Navigation – Plan du site

Liberté stylistique et contraintes rhétoriques ? La traduction du discours théorique

Andrée May
p. 75-86

Résumés

La théorie opère dans l'ordre du savoir : elle présente un point de vue neuf sur le monde destiné à éclairer une réalité jusque-là inaperçue. Elle doit donc convaincre de la vérité de ce qu'elle énonce. Vu que bien des jugements échappent à la règle de l'administration de la preuve, leur pouvoir de conviction tient à l'intelligibilité et à la communicabilité de leur signification exposée selon les normes argumentatives du lecteur. Leur traduction doit obéir aux mêmes principes. Confrontée au fait que les normes argumentatives des anglophones diffèrent passablement des nôtres, je m'interroge sur la nature et l'origine de cet écart. Quelques exemples viennent illustrer les « bricolages » inhérents à l'activité traduisante : transposition de la rhétorique originelle, enjambement des hiatus sémantico-syntaxiques, adaptation des connotations historiques et recours à des choix stylistiques, rares mais rafraîchissants. Je conclus sur les limites de la liberté stylistique.

Haut de page

Texte intégral

1Ne sera considérée ici que la traduction du discours théorique, ou argumentatif, celle à laquelle je suis confrontée depuis un certain nombre d’années. Mon titre et par conséquent mon propos peuvent sembler provocateurs. Je crois qu’il n’en est rien. Il m’importe ici de montrer que, outre les contraintes syntaxiques, le traducteur d’une argumentation obéit à des impératifs qui, à première vue, pourraient passer pour des libertés de style.

2Le traducteur d’un texte théorique négocie entre plusieurs types de démarches : celle qui se conforme à l’agencement syntaxique de la phrase, avec ses contraintes, parce qu’elles lui plaisent — donc qui respecte les choix stylistiques de l’original ; celle qui replace le lecteur dans un mode discursif qui lui est familier, lui facilitant ainsi la compréhension et, par là même, l’assimilation des idées exposées — ce qui revient à privilégier les contraintes rhétoriques. Enfin, il y a cette catégorie d’unités sémantiques et/ou sémiologiques qui, dans telle culture, n’évoquent pas d’événement particulier, notamment historique, mais qui, dans une autre, portent le poids d’un lourd passé. Je pense, par exemple, que le sens de la mélodie d’En passant par la Lorraine s’est complexifié lorsque la croix de Lorraine est devenue le symbole de la “France libre” après l’armistice de 1940. Certains mots partagent le même destin : “résistant” est synonyme de “maquisard” ou de “franc-tireur” et “collaborateur” désigne les individus qui pactisent avec l’ennemi victorieux. Cette sédimentation de leur sens va de pair avec l’évolution de la langue, au point que nous ignorons le plus souvent leur signification primitive. À quoi obéissent les traductions qui évacuent leur dénotation récente parce qu’elle heurte la phrase traduite ? Elles sont, me semble-t-il, l’effet d’une contrainte historique et/ou culturelle. Nous en trouverons un cas dans ce qui suit.

  • 1 John Stuart Mill et Harriet Taylor Mill, “The Enfranchisement of Women”, Westminster Review, EO ju (...)
  • 2 Ernest Jones, La vie et l’œuvre de Sigmund Freud, Vol. I, trad. Anne Berman, Paris, P.U.F., p. 194
  • 3 Virginia Woolf, Mrs Dalloway, trad. Marie-Claire Pasquier, Paris, Gallimard, “Folio”, 1994.
  • 4 Walter Benjamin, “La tâche du traducteur”, Mythe et violence, Vol. I, trad. Maurice de Gandillac, (...)

3Il convient qu’un texte théorique, pour se faire comprendre, expose efficacement son motif. C’est pourquoi la traduction du théorique n’use pas des mêmes opérateurs que la traduction littéraire. C’est ainsi que Freud, parlant de la traduction qu’il avait faite en 1880 d’un essai de John Stuart Mill1, déclare : “A cette époque, je me répandais en invectives contre son style sans vigueur, l’incapacité où il se trouvait de composer une phrase que l’on puisse retenir.” Freud prit les grands moyens : “Au lieu de reproduire méticuleusement les idiotismes de la langue étrangère, écrit son biographe, il lisait un passage, fermait le livre et pensait à la façon dont un écrivain allemand aurait exprimé les mêmes pensées”2. En revanche, traduire Virginia Woolf implique l’obligation de restituer la complexité de son écriture. À l’inverse des écrivains post-victoriens, respectueux de la chronologie et de la stabilité, Woolf épouse le flux fragmentaire des pensées conscientes et le chaos des représentations mentales. Traduire Mrs Dalloway, c’est se couler dans le même moule3. C’est servir ce que Benjamin tient pour l’essentiel de l’écriture : l’art, et non le sens4.

  • 5 Walter Benjamin, “Petite histoire de la photographie”, dans L’Homme, le langage et la culture, tra (...)

4L’art d’un roman, c’est entre autres de retracer ou de suggérer la subjectivité singulière de ses personnages. Une théorie, au contraire, vise l’universel en ce qu’elle présente un point de vue neuf sur le monde, qui éclairera une réalité jusque-là obscure ou inaperçue. La théorie opère dans l’ordre du savoir : elle expose une version nouvelle des faits par rapport à ce qui en était connu et la construction résultante, pour être utile, doit convaincre de la vérité de ce qu’elle énonce. Certes, le meilleur moyen de convaincre quiconque de ce qu’on dit est d’en administrer la preuve : si l’analyse des traces biologiques laissées par un violeur révèle un A.D.N. identique à celui de l’homme présumé coupable, celui-ci est le criminel. Or bien des jugements échappent à cette règle et leur pouvoir de conviction ne tient qu’à l’intelligibilité de leur signification et à la cohérence de leurs enchaînements. C’est pourquoi l’intelligibilité et la communicabilité sont les deux maîtres d’œuvre du discours argumentatif, et la pédagogie ordinaire obéit à ce principe. Il est donc cohérent que la “Petite histoire de la photographie”, parmi d’autres écrits théoriques de Benjamin, se soumette, sans fard, à la communication du sens5.

  • 6 Pour la définition du “bricolage” dans le domaine des sciences humaines, voir Claude Lévi-Strauss,(...)

5Un texte théorique menace toujours la compréhension de son lecteur. Il doit donc impliquer une progression, sinon aisée à suivre quant au contenu, du moins adaptée aux normes d’expression de son public potentiel. Son assimilation sera en quelque sorte facilitée par la familiarité avec ses tournures langagières (transitions, mots de liaison, mise en valeur de la conséquence, etc.) et par la prime de plaisir qu’en retire le lecteur. C’est la raison pour laquelle Freud a corrigé les prétendus “idiotismes” de l’essai de Mill. Pour ma part, il m’est apparu que les théoriciens anglophones observaient des normes discursives quelque peu différentes des nôtres et que les “bricolages”6, localisés, effectués sur leurs textes en soutenaient l’intérêt.

  • 7 Ibid., 4e de couverture.

6De là la question : d’où vient cet écart ? À quoi tient le hiatus entre Mill et Freud ? Sans doute à l’“esprit” de leur logos respectif, qui fait que les ressortissants d’une culture ont été formés, au sens fort du terme, à articuler leur perception du monde au moyen de tours spécifiques. Notre pensée a été “cultivée et domestiquée à des fins de rendement”, affirme Lévi-Strauss7. “Cultivée et domestiquée” : ceci signifie que notre pensée se plie, consciemment et inconsciemment, à des modèles qui la précèdent, que nous parlons dans leur pli, tout comme nous parlons notre langue dite maternelle parce que nous intériorisions sa structure quand nous apprenions à parler, ou plutôt quand nous ne parlions pas encore. Je le répète : certains écarts dont témoigne la version traduite, apparemment de style, sont parfois l’effet d’une négociation entre les schèmes discursifs des deux rédacteurs du même argument.

  • 8 Jacques Rancière, Les Mots de l’histoire, Paris, Seuil, 1992, pp. 32-37 et 100-104.

7À quoi tient cette différence ? En partie à l’alternative suivante : faut-il plaire ou non pour convaincre ? Puisqu’il importe de convaincre, on pourrait croire que les érudits du monde occidental recourent tous à l’éloquence pour atteindre cet objectif. Eh bien, pas du tout ! La majorité des Anglais, des Américains et des Australiens que j’ai traduits répugnent à l’éloquence. Richard Rorty refuse nommément qu’une traduction “améliore” son style. Il entend convaincre ses lecteurs au degré zéro des effets oratoires — disons au degré le plus près possible du zéro. En revanche, nombre de ses homologues français s’emploient à innover une écriture qui leur est propre — que Rancière appelle une “poétique du savoir”8. L’œuvre de Michelet ou de Braudel, de Péguy ou de Barthes, de Sartre et le déconstructionnisme de Derrida en témoignent. Le mélange des genres, la transgression des frontières entre théorie et fiction, entre philosophie, histoire et littérature sont constitutifs de leur problématique. Merleau-Ponty en revendique la nécessité :

  • 9 Maurice Merleau-Ponty, Le Visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964, pp. 257,319 ; voir égale (...)

La philosophie fait voir par des mots. Comme toute la littérature. Elle est inséparable de l’expression littéraire, i.e. de l’expression indirecte parce qu’aucune idée ne pousse droit, que le sens s’atteint de biais, par une déformation cohérente des mots qui opère une coupe transversale des choses et donne à voir leur horizon intérieur9.

  • 10 Pierre-Yves Pétillon, “Hofmannsthal : le règne du silence”, Critique, n° 339-340, 1975, p. 887. (S (...)

8Les anglophones, à l’inverse, réprouvent l’élégance quand il leur faut convaincre, et cette méfiance vient de très loin : “Le projet qui s’esquisse chez Bacon, note Pétillon, est de délimiter l’usage clair du langage pour en rompre l’ensorcellement”10. Bacon est catégorique :

  • 11 Francis Bacon, “The Nature of Poetry”, Elizabethan and Jacobean Prose, Hardmondsworth, Pelican Boo (...)

Poesie is a part of Learning in measure of words for the most part restrained, but in all other points extreamely licensed, and doth truly referre to the Imagination, which, beeing not tyed to the Lawes of Matter, may at pleasure ioyne that which Nature hath seuered, & seuered that which Nature hath ioyned, and so make vnlawfull Matches and diuorses of things11 [...]

  • 12 Platon, Phèdre, trad. Luc Brisson, Paris, GF-Flammarion, 1989, pp. 119-129 (247c-250b), 155-176, ( (...)

9Bacon, semble-t-il, ne fait que se conformer aux leçons de Platon, qui entendent démontrer que la vérité, contemplée dans la splendeur qui lui est propre, emporte nécessairement la conviction. Les cochers qui ont réussi à conduire leur char aîlé au plus près de la voûte céleste en conservent l’image. La rhétorique, écrit encore Platon en substance, met en œuvre une efficace esthétique, source de plaisir, destinée à faire oublier le vrai au profit du vraisemblable12. Le vraisemblable habillé d’artifices enjôleurs persuade, mais la vérité, elle, exige qu’on refuse les ruses de l’éloquence. Les descendants de Bacon s’en tiennent toujours à ce précepte, il est au fondement de leur déontologie. Arthur C. Danto, philosophe américain, ravive la querelle pour confondre le déconstructionnisme :

  • 13 A.C. Danto, “Littérature et philosophie”, John Rajchman et Cornel West, éds., La Pensée américaine (...)

On dit de la langue du Coran qu’elle transcende tellement par sa beauté les pouvoirs de l’expression humaine qu’elle a en effet été dictée par un ange et qu’elle est le verbe même de Dieu. Son style est ainsi comme la meilleure preuve de la vérité. L’écriture biblique passe en revanche pour issue de témoignages humains et si l’on pense qu’elle doit être vraie, c’est en raison même des nombreuses offenses qu’elle fait au bon goût littéraire. Un apologiste du IIème siècle écrit : “Tandis que je m’attachais à découvrir la vérité avec la plus sévère attention, il m’est arrivé de la rencontrer en certains écrits barbares [...] et ce fut l’ordonnance sans apprêt de la langue qui m’a conduit à leur accorder créance.” [...] Qu’une prose toute plate ait d’excellentes chances d’être prise pour vérité est une règle stylistique que n’ignorent pas ceux qui adoptent une manière de dire philosophique — qu’on songe à Thomas More13.

10Certains penseront que ce géoculturalisme trace des distinctions abusives pour dramatiser mon hypothèse. Pourtant l’expression the French thought, courante outre-Manche et outre-Atlantique, et quelquefois accompagnée d’un sourire, pour qualifier une certaine manière de penser et d’écrire, trace elle aussi une frontière entre ceux qui en usent et ceux qu’elle qualifie.

  • 14 Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture suivi de Nouveaux essais critiques, Paris, Seuil, “Poi (...)

11Reprenons. Les Français, dit-on, ont horreur de la répétition comme la nature à horreur du vide. Pour Flaubert, écrit Barthes, “L’atroce’ du style se concentre sur deux points, qui sont les deux croix de l’écrivain. La première croix, c’est la répétition des mots. La deuxième, ce sont les transitions”14. À Louise Collet, Flaubert écrit :

  • 15 Gustave Flaubert, Préface à la vie d’écrivain, Paris, Seuil, 1963, (lettre n° 400) p. 127.

[...] j’ai empoigné ma Bovary et j’ai esquissé trois pages dans mon après-midi, que je viens de récrire ce soir. Le mouvement en est furieux, et plein. J’y découvrirai sans doute mille répétitions de mots qu’il faudra ôter. A l’heure qu’il est, j’en vois peu15.

12Garcia Marquez, plus exigeant encore, évite le même mot tout au long d’un livre. Milan Kundera, en revanche, pourfend les censeurs de la répétition :

  • 16 Milan Kundera,“Note de l’auteur”, La Plaisanterie,(1968), Paris, Gallimard,“Folio”, 1985, p. 461.

Chez moi, toutes les réflexions sont d’une exactitude scrupuleuse ; dans la traduction [la première, parue en 1968], elles étaient à peine intelligibles [...] parce que le traducteur avait suivi de façon démesurée la fameuse règle du “beau style” qui interdit la répétition du même mot. J’ai toujours exécré cette règle. La pensée qui se veut exacte ne peut pas jouer avec des synonymes. En outre, la répétition donne à mon texte un rythme, une mélodie qui, dans la traduction, disparurent complètement. (Seul Claude Roy, dans sa critique pour Le Nouvel Observateur, s’est rendu compte alors de cette frappante absence dans La Plaisanterie.)16

  • 17 Texte 1, 2, 3, etc., extrait a, b, c, etc., abrégés T1a, T2c, etc.

13Certes, mais quand la structure d’un énoncé de savoir montre clairement que la mélodie ne fait pas partie de ses enjeux, que faire des répétitions ? La répétition ne gêne nullement les anglophones et la récurrence, parfois obsédante, de la construction avec as, par exemple, loin de cultiver une “poétique du savoir”, impose une langue volontairement neutre. La traduction littérale de as par “comme” ou “en tant que” ne présente pas de difficulté, mais s’y tenir sur une longue période enfermerait cette dernière dans une monotonie qui ne rendrait pas justice au texte original. Divergence rhétorique, donc. Les textes 1 et 2 (voir Fascicule des textes de référence)17, parmi d’autres, en sont une illustration.

14T1 reproduit le début d’un article du philosophe américain Richard Rorty (professeur à l’Université de Virginie, Charlottesville, États-Unis), où il entend montrer que les sciences de la nature ne s’opposent pas aux sciences humaines parce que l’interprétation du monde physique ne révèle pas une “vérité objective” qui serait indépendante de la nature de l’esprit humain et du langage.

15T2 sélectionne trois passages d’un article-leader d’Alastair Davidson, historien australien, dont toute l’œuvre, qui est longue, retrace l’extermination culturelle et physique des Aborigènes d’Australie. Il a émigré aux États-Unis où il enseigne aujourd’hui dans une chaire des Droits de l’homme.

16La syntaxe et les procédés rhétoriques de T1 et T2 sont quasiment identiques et leur lexique respectif se limite au registre usuel, c’est pourquoi nous les avons regroupés. Leurs traits distinctifs sont les suivants :

T1a, T2a, T2c : répétition

  • 18 0 = zéro

17T1a : Préposition as à emploi relatif + verbe à la forme en -ing, parfois sous-entendu, ex : “as (0)18 worthy”. 6 occurrences sur 201 mots consécutifs. Français : que + proposition relative conjuguée. Ex. : “On pense que la science offre [...] ”. Style neutre, au même titre que la construction avec as. Le passage du nom verbal au verbe conjugué est une affaire de rhétorique : les Français privilégient ici la forme conjuguée.

18We tend to[...] => nous avons tendance à[...] : 2 occurrences, reproduites à la lettre, parce que cette réitération véhicule, à mon sens, une insistance sémantique. Même procédé rhétorique dans les deux langues, donc.

19T2a : Sur 118 mots, 3 occurrences de la construction avec as, traduite une fois par que + proposition relative comportant l’introduction de viser, puis par en tant que et enfin par comme.

20T2c : 1 occurrence de la construction avec as => en tant que

T2b : lexique chargé d’histoire (Revisionist) ; métaphore (à reculons)

21Revisionists => réformateurs, pour la raison que “révisionnistes” réfère aux tenants de la thèse de Faurisson, selon laquelle les chambres à gaz n’ont pas existé et que la mort dans les camps de concentration n’était pas imputable à un génocide mais aux maladies et à la malnutrition. Or “revisionists” désigne ici les dénonciateurs d’un génocide ! C’est donc la contrainte de l’histoire européenne qui ordonne cette modification.

  • 19 Charles Bally, Traité de Stylistique française, Vol. I, Paris, Klincksieck, 1951, p. 186.

22grudgingly (“de mauvaise grâce”, “à contrecœur”) => à reculons. Une chose abstraite, la mauvaise grâce, la répugnance, se communique ici par une “comparaison empruntée au monde sensible”19 : une “vraie” métaphore, donc. Liberté stylistique.

T2c : surdétermination (black armband) ; emprunt (sorry)

23black armband = brassard de deuil, ou brassard noir, tout simplement. En l’occurrence, “black armband” réfère simultanément au deuil des Aborigènes, à la noirceur de leur histoire et à la couleur noire de leur peau, autant de faits que dénie la métaphore injurieuse de Howard. Entre “brassard de deuil” et “brassard noir”, il fallait choisir. Dans les deux cas, il y a perte. J’ai opté pour “noir”, qui est l’un des mots-clefs de tout le texte de Davidson. Liberté stylistique ? Non, pas vraiment.

  • 20 Ibid., pp. 265-267.

24To say sorry => emprunt. “To say sorry” ne fait pas encore partie du stock lexical des Français, bien que le cinéma américain en V.O. soit en voie de le vulgariser. En anglais, par sa trivialité incongrue dans la bouche d’un Premier Ministre en situation diplomatique, il engendre un effet de comique et introduit une ironie à la hauteur de l’indignation que témoigne Davidson. Ce changement de niveau de langue constitue “un moyen indirect affectif”, un peu comme le point d’exclamation20. Sa puissance m’a semblé encore accrue avec l’irruption du mot étranger en français. L’emprunt de “sorry” que je fais dans ma traduction est une boutade stylistique, évidemment.

  • 21 Le Monde des Livres, 16 nov. 2001, p. ix.

“Dans vos romans ou dans vos essais, vous introduisez parfois des mots espagnols, en italiques ou entre guillemets, et quelquefois le mot étranger s’assied comme un petit roi dans la phrase qui ne l’attendait pas, et qui l’a accueilli”, dit Hector Bianciotti à Florence Delay qu’il reçoit à l’Académie française21.

25La traduction de T1 et T2 ne nécessitait pas de grandes refontes syntaxiques. Celle de T3 manifeste au contraire un bouleversement notable de l’original. Son auteur, Edmund Leach, était, à l’époque de sa première parution (1966), Provost de King’s College à Cambridge et Chairman de la Faculté d’archéologie et d’anthropologie. Il justifie, dans le passage sélectionné, le choix de son corpus, emprunté à l’Ancien Testament et contesté par certains anthropologues, notamment Lévi-Strauss, du fait qu’il n’a pas été recueilli viva voce sur le “terrain” et qu’il a été, au cours des temps, l’objet de remaniements. Leach persiste et signe et démontrera que l’accession de Salomon au trône d’Israël est un mythe qui, comme la plupart des mythes “sauvages”, se concentre autour d’un paradoxe, en l’occurrence celui de l’endogamie prescrite par la loi juive et les mariages exogamiques de grandes figures de l’Ancienne Alliance avec leurs voisins “étrangers”.

T3 : refontes syntaxiques

26Construction avec as : “considered as historiography”.

272 occurrences de “any particular interpretation”.

28Phrase anglaise : 2 propositions symétriques coordonnées par nor :

291) “The usefulness of my present paper does not depend upon [...] considered as historiography” ; 2) “nor does it matter whether [...] Jewish or Christian.” Chacune comporte une principale et sa subordonnée :

301) principale => “the usefulness of my present paper [...] does not depend upon” ; subordonnée => “whether any particular interprétation [...] as histo-riography” ; 2) principale => “nor does it matter” ; subordonnée => “any particular interpretation [...] Jewish or Christian.”

31Français : Amalgame de “does not depend” et “does it matter” = “cela ne change rien”. Les deux subordonnées rendues par => “que telle interprétation [...]” et “que telle lecture [...]” sont reprises dans le sujet cela => “cela ne change rien”.

32Gains : suppression des répétitions, concision.

33Une traduction épousant la syntaxe de la phrase anglaise aurait engendré une rugosité difficilement convaincante. La version française obéit donc à des contraintes autant syntaxiques que rhétoriques. Mais il est vrai qu’un autre traducteur aurait tourné la difficulté différemment et qu’ “il faut compter, ainsi que le signale Paul Bensimon, avec les tendances de l’activité traduisante”. Peut-on alors parler de pure liberté stylistique ? Guère, me semble-t-il, car tous les traducteurs, qui connaissent la puissance de leur idiome intérieur, en connaissent par là même la contrainte.

34Cet idiome intérieur est parfois infléchi par les pressions qu’exerce le psychisme du locuteur — auteur et traducteur. Nous y reviendrons plus loin. Mais la très difficile question, encore irrésolue bien que souvent décrite, que je ne fais que mentionner et qui inquiète les traducteurs, est de comprendre comment un parler singulier se confond avec l’habitus linguistique de la main qui écrit, la main de l’auteur comme celle de son traducteur, qui fait qu’on reconnaît une facture stylistique, ou plutôt deux factures stylistiques se mêlant dans une copulation paradoxale, inaboutie, toujours à reprendre. Chaque partenaire a-t-il choisi son habitus ? Ou bien a-t-il été marqué par l’un des traits d’une ou de plusieurs figures maîtresses, aimées, admirées, jalousées, haïes... que sais-je ? L’un et l’autre, sans doute.

35T4, en quelques mots, présente la double difficulté de maîtriser la combinaison incongrue d’un “valet philosophique” et un syntagme verbal où se disent à la fois l’action, sa qualité et son mouvement. Retenons que cette phrase décrit l’atmosphère d’un spectacle théâtral de Nestroy qui fut, au xixe siècle, l’un des dramaturges et comédiens les plus en vogue de Vienne, que Freud et son élève et disciple, Fritz Wittels, venaient applaudir régulièrement. Wittels émigra aux États-Unis en 1930 et dès lors écrivit en anglais.

T4 : transformations multiples

36Philosophical butlers => vérité révolutionnaire teintée de philosophie.

37Déplacement de la qualification sur vérité révolutionnaire.

38Into the audience => communiquaient à l’auditoire (préposition connectée au verbe => verbe)

39Hissed => sur un ton de persiflage (verbe => qualification)

40Autrement dit, les mots importants de la phrase ont échangé leur fonction syntaxique, et cela tient à la férule des imbrications sémantico-syntaxiques de chaque langue.

41T5 reproduit un paragraphe où Abram Kardiner, psychiatre new-yorkais, examine en 1977 un aspect de l’analyse qu’il avait faite avec Freud, à Vienne, en 1922. De retour au pays, il exerça la psychanalyse et fonda, avec Ralph Linton et Ruth Benedict, l’école culturaliste américaine qui étudie les rapports de l’individu avec les institutions qui composent sa culture.

T5 : réagencement des propositions

42Les extraits a et b s’enchaînent dans le même paragraphe. L’extrait a ne posait pas de problème de compréhension, seulement une difficulté de construction :

43“He did not talk about anal eroticism except in passing and there were several dreams [...]” : 1re proposition coordonnée => frçs. proposition indépendante.

44“There were several dreams that I had toward the end of the analysis, in which there was some discussion of this” => construction arborescente, avec deux emboîtements successifs : 1) “that I had toward the end of the analysis [...] some discusion of this ; 2) in which there was some discussion of this.”

45But it hardly made [...] the whole neurotic structure” : proposition coordonnée => frçs. suppression des 2 occurrences de “there was”/“were”.

46“On en avait discuté un peu” : proposition subordonnée => proposition principale. “The dreams I had toward the end of my analysis”, qui était la principale, devient subordonnée. “but it hardly made [...] whole neurotic structure” : suppression de la relative dans la coordonnée.

47Cette phrase, dont l’enchaînement est sans ambiguïté, telle quelle, heurtait l’intelligence rhétorique d’un Français. L’extrait b, outre ce problème, comporte une difficulté de compréhension. C’est ce point que nous examinerons. Quelle est la fonction syntaxique de “the derivation of the dependency constellation ?” Ce syntagme est-il sur le même plan que “with the Œdipus complex” qui le précède, à savoir “the analysis was taken up with the dérivation of the dependency constellation”, ou est-il en apposition à “Œdipus complex” comme son équivalent ? J’ai opté pour la première solution et l’on m’a confirmé que c’était la bonne voie.

48En revanche, la subordonnée “in which state Freud found me” fait l’objet d’un contre-sens, parce que l’idée que la tâche de l’analyste est de mettre le patient en état de comprendre la blessure psychique dont il souffre est perdue et, par là même, l’objectif de la guérison qui est à l’horizon de la cure. Aujourd’hui, je traduirais autrement (voir 5b’, Fascicule des textes de référence).

  • 22 Libération, supplément des “Livres”, 15 nov. 2001, p. iii.
  • 23 H.James, Ce que savait Maisy, trad. Marguerite Yourcenar, Paris, 10/18, 1995.
  • 24 Cité par Michèle Pollak-Cornillot, “Malaise dans la traduction”, Revue française de psychanalyse, (...)

49Jean Paulhan, amateur de paradoxes, assurait que “les meilleurs traducteurs sont les plus bêtes : ceux qui respectent l’obscurité et ne cherchent pas à comprendre ce dont il s’agit”22. Admettons, s’il faut entendre par là que traduire un roman, c’est ne pas traduire les non-dits qui sont au cœur d’un faisceau de sens. Pour prendre un exemple, ce que savait Maisy, elle l’avait toujours su avant de le savoir et, bien que ceci sous-tende la progression de la narration, cela ne s’énonce qu’aux dernières pages du livre23. Mais traduire le théorique, c’est faire sien l’enjeu du théoricien et c’est par conséquent “faire comprendre” ce qu’il veut faire comprendre. C’est sans doute la raison pour laquelle Heidegger écrivait à Roger Munier : “Vous savez par nos conversations qu’il ne s’agit pas d’en faire une traduction littérale ; elle aurait un tour factice en français. Traduisez librement selon le sens”24. C’est un peu la même chose que me signifiait Edmund Leach, avec une affabilité et un humour que je n’ai connus qu’à lui :

  • 25 Lettre adressée à Andrée May, du 19 juillet 1966, non publiée. (Souligné par moi.)

I am fascinated to find myself talking about Lévi-Strauss in French. About your two queries, of course you are logically quite correct to delete “as in any other” [il est rare qu’un auteur vous donne raison d’avoir tronqué son texte !], and as to the point on page 29 of your manuscript I think you have got very close indeed to what I meant to convey. On such issues of difficult translation I always like the story of our English poet Robert Browning who, when asked to interpret one of his own poems, replied, “My dear Sir, when that was written only God and Robert Browning knew what it meant, now only God knows25 !

50Nombre de contraintes, conscientes ou inconscientes, dirigent, on le voit, notre activité langagière. Ce sont, d’une part, les unités syntaxiques et lexicales qui constituent le système d’une langue. Ce sont, d’autre part, les formes rhétoriques qui modèlent nos raisonnements — contraintes culturelles, par conséquent. Ce sont aussi les mécanismes psychiques qui impulsent notre idiolecte à un moment donné de notre vie. Écoutons Freud, pour conclure :

  • 26 Sigmund Freud, La psychopathologie de la vie quotidienne, trad. D. Messier, Paris, Gallimard, 1997 (...)

On croit, en général, avoir le choix des mots avec lesquels on habille ses pensées et de l’image avec laquelle on les déguise. Une observation plus précise montre que d’autres considérations décident de ce choix et qu’à travers la forme de la pensée perce un sens plus profond, qu’on n’a pas souvent l’intention d’y mettre. Les images et les façons de parler dont une personne se sert de manière préférentielle [...] s’avèrent souvent être une allusion à un thème qui, sur le moment, est maintenu à l’arrière-plan, mais qui a puissamment ému le locuteur. A une certaine époque, j’ai entendu quelqu’un utiliser de façon répétée, lors d’un entretien à caractère théorique, la façon de parler suivante : “Quand quelque chose vous traverse brusquement la tête”, mais je savais que peu de temps auparavant, il avait reçu la nouvelle que son fils, qui combattait sur le front, avait eu le bonnet de campagne qu’il portait sur la tête traversé d’avant en arrière par un projectile russe26.

51Ce “quelqu’un”, c’était Freud lui-même. En ce qui me concerne, j’ai constaté, entre autres, que j’avais longtemps favorisé l’expression “après coup” au détriment de “par la suite”, sans que cela fût une décision de ma part. Pourquoi ? Ceci est un autre problème. Mais ce que je tiens à souligner, c’est que ma seule liberté, en l’occurrence, a consisté à m’en apercevoir et à corriger cette sclérose stylistique.

52À me suivre, certains penseront que, en cherchant à réduire la notion de liberté stylistique, je travaille à minimiser la notion même de liberté. Que ces mêmes m’accordent que chercher à définir les limites d’un concept ne vise pas à le vouer à la nullité, au contraire. C’est cela que j’ai tenté de faire, à mes risques et périls.

Haut de page

Notes

1 John Stuart Mill et Harriet Taylor Mill, “The Enfranchisement of Women”, Westminster Review, EO juillet 1851, republié dans Essays on Sex Equality, ed. Alice S. Rossi, Chicago, U. of Chicago P., 1979.

2 Ernest Jones, La vie et l’œuvre de Sigmund Freud, Vol. I, trad. Anne Berman, Paris, P.U.F., p. 194.

3 Virginia Woolf, Mrs Dalloway, trad. Marie-Claire Pasquier, Paris, Gallimard, “Folio”, 1994.

4 Walter Benjamin, “La tâche du traducteur”, Mythe et violence, Vol. I, trad. Maurice de Gandillac, Paris, Denoël, 1961, pp. 261-262.

5 Walter Benjamin, “Petite histoire de la photographie”, dans L’Homme, le langage et la culture, trad. M. de Gandillac, Paris, Denoël, 1971.

6 Pour la définition du “bricolage” dans le domaine des sciences humaines, voir Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, Plon, “Pocket”, 1990, pp. 30-36.

7 Ibid., 4e de couverture.

8 Jacques Rancière, Les Mots de l’histoire, Paris, Seuil, 1992, pp. 32-37 et 100-104.

9 Maurice Merleau-Ponty, Le Visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964, pp. 257,319 ; voir également Notes de cours 1959-1961, Paris, Gallimard, p. 39. (Souligné par moi.)

10 Pierre-Yves Pétillon, “Hofmannsthal : le règne du silence”, Critique, n° 339-340, 1975, p. 887. (Souligné par moi.)

11 Francis Bacon, “The Nature of Poetry”, Elizabethan and Jacobean Prose, Hardmondsworth, Pelican Book, 1956, pp. 261-262.

12 Platon, Phèdre, trad. Luc Brisson, Paris, GF-Flammarion, 1989, pp. 119-129 (247c-250b), 155-176, (265b-274a), particulièrement p. 173, (273a) ; Gorgias, trad. Monique Canto, Paris, GF-Flammarion, 1987, pp. 157-164, (462c-d-466b) ; Jacques Derrida, “La pharmacie de Platon”, Phèdre, ibid., pp. 319-322.

13 A.C. Danto, “Littérature et philosophie”, John Rajchman et Cornel West, éds., La Pensée américaine contemporaine, trad. A. May, Paris, P. U.F, 1991, pp. 136-138.

14 Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture suivi de Nouveaux essais critiques, Paris, Seuil, “Points”, 1972, p. 140.

15 Gustave Flaubert, Préface à la vie d’écrivain, Paris, Seuil, 1963, (lettre n° 400) p. 127.

16 Milan Kundera,“Note de l’auteur”, La Plaisanterie,(1968), Paris, Gallimard,“Folio”, 1985, p. 461.

17 Texte 1, 2, 3, etc., extrait a, b, c, etc., abrégés T1a, T2c, etc.

18 0 = zéro

19 Charles Bally, Traité de Stylistique française, Vol. I, Paris, Klincksieck, 1951, p. 186.

20 Ibid., pp. 265-267.

21 Le Monde des Livres, 16 nov. 2001, p. ix.

22 Libération, supplément des “Livres”, 15 nov. 2001, p. iii.

23 H.James, Ce que savait Maisy, trad. Marguerite Yourcenar, Paris, 10/18, 1995.

24 Cité par Michèle Pollak-Cornillot, “Malaise dans la traduction”, Revue française de psychanalyse, T. I, VIII, 1994.

25 Lettre adressée à Andrée May, du 19 juillet 1966, non publiée. (Souligné par moi.)

26 Sigmund Freud, La psychopathologie de la vie quotidienne, trad. D. Messier, Paris, Gallimard, 1997, p. 123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée May, « Liberté stylistique et contraintes rhétoriques ? La traduction du discours théorique », Palimpsestes, 14 | 2001, 75-86.

Référence électronique

Andrée May, « Liberté stylistique et contraintes rhétoriques ? La traduction du discours théorique », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1657 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1657

Haut de page

Auteur

Andrée May

Andrée May traduit des textes théoriques depuis 1958. Elle a enseigné l'anglais dans le second degré, puis la linguistique à l'université de Strasbourg II, et participé aux séminaires de A. Martinet, M. Gross et J.-C. Chevalier. Ses publications de l'époque concernent la linguistique et la sémiologie de l'image. Elle a ultérieurement travaillé sur la traduction de Freud (divers articles). Ses recherches concernent actuellement les opérateurs de la traduction théorique. Elle a traduit de nombreux articles et livres don’t : Ralph Linton, The Cultural Background of Personality (Paris, Dunod, 1960) ; Abram Kardiner, My Analysis with Freud (Paris, Belfond, 1978) ; Edmund Leach, L'Unité de l'homme (Paris, Gallimard, 1980) ; Eliot Freidson, Profession of Medicine (Paris, Payot, 1984) (en collaboration) ; John Rajchman & Cornel West, ed., Post- Analytic Philosophy (Paris, P. U.F., 1991) ; Fritz Wittels, Freud and the Child Woman (Paris, PUF, 1999). Elle a publié une fiction : L'Espace Marguerite (Paris, L'Harmattan, 1999) et participe au comité de rédaction de la revue Chimères.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org