Navigation – Plan du site

Le déplacement des circonstants de lieu et de temps dans la traduction par Pierre Leyris de “Benito Cereno” de Melville

Geneviève Girard
p. 55-74

Résumés

Les circonstants de lieu et de temps sont conceptuellement fort différents, et leur place au sein de la phrase est déterminée par le type de lien qu'ils entretiennent avec les autres données de l'énoncé. Le narrateur dispose d'une certaine liberté face aux contraintes syntaxiques et sémantiques, mais cette liberté varie de langue à langue. Il y a beaucoup de déplacements dans “Benito Cereno”, et ils correspondent aux choix narratifs de Melville. Pierre Leyris en propose, dans sa traduction, sa propre interprétation. Après avoir défini en quoi les circonstants de lieu et de temps diffèrent du point de vue conceptuel, nous nous demanderons si Pierre Leyris adopte toujours la même stratégie narrative que Melville. Les choix qu'il opère dépendent en grande partie des contraintes liées au français, mais il nous donne parfois aussi sa propre vision des événements. Le texte de Pierre Leyris semble ainsi donner ici et là une plus grande cohésion au récit qui nous est fait de l'aventure du capitaine Delano, même s'il lui préserve sa puissance dramatique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La nouvelle de Melville, “Benito Cereno”, se caractérise par son unité de lieu et de temps : tout se passe en une seule journée — de l’aube au soir — en un seul lieu, le navire de Benito Cereno.

2Malgré cette unicité de lieu et de temps, “Benito Cereno” se singularise par l’abondance des circonstants de lieu et de temps — plusieurs dans chaque page — qui découpent l’espace et la durée. L’histoire est celle du capitaine américain Delano, qui porte secours à un galion apparemment très désemparé, et découvre un personnage étrange, Benito Cereno, dont il essaie au fil de la journée de percer la personnalité. Il n’en aura la révélation qu’au moment où il s’apprêtera à quitter le galion, quand Benito Cereno saute dans la baleinière américaine pour échapper, en fait, aux esclaves noirs qui s’étaient révoltés, et l’avaient contraint à feindre d’être le maître à bord, alors qu’ils jouaient auprès de lui les esclaves soumis et dévoués.

3Lors de notre analyse du rôle joué dans la nouvelle par les circonstants de lieu et de temps, nous nous demanderons si Pierre Leyris conserve entièrement, dans sa traduction, la stratégie narrative de Melville. Nous articulerons notre réflexion autour de deux axes :

  • la différence conceptuelle entre un circonstant de lieu et un circonstant de temps, et les différences de fonctionnement linguistique qui en découlent ;
  • l’autonomie des localisations spatiales dans un récit, qui est une fiction, par rapport à la dépendance des données temporelles soumises à plusieurs origines énonciatives.

Problématique générale

4La problématique du circonstant de lieu et celle du circonstant de temps sont deux problématiques différentes. Ces deux types de circonstants ne sont pas, en effet, intégrés de la même manière à l’énoncé. Ceci découle de leur spécificité propre, spécificité qui est liée au rapport qu’ils entretiennent avec le contenu notionnel du verbe.

La problématique du temps

5Le temps — au sens de temps grammatical — s’inscrit prototypiquement dans le verbe. Pour Aristote, le verbe est ce qui ajoute à sa propre signification celle du temps. C’est tout particulièrement le cas en anglais : il existe un marqueur spécifique du temps passé : le suffixe -ed.

6Mais le temps, en lui-même, est “non descriptif”, dans la mesure où il signifie seulement que l’énoncé où il apparaît pose du “non vrai” au moment qui sert de repère énonciatif. Il traduit, en effet, aussi bien ce qui s’est passé il y a quelques minutes que ce qui s’est passé il y a plusieurs siècles. Il y a alors nécessité à “décrire” autrement le moment de l’événement. C’est à ce niveau que le circonstant de temps intervient.

7Il y a donc deux lieux dans l’énoncé où la dimension temporelle s’inscrit, et cette binarité est responsable, entre autres, de différences entre l’anglais et le français dans la mesure où le nœud temps — abstrait — n’y joue pas le même rôle.

8De ce caractère paradoxalement “non temporel” du marquage temporel découle un phénomène discursif intéressant. Puisque le temps passé est le même, quel que soit l’événement passé décrit, l’enchaînement des énoncés calque l’enchaînement chronologique. Nous lisons au début de la nouvelle :

  • 1 Nous utilisons l’édition Folio bilingue, Paris, Gallimard, 1994. Dans cette édition, Pierre leyris (...)

(la) In the year 1799, Captain Amasa Delano [...] lay at anchor... ( p. 14)1

9et vers la fin :

(2a) Meantime Captain Delano hailed his own vessel, ordering the ports up. (p. 220)

10Cette iconicité contraint fortement la stratégie narrative, et la langue se voit dans la nécessité d’inventer des outils spécifiques pour en contrebalancer l’effet : un de ces outils que nous appelions “outils retardateurs ou accélérateurs” de l’avancée dans le temps est le circonstant de temps. Un circonstant tel que at the same time, in the same moment, meantime permet de retarder la progression du temps chronologique que la linéarité discursive met de facto en place.

La problématique du lieu

11A la différence du temps grammatical, le lieu ne s’inscrit pas dans le verbe. Il n’existe pas, en effet, de marqueur de lieu porté par le verbe sous forme de préfixe ou de suffixe. Ceci signifie qu’au “temps” en partie grammaticalisé s’oppose le “lieu”, qui, lui, est uniquement lexicalisé. C’est cette distinction radicale qui sous-tend notre analyse et permet, nous le pensons, de rendre compte des choix de traduction de Pierre Leyris.

12Cette différence entre temps et lieu est la conséquence d’au moins trois types de données :

  • 2 Nous considérons que, dans une nouvelle, le lieu des références est un lieu fictif, différent de l (...)

13– le repère temporel est le même quel que soit l’énonciateur. Il y a unicité du repérage temporel, mais il n’y a pas unicité du repérage spatial. Nous avons tous le même now. Dans “Benito Cereno”, les deux capitaines2 vivent au même moment tous les événements. Mais le repère spatial change avec chaque personnage qui prend la parole, et qui constitue, de ce fait, un nouveau here.

14– la deuxième donnée est que la spatialité ne concerne pas tous les énoncés, à la différence de la temporalité : tout énoncé a besoin d’une interprétation temporelle, qu’il y ait validation ou non de la relation prédicative, qu’il y ait marquage ou non du temps.

15Pour la spatialité, une fois le repérage d’un personnage, d’un objet, fait, en un lieu donné, le lieu n’a pas à être redéfini dans chaque énoncé concernant le même personnage ou le même objet.

16– la troisième est qu’un nombre non négligeable de verbes comporte dans leur structure sémique un trait [+localisation] — c’est le cas, entre autres, pour lie, hang, sit, stand, put, set, live, et be également, alors qu’aucun verbe ne porte un trait [+temps], à part last et spend. Le trait [+ temps] est une caractéristique de l’énoncé dans sa globalité. En termes générativistes, le temps ne fait pas partie de la projection maximale d’un verbe. Le temps est une catégorie fonctionnelle, et le lieu une catégorie lexicale.

17Un phénomène linguistique intéressant découle de cette distinction : il existe des propositions subordonnées de temps, mais il n’existe pas de propositions subordonnées de lieu — il n’y a que des relatives qui déterminent un lieu déjà mentionné. Nous n’envisagerons pas cette distinction ici.

18La grammaticalisation du temps nécessite la prise en compte de la structuration abstraite de l’énoncé avec tous les phénomènes de hiérarchisation y afférant, et la conséquence en est que le marquage du temps varie de langue à langue.

19La lexicalisation de l’espace réduit la problématique à l’analyse des données sémiques des groupes verbaux et à l’organisation linéaire de ces données.

Les circonstants de lieu

20Avant d’analyser les déplacements chez Pierre Leyris, il convient de noter qu’il y a très souvent déplacement chez Melville par rapport à l’ordre canonique syntaxique, c’est-à-dire par rapport à l’ordre : Sujet-Verbe-COD- compléments circonstanciels, organisation dans laquelle le GroupeVerbal, prototypiquement constitué de [Verbe-COD] n’accepte pas d’être infiltré par un circonstant.

21Le déplacement du circonstant se fait toujours de droite à gauche, déplacement vers la tête de l’énoncé. C’est conforme à la direction prototypique des déplacements en anglais, tels qu’ils apparaissent dans l’interrogation, la relativisation, la topicalisation, la passivation, la cliticisation, le déplacement d’un syntagme nominal.

22Deux agencements entrent, en fait, en concurrence : l’agencement sémantico-syntaxique et l’agencement discursif. Notre hypothèse est que les déplacements syntaxiques sont nécessités par les exigences discursives, ou narratives. C’est le cas, nous le verrons, chez Melville.

Maintien de l’antéposition

23Le schéma le plus souvent employé par Melville est le suivant :

(3a) By his side stood a black of small stature, (p. 34)

(3b) Auprès de lui se tenait un Noir de faible stature, (p. 35)

24Dans ce cas de figure, l’antéposition du circonstant entraîne la montée du verbe à gauche du sujet. Il y a donc un double déplacement. Melville utilise ce processus pour indiquer que de chaque nouveau lieu repéré émerge l’inattendu, l’insolite, le nouveau, à tout moment. Le regard du capitaine qui fouille le bâteau se trouve sans cesse sollicité. C’est le lieu, et les sous-lieux du bâteau, qui sont le thème du propos, car c’est d’eux principalement que peut venir la solution de l’énigme, même si le capitaine ne peut y retrouver ses repères de marin.

25Nous avons ainsi :

(4a) [...] upon the tarnished head-boards, near by, appeared in stately capital, once gilt, the ship’s name, “SAN DOMINICK”. (p. 26)

(4b) [...] sur les pavois de poulaine ternis, apparaissait en majuscules capitales jadis dorées le nom du navire : SAN DOMINICK, (p. 27)

(5a) [...] while between each two was a small stack of hatchets... (p. 32)

(5b) [...] cependant qu’entre eux gisaient de petits tas de hachettes... (p. 33)

(6a) [...] among whose multitude of living freight are some individuals, doubtless, as little troublesome as crates and baies ; (p. 48)

(6b) [...] dans la foule de ce fret vivant, se trouvent sans doute quelques individus aussi peu turbulents que des caisses ou des ballots ; (p. 49)

26Ces antépositions sont possibles en anglais et en français, du fait du contenu sémique des verbes utilisés, mais nous constatons déjà que “être” n’autorise pas le déplacememt et que Pierre Leyris doit étoffer sa traduction. Nous en reparlerons.

27Nous voudrions faire ici une parenthèse sur la complexité de la notion “circonstant de lieu”. Le circonstant de lieu, a, en effet, deux modes de fonctionnement. Il peut être :

28– un véritable circonstant de lieu, c’est-à-dire l’élément sémique localisant le lieu où l’activité décrite par l’énoncé se passe. Dans ce fonctionnement, l’antéposition n’entraîne pas la montée du verbe, car le circonstant ne fait pas partie de sa structure sémique :

(7a) Off Cape Horn we had heavy gales, (p. 50) / *Off Cape Horn had we heavy gales.

(7b) Au large du cap Horn, nous essuyâmes de rudes tempêtes, (p. 51)

(8a) The next moment the old sailor rose, muttering, and, followed by his subordinate negroes, removed to the forward part of the ship, where in the crowd he disappeared. (p. 132) / *in the crowd disappeared he.

(8b) le vieux matelot [...] suivi de ses auxiliaires noirs, s’en alla vers l’avant du navire, où il disparut dans la foule. (p. 133)

29– un argument locatif dans la structure argumentale verbale : dans ce fonctionnement, le circonstant est obligatoire, sinon la phrase ne fait pas sens. Il convient d’ailleurs de ne plus l’appeler “circonstant”. Ce fonctionnement est celui que l’on note avec un verbe tel que put, qui interdit : *I put the book. En effet, put requiert trois arguments : l’individu qui opère un déplacement d’objet, l’objet déplacé, et le nouveau lieu de localisation de l’objet. Dans ce cas le verbe a un trait [+locatif ].

30Lorsque l’énonciateur utilise un tel verbe, il peut commencer l’énoncé par le circonstant de lieu, car le co-énonciateur pourra déduire de la présence de ce circonstant que l’instantiation du verbe localisateur spécifique se fera après. Le circonstant contient sémiquement, en germe, la localisation à venir.

Non maintien de l’antéposition

31Dans les cas que nous allons voir maintenant, Pierre Leyris ne maintient pas l’antéposition présente chez Melville :

(9a) Captain Delano now noticed for the first time that, suspended by a slender silken cord, from Don Benito’s neck hung a key. (p. 80)

(9b) le capitaine Delano remarqua alors pour la première fois une clef suspendue au cou de Don Benito par un mince cordon de soie. (p. 81)

32Cet énoncé est encore plus intéressant. Ici le sémantisme de hang appelle un argument locatif. Les conditions requises pour avoir la montée du verbe sont donc présentes. Or Pierre Leyris n’en profite pas, bien qu’une autre traduction soit possible : il remarqua que, du cou de Don Benito, pendait une clé...

  • 3 La même stratégie se retrouve pour les compléments de manière : “with gratitude he seemed overcome (...)

33Ce que souhaite Melville dans cette structuration, c’est la chute de l’énoncé sur a key, car la clé est un symbole clair de la relation entre le maître et l’esclave, mais elle est aussi peut-être la clé du mystère. Cette stratégie du retardement de la désignation3 se retrouve tout au long du texte, et elle mime le constant retard que prend le Capitaine Delano dans l’appréciation pertinente des données.

(10a) [...] nor could he resist the vagary, that in the black man he saw a headsman, and in the white a man at the block. (p. 164)

(10b) [...] il ne put chasser l’idée saugrenue qu’il voyait dans le Noir un bourreau et dans le blanc un homme au billot, (p. 165)

34Le déplacement du circonstant n’entraîne pas un déplacement du verbe see — ce verbe n’a pas d’argument locatif, c’est-à-dire qu’il n’exprime pas un type de positionnement : *In the black man saw he. Le rhème, qui est constitué par le complément d’objet direct “a headsman”, est à sa place.

35Pourquoi le déplacement de in the black man a-t-il lieu alors ? Le déplacement est en partie obligatoire, en anglais, si le rhème doit être a headsman. Melville aurait pu construire : *he saw in the black man a headsman, même en violant la cohésion [Verbe-COD], mais sous cette forme il n’aurait plus exprimé, linéairement, que c’est l’esclave noir, dans la scène où il rase son maître, qui attire l’attention du capitaine et qui suscite ses craintes : c’est par lui que le drame peut arriver. En français, la position entre le Verbe lexical et le COD est plus facilement disponible, ce qui explique la traduction de Pierre Leyris. Mais la stratégie narrative de Melville — partir des données existantes, donc de the black man, n’est pas maintenue. Pierre Leyris préfère jouer quant à lui, sur le parallélisme : black manlheadsman, et white man/man at the block, mais, il en dit peut être plus, de ce fait, que Melville ne le souhaite.

Restructuration de l’énoncé : le déplacement du circonstant induit d’autres modifications

36Ce phénomène est intéressant, car il nous montre qu’il existe, derrière la linéarité, une hiérarchisation, et celle-ci n’accepte pas n’importe quelle réorganisation :

(11a) [...] no landsman could have dreamed that in him was lodged a dictatorship beyond which, while at sea, there was no earthly appeal. (p. 44)

(11b) [...] aucun terrien n’eût pu imaginer qu’il était investi d’un pouvoir dictatorial au-delà duquel, en mer, il n’est point de recours ici-bas. (p. 45)

37La construction a été modifiée, et le circonstant remplacé par une structuration où son réfèrent devient le sujet.

38Ceci pose le problème du rôle des circonstants de lieu par rapport au schéma notionnel du verbe. Comme certains verbes assignent des rôles sémantiques locatifs à leur argument sujet, la sémantique verbale peut prendre le relais de l’organisation syntaxique.

39On passe ici d’une localisation abstraite du pouvoir chez him à un schéma pseudo-passif : il était investi. Du point de vue du rôle sémantique, le référent de il est bien un locatif. Du point de vue cognitif, nous avons la même information, mais la présence du verbe, du fait de son sémantisme, introduit un avant au texte — Benito Cereno est le représentant de l’autorité — ce que Melville suggère, plus qu’il ne le dit.

40La restructuration peut être nécessaire quand un passif est difficile, dans la mesure où être, seul, ne localise pas, en français, comme be, en anglais. Si nous pouvons, en effet, avoir : there is, il n’est pas possible de construire : *là est. L’expression de la localisation doit avoir recours à un verbe localisateur, tel que avoir, ou se trouver, par exemple.

41La présence ou non du passif modifie la problématique de la traduction, car aux données lexicales s’ajoutent les données syntaxiques. La passivation est un déplacement aussi, mais il n’obéit pas aux mêmes règles dans les deux langues.

(12a) If so, then here was evinced the unhealthy climax of that icy though conscientious policy, more or less adopted by all commanders of large ships. (p. 44)

(12b) S’il en était ainsi, on voyait chez Don Benito, portée morbidement à son comble, cette politique consciencieuse mais glacée, plus ou moins adoptée par tous les commandants de grands navires. (p. 45)

(13a) But on thèse decks not so much as a fourth mate was to be seen. (p. 48)

(13b) Or, on n’apercevait pas sur ses ponts un quatrième lieutenant. (p. 49)

42Le recours à l’indéfini on est lourd de conséquences ; il introduit sur le bateau un témoin nouveau — est-ce un narrateur omniscient ? — qui serait une nouvelle source narrative. Cette vision complémentaire risque d’altérer la compréhension qu’a le lecteur du texte, car c’est peut être une intrusion dans le drame qui se déroule à huit clos sur le bâteau :

(14a) [...] and there, peering from behind a great stay, like an Indian from behind a hemlock, a Spanish sailor, a marlingspike in his hand, was seen, who made what seemed an imperfect gesture towards the balcony. (p. 124)

(14b) [...] il aperçut, caché derrière un grand étai comme un Indien aux aguets derrière un sapin-ciguë, un matelot espagnol avec un épissoir à la main. L’homme fit une sorte de geste imparfait dans la direction du balcon, (p. 125)

43Ici, nous avons une antéposition du participe présent à valeur localisante. Ce cas est très fréquent. Cette antéposition rejette cette fois-ci le contenu verbal en fin d’énoncé : was seen. L’introduction du personnage du marin se fait via son activité, mais l’activité est décrite avant même que le référent du sujet soit dénommé.

44Chez Pierrre Leyris, le contenu verbal apercevoir est placé en tête. Le recours à la forme active fait du capitaine Delano le thème du discours. Ce verbe peut donner l’impression que le capitaine est à l’affût de nouvelles données pour comprendre ce qui se trame sur le galion. Or, chez Melville, c’est la perplexité, voire la passivité, l’inaction, du capitaine qui sont mises en relief.

Le rôle de here et de there

45Quand here est antéposé, il suscite une montée du verbe, car il exige une harmonisation sémantique. C’est le verbe be qui la fournit. Ce n’est pas possible avec le verbe être en français *ici êtes-vous depuis deux mois. Il est tout aussi impossible d’avoir : *you have been thèse two months, sans localisateur.

(15a) For here, by your account, have you been thèse two months and more getting from Cape Horn to St Maria. (p. 168)

(15b) Car, selon votre récit, il vous a fallu plus de deux mois pour aller du Cap Horn à Santa Maria. (p. 169)

46Le circonstant here n’est pas toujours gardé par Pierre Leyris — l’effacement étant le type ultime de déplacement. En effet, Pierre Leyris ne ponctue pas son texte d’autant de circonstants de lieu et de temps que Melville. Ce refus d’un constant marquage spatial et temporel propose une lecture moins houleuse, alors que les lieux, les moments se superposent en un ensemble indistinct, propice aux interprétations les plus contradictoires. Chaque here qui change modifie les impressions du capitaine, et accentue son incompréhension :

(16a) Light of heart and foot, he stepped aff, and there was met by Don Benito’s servant, who, with a pleasing expression, informed him... (p. 134)

(16b) Comme il s’avançait d’un cœur et d’un pied légers vers l’arrière, il fut accosté par le serviteur de Don Benito... (p. 135)

(17a) This kind gentleman who here sends me his kind compliments, he, but ten minutes ago... (p. 136)

(17b) Ce bon gentilhomme qui m’envoie ses compliments, voilà dix minutes... (p. 137)

47Aux here de lieu s’opposent des here de temps, mais ils n’ont pas le même fonctionnement, et en particulier, le here temporel ne demande pas la montée du verbe, ce qui confirme la distinction notionnelle qui existe entre les deux types de circonstants :

(18a) Here he again fell faintly back. (p. 56)

(18b) Ici il tomba de nouveau en faiblesse, (p. 57)

(19a) Here it may be observed that as, on the first visit of the boat, the American had not permitted his men to board the ship, neither did he now. (p. 146)

(19b) On peut observer ici que, cette fois comme lors de la première visite de la chaloupe, l’Américain n’avait pas permis à ses hommes de monter à bord. (p. 147)

(20a) Here there was a sudden fainting attack of his cough, brought on, no doubt, by his mental distress. (p. 52)

(20b) Ici, il défaillit, pris d’un soudain accès de toux, provoqué sans doute par sa détresse mentale. (p. 53)

48Il faut également noter ici la disparition de there was, qui laisse la place à une focalisation sur le sujet Benito Cereno. D’un degré minimal de la description : localisation d’un événement dans un lieu — déshumanisation du phénomène — nous passons à une focalisation sur le personnage :

(21a) And here they entered the cabin. (p. 182) *here entered they the cabin

(21b) Là-dessus, ils entrèrent dans la cabine, (p. 183)

(22a) “There,” exclaimed Captain Delano, “I told you so, Don Benito, look ! ” (p. 190)

(22b) “Enfin !” s’exclama le capitaine Delano. “Que vous disais-je, Don Benito, regardez ! ” (p. 191)

49Une première conclusion est peut-être ici nécessaire. Le placement des circonstants, et leur déplacement éventuel, qu’autorise ou non l’organisation sémique de l’énoncé, n’est pas sans conséquence sur la stratégie narrative. Les contraintes de l’anglais et du français, et donc les libertés, ne sont pas les mêmes, mais chaque déplacement modifie nécessairement l’ordre dans lequel les données événementielles apparaissent :

50Le schéma discursif prototypique : ancien-nouveau peut s’en trouver bouleversé, et les relations entre les personnages affectées.

51Dans la traduction de Pierre Leyris, le retardement des événements voulu par Melville, la passivité du Capitaine, l’enfermement dans un monde qui ne semble obéir à aucune loi connue, sont peut être moins mis en relief, mais c’est la spécificité des deux langues qui apparaît de manière très vive, et cette spécificité construit des types de discours légèrement décalés.

Les circonstants de temps

La pluralité des repères origines

52La grammaticalisation de la temporalité intègre les circonstants de temps à la structuration de l’énoncé. Leur place dépend de son organisation hiérarchique, et les positions d’accueil ne sont donc pas les mêmes dans les deux langues. L’anglais permet plusieurs positions, et en particulier la place entre le sujet et le verbe lexical, ce que refuse le français. Le français, quant à lui, peut placer un circonstant entre le verbe et son complément, ce qui est impossible en anglais. Le traducteur se trouve donc confronté à des choix délicats : doit-il toujours opter pour l’ordre Sujet-Verbe-Circonstant-Complément, lorsque l’anglais structure Sujet-Circonstant-Verbe-Complément, comme nous l’avons dans les énoncés suivants, ou dispose-t-il d’une certaine liberté ?

(23a) This once more impelled his own glance in the direction of Don Benito. (p. 94)

(23b) Cet incident attira une fois de plus son propre regard sur Don Benito. (p. 95)

53Nous devrons donc nous demander si la position différente des circonstants de temps est uniquement déterminée par les contraintes de la langue cible, ou si Pierre Leyris propose diverses solutions. Si c’est le cas, il nous faudra comprendre quels paramètres lui suggèrent tel ou tel ordre.

54La problématique temporelle se distingue de la problématique spatiale car elle est double :

  • il y a la temporalité des événements sur le galion, avec leur chronologie propre ;
  • il y a la temporalité du récit, de l’œuvre de fiction, qui est construite après les événements, que ces événements soient réels ou imaginés. Dès la page 14, Melville nous signale que l’histoire qui se déroule sur le San Dominick fait partie d’une histoire plus vaste qui intègre le moment de la narration : “ships were then not so plenty in those waters as now”. Le then oppose donc deux moments, et les circonstants de temps auront donc deux repères origines.

55Avant d’aborder les traductions de Pierre Leyris, nous voudrions rappeler que certains circonstants, en particulier les circonstants de cause et de condition, peuvent exprimer tout aussi bien :

  • la cause du procès — l’événement a une cause précise : “Jean est arrivé en retard car il a râté son train” ;
  • que la cause du processus même d’énonciation : “Jean doit être de retour car il y a de la lumière dans sa chambre”. Le locuteur, ici, se sent autorisé à émettre une hypothèse car il voit un indice de la présence de Jean. Le circonstant de cause est alors directement lié à nécessité qu’a le locuteur de justifier le bien-fondé de ses dires.

56Cette distinction semble pouvoir être élargie aux circonstants de temps dans certains cas. Lorsque le circonstant dépend de la discursivité, c’est-à-dire lorsqu’il relie les événements entre eux, sans retour au repère constitutif qu’est le moment fictif de renonciation narrative, il traduit ou bien la successivité “objective” des faits, ou la subjectivité du témoin des événements qui leur confère sa propre vision, ici le capitaine Delano. Il est intéressant de constater que deux circonstants sont très fréquents : il s’agit de presently et de suddenly.

57Ils traduisent :

  • ou bien que le personnage que regarde le capitaine enchaîne avec une certaine rapidité ses gestes,
  • ou bien que le capitaine est frappé par un fait nouveau qui ne s’intègre pas à l’explication qu’il essaie de mettre en place.

Les circonstants de temps au sein des énoncés

58La plupart des circonstants de temps dans “Benito Cereno” apparaissent en tête d’énoncé, se conformant à la stratégie narrative adoptée, qui privilégie chaque nouvel instant comme l’indice d’une possible révélation. Pierre Leyris adopte la même stratégie et les ciconstants de temps sont également majoritairement placés en début d’énoncé. Il conviendra alors de voir quels sont les rares déplacements et s’ils sont porteurs de données interprétatives différentes.

59Dans la chronologie des événements sur le galion espagnol, des circonstants sont nécessaires pour marquer comment les personnages réagissent, et comment les faits se suivent. Nous trouvons ainsi :

(24a) Upon this, the black slowly raising both arms, let them lifeless fall. (p. 76)

(24b) Alors le Noir, levant lentement les deux bras, les laissa retomber inertes, (p. 77)

60Ici c’est l’événement antérieur qui suscite le mouvement du Noir.

(25a) Upon this, the servant looked up with a good-natured grin. (p. 94)

(25b) Sur quoi le serviteur leva la tête avec un large et bon sourire, (p. 95)

(26a) Here Babo, changing his previous grin [...] eyed his master. (p. 94)

(26b) Ici Babo, changeant son expression [...] regarda son maître, (p. 95)

(27a) Upon this the Spaniard changed countenance. (p. 186)

(27b) Là-dessus, l’Espagnol changea de visage, (p. 187)

61Mais beaucoup de circonstants décrivent plutôt la perception du capitaine qui note fidèlement ce qu’il voit au fil de la journée, sans que les événements soient logiquement reliés. Nous entrons dans son monde mental :

(28a) At this moment [...] the ship’s forecastle bell proclaimed ten o’clock. (p. 74)

(28b) A ce moment [...] la cloche du gaillard d’avant affichait dix heures. (p. 75)

(29a) Not many minutes after [...] the wind entirely died away. (p. 36)

(29b) Quelques minutes après [...] le vent tomba complètement. (p. 37)

(30a) Presently [...] the Spaniard moved over towards his guest. (p. 88)

(30b) Celui-ci cependant [...] s’avança vers le capitaine Delano. (p. 89)

(31a) Here again he fell faintly back. (p. 56)

(31b) Ici il tomba de nouveau en faiblesse, (p. 57)

62Il est intéressant de noter que le récit est toujours présenté comme si la fin n’était pas connue, et donc comme si les événements étaient entièrement contingents, mais une lecture plus attentive permet de comprendre que ce qui ne faisait pas nécessairement sens, pour le capitaine, dans l’enchaînement des faits, ce qui semblait fortuit, acquiert, a posteriori, une signification claire : tout a été manigancé par le chef des esclaves. Les énoncés (30) et (31) donnés plus haut, auraient dû être, pour un capitaine plus perspicace, autant d’indices de la situation de Benito Cereno.

63Un des circonstants les plus utilisés est presently. Il apparaît toujours dans “Benito Cereno” en tête d’énoncé pour annoncer un nouvel événement, et est assez proche de soon, ou de ere long, également très présents. Il appartient donc à la catégorie “circonstant factuel”. Or Pierre Leyris en propose des traductions assez variées. Il semble introduire une différence qui reflète ce que nous avions déjà mentionné, à savoir la distinction qu’il convient de faire entre des enchaînements fortuits d’événements et des enchaînements planifiés :

(32a) Presently Captain Delano, intending to say something to his host [...] was desirous that the servant should withdraw. (p. 186)

(32b) Cependant le capitaine Delano voulant entretenir son hôte de questions pécunières [...] souhaitait que le serviteur se retirât, (p. 187)

(33a) Presently, his foot, in the first act of descent into the boat, pressed the first round of the side-ladder... (p. 210)

(33b) Cependant, il s’apprêtait à descendre dans la baleinière... (p. 211)

(34a) Presently there was a slight stir behind Captain Delano. Turning, he saw the chained negro, Atufal, standing quietly there. (p. 130)

(34b) Cependant, il entendit un léger bruit et, se retournant, se trouva en présence du Nègre enchaîné. (p. 131)

64Dans ces énoncés, la traduction par cependant, suggère que le référent du sujet, le capitaine, essaie de se poser en agent intentionnel de ses actes, et n’est pas le simple témoin d’attitudes qu’il ne comprend pas, ou le jouet des événements. Lorsque Pierre Leyris souhaite rester sur un plan temporel et non oppositionnel, il introduit les nouvelles données grâce d’autres circonstants :

(35a) Presently master and man came forth. (p. 178)

(35b) Bientôt maître et serviteur apparurent à nouveau. (p. 179)

(36a) Presently, while standing with his host [...] he was struck by one of those instances of insubordination previously alluded to. (p. 66)

(36b) A cet instant, comme il se tenait auprès de Don Benito [...] il fut frappé par l’un des cas d’insubordination déjà mentionnés. (p. 67)

(37a) Presently he thought something moved nigh the chains. (p. 124)

(37b) A cet instant, il lui sembla voir bouger quelque chose près des chaînes, (p. 125)

65Il n’y a pas ici déplacement dans la linéarité, mais déplacement dans l’interprétation.

66Dans les énoncés suivants (38 et 39), nous avons deux lectures différentes :

(38a) But here, the officer of the boat, who [...] suddenly called to Captain Delano to see what the black was about. (p. 218)

(38b) Mais alors, l’officier de la chaloupe, qui [...] appela tout à coup l’attention du capitaine Delano sur le manège auquel se livrait le Noir [...](p. 219)

67Dans l’exemple 38, le positionnement du circonstant entre le sujet et le verbe autorise à affecter la soudaineté de l’action au personnage the officer ; en effet, comme l’activité que décrit un verbe n’existe que parce qu’il y a une entité qui précisément instancie cette activité, nous pouvons conclure que le circonstant concerne le référent du Sujet. L’adjacence peut être posée comme un principe premier dans l’organisation hiérarchique ; l’adjacence avec le sujet, à gauche, et avec le verbe, à droite, place bien le moment de l’action au cœur de la relation prédicative. Le fait que le verbe call soit un verbe à sujet agentif renforce cette interprétation : l’officier est à l’origine, intentionnelle, de sa décision de faire appel au capitaine. Pierre Leyris note ceci par le positionnement de tout à coup à droite du verbe, qui est une position possible en français.

68Nous avons une situation différente en (39) :

(39a) While Captain Delano stood watching him, suddenly the old man threw the knot towards him. (p. 130)

(39b) Soudain, comme le capitaine Delano l’observait, il lui tendit le nœud (p. 131)

69Dans l’exemple 39, c’est le témoin de la scène, le capitaine Delano, qui enregistre la soudaineté du geste du marin. L’énoncé ne veut pas dire que le vieux matelot décide soudain de jeter le nœud — même si une telle interprétation est parallèlement possible — mais que le capitaine ne s’attendait pas à ce geste de la part du matelot. En anglais, le circonstant est, dans la phrase principale, avant le sujet, et non entre le sujet et le verbe.

70Pierre Leyris opte pour un déplacement jusqu’à la première position, déplacement juste avant la proposition subordonnée de temps. Le circonstant est alors proche, dans la linéarité, du sujet, le capitaine Delano, et suggère, de ce fait, que ce qui prévaut est sa propre perception des événements.

(40a) Suddenly, one of the black boys, enraged at a word dropped by one of his white companions, seized a knife, and [...] struck the lad over the head. (p. 66)

(40b) Soudain, l’un des Noirs, rendu furieux par un mot d’un de ses compagnons blancs, saisit un couteau, et [...] frappa le jeune gars à la tête. (p. 67)

71Ici encore, le circonstant en tête d’énoncé semble davantage marquer la stupeur du capitaine face à une succession d’événements qui ne font pas partie de son expérience de marin que la soudaineté de l’acte décrit. Un tel circonstant construit la perplexité de plus en plus grande du capitaine et témoigne de sa plus totale incompréhension. La temporalité, qui est souvent enchaînement chronologique et logique, est réanalysée en temporalité de l’absurde.

72Le circonstant est également en tête d’énoncé lorsque le référent du sujet n’est pas agentif, c’est-à-dire lorsqu’il est le lieu d’un état psychologique ou mental. Dans ce cas, la soudaineté de la situation est également perçue par le capitaine comme ne répondant à aucune nécessité logique et renforce le climat d’étrangeté :

(41a) Suddenly the old ague of coldness returned, and dropping back to his cushions he was silent. (p. 202)

(41b) Tout à coup il reprit son ancienne froideur et, retombant sur ses coussins, garda le silence. (p. 203)

73Le verbe reprendre, que choisit Pierre Leyris, pourrait suggérer une intentionnalité de la part de Benito Cereno, mais le placement en tête d’énoncé de tout à coup suggère néanmoins que c’est encore l’impression du capitaine qui prévaut.

74Avec ere long, il y a également deux positionnements : en tête d’énoncé, ou entre le sujet et le prédicat. Lorsqu’il est en tête d’énoncé, le circonstant marquerait la proximité temporelle des événements pour le témoin qu’est le capitaine, alors qu’il dénoterait une successivité voulue par le protagoniste lorsqu’il est au cœur de la relation prédicative, ce qui est conforme à ce que nous avions noté pour suddenly :

(42a) Ere long it seemed hard to décide whether she meant to corne in or no. (p. 20)

(42b) Il parut bientôt difficile de décider s’il avait vraiment l’intention d’entrer dans le port. (p. 21)

(43a) Ere long, with a joyless mien, looking up towards the poop, the host invited the guest to accompany him there. (p. 64)

(43b) Bientôt, regardant d’un air morne vers la poupe, l’hôte invita son visiteur à l’y accompagner. (p. 65)

(44a) he said that ere long he would resume the conversation. (p. 152)

(44b) il l’assura que leur conversation reprendrait peu après. (p. 153)

(45a) To be brief, the two vessels, thanks to the pilot’s skill, ere long in neighborly style lay anchored together. (p. 204)

(45b) Pour être bref, les deux vaisseaux, grâce à l’habileté du pilote, voisinèrent bientôt ensemble au mouillage. (p. 205)

75Ce qui complique la lecture est la double appartenance diégétique du capitaine : il est à la fois témoin, et acteur du drame. Nous sommes dans un récit autodiégétique, et le capitaine, du fait de sa perplexité inhérente, peut aussi bien se voir comme un des ressorts des événements que comme un voyeur extérieur à ce qui se passe sur le bateau. La traduction de Pierre Leyris va insister sur une des particularités ou sur une autre, sans suivre toujours la stratégie de Melville. Il semble, de ce fait, difficile de trouver une organisation cohérente des données. Nous n’en avons, quant à nous, pas trouvé, ce qui ne signifie pas, bien évidemment, qu’elle n’existe pas, mais le cadre de ce présent travail ne permet pas d’envisager tous les cas de figure.

76Nous voyons très bien cette difficulté dans les exemples suivants, où malgré des positions différentes pour soon, Pierre Leyris choisit un placement en fin d’énoncé :

(46a) This soon merged into uneasiness. (p. 138)

(46b) Ce sentiment se mua bientôt en malaise.(p. 139)

(47a) Soon they were standing by the side. (p. 212)

(47b) Ils se trouvèrent bientôt près du bord. (p. 213)

77Ces différences ne nuisent pas en fait au rendu du texte, car Melville joue merveilleusement de notre impossibilité — comme de celle du capitaine — à comprendre comment les événements s’enchaînent, et qui tire les fils de l’histoire. Ce qui est fortuit est peut-être très précisément planifié, ce qui semble compréhensible n’est peut-être qu’un incident négligeable. Dans l’énoncé suivant, si notre interprétation est correcte, nous devons comprendre qu’Atufal est maître de ses gestes :

(48a) Atufal, the pretended rebel, but punctual shadow, that moment lurked by the threshold without. (p. 208)

(48b) Atufal, prétendu mutin, mais aussi ombre ponctuelle, était à ce moment même tapi derrière la porte. (p. 209)

78et le capitaine s’étonne, en effet : He seemed a sentry, and more. Who, by his own confession, had stationed him there? Was the negro now lying in wait?

79L’organisation des énoncés est autant de pistes, mais cette organisation semble sans cesse remise en cause.

Les subordonnées de temps

80Pierre Leyris réorganise parfois les relations temporelles entre les propositions, en introduisant une proposition principale et une proposition subordonnée, lorsque Melville avait choisi des propositions indépendantes, ou en transformant une principale en subordonnée.

81Nous allons analyser quelques exemples :

(49a) Light of heart and foot, he stepped aft, and there was met by Don Benito’s servant, who, with a pleasing expression, responsive to his own présent feelings, informed him [...] (p. 134)

(49b) Comme il s’avançait d’un coeur et d’un pied légers vers l’arrière, il fut accosté par le serviteur de Don Benito, dont l’expresion plaisante répondait aux sentiments actuels du capitaine [...] (p. 135)

82Le comme présuppose une suite, et l’organise. Il y a une mise en scène des événements, alors que Melville accumule les faits tels qu’ils se présentent au capitaine, accentuant ainsi l’étrangeté de la situation. A la désorganisation de Melville, Pierre Leyris préfère une certaine logique, au moins chronologique.

(50a) They had gone but a few paces, when the steward —a tall, rajah-looking mulatto [...] announced lunch in the cabin. (p. 178)

(50b) A peine avaient-ils fait quelques pas que le garçon de bord — un grand mulâtre à l’air de rajah [...] annonça que le déjeuner était servi dans la grande cabine, (p. 179)

83Ici Pierre Leyris nous fait anticiper une suite dès les premiers mots de l’énoncé à peine.

84L’exemple suivant nous semble encore plus intéressant :

(51a) In another moment the casks were being hoisted in, when some of the eager negroes accidentally jostled Captain Delano, where he stood by the gangway. (p. 142)

(51b) Un instant après, comme l’on hissait les barils à bord, dans leur précipitation quelques-uns des Nègres bousculèrent accidentellement le capitaine Delano qui se tenait sur le passavant. (p. 143)

85En transformant la circonstancielle en proposition principale, Pierre Leyris nous présente des événements qui se suivent logiquement : la baleinière a accosté le bateau, les vivres doivent être montées à bord, et, dans leur précipitation compréhensible, les Noirs bousculent le capitaine. Chez Melville, en revanche, le when doit éveiller les soupçons car la bousculade n’est plus directement liée à l’activité des porteurs. Il y a irruption de données non attendues.

(52a) While the visitor’s attention was fïxed by this scène, suddenly the hatchet-polishers half rose, and a rapid cry came from Don Benito. (p. 144)

(52b) L’attention du capitaine Delano était absorbée par cette scène lorsque les polisseurs de hachettes se levèrent soudain à demi, et Don Benito poussa un cri rapide, (p. 145)

86Inversement, ici, le while annonce une suite, mais le suddenly en tête signifie qu’un événement encore plus troublant fait irruption. Le rejet de soudain après le verbe semble donner moins de force visuelle à l’ensemble, en ne plaçant pas le lecteur face à l’irruption d’un nouveau danger.

Conclusion

87Cette étude des circonstants de lieu et de temps dans “Benito Cereno” et dans la traduction qu’en a donnée Pierre Leyris permet de mieux comprendre comment l’anglais et le français décrivent l’espace et le temps. Dans l’œuvre de fiction, ce sont les personnages qui construisent l’espace imaginé, et leurs actions qui construisent le temps, mais certaines données inhérentes à l’anglais et au français suscitent des structurations d’énoncé différentes.

88La lexicalisation de l’espace, en anglais, s’organise autour du repère constitutif qu’est here, et introduit donc l’énonciateur rapporté dans le calcul des lieux. La lexicalisation, qui existe également en français, permet le même calcul, mais l’existence de deux adverbes ici et là, pour désigner éventuellement le même lieu dans les cas de reprise, conduit Pierre Leyris à ne pas noter chaque nouveau here du capitaine, pour ne pas superposer une autre problématique à celle de la localisation. A ceci s’ajoutent la moins grande épaisseur localisante des verbes français ainsi que des contraintes syntaxiques, qui interdisent certaines mises en relief, et réorganisent alors les données.

89Les circonstants de temps sont, quant à eux, directement liés au contenu notionnel des verbes, et ils semblent déterminés par des données narratives plus proches. Leur traduction par Pierre Leyris signale leur proximité de fonctionnement, mais leur positionnement dans la chaîne linéaire, tel que le contraint la langue française, ajoute, parfois, une focalisation sur l’un des protagonistes, ou un grossissement du point de vue du capitaine Delano, ce qui infléchit la description des événements.

90Chez Pierre Leyris, le drame de Don Benito se déroule dans le même climat de constante incertitude, mais la beauté du texte français naît d’une tentative de réorganisation des pensées d’un capitaine qui se veut plus rigoureux dans la narration des faits, alors qu’il est pris au piège des faux-semblants.

Haut de page

Bibliographie

Banfield, Ann, Unspeakable Sentences, Londres, Routledge, 1982.

Bresnan, Joan, “Locative inversion and the architecture of universal grammar”, Language 70, 1994, pp. 72-131.

Chuquet, Hélène, Pratique de la traduction, Gap, Ophrys, 1990.

Culioli, Antoine, Pour une linguistique de renonciation, Gap, Ophrys, 1990.

Declerck, Renaat, When-Clauses and Temporal Structure, (Studies in Germanic Linguistics), Londres, Routledge, 1997.

Delmas, Claude, “Le réinvestissement modal de quelques formes verbales en anglais”, dans Opérations énonciatives et interprétation de l’énoncé, Gap, Ophrys, 1992.

Girard, Geneviève, “La problématique temporelle dans les énoncés avec to”, dans L’ouvert et le précis, Travaux du Cierec 104, 2001, pp. 49-67.

Guillemin-Flescher, Jacqueline, Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction, Gap, Ophrys, 1981.

Langacker, Ray, Foundations of Cognitive Grammar, vol 1, Standford (CA), Stanford University Press, 1987.

Vetters, Carl, Temps, aspect et narration, Amsterdam, Rodopi, 1996.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons l’édition Folio bilingue, Paris, Gallimard, 1994. Dans cette édition, Pierre leyris a entièrement revu et complété sa traduction de 1937.

2 Nous considérons que, dans une nouvelle, le lieu des références est un lieu fictif, différent de l’extralinguistique, mais il doit être conforme aux représentations mentale que le langagier construit chez le lecteur.

3 La même stratégie se retrouve pour les compléments de manière : “with gratitude he seemed overcome” (p. 62) / “il parut comblé de gratitude” (p. 63).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Girard, « Le déplacement des circonstants de lieu et de temps dans la traduction par Pierre Leyris de “Benito Cereno” de Melville », Palimpsestes, 14 | 2001, 55-74.

Référence électronique

Geneviève Girard, « Le déplacement des circonstants de lieu et de temps dans la traduction par Pierre Leyris de “Benito Cereno” de Melville », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1655 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1655

Haut de page

Auteur

Geneviève Girard

Geneviève Girard est professeur de linguistique à l'université Paris III-Sorbonne Nouvelle et travaille en linguistique théorique et en linguistique comparée. Elle s'intéresse tout particulièrement à la relation syntaxe-sémantique dans le cadre de la représentation significative. Les articles les plus représentatifs de ses recherches traitent des paramètres à mettre en place dans l'interprétation de la complémentation : “Complements to perception verbs” in Topics, CIEREC, 1998 ; “Postmodification by Infinitive Clauses ” in Anglophonia, 2001.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org