Navigation – Plan du site

Discours citant, discours cité : contraintes sur l’ordre des mots et incidences sur le statut énonciatif des propos rapportés

Hélène Chuquet
p. 31-43

Résumés

Les rapports syntaxiques entre discours citant et discours cité (juxtaposition de discours direct, subordination de discours indirect, configurations hybrides) sont ici examinés dans un corpus journalistique en version bilingue. Les variations observées entre les versions française et anglaise sont nombreuses et tendent, dans ce registre particulier, vers une plus grande homogénéité des plans d'énonciation en anglais. Il apparaît également que la restructuration dans le passage d'une langue à l'autre des rapports entre récit et discours engendre des déformations, voire des ambiguïtés, quant au repérage des propos rapportés par rapport à l'origine assertive qui les prend en charge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la nature et la fonction du texte journalistique, on pourra se reporter à l’article très intére (...)
  • 2 Voir Simonin, 1984b.
  • 3 Voir Rosier, 1999, et ce qu’Authier-Revuz, 1984, appelle les “îlots textuels”.

1La présente étude est basée sur un corpus parallèle de textes journalistiques en français et en anglais : il s’agit d’articles extraits du Monde Diplomatique (1998 et première moitié de 1999) et de leur traduction dans l’édition anglaise disponible sur le Web (ainsi qu’en version imprimée, en collaboration avec le Guardian Weekly). Ce corpus est essentiellement constitué d’articles français traduits en anglais, mais pas exclusivement, car certains articles d’auteurs anglophones paraissent dans le Monde Diplomatique, et c’est donc le texte original que l’on trouve dans la version anglaise. Il s’agit d’un corpus relativement homogène en termes de registre : articles de fond et d’analyse dans la presse de qualité, qui font très largement appel à la citation de discours ou d’écrits rapportés visant, d’un point de vue pragmatique, à garantir l’authenticité et le sérieux des informations apportées au lecteur1. Les termes de “discours citant” et “cité” ont été préférés à ceux, plus classiques, de “récit” et de “discours rapporté”, dans la mesure où d’une part, en termes de statut énonciatif, le texte journalistique se situe fondamentalement du côté du discours, même s’il comporte aussi des aspects narratifs2, et où d’autre part, les séquences de discours rapporté rencontrées ont fréquemment une forme mixte, comportant des marqueurs à la fois de discours direct et indirect, et sont souvent limitées à des portions d’énoncés incomplets, insérées comme citations dans le discours du journaliste3.

  • 4 Voir Chuquet, 2001.

2Dans une première étude basée sur ce même corpus d’articles4, je me suis intéressée aux particularités de l’emploi des verbes déclaratifs au présent. L’objet du présent article sera de m’interroger sur un certain nombre de variations observées entre le français et l’anglais dans les rapports entre discours citant et discours cité : si la place de l’un par rapport à l’autre est modifiée, est-ce l’effet d’une contrainte ou s’agit-il d’un choix ? Pourquoi passe-t-on si fréquemment de propos cités au discours direct en français aux mêmes propos rapportés sous forme de discours indirect en anglais ? Quelles incidences ces variations ont-elles sur l’interprétation du rapport entre discours citant et discours cité, notamment en ce qui concerne la prise en charge assertive des propos rapportés ?

Rapport appositif dans les deux langues

  • 5 Voir le Fascicule des textes de référence dans lequel figurent les extraits étudiés, numérotés de ( (...)
  • 6 Voir la classification proposée dans l’article de Monville-Burston et Waugh, 1998.

3Le rapport majoritaire observé en français est celui du discours direct cité juxtaposé au discours citant, les énoncés déclaratifs prenant la forme d’incises, qui sont soit imbriquées dans les paroles citées, comme dans l’extrait (1), soit postposées aux propos rapportés, comme l’illustrent les extraits (2) à (4)5. L’emploi de ces incises est quasi systématique en français, quel que soit le verbe introducteur : prédicats déclaratifs “de base” tels dire, demander (ou écrire, lorsqu’il s’agit de rapporter le contenu de documents cités), prédicats ayant un statut déclaratif plus marqué, tels annoncer, déclarer, verbes exprimant une notion de clarification (expliquer, préciser, souligner...) ou de jugement (estimer) ou encore verbes que j’appelle “d’attitude déclarative” de type s’indigner, soupirer, menacer...6. Ce qui est systématique aussi en français, c’est l’inversion du verbe et du sujet dans l’incise déclarative. Cet usage de l’inversion est noté comme allant de soi dans la plupart des grammaires du français, et peut se décrire comme étant le degré extrême du rapport appositif entre énoncé primaire et énoncé rapporté (selon les termes de Danon-Boileau, 1982, p. 67) ; ce sont les propos rapportés au discours direct qui sont focalisés et qui constituent le “pivot” de l’ensemble “énoncé rapportant + énoncé rapporté”, et la déclarative qui leur est juxtaposée n’est qu’incidente, constitue un simple commentaire qui peut se gloser par : “paroles de X”.

  • 7 Cela dit, le français offre apparemment moins de liberté que d’autres langues telles le hongrois (...)

4Dans les exemples (1) à (4), la position de l’incise déclarative est identique en anglais : imbriquée en (1), postposée dans les exemples (2) à (4). Mais seuls les verbes déclaratifs “de base” tels say, add et write semblent pouvoir se prêter à l’inversion verbe-sujet ; ce sont en tout cas les seuls rencontrés dans le corpus examiné. L’exemple (3) - soupire Fahima : adds Fahima - est intéressant à ce titre, dans la mesure où l’incise avec inversion a été maintenue moyennant la neutralisation sémantique du verbe déclaratif7. Dans tous les autres cas, dont l’énoncé (2) est un exemple représentatif, lorsque l’incise déclarative est conservée en anglais, la forme canonique sujet-verbe est rétablie (je laisse de côté ici le style journalistique connu sous le nom de “Timese” et son recours aux déclaratives antéposées au discours de type : Said Senator So-and-So...). Les grammaires de l’anglais nous apprennent en effet (mais sans guère en proposer d’explication) que l’inversion verbe déclaratif-sujet ne peut s’effectuer que lorsque la forme du verbe est le présent simple ou le prétérit simple, uniquement lorsque le sujet est un nom et pas un pronom (voir par exemple Quirk et al. 1985 : 1022-1023), et il est indéniable que les contraintes pesant sur les possibilités d’inversion sont plus fortes en anglais qu’en français dans ces contextes.

  • 8 Voir Danon-Boileau, 1982, Simonin, 1984a, Hanote, 1999 et 2000.

5Cependant, dans tous ces cas de figure, le rapport fondamental entre discours citant et discours cité est le même dans les deux langues, que l’inversion soit maintenue ou non. Les propos cités au discours direct se voient conférer un degré maximum d’autonomie, le discours citant juxtaposé ne faisant que les qualifier comme étant les paroles d’un locuteur identifié et déterminé dans le récit. Mais le caractère incident du prédicat déclaratif est encore plus marqué par l’inversion en français, dans la mesure où il n’y a pas véritable assertion de la proposition déclarative au niveau du récit. Le locuteur rapporté (S1 est construit par l’énonciateur-origine (S0) comme asserteur à part entière, support de toutes les modalités présentes dans l’énoncé cité, et il y a rupture de repérage entre le plan du discours citant (ou récit) et celui du discours cité8.

Passage du rapport appositif à un rapport de dépendance

6Dans la plupart des cas, on observe le passage de la juxtaposition, en français, du discours direct au discours citant à une structure de discours indirect subordonné en anglais. Déjà la seconde phrase de l’extrait ( 1 ) nous fournit un exemple de cette équivalence, d’autant plus intéressant qu’il s’agit là d’un réagencement opéré dans la traduction française à partir d’un original en anglais, qui aboutit à la juxtaposition pure et simple là où l’anglais avait recours au discours indirect subordonné (reassure... that). Ce phénomène très majoritaire a pour conséquence en anglais une plus grande dépendance des propos cités vis-à-vis du récit rapportant. Le calcul des repérages de temps et de personne s’effectue par rapport à l’énonciateur-origine et le locuteur rapporté perd dans une large mesure son autonomie d’asserteur, même s’il demeure construit comme source de la prise en charge assertive et modale.

Les incises imbriquées en français

  • 9 Voir Rosier, 1999, p. 74.
  • 10 Perret, 1994, pp. 102-103, résume ainsi la définition de ces concepts : “îlot textuel : fragment de (...)
  • 11 Notons tout de même que dans Le Monde et dans la presse française en général, la typographie distin (...)

7Dans les exemples (5) à (9), les incises du français sont véritablement incidentes au discours cité qui, lui, est focalisé, et déterminé indépendamment de son rapport au récit primaire, alors que l’anglais rétablit l’ordre canonique : sujet-verbe déclaratif-complétive de discours indirect, subordonnant ainsi les propos cités au récit primaire. On peut cependant remarquer qu’il s’agit souvent, comme en (5) et (6), de discours indirect avec guillemets, donc d’une configuration mixte, dont L. Rosier fait remarquer que c’est “une pratique privilégiée actuellement dans le domaine journalistique”9. Il faudrait d’ailleurs s’interroger, en français comme en anglais, sur la frontière à établir entre ce type de discours rapporté mixte et la simple citation qui apparaît aussi entre guillemets, que celle-ci se définisse comme “îlot textuel” ou comme “connotation autonymique”10, mais cela me détournerait de mon propos contrastif11. On notera simplement que dans l’énoncé (5), la qualification “socialement avancés” est attribuée, en français comme en anglais, à une source distincte de S0, mais sans que cette source soit identifiée. Le fait que l’ensemble de l’extrait, et pas seulement la deuxième phrase avec son discours direct ou indirect, soit à interpréter comme faisant référence à des propos ou des opinions rapportées et mis à distance par le journaliste est essentiellement dû à la fonction cohésive de l’adverbe aussi / too, qui établit un lien entre le premier énoncé, appartenant en apparence au récit primaire, et le second, attribué à un locuteur spécifique.

8Dans l’énoncé (6) vient s’ajouter un autre phénomène syntaxique caractéristique, à savoir l’antéposition de la longue séquence de qualification participiale en français, qui sert d’amorce au discours direct cité et est séparée du terme de départ (sujet syntaxique) qu’elle qualifie à la fois par le premier segment de discours cité et par l’inversion verbe-sujet dans l’incise. La plus grande réticence qu’éprouve l’anglais à retarder ainsi l’apparition du terme de départ de la relation prédicative (voir Guillemin-Flescher, 1981) a amené le traducteur à rétablir l’ordre canonique de la phrase, le locuteur rapporté étant identifié d’emblée et posé comme sujet syntaxique du verbe déclaratif introduisant le discours indirect. Mais ce réagencement entraîne un déplacement de la source assertive de l’énoncé de discours indirect contenu dans la qualification elle-même — antéposée en français, mise entre parenthèses en anglais. Alors qu’en français, il y a identité de source (Michel Poniatowski) pour l’argument avancé en arrière-plan (arguant que...) et l’assertion de discours direct, en anglais les arguments d’arrière-plan sur lesquels se fonde l’assertion du locuteur sujet de la principale sont attribués aux auteurs du Black Book par le biais de la proposition relative (which contends that...).

  • 12 Voir Rosier, 1999, pp. 184ss. sur les discours citants en selon A et pour A.

9En (7), sans entrer dans le détail de l’analyse, on peut observer de nombreuses différences dans les relations entre les différents niveaux de discours rapporté : direct, indirect et mixte. En français, avec Pour M. Alexei Malashenko, il y a d’emblée “attribution d’un dire”, même s’il ne s’agit pas nécessairement de citer des propos effectivement tenus12, mais il faut attendre la seconde phrase de l’extrait pour avoir véritablement du discours rapporté en anglais ; la première phrase de l’anglais peut se lire comme du discours narrativisé totalement intégré au discours de l’énonciateur-origine (voir Danon-Boileau, 1982, p. 58). Dans la seconde partie de l’extrait, le français privilégie les formes mixtes, en ayant recours à l’incise déclarative apposée à du discours direct, d’abord sans, puis avec guillemets, ce qui permet d’une certaine façon au journaliste de donner l’impression d’une hiérarchie dans le degré de “fiabilité” à assigner aux propos. L’anglais au contraire distingue nettement un premier énoncé de discours indirect classique, par lequel S0 attribue des propos factuels au locuteur rapporté, d’un second énoncé de discours direct, non introduit, juxtaposé au premier, et produisant l’effet d’une simple citation illustrative.

10Corollaire de ces variations dans les configurations syntaxiques, les énoncés (8) et (9) posent le problème de savoir à quelle origine — primaire ou rapportée — assigner la prise en charge des modalités. En (8), l’interrogation directe de type mimétique est assignée à une classe de locuteurs rapportés identifiés dans le cotexte (les parents) par l’intermédiaire d’une incise à caractère rhétorique : il ne s’agit pas véritablement de propos rapportés, et le verbe dire n’est pas ici utilisé dans un sens strictement déclaratif, il ne renvoie pas à une occurrence de dire. L’ensemble de la construction rhétorique reste repéré par rapport à S0, quoique la modalité interrogative ait pour support S1. En anglais, le recours à une interrogation indirecte maintient l’ensemble de l’énoncé au niveau du récit pris en charge par l’énonciateur-asserteur origine, et ce d’autant plus clairement que la modalité appréciative exprimée par l’adverbe reasonably, portant sur le prédicat ask, a pour support S0 en tant qu’asserteur S1. Dans la version française de l’énoncé (9), le double niveau de distanciation des propos cités, exprimé à la fois par l’incise marquant le discours direct et par le conditionnel d’assertion non vérifiée à l’intérieur même du discours direct, donne lieu à un choix dans la traduction anglaise qui ne reflète pas tout à fait fidèlement le niveau de prise en charge du français. Si le locuteur rapporté (un analyste américain) peut effectivement être considéré comme affirmant une certitude dans son propre discours (ainsi que l’indiquent le choix de confirme comme verbe introducteur et l’adverbe de phrase indiscutablement par lequel le locuteur rapporté qualifie sa propre attitude modale), en revanche l’assertion l’OTAN aurait été maintenue est en fait rapportée à une autre source indéterminée, et n’est pas reprise à son compte intégralement par le locuteur de cette portion de discours. L’anglais, lui, ne conserve que le repérage effectué à partir de S0 par rapport à S1, dans le cadre d’une prédication qui se situe intégralement au niveau du récit et dont le contenu est simplement attribué à une autre source que le journaliste par le circonstant according to..., sans que soient cités les propos tenus et, partant, sans que soit rendue l’ambiguïté de la prise en charge.

Les incises postposées en français à tout ou partie du discours cité

11Dans les énoncés (10) à (13), nous retrouvons des phénomènes tout à fait comparables à ceux qui viennent d’être évoqués : ici encore, l’anglais place le discours cité dans une relation de dépendance vis-à-vis du récit qui l’encadre, tandis que la juxtaposition des deux plans en français contribue à mettre en relief les portions de discours cité.

12Le premier point commun entre tous ces exemples est le fait que l’anglais pose en début d’énoncé l’identité du locuteur dont les propos sont rapportés. Même en (13), où les circonstants de localisation temporelle et spatiale sont antéposés au terme de départ de la proposition déclarative, ils le sont dans le cadre d’une participiale qualificative apposée (Speaking...) qui annonce sans ambiguïté la présence de discours rapporté. Les locuteurs rapportés désignés par les termes figurant en tête d’énoncé sont la plupart du temps fortement déterminés et munis de qualifications qui sont prises en charge par l’énonciateur origine — par exemple, en (11) : Véronique Grossi, who runs... Il est alors naturel que cette mainmise du récit primaire sur les propos rapportés et sur leur source même soit conservée par le recours à la subordination et au discours indirect. On pourrait sans doute attribuer certaines de ces modifications syntaxiques à la volonté du traducteur de clarifier, “d’annoncer la couleur” d’emblée, mais il me semble que l’on peut néanmoins parler ici d’un certain degré de contrainte : plus l’énoncé cité au discours direct est long — et en particulier lorsque le discours direct cité est lui-même composé de plusieurs phrases, comme en (10) ou en (12) —, plus il est difficile de le faire figurer en anglais sans énoncé déclaratif introducteur, et de le faire suivre simplement d’une incise déclarative postposée. On verra dans la dernière série d’exemples le type de solution qu’adopte plutôt l’anglais lorsqu’il veut focaliser le discours cité.

13Comme nous l’avons déjà vu à propos des énoncés (8) et (9), la modification du rapport discours citant-discours cité peut mener à des décalages portant sur la prise en charge des qualifications. Ceci est assez frappant dans l’extrait (10), qui est également révélateur des ambiguïtés potentielles (et largement exploitées) des types de discours mixtes qu’affectionne la presse en français. En effet, l’emploi des guillemets encadrant la citation (qui n’est pas une prédication complète) et la postposition de l’incise déclarative semblent placer le circonstant antéposé Après la semaine... en 1994 au niveau du récit primaire. Ce circonstant antéposé devrait donc jouer le rôle de repère temporel pour le procès principal situé au même niveau énonciatif, à savoir : déclare un jésuite. Or on sent bien que sémantiquement il n’en est rien, et que ce circonstant doit être rattaché à la proposition principale de la première phrase de l’extrait : l’Eglise est la plus forte institution... Par conséquent, une localisation temporelle qui est en apparence construite à partir de l’énonciateur-origine, au plan du discours citant, sert de repère à l’assertion attribuée au locuteur rapporté, au plan du discours cité. Cette confusion des plans et l’incertitude pour le lecteur quant à l’origine du repère est difficilement acceptable en anglais, sauf effets particuliers de discours indirect libre (et il n’est nullement question de cela ici). Le rétablissement d’une structure canonique dans laquelle le locuteur est posé d’emblée et où son discours est rapporté sous forme indirecte pousse à interpréter sans ambiguïté la précision temporelle à la fois comme étant à attribuer au locuteur rapporté et comme servant de repère à la prédication citée qui suit. Il s’ensuit une plus grande homogénéité des plans d’énonciation... mais aussi un certain degré d’infidélité au texte de départ.

14De façon similaire, en (12), l’anglais lève l’ambiguïté quant au statut de la dernière phrase de l’énoncé. Ici nous avons affaire à une source assertive non identifiée ou indéterminée dissociée de S0, exprimée par le pronom on en français, renvoyant à un parcours sur une classe de locuteurs. La dernière phrase de l’extrait français (Faute de quoi, la bombe sociale... finira par exploser), située en dehors des guillemets de discours direct cité, présente les apparences d’une reprise du récit à la suite de l’attribution d’un dire, mais peut également se lire comme du discours direct sans guillemets qui, quoique syntaxiquement apposé, reste sous la dépendance sémantique de l’incise déclarative qui précède. C’est cette seconde lecture - la plus logique sur le plan discursif - qui est explicitée en anglais par l’incise au passif it is argued, assignant clairement cette dernière assertion à une source indéterminée, non identifiée référentiellement, mais en tout cas dissociée de l’origine énonciative. Il faut par ailleurs noter, comme dans l’énoncé (5) plus haut, le rôle clef des adverbes argumentatifs faute de quoi/otherwise, qui permettent de rétablir la cohésion discursive malgré les ruptures typographiques et syntaxiques.

15Une dernière conséquence des divergences observées entre le français et l’anglais dans ce type d’exemple touche aux effets de plus ou moins grande focalisation des portions de discours cités. Les deux langues pratiquent le mélange des deux types de discours, direct ou indirect, et ont souvent recours à des formes hybrides. Selon les choix effectués, les propos cités ne se voient pas attribuer le même de degré de mise en relief, de détachement ou de distanciation par rapport au discours citant primaire. Quoique le corpus étudié soit trop limité pour donner lieu à des généralisations fiables, il semblerait néanmoins que le caractère systématique dans la presse française de l’agencement : discours direct cité + incise déclarative postposée avec inversion verbe-sujet tende paradoxalement à neutraliser l’effet de mise en valeur que l’on serait tenté d’attribuer au discours direct. En revanche, dans la version anglaise d’exemples tels (11) ou (13), la focalisation sur une assertion significative attribuée au locuteur rapporté semble plus nettement marquée, dans la mesure où la citation en discours direct se détache sur un fond de discours indirect dominé par le récit : soit, comme en (11), par la juxtaposition d’un circonstant d’attribution du dire (according to...) à un énoncé indépendant de discours direct ; soit, comme en (13), par la citation d’une phrase isolée en discours direct qui n’est pas rattachée au contexte introducteur qui précède.

16Cela dit, de façon générale dans les configurations illustrées par les énoncés (5) à (13), c’est en français que le discours cité prend le plus d’autonomie par rapport au discours citant : l’énonciateur origine ne fait qu’identifier le locuteur et citer ses propos, sans prendre position et sans s’engager autrement que sur l’existence d’un rapport entre un locuteur X et des propos Y. Par son emploi plus systématique du discours indirect, l’anglais subordonne le discours cité au discours citant, et les traces de la construction d’une situation d’assertion rapportée à partir de l’origine énonciative sont beaucoup plus présentes qu’en français.

Modifications importantes du rapport citant-cité en anglais

17Il nous reste à examiner une dernière série d’exemples, illustrant les cas relativement fréquents dans lesquels le lien entre le récit et le discours rapporté se trouve au contraire relâché en anglais, et où l’on constate une rupture entre les paroles citées et le récit pris en charge par l’énonciateur-asserteur origine.

Explicitation du commentaire sur le discours cité

  • 13 On n’est pas très loin des reprises en so qui s’interprètent comme des remises en question, souvent (...)

18Il arrive que les configurations avec incise postposée du français donnent lieu à une sorte de reprise des propos cités. C’est ce qu’illustrent les exemples (14) et (15). Dans la traduction anglaise de (14), on n’a pas simplement attribution du dire cité à un locuteur identifié, comme c’est le cas avec l’incise du français, mais également reprise, par l’adverbe so, de l’ensemble de la prédication citée pour l’attribuer au locuteur rapporté sous la forme d’une nouvelle assertion pleinement prise en charge au niveau du récit. Il semblerait que ce soit là une façon de conserver la focalisation sur le discours cité, qui apparaît en premier lieu comme détaché du plan du récit pour être ensuite reconfirmé. On peut y voir aussi une solution au problème, évoqué plus haut, de la traduction des incises postposées à une longue citation, et c’est une configuration que l’on rencontre également lorsque l’anglais est la langue de départ — voir (15) —, ce qui semblerait indiquer qu’il s’agit peut-être d’un équivalent relativement régulier des incises postposées du français. Il n’en reste pas moins que la prise en charge énonciative au niveau du discours citant est nettement plus marquée en anglais, et fait intervenir un élément de jugement modal de la part de l’asserteur-origine, par le biais du marqueur adverbial de reprise13.

  • 14 Sur as, voir Gilbert, 1998, Guimier, 1997, Lab, 1999.

19Toujours face à cette configuration du français, la déclarative de la traduction anglaise peut se présenter sous la forme d’une proposition comparative introduite par as, comme en (16) et (17). Dans ces cas-là, alors qu’en français la déclarative est postposée, la déclarative en as est en général antéposée : elle sert de repère à l’énoncé de discours direct, et as construit une relation d’identification, de conformité, entre le discours citant et le discours cité14. Bien que ces propos soient explicitement attribués à un locuteur dissocié de l’énonciateur, l’emploi de as contribue à effacer dans une certaine mesure la distance et à intégrer au discours citant les arguments avancés dans le discours cité. D’où à nouveau des glissements, dans le passage d’une langue à l’autre, dans la portée de certaines qualifications et dans le niveau de prise en charge des modalités. En particulier, on observe le déplacement du support de la modalité, qui passe de l’asserteur rapporté en français à l’énonciateur-asserteur origine en anglais : en (16), la relation causale marquée par la circonstancielle en parce que est directement repérée par rapport au locuteur rapporté, Mme Lamizana (mais il y a ambiguïté quant au support de la modalité exprimée par justement), tandis qu’en anglais, la subordonnée en because construit d’abord une relation causale repérée par rapport à S0, au niveau de l’énoncé primaire, avant de la requalifier comme étant (également ?) attribuable à Mme Lamizana par le biais de la comparative en as examinée il y a un instant. Au contraire, dans la traduction anglaise de (17), c’est exclusivement au niveau du discours direct cité que se construit la relation concessive exprimée par although et prise en charge à part entière par l’asserteur rapporté préalablement identifié.

20Dans les deux cas de figure illustrés par les exemples (14) à (17), on éprouve quelque difficulté en anglais à parler de contexte introducteur de discours. On a plutôt l’impression d’une juxtaposition d’un dire à un commentaire sur ce dire, les deux sources assertives restant bien distinctes l’une de l’autre. Cette dissociation entre discours citant et discours cité est encore plus frappante dans la traduction de la dernière série d’exemples étudiés.

Dissociation entre discours cité et prédication indépendante dans le récit

  • 15 Pour d’autres exemples de ce type de configuration qui tend, dans les traductions anglaises, vers l (...)

21Ce phénomène s’observe surtout lorsque le prédicat déclaratif du français, utilisé en incise imbriquée ou postposée, est accompagné d’une qualification ou est porteur d’un sémantisme autre qu’une stricte référence à l’acte de parole ; c’est ce qu’illustrent les extraits (18) et (19)15.

22En (18), l’incise : poursuit-elle, très émue a pour fonction à la fois de signaler la relation entre asserteur et discours rapporté et de caractériser le comportement du locuteur rapporté sous un angle commentatif. Il serait difficile ici de recourir dans la traduction au discours indirect, comme nous l’avons vu dans d’autres exemples, dans la mesure où la qualification de la manière de dire semble appeler plus naturellement la citation du discours direct. Mais nous avons vu également que seuls les verbes déclaratifs tout à fait “neutres” étaient susceptibles d’entrer dans une configuration appositive en anglais. Ce qui est donc conservé dans la traduction ici, c’est la dimension de qualification de l’attitude du sujet sous la forme d’une phrase de récit juxtaposée indépendante qui décrit le changement d’attitude du locuteur rapporté (she became quite emotional), et fait disparaître toute relation explicite entre discours cité et récit. De façon semblable, en (19), l’énoncé de récit Isabella Styczynska... put it in a nutshell constitue un commentaire de l’énonciateur-origine sur les capacités de synthèse du locuteur rapporté, sans pouvoir être considéré comme un prédicat introducteur de discours ; ce n’est qu’a posteriori que l’on peut le considérer comme l’amorce du discours direct qui suit, et la rupture entre les deux plans est ici maximale.

23Les quelques cas observés dans cette dernière partie vont tous dans le sens d’une plus grande homogénéité des repérages et des plans d’énonciation en anglais qu’en français, et c’est vraisemblablement là une régularité typique du registre examiné ; il est indéniable que l’on arriverait à des conclusions différentes en travaillant sur les rapports entre discours citant et discours cité dans le discours oral, par exemple, où la frontière entre discours indirect et discours direct est plus floue. Dans la presse, sous réserve de confirmation par l’étude d’un corpus plus vaste, il semble possible d’affirmer que l’anglais a moins souvent recours aux formes de discours hybride que ce n’est le cas en français : l’anglais va soit dissocier nettement le discours direct du récit, soit rattacher les propos rapportés au récit pris en charge par S0 sous la forme de discours indirect.

24Certes, lorsque l’on travaille sur un corpus parallèle de textes accompagnés de leur traduction, on court toujours le risque de généraliser à partir de choix de traduction idiosyncratiques, et les hypothèses avancées pourront être remises en cause par l’examen de données plus abondantes dans le sens anglais > français. Il n’en reste pas moins que certaines contraintes semblent se dégager, en particulier la difficulté (sinon l’impossibilité) pour l’anglais d’utiliser des incises postposées à de longues séquences de discours direct cité, ainsi que sa réticence à employer en contexte introducteur de discours direct des prédicats autres que les verbes déclaratifs stricto sensu, tout au moins dans le registre journalistique. De plus, les observations touchant aux phénomènes d’ambiguïté (fréquente en français, le plus souvent levée en anglais) ou bien au repérage des propos par rapport au locuteur rapporté ou à l’énonciateur-origine (brouillage et changements de repère en français, priorité accordée au repère-origine et à la subordination indirecte en anglais) ne semblent pas simplement relever d’une entreprise de “clarification énonciative” de la part du traducteur. On retrouve en effet dans les configurations de discours rapporté des tendances comparables à celles qui ont déjà pu être notées à propos du fonctionnement des formes aspecto-temporelles (présent et passé composé notamment) dans la presse : les phénomènes de glissement, de continuité entre les plans que l’on peut observer en français s’opposent à la distinction plus radicale maintenue en anglais entre plan de l’histoire et plan du discours.

Haut de page

Bibliographie

Authier-Revuz, Jacqueline, “Hétérogénéité(s) énonciative(s)”, Langages n° 73, Paris, Larousse, 1984, pp. 98-111.

Chuquet, Hélène, Le présent de narration en anglais et en français, Gap, Ophrys, 1994. Chuquet, Hélène, “Présent, discours rapporté et repérage composite dans les textes de presse”, Cahiers Chronos n° 7, Amsterdam, Rodopi, 2001, pp. 41-60.

Culioli, Antoine, “Valeurs aspectuelles et opérations énonciatives, l’aoristique” dans J. David, et R. Martin (eds), Actes du Colloque sur la Notion d’Aspect, Publication de l’Université de Metz, 1978 : pp. 181-193.

Danon-Boileau, Laurent, Produire le fictif, Paris, Klincksieck, 1982.

Fonagy, Ivan, “Reported Speech in French and Hungarian” dans F. Coulmas (ed.), Direct and Indirect Speech, Berlin, Mouton de Gruyter, 1986, pp. 255-309.

Gilbert, Eric, “Quelques remarques sur as et la construction des valeurs référentielles”, Travaux linguistiques du CerLiCO, Vol. 11, La Référence - 1 - Statut et processus, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998, pp. 103-126.

Guillemin-Flescher, Jacqueline, Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction, Gap, Ophrys, 1981.

Guimier, Claude, “Indices cotextuels et interprétation de as, connecteur inter-propositionnel” in C. Guimier (ed.) Co-texte et calcul du sens, Caen, Presses Universitaires, 1997, pp. 165-180.

Hanote, Sylvie, “Représentation d’une origine assertive indéterminée dans les textes de presse en anglais et en français”, Cahiers FORELL n° 10, La Représentation en linguistique et littérature, Université de Poitiers, MSHS, 1999, pp. 19-35.

Hanote, Sylvie, Opérations énonciatives et représentation du discours dans le récit en anglais contemporain, Université de Poitiers, Thèse de Doctorat, 2000.

Lab, Frédérique, “Is as like like or does like look like as ?” dans A. Deschamps et J. Guillemin-Flescher (eds), Les opérations de détermination. Quantification - qualification, Gap, Ophrys, 1999, pp. 83-100.

Monville-Burston, Monique et Waugh, Linda, “Lexicon, genre and local discourse organisation : French speech act verbs and journalistic texts”, Journal of French Language Studies, Vol. 8 n° 1, Cambridge University Press, 1998, pp. 45-62.

Perret, Michèle, L’Énonciation en grammaire du texte, Paris, Nathan, 1994.

Quirk, Randolph et al, A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres, Longman, 1985.

Rosier, Laurence, Le discours rapporté. Histoire, théories, pratiques, Paris-Bruxelles, Editions Duculot, 1999.

Simonin, Jenny, “De la nécessité de distinguer énonciateur et locuteur dans une théorie énonciative”, D.R.L.A.V. n° 30, La Ronde des sujets, Université de Paris VIII, 1984, pp. 55-62.

Simonin, Jenny, “Les repérages énonciatifs dans les textes de presse” dans A. Grésillon et J.-L. Lebrave (eds), La langue au ras du texte, Lille, Presses Universitaires de Lille (Septentrion), 1984, pp. 133-203.

Waugh, Linda, “Reported speech in journalistic discourse : the relation of function and text”, Text Vol. 15, 1995, n° 1, Walter de Gruyter, pp. 129-173.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Sur la nature et la fonction du texte journalistique, on pourra se reporter à l’article très intéressant de Waugh, 1995.

2 Voir Simonin, 1984b.

3 Voir Rosier, 1999, et ce qu’Authier-Revuz, 1984, appelle les “îlots textuels”.

4 Voir Chuquet, 2001.

5 Voir le Fascicule des textes de référence dans lequel figurent les extraits étudiés, numérotés de (1) à (19).

6 Voir la classification proposée dans l’article de Monville-Burston et Waugh, 1998.

7 Cela dit, le français offre apparemment moins de liberté que d’autres langues telles le hongrois — cf. Fónagy, 1986, pp. 264-269, qui note comme divergence entre les deux langues le fait qu’en hongrois, toutes sortes de verbes sont assimilables aux verbes déclaratifs “primaires”, ce qui n’est pas le cas en français. Il donne l’exemple suivant (p. 267) : “— Gondolt rá ? — méregette nagy-mamuska keserüen a csomagot”, traduit en anglais par “He provided for it ? eyed Granny with bitterness the parcel”, impossible bien sûr... mais tout aussi impossible en français serait : “— C’est lui qui l’a payé ? regarda Mémé d’un air souçonneux le paquet”.

8 Voir Danon-Boileau, 1982, Simonin, 1984a, Hanote, 1999 et 2000.

9 Voir Rosier, 1999, p. 74.

10 Perret, 1994, pp. 102-103, résume ainsi la définition de ces concepts : “îlot textuel : fragment de style direct que le locuteur primaire ne reprend pas à son compte ; connotation autonymique [ou mention] : fragment du discours de l’autre, utilisé par le locuteur primaire dans son propre discours (...) effet guillemet bien connu des journalistes”. Voir aussi Hanote, 2000, pp. 206-209.

11 Notons tout de même que dans Le Monde et dans la presse française en général, la typographie distingue les îlots textuels entre guillemets et les citations de discours direct rapporté entre guillemets et en italiques, cette distinction n’étant pas faite en anglais ; voir Waugh, 1995, p. 139. Les textes du corpus sous leur forme électronique disponible sur le site Web ne font malheureusement plus apparaître cette différence.

12 Voir Rosier, 1999, pp. 184ss. sur les discours citants en selon A et pour A.

13 On n’est pas très loin des reprises en so qui s’interprètent comme des remises en question, souvent ironiques, du type :...or so he says (sous-entendu : mais n’en croyez rien).

14 Sur as, voir Gilbert, 1998, Guimier, 1997, Lab, 1999.

15 Pour d’autres exemples de ce type de configuration qui tend, dans les traductions anglaises, vers les frontières du discours rapporté, voir Chuquet, 2001, pp. 49-53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Chuquet, « Discours citant, discours cité : contraintes sur l’ordre des mots et incidences sur le statut énonciatif des propos rapportés », Palimpsestes, 14 | 2001, 31-43.

Référence électronique

Hélène Chuquet, « Discours citant, discours cité : contraintes sur l’ordre des mots et incidences sur le statut énonciatif des propos rapportés », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1653 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1653

Haut de page

Auteur

Hélène Chuquet

Hélène Chuquet est enseignant-chercheur au département d'études anglophones de l'université de Poitiers, auteur d'une thèse de linguistique contrastive sur le Présent de narration en anglais et en français (Ophrys, 1994), co-auteur avec Michel Paillard de l'ouvrage Approche linguistique des problèmes de traduction anglais-français (Ophrys, 1987). S'intéresse plus particulièrement à l'étude des formes aspecto-temporelles de l'anglais et du français, ainsi qu'à l'articulation entre récit et discours, tant dans les récits littéraires que dans les textes de presse. Publications récentes : L'imparfait français est-il traduisible en anglais ? (Linguistique Contrastive et Traduction, t. IV, Ophrys, 2000) ; “Présent, discours rapporté et repérage composite dans les textes de presse” (Cahiers Chronos n° 7, 2001).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org