les versions de Surleau/Istra et Hachette ne comptent pas les 43 chapitres de l’original, mais 40 chapitres et 42 chapitres, respectivement. L’édition Surleau/Hachette, dans le titre du chapitre (“Huck se civilise”), perd de vue que le texte est autobiographique ; Huck ne peut donc parler de lui-même à la troisième personne. Cette dissonance se reproduira à de multiples reprises dans le texte de la version Hachette de la traduction de Surleau.

12Une Notice précède le texte de Adventures of Huckleberry Finn, comme de tous les autres textes publiés après lui. Cette Notice est la suivante :

Persons attempting to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. BY ORDER OF THE AUTHOR. PER G. G., CHIEF OF ORDNANCE.

13Mais il y a plus important, parce que directement axé sur Adventures of Huckleberry Finn : une note explicative, appelée Explanatory, précise les informations suivantes sur le roman :

14Explanatory

In this book a number of dialects are used, to wit : the Missouri negro dialect ; the extremest form of the back-woods South-Western dialect ; the ordinary “Pike-County” dialect ; and four modified varieties of this last. The shadings have not been done in a hap-hazard fashion, or by guess-work ; but pains-takingly, and with the trustworthy guidance and support of personal familiarity with these several forms of speech. I make this explanation for the reason that without it many readers would suppose that all these characters were trying to talk alike and not succeeding.
THE AUTHOR

15Dans cette note explicative, Twain avertit le public lecteur que, à travers la narration autobiographique de Huck et les dialogues rapportés, s’expriment divers dialectes, celui des Noirs du Missouri, celui de l’arrière-pays du sud-ouest des États-Unis, celui, ordinaire, du Comté de Pike et quatre variétés modifiées de ce dernier. Ainsi, Twain oriente le lecteur vers une lecture sérieuse de l’œuvre, une lecture centrée sur la langue utilisée dans le récit et sur le signifiant. Ce fait est loin d’être secondaire, lorsque le moment est venu de traduire le texte. Les traducteurs sont ainsi immédiatement confrontés à une extrême difficulté de traduction, la traduction des sociolectes. Comment rendre en effet la parole de Huck et celle de Jim, qui se distinguent considérablement dans l’œuvre source, comment les rendre dans l’œuvre cible ? Nous allons examiner cette question dans un instant. Auparavant, remarquons que la Notice est présente dans trois des textes examinés (Nétillard, Surleau/Istra, Bay) et absente dans la version de Surleau/Hachette. Par contre, l’Explanatory est absente de toutes les traductions et adaptations, sauf chez André Bay sous la forme d’une “Note sur la traduction”, que voici :

Mark Twain annonce dans une note liminaire qu’il a employé divers dialectes dans ce livre, au moins quatre, celui des nègres du Missouri, celui du Sud-Ouest, etc..., sans compter les subdivisions dialectales et il nous avertit aimablement de ce fait parce qu’on pourrait s’imaginer que tous ses personnages s’efforcent de parler de la même façon sans tout à fait y parvenir...

En employant systématiquement le style parlé, Mark Twain, en autodidacte conscient de ses limites, a opéré une véritable révolution dans la littérature américaine, il lui a permis d’être enfin elle-même et non plus une branche de la littérature anglaise. Dans la présente traduction, nous nous sommes efforcés de conserver au récit son naturel un peu débraillé, familier, sans aller jusqu’à l’argot et en respectant autant que possible les règles de la grammaire, (p. 17)

16Exceptée la remarque condescendante ajoutée sur le caractère de Mark Twain “autodidacte conscient de ses limites”, la Note sur la traduction prend acte de la présence du “style parlé” dans le roman, qui “a permis [à la littérature américaine] d’être enfin elle-même et non plus une branche de la littérature anglaise”. La deuxième partie de la remarque est judicieuse : elle établit clairement la progressive autonomie du champ de la littérature américaine par rapport à la littérature anglaise. Cette note marque un aveu d’impuissance et la reconnaissance d’un échec du traducteur. Bien plus, André Bay déclare que sa traduction n’a pas suivi Twain jusqu’à utiliser l’argot, mais au contraire a respecté “autant que possible les règles de la grammaire”, projet diamétralement opposé à celui de Twain dans son roman.

Présence et absence d’épisodes dans les traductions et les adaptations analysées

  • 18 Voir Fascicule des textes de référence, document III.

17Nous allons maintenant examiner les omissions observables essentiellement dans l’adaptation des Surleau, en ne nous attachant pas pour l’instant à la manière de traduire de Nétillard et de Bay. Comme il serait très fastidieux d’en faire le catalogue, nous n’analyserons que les premières omissions des Surleau.18

18Au chapitre I, première omission, Huck déclare que ce n’est pas bien grave de mentir de temps en temps. Puis, lorsque Miss Watson est d’avis que Tom Sawyer n’irait pas au ciel, Huck dit qu’il souhaite rester avec Tom, même si c’est en enfer. Cette pensée de Huck est omise chez Surleau. Huck s’installe près de la fenêtre et tâche de penser à quelque chose de gai. Dans l’original, il n’y parvient pas, alors que dans la version Surleau, les hiboux, les chiens, les feuilles sont introduits par un “Ah Ouiche” qui efface complètement le désespoir de Huck (p. 9).

19Au chapitre II, Pap Finn apparaît pour la première fois. Ce n’est plus le père de Huck chez Surleau/Hachette, mais son oncle. Par contre, chez Surleau/Istra, Pap Finn est bien son père. Il y a ici une censure nette du texte original dans l’édition Hachette de la traduction de Surleau. Pour la Bibliothèque verte d’Hachette, il ne serait sans doute pas convenable que le père de Huck soit en quelque sorte “dénaturé”, qu’il le batte, qu’il boive, fasse des fugues, lui extorque son argent pour s’enivrer, etc. Bref, il ne serait pas acceptable qu’il soit une loque humaine, l’image même du père indigne. La famille dite “biologique” (mais on ne sait rien de la mère de Huck) est intouchable. Le modèle du père est un modèle qui doit rester intact dans l’esprit du jeune lecteur. À l’inverse, Nétillard ne se prive pas de traduire tous les éléments du texte source, même les plus infamants pour un père. 1) D’abord, c’est le père de Huck. 2) Il avait l’habitude de dormir avec les cochons de la tannerie quand il était saoul. 3) On ne l’a pas vu depuis un an. Surleau ne garde du texte que le fait que c’est son oncle et qu’on ne l’a pas vu depuis un an.

20Au chapitre III, dans l’original, Miss Watson interprète Mathieu 6.6 à la lettre : “But thou, when thou prayest, enter into thy closet...”, ce que les traducteurs et les adaptateurs n’ont pas saisi et qu’ils ont rendu de diverses façons, mais sans voir la citation biblique. Au chapitre IV, Huck raconte que ce qui lui coûte le plus, ce n’est pas d’aller à l’école, mais de dormir dans un lit et d’habiter une maison : il s’échappe avant les froids pour aller dormir dans les bois. Ce passage est supprimé chez Surleau.

21Autre suppression au chapitre IV, dans l’épisode des prédictions de la balle de crin faites par Jim, Jim prédit à Huck que deux filles vont lui tourner autour, une blonde et une brune, une riche et une pauvre. La balle de crin annonce à Huck qu’il se mariera d’abord avec la pauvre, puis avec la riche.

  • 19 Voir Daudet, 1962, p. 11 : “Ce sont les lapins qui ont été étonnés !” est l’incipit de la première (...)

22Lorsque le père de Huck (son oncle chez Surleau/Hachette) s’amende, la femme du juge lui baise la main. Lorsqu’il a recommencé à boire, le juge est furieux. On pourrait, dit-il, réformer le vieux, mais d’un coup de fusil. Chez Surleau, tout ce passage est considérablement édulcoré et résumé. Il ne reste plus qu’une notation sur l’état d’esprit du juge, notation extrêmement affaiblie. “C’est le juge qui était vexé !” (p. 32), formule construite sur le modèle stylistique des Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet (“Ce sont les lapins qui ont été étonnés !”)19.

23On peut déjà tirer des conclusions de ces exemples d’omissions de Surleau. Ce ne sont pas des passages indifférents qui sont supprimés, mais des épisodes ou des remarques à valeur axiologique forte. L’adaptation de Surleau censure, ni plus ni moins, le texte de Twain, et ce qui est censuré, c’est la vérité de son évocation. La profondeur du texte, son arrière-plan culturel et social sont annulés, et il ne demeure plus que l’aventure humoristique au sens strict. Au sens strict, car l’un des aspects essentiels du texte se trouve dans la prosodie de la phrase, dans son déroulement, qui suit la pensée de Huck. Ou bien Surleau supprime le passage incriminant, ou bien synthétise en un ou plusieurs mots tout un épisode soigneusement mis en scène par l’auteur. Il en résulte que l’adaptation de Surleau ressemble beaucoup plus par endroits à un synopsis ou à un résumé d’intrigue, qui plus est à un résumé d’intrigue sélectif. Dernière remarque, sur Alphonse Daudet : Surleau remplace les livres qu’il y a sur la table des Grangerford, à savoir une grande Bible illustrée, le Pilgrim’s Progress de Bunyan, Friendship’s Offering, les Discours d’Henry Clay, un livre de Médecine familiale du docteur Gunn, un recueil d’Hymnes (p. 83), par une Bible et par les Lettres de mon moulin (p. 117), avec ce commentaire : les Lettres “ont été écrites par un homme qui avait quitté sa maison pour aller habiter un vieux moulin à moitié démoli, je n’ai pas compris pourquoi”. Cette phrase vise à traduire une remarque faite par Huck à propos de Pilgrim’s Progress : “One was ‘Pilgrim’s Progress,’ about a man that left his family it didn’t say why.” (p. 83) Les lettres de mon moulin sont manifestement le modèle par excellence de la littérature enfantine pour les éditions Hachette après la guerre de 1939-1945. On notera que le texte source fait référence à un homme qui a quitté sa famille, alors que l’adaptation mentionne un homme qui a quitté sa maison, ce qui n’est pas du tout la même chose. Cela corrobore ce qui a été dit à propos de Pap Finn qui se métamorphose en oncle. La valeur familiale est manifestement intouchable pour l’éditeur Hachette.

La traduction des sociolectes

24T. S. Eliot écrit dans son Introduction à Adventures of Huckleberry Finn publiée en 1950 :

  • 20 T. S. Eliot, “Introduction”, in Edward Sculley Bradley, et al., 1977, pp. 330-331.

Repeated readings of the book only confirm and deepen one’s admiration of the consistency and perfect adaptation of the writing. This is a style which at the period, whether in America or in England, was an innovation, a new discovery in the English language.20

25Eliot déclarait en outre, et on peut prendre cette affirmation à notre compte, que “the style of the book [...] is the style of Huck [...]” (ibid., p. 330). C’est le style de Huck en effet qui donne son unité et son efficacité à l’ensemble ; et c’est lui qui constitue l’innovation principale du roman. Examinons comment les traducteurs et les adaptateurs s’y prennent pour rendre le style de Huck.

Le sociolecte de Huck21

  • 21 Voir Fascicule des textes de référence, document IVa.
  • 22 Coleridge, 1907, vol. 2, p. 6.

26L’adaptation de Surleau ne tient strictement aucun compte du sociolecte de Huck. Sous la plume de Huck, des expressions telles que “ne pas faire faute de” font tache. En ces cas, on observe tout le poids de la tradition littéraire française, qui, profondément fossilisée, ne voit pas où est l’entreprise de l’écrivain et annule complètement le discours central, celui, plébéien, de Huck. Au contraire, Surleau emploie le subjonctif imparfait : “Que vouliez-vous que je fisse lorsque j’étais enfermé ?” (p. 34), ce qui enlève toute plausibilité à la narration de Huck. Plus loin, l’autre marqueur de la littérature littératurante s’exprime ; après le subjonctif imparfait, c’est le passé simple : “Nous trouvâmes cinq poissons-chats [...], les emportâmes [...]. [...] nous sortîmes et descendîmes [...].” (p. 38) L’adaptation de Surleau détruit systématiquement le texte de Twain par une déréalisation du discours de Huck. On voit alors par comparaison combien Twain a effectué un travail sur le style et combien l’essentiel de son entreprise littéraire a consisté à créer l’illusio romanesque en donnant la parole au jeune garçon. C’est sa parole qui d’emblée fait pénétrer avec brio le lecteur dans la fiction et crée cette adhésion au texte. C’est par sa parole que sont transmises ses angoisses devant la mort, sa solitude, mais aussi ses joies et son amitié pour Jim et pour Tom Sawyer. C’est le style de Huck qui crée cette “willing suspension of disbelief22” particulière au récit, cette illusio réaliste que Twain revisite magistralement.

27Surleau se caractérise par l’outrance stylistique dans l’adaptation. Les traducteurs ont-ils fait mieux ? Tout ce qu’André Bay se permet à l’occasion, c’est l’élision de la première partie de la négation, ne, dans les constructions verbales négatives : “j’avais rien d’autre à faire” (p. 55) ou “il regardait pas où il mettait les pieds” (p. 58), pour mimer le langage parlé de Huck. Il utilise aussi, parfois, des expressions familières, telles que “séance” dans “il y a eu une belle séance avec Miss Watson” ou encore “le paternel” pour désigner Pap Finn familièrement. Mais l’ensemble est un style de bon ton, bien loin du style de Huck. On se dit qu’il ne reste pas beaucoup de travail à la veuve Douglas pour “civiliser” Huck, car il parle d’une façon tout à fait éduquée qui dénote de bonnes dispositions pour s’adapter à la vie en société. Cela est évidemment contredit par le contenu du discours de Huck, où il apparaît que c’est un garnement, au bon cœur certes, mais qui déteste les contraintes de la vie sociale, et s’efforce par tous les moyens de s’y soustraire.

28Nétillard est un peu plus proche de l’esprit de Twain. Elle apparaît plus sensible au registre de Huck. Miss Watson lui “passa un fameux savon” (p. 17), “je le ferai cracher” (p. 28), dit Pap Finn. Mais ce sont des essais timides de rendre la parole de Huck, et son style. Or, Nétillard ne fait pas mieux que Bay : “Depuis plus d’un an, Pap ne s’était pas montré, et j’en étais bien aise [...]” (p. 18). Entre parenthèses, Pap, lui, s’exprime comme un bourgeois chez Surleau : “Et je lui ferai rendre gorge.” (p. 28) Au chapitre 40 de l’original, la narration de Huck atteint des sommets stylistiques, qui n’ont strictement pas d’équivalents dans les versions aussi bien de Nétillard que de Bay. “We was feeling pretty good [...]” jusqu’à la fin du paragraphe ne compte pas moins de 17 coordinations and. Cette narration en cascade, sans respiration forte marquée par d’autre ponctuation que des virgules, est normalisée par Nétillard et par Bay.

Le sociolecte de Jim23

  • 23 Voir Fascicule des textes de référence, document IVb.

29Voyons maintenant l’un des points les plus délicats de la traduction et de l’adaptation des Aventures de Huckleberry Finn, la manière de rendre le sociolecte de Jim. Cette question du parler de Jim a déjà été abordée longuement par Judith Lavoie, dans Mark Twain et la parole noire (doctorat datant de 1998 et publié en 2002). La thèse que Judith Lavoie soutient est la suivante :

  • 24 Lavoie, 2002, p. 18.

Jim ne sera [...] pas un bouffon, ni un être infériorisé par son parler, ni un grand enfant, ni encore un modèle de bestialité, de soumission ou encore de stupidité. Son personnage, au contraire, détient de multiples qualités (intelligent, autonome, débrouillard, autoritaire, sensible) et sa langue, autrefois raillée dans le romanesque, est réhabilitée au sein de l’œuvre de Twain, car elle sert précisément à véhiculer une caractérisation multidimensionnelle24.

  • 25 Ibid., pp. 22-23.

30Pour démontrer que Jim n’est pas le minstrel darky courant dans les représentations du noir américain au xixe siècle, l’auteur entend restituer au roman son caractère profondément ironique et à Jim son rôle occasionnel de trickster. Le trickster est “un être en position de faiblesse, qui agit de manière à se conformer aux attentes de ses interlocuteurs en position de force, mais qui, en fait, les manipule et les trompe à son propre avantage25”. Dans les techniques du trickster, le signifying joue un rôle particulier. Le roman est ponctué de cette pratique discursive qui consiste à appuyer ses comportements sur les préjugés et les croyances auxquels le trickster n’adhère pas, pour implicitement les subvertir. Par exemple, Jim prétend que la pièce de cinq cents qu’il a autour du cou est un fétiche que le diable lui a donné en personne. Or il s’avère que c’est Tom Sawyer qui a laissé ces cinq cents sur la table pour payer des chandelles. Il s’ensuit que Tom est implicitement assimilé au diable. Selon Lavoie, Huck pratique le signifying et Jack, un autre esclave, aussi.

31Si on analyse le discours de Jim en traduction, on remarque que Nétillard utilise le discours familier populaire avec la suppression du ne négatif, les élisions portant sur des mots (p’têt’, aut’ femme...), des propositions particulières comme “l’éfant” pour “l’enfant”, la répétition des syntagmes, des formes assimilées au parler noir, telles que “missié” ou “pitite”. Surleau essaie à l’occasion le parler du noir colonisé : “lui pas savoir quoi faire...” ; mais la plupart du temps, le registre est celui du français littéraire moyen : “Eh bien ! Cette histoire n’est-elle pas ridicule ?”. Bay, lui, supprime comme Nétillard la première partie de la négation ne... pas : “Il sait pas encore...” introduit par un “il m’a annoncé” de discours direct. Ailleurs que dans les exemples fournis, apparaissent d’autres modifications, dont la plus typée est la forme “j’vas”, d’origine archaïque, mais ce trait n’est pas particulier à Jim.

  • 26 Lavoie, 2002, pp. 193-208.

32Encore une fois, mise à part la version de Nétillard, ce sont des essais timides de retranscription du discours de Jim, et qui manquent de cohérence. Ils s’insèrent dans les segments de phrase un peu au petit bonheur. Judith Lavoie propose le créole antillais, celui en particulier de Patrick Chamoiseau, pour rendre la parole noire de Jim26. C’est à son avis la voie déjà adoptée par Nétillard dans ses propositions.

33Dans le discours de la traduction, Jim apparaît-il encore comme un minstrel darky, ou bien sa qualité fondamentale de trickster est-elle préservée ? Selon Lavoie, le message de l’œuvre demeure anti-esclavagiste, qu’il s’agisse des traductions de Bay et surtout de Nétillard : “Extrêmement sensible à la matérialité du signe (qu’il s’agisse de sociolectes ou de répétitions), Nétillard propose une traduction qui parvient à véhiculer un projet esthético-idéologique très proche de celui qui fut dégagé du texte original.” (p. 189) On est donc en droit de se demander si une version créolisée de la parole de Jim s’impose puisque la traduction véhicule déjà l’essentiel de l’attitude présumée de Twain à propos de Jim. Notre position est différente.

34Adventures of Huckeleberry Finn, comme tout grand roman, est l’occasion de débats sociaux sur des questions essentielles liées à la vie au moment de sa rédaction. Ces questions portent sur l’avenir social souhaitable, celui qui s’ouvre devant le citoyen américain à l’époque où se forme la puissance de la nation américaine. Ces débats se poursuivent encore aujourd’hui. Guy Cardwell énonce ce qui nous paraît une des vérités à propos de Twain :

  • 27 Cardwell, 1991, p. 228.

The legendary Mark Twain belongs to the mythic substrate of America. To recognize this is to begin to understand the biases and the gusting emotions of hagiographie biographers and critics. The idealized, complex, lightly adaptive image of Mark Twain has exacted an almost unqualified devotion, more so than have those of such less regularly empathetic figures of David Crockett, George Washington and Benjamin Franklin. In Mark Twain we have erected an image of ourselves and venerated it. We have admired ourselves as Western adventurer, cracker-barrel philosopher, epigrammatist, humorist ; as critic of established churches, hypocritical gentility, and the corrupting power of money. The hero of this myth of origins, this myth of national character, is, of course, a great hairy mammoth that never existed except as a projected image27.

35La grande figure mythique que représente pour beaucoup Mark Twain est peu à peu descendue du piédestal où l’avait placée la critique ; mais ce qui reste intact, c’est l’œuvre littéraire ; cette œuvre littéraire s’est installée fermement parmi les classiques de la littérature mondiale, non à cause des solutions sociales qu’elle propose, mais à cause des questions qu’elle pose et à cause de la manière qu’elle a de les poser. La traduction et l’adaptation répercutent-elles ces questions en français ? Rien n’est moins sûr. Et surtout pas les adaptations abrégées pour jeunes dont on dispose aujourd’hui.

  • 28 Gouanvic, 2002, pp. 99-100.
  • 29 Gouanvic, META, mai 2003.

36Mais serait-ce trop demander aux traductions et aux adaptations que de se faire les messagères d’un débat américain ? Dans un autre cadre28, nous avons proposé de voir la traduction comme un processus de déshistoricisation par rapport à la culture source et comme une réhistoricisation dans la société cible selon les positions occupées par les agents de la traduction. La réhistoricisation s’opère grâce aux efforts faits par les agents de la traduction (pas seulement la traductrice ou le traducteur) pour trouver le discours en creux du texte de l’auteur, le discours implicite au texte et que l’auteur n’a pas sans doute lui-même aperçu. En ce sens, Antoine Berman a raison de voir la traduction comme un discours critique (1995). Mais l’entreprise de l’adaptation est-elle essentiellement différente ? La réhistoricisation que réalise l’adaptation serait-elle d’un autre ordre, autre par rapport à la traduction ? Il n’est pas possible de répondre à cette question au seul vu de l’adaptation de Adventures of Huckleberry Finn en français. Il existe de bonnes et de mauvaises adaptations et les adaptations du roman de Twain ne sont absolument pas des modèles de réussite. Pour éclairer la question, il faudrait examiner un cas d’adaptation réussie, celle, par exemple, de The Last of the Mohicans (1826) de James Fenimore Cooper par Gisèle Vallerey publiée chez Nathan en 193229. L’adaptation de The Last of the Mohicans s’adresse à la même classe d’âge que celle des Aventures de Huckleberry Finn, les enfants de 10 ans environ, et il est donc possible de les comparer. Pour produire son adaptation, Gisèle Vallerey s’appuie sur la première traduction du livre de Fenimore Cooper par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1826). Elle emploie les mécanismes du mimétisme textuel et la citation de segments courts traduits et intégrés au texte adapté, l’ensemble étant soudé à l’aide d’un style qui se fond dans le roman pour produire un continuum textuel où les citations du texte original traduit ne sont pas repérables. Il reste que Adventures of Huckleberry Finn présente des difficultés supérieures de traduction/adaptation, avec ses sociolectes nombreux et très typés. Mais la tâche n’est pas insurmontable, à condition que l’adaptateur (et le traducteur, cela va de soi) soit ouvert aux solutions inédites, qui constituent une innovation dans le champ littéraire cible comme l’original a pu l’être dans la culture source.

Conclusion

  • 30 Berman, 1984, p. 118.
  • 31 La signifiance est portée par l’intertexte qui cristallise les intérêts spécifiques à un champ à t (...)
  • 32 Gouanvic, à paraître.

37Ce qui caractérise les traductions et les adaptations françaises de Adventures of Huckleberry Finn, c’est donc la difficulté extrême où se trouvent les traducteurs et les adaptateurs de traduire les sociolectes. Si ce roman est tenu pour un grand classique de la littérature américaine, c’est bien parce qu’il est le premier à imposer la langue vernaculaire dans la narration d’un roman. Et cette langue parlée différenciée en divers sociolectes est précisément la pierre d’achoppement de toute traduction ou adaptation. La solution proposée par Judith Lavoie d’adapter le sociolecte de Jim au créole antillais a l’avantage d’une part de restituer au personnage de Jim son identité noire et d’autre part d’être applicable aussi bien à la traduction qu’à l’adaptation. Elle a l’inconvénient de ne pas s’appliquer au narrateur Huck. L’implicite de cette décision est, dans l’optique où nous nous sommes placé, qu’une adaptation n’est évaluable qu’à partir du texte source, du moins lorsqu’il est avéré que ce dernier a servi de base à la version adaptée. Cependant, le contrat qui lie le texte source et le texte cible adapté n’est pas une interdiction de dépasser la “texture de l’original30”. Toute adaptation relevant, selon Berman, des pratiques hypertextuelles, à quelles conditions ces pratiques hypertextuelles ne sont-elles pas ethnocentriques ? Ici, il faudrait sans doute faire intervenir une notion que nous avons déjà utilisée pour la traduction : si la traduction est éthiquement une construction d’homologies fondée sur la signifiance31 convergente des textes dans les champs source et cible32, l’adaptation pour jeunes est la construction d’homologies fondées sur la signifiance des textes du champ source dans le champ cible de la littérature pour jeunes. Les pratiques hypertextuelles, telles que l’adaptation pour jeunes, ne sont pas dès lors nécessairement ethnocentriques, puisque la réhistoricisation peut se faire selon des exigences de signifiance homologues à celles du texte source, comme dans le cas de l’adaptation du Dernier des Mohicans (1932) de Gisèle Vallerey. Cette question mériterait davantage d’attention. Je vais arrêter ces réflexions en ayant bien conscience qu’introduire la problématique de l’adaptation dans celle de la traduction constitue un changement de modèle et qu’il faudrait poursuivre la recherche dans ce sens et sur des corpus plus étendus.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres primaires

COOPER, James Fenimore, The Last of the Mohicans, Boston/New York, Houghton, Mifflin and Co., 1876. (Édition originale : 1826).

–, Le Dernier des Mohicans, A.-J.-B. Defauconpret, trad., Paris, Gosselin, 1826.

–, Gisèle Vallerey, trad., Paris, Nathan, 1932.

TWAIN, Mark, Adventures of Huckleberry Finn, in Edward Sculley Bradley, et al. Samuel Langhorne Clemens. Adventures of Huckelberry Finn. An Authoritative Text. Backgrounds and Sources Criticism, New York, W. W. Norton & Co., 1977. (Éditions originales : 1884 et 1885).

–, Les Aventures d’Huckleberry Finn, André Bay, trad., Paris, Le Livre Club du Libraire, coll. “Le Livre Club du Libraire”, 1960.

–, Les Aventures d’Huckleberry Finn, Suzanne Nétillard, trad., Paris, Éditions Hier et Aujourd’hui, coll. “Chefs-d’œuvre d’hier et d’autrefois”, 1948.

–, Les Aventures de Huck Finn, Yolande et René Surleau, trad., Strasbourg, Librairie Istra, coll. “Charme des jeunes”, 1950.

—, Les Aventures de Huck Finn, Paris, Hachette, coll. “Bibliothèque verte”, 1951.

Œuvres secondaires

ARNAVON, Cyrille, Les Lettres américaines devant la critique française (1887-1917), Paris, Société d’édition Les Belles Lettres, “Annales de l’université de Lyon”, 3e série, Lettres, fasc. 20, 1951.

ASSELINEAU, Roger, The Literary Reputation of Mark Twain from 1910 to 1950, a Critical Essay and a Bibliography, Westport, Conn., Greenwood Press, 1971.

BERMAN, Antoine, “Traduction ethnocentrique et traduction hypertextuelle”, L’Écrit du temps, n° 7, 1984, pp. 109-123.

—, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

BOURDIEU, Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

BRADLEY, Edward Sculley et al., Samuel Langhorne Clemens. Adventures of Huckelberry Finn. An Authoritative Text. Backgrounds and Sources Criticism, New York, W. W. Norton & Co., 1977.

CARDWELL, Guy, The Man who was Mark Twain. Images and Ideologies, New Haven et Londres, Yale University Press, 1991.

COLERIDGE, Samuel Taylor, Biographia Literaria, Edited with his Aesthetical Essays by J. Shawcross, Londres, Oxford University Press, J. Shawcross, dir., vol. 2, 1907.

DAUDET, Alphonse, Lettres de mon moulin, Paris, Fasquelle Éditeurs, Bibliothèque-Charpentier, 1962.

ELIOT, T. S., “Introduction”, in Bradley, Edward Sculley, et al., 1977, pp. 328-335.

FIEDLER, Leslie, A Fiedler Reader, New York, Stein and Day, 1977.

FONER, Philip S., Mark Twain : Social Critic, New York, International Publishers, 1972.

GOUANVIC, Jean-Marc, Sociologie de la traduction. La science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950, Arras, Artois Presses Université, coll. “Traductologie”, 1999.

—, “Ethos, Ethics and Translation. Toward a Community of Destinies”, The Translator, vol. 7, n° 2, numéro spécial “The Return to Ethics” dirigé par Anthony Pym, Manchester, St Jerome Publishing, 2001, pp. 203-212. Simultanément publié sous le titre “Ethos, éthique et traduction : vers une communauté de destin dans les cultures”, dans le numéro special Antoine Berman aujourd’hui/Antoine Berman for our Time dirigé par Alexis Nouss, TTR, vol. 14, n° 2, 2e semestre 2001, pp. 31-47.

—, “A Model of Structuralist Constructivism in Translation Studies”, Crosscultural Transgressions, Theo Hermans, ed. Manchester, St. Jerome Publishing, 2002, pp. 93-102.

—, “De la traduction à l’adaptation pour les jeunes : Socioanalyse du Dernier des Mohicans de James Fenimore Cooper”, META, numéro spécial dirigé par Riitta Oittinen, Les Presses de l’Université de Montréal, vol. 48, n° 1-2, mai 2003, pp. 31-46.

—, “Homology and Translation”, Congrès Similarity and Translation, American Bible Society et Scuola Superiore per Interpreti e Traduttori San Pellegrino, Misano Adriatico-Rimini, New York, 31 mai-1er juin 2001, à paraître.

GRIMAL, Claude, “Introduction”, Les Aventures de Huckleberry Finn. André Bay, trad., Paris, GF-Flammarion, 2000, pp. 7-34.

HEMINGWAY, Ernest, Green Hills of Africa, New York, Charles Scribner’s Sons, 1935.

KANAPA, Jean, “Mark Twain et l’Amérique ou De la falsification en histoire littéraire”, préface aux Aventures d’Huckleberry Finn, Suzanne Nétillard, trad., Paris, Éditions Hier et Aujourd’hui, 1948, pp. I-VII.

LAVOIE, Judith, Mark Twain et la parole noire. Montréal, les Presses de l’Université de Montréal, coll. “Espace littéraire”, 2002.

SMITH, Henry Nash et William M. Gibson, ed., Mark Twain—Howells Letters, Cambridge, Mass., The Belknap Press of Harvard University Press, 1960.

TOURY, Gideon, Descriptive Translation Studies and Beyond, Philadelphie/Amsterdam, John Benjamins, 1995.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Voir Toury, 1995.

2 Voir Bourdieu, 1992.

3 Lettre de Mark Twain à William Dean Howells : “[I] [...] began another boys’ book [...].” (p. 144, lettre du 9 août 1876). Mark Twain - Howells Letters, 1960.

4 Leslie Fiedler (1977) écrit : “The mythic America is boyhood — and who would dare be startled to realize that the two most popular most absorbed, I am sure, of the handful of great books in our native heritage are customarily to be found, illustrated, on the shelves of the children’s library. I am referring, of course, to Moby Dick and Huckleberry Finn, so different in technique and language, but alike children’s books or, more precisely, boys’ books.” (p. 415)

5 Asselineau, 1971, p. 15 et sq. Claude Grimal, dans son “Introduction à la réédition de la traduction d’André Bay” par Garnier-Flammarion (1994), rappelle que 50 000 exemplaires de Adventures of Huckleberry Finn furent vendus, alors qu’il n’en était pas attendu plus de 25 000.

6 Cité par Asselineau, 1971, p. 16.

7 Le cas évident de cet effet de réception est celui de Jules Verne, Les Voyages extraordinaires étant classés dans la littérature pour jeunes, faute de trouver une place dans la littérature “haute” (cf. la réception dans Le Mercure de France et dans La Nouvelle Revue Française, Gouanvic, 1999, pp. 44-45).

8 Voir Fascicule des textes de référence, document I. Seule la liste des premières éditions des différentes traductions-adaptations présentées dans l’exemplier est exhaustive. Nous n’avons pas cherché ici à fournir les références complètes des rééditions.

9 Arnavon, 1951, p. 73.

10 Selon Cyrille Arnavon, avant 1917, “[b]ien peu de critiques français [...] reconnaîtront à la littérature américaine une originalité spécifique et partant, une existence autonome” (1951, p. 17). Arnavon mentionne qu’à cette époque, les critiques français étaient obsédés par la question de savoir si les lettres américaines étaient “nationales”, cette question étant rejetée par les Américains eux-mêmes, qui n’envisageront l’existence d’un champ littéraire américain qu’à partir des années 1920 environ.

11 Ce n’est que dans les années 1920 que Adventures of Huckleberry Finn obtient une reconnaissance indéniable auprès des autres écrivains et des critiques. Voir la célèbre prise de position d’Hemingway sur Huckleberry Finn dans Green Hills of Africa (1935) : “Toute la littérature moderne américaine est issue d’un livre de Mark Twain, Huckleberry Finn. [...] Avant, il n’y avait rien. Depuis, on n’a rien fait d’aussi bien.” (p. 22)

12 Guy Cardwell (1991) écrit par exemple : “Appraisals of the writings based on the assumption that they reflect with precision the nature of a mythic hero or of a prophetic wise man may not be validated. Clemens’s place in the literary pantheon has not been settled. Improved understanding of his life, a new psychology of the author, and a new sociology of the texts may be expected to influence the criticism that is yet to come.” (p. 227)

13 C’est le sens des préfaces qui chapeautent les traductions destinées aux adultes, celle de Jean Kanapa (au titre significatif, “Mark Twain et l’Amérique ou De la falsification en histoire littéraire”) à la traduction de Suzanne Nétillard et celle d’André Bay (sans titre), beaucoup moins polémique, à sa propre traduction.

14 La maison d’édition (André Gérard, Verviers, Belgique) où a été publiée la traduction de Lucienne Molitor présente la particularité de produire des collections susceptibles de conquérir un public large de nature “populaire” incluant un public de jeunes. Il faut noter, comme l’a souligné Judith Lavoie (2002, 163), que la traductrice imprime aux relations entre Jim et Huck une tonalité bien spéciale du simple fait que les deux personnages se vouvoient.

15 André Bay, écrivain connu qui a publié plusieurs romans chez Gallimard, est également directeur littéraire des éditions Stock lorsqu’il réédite en 1961 Les Aventures d’Huckleberry Finn. Son rôle d’éditeur et d’organisateur de la profession de traducteur, avec Pierre-François Caillé, est notable. Chez Stock depuis 1945 jusqu’à 1980, il possède des pouvoirs importants jusqu’en 1960, date à laquelle Stock est racheté par Hachette. Il est le gendre de M. Boutelleau (alias l’écrivain Jacques Chardonne) et un collaborateur intime de Maurice Delamain, principal propriétaire-actionnaire des éditions Stock.

16 Voir Fascicule des textes de référence, document 2.

17 Charles L. Webster était le neveu de Mark Twain. C’est la maison d’édition de Webster qui a publié le roman aux États-Unis, maison d’édition fondée avec des fonds appartenant à Mark Twain lui-même qui connaîtra des difficultés financières importantes à la suite d’un investissement désastreux dans la Paige typesetter, à côté d’un très grand nombre de spéculations dans des inventions hasardeuses (Foner, 1972, pp. 39-43).

18 Voir Fascicule des textes de référence, document III.

19 Voir Daudet, 1962, p. 11 : “Ce sont les lapins qui ont été étonnés !” est l’incipit de la première Lettre intitulée “Installation”.

20 T. S. Eliot, “Introduction”, in Edward Sculley Bradley, et al., 1977, pp. 330-331.

21 Voir Fascicule des textes de référence, document IVa.

22 Coleridge, 1907, vol. 2, p. 6.

23 Voir Fascicule des textes de référence, document IVb.

24 Lavoie, 2002, p. 18.

25 Ibid., pp. 22-23.

26 Lavoie, 2002, pp. 193-208.

27 Cardwell, 1991, p. 228.

28 Gouanvic, 2002, pp. 99-100.

29 Gouanvic, META, mai 2003.

30 Berman, 1984, p. 118.

31 La signifiance est portée par l’intertexte qui cristallise les intérêts spécifiques à un champ à travers l’œuvre d’un auteur et sa version traduite ou adaptée. La signifiance est inséparable de l’illusio propre à un champ, qu’il s’agisse du champ réaliste dominant aux États-Unis et en France ou du champ de la littérature proposée aux jeunes en France après la Seconde Guerre mondiale.

32 Gouanvic, à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Gouanvic, « L’adaptation et la traduction : analyse sociologique comparée des Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain (1948-1960) », Palimpsestes, 16 | 2004, 151-168.

Référence électronique

Jean-Marc Gouanvic, « L’adaptation et la traduction : analyse sociologique comparée des Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain (1948-1960) », Palimpsestes [En ligne], 16 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1599 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1599

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Gouanvic

Jean-Marc GOUANVIC est professeur titulaire au département d’Études françaises de l’Université Concordia (Montréal). Il enseigne la théorie de la traduction et la traduction de la littérature et des sciences humaines. Il a publié Sociologie de la traduction en 1999 (Artois Presses Université), ainsi que des articles sur les modèles théoriques en traductologie et sur l’éthique de la traduction, chez St. Jerome Publishing en 2001 et 2002. Spécialiste de la traduction de la littérature américaine en France au xxe siècle (la science-fiction, le roman réaliste), il travaille actuellement sur l’adaptation de la littérature américaine pour jeunes en français (recherche subventionnée par le Conseil de la Recherche en Sciences Humaines du Canada), sujet auquel il a récemment consacré un article sur James Fenimore Cooper, (META, vol. 48, nos 1 et 2, mai 2003, pp. 31-46).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org