Navigation – Plan du site

Périlleuse forme en -ing : à propos de traductions françaises de “The Poetic Principle” d’Edgar Poe

Jany Berretti
p. 13-30

Résumés

Cet article étudie des traductions françaises d’un extrait de “The Poetic Principle” d’Edgar Poe. Il s’agit d’une énumération de quelques-uns des éléments simples, visibles dans la nature, qui susciteraient chez le Poète lui-même le véritable effet poétique. Les items de l’énumération, pour la plupart, sont des groupes nominaux gouvernés par une forme en -ing nominalisée, forme qui n’a pas d’équivalent donné en français et contraint les traducteurs à des recompositions. L’étude analyse le phénomène en essayant, par réflexions successives, de percer quelque peu les significations possibles de cet emploi de la forme en –ing : une forme grammaticale peut-elle produire un sens en tant que telle ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’ai tenté de le montrer à propos des traductions françaises d’un simple mot dans Hamlet. Voir Jany (...)

1L’entreprise d’étudier les traductions d’un texte, d’un texte littéraire, étonne presque toujours par l’ampleur que prend très vite l’exercice. Si l’on s’attache à l’analyse d’un détail qui semble au premier abord infime, il n’est pas rare de s’apercevoir que la tentative d’en venir à bout oblige à prendre en considération une très grande surface du texte et même un très grand nombre d’autres textes. La moindre nuance entre une traduction et l’autre, replacée parmi d’autres traits qui les distinguent, et vue sous l’angle de leur confrontation à l’original, conduit souvent à observer des différences capitales. Cela est vrai des choix lexicaux1, mais aussi de la disposition des éléments dans la phrase.

2J’en donnerai ici un exemple, avec l’étude de traductions françaises d’un extrait du dernier essai d’Edgar Poe, “The Poetic Principle”. Il s’agit d’une conférence présentée par Poe juste avant sa mort (la transcription du manuscrit n’a paru qu’à titre posthume), dans laquelle il expose son art poétique et tente de le hausser jusqu’à la généralité d’une poétique. Vers la fin de son allocution, l’orateur se lance dans une longue tirade enflammée qui énumère “a few of the simple elements which induce in the Poet himself the true poetical effect” : la contemplation d’objets réels susciterait chez le poète une procession de rêveries d’où surgirait la poésie, ou même suggérerait déjà la nature de toute vraie poésie. L’extrait choisi se situe au début de l’énumération (voir Fascicule des textes de référence, pp. 9-12).

3Tout le passage est une envolée lyrique dont le but manifeste est d’émouvoir le public pour appeler l’applaudissement (la dernière partie est consacrée à la femme, sa beauté, sa noblesse, l’ineffable pureté de son amour : les dames étaient, on le sait, nombreuses dans la salle). Et il est vrai qu’il ne faut pas chercher dans ce morceau un peu facile la substantifique moelle de l’ouvrage. Pourtant, quelle que soit la concession faite à l’attente stéréotypée (la poésie jaillissant des fleurs, des étoiles, des petits ruisseaux et de l’haleine des forêts), Poe n’y renie pas les certitudes poétiques qu’il vient de développer.

4La confrontation entre le texte et ses traductions me semble permettre de faire apparaître plus nettement ces convictions, plus nettement aussi certaines valeurs dont est capable de se charger la forme en -ing substantivée, fréquente dans le fragment — cela parce que cette construction, qui n’a pas d’équivalent en français, oblige les traducteurs à des remaniements : d’une traduction à l’autre et par rapport à l’original, les catégories grammaticales sont disposées selon des ordres divers, que j’essaierai, par étapes successives, d’interpréter.

Premières observations

5Les items de notre énumération évoquent, donc, divers objets de la réalité qui inspirent à la méditation une élévation vers la poésie. Ils se présentent sous la forme de groupes nominaux complexes, presque tous du type :

6Pour cet exemple, chaque substantif renvoie à un référent commun, les traducteurs suivent mot à mot :

“les volutes    de   la fleur”

7Pourtant le calque ne les satisfait pas tous, on devine une interrogation sur les raisons de ce mot “volutes”. René Lalou traduit par “les replis”, Suzanne d’Olivera-Jackowska éprouve la nécessité d’un ajout : “la volute et la beauté des fleurs”.

8Pour l’ensemble des items, remarquons d’emblée que le second terme des groupes nominaux qui les constituent reçoit une traduction pratiquement unanime. Les variantes portent sur le premier terme. C’est que le nom de l’objet réel (référent simple et palpable, champ, nuage, arbre, ruisseau) est en seconde position. Toute notre attention devra porter sur le syntagme directeur, qui n’offre pas l’objet concret, mais évoque un attribut de cet objet.

9Six des onze items du passage ont en première position une forme en -ing substantivée (voir le tableau des traductions de la forme en -ing dans le passage, Fascicule des textes de référence, p. 12) :

the + V -ing + of + (the) GN

10Ce schéma produit, d’une traduction à l’autre et d’un item à l’autre, des réponses structurellement variées qui dénotent l’embarras des traducteurs. En français aucune construction verbale ne correspond en effet à la forme anglaise dont la valeur semble bien difficile à approcher.

  • 2 Les grammaires, traditionnellement, pour la forme en -ing dans cet emploi, usent du terme de “géron (...)

11La forme en -ing substantivée, dans le cas général, et même lorsqu’elle est déjà répertoriée en tant que substantif (ce qui, dans le texte, se produit pour, the twinkling, the waving, the gleaming, que donnent mes dictionnaires), tend à garder une valeur verbale, même à suggérer un déroulement dans le temps. On y perçoit — et cela avec des variantes selon les valeurs d’emploi du verbe, selon l’usage, selon le contexte — l’évocation globale d’une action : le fait qu’elle se produise, la manière dont elle se produit, l’aspect de son résultat2. C’est d’autant plus net dans notre passage que les termes répertoriés sont placés parmi d’autres qui ne le sont pas.

12Cette forme fait partie de ces tournures spécifiques à l’anglais auxquelles les manuels de traduction accordent leur attention. La Stylistique comparée du français et de l’anglais de Vinay et Darbelnet offre pour ce cas une liste d’exemples, dans lesquels la forme verbale est toujours traduite par un substantif simple (qui n’est pas constitué d’un verbe + un suffixe) :

  • 3 J.-P. Vinay, J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais. Méthode de traduction, (...)

Fierce fighting

Des combats acharnés

After much dodging about

Après bien des détours

To do a little Christmas shopping

Faire quelques achats pour Noël

They expected to hear more fighting

Ils s’attendaient à entendre d’autres coups de feu3.

13Pour peu que l’on s’attarde sur la valeur de chacun des verbes anglais (les quatre exemples ne sont d’ailleurs pas strictement comparables), on verra que même ainsi nominalisés, ils évoquent un processus, des acteurs. Dans la traduction, l’effet statique des substantifs (c’est le pluriel qui suggère la succession) tend à figer et simplifier.

14Le manuel n’évoque pas, il est vrai, le cas précis proposé par notre texte : dans ce dernier la valeur verbale de la forme en -ing est réactivée par un groupe nominal complément, à valeur d’agent.

15Observons maintenant les traductions.

  • 4 Ces chiffres renvoient à ceux du tableau pour situer le fragment considéré. Pour les traductions, i (...)

16Le retournement le plus complet, le plus net, est proposé par S. d’Olivera-Jackowska, pour l’item (2)4 :

“the waving    of    the grain-fields

devient:

les champs de blé    ondulés par la brise”

17La traductrice procède, de l’anglais au français, à un chassé-croisé lexical et grammatical : le référent “champ”, qui était subordonné, prend la tête du groupe nominal et devient directeur, l’ordre forme verbale/substantif s’inversant. Par un ajout “la brise”, le participe passé reçoit un complément d’agent qui place “les champs” en situation passive (en même temps l’appartenance du mot “brise” au lexique codifié comme “poétique” range définitivement l’expression parmi les clichés).

18Ce type d’inversion, qui place en tête du fragment un substantif désignant l’objet (correspondant dans l’original au groupe nominal complément), apparaît de même dans la traduction de R. Lalou “les grands arbres penchés” (3). S. d’Olivera-Jackowska place aussi au premier plan “les bosquets” pour traduire “the clustering of low shrubberies” (1), toutefois “clustering” n’est pas traduit seulement par “touffus”, l’idée est déjà dans “bosquets” (le mot évoquant d’ailleurs un groupe d’arbres plutôt que d’arbustes).

19Les autres traductions, sans présenter ce chassé-croisé, sont à peu près toutes de la forme :

GN + préposition de + GN

le second GN traduisant le second de l’original.

20Les différences, on l’a dit, portent sur le premier terme. Il s’agit à chaque fois d’un substantif, et l’on est tenté de comparer les solutions selon qu’elles suggèrent plus ou moins, comme l’original, une valeur verbale. Pour “la ramée des grands arbres” (3), le premier terme, qui se suffit à lui-même, désigne un objet concret (le feuillage), que le GN complément situe : il y a là, par rapport à l’original, une sorte de basculement. Littré toutefois définit la ramée comme un “assemblage de branches entrelacées”. Serait-ce, au lieu des branches, l’entrelacement des branches ? Il est difficile d’estimer l’abstraction d’un terme, qui varie selon la construction mais aussi peut-être selon la lecture. Ce qui frappe ici encore, c’est que S. d’Olivera-Jackowska recourt à un mot “poétique” et forme un cliché.

21On voit la distance entre “les bosquets touffus” (un bosquet, ce sont des arbres, le premier terme désigne l’objet concret, l’épithète sa manière d’être) et “les bouquets d’arbustes” (R. Lalou), “bouquets” dans cette construction donnant à imaginer une idée plutôt qu’un objet. Mais comment évaluer la nuance d’emploi dans “les bouquets formés par d’humbles arbustes” (Félix Rabbe, Victor Orban) ?

22Dans l’ensemble, la variété des choix étonne. Voyons par exemple les traductions de :

“the grouping of clouds” (4)

23La forme française en -ment est celle qui vient à l’esprit d’abord pour répondre à la forme anglaise. F. Rabbe y a recours pour 5 des 6 fragments et traduit donc :

“le groupement des nuages”

24Le mot “groupement” tend généralement à offrir le résultat d’une action. Pourtant ici la formulation peut s’opposer à, par exemple, “un groupe de nuages”. Précédé par l’article défini et suivi par le complément, dans un emploi qui n’est pas habituel, le mot “groupement” prend quelque valeur active. R. Lalou adopte le même choix mais au pluriel (afin peut-être qu’on imagine des groupements successifs). S. d’Olivera-Jackowska adjoint l’adjectif “éternel” qui indique une succession, même à perte de vue (mais elle aboutit encore, par l’emphase, à un cliché : on voit que la traductrice a voulu écrire un poème... mais selon sa propre conception de la poésie). La dernière traduction (Claude Richard/Jean-Marie Maguin) réintroduit un verbe, dans une subordonnée relative : “les formes qui composent les nuages”. V. Orban accolle l’éphithète “mobile” à un terme qui déjà, s’il exprime un résultat, laisse aussi entendre l’élaboration d’une structure : “l’architecture mobile”.

25Pour : “the slanting of tall Eastern trees” (3), autre exemple, le mot “obliquité” que l’on pourrait attendre est remplacé, dans la première traduction (F. Rabbe) par “l’obliquement”, un adverbe en fait, devenu substantif par le déterminant et qui intrigue le lecteur, contraint de chercher un sens en décomposant le mot. La traduction emploie “inclination” là où l’on attendrait plutôt — pour des arbres — “inclinaison”. Il faut, puisque le sens habituel moral du mot ne convient pas, s’apercevoir que, opposé à “inclinaison” qui implique un résultat, “inclination” évoque (disent les dictionnaires) l’action de se pencher, donc un mouvement.

26Mises à part, donc, les traductions qui remanient aveuglément, on devine, dans la plupart des cas, un effort pour obliger le français à dire quelque chose qui est dans l’original et dont on ne trouve pas l’équivalent.

27Pour préciser ce sens, il me faut élargir le corpus : considérer d’autres textes comparables, chez Poe et ailleurs, revoir aussi dans l’ensemble de l’énumération la valeur de ceux des items qui ne présentent pas la forme étudiée.

La morale des choses

28Dans le passage, la forme en -ing prend une valeur forte, du fait que chaque élément est présenté comme soumis à la contemplation, à l’arrêt du regard : le lecteur lui-même est invité à s’appesantir, à s’absorber (notons que les tirets méditatifs de l’original disparaissent dans les traductions). Le fait de chercher à déchiffrer chacun des “simple elements” du monde matériel rappelle Swedenborg, mais le mouvement de la pensée suscité par leur vue s’échappe librement vers un lieu spirituel confus, non vers le Ciel correspondant terme à terme du philosophe suédois.

  • 5 Jany Berretti, “Influençable lecteur : le rôle de l’avant-lire dans la lecture du Poe de Baudelaire (...)

29Dans les contes de Poe apparaissent des énumérations comparables à celles-ci, et introduites par la même affirmation : les choses, sous le regard qui s’attarde, se chargent de lourdes significations. Poe, à son habitude, recourt à des thèmes semblables dans le domaine de la pure fiction et dans les textes théoriques. Placés dans le domaine fantastique, les proportions sont altérées, les cheminements dévoyés, d’extrêmes conséquences sont tirées de la “perversion”5. Ce qui dans notre passage constitue la force même de l’instinct poétique devient ailleurs le trouble d’un esprit maladif.

  • 6 Edgar Poe, Tales of Mystery and Imaginationn “Berenice”, 1835, Londres, Everyman, 1971, p. 177. Dan (...)

30Dans le conte d’horreur “Berenice” (1835), le narrateur analyse sa “monomanie”: “a morbid irritability of those properties of the mind in metaphysical science termed the attentive”, “that nervous intensity of interest with which, in [his] case, the powers of méditation [...] busied and buried themselves, in the contemplation of even the more ordinary objects of the universe”6. Il évoque cette curieuse propension d’un esprit à la fascination en énumérant les prétextes qui l’y entraînent :

  • 7 Tales, op. cit., p. 177.

To muse for long unwearied hours with my attention riveted to some frivolous device on the margin, or in the typography of a book ; to become absorbed for the better part of a summer’s day in a quaint shadow falling aslant upon the tapestry, or upon the door ; to lose myself for an entire night in watching the steady flame of a lamp, or the embers of a fire ; to dream away whole days over the perfume of a flower ; to repeat monotonously some common word, until the sound, by dint of fréquent répétition, ceased to convey any idea whatever to the mind [...]7.

31Dans le même conte, un simple élément encore est l’objet d’une intensité d’intérêt qui ne sera pas sans conséquence. Le moindre détail en est longuement décrit. Il s’agit des dents de Berenice :

  • 8 Tales, op. cit., p. 180.

In the multiplied objects of the external world I had no thoughts but for the teeth. [...] Of Berenice I [...] seriously believed que toutes ses dents étaient des idées. Des idées ! — ah, here was the idiotic thought that destroyed me ! Des idées8 !

32Dans le conte “A Taie of the Ragged Mountains”, c’est le personnage principal, Mr. Augustus Bedloe, qui, prenant la parole pour raconter une promenade au cours de laquelle il a été assassiné, avertit tout d’abord son auditoire de l’état de son esprit avant l’accident :

  • 9 qu’il absorbe habituellement le matin après un bol de café fort.
  • 10 Tales, op. cit., p. 24.

The morphine9 had its customary effect —that of enduing all the external world with an intensity of interest. In the quivering of a leaf— in the hue of a blade of grass —in the shape of a trefoil— in the humming of a bee —in the gleaming of a dew-drop— in the breathing of the wind— in the faint odours that came from the forest— there came a universe of suggestion —a gay and motley train of rhapsodical and immethodical thought10.

33Dans le conte “Ligeia”, c’est chez le narrateur le désir de connaître la nature véritable de l’expression des yeux de la femme aimée qui fait surgir une suite d’évocations :

There is no point, among the many incomprehensible anomalies of the science of mind, more thrillingly exciting than the fact —never, I believe, noticed in the schools —that, in our endeavours to recall to memory something long forgotten, we often find ourselves upon the very verge of remembrance, without being able, in the end, to remember. And thus how frequently, in my intense scrutiny of Ligeia’s eyes, have I felt approaching the full knowledge of their expression —felt it approaching— yet not quite be mine— and so at length entirely depart ! And (strange, oh strangest mystery of ail !) I found, in the commonest objects of the universe, a circle of analogies to that expression.

34La définition se refuse, mais les “analogies” permettent de l’approcher :

  • 11 Tales, op. cit., p. 158.

I mean to say that, subsequently to the period when Ligeia’s beauty passed into my spirit, there dwelling as in a shrine, I derived, from many existences in the material world, a sentiment such as I felt always aroused within me by her large and luminous orbs. Yet not the more could I define that sentiment, or analyse, or even steadily view it. I recognized it, let me repeat, sometimes in the survey of a rapidly-growing vine —in the contemplation of a moth, a butterfly, a chrysalis, a stream of running water. I have felt it in the océan ; in the falling of a meteor. I have felt it in the glances of unusually aged people. Or there are one or two stars in heaven (one especially, a star of the sixth magnitude, double and changeable, to be found near the large star of Lyra) in a telescopic scrutiny of which I have been made aware of the feeling. I have been filled with it by certain sounds from stringed instruments, and not unfrequently by passages from books11.

  • 12 Baudelaire, Œuvres complètes, (O.C.), texte établi, présenté et annoté par C. Pichois, Paris, Galli (...)
  • 13 O.C. t. II, p. 133.

35Les objets matériels, même les plus simples, les plus “frivoles”, les plus insignifiants en apparence, s’ils sont soumis à l’épreuve de l’“intensité d’intérêt”, entrent dans un réseau de correspondances, qui les révèlent les uns par les autres (ainsi apparaît fugitivement l’expression indéfinissable d’un regard) ou plus spirituellement encore suggèrent des rêveries, des idées, des pensées qui échappent à l’ordre et au raisonnement. De la manière d’être des objets offerts à nos sensations résulte ce que Baudelaire nommera “la morale des choses”12 : “tout, forme, mouvement, nombre, couleur, parfum, dans le spirituel comme dans le naturel est significatif, réciproque, converse, correspondant”, “tout est hiéroglyphique”13.

36Baudelaire s’interroge par exemple sur le charme que produit sur son esprit la contemplation d’un navire ou d’un carrosse : forme, mouvement, nombre dans ce cas. Comment le “sténographier” ?

  • 14 Baudelaire, “Le peintre de la vie moderne”, O.C, t. II, p. 724.

Dans quelque attitude qu’elle soit jetée, avec quelque allure qu’elle soit lancée, une voiture, comme un vaisseau, emprunte au mouvement une grâce mystérieuse et complexe très difficile à sténographier. Le plaisir que l’œil de l’artiste en reçoit est tiré, ce semble, de la série de figures géométriques que cet objet, déjà si compliqué, navire ou carrosse, engendre successivement dans l’espace14.

37Les énumérations du même type que celle que j’étudie se trouvent chez d’autres auteurs, on pourrait y voir un motif littéraire. Ainsi chez Gérard de Nerval :

  • 15 Gérard de Nerval, Aurélia, Paris, GF, 1972, p. 179.

Le langage (des objets de nature) avait des tours mystérieux dont je comprenais le sens, les objets sans forme et sans vie se prêtaient eux-mêmes aux calculs de mon esprit ; des combinaisons de cailloux, des figures d’angles, de fentes et d’ouvertures, des découpures de feuilles, des couleurs, des odeurs et des sons je voyais ressortir des harmonies jusqu’alors inconnues. [...] Tout vit, tout agit, tout se correspond15.

38Marcel Proust, selon d’autres perspectives, présente la découverte, que fait très tôt son narrateur, de la plénitude énigmatique des choses comme une révélation qui dès l’adolescence annonce l’intérêt de toute une vie :

  • 16 Marcel Proust, A la recherche du temps perdu, “Du côté de chez Swann”, texte établi par P. Clarac e (...)

Tout d’un coup un toit, un reflet de soleil sur une pierre, l’odeur d’un chemin me faisaient arrêter par un plaisir particulier qu’ils me donnaient, et aussi parce qu’ils avaient l’air de cacher, au-delà de ce que je voyais, quelque chose qu’ils invitaient à venir prendre et que malgré mes efforts je n’arrivais pas à découvrir. Comme je sentais que cela se trouvait en eux, je restais là, immobile, à regarder, à tâcher d’aller avec ma pensée au-delà de l’image ou de l’odeur. [...] Je cherchais à les retrouver en fermant les yeux ; je m’attachais à me rappeler exactement la ligne du toit, la nuance de la pierre, qui, sans que je pusse comprendre pourquoi, m’avaient semblé pleines, prêtes à s’entr’ouvrir, à me livrer ce dont elles n’étaient qu’un couvercle16.

39Il y revient dans “Le temps retrouvé” :

  • 17 “Le temps retrouvé”, t. III, 1954, p. 378.

Déjà à Combray je fixais avec attention devant mon esprit quelque image qui m’avait forcé à la regarder, un nuage, un triangle, un clocher, une fleur, un caillou, en sentant qu’il y avait peut-être sous ces signes quelque chose de tout autre que je devais tâcher de découvrir, une pensée qu’ils traduisaient à la façon de ces caractères hiéroglyphiques qu’on croirait représenter seulement des objets matériels. Sans doute ce déchiffrage était difficile, mais seul il donnait quelque vérité à lire. Car les vérités que l’intelligence saisit directement à claire-voie dans le monde de la pleine lumière ont quelque chose de moins profond, de moins nécessaire que celles que la vie nous a malgré nous communiquées en une impression, matérielle parce qu’elle est entrée par nos sens, mais dont nous pouvons dégager l’esprit. [...] Il fallait tâcher d’interpréter les sensations comme les signes d’autant de lois et d’idées, en essayer de penser, c’est-à-dire de faire sortir de la pénombre ce que j’avais senti, de le convertir en un équivalent spirituel. Or ce moyen qui me paraissait le seul, qu’était-ce autre chose que faire une œuvre d’art17 ?

  • 18 J’ai souligné ce fait par les caractères gras.

40La présentation des “éléments simples” par des groupes nominaux successifs dans l’ensemble de ces citations n’est pas indifférente. On voit chez Proust une hésitation entre le nom de l’objet et le terme désignant ce par quoi il touche nos sens, ses énumérations de ce point de vue, après la première, explicative, sont hétéroclites (“toit”, “reflet”, “odeur”, “ligne”, “nuance”, “nuage”, “clocher”, “fleur”, “caillou”, “triangle”). Chez Poe, le nom de l’objet n’apparaît en premier lieu qu’exceptionnellement. Dans la citation extraite de “Ligeia”, où c’est le cas, l’accent est mis de manière redondante sur la médiation du regard, de l’ouïe, ou du sentiment18. Pour l’ensemble des citations empruntées à Poe, le premier terme indique très souvent une perception de l’objet : la couleur, la forme qui impressionnent l’une et l’autre la vue (“the hue of a blade of grass’/’some frivolous device”, “the shape of a trefoil”, “the bright orbs”, “the volutes”), le son (son des mots, “sounds from stringed instruments") et l’odeur (“the perfume of a flower”, “the faint odours that came from the forest”, et dans la suite de notre texte “the scent of the violet”, “the voluptuous perfume of the hyacinth”, “the suggestive odour that comes [to the poet], at eventide, from fardistant, undiscovered islands, over dim océans, illimitable and unexplored”).

41C’est au milieu de ces termes de sensations, dans les autres citations de Poe comme dans notre passage, qu’interviennent les formes en -ing substantivées. On voit qu’elles font apparaître des aspects lumineux (“twinkling” “gleaming”), ou formels (“clustering”, “waving”, “slanting”, “grouping”). La forme verbale tend à inscrire ces effets dans le temps, transformant les formes en mouvements. On a vu l’insistance de Baudelaire sur l’importance du mouvement dans la morale des choses.

  • 19 Gérard Manley Hopkins donne un sens établi, religieux, au mystère qu’elles cachent : “All things ar (...)

42Les quelques citations que je viens de donner, malgré la grande distance qui sépare Proust de Poe, ont en commun ce qu’on pourrait presque appeler une forme de mysticisme — au sens élargi que donne Littré à la fin de l’article mysticisme : “doctrine qui prête un sens caché [...] aux choses de ce monde”. Quant à la nature de ce sens caché, elle est selon l’auteur plus ou moins théologique, plus ou moins métaphysique, et plus ou moins énigmatique19 — les différentes valeurs du terme “spirituel” (de la mémoire humaine à l’au-delà divin) offrent de multiples possibilités.

  • 20 Mallarmé, disciple de Poe, donne cette définition : “La Poésie est l’expression, par le langage hum (...)

43L’idée apparaît que la perception, l’appréhension des choses matérielles donne accès au “spirituel”, que la définition du poète pourrait bien résider dans l’acuité de cette faculté, et dans le pouvoir de la transcrire20.

44On pourrait citer d’autres textes, mais ce n’est pas ici le lieu d’une incursion autre qu’allusive aux valeurs que peut prendre ce motif. Si j’insiste (quoique à grands traits) sur la nécessité de replacer notre passage dans un large corpus, c’est que la valeur qu’y prend la forme en -ing — donc l’effet que produisent dans les traductions son remplacement par un nom de chose et une nouvelle disposition des termes — ne peut se comprendre autrement. Encore faut-il revenir à l’ensemble de l’énumération qui nous occupe.

The compass of words

  • 21 Jean-Henri Fabre, Souvenirs entomologiques, Paris, Laffont, coll. “Bouquins”, t. II, p. 738.
  • 22 Souvenirs entomologiques, op. cit., p. 742.

45Je citerai malgré tout une dernière énumération prise chez un auteur différent, bien qu’elle soit assez nettement distante des autres. Je l’emprunte au naturaliste Jean-Henri Fabre, dans ses Souvenirs entomologiques. Le savant a étudié la “spirale logarithmique” des Ammonites, “vénérables reliques de ce qui fut autrefois la plus haute expression des vivants, lorsque s’ébauchait la terre ferme avec des boues océaniques exondées”21. Il s’interroge sur la géométrie, qui “préside à tout. Elle est dans l’arrangement des écailles d’un cône de pin comme dans l’arrangement des gluaux de l’Epeire ; elle est dans la rampe d’un Escargot, dans le chapelet d’un fil d’Araignée, comme dans l’orbite d’une planète”22. L’interprétation de Fabre est que “cette géométrie universelle nous parle d’un Universel Géomètre, dont le divin compas a tout mesuré”. Ces formes qui touchent notre regard nous permettraient donc de lire quelque vérité quant aux origines de l’univers.

  • 23 Poe s’est intéressé à la conchyliologie, écrivant même un traité sur le sujet.
  • 24 Pour pénétrer “into the vast halls where lay gleaming, untended, and hitherto untouched by mortal h (...)
  • 25 Voir Johannes Kepler, par exemple L’astronomie nouvelle.
  • 26 “The Poetic Principle, E. A. Poe, Poems and Essays, Londres, Everyman, 1969, p. 98.

46Revenons aux deux premiers éléments de l’énumération étudiée : “orbs”, “volutes”. Ces deux termes désignent les mêmes “arrangements” géométriques. L’orbe (même si le terme est employé souvent en poésie pour désigner l’astre lui-même) est la surface circonscrite par l’orbite d’une planète. La volute (la “rampe”) est une circonférence qui se déploie dans l’espace : la ligne s’élève en tournant. Elle est caractéristique de certains coquillages23. Dans “Eurêka” Poe exprime son admiration pour les savants, les théoriciens, qui ne se bornent pas à de laborieuses expériences mais subliment la somme des déductions pour “deviner” (“guess”) les lois premières de l’univers, la géométrie divine24. Il cite Kepler comme le premier d’entre eux — Kepler qui écrivit abondamment sur les proportions des orbes célestes25. Le poète (qu’il soit écrivain, musicien, peintre ou paysagiste) accomplirait l’œuvre belle à condition qu’il la compose “by multiform combinations among the things and thoughts of Time”, animé du même esprit de divination (par de savants calculs), “to attain a portion of that Loveliness whose very elements, perhaps, appertain to eternity alone”26.

47Le regard appesanti semble dans notre passage questionner la manière d’être des choses, le geste énigmatique qu’elles esquisseraient parfois devant nous, par leur forme, leur couleur, leur parfum, leur bruit, et plus largement par tout ce par quoi elles agissent sur nos sens donc sur notre esprit. Le moindre mystère même seulement apparent (ondulement du blé, étincellement de l’eau dans l’ombre, dont on peut montrer la cause) donnerait l’élan vers le mystère plus grand que contient tout ce qui est, celui de son histoire, de son origine.

  • 27 Gerard Manley Hopkins dit “the behaviour of things (“Journal, 1870, June, Poems and Prose selecte (...)

48Or au-delà des termes de perception qui suggèrent les analogies, comment évoquer plus confusément, plus obscurément, le “comportement des choses”27 ?

  • 28 “The Poetic Principle, p. 98.
  • 29 “brief and indeterminate glimpses (“The Poetic Principle, p. 98). Dans notre passage “twin-kling” (...)

49Poe insiste, dans l’ensemble de son œuvre théorique et en particulier dans “The Poetic Principle” sur ceci que la poésie ne peut être une pure et simple répétition, même enthousiaste, du réel. La poésie est au-delà, aussi loin du réel que “the blue distance of mountains”. Elle est inspirée par “an ecstatic prescience of the glories beyond the grave”28. Comme le fond du puits où paraissent en plein jour les étoiles, le poème doit refléter l’invisible — le rendre visible, par lueurs fugaces29.

  • 30 “The Poetic Principle”, p. 98.

50Le langage, quoique Poe ait foi en son pouvoir, tend à décrire le réel — comme la peinture tend à représenter les objets. Seule la musique est abstraite par nature: “It is in Music, perhaps, that the soul most nearly attains the great end for which, when inspired by the Poetic sentiment, it struggles —the creation of supernatural Beauty”30. Ce qui dans le réel semble, avec une particulière évidence, offrir au déchiffrage une trace du spirituel se refuse par là même à la pure et simple description.

  • 31 La recherche des formes premières, qui étaient parfaitement la Beauté, demande que soit franchie à (...)
  • 32 Tales, op. cit., p. 313.

51C’est le cas par exemple des rêves et encore davantage des visions qui marquent le passage insensible (que Poe s’applique à retenir) de la veille au sommeil31. Poe désespère de les transcrire. L’extase qu’elles produisent “is of a character supernal to the human nature”32 (c’est cette surréalité, on l’a vu, que le vrai poète tente de faire apercevoir). Ces “fancies” (“I use the word fancies at random” précise l’auteur, “and merely because I must use some word”) sont des ombres d’ombres auxquelles l’écrivain “ [has] found it absolutely impossible to adapt language”.

  • 33 Tales, op. cit., p. 135.

52Dans le conte “The Fall of the House of Usher”, le personnage principal peint des tableaux qui ne représentent rien de nommable et, par leur abstraction, embarrassent le narrateur : “from thèse paintings [...] I would in vain endeavour to educe more than a small portion which should lie within the compass of merely written words”33.

53Exprimer l’invisible se heurte à la valeur d’immédiateté de la langue. Dans le poème, l’effet vertigineux d’un rythme dont les lois semblent s’imposer à l’esprit peut arracher le lecteur au réel. Mais ici, dans une prose démonstrative, comment ne pas nommer les objets matériels ? Il faut désigner leur effet par des termes de perception, ou bien entourer leur nomination explicite d’un long commentaire explicatif. C’est le cas des textes de Proust, qui en outre recourt sans cesse à des formules d’ignorance comme “quelque chose”, “cela”, “ce dont”, “ce qui se cachait”, “cette chose inconnue”.

54J’avancerai cette hypothèse que la curieuse forme anglaise en -ing (“non— finite form”), employée comme un substantif, et surtout lorsque, comme ici, un complément de nom qui vaut un complément d’agent y ravive la valeur verbale, fait partie des lieux de la langue susceptibles d’évoquer au lieu de dire : de suggérer ce qui, dans la morale des choses, appartient à l’inexpliqué. Cette terminaison verbale est alors comme une lacune d’incertitude.

  • 34 La traduction de S. d’Olivera-Jackowska est en fait caricaturale — ce qui n’apparaît pas complèteme (...)
  • 35 Mallarmé, Lettre à H. Cazalis, fin 1864, Corresp. I p. 137. Correspondance, recueillie, classée et (...)

55Lorsque S. d’Olivera-Jackowska34 traduit “the waving of the grain-fields” par un croisé-chassé qui met en avant le nom d’un objet, elle ne se contente pas de remanier le texte par contrainte de langue, elle contrarie entièrement cette insistance de Poe dont le couronnement en quelque sorte apparaît dans la formule mallarméenne : “ [...] peindre non la chose mais l’effet qu’elle produit”35. Elle va contre le conseil du même disciple de Poe (qui convient à notre passage) :

  • 36 Mallarmé, “Crise de vers”, 1896, Œuvres complètes, texte établi par H. Mondor et G. Jean-Aubry, Par (...)

Abolie la prétention, esthétiquement une erreur, [...] d’inclure au papier subtil autre chose que par exemple l’horreur de la forêt, ou le tonnerre muet épars au feuillage ; non le bois intrinsèque et dense des arbres. Quelques jets de l’intime orgueil véridiquement trompétés éveillent l’architecture du palais, le seul habitable ; hors de toute pierre, sur quoi les pages se refermeraient mal36.

  • 37 Sur la “traduction expérimentale”, voir Jany Berretti, “Traduire : le temps de la traversée”, dans (...)

56F. Rabbe mis à part, chacun des traducteurs semble avoir pris allègrement son parti de l’hétéromorphisme des langues et adopté, on l’a vu, pour les différents items qui contiennent la forme impossible, des solutions diverses — qui, souvent il est vrai, s’appliquent à ne pas rompre les caractères généraux de l’énumération. Et tous tendent à mettre l’accent, jusqu’au cliché, sur l’aspect facile du passage. Or il est manifeste qu’une bonne part du sens de celui-ci ne procède pas seulement de celui du lexique. L’élan vertigineux de la répétition pratiquement constante d’une même construction (GN + of + GN), de la répétition de la forme en -ing sur six items successifs (avec l’irrégularité d’une interruption) incite l’auditeur, puis le lecteur, à lui-même s’appesantir. D’autre part, si l’on voit dans la récurrence de la forme en -ing substantivée ici, comme j’ai tenté de le montrer, l’évocation d’un mouvement mais surtout le recours à une forme évasive existant dans la langue et qui suggère globalement l’interrogation sur le comportement des choses, comme si un air de mystère dans ce dernier pouvait, infiniment contemplé, révéler quelque chose de l’origine du monde, alors le traducteur ne peut se dispenser de considérer la forme en tant que telle. Au moins à titre expérimental37, il faudrait se demander comment répliquer à cette constance par une régularité semblable, chercher par quel procédé, par quelle effraction peut-être on pourrait en français découvrir ou créer quelque forme qui réponde (globalement sinon terme à terme) — et pour cela observer déjà de plus près ce que propose le français en face de la forme en -ing substantivée.

  • 38 La suffixation en -ant donne en effet peu de résultat. “Luisant”, toutefois, en tant que substantif (...)

57C’est une entreprise qui dépasse les limites de cet article. Il s’agit de placer en vis à vis cette forme anglaise et les quelques suffixations qui, en français, contiennent le radical d’un verbe et désignent un substantif — mais (sur ce point le français en face de l’anglais est soudain ressenti comme une langue de disparition) les suffixes français “productifs”38, à l’inverse de l’anglais -ing, n’appartiennent à aucune conjugaison et sont dénués de souvenir verbal.

58Prenons quelques exemples relatifs à notre passage, donc à une construction où le nom premier est précédé de l’article défini et suivi d’un complément d’agent — le verbe (qui ne peut être que virtuel en français, réduit à un radical) est donc ressenti comme intransitif, même s’il admet ailleurs des constructions transitives. Pour les noms en -ment (radical verbal + -ment), les dictionnaires donnent conjointement deux définitions, par exemple, pour “groupement”, “action de grouper ; réunion d’objets propres à se grouper”. C’est la seconde valeur qui dans l’usage est employée, et le mot évoque encore plus difficilement l’action de se grouper (d’où les recherches des traducteurs).

  • 39 Paris, Léon Vanier, 1888.

59La traduction de F. Rabbe pour “the slanting”, “l’obliquement”, est intéressante. Le mot, neuf dans cet emploi, alerte le lecteur. L’opération rappelle un texte exactement contemporain de cette traduction, le Petit glossaire pour servir à l’intelligence des auteurs décadents et symbolistes, dans lequel Paul Adam39 justifie une certaine forme de verbocréation. Par exemple à partir du verbe “luire” : “lueur” c’est l’effet direct d’une flamme, “luisance” sera un effet de flamme dans un panneau verni, dans la nacre humide de l’œil, dans le froncis d’une sombre et soyeuse étoffe, etc., la syllabe “ance” produisant l’illusion sonore des dernières vibrations d’une corde harmonique au moment où elle va cesser de bruire. La désinence “ure” indique une sensation très nette, brève, elle diminue en renforçant ; elle circonscrit. Ainsi, “luisure” sera un effet de lueur sur la vitre d’un lampadaire, sur la plaque d’un métal poli, etc.

  • 40 Cf. Verlaine, qui forge le mot “échelonnement” : “L’échelonnement des haies/Moutonne à l’infini, me (...)
  • 41 Voir plus haut, note 24.

60Cette déclaration laisse supposer que, dans un mot rare ou forgé, chacune de ses composantes trouve une force renouvelée. Ainsi le suffixe -ment, greffé sur un verbe dont ce n’est pas l’usage pourrait donner “rassemblement” (des nuages), l’entremêlement“ (des buissons)40, l’ondulement” (des champs de blé), “l’obliquement”, ou“l’inclinement” (des grands arbres). Pour “twinkling” et “gleaming”, l’emploi des termes consacrés semble inévitable : le “miroitement”, “l’étincellement”. “Gleaming”, dans Eureka41, est traduit par Baudelaire “étincelants dans l’ombre”, on pourrait risquer l’oxymoron d’un “étincellement sourd”...

61L’observation opiniâtre de ces quelques lignes, extraites pourtant d’une fin de conférence et apparemment dénuées de profondeur, y a trouvé les marques de la poétique de Poe, liée à son “surnaturalisme”, avec l’idée que l’artiste a pour rôle de rendre visible, au moins quelque peu, l’invisible des choses. Cette conception “spirituelle” de l’œuvre d’art soulève la question de l’adéquation de la langue (ou du matériau pictural) pour suggérer et non décrire, pour transmettre d’esprit à esprit le reflet des objets de réel, pour faire percevoir l’inconnu, l’au-delà, qu’ils cachent. Elle est fondée sur une problématique qu’on verra se développer de manière manifeste lors de la “crise de la représentation” caractéristique du tournant du xixe au xxe siècle.

62Dans l’énumération étudiée, auprès d’items qu’introduit un terme lié aux sensations, les nombreux items gouvernés par une forme en -ing nominalisée évoquent la “morale des choses”, tel trait de leur comportement où l’esprit méditatif peut avoir l’illusion de frôler un plus grand mystère. Cette forme spécifique, gardant une valeur verbale, suggère leur manifestation comme active et voulue, mais la rend énigmatique.

63L’analyse des traductions françaises — ou la recherche pour traduire — oblige à s’interroger sur cette forme en -ing, et sur la nominalisation en anglais et en français. L’exercice de peser indéfiniment les constructions, l’ordre des termes, leur appartenance à telle catégorie grammaticale, rend palpable le foisonnement de chaque langue et la fragilité de son tissu — la difficulté aussi de la décrire. Il convainc une fois de plus, montrant ici la force d’expression d’une forme grammaticale en tant que telle, du danger de ne considérer que des contenus.

64On pourrait d’après cela revenir à la sempiternelle conclusion de la souffrance du traducteur. Je préfère conclure au contraire, pour cette fois, sur sa situation privilégiée : remarquablement placé entre une langue et une autre, à condition qu’il manifeste pour elles quelque intensité d’intérêt, il les confronte et les fait apparaître l’une par l’autre. Il aperçoit mieux que quiconque — encore que cela échappe — comment le texte se dessine parmi les dispositions de l’une d’elles.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 J’ai tenté de le montrer à propos des traductions françaises d’un simple mot dans Hamlet. Voir Jany Berretti, “Le cristal, le miroir, la glace : traductions françaises d’un cliché dans Hamlet”, Palimpsestes n° 13, 2001, pp. 81-95.

2 Les grammaires, traditionnellement, pour la forme en -ing dans cet emploi, usent du terme de “gérondif” (“gerund”), repris à la grammaire latine (gerundi modos, manières de faire). Le terme s’appliquant, pour le français, à un phénomène différent, je l’évite.

3 J.-P. Vinay, J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais. Méthode de traduction, Paris, Didier, 1977, p. 121.

4 Ces chiffres renvoient à ceux du tableau pour situer le fragment considéré. Pour les traductions, il m’a paru plus clair de répéter le nom de leurs auteurs plutôt que de recourir à un second numérotage.

5 Jany Berretti, “Influençable lecteur : le rôle de l’avant-lire dans la lecture du Poe de Baudelaire”, Palimpsestes n° 9, 1995, pp. 57-72.

6 Edgar Poe, Tales of Mystery and Imaginationn “Berenice”, 1835, Londres, Everyman, 1971, p. 177. Dans les citations, les italiques, lorsqu’il y en a, appartiennent à l’auteur. L’insistance par les caractères gras est de mon fait et signale, pour faciliter la lecture 1° dans rénumération, le groupe nominal premier ; 2° dans la présentation de l’énumération, les termes dénotant la matérialité, la réalité, des objets qu’elle évoque (et qui deviendront chose spirituelle : je signale par un soulignage le terme qui l’indique). Dans ce conte, le narrateur insiste (mais surtout pour la forme) sur ce qui oppose la faculté d’attention intense du rêveur sain (qui serait une méditation) à celle de son personnage : ce dernier, au lieu de s’évader du prétexte, ne pourrait en arracher son regard ni sa pensée.

7 Tales, op. cit., p. 177.

8 Tales, op. cit., p. 180.

9 qu’il absorbe habituellement le matin après un bol de café fort.

10 Tales, op. cit., p. 24.

11 Tales, op. cit., p. 158.

12 Baudelaire, Œuvres complètes, (O.C.), texte établi, présenté et annoté par C. Pichois, Paris, Gallimard “Bibliothèque de la Pléiade”, t. II, 1976, “Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains”, “Victor Hugo”, p. 132.

13 O.C. t. II, p. 133.

14 Baudelaire, “Le peintre de la vie moderne”, O.C, t. II, p. 724.

15 Gérard de Nerval, Aurélia, Paris, GF, 1972, p. 179.

16 Marcel Proust, A la recherche du temps perdu, “Du côté de chez Swann”, texte établi par P. Clarac et A. Ferré, paris, Gallimard, “La Pléiade”, t. I, 1954, p. 178-179.

17 “Le temps retrouvé”, t. III, 1954, p. 378.

18 J’ai souligné ce fait par les caractères gras.

19 Gérard Manley Hopkins donne un sens établi, religieux, au mystère qu’elles cachent : “All things are charged with love, are charged with God and if we know how to touch them give off sparks and take fire, yield drops and flow, ring and tell of him. (The Sermons and Devotional writings of Gerald Manley Hopkins, edited by C. Devlin, S.J. Oxford, Oxford University Press, 1962, p. 195.)

20 Mallarmé, disciple de Poe, donne cette définition : “La Poésie est l’expression, par le langage humain ramené à son rythme essentiel, du sens mystérieux des aspects de l’existence : elle doue ainsi d’authenticité notre séjour et constitue la seule tâche spirituelle”. (Stéphane Mallarmé, Correspondance, recueillie, classée et annotée par H. Mondor et L.J. Austin, Paris, nrf Gallimard, t. II, 1965, p. 266.)

21 Jean-Henri Fabre, Souvenirs entomologiques, Paris, Laffont, coll. “Bouquins”, t. II, p. 738.

22 Souvenirs entomologiques, op. cit., p. 742.

23 Poe s’est intéressé à la conchyliologie, écrivant même un traité sur le sujet.

24 Pour pénétrer “into the vast halls where lay gleaming, untended, and hitherto untouched by mortal hand —unseen by mortal eye— the imperishable and priceless secrets of the Universe.

25 Voir Johannes Kepler, par exemple L’astronomie nouvelle.

26 “The Poetic Principle, E. A. Poe, Poems and Essays, Londres, Everyman, 1969, p. 98.

27 Gerard Manley Hopkins dit “the behaviour of things (“Journal, 1870, June, Poems and Prose selected with an introduction by W. H. Gardner, Penguin Books, 1953, p. 124). Il l’évoque par des verbes actifs : “As kingfishers catch fire, dragonflies draw flame”.... L’assonance suggère l’ipséité, l’adéquation du nom à l’être.

28 “The Poetic Principle, p. 98.

29 “brief and indeterminate glimpses (“The Poetic Principle, p. 98). Dans notre passage “twin-kling” et “gleaming” ont ce caractère insaisissable (le second terme évoque dans “Eureka” l’éclat sourd, mystérieux, des inaccessibles secrets de l’Univers, voir plus haut note 24).

30 “The Poetic Principle”, p. 98.

31 La recherche des formes premières, qui étaient parfaitement la Beauté, demande que soit franchie à rebours l’intrusion de la mort dans la Création, cela par la fréquentation de tout ce qui peut la simuler — la séquestration, le sommeil (cf. “the repose of sequestered lakes”, dans notre énumération, qui reprend un poème de jeunesse “The Lake” — d’où l’importance de l’idée d’enchâssement, et d’endormissement funèbre, dans cet item) — ou simuler le passage (“the verge of”).

32 Tales, op. cit., p. 313.

33 Tales, op. cit., p. 135.

34 La traduction de S. d’Olivera-Jackowska est en fait caricaturale — ce qui n’apparaît pas complètement dans ce morceau. Comme le titre du recueil l’indique, elle tente de “réhabiliter” Edgar Poe, qui était bon époux, bon fils, aimait les chats et les oiseaux. Elle édulcore (dans “Fairyland”, “in the morning they [the moons] arise” devient “Au matin l’oiseau chante, tout s’éveille joyeux”) et ajoute des vers de son cru (papillons aux “ailes diaprées”, “parcelles idéales de poussières irisée”), qu’elle cite dans son commentaire comme étant les meilleurs.

35 Mallarmé, Lettre à H. Cazalis, fin 1864, Corresp. I p. 137. Correspondance, recueillie, classée et annotée par H. Mondor et L.J. Austin, Paris, nrf Gallimard, t. II, 1965.

36 Mallarmé, “Crise de vers”, 1896, Œuvres complètes, texte établi par H. Mondor et G. Jean-Aubry, Paris, Gallimard, “Bibliothèque de la Pléiade”, 1974, p. 365-66. On voit dans ce paragraphe la recherche de Mallarmé pour dire autre chose que le nom des objets. Il y a une gradation dans l’effort fait pour empêcher la représentation : “l’horreur de la forêt” (équivalent aux items de notre passage), le “tonnerre muet épars”, “quelques jets de l’intime orgueil véridiquement trompétés”.

37 Sur la “traduction expérimentale”, voir Jany Berretti, “Traduire : le temps de la traversée”, dans Frontières et passages, textes réunis et présentés par Chantai Foucrier et Daniel Mortier. Etude de Littérature Générale et Comparée, Publications de l’Université de Rouen, 1999, pp. 17-22 et “La forme d’une langue change plus vite que n’écrivent les traducteurs”, Forme & Mesure. Cercle Polivanov : pour Jacques Roubaud/Mélanges, Mezura n° 49, Inalco 2001, pp. 89-102.

38 La suffixation en -ant donne en effet peu de résultat. “Luisant”, toutefois, en tant que substantif, désigne l’effet, la qualité de ce qui luit (le luisant d’une étoffe). Le mot, employé seul, désignait autrefois le soleil ou le jour. “Luisante” (s.f.) se dit de certaines étoiles qui, au sein d’une constellation, brillent d’un éclat particulier (la luisante de la Lyre). “Le luisant des fleuves argentés” ne manque pas de séduction...

39 Paris, Léon Vanier, 1888.

40 Cf. Verlaine, qui forge le mot “échelonnement” : “L’échelonnement des haies/Moutonne à l’infini, mer [...]”. Le terme, maintenant entré dans le dictionnaire, a sans doute perdu de sa force d’évocation.

41 Voir plus haut, note 24.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://palimpsestes.revues.org/docannexe/image/1652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jany Berretti, « Périlleuse forme en -ing : à propos de traductions françaises de “The Poetic Principle” d’Edgar Poe », Palimpsestes, 14 | 2001, 13-30.

Référence électronique

Jany Berretti, « Périlleuse forme en -ing : à propos de traductions françaises de “The Poetic Principle” d’Edgar Poe », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1652 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1652

Haut de page

Auteur

Jany Berretti

Jany Berretti enseignant-chercheur à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle (en littérature générale et comparée, de 1969 à 1999), s’intéresse en particulier, autour de Mallarmé, à ce que l’on appelle “la crise de la représentation” dans la peinture et la littérature européennes au tournant du xixe au xxe siècles ainsi qu’ à la question générale de la traduction poétique. Auteur de divers articles, elle récemment publié dans le domaine de la traduction : “Mallarmé traducteur de Poe : quelques vers d’album”, in Atala n° 2 “La traduction”, CRU du Lycée Chateaubriand, Rennes 1999, pp. 144-154 ; “Traduire : le temps de la traversée” in Frontières et passages, textes réunis et présentés par Chantai Foucrier et Daniel Mortier, Etudes de Littérature Générale et Comparée, Publications de l’Université de Rouen, 1999, pp. 17-22 ; “Le cristal, le miroir, la glace : traductions françaises d’un cliché dans Hamlet” in Palimpsestes n° 13 “Le cliché en traduction”, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, pp. 81-95 ; “La forme d’une langue change plus vite que n’écrivent les traducteurs", in Forme & mesure. Cercle Polivanov : pour Jacques Roubaud/ Mélanges, Mezura 49, Inalco, 2001, pp. 89-102.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org