Navigation – Plan du site
Table ronde

Qualification, hyperbole et négation

Michel Paillard
p. 144-148

Texte intégral

1L'écriture d'Edgar Poe exploite avec minutie et sophistication les ressources lexicales et syntaxiques de la langue anglaise. “Ligeia” en est un exemple privilégié. Parmi ces ressources, la morphologie et la syntaxe des adjectifs, vecteurs par excellence de la qualification, et leur distribution au fil des pages construisent des motifs successifs qui contribuent à la forte originalité du texte. Certaines structures caractéristiques de l'anglais résistent au passage en français. La célèbre traduction de Baudelaire est le plus souvent une réécriture heureuse mais reste, en quelques points de résistance, en deçà de l'original.

Prolifération et ordonnancement des qualificatifs

  • 1 Voir Hélène Chuquet ; Michel Paillard, Approche linguistique des problèmes de traduction anglais-f (...)

2L'évidente prolifération des adjectifs s'inscrit dans les figures classiques de sériation, gradation rythmique, reduplication, dont le principe général s'impose facilement au traducteur mais sur l'agencement syntaxique desquelles pèsent des contraintes propres à chaque langue1. Ainsi, la contrainte de base concernant l'ordre des adjectifs fait disparaître en français l'effet d'attente créé par des sériations telles que la suivante :

124/40 :
and then the raven-black, the glossy, the luxuriant and naturally curling tresses
et puis cette chevelure d'un noir de corbeau, lustrée, luxuriante, naturellement bouclée

3Le dernier schéma (adverbe en - ly + adjectif) revient dans la langue anglaise en général et chez Poe en particulier avec une fréquence bien supérieure à ce qui est possible en français. Par exemple, dans le passage suivant, la traduction renonce à une partie de la construction syntaxique et se replie sur une deuxième coordination d'adjectifs :

126/14 :
in her serene and placid, yet most exultingly radiant of all smiles
dans ses sourires sereins et placides, mais toujours radieux et triomphants

4Le cumul des coordinations dans l'énumération, habituel en anglais mais étranger au français, est en revanche compensé par la répétition du nom qualifié dans le paragraphe final :

154/15 :
the full, and the black, and the wild eyes—of my lost love
les yeux adorablement fendus, les yeux noirs, les yeux étranges de mon amour perdu

5Ailleurs, l'apposition en série, avec ellipse du nom, crée une homonymie de structure avec le notionnel générique des adjectifs “nominalisés”. Cette résonance est perdue en français, réduit, en outre, à une chute monosyllabique :

p. 142/23 :
Ligeia, the beloved, the august, the beautiful, the entombed.
Ligeia, l'aimée, l'auguste, la belle, la morte.

  • 2 Voir Michel Paillard, Lexicologie contrastive anglais-français, Paris/Gap, Ophrys, 2000, p. 99-100

6Un motif dont on sait qu'il est privilégié dans la syntaxe et le lexique de l'anglais2 est le balancement binaire d'attelages coordonnés tels que :

138/5, 138/7, 138/12 :
weary and aimless wandering
gloomy and dreary grandeur
remote and unsocial region

vagabondage fastidieux et sans but
sombre et triste grandeur
lointaine et solitaire région

7Dès la première page, ce rythme binaire s'appuie nettement sur l'allitération et le parallélisme morphologique :

122/7, 122/9, 122/10 :
thrilling and enthralling eloquence
so steadily and stealthily progressive
they have been unnoticed and unknown
pénétrante et subjugante éloquence
si patiente, si constante, si furtive
je n'y ai pas pris garde et je n'en ai pas eu conscience

8Sur ces trois paires successives, les deux premières sont rendues par l'allitération en français mais, pour la troisième, le caractère compact et le parallélisme des participes préfixés (et sans agent spécifié) est inévitablement perdu dans la traduction, qui a recours à deux locutions à une forme personnelle.

9A l'enchaînement de qualificatifs est typiquement associée l'expression du haut degré sous forme de quantifieurs, comparatifs, superlatifs et négation de l'altérité. Dans les deux exemples qui suivent, la structure pour l'essentiel conservée dans la traduction, avec un bonheur inégal, est dans un cas linéaire et cumulative et, dans l'autre, déployée en syntagmes binaires de façon pyramidale :

126/23-26 :
They were, I must believe, far larger than the ordinary eyes of our own race. They were even fuller than the fullest of the gazelle eyes of the tribe of the valley of Nourjahad.
Ils étaient, je crois, plus grands que les yeux ordinaires de l'humanité ; mieux fendus que les plus beaux yeux de gazelle de la tribu de la vallée de Nourjahad.

130/15-18 :
Of all the women I have ever known, she, the outwardly calm, the ever-placid Ligeia, was the most violently a prey to the tumultuous vultures of stern passion.
De toutes les femmes que j'ai connues, elle, la toujours placide Ligeia, à l'extérieur si calme, était la proie la plus déchirée par les tumultueux vautours de la cruelle passion.

Récurrence et distribution de la négation

10“Ligeia” est d'emblée placé sous le signe de la négation. Celle-ci est deux fois redupliquée dans l'exergue (“not... nor... save only...”), qui revient comme un leitmotiv au premier quart (p. 130/5) et à la moitié du texte (p. 136/7, 15) :

Man doth not yield himself to the angels, nor unto death utterly, save only through the weakness of his feeble will.
L'homme ne cède aux anges et ne se rend entièrement à la mort que par l'infirmité de sa pauvre volonté.

11La première phrase du texte (“I cannot, for my soul, remember...”) ainsi que celle des trois paragraphes suivants ont un statut assertif négatif. La négation grammaticale et l'ordre des adjectifs sont deux des points sur lesquels la syntaxe emprunte des tournures archaïsantes, qui comptent du point de vue stylistique mais sont peu problématiques du point de vue de la traduction :

130/38 I saw not then what I now clearly perceive
136/4 shall this Conqueror be not once conquered ?

124/37 a majesty so divine
152/35 a tumult unappeasable

12En outre, Poe affectionne le détour que constitue le contraire négativé, sous toutes les espèces grammaticales et lexicales possibles :

124/12 my memory fails me not
128/38 and not unfrequently by passages from books
150/29 experience, and no little medical reading

13On aperçoit dans “Ligeia” des corrélations assez nettes entre certaines formes de négation et la structure d'ensemble du texte, partagé en deux moitiés précisément mesurées, elles-mêmes divisées en deux parties de longueur comparable à quelques lignes près. L'affirmation d'une telle symétrie pourrait paraître suspecte si l'on n'était chez Edgar Poe, qui a lui-même revendiqué l'architecture soigneusement calculée de ses textes.

14Les deux premières parties sont explicitement délimitées par le retour du leitmotiv de l'exergue, en 130/5 et 136/7,15 où celui-ci revient deux fois à cinq lignes d'intervalle avant la charnière narrative centrale : “She died”. Ces deux parties présentent une accumulation de l'ensemble des formes de négation déjà mentionnées.

15La troisième partie se caractérise par la prédominance de la négation intégrée au lexique sous forme d'adjectifs préfixés : “unsocial”, “unforgotten” (138/12, 30), “immemorial”, “unproportionably” (140/27, 29), “distressing”, “unquiet”, “inarticulate” (144/21, 23, 32), “indefinite”, “immoderate”, “unhesitatingly” (146/7, 9, 23).

16L'amorce de la dernière partie est page 144/20 (“One night...”), reprise page 148 (“It might have been midnight”). Ici le cauchemar se précise, d'abord “invisible” (146/20) et avec lui la tentative d'expression de la terreur, qui a pour caractère propre d'être indicible :

148/7 unutterable horror and awe
150/39 unspeakable horrors of that night
152/4 more irredeemable death
152/35 a tumult unappeasable
154/5 inexpressible madness

17Cette double affixation modale — négation du possible — n'était apparue jusque-là qu'incidemment pour évoquer la beauté mystérieuse de la femme admirée (“the incomprehensible lightness of her footfall”, 124/15) et le caractère insaisissable du souvenir (“among the many incomprehensible anomalies of the science of mind...”, 128/10). Dans cette dernière partie, les ressources du superlatif et de l'hyperbole étant épuisées, l'inconcevable est ainsi scandé de façon obsédante, ultime recours et aveu d'impuissance.

  • 3 Bernard Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires, Paris, Union Générale d'Édition, coll. 10/18, 1 (...)

18Le lien entre hyperbole et négation est ainsi rappelé par B. Dupriez dans son dictionnaire de rhétorique : “L'hyperbole consiste (...) à augmenter, fût-ce jusqu'à l'impossible”3. L'un des exemples cités d'exploitation des marqueurs augmentatifs et exclusifs est précisément un passage de “Ligeia”, dans sa version française :

L'ultime ressource est de dénoncer les insuffisances de la langue. Ex. “Sous la pression d'une horreur et d'une terreur inexplicables, pour lesquelles le langage de l'humanité n'a pas d'expression suffisamment énergique, je sentis les pulsations de mon cœur s'arrêter.”

19On y retrouve le thème récurrent chez Poe du cœur prêt à cesser de battre, en même temps que celui de la quête désespérée de l'“expression”, expression du visage de la femme aimée et expression du poète, qui, après avoir façonné et brandi les mots au plus haut, reconnaît — aveu pathétique ou suprême artifice — l'impuissance du langage.

Haut de page

Notes

1 Voir Hélène Chuquet ; Michel Paillard, Approche linguistique des problèmes de traduction anglais-français, Paris/Gap, Ophrys, 1987, chap. iv.

2 Voir Michel Paillard, Lexicologie contrastive anglais-français, Paris/Gap, Ophrys, 2000, p. 99-100.

3 Bernard Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires, Paris, Union Générale d'Édition, coll. 10/18, 1984, pp. 237-238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Paillard, « Qualification, hyperbole et négation », Palimpsestes, 14 | 2001, 144-148.

Référence électronique

Michel Paillard, « Qualification, hyperbole et négation », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1666 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1666

Haut de page

Auteur

Michel Paillard

Michel Paillard, enseignant-chercheur à l'université de Poitiers, travaille dans les domaines de la linguistique énonciative, de la lexicologie et de la traduction, notamment dans le cadre de l'équipe FORELL-CERLITEP (EA 1226). Il est co-auteur avec Hélène Chuquet d'Approche linguistique des problèmes de traduction anglais-français (Ophrys, 1987), avec Jean-Charles Khalifa et Marc Fryd de La Version anglaise aux concours (Colin, 1998) et vient de publier Lexicologie contrastive anglais-français (Ophrys, 2000).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org