Navigation – Plan du site

Avant-propos

Michaël Oustinoff
p. 9-12

Texte intégral

1Non sans humour, Dryden signalait déjà dans sa préface à la traduction des Epîtres d’Ovide (“Préface to Ovid’s Epistles”, 1680) les deux écueils majeurs entre lesquels le traducteur devait naviguer : à vouloir serrer de trop près le texte original, on risque de se retrouver en bien fâcheuse posture (“Tis much like dancing on ropes with fettered legs : a man may shun a fall by using caution, but the gracefulness of motion is not to be expected”) ; s’en éloigner trop par souci d’élégance présente certes des avantages, mais conduit le traducteur à contre-courant de ce qu’Antoine Berman appelait “l’éthique de la traduction”. Dryden s’exprimait en des termes qui semblent annoncer l’ironie cinglante d’un Nabokov s’en prenant aux “embellissements” introduits par certains traducteurs: “To state it fairly, imitation of an author is the most advantageous way for a translator to show himself, but the greatest wrong which can be done to the memory and reputation of the dead”.

2C’est donc une question centrale qu’aborde ce volume, pour ainsi dire par la bande, en se cantonnant à traiter le sujet sous une seule de ses facettes, celui du déplacement des éléments dans la phrase. Toutefois ce que l’on perd ainsi en extension, on le gagne en compréhension, diraient les lexicologues ou les mathématiciens, car tout dépend de l’angle d’incidence choisi : le domaine ainsi délimité n’en est pas moins vaste, comme l’on s’en apercevra en examinant le contenu de ce numéro de Palimpsestes.

3On trouvera tout d’abord une série d’articles dont certains se donnent un spectre d’analyse relativement étendu, bien que portant à chaque fois sur des exemples concrets, celui d’Andrée May, “Liberté stylistique et contraintes rhétoriques ? La traduction du discours théorique”, celui d’Hélène Chuquet, “Discours citant, discours cité : contraintes sur l’ordre des mots et incidences sur le statut énonciatif des propos rapportés”, ou celui de Michaël Oustinoff, “L’adjectif antéposé de l’anglais : problème de traduction ?”

4Les autres articles prennent pour point de mire une œuvre littéraire donnée qui permet de franchir le pas : de l’œuvre à l’auteur et à ses traducteurs, souvent eux aussi écrivains ou poètes renommés.

5C’est en premier lieu Herman Melville, que ce soit au travers de son roman le plus célèbre, Moby-Dick, et de ses nombreuses traductions et retraductions (notamment celle de Jean Giono), avec l’article d’Isabelle Génin, “A careful disorderliness” : syntaxe et iconicité de phrase dans Moby-Dick de Melville”, ou au travers d’une nouvelle aussi frappante que “Benito Cereno” tant sur le plan de sa trame que du style, et de sa traduction par Pierre Leyris, avec l’article de Geneviève Girard, “Le déplacement des circonstants de lieu et de temps dans la traduction par Pierre Leyris de ‘Benito Cereno’ de Melville”.

6C’est ensuite Edgar Poe, indissociablement lié dans l’esprit des francophones à Baudelaire, avec les articles de Jany Berretti, “Périlleuse forme en -ing : à propos de traductions françaises de ‘The Poetic Principle’ d’Edgar Poe”, et de Joan Bertrand, “Groups of adjectives in Poe’s ‘Ligeia’ and Baudelaire’s translation of them : a source-oriented approach”.

  • 1 Roger Asselineau, Introduction à Edgar Poe, Contes. Tales, trad. Charles Baudelaire, ed. Roger Asse (...)

7À la suite de ces articles on trouvera une table ronde focalisant l’attention des participants (non seulement les intervenants, Paul Bensimon, Jany Berretti, Michaël Oustinoff, Michel Paillard, Serge Soupel, Françoise Vreck, mais également leur auditoire) sur une nouvelle de Poe dont le choix n’est pas dû au hasard, mais à la prédilection de l’auteur lui-même pour “Ligeia”. Restait, au sein d’une nouvelle si riche sur le plan de la langue et du style, à choisir un thème ni trop large ni trop étroit. La remarque suivante de Roger Asselineau1 nous a paru fournir un excellent tremplin, à la fois théorique et polémique : “le caractère très artificiel et très consciemment littéraire de ce style apparaît bien en particulier dans la fréquence des adjectifs. Poe répugne à employer un nom qui ne soit pas accompagné d’au moins une épithète”. Or la traduction des adjectifs fait souvent apparaître des problèmes de traduction épineux en français, notamment en raison des déplacements auxquels ils donnent lieu, que ce soit en raison des contraintes qu’impose la langue ou pour des raisons d’ordre stylistique, ce qui nous ramène, bouclant la boucle, à cette injonction de Dryden à ne traduire ni servilement, au risque de faire de la corde raide les chaînes aux pieds, ni à attenter à la réputation de l’auteur en oubliant un peu vite, par vanité ou pour de plus louables intentions, que la traduction s’arrête là ou commence le travestissement, pour réussi qu’il soit.

8Il ne faudrait pas non plus que l’on croie que les auteurs des communications contenues dans ce volume aient cédé, sans doute par excès de crainte révérencielle, à la tentation de se transformer en statue de sel à la vue de figures tutélaires aussi impressionnantes que Herman Melville ou Edgar Poe, et plus encore sans doute en matière de traduction, que Baudelaire. On se tromperait par conséquent en croyant voir, ici ou là, le panégyrique perfidement poindre sous l’éloge. Qu’on se rassure, le but de ce volume a des intentions moins lyriques : il s’agit avant tout d’approfondir notre connaissance de ce domaine si complexe et si riche qu’est la traduction.

9L’émerveillement ayant des vertus herméneutiques incertaines, il est donc plus sage de s’aventurer sur une voie intellectuellement plus sûre. On a par conséquent à dessein multiplié les points de vue, afin de mieux cerner les différents aspects d’une question protéiforme. On discernera ainsi aisément dans telle communication, une plus grande part accordée au regard du spécialiste de la théorie de la traduction, dans telle autre, la part belle faite au regard du comparatiste, dans d’autres encore, à celui du linguiste, du littéraire, du praticien de la traduction, de l’anglophone ou du francophone.

10Il ne s’agit là ni d’une liste à la Prévert ni d’une hiérarchisation souterraine des savoirs ou des compétences : ce serait d’autant plus absurde que les intervenants réunissent en eux souvent plusieurs de ces regards, l’un étant littéraire mais également traducteur, l’autre linguiste mais aussi théoricien de la traduction, etc. C’est davantage la confirmation que la traduction constitue un espace ouvert non à l’éclectisme, mais à la pluridisciplinarité.

11Mais à l’origine du thème de ce volume de Palimpsestes il y a peut-être, finalement, une part d’émerveillement, à condition que l’on parle de celui qui se mue en questionnement et que l’on retrouve dans l’anglais “wonder”. Une traduction, mise en regard avec l’original dont elle dérive, avait ainsi éveillé notre curiosité :

Upon gaining a less remote view, the ship, when made signally visible on the verge of the leaden-hued swells, with the shreds of fog here and there raggedly furring her, appeared like a white-washed monastery after a thunderstorm, seen perched upon some dun cliff among the Pyrenees.
(Herman Melville, “Benito Cereno”, The Piazza Tales, 1856)

Observé de près, le navire, lorsqu’on put le voir distinctement juché au faîte de la houle plombée, avec les lambeaux de brume qui l’enveloppaient ça et là de leurs haillons, apparut comme un monastère blanchi à la chaux après un orage, sur quelque sombre escarpement des Pyrénées.
(Trad. Pierre Leyris, “Benito Cereno”, Paris, Gallimard (Folio bilingue), 1994 (1977), pp. 20-21.)

12Traduction non seulement ingénieuse, mais dont le déplacement spectaculaire d’un participe passé entraîne à son tour beaucoup d’autres réaménagements d’ordre non seulement syntaxique, mais également stylistique. Du même coup, c’est faire apparaître, pour reprendre les termes employés par Paul Bensimon pour conclure son intervention de la table ronde sur “Ligeia”, “une nouvelle textualité, une textualité à part entière”. On s’apercevra sans doute aisément que l’on pourrait aussi, sans forcer le trait, considérer que toutes les communications contenues dans ce volume sont autant d’explorations de cette textualité-là.

Haut de page

Notes

1 Roger Asselineau, Introduction à Edgar Poe, Contes. Tales, trad. Charles Baudelaire, ed. Roger Asselineau, Paris, Flammarion, 1968, p. 102.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Oustinoff, « Avant-propos », Palimpsestes, 14 | 2001, 9-12.

Référence électronique

Michaël Oustinoff, « Avant-propos », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1651

Haut de page

Auteur

Michaël Oustinoff

Michaël Oustinoff est enseignant-chercheur à l'université Paris III-Sorbonne Nouvelle où il enseigne la traduction. Bilingue dès l'enfance (sa langue maternelle est le portugais), puis plurilingue, son attrait pour la recherche en traduction remonte à la lecture du livre de Julien Green Le langage et son double I The Language and its Shadow. Membre du TRACT et du comité de rédaction de Palimpsestes, il a fait paraître en 2001 chez L'Harmattan, Bilinguisme d'écriture et auto-traduction : Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov. Il travaille actuellement sur un deuxième ouvrage intitulé Le continent des langues exploré : traduire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org