Navigation – Plan du site
Table ronde

Présentation

Michaël Oustinoff
p. 120-124

Texte intégral

1Ainsi que l’on a eu l’occasion de l’indiquer au début de ce volume, “Ligeia” était la nouvelle que Poe lui-même préférait :

Je ne considère aucun de mes contes comme supérieur à un autre. Il y a parmi eux une grande variété de genres, et, au point de vue de la valeur, ces genres ne sont pas égaux, mais chacun de ces contes, dans son genre, vaut les autres. Le genre le plus précieux étant celui de la plus haute imagination — et, pour cette raison, on peut considérer “Ligeia” comme mon meilleur conte.

  • 1 Edgar Allan, Poe, “Ligeia”, Choix de contes, ed. Roger Asselineau, Paris, Aubier Montaigne, 1958, (...)

2C’est ainsi qu’Edgar Allan Poe en parlait dans une lettre à P. P. Cooke du 9 août 1846, traduite par George Asselineau dans l’édition qui a servi de référence aux interventions de la table ronde qui vont suivre, édition de consultation extrêmement pratique puisqu’elle est bilingue, mettant en regard l’original de Poe et sa traduction par Baudelaire1.

3C’est un texte en réalité doublement problématique quand on y ajoute la traduction baudelairienne. Sur son versant américain, on n’étonnera pas grand monde en disant que l’évaluation des qualités de l’œuvre et du style d’Edgar Poe a suscité, et suscite encore des polémiques. C’est ainsi que D. H. Lawrence ne compte pas parmi ses plus fervents admirateurs :

  • 2 Les intervenants disposaient de l’édition de 1958.

On a souvent loué le style de Poe. Mais ce n’est que du clinquant. Sa “main de marbre” et “l’élasticité de son pas” [deux expressions employées par Poe dans “Ligeia”] font davantage songer à des ressorts de fauteuil et à un manteau de cheminée qu’à un être humain. [Ligeia] n’a jamais été tout à fait un être humain pour lui. Elle a été un instrument dont il tirait des sensations extrêmes... Tout le style de Poe a cette qualité mécanique... Il ne décrit jamais rien avec des mots qui suggèrent la vie, mais presque toujours avec des mots qui suggèrent la matière, des joyaux, du marbre, etc., ou des forces — le point de vue scientifique. C’est ce qu’on appelle “avoir du style”. (Edgar Allan Poe, Contes. Taies, trad. Charles Baudelaire, ed. R. Asselineau, Paris, Aubier-Flammarion, 1968, pp. 98-99)2.

4Sur le versant français, c’est l’auctorialité de la traduction qui fait problème, car on a trop souvent tendance à considérer la traduction de Baudelaire au bout du compte comme une “amélioration” de l’original, ce qui, au pied de la lettre, est un non-sens théorique : seul l’auteur de l’original est en mesure de l’améliorer ou de l’amender, comme d’ailleurs d’en disposer comme il l’entend. Pour parvenir à un tel résultat, la recette est simple : on commencera par procéder à un éreintage en bonne et due forme du style de Poe, en marchant sur les brisées de D. H. Lawrence, point de vue que partage George Asselineau, dont voici quelques citations caractéristiques : “Le style de Poe est effectivement gâté par l’abus du faux brillant” (ibid., p. 99), “sa machine à fabriquer des phrases pathétiques est alors à ce point désaccordée qu’elle lui fait arbitrairement changer le jour en nuit pour rendre plus lugubre le sinistre baptême qu’il évoque. [...] Il aime l’emphase et l’exagération” (p. 101), “Il a de même fréquemment recours à des mots savants d’origine latine, qui font mieux, lui semble-t-il, que leurs équivalents saxons que l’on trouve sous la plume de tout le monde” (p. 101 ), “cette prose est donc faite avant tout d’éléments empruntés” (p. 103). On pourrait multiplier à l’envi les citations de la même eau.

5Comme il est assez rare de trouver aujourd’hui des critiques de même nature au sujet du style de Baudelaire, on en vient tout naturellement à la conclusion suivante, sans même se donner la peine de la démontrer, tellement elle semble aller de soi :

Baudelaire ne s’est permis en général aucune transposition, aucun remaniement et par cette méthode est parvenu à rendre non seulement le sens du texte, mais encore sa tonalité générale — bien qu’on ne puisse pas dire qu’il donne du style de Poe une reproduction parfaite. Il en a atténué certains défauts, en éliminant, ainsi que nous l’avons vu, un certain nombre de fautes de goût ou même parfois en supprimant des membres de phrases inutiles, car il était meilleur écrivain que Poe (ibid., p. 108).

6Enfin, en conjuguant l’infériorité présumée du style d’Edgar Poe à la supériorité d’écrivain de Baudelaire traduisant Poe, on en arrive insensiblement à estimer la traduction supérieure à l’original, ce qui expliquerait du même coup pourquoi les francophones seraient moins portés à blâmer qu’à louer le style d’Edgar Poe :

Chose curieuse, les admirateurs sont le plus souvent des Français et les détracteurs invariablement des Anglo-Saxons. Mais cette différence s’explique aisément. Les lecteurs de langue anglaise ont toujours été sensibles au caractère factice du style de Poe que les Français, qui, en général, ne connaissent ses contes qu’à travers la traduction de Baudelaire, c’est-à-dire dans une version purifiée et raffinée du texte original, d’où la plupart des fautes de goût ont été éliminées” (R. Asselineau, ibid., p. 99).

  • 3 Ed. Y.-G. le Dantec, Paris, 1951.

7Les toutes premières lignes de présentation des Œuvres en prose d’Edgar Allan Poe dans la Bibliothèque de la Pléiade3 sont à cet égard tout à fait éclairantes :

Bien que ce volume ne fasse pas partie des œuvres de Baudelaire éditées dans la Bibliothèque de la Pléiade, c’est encore un texte baudelairien que nous donnons ici, en publiant une édition des œuvres d’Edgar Allan Poe. En effet, la question ne pouvait pas se poser de savoir si l’incomparable version de Baudelaire serait ou non reproduite (Y.-G. le Dantec, op. cit., p. ix).

8C’est pourquoi les œuvres en prose ne seront pas complètes, Baudelaire ne les ayant pas toutes traduites. Dès lors, pourquoi ne pas faire appel à d’autres traducteurs pour les autres ? C’eût été attentatoire : “En premier lieu, n’eût-il pas semblé quasi sacrilège de juxtaposer des nouvelles magistralement transcrites et d’autres traductions, quelle qu’en fût la valeur ?” (P. -Y. le Dantec, ibid., p. ix).

9Pourtant, il existe bien d’autres manières d’envisager les rapports entre l’œuvre de Poe et sa traduction par Baudelaire. On en mentionnera une seule, celle qui consiste... à partir cette fois-ci du point de vue de Baudelaire lui-même ! Quant au style de Poe d’abord, sur lequel il ne déverse pas une avalanche d’invectives :“[...] le style est serré, concaténé ; la mauvaise volonté du lecteur ou sa paresse ne pourront pas passer à travers les mailles de ce réseau tressé par la logique. Toutes les idées, comme des flèches obéissantes, volent au même but” (cité par R. Asselineau, op. cit., p. 98). D’ailleurs, on rappellera que Baudelaire n’a pas connu de son temps que des panégyristes, qui, ironie suprême, lui ont jeté au visage l’accusation de plagier Edgar Poe dans ses propres œuvres :

  • 4 Cité par Inês Oseki-Dépré, Théories et pratiques de la traduction littéraire, Paris, Armand Colin, (...)

On m’accuse, moi, d’imiter Edgar Poe ! Savez-vous pourquoi j’ai si patiemment traduit Poe ? parce qu’il me ressemblait. La première fois que j’ai ouvert un livre de lui, j’ai lu avec épouvante et ravissement non seulement des sujets rêvés par moi mais des phrases pensées par moi et écrites par lui vingt ans auparavant4.

10Point de vue que l’on pourrait à nouveau inverser, si l’on en croit Inês Oseki-Depré, parlant cette fois-ci du seul poème de Poe traduit par Baudelaire, à savoir The Raven : “Sans être versifiée, en effet, la traduction baudelairienne a une autonomie poétique, un timbre, une facture que l’on retrouvera plus tard dans ses propres poèmes en prose” (op. cit., p. 198).

11On comprend mieux, dès lors, le patient labeur que fut celui de Baudelaire et son acharnement à traduire Poe en dépit de sa méconnaissance initiale de l’anglais :

Pour ce qui est des variantes, il n’a malheureusement pas été possible de les mentionner toutes, à cause de leur considérable étendue. Leur examen prouve en effet que quand Baudelaire, vers 1847, prit la décision de traduire Poe et entama l’énorme tâche à laquelle il devait consacrer dix-sept années de sa vie, il ne possédait de l’anglais qu’une connaissance très rudimentaire ; il n’est pas excessif de dire qu’il apprit cette langue dans son auteur” (Y.-G. le Dantec, op. cit., p. xi).

12Mais on voit surtout à quel point la traduction de Baudelaire porte l’empreinte de sa lecture de Poe, qu’il n’a nullement cherché à “améliorer” mais à rendre, non pas pour faire du Baudelaire, par auto-pastiche, ou du Poe, par plagiat, mais pour faire apparaître l’originalité fondamentale de l’œuvre du point de vue de l’esthétique, ainsi qu’il le souligne dans son “Avis du traducteur” de 1864 : “Pour conclure, je dirai aux Français amis inconnus d’Edgar Poe que je suis fier et heureux d’avoir introduit dans leur mémoire un genre de beauté nouveau” (Œuvres en prose d’Edgar Poe, op. cit., p. 1063). C’est donc dans un tel contexte qu’il faut replacer l’“incomparable version de Baudelaire” (Y.-G. le Dantec, cf. supra), qui, on le voit présente à l’observateur de multiples facettes, dont la moindre n’est pas de constituer une traduction dont on s’accorde à dire qu’elle représente une version à part entière de l’œuvre dont elle dérive, qualité que l’on a tendance à dénier aux traductions, mais qui, du fait de l’auctorialité prestigieuse de celle-ci se voit intégrer à l’œuvre de Baudelaire ou, plus exactement, à son “œuvre de traduction”, pour reprendre l’expression d’Antoine Berman (ce qui explique le terme de “texte baudelairien” employé par Y.-G. le Dantec).

13On le voit, les ramifications des “deux problématiques” mentionnées au début sont aussi nombreuses que complexes, car elles s’entrecroisent, dans ce Janus bifrons qu’est la traduction baudelairienne : une simple table ronde ne pourrait raisonnablement pas se fixer pour ambition de les examiner toutes par le menu... Il aurait fallu pour cela un colloque entier, voire plusieurs. La table ronde s’est donc assignée un cadre certes moins large, mais néanmoins névralgique, puisqu’il concerne un trait marquant du style de Poe, celui des adjectifs, chez cet auteur surabondants : “Le caractère très artificiel et très consciemment littéraire de ce style apparaît bien en particulier dans la fréquence des adjectifs. Poe répugne à employer un nom qui ne soit pas accompagné d’au moins une épithète”. Dans cette citation de Roger Asselineau (op. cit., p. 102) perce la critique et le regret, mais pour l’analyse de la traduction, c’est une aubaine, du fait de la multiplicité des cas de figure dont peut ainsi rendre compte chacune des interventions qui vont suivre.

Haut de page

Notes

1 Edgar Allan, Poe, “Ligeia”, Choix de contes, ed. Roger Asselineau, Paris, Aubier Montaigne, 1958, pp. 122-155. Texte de référence : (page/ligne).

2 Les intervenants disposaient de l’édition de 1958.

3 Ed. Y.-G. le Dantec, Paris, 1951.

4 Cité par Inês Oseki-Dépré, Théories et pratiques de la traduction littéraire, Paris, Armand Colin, 1999, p. 199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Oustinoff, « Présentation », Palimpsestes, 14 | 2001, 120-124.

Référence électronique

Michaël Oustinoff, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1662

Haut de page

Auteur

Michaël Oustinoff

Michaël Oustinoff est enseignant-chercheur à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle où il enseigne la traduction. Bilingue dès l’enfance (sa langue maternelle est le portugais), puis plurilingue, son attrait pour la recherche en traduction remonte à la lecture du livre de Julien Green Le langage et son double I The Language and its Shadow. Membre du TRACT et du comité de rédaction de Palimpsestes, il a fait paraître en 2001 chez L’Harmattan, Bilinguisme d'écriture et auto-traduction : Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov. Il travaille actuellement sur un deuxième ouvrage intitulé Le continent des langues exploré : traduire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org