Navigation – Plan du site
Table ronde

“Ligeia” : l’alternance des adjectifs

Michaël Oustinoff
p. 125-130

Texte intégral

1En français, la latitude est bien plus grande qu’en anglais de varier la place de l’adjectif, tantôt en l’antéposant, tantôt en le postposant. C’est enfoncer une porte ouverte que de le dire. On n’est donc nullement stupéfait de voir Baudelaire tantôt antéposer, tantôt postposer les adjectifs dans sa traduction de “Ligeia”. C’est le contraire qui aurait été surprenant, et ce d’autant plus que la surabondance des adjectifs dans le texte de Poe est frappante. Mais comme dans “The Purloined Letter”, ce qui s’impose avec la force de l’évidence risque de dissimuler la lettre cachée dans son évidence même : la prolifération adjectivale n’est en effet pas accidentelle, elle est un trait constitutif du style de Poe. Il y a très peu de chances que ce trait de style ait échappé à Baudelaire : l’alternance des adjectifs est donc peut-être bien une lettre cachant l’évidence de la traduction dans sa systématicité, autrement dit, dans sa poétique.

2Dans “Bénédiction”, pour ne prendre que ce poème de Baudelaire, l’adjectif “antique” est postposé au vers 39 : “Je ferai le métier des idoles antiques”, et antéposé au vers 69 : “Mais les bijoux perdus de l’antique Palmyre”. Un autre ordre briserait la rime et le rythme. Il y a aussi dans les poèmes, cette fois-ci des alternances dans le corps d’un même vers, notamment le chiasme “grammatical” AN NA : “Maudite soit la nuit/aux plaisirs éphémères”, par exemple, et le chiasme inverse “NA AN” : “dans les rangs bienheureux des saintes Légions”. Pousser plus avant l’analyse nous déporterait trop loin de “Ligeia”, mais force est de constater que de telles alternances sont particulièrement frappantes, dès le début, et de proche en proche, à l’échelle du texte entier.

3Quelques exemples suffiront, du fait de la systématicité à l’œuvre dans cette traduction. Néanmoins, il ne faudrait pas perdre de vue que Baudelaire a passé dix-sept années de sa vie à traduire Poe, et que le texte qui nous parvient n’est pas seulement le fruit de patience et longueur de temps, ce dont on se rend compte en comparant les jets successifs :

  • 1 Y.-G. le Dantec, ed., Œuvres en prose d’Edgar Allan Poe, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la (...)

S’il veut noter toutes les modifications, dont certaines essentielles, que la traduction a subies dans ce court intervalle [celui qui sépare les leçons de 1854-55 et la version définitive de 1856-1857], c’est toutes les trois ou quatre lignes au moins que l’annotateur doit s’arrêter”1

4Il y a donc bien tout un travail d’écriture sous-jacent dont la traduction achevée n’est que la face apparente, ainsi que le montrent les deux exemples suivants, emprunté aux deux versions proposées tour à tour par Baudelaire du poème “The Raven” :

Original : Edgar Poe, “The Raven”
And the silken, sad, uncertain rustling of each purple curtain
Thrilled me —filled me with fantastic terrors never felt before; (III, 13-14)

Version 1 : 1853 [1854]
Et le soyeux, mélancolique, indéterminé froufrou de chaque rideau de pourpre me pénétrait, me remplissait de fantastiques terreurs, inconnues jusqu’à ce jour.

Version 2
Et le soyeux, triste et vague bruissement des rideaux pourprés
me pénétrait, me remplissait de terreurs fantastiques, inconnues pour moi jusqu’à ce jour.

Original : Edgar Poe, “The Raven”
Open here I flung the shutter, when, with many a flit and flutter,
In there stepped a stately Raven of the saintly days of yore; (VII, 37-38)

Version 1
Alors, j’ouvris le volet, quand, avec une grande brusquerie et un grand mouvement d’ailes, se jeta en dedans un magnifique corbeau des vénérables temps anciens.

Version 2
Je poussai alors le volet, et, avec un tumultueux battement d’ailes, entra un majestueux corbeau digne des anciens jours.

5De tels exemples montrent à quel point la traduction est travaillée et retravaillée sans cesse, tant sur le plan de la littéralité que celui de la littérarité. Dans le premier exemple, pour s’en tenir à la traduction des adjectifs, le segment “silken, sad, uncertain rustling” aboutit à “le soyeux, triste et vague bruissement”, ce qui est une traduction plus légère que la première version “le soyeux, mélancolique, indéterminé froufrou”, et en ce sens cette deuxième traduction améliore la première, de même que dans le deuxième exemple lorsque “with many a flit and flutter” est tour à tour traduit par “avec une grande brusquerie et un grand mouvement d’ailes” et “avec un tumultueux battement d’ailes” (mais cela traduit-il vraiment “with a Ait and flutter” ?). Toutefois, avec la traduction de “filled me with fantastic terrors”, on se trouve sur un autre plan. Baudelaire traduit d’abord par “me remplissait de fantastiques terreurs”, puis se ravise, pour aboutir à “me remplissait de terreurs fantastiques”, ce qui montre bien qu’aucun élément de la traduction n’est laissé au hasard (on notera ainsi le passage de “fantastiques terreurs, inconnues jusqu’à ce jour” à “terreurs fantastiques, inconnues pour moi jusqu’à ce jour”). Mallarmé, lui, garde l’antéposition (“m’emplissait de fantastiques terreurs pas senties encore”), opère une transposition banale de l’adjectif “silken” par le substantif “soie”, mais avec un effet stylistique spectaculaire : “Et de la soie l’incertain et triste bruissement en chaque rideau purpural me traversait”. Il traduit “with many a flit and flutter” par “avec maint enjouement et agitation d’ailes”, mais apparemment il ne connaît pas les mêmes hésitations que Baudelaire devant “a stately Raven of the saintly days of yore”, qui a d’abord traduit par “un magnifique corbeau des vénérables temps anciens”, puis par “un majestueux corbeau digne des anciens jours”, là où Mallarmé n’a pas reculé devant : “entra un majestueux corbeau des saints jours de jadis”.

6On ne voit donc pas pourquoi la traduction de “Ligeia” dérogerait à la règle. En voici un premier exemple caractéristique :

“Ligeia”, 130/15-17
Of all the women whom I have ever known, she, the
outwardly calm, the ever-placid Ligeia, was the most violently, a prey to the tumultuous vultures of stern passion.
De toutes les femmes que j’ai connues, elle, la toujours placide Ligeia, à l’extérieur si calme, était la proie la plus déchirée par les tumultueux vautours de la cruelle passion.

7Grâce à la transposition de “outwardly calm” en “à l’extérieur si calme”, Beaudelaire introduit une suite de deux chiasmes alternés : d’abord AN/NA : “la toujours placide Ligeia, à l’extérieur si calme”, puis l’ordre inverse : NA/AN : “la proie la plus déchirée par les tumultueux vautours de la cruelle passion”.

8Certes, comme dans un poème la métrique impose le placement de l’adjectif à tel ou tel endroit, il est de nombreux passages où c’est la langue qui impose sa métrique propre :

“Ligeia”, 138/21-24
[...] in the gorgeous and fantastic draperies, in the solemn carvings of Egypt, in the wild cornices and furniture, in the Bedlam patterns of the carpets of tufted gold!
[...] dans ces splendides et fantastiques draperies, dans ces solennelles sculptures égyptiennes, dans ces corniches et ces ameublements bizarres, dans les extravagantes arabesques de ces tapis tout fleuris d’or !

9Ce qui empêche l’antéposition de l’ensemble des adjectifs par Baudelaire, c’est tout d’abord un adjectif mis en facteur commun à deux substantifs qui le suivent : “the wild cornices and furniture”, d’où la traduction : “dans ces corniches et ces ameublements bizarres”. Une fois fixé le choix de traduire “carpets of tufted gold” par “tapis tout fleuris d’or” (seul ordre possible), Baudelaire aurait très bien pu traduire “Bedlam patterns” par “arabesques extravagantes”. Mais “extravagantes arabesques” permet de constituer une transition vers la postposition finale obligatoire : “tapis tout fleuris d’or”. Si bien qu’au début, la dominante est une suite d’adjectifs antéposés, AN, l’ordre inverse NA au milieu servant de transition, et le chiasme final AN NA vient en point d’orgue, l’ensemble constituant par conséquent une période ternaire. La transition, du reste, n’est pas uniquement grammaticale : “bizarre” annonce “extravagantes”. Rien de mécanique par conséquent dans ces alternances, et l’on chercherait en vain à établir un “Petit Baudelaire sans peine” de la traduction. En guise d’illustration, on donnera ce troisième et dernier exemple. Il se situe au début du texte :

“Ligeia”, 124/6-10
And indeed, if ever that spirit which is entitled Romance —if ever she, the wan and the misty-winged Ashtophet of idolatrous Egypt, presided, as they tell, over marriages ill-omened, then most surely she presided over mine.
Et, en vérité, si jamais l’esprit de roman, — si jamais la pâle Ashtophet de l’idolâtre Egypte, aux ailes ténébreuses, ont présidé, comme on dit, aux mariages de sinistre augure, — très sûrement ils ont présidé au mien.

10Ici, Edgar Poe aurait très bien pu antéposer “ill-omened”. Mais on sent bien le déplacement du centre de gravité que cela représenterait. Dans “ill-omened marriages”, “ill-omened” serait en position faible par rapport à “marriages ill-omened”. Au contraire, “marriages” est en position forte. Mais ce n’est pas sur le mariage que l’on veut mettre l’accent, mais sur ses suites funestes, d’où la postposition en anglais, et également le fait que, pour ainsi dire, le ver conquérant était dans le fruit, non seulement sur un plan général “idolatrous Egypt”, qui n’est qu’en seconde place, mais sur un plan particulier, celui d’Ashtophet, qui se voit attribuer un complément adjectival fort : “the wan and the misty-winged Ashtophet”.

11On a ainsi un chiasme AN NA où les adjectifs en périphérie sont les éléments les plus marquants, qui clôturent l’ensemble sur lui-même : “the wan and the misty-winged” à une borne, “ill-omened”, à l’autre ; les noms au centre, par constraste, ont un pouvoir incantatoire bien plus faible, “Egypt”, “marriage”. En français, en traduisant de façon linéaire, on aurait eu : “si jamais la pâle Ashtophet aux ailes ténébreuses de l’idolâtre Egypte ont présidé”, etc. A ce premier déplacement obligatoire en français, on voit l’intérêt d’en ajouter un deuxième, en inversant la position de “idolatrous Egypt” et “misty-winged”. L’intérêt, c’est naturellement de trouver un équivalent sur le plan poétique à l’original. Mais nous avons un peu triché, car en réalité il y a également le nom propre Ashtophet, et le chiasme s’appuie par conséquent non pas sur deux, mais sur trois substantifs. C’est le premier qui est le plus marqué par une adjonction adjectivale, notamment par l’allitération : “wan”/“winged” et les assonances en “i” : “misty-winged”, etc. Baudelaire donne comme contrepartie un renforcement du chiasme, qu’il redouble sous la forme AN AN/NA NA en introduisant un quatrième substantif “augure” par transposition de “omened”. L’effet de symétrie est frappant, et les adjectifs se suivent en miroir selon une progression de plus en plus sombre : “pâle”/“ténébreuses” d’une part, “idolâtre”/“de sinistre augure”, d’autre part.

12De plus, le premier chiasme se termine par le pendant syntaxique de la fin du deuxième et lui fait écho : “de l’idolâtre Egypte”/“de sinistre augure”. Un autre parallélisme de la phrase n’a pas non plus échappé à Baudelaire : la répétition de “presided”. Quand la répétition n’est pas stylistiquement motivée, Baudelaire fidèle à la “variation stylistique”, plus fréquente en français, l’évite. Mais ici il maintient la répétition qui renforce l’équilibre rhétorique du passage, afin de conserver intact ce qu’il perçoit comme une partie intégrante de son architecture. Dès lors on s’expliquera sans doute mieux la traduction surprenante de “misty” par “ténébreuse”. La traduction attendue serait “nébuleuse” ou “vaporeuse”, etc. Mais Baudelaire renforce le contraste “pâle”/“nébuleuse” par le nouveau couple “pâle”/“ténébreuse”, car il correspond sans doute davantage, dans l’esprit du traducteur, à la “profonde et ténébreuse unité” du passage.

13Une dernière remarque pour boucler la boucle : si le chiasme nous a servi de fil conducteur, c’est en raison de sa double appartenance au poétique et au prosaïque, ainsi qu’on peut s’en apercevoir au travers de cette remarque tirée d’une grammaire latine : “Chiasmus is very common in Latin, and often seems in fact the more inartificial construction. In an artless narrative one might hear, The women were all drowned, they saved the men.”2. Si le procédé est banal, du fait même de la structure de la langue française, cela ne signifie pas pour autant qu’il est facile à utiliser dans le cadre d’une traduction.

14On pourrait en effet appliquer à la manière dont Baudelaire y a recours cette caractérisation de Ligeia : “l’essayerais en vain de dépeindre la majesté, l’aisance tranquille de sa démarche et l’incompréhensible légèreté, l’élasticité de son pas ; elle venait et s’en allait comme une ombre” (p. 125). Ligeia en grec veut dire, paraît-il, “mélodieuse”, et à en croire le dictionnaire, c’est le nom d’une des sirènes ; il n’est pas étonnant qu’à l’ombre succède la voix : “I was never made aware of her entrance into my closed study save by the dear music of her low sweet voice”. On conviendra sans peine que Baudelaire traduit harmonieusement et n’a rien à envier aux sirènes, et si sa traduction passe comme une ombre au-dessus du texte original, c’est pour mieux le faire étinceler.

15Ce que l’on ne confondra pas avec la dangereuse propension qu’on lui prête à “améliorer” le texte de Poe, pour certains déficient par comparaison. Ce n’était manifestement pas l’intention de Baudelaire, comme il le souligne lui-même dans son “Avis du traducteur” de 1864 :

  • 3 Œuvres en prose d’Edgar Allan Poe, op. cit., p. 1063.

16A ceux qui savent beaucoup deviner, les fragments de poésie insérés dans les Nouvelles, tels que le Ver vainqueur dans “Ligeia”, le Palais hanté dans la Chute de la maison Usher et le poème si mystérieusement éloquent du Corbeau, suffiront pour leur faire entrevoir toutes les merveilles du pur poète”3.

17C’est sans doute ce sentiment d’affinité qui transparaît dans ce dernier exemple de traduction, au sujet de la chevelure de Ligeia (op. cit., pp. 166-167), à nouveau sous le signe du chiasme :

Edgar Poe
It was blacker than the raven wings of the midnight

Baudelaire
Ils étaient plus noirs que les ailes de minuit, au plumage de corbeau

Haut de page

Notes

1 Y.-G. le Dantec, ed., Œuvres en prose d’Edgar Allan Poe, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1951, p. xi.

2 Allen & Greenough, Latin Grammar. Voir sur Internet http://www.perseus.tufts.edu

3 Œuvres en prose d’Edgar Allan Poe, op. cit., p. 1063.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Oustinoff, « “Ligeia” : l’alternance des adjectifs », Palimpsestes, 14 | 2001, 125-130.

Référence électronique

Michaël Oustinoff, « “Ligeia” : l’alternance des adjectifs », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2002, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1663 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1663

Haut de page

Auteur

Michaël Oustinoff

Michaël Oustinoff est enseignant-chercheur à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle où il enseigne la traduction. Bilingue dès l’enfance (sa langue maternelle est le portugais), puis plurilingue, son attrait pour la recherche en traduction remonte à la lecture du livre de Julien Green Le langage et son double I The Language and its Shadow. Membre du TRACT et du comité de rédaction de Palimpsestes, il a fait paraître en 2001 chez L’Harmattan, Bilinguisme d’écriture et auto-traduction : Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov. Il travaille actuellement sur un deuxième ouvrage intitulé Le continent des langues exploré : traduire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org