Navigation – Plan du site

L’adjectif antéposé de l’anglais : problème de traduction ?

Michaël Oustinoff
p. 99-117

Résumés

Traduire “black dress” par “robe noire” semble aller de soi, car “a dress black” et “une noire robe” contreviennent en principe à la grammaire de la langue. Mais ce n’est là qu’un cas particulier d’une problématique plus générale : l’antéposition de l’adjectif lui confère une valeur particulière que la postposition, plus courante en français, supprime. Loin d’aller de soi, l’adjectif antéposé de l’anglais pose, même pour les adjectifs en apparence les plus simples, des problèmes de traduction complexes dont l’origine remonte à la syntaxe des langues indo-européennes, et qui, pour reprendre les termes de Roman Jakobson, font apparaître, derrière la grammaire de la poésie, la poésie de la grammaire.

Haut de page

Texte intégral

1Le fait qu’il est de règle que l’adjectif épithète soit antéposé au substantif en anglais a un tel caractère d’évidence qu’il ne semble, à première vue, donner lieu à aucun problème de traduction particulier. On traduira ainsi “a black dress” par “une robe noire” pour des raisons purement grammaticales, car ce serait contrevenir à la grammaire du français que de traduire par “*une noire robe”, tout autant que de traduire en anglais “une robe noire” par “*a dress black”. Certes, on dit aussi de “noirs desseins”, mais l’adjectif est alors pris au figuré, cas qui n’est donc pas à considérer en premier. On a cependant envie de dire, par prudence : sauf effet de style.

  • 1 Edouard Bourcier, Eléments de linguistique romane, Paris, Klincksieck, 1967. Pour une analyse plus (...)

2Mais si l’on adopte une vision non pas synchronique, mais diachronique, la question est bien moins byzantine qu’à première vue. Dans Eléments de linguistique romane d’Edouard Bourcier1 on trouve en effet cette remarque : “Il semble que peu à peu l’adjectif se soit mis après le nom quand il avait une valeur affective spéciale : dès le xiiie siècle on disait par exemple une robe noire, et l’ordre inverse une noire robe était déjà dialectal (usité en Picardie et à l’Est sous des influences germaniques)” (p. 362). Edouard Bourcier fait remonter le phénomène au latin :

La langue classique remplace déjà quelquefois les adjectifs indiquant la matière par de suivi d’un nom : pour marmoreum templum, Virgile dit templum de marmore (Georg. 3,13). Ce procédé plus expressif a prévalu en latin vulgaire, et s’est conservé partout dans la suite (it. corona d’oro, roum. cununa de aur, esp. corona de oro, fr. couronne d’or), (ibid., p. 99)

3Mais on voit immédiatement que “marmoréen”, ce n’est pas la même chose que “de marbre”, non seulement sur le plan de la syntaxe, mais également sur celui du style. On peut par conséquent se demander si l’équivalence qui unit “black dress” et “robe noire” ne cache pas en réalité une question plus vaste, qui, partant de la syntaxe, rejoint la poétique de la traduction, ce qui permettrait de mieux comprendre ce qui motive, par exemple, cette auto-traduction beckettienne de “kissing their sour kisses” par “se baisant jaune de leurs jaunes baisers”, en apparence paradoxale, ou, dans l’autre sens, le refus de T.S. Eliot de traduire “les fleuves emphatiques” dans un vers d’Anabase par “the emphatic rivers” contre l’avis de Saint-John Perse, voire pourquoi Shelley dans ses poèmes auto-traduits en italien contrevient à la syntaxe de cette langue pour traduire, par exemple, un adjectif composé tel que “dawn-illumined” par “aurora-illuminata” : autant de traductions problématiques, qui semblent décourager toute analyse et les reléguer dans un au-delà de la traduction, mais qui devraient s’avérer moins insaisissables une fois mis à nu le fait de langue qui sous-tend ces faits de style.

4Encore faut-il pour cela, La Palice n’aurait pas dit mieux, que l’on s’aperçoive que la syntaxe puisse déboucher sur la poétique. Déjà J.-P. Vinay et J. Darbelnet avaient attiré l’attention sur l’importance du phénomène, mais seulement du point de vue de la “démarche” de la langue, qui en réalité se distingue fort peu de sa structure :

  • 2 J.-P. Vinay, J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris, Didier, 1977 (1 (...)

Enfin, s’il est possible d’appliquer les règles de la démarche de la langue même à des règles figées de syntaxe, nous constaterons que là où le français dit : le cheval (thème) / blanc (propos), l’anglais utilise l’ordre inverse : the white (propos) / horse (thème). Ainsi la démarche des deux langues se trouve être parfaitement caractérisée par la simple place de l’adjectif par rapport au substantif. Si l’anglais accumule des adjectifs avant le nom, le français les placera après celui-ci, toutes les fois où ce sera possible, “the cold, ugly little town... : la petite ville froide et laide.2

5Du syntagme on pourrait ainsi passer à l’échelle de la phrase :

Puisque le propos est rejeté vers la fin, les circonstancielles qui ne font que la qualifier sans être le but véritable du message, seront placées de préférence en tête de phrase ou avant le verbe surtout si elles ont un sens causal — ce qui correspond bien au plan de l’entendement, la cause précédant l’effet” (ibid., p. 203),

6citant comme exemple :

“Sûr d’obtenir gain de cause, il attendit sans inquiétude l’ouverture du procès : He waited unconcernedly for the opening of the case, as he felt sure to win” (ibid.).

7On pourrait appliquer cette analyse à la traduction de “Benito Cereno” de Herman Melville par Pierre Leyris (voir Fascicule des textes de références, exemple 1), en disant que le sémantisme de “perched” l’apparente à une circonstancielle (réduite en quelque sorte à un seul terme), ce qui explique, en partie du moins, l’antéposition de son équivalent “juché” par le traducteur. Le contraste est frappant avec une traduction comme celle de Simone Chambon (ex. 1), traductrice qui a tendance à conserver le même ordre des mots que l’original.

  • 3 Louis Truffaut, Problèmes linguistiques de traduction, Munich, Max Hueber, 1983, p. 8.

8Une analyse semblable est proposée par Louis Truffaut par rapport à l’allemand, ce qui ne saurait surprendre, puisqu’il s’appuie comme Vinay et Darbelnet sur les ouvrages de stylistique de Charles Bailly, continuateur de Ferdinand de Saussure : “La séquence française, allant du général au particulier, est dite séquence progressive ou linéaire. La séquence allemande est dite régressive, anticipatrice, centripète ou antilinéaire, selon le point de vue auquel on se place”3. C’est ainsi qu’il donne l’exemple (2), à partir d’un texte dit “technique”, d’une traduction “littérale” (a) — obéissant à la séquence anticipatrice de l’allemand — suivie d’une traduction “en ordre remanié” (b) — obéissant à la séquence progressive du français.

9L’analyse des transformations opérées est la suivante :

L’autre obéissant à la séquence progressive, laisse voir un regroupage de la proposition principale et des quatre propositions subordonnées, trois temporelles et une relative. Cette dernière version, présentant d’abord l’événement qui fait l’objet de la proposition principale, suit l’ordre chronologique. Sont énoncées ensuite les idées exprimées dans les subordonnées (ibid., p. 26).

10L’argumentation suit une progression par récurrence : “Les conséquences de la séquence fondamentale sont extensibles d’une unité à l’autre par ordre de complexité croissant : du syntagme à la phrase, de la phrase au texte” (ibid., p. 28). Cette “séquence” est si fondamentale qu’elle se retrouve dans tout texte, donc également les textes littéraires.

11Ainsi, les premières lignes des Opinions de M. Jérôme Coignard commencent par : “Je n’ai pas besoin de retracer ici la vie de M. l’abbé Jérôme Coignard”, et la traduction allemande de F. von Oppeln-Bronikowski attend la fin du préambule de présentation du personnage, qui s’étend sur plusieurs phrases, pour inclure l’équivalent : “Ich brauche sein Leben hier nicht von neuem zu schil-dern”. A l’échelle d’un texte, c’est donc la même chose qui se produit non seulement à l’échelle de la phrase :

Je ne m'étendrai pas sur sa vie

Déterminé

thème

puisque vous connaissez tel et tel détail

déterminant

propos

Da Sie diese und jene Einzelheiten kennen

Déterminant

propos

werde ich nicht lange von seinem Leben erzählen

déterminé

thème

12mais aussi à l’échelle du composé : “Froschmann / Homme-grenouille”, et même à l’échelle prosodique, l’accent tombant en général au début du mot en allemand, en fin de mot en français. De ces tendances structurelles dérivent des incidences sur le style :

On peut donc déjà entrevoir une certaine corrélation de nature aussi bien structurale que stylistique entre éléments accentués et places des éléments. Le fait relationnel du composé laisse deviner déjà une sémantique syntagmatique. Accent, mélodie, valeur positionnelle ne font qu’un, car les mots se chantent les uns aux autres” (ibid., p. 26).

  • 4 Voir Jacqueline Guillemin-Flescher, Syntaxe comparée du français et de l’anglais, Gap, Ophrys, 1981

13L’anglais, langue germanique, semble vérifier cette approche, et notre exemple 3 inclut d’ailleurs un double déplacement (antéposition en français de “tirant sur sa pipe” (“sucking his pipe”) mais aussi postposition de “au rythme régulier et tranquille de la marche du train” (“jogging... sedately”), si bien que l’on pourrait penser à coupler cette analyse avec celle développée notamment par Jacqueline Guillemin-Flescher, dans un cadre théorique il est vrai différent, en rajoutant qu’il est souvent possible d’expliquer de tels déplacements du fait que l’anglais a tendance à respecter davantage l’ordre canonique Sujet/Verbe/Complément4 là où le français a tendance à le rompre, comme dans l’exemple 4 d’auto-traduction beckettienne, qui intègre l’incise “tel que je me connais” sous forme d’une modulation “I wouldn’t put it past me” au sein de la principale en anglais.

  • 5 Voir Martin Riegel, et al., Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994, et Jean Kokelberg, (...)

14C’est un cas d“‘imbrication”, souvent complexe à analyser (voir J. Guillemin-Flescher, op. cit., p. 117). C’est le même processus qui est à l’œuvre aussi dans l’exemple 5, moins complexe, mais tout aussi révélateur, cette fois-ci de l’anglais au français, l’imbrication introduite en français s’expliquant également par le recours au présentatif “voici”5.

15Dans l’exemple 6, on peut étendre la perspective au russe au travers de l’auto-traduction de Lolita effectuée par Vladimir Nabokov dans cette langue (sa première langue d’écriture), en la comparant aux deux traductions françaises existantes. Comme en français, il était impossible en russe de garder la structure “climb at an angle”, ce qui a amené dans tous les cas un “étoffement” de la préposition “at” (E. H. Kahane : “suivant une trajectoire” ; M. Couturier : “coupant en diagonale” ; V. Nabokov : “svernuv kruto” : “ayant obliqué brusquement”, gérondif passé).

  • 6 Voir V.G. Gak, Russkij jazyk v sopostavlenii s frantsuzskim, Moscou, Russkij jazyk, 1988.

16Vladimir Nabokov a bien introduit un déplacement, mais ailleurs, c’est-à-dire le segment : “Miss Opposite’s sloping lawn”, qui permute en réalité avec “A big black glossy Packard” pour une raison qui s’explique aisément sur le plan structurel en faisant intervenir l’opposition entre “thème” et “propos”. Le russe n’ayant pas d’articles à sa disposition (“dom” se traduira donc, selon le cas, par “maison”, “une maison” ou “la maison”), conserver le même ordre qu’en anglais aurait impliqué que “big black glossy Packard”, thème de l’énoncé, était un élément connu, correspondant non à l’article indéfini, mais à l’article défini (en retraduisant du russe vers l’anglais, on obtiendrait alors “The big black glossy Packard”, ce qui serait un contresens non seulement grammatical, mais également narratif). C’est en réalité un élément nouveau, contrairement à “Miss Opposite’s sloping lawn”, qui se voit donc logiquement accorder la première place sous forme de complément circonstanciel6.

17On pourrait multiplier les exemples, mais on ne viendrait pas ainsi à bout, semble-t-il, des derniers cas de figure de l’exemplier (ex. 7,8, et 9), qui ne prennent pourtant appui que sur un seul adjectif antéposé, auxquels on rajoutera celui-ci, qui nous a semblé résister le plus à toute analyse, trouvé dans un manuel de version et commenté de la manière suivante dans l’ouvrage :

Original

Traduction avec déplacement

The Hidden Holocaust

L'holocauste dont personne ne parle / oublié

Titre : Holocaust décrit ici la famine qui sévit au Soudan. Hidden serait plus exactement traduit par "dont personne ne parle" ou par "que tout le monde ignore" que par "caché".

Stéphane Goodenday, La version anglaise aux concours, Paris, Ellipses, 1994, p. 11-12.

18La question que l’on pourrait effectivement se poser est celle-ci, à partir d’exemples en apparence si “simples” : comment se fait-il que des adjectifs tels que “old”, “large”, “hidden”, c’est-à-dire des adjectifs on ne peut plus courants, posent autant de problèmes au traducteur quand ils sont antéposés en anglais et qu’il est souvent impossible de les garder tels quels ?

  • 7 Voir Claude Hagège, La structure des langues, Paris, PUF, 1982.

19L’analyse selon la “séquence” (Ch. Bailly, L. Truffaut), ou la “démarche” ( J.P. Vinay, J. Darbelnet), pour intéressante qu’elle soit, impose une restriction qui risque en bien des cas d’être inopérante, puisque la relation entre déterminant et déterminé est considérée uniquement du point de vue de la thématisation (ordre thème/propos ou propos/thème), ce qui n’est qu’une manifestation en surface d’une opération syntaxique plus profonde (ce qui revient à subordonner au plan “énonciatif-hiérarchique”, troisième “point de vue” distingué par Claude Hagège7, les deux autres, à savoir les points de vue “morphosyntaxique” et “sémantico-référentiel”).

  • 8 Emile Benveniste, “Fondements syntaxiques de la composition nominale” dans Problèmes de linguistiqu (...)

20Pour reprendre l’exemple des composés, cette analyse convient bien quand à “Froschman” ou “frogman” correspond de manière unilatérale “homme-grenouille”, mais comment faire quand dans la même langue les deux ordres sont possibles ? C’est le problème qu’aborde Emile Benveniste dans “Fondements syntaxiques de la composition nominale”8, constatant notamment qu’en grec on trouve des composés terminés par “-phóros” (“qui (ap)porte”, ex. “eôsphôros”, “qui amène l’aurore”, “Lucifer” = “lux” + “fer”), mais aussi commençant par “pheré-” (ex. pheré-oikos “qui porte sa maison”). Très proches par le sens, on pourrait penser qu’ils sont synonymes (notamment lorsque les composés permutent avec les mêmes éléments), mais il n’en est finalement rien :

On ne peut donc plus expliquer la création des composés par la simple jonction immédiate de deux signes antérieurs. [...] C’est que l’impulsion qui a produit les composés n’est pas venue de la morphologie, où aucune nécessité ne les appelait ; elle est issue des constructions syntaxiques avec leurs variétés de prédication. C’est le modèle syntaxique qui crée la possibilité du composé morphologique et qui le produit par transformation. La proposition, en ses différents types, émerge ainsi dans la zone nominale (ibid., p. 161).

21On dira qu’une telle analyse intéresse davantage le linguiste que le traducteur, notamment quand Emile Benveniste démontre que le composé en “-phóros” correspond à la forme verbale de présent contenant “la prédication d’une propriété inhérente” (“thanatê-phoros”ne signifie pas tant “il porte la mort” que “il est porteur de mort”), tandis que le composé en “pheré-” n’est pas “la transformation d’un énoncé prédicatif d’essence ; il formule seulement une description. Ici la forme verbale de présent n’asserte pas une propriété d’être, elle prédique un procès effectif” (ibid., p. 155), autrement dit, ces deux ordres ne font que refléter les deux valeurs fondamentales contenues dans la forme verbale de présent : “une grande articulation verbale est ainsi mise à jour, qui est liée à la nature fondamentale du présent verbal et qui se prolonge jusque dans la dérivation nominale” (ibid.). Mais le traducteur sera tout d’abord intéressé dans la mesure où une telle analyse permet de faire apparaître des “effets de sens” : “Telle est la différence à reconnaître entre le composé grec en -phóros ”porteur par vocation ou nature” (définition) et celui en - pheré “qui porte effectivement” (description) (ibid., p. 153).

  • 9 Voir Pierre Cotte, L’explication grammaticale de textes anglais, Paris, PUF, 1996, p. 20.
  • 10 Pierre Cotte, ibid., p. 38.
  • 11 Roman Jakobson, “Aspects linguistiques de la traduction” (1959), dans Essais de linguistique généra (...)
  • 12 Voir Gérard Genette, L’Œuvre de l’art. Immanence et transcendance, Paris, Editions du Seuil, 1994.

22Mais l’essentiel est ailleurs : dans ce que Benveniste appelle la mise à jour d’une “grande articulation verbale”, autrement dit, de ce qui n’est pas une formulation susceptible de se réduire aux seuls éléments dont elle se compose, au simple mot à mot, car elle renvoie, au-delà d’elle-même, et en elle-même, à d’autres formulations qui lui font miroir. Ce n’est pas l’enchaînement du thème au propos qu’il faut seulement prendre en compte, mais la “construction du sens” dont parle par exemple Pierre Cotte, empruntant le terme à Gustave Guillaume9, ce qui s’opère au travers d’une “réélaboration syntaxique, décidée par l’énonciateur, d’une relation première qui n’est pas forcément exprimée dans le texte mais que l’on postulera dans la genèse de l’énoncé”10. C’est justement là où la linguistique rejoint la traduction et permet d’en explorer certains ressorts, car on se retrouve sur le terrain commun de la “reformulation” (“rewording”) ou “traduction intralinguale”, première forme de traduction définie par Roman Jakobson, qui “consiste en l’interprétation des signes linguistiques au moyen d’autres signes de la même langue”11, et sans laquelle la deuxième forme de traduction, ou “traduction proprement dite” est, la plupart du temps, impensable : on ne traduit pas tout du premier jet, pas plus d’ailleurs que les œuvres littéraires sortent telles quelles, au fil de la plume, de l’esprit des auteurs12. Par conséquent, avant de passer du fait de langue au fait de style, il faut en l’occurrence tout d’abord essayer de déterminer la “grande articulation verbale” sous-jacente au couple “black dress”/“robe noire”.

  • 13 C’est le même processus, d’ailleurs, en français : “un bon pneu”/“ un pneu bon à jeter”/“ *un bon à (...)
  • 14 Randolph, Quirk, Sidney, Greenbaum, Geoffrey, Leech, et al, A Grammar of Contemporary English, Lond (...)

23Pour cela, cependant, il faudrait disposer d’une véritable alternance intralinguale. Cette alternance existe, même pour “black” : les adjectifs épithètes sont postposés en anglais en cas de complémentation. Si “*a dress black” est agrammaticale, “a dress black with suit” ne l’est plus13. C’est qu’en anglais la prémodification présente une tendance à l’implicitation, et la postmodification une tendance à l’explicitation : à “an oil man” on peut ainsi faire correspondre “a man who sells oil”, “a man who delivers oil”, “a man who produces oil”, “a man who investigates oil”, “a man who advocates the use of oil”, etc.14L’adjectif ne déroge pas à cette règle, et l’on peut voir à l’œuvre le passage d’une structure à l’autre dans l’exemple suivant, emprunté à Claude Delmas, avec une netteté indéniable :

  • 15 Claude Delmas, Philip Adams, Gérard Delechelle, et al., Faits de langue en anglais. Méthode et prat (...)

The engine-driver, a short man with round grey beard, leaned out of the cab high above the woman [... ] “I didn’t corne to see you on Sunday”, began the little grey-bearded man. (Stories, Essays and Poems, D.H.Lawrence)15

  • 16 Voir Henri Adamczewski, Grammaire linguistique de l’anglais, Paris, Armand Colin, 1982.

24L’analyse proposée, en substance, est la suivante : “L’occurrence qui fait appel à ‘with’ sert d’introduction relationnelle, le choix est encore ouvert, la seconde occurrence, celle qui a recours à ED, ne consiste qu’en une reprise des termes déjà mis en relation ou en un passé de construction” (ibid., p. 144). Le “choix ouvert” constitue la “phase 1” par rapport à la “reprise” de “phase 2”16, ce qui permet justement de mieux comprendre le passage de “short” (phase 1 ) à “little” (phase 2), et “montre que ce n’est pas seulement le contenu sémique qui a été repris, mais que ce qui a été validé est repris et avalisé lors de la seconde occurrence” (ibid., p. 145).

  • 17 Voir François Schanen, Jean-Paul Confais, Grammaire de l’allemand, Paris, Nathan, 1986.

25Le “choix” est effectivement “ouvert” du fait de la postmodification (cf. Quirk, op. cit.), et plus “fermé” en prémodification, mais ce n’est qu’un effet de perspective liée à la structure de l’anglais. On pourrait très bien imaginer un “choix ouvert” dans le cas de l’antéposition : en allemand, on peut ainsi antéposer un “groupe participe” épithète à plusieurs membres17, dans le style littéraire, journalistique, administratif, scientifique, etc., appelée anciennement “proposition qualificative”, qui correspond dans la langue plus courante à un “groupe relatif” (ex. : “die Bevölkerung des Dorfes, das ausschlieβilich vont Tourismus lebt” (“la population du village, qui vit exclusivement du tourisme”, traduit par nous) pourra donc se transformer en “die Bevölkerung des ausschliefilich vom Tourismus lebenden Dorfes” (op. cit., p. 288).

  • 18 M. Coulson, Teach Yourself Sanskrit, Londres, Hodder and Stoughton, 1978 (1976), p. 110.

26Il s’agit seulement d’un choix moins fermé, dira-t-on, mais on peut aller beaucoup plus loin, par exemple, en sanskrit, autre langue indo-européenne : “a single compound inserted into a Sanskrit sentence may serve the purpose of a whole clause or even of a separate sentence in English”18, ce qui explique le recours bien moins fréquent dans cette langue aux relatives. Ainsi, la traduction “I’il withdraw from this place and become intent upon the ruin of Mâdhava » (op. cit., p. 110) remonte en fait à une phrase que l’on pourrait retranscrire, par calque, de la manière suivante : “from this place” (skr. “itah pradeshad”) “I’ll withdraw” (skr.“apakramya”) [and] “the ruin of Mâdhava” (skr. “Mâdhav-apa-kâram”) “upon” (skr. “praty”) “become intent” (skr. “abhinivisra bhavâmi”), et qui, par l’intégration d’un composé qualifiant “place” (skr. “pradeshad”) pourrait aboutir à ce qui se traduirait par: “I’ll withdraw from this place, (which is) crowded with hundreds of porters busy on peparations for Mâlatî’s wedding, and work for Mâdhava’s ruin” (ibid., p. 110).

27C’est là d’ailleurs le trait le plus frappant de la syntaxe du sanskrit, dont le degré de complexité est parfois spectaculaire :

[... ] in the later language the occurrence in a single short sentence of several compounds of four or five members is perfectly normal, and in certain styles compounds of twenty or more members are not thought excessive” (ibid., pp. xxiii-xxiv).

  • 19 Randolph Quirk, et al., op. cit., p. 1326.

28Inutile de dire que des formes agrammaticales en anglais comme “*Who is the wandering man? » à la place de “Who is the man wandering down the street?”, ou problématiques comme “The barking dog is my neighbour’s” par rapport à “I was awakened by a barking dog”, etc.19seront, dans cette langue, parfaitement normales:

  • 20 Ce qui ne va pas sans poser, naturellement, d’épineux problèmes de traduction. Sur le sujet, voir W (...)

Although such compounds are frequent in English, they are by no means substitutable in all circumstances for more analytical turns of phrase. In generai they denote characteristic rather than ad hoc relationships. A ‘hand-held camera’ is such by virtue of its design or at least some deli-berate policy of its user. We do not say ‘He brandished the hand-held book’ instead of‘He brandished the book held in his hand’. In Classical Sanskrit there is no such inhibition”. (Michael Coulson, op. cit., p. 89)20.

29Ce n’est donc pas le “choix fermé” de l’antéposition qui est l’élément déterminant, ni même le fait qu’elle soit d’ordre “synthétique”, là où la postposition tend à être “analytique”, autrement on ne pourrait pas expliquer pourquoi, ayant à traduire :

A peine plus grand qu’elle, il semblait presque un écolier avec ses cheveux en désordre et son nez en l’air. (Julien Green, Les Pays lointains, 1987)

30Mary Wood traduit par:

He was hardly taller than she was, and looked almost like a schoolboy, with his tousled hair and turned-up nose

Trad. Mary Wood, Thème anglais. Filière classique, Paris, PUF, 1995, p. 6-7.

31L’explication est la suivante : “Var. : his snub nose. His nose in the air indique une attitude hautaine, with his nose turned up, une attitude méprisante, la post-modification par participe passé impliquant un état provisoire, ponctuel. You turn your nose up at a bad smell” (Mary Wood, op. cit., p. 9). Mais on peut aller encore plus loin dans l’analyse qualitative :

  • 21 Martin Riegel, et al, Grammaire méthodique du français, op. cit., p. 183.

Les valeurs liées à l’antéposition et à la postposition de l’adjectif sont soulignées par un phénomène prosodique : alors que le nom-tête et l’adjectif postposé (un homme heureux) portent chacun un accent, les suites [adjectif antéposé-nom] tendent à cumuler sur la dernière syllabe du groupe et l’accent du nom-tête et l’accent de groupe (un heureux homme). Ainsi l’adjectif antéposé apparaît plus étroitement uni au nom avec lequel il forme une unité prosodique souvent source d’un nom composé : (battre d’)une courte tête, un bon mot, une longue maladie, etc. La fragmentation et le regroupement accentuels seraient alors les marques respectives d’une disjonction ou d’une fusion notionnelle entre le nom et l’adjectif21.

32On pense moins à appliquer le même raisonnement à l’anglais, car l’antéposition y est la forme “non marquée”, et c’est davantage au substantif au sein d’un composé (type “oil man”) que l’on cherche à attribuer la fonction adjectivale, mais on oublie alors, sans doute comme allant de soi, le fait que l’antéposition signale toute une “réélaboration syntaxique”, une “construction du sens”, un “mécanisme verbal” de “phase 2”, autrement dit de nature pré-supposante, ce qui implique nécessairement la prise en compte du contexte, étroit ou élargi. Avant de poursuivre plus avant, il nous donc faut revenir à nos exemples concrets.

33Tout d’abord, il y a les cas tels que “with his turned-up nose” / “with his nose turned up” que les grammaires répertorient en tant que fait de langue, et qui, par conséquent, ne sont pas à proprement parler un problème de traduction mais un problème de connaissance de la langue. On remarquera néanmoins au passage que Mary Wood propose une variante pour “turned-up nose”, le synonyme “snub nose”, ce qui constitue donc une “modulation”. C’est la même opération de traduction dont on se sert, par exemple, pour traduire la différence entre “un homme grand” / “un grand homme”, car l’adjectif ne saurait changer de place ici en anglais, d’où le recours à une modification non syntaxique, mais sémantique : “a tall man” / “a great man”.

34Dans l’exemple 7, “old” offre un cas de figure similaire, mais inversé, par rapport au précédent : traduire par “vieux” est impossible du fait de la valeur de cet adjectif qui appartient à la classe des adjectifs “descriptifs” toujours antéposés au nom en français, d’une ou deux syllabes et très fréquents tels que “beau (mais pas laid), bon, grand, gros, haut, joli, long, petit, vieux, vilain” (Martin Riegel et al., op. cit., p. 182). On s’en aperçoit avec “in the old days” = “dans le temps, autrefois, jadis” (dictionnaire Robert & Collins), et non bien sûr “*dans les vieux jours”.

35Ce qui empêche de traduire par “vieux”, c’est justement le contexte : “There is no such solitude in country places now as there was in those old days”, lit-on quelques lignes plus loin dans la nouvelle de Thomas Hardy, que Magali Merle traduit par “Il n’est plus, à présent, solitude semblable à celle des jours d’antan”, qui est une reprise de la première phrase : “Here stretch the downs ; high and breezy and green, absolutely unchanged since those eventful days”. L’antéposition de l’adjectif anglais permet à celui-ci de prendre une valeur pré-supposante (“old trumpet” = “that could be heard in those old days”), comme pour “oil man”, mais pas nécessairement : “an old trumpet” pourrait être purement descriptif, de “phase 1” et se traduirait par “une vieille trompette”, etc.

  • 22 J.-P. Vinay, J. Darbelnet, op. cit., p. 204. L’exemple qui suit leur est également emprunté.

36Dans l’exemple 8, Pierre Leyris traduit “a large sealer and general trader” par “un navire de fort tonnage” etc., ce qui est un “étoffement” s’appuyant sur une transposition au sein du syntagme nominal transformant l’adjectif “large” en substantif (“tonnage”), le contenu sémantique de “large” étant conservé sous la forme “fort”, modulation par variation synonymique. Partant de la tendance du français à privilégier le substantif par rapport à l’adjectif, on pourrait à nouveau rattacher cette traduction à l’alternance Thème-Propos : “Cette préférence [pour l’ordre Thème-Propos] expliquerait le cas (complexe) de transposition de l’adjectif en nom, lorsque ce dernier peut exprimer la cause22 :

[On account of their] insufficient (Propos) forces (Thème)

[En raison de leur] infériorité (Thème) numérique (Propos)

37On retrouverait de même, par une transposition supplémentaire, le “procédé plus expressif” du latin “templum de marmore” par rapport à “marmoreum templum” (cf. supra), en passant de “l’infériorité numérique” à “ l’infériorité en nombre”, de même que “her white skin” pourrait être traduit par “sa peau blanche” comme par “la blancheur de sa peau”, car il est souvent utile de traduire le syntagme : Adj + N par la tournure analytique : N + de +N (ex. “rising unemployment” / “l’augmentation du chômage”). On se tromperait cependant en n’y voyant que des ajustements structurels, comme cela serait le cas, par exemple, si l’on traduisait dans une langue ne connaissant pas véritablement d’adjectifs, ce qui représente, selon Claude Hagège environ 18 % des langues, où : “la plupart des termes de qualité sont en fait des noms, selon la structure beauté de femme = ‘belle femme”‘(La structure des langues, op. cit., p. 74). Dans l’exemple suivant, on se rend bien compte que d’autres considérations sont en jeu :

  • 23 Shakespeare, Richard III, ed., trad. Pierre Leyris, Paris, Aubier, 1971, pp. 212-213. On trouve aus (...)

The weary sun hath made a golden set (Shakespeare, Richard /II, V.iii. 19)
Le soleil appesanti s’est couché
dans l’or (trad. Pierre Leyris23)

38Certes, voilà une traduction conforme à la “démarche” de la langue, mais le déplacement s’explique aussi pour des questions de rythme, de rhétorique (zeugme : “soleil / appesanti / couché / or”), de mise en relief du sème “gold” / “or” en finale accentuée en français, etc. De même, la traduction de “large” par “de fort tonnage” peut s’analyser également comme une hyponimisation, mais la plus grande précision qu’elle implique a une incidence stylistique : accentuation de l’effet de réel par l’utilisation d’un terme technique (on pense aux longues descriptions des cordages, des méthodes de pêche, etc. dans Moby Dick par exemple).

39De même, si : “And is it thus ? repays he my deep service / With such contempt” (IV.iii. 116) est traduit par : “En est-il donc ainsi ? Mes inappréciables services sont-ils payés d’un tel dédain” (ibid., p. 236), cela montre bien qu’il ne saurait y avoir de “traduction automatique” en la matière. On comprendra sans doute mieux maintenant l’exemple 9, où “special geese” n’a pas été traduit par “oies sauvages spéciales”, mais par “oies sauvages d’un genre nouveau ”.

  • 24 Claude Demanuelli, Jean Demanuelli, Lire et traduire. Anglais-français, Paris, Masson, 1991, p. 163

40L’explication apportée par les auteurs de l’ouvrage fait intervenir, certes, le contexte : “Le narrateur les qualifie de special, car l’assimilation aux limousines les apparente à des produits de la civilisation moderne (d’où la traduction de special par “d’un genre nouveau”)”24, mais c’est justement parce que le contexte est si important que tout ce travail présupposant qui se trouve condensé dans l’antéposition de “special” ne peut se retrouver en français, car des “^spéciales oies sauvages” serait agrammatical, et “des oies sauvages spéciales” resterait, pour ainsi dire, en phase 1, d’où cet étoffement en “d’un genre nouveau”, où l’on retrouve, au passage, une réélaboration du contenu sémique de “spécial”/“relatif à l’espèce”/“d’une espèce particulière”, d’où, par hyponymisation, “d’un genre nouveau”.

41L’exemple si frappant du titre “Hidden Holocaust” (cf. supra) rendu par “L’holocauste dont personne ne parle” s’explique donc pour les mêmes raisons : pour produire le même effet, il aurait fallu pouvoir dire “*le caché holocauste”, mais en français les participes passés ne peuvent être antéposés. C’est sans doute pourquoi la traduction “l’holocauste caché” — nullement impossible, soit dit en passant — a paru trop plate, trop en “phase 1”, d’où le besoin d’une expansion, sous forme de relative (“dont personne ne parle”) qui sous-entend une vision subjective (“que tout le monde ignore”). Une autre traduction est proposée, qui consiste à rendre “hidden” par “oublié”, ce qui à l’évidence fait passer de la simple constatation à l’interprétation, du factuel au présupposé. A l’inverse, on pourrait appliquer la même analyse au refus de T.S. Eliot de traduire le vers d’Anabase “Le vérificateur des poids et mesures descend les fleuves emphatiques” par “The Assayer of Weights and Measures comes down the emphatic rivers”. T.S. Eliot a d’abord proposé à Saint-John Perse “the tumid rivers” :

  • 25 Henriette Levillain, “Saint-John Perse traducteur en langue anglaise de son œuvre. Problématique d’ (...)

S’il avait choisi de traduire emphatiques par tumid, et non littéralement par emphatic, T.S. Eliot avait sans doute craint que le second terme conférât au contexte une connotation plus péjorative que celle qu’il apportait initialement25.

42On pourrait ajouter : en raison peut-être aussi de l’antéposition de “emphatic”, position jugée sans doute trop forte pour maintenir “emphatic” sans recourir à la modulation par “tumid”, puis par “stressed” dans l’édition de 1930, et finalement par “imposing” dans celle de 1949. Pourtant, Saint-John Perse, conscient de cette force, n’en exigeait pas moins le maintien sans l’ombre d’une ambiguïté :

  • 26 Cité par Henriette Levillain, ibid., p. 40.

Maintenir si possible “the emphatic rivers”. Il importe d’imposer à l’anglais le même écart dans l’accouplement forcé de deux mots disparates, l’un abstrait, l’autre concret26.

  • 27 Samuel Beckett, Play, dans Words and Music. Play. Eh Joe / Paroles et musique. Comédie. Dis Joe, ed (...)
  • 28 Voir Jean De Palacio, “Shelley traducteur de soi-même”, Revue des Sciences Humaines, t. XL, n° 158, (...)
  • 29 Voir Michaël Oustinoff, Bilinguisme d’écriture et auto-traduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vl (...)

43S’il s’était agi d’une auto-traduction pleine et entière, on aurait eu “the emphatic rivers”. C’est sans doute ce qui explique que pour rendre “kissing their sour kisses” Beckett ait pensé à “se baisant jaune de leurs jaunes baisers”27, ce qui est un renforcement spectaculaire dans la recherche d’un équivalent pour “sour kisses », et ce qui expliquerait aussi la création d’adjectifs composés calqués sur l’anglais par Shelley dans ses auto-traductions en italien, tels que “aurora-illuminata” pour “dawn-illumined” ou “spirito-ins tinta” pour “spirit-sighted”28. Mais il ne faudrait pas réduire l’auto-traduction à la seule dimension de la réécriture traduisante, par définition interdite à la traduction allographe sous peine de tomber dans l’adaptation29 : plus en amont, il n’y a pas solution de continuité. Non seulement dans le cas des “fleuves emphatiques” qui auraient gagné à être traduits selon la volonté de l’auteur par “emphatic rivers”, mais à plus large échelle, quand il faut faire violence à la langue, comme lorsque Claire Cayron, traductrice de l’écrivain portugais Miguel Torga, se voit dans l’obligation de le faire, non par caprice, mais par nécessité d’écriture :

  • 30 Claire Cayron, Sésame, pour la traduction. Une nouvelle de Miguel Torga, pref. Laure Bataillon, Bor (...)

Altérer ce procédé [de l’antéposition des adjectifs], au nom d’un malaise (et non d’une faute) au regard de la syntaxe française, ce serait bien, pour reprendre un lieu commun, trahir et non pas traduire, car ce serait ôter de l’écriture torguienne l’un des signes de reconnaissance qu’elle produit. Or une écriture vaut par sa capacité à être reconnue comme on reconnaît un visage30.

  • 31 Voir Paul Bensimon, “Ces métaphores vives... La traduction des adjectifs composés métaphoriques”, P (...)

44C’est que la traduction doit aussi aller aux limites, comme le fait l’écriture, aussi singulière qu’un visage dans son unicité, comme lorsque Pierre Leyris traduit ce passage de “The Wreck of the Deutschland” de Gerard Manley Hopkins, “Blue-beating and hoary-glow height ; or night, still higher, / With belled fire and the moth-soft Milky Way” par “Hauteur battant-le-bleu, chatoyante-chenue, et toi, plus haute nuit / Au feu tintant, à la douce-comme-phalène Voie Lactée”, poussant “presque à sa limite la syntaxe de l’adjectivisation en français”31. C’est pourquoi on peut certes être d’accord avec Henriette Levillain quand elle affirme : “l’observation des manuscrits des traductions de Saint-John Perse a permis de constater que le poète, caché derrière le masque d’un humble traducteur, avait prolongé dans la langue anglaise sa rêverie sur les mots” (op. cit., p. 44). Mais on ajoutera que tout traducteur, aussi humble soit-il, ne peut se passer de cette “rêverie”, car si l’on parvient à comprendre les rapports qui unissent les mots de l’original sur le plan de leur structure, que ce soit du point de vue de la thématisation et de la réélaboration syntaxique, de l’opposition entre “phase 1” et “phase 2”, ou du point de vue des incidences stylistiques, reste toujours le visage auquel donner chair.

45Encore faut-il être sensible à de telles nuances, en elles-mêmes impossibles à déceler sans la prise en compte de la poétique de la traduction, qui est toujours aussi traduction de la poétique, et ce, non de manière abstraite, mais rapportée à une œuvre particulière, donc en définitive traduction d’une poétique, par exemple, celle de Keats :

  • 32 Albert Laffay, éd., Keats. Poèmes choisis. Selected Poems, trad. Albert Laffay, Paris, Aubier Flamm (...)

Dans une langue comme l’anglais où l’épithète se place invariablement devant le substantif, la distinction devient plus malaisée entre adjectifs de classification et épithètes affectives. Il est remarquable à cet égard que l’anglais, assez souvent, spécialise ses adjectifs. Voyez, par exemple, le mot affectif “historic” à côté de “historical”, simple étiquette ; ou encore la nuance sentimentale, subjective de “great” et de “little” par rapport aux mots purement descriptifs que sont “large” ou “small”. Mais ordinairement, l’adjectif anglais ne se donne pas nettement pour l’un ou pour l’autre et il n’est pas rare que les deux fonctions ne soient pas séparées. On ne saura pas toujours facilement si “weak men”, par exemple, doit s’entendre : hommes que l’on classe, pour les distinguer des forts, dans la catégorie des faibles, ou bien — “weak” étant épithète de nature — hommes faibles par leur essence d’hommes. Il est même fréquent qu’il faille comprendre les deux à la fois. Mais les auteurs, selon leur nature, tirent plutôt dans un sens ou plutôt dans un autre. Or, chez Keats, et c’est ici que nous en voulions venir, l’épithète a toujours tendance à assumer une valeur affective très forte. Elle sert beaucoup plus à condenser une charge d’émotion qu’à décrire ou à analyser32.

46On comprendra aisément que c’est toute la traduction des poèmes de Keats qui sera colorée par cette appréhension de sa poétique, et ce, même lorsqu’il s’agit des adjectifs de couleur, si difficilement antéposables aujourd’hui en français, comme au tout début de “To one who has been long in city pent” :

To one who has been long in city pent,
‘Tis very sweet to look into the fair
And open face of heaven —to breathe a prayer
Full in the smile of the blue firmament.

  • 33 Ibid., pp. 140-141.

A qui est depuis longtemps confiné dans la ville,
Il est fort doux de perdre son regard
Dans le beau visage ouvert du ciel — d’exhaler une prière
En plein sourire du bleu firmament. (Trad. Albert Laffay33

47Le français avait à sa disposition “firmament bleu” ou “bleu firmament”, et il n’est nul besoin d’être un linguiste chevronné pour sentir que la postposition de l’adjectif investit la traduction d’une force particulière. Mais il est tout aussi évident, sur cet exemple du moins, que l’on ne saurait en déduire que “the blue firmament” serait par comparaison plus plat, l’anglais ne disposant pas du tour symétrique “*the firmament blue”. Une telle comparaison tiendrait ici du syllogisme, car “the blue firmament” n’est pas plus le “firmament bleu” que le “bleu firmament”, ou plutôt il n’est pas que cela : plutôt que de chercher à évaluer une traduction en fonction des “gains” et des “pertes” (J.P. Vinay, J. Darbelnet), il vaut mieux aller au-delà en cherchant à l’analyser en tant que version à part entière de l’œuvre dont elle dérive (W. Benjamin, A. Berman, H. Meschonnic, etc.). A partir de ce moment-là, ce que montre la traduction, c’est un nouveau versant de l’œuvre, qu’elle contenait en puissance. Ce sont ces potentialités qui vont infléchir les choix opérés par le traducteur, et ce même dans un domaine qui semblait d’emblée peu problématique, sans doute parce qu’il recoupe un point de grammaire que l’on a tendance à considérer — un peu trop vite — comme élémentaire.

Haut de page

Bibliographie

Adamczewski, Henri, Grammaire linguistique de l’anglais, Paris, Armand Colin, 1982.

Beckett, Samuel, Words and Music. Play. Eh Joe I Paroles et musique. Comédie. Dis Joe, ed. Jean-Jacques Mayoux, Paris, Aubier-Flammarion (collection bilingue), 1972.

Bensimon, Paul, “Ces métaphores vives... La traduction des adjectifs composés métaphoriques”, Palimpsestes n° 2, PSN, 1990, pp. 83-108.

Benveniste, Emile, “Fondements syntaxiques de la composition nominale” dans Problèmes de linguistique générale, II, Paris, Gallimard, 1974, pp. 145-162.

Berman, Antoine, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

Bourcier, Edouard, Eléments de linguistique romane, Paris, Editions Klincksieck, 1967.

Cayron, Claire, Sésame, pour la traduction. Une nouvelle de Miguel Torga, pref. Laure Bataillon, Editions Le Mascaret, 1987.

Cotte, Pierre, L’explication grammaticale de textes anglais, PUF, 1996.

Coulson, Michael, Teach Yourself Sanskrit, Londres, Hodder and Stoughton, 1978, (1976).

Delmas, Claude, Adams, Philip, Deléchelle, et al, Faits de langue en anglais. Méthode et pratique de l’explication grammaticale, Paris, Dunod, 1993.

Demanuelli, Claude, Demanuelli, Jean, Lire et traduire. Anglais-français, Paris, Masson, 1991.

De Palacio, Jean, “Shelley traducteur de soi-même”, Revue des Sciences Humaines, t. XL, n° 158, Avril-Juin 1975, pp. 223-244.

Gak, V. G., Russkij jazyk v sopostavlenii s frantsuzskim, Moscou, Russkij jazyk, 1988.

Genette, Gérard, L’Œuvre de l’art. Immanence et transcendance, Paris, Editions du Seuil, 1994.

Goodenday, Stéphane, La version anglaise aux concours, Paris, Ellipses, 1994.

Guillemin-Flescher, Jacqueline, Syntaxe comparée du français et de l’anglais, Gap, Ophrys, 1981.

Hardy, Thomas, “The Melancholy Hussar of the German Legion” (1888), Trad. Magali Merle, Paris, Le Livre de Poche, collection bilingue), 1992.

Hagège, Claude, La structure des langues, Paris, PUF, 1982.

Jakobson, Roman, “Aspects linguistiques de la traduction” (1959), dans Essais de linguistique générale,ed., Nicolas Ruwet, Paris, Editions de Minuit, 1963.

Keats, Poèmes choisis. Selected Poems, ed., trad., Albert Laffay, Paris, Aubier Flammarion (édition bilingue), 1968.

Kokelberg, Jean, Les techniques du style, Paris, Nathan, 1991.

Levillain, Henriette, “Saint-John Perse traducteur en langue anglaise de son œuvre. Problématique d’analyse critique” Ballard, Michel, ed., La traduction plurielle, Lille, P. U.L., 1990.

Melville, Herman, “Benito Cereno”, The Piazza Taies, (1856), trad. Pierre Leyris, “Benito Cereno” Paris, Gallimard (Folio, collection bilingue), 1994.

Meschonnic, Henri, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999.

Nabokov, Vladimir, Lolita, Paris, 1955 (New York: 1958). Editions utilisées: The Annotated Lolita, ed. Alfred Appel, Jr., New York, Vintage Books, 1991; traductions françaises: Lolita, trad. E. H. Kahane, Paris, Gallimard, 1959; Maurice Couturier, Paris, Galllimard, 2001; auto-traduction en russe, Vladimir Nabokov, Lolita, Ann Arbor (Michigan), Ardis, 1967.

O’flaherty, Wendy Doniger, “On Translating Sanskrit Myths” in William Radice, Barbara Reynolds, eds., The Translator’s Art. Essays in Honour of Betty Radice, Harmondsworth (UK), Penguin Books, 1987.

Oseki-Depre, Inês, Théories et pratiques de la traduction littéraire, Paris, Armand Colin, 1999.

Oustinoff, Michaël, Bilinguisme d’écriture et auto-traduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov, Paris, L’Harmattan, 2001.

Quirk, Randolph, Greenbaum, Sidney, Leech, Geoffrey, et al., A Grammar of Contemporary English, Londres, Longman, 1985.

Riegel, Martin, Pellat, Jean-Christophe, Rioul, René, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994.

Schanen, François, Confais, Jean-Paul, Grammaire de l’allemand. Formes et fonctions, Paris, Nathan, 1986.

Touratier, Christian, Syntaxe latine, Louvain-la-neuve, Peeters, 1994.

Truffaut, Louis, Problèmes linguistiques de traduction, Munich, Max Hueber, 1983.

Vinay, J. P., Darbelnet, J., Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris, Didier, 1977 (1958).

Wood, Mary, Thème anglais. Filière classique, Paris, PUF, 1995.

Haut de page

Notes

1 Edouard Bourcier, Eléments de linguistique romane, Paris, Klincksieck, 1967. Pour une analyse plus récente de l’ordre des mots en latin, voir la thèse de Christian Touratier, Syntaxe latine, Louvain-la-neuve, Peeters, 1994.

2 J.-P. Vinay, J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris, Didier, 1977 (1958), p. 204.

3 Louis Truffaut, Problèmes linguistiques de traduction, Munich, Max Hueber, 1983, p. 8.

4 Voir Jacqueline Guillemin-Flescher, Syntaxe comparée du français et de l’anglais, Gap, Ophrys, 1981.

5 Voir Martin Riegel, et al., Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994, et Jean Kokelberg, Les techniques du style, Paris, Nathan, 1991.

6 Voir V.G. Gak, Russkij jazyk v sopostavlenii s frantsuzskim, Moscou, Russkij jazyk, 1988.

7 Voir Claude Hagège, La structure des langues, Paris, PUF, 1982.

8 Emile Benveniste, “Fondements syntaxiques de la composition nominale” dans Problèmes de linguistique générale II Paris, Gallimard, 1974, pp. 145-162.

9 Voir Pierre Cotte, L’explication grammaticale de textes anglais, Paris, PUF, 1996, p. 20.

10 Pierre Cotte, ibid., p. 38.

11 Roman Jakobson, “Aspects linguistiques de la traduction” (1959), dans Essais de linguistique générale, ed. Nicolas Ruwet, Paris, Editions de Minuit, 1963, p. 79.

12 Voir Gérard Genette, L’Œuvre de l’art. Immanence et transcendance, Paris, Editions du Seuil, 1994.

13 C’est le même processus, d’ailleurs, en français : “un bon pneu”/“ un pneu bon à jeter”/“ *un bon à jeter pneu” (Martin Riegel, et al., Grammaire méthodique du français, op. cit., p. 181.)

14 Randolph, Quirk, Sidney, Greenbaum, Geoffrey, Leech, et al, A Grammar of Contemporary English, Londres, Longman, 1985, p. 1243.

15 Claude Delmas, Philip Adams, Gérard Delechelle, et al., Faits de langue en anglais. Méthode et pratique de l’explication grammaticale, Paris, Dunod, 1993, p. 144.

16 Voir Henri Adamczewski, Grammaire linguistique de l’anglais, Paris, Armand Colin, 1982.

17 Voir François Schanen, Jean-Paul Confais, Grammaire de l’allemand, Paris, Nathan, 1986.

18 M. Coulson, Teach Yourself Sanskrit, Londres, Hodder and Stoughton, 1978 (1976), p. 110.

19 Randolph Quirk, et al., op. cit., p. 1326.

20 Ce qui ne va pas sans poser, naturellement, d’épineux problèmes de traduction. Sur le sujet, voir Wendy Doniger O’Flaherty, “On Translating Sanskrit Myths” dans William Radice, Barbara Reynolds, eds., The Translator’s Art. Essaysin Honour of Betty Radice, Harmondsworth (UK), Penguin Books, 1987.

21 Martin Riegel, et al, Grammaire méthodique du français, op. cit., p. 183.

22 J.-P. Vinay, J. Darbelnet, op. cit., p. 204. L’exemple qui suit leur est également emprunté.

23 Shakespeare, Richard III, ed., trad. Pierre Leyris, Paris, Aubier, 1971, pp. 212-213. On trouve aussi le cas de figure précédent : “Now thy proud neck bears half my burthened yoke” IV.iv.111 / “Ton cou superbe porte à présent la moitié du faix de mon joug” (ibid., pp. 248-249).

24 Claude Demanuelli, Jean Demanuelli, Lire et traduire. Anglais-français, Paris, Masson, 1991, p. 163.

25 Henriette Levillain, “Saint-John Perse traducteur en langue anglaise de son œuvre. Problématique d’analyse critique”, dans Michel Ballard, éd., La traduction plurielle, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1990, p. 40.

26 Cité par Henriette Levillain, ibid., p. 40.

27 Samuel Beckett, Play, dans Words and Music. Play. Eh Joe / Paroles et musique. Comédie. Dis Joe, ed. Jean-Jacques Mayoux, Paris, Aubier-Flammarion (collection bilingue), 1972, p. 212-213.

28 Voir Jean De Palacio, “Shelley traducteur de soi-même”, Revue des Sciences Humaines, t. XL, n° 158, Avril-Juin 1975, pp. 223-244.

29 Voir Michaël Oustinoff, Bilinguisme d’écriture et auto-traduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov, Paris, L’Harmattan, 2001.

30 Claire Cayron, Sésame, pour la traduction. Une nouvelle de Miguel Torga, pref. Laure Bataillon, Bordeaux, Editions Le Mascaret, 1987, p. 87.

31 Voir Paul Bensimon, “Ces métaphores vives... La traduction des adjectifs composés métaphoriques”, Palimpsestes n° 2, Paris, PSN, 1990, p. 99.

32 Albert Laffay, éd., Keats. Poèmes choisis. Selected Poems, trad. Albert Laffay, Paris, Aubier Flammarion (éd. bilingue), 1968, pp. 22-23.

33 Ibid., pp. 140-141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Oustinoff, « L’adjectif antéposé de l’anglais : problème de traduction ? », Palimpsestes, 14 | 2001, 99-117.

Référence électronique

Michaël Oustinoff, « L’adjectif antéposé de l’anglais : problème de traduction ? », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2002, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1660 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1660

Haut de page

Auteur

Michaël Oustinoff

Michaël Oustinoff est enseignant-chercheur à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle où il enseigne la traduction. Bilingue dès l’enfance (sa langue maternelle est le portugais), puis plurilingue, son attrait pour la recherche en traduction remonte à la lecture du livre de Julien Green Le langage et son double I The Language and its Shadow. Membre du TRACT et du comité de rédaction de Palimpsestes, il a fait paraître en 2001 chez L’Harmattan, Bilinguisme d'écriture et auto-traduction : Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov. Il travaille actuellement sur un deuxième ouvrage intitulé Le continent des langues exploré : traduire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org