Navigation – Plan du site
Table ronde

Les groupes adjectivaux binaires antéposés

Paul Bensimon
p. 131-135

Texte intégral

1Dans la pléthore d’adjectifs que contient la traduction de Baudelaire, pléthore qui restitue fidèlement celle de l’original, un schème d’adjectivation frappe par sa fréquence, sinon sa récurrence : le groupe binaire d’épithètes antéposées. Quelques exemples :

122/6 : the thrilling and enthralling eloquence/la pénétrante et subjugante éloquence
128/26 : her large and luminous orbs/ses larges et lumineuses prunelles
138/9-10 : the many melancholy and time-honoured memories/les mélancoliques et vénérables souvenirs
138/12 : that remote and unsocial region of the country/cette lointaine et solitaire région
138/21 : the gorgeous and fantastic draperies/ces splendides et fantastiques draperies

2Baudelaire tire de ce schème d’adjectivation un riche parti, et cela sur trois plans : le plan poétique, le plan énonciatif, et le plan rythmique. Il faut d’abord noter qu’il n’antépose pas systématiquement ces groupes d’adjectifs : la systématicité, en l’occurrence, aurait créé un nivellement qui aurait affaibli ou annulé les effets obtenus par cette antéposition. Il lui arrive d’utiliser la postposition du groupe adjectival, par exemple :

124/22 : an airy and spirit-lifting vision/une vision aérienne et ravissante
124/36 : the lofty and pale forehead/du front haut et pâle

3Ces énoncés sont stylistiquement neutres.

4En d’autres occasions, Baudelaire recourt au schème, extrêmement courant et idiomatique en français, de l’encadrement du substantif par deux épithètes de direction différente :

138/1 : the dim and decaying city/cette sombre cité délabrée

  • 1 Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, trad. N. Ruwet, Paris, Editions de Minuit, 1963, (...)

5L’antéposition d’un groupe adjectival ne correspond pas à la normalité régulière du français, elle est motivée, obéit à une intention stylistique, elle produit un marquage stylistique, elle instaure une nouveauté par rapport à l’organisation habituelle du groupe nominal, elle effectue un déplacement, non par rapport à l’anglais, mais à l’intérieur même du français. Le renversement de la séquence progressive, c’est-à-dire la séquence régressive, la torsion du schème usuel de l’adjectivation, voilà qui fait partie de l’arsenal langagier caractéristique de la pratique poétique, voilà qui constitue l’une des marques du code poétique. L’énoncé “cette lointaine et solitaire région” marque un écart par rapport à “cette région lointaine et solitaire” : il y a là un début d’autonomisation du signifiant, où joue la fonction poétique du langage selon Jakobson : l’accent tend à être “mis sur le message pour son propre compte”1. Dans l’énoncé “the thrilling and enthralling eloquence”, le rapprochement des deux adjectifs verbaux confine à la paronomase : cet effet allitératif, assonantique, quasi paronomastique, est, assurément, peu traduisible. Mais la position prénominale des épithètes dans “la pénétrante et subjugante éloquence” rompt le coefficient d’attente (on pense à la notion jakobsonienne de defeated expectancy), cette position crée une mise en relief, une défamiliarisation. L’expressivité, la suggestivité, la force connotative des qualificatifs dans “ces splendides et fantastiques draperies” se trouvent accrues par la transgression de la séquence progressive. Baudelaire, par la fréquente antéposition des groupes adjectivaux binaires, soit introduit dans son texte des marquages poétiques absents de l’original, soit majore ces marquages quand ils sont présents chez Poe.

  • 2 La théorie des phrases de Henri Adamczewski est exposée notamment dans Be + ing dans la grazmmaire (...)

6Cet accroissement de la poéticité du texte d’origine par l’utilisation d’une ressource propre à la langue cible s’accompagne d’un enrichissement énonciatif du texte source. Dans ce récit à la première personne, Poe crée d’emblée un climat de mystère, d’étrangeté, d’insolite ; il multiplie les éléments propres à faire accepter au lecteur des événements extraordinaires, inouïs, de façon à susciter une hésitation entre une explication naturelle, conforme aux lois de la causalité, et une explication surnaturelle : on sait que cette hésitation, selon Todorov, est à la racine même du fantastique. Ici encore, l’antéposition de groupes adjectivaux binaires qualifiant des objets ou des personnes à certains moments névralgiques, crée une charge énonciative supplémentaire qui accentue, renforce la visée globale du texte de Poe. La théorie des phases d’Henri Adamczewski2 éclaire cet aspect de la démarche traductive de Baudelaire. Si l’auteur des Petits poèmes en prose avait parlé de “l’éloquence pénétrante et subjugante” de Ligeia, de “ses larges prunelles lumineuses”, de la “région lointaine et solitaire” où se trouve la demeure du narrateur, il serait resté dans le domaine du rhématique ; les paires d’adjectifs coordonnés auraient eu une valeur descriptive, apportant des informations sur l’éloquence de Ligeia, les qualités distinctives de ses yeux, le caractère retiré de la région au bord du Rhin où se dresse la sombre cité délabrée. Mais Baudelaire, avec une intuition linguistique très sûre, a bien perçu le rôle présuppositionnel et thématisateur qu’a souvent l’adjectif ou le groupe adjectival antéposé. Je n’irai pas jusqu’à dire que Baudelaire était adamczewskien avant la lettre (je ne dirai pas davantage qu’Henri Adamczewski est un linguiste baudelairien !). “La pénétrante et subjugante éloquence”, les “larges et lumineuses prunelles”, la “lointaine et solitaire région” appartiennent au domaine du thématique, domaine où l’énonciateur s’approprie la validité de la relation entre adjectifs et substantif. Les deux épithètes ont perdu leur autonomie et sont ligaturées, soudées au substantif ; leur valeur informationnelle est faible ou nulle. De tels énoncés sont chargés à bloc de la substance de l’énonciation.

7Ainsi, la fréquence de ce schème adjectival dans le texte traduit intensifie, rend tangible le filtrage opéré par le narrateur, filtrage énonciatif qui est aussi filtrage narratif, élément du récit racontant (non du récit raconté), subjectivité, ambiguïté, point de vue, prisme émotionnel, foyer de conscience qui préfigure celui de la gouvernante dans “The Turn of the Screw”. Cette histoire extraordinaire pourrait être seulement une extraordinaire histoire, une série de visions émanant du cerveau d’un opiomane.

8L’antéposition de séquences adjectivales binaires permet également à Baudelaire de tirer des effets rythmiques plus marqués que ceux du texte d’origine, voire de créer entièrement de tels effets en réagençant une proposition ou une phrase. Un exemple très caractéristique se trouve au moment-clé du récit où, dans la chambre nuptiale, les tapisseries bizarres, tachetées de figures arabesques, sont agitées par un courant d’air :

142/12 : giving a hideous and uneasy animation to the whole/qui donnait au tout une hideuse et inquiétante animation

  • 3 Roman Jakobson, Questions de poétique, Paris, éditions du Seuil, 1973, p. 124.

9La cadence majeure, c’est-à-dire l’apparition des adjectifs par ordre de masse sonore croissante, est déjà présente chez Poe (“fantastic” a une morphologie plus importante que “hideous”) ; mais le traducteur l’exploite plus efficacement grâce à une restructuration de la proposition participiale qui engendre un rythme particulièrement suggestif. Baudelaire déplace le circons-tant “au tout” et antépose les deux qualificatifs ; dès lors, le substantif “animation” devient le support principal de l’accent de syntagme, mais il porte également l’accent grammatical servant de borne de la proposition, de borne de la phrase, de borne du paragraphe. Le substantif “animation” porte, enfin, un puissant accent sémantique : la position finale lui donne un relief maximal. On peut noter ici que Poe aurait pu placer le circonstant “to the whole” immédiatement après le verbe “giving”, et donc disjoindre le verbe du complément d’objet direct, vu l’amplitude de ce complément : il a cependant conservé l’ordre canonique, se privant par là d’une ressource rythmique. La culmination de la proposition, celle de la phrase, celle du paragraphe, se fait sur le vocable le plus long, le plus chargé sémantiquement, le plus crucial narrativement, puisqu’il réfère à l’agitation des tentures, créatrice d’effets fantasmagoriques. Le crescendo des signifiants correspond à un crescendo des signifiés. Le traducteur inscrit l’animation des tapisseries dans le texte même, dans la texture verbale : la proposition entière devient iconique, grâce au rythme quaternaire, qui prend ici un caractère mimétique : “une hideuse/et inquiétante/animation”. La proposition acquiert aussi une forte expressivité : l’angoisse suinte des mots comme elle s’exhale des tapisseries. On voit que la rythmicité introduite par Baudelaire rejoint la plus grande poéticité de sa traduction. Jakobson définit la poéticité comme “une composante qui transforme les autres éléments et détermine avec eux le comportement de l’ensemble”3 ; on sera fondé à parler ici d’une fonction transformatrice de l’antéposition du groupe adjectival, anté-position rendue possible, dans ce cas précis, par le déplacement du circonstant. Les linguistes du Cercle de Prague ont décrit la phrase comme une structure dynamique dont les constituants sont orientés, par degrés, du moins important au plus important sur le plan de l’argumentation et de la communication — ce deuxième plan incluant évidemment la communication poétique. Par son traitement traductif du syntagme nominal “a hideous and uneasy animation”, avec le réagencement de la proposition qu’il comporte, Baudelaire ne montre rien de moins que son sens aigu de la phrase, perçue non comme l’addition de ses éléments constitutifs, mais comme un tout organique où chaque élément affecte les autres.

10En somme, et pour conclure, les microstructures traductives que sont les groupes adjectivaux binaires antéposés renvoient à la totalité du texte traduit, à sa macrostructure. A ce niveau comme à tant d’autres, Baudelaire passe, certes, d’une langue à une autre langue, mais aussi, et surtout, d’un texte à un autre texte : il crée une nouvelle textualité, une textualité à part entière.

Haut de page

Notes

1 Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, trad. N. Ruwet, Paris, Editions de Minuit, 1963, p. 218.

2 La théorie des phrases de Henri Adamczewski est exposée notamment dans Be + ing dans la grazmmaire de l’anglais contemporain (thèse de doctorat d’état), 1976 ; Grammaire linguistique de l’anglais, Paris, Armand Colin, 1982 ; Le français déchiffré, clé du langage et des langues, Paris, Armand Colin, 1991 ; Genèse et développement d’une théorie linguistique, Perros-Guirec, La TILV, 1996.

3 Roman Jakobson, Questions de poétique, Paris, éditions du Seuil, 1973, p. 124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bensimon, « Les groupes adjectivaux binaires antéposés », Palimpsestes, 14 | 2001, 131-135.

Référence électronique

Paul Bensimon, « Les groupes adjectivaux binaires antéposés », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1664 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1664

Haut de page

Auteur

Paul Bensimon

Paul Bensimon, après avoir été chargé d’une maîtrise de conférences au Centre universitaire expérimental de Vincennes (Université Paris VIII), a été enseignant-chercheur à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle. Ses recherches ont d’abord porté sur les romantiques anglais, puis sur la traduction, plus spécialement la traduction de la poésie. Il a créé, en 1983, le “Centre de recherche en traduction et stylistique comparée de l’anglais et du français”, prédécesseur de l’actuel “Centre de recherche en traduction et communication transculturelle anglais-français/français-anglais”. En tant que responsable de ce centre, il a organisé, de 1983 à 2000, une série de colloques sur diverses problématiques de traduction. En 1985, il a fondé Palimpsestes, revue qu’il a dirigée jusqu’en 2001. Il est l’auteur d’articles sur Wordsworth, Keats, le byronisme, “l’exercice anthologique”, la stylistique comparée, la traduction poétique. Il a traduit notamment Byron (Le Captif de Chillon et Lettres et journaux intimes), Oscar Wilde (“La Ballade de la geôle de Reading”), et des poètes anglais contemporains. Il fait partie de l’équipe qui achève, pour la Bibliothèque de la Pléiade, une Anthologie bilingue de la poésie anglaise.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org