Navigation – Plan du site
Table ronde

La place de l’adjectif épithète

Françoise Vreck
p. 153-161

Texte intégral

  • 1 Marc Wilmet, Grammaire critique du français, 1997, p. 208, § 242.

1Sauf s’il qualifie un indéfini du type “someone”, “somebody”, régit un complément ou a une fonction d’épithète détachée, l’adjectif épithète anglais est toujours antéposé. L’adjectif français en fonction identique peut au contraire être postposé ou antéposé et certains grammairiens comme Marc Wilmet vont même jusqu’à affirmer qu’“en français aucune astreinte n’interdit de postposer ou d’antéposer un adjectif”1. Dans ces conditions de totale liberté, on peut se demander d’une part sur quels critères le traducteur français choisit l’une ou l’autre position et d’autre part ce qu’il en est du rendu de l’anglais. Autrement dit, comment les textes source et cible s’inscrivent-ils l’un par rapport à l’autre ? A coup sûr antéposer un adjectif en français ne produit pas le même effet sur le lecteur qu’en anglais où le choix n’existe pas ? Y a-t-il des correspondances possibles ?

  • 2 Ibid. p. 208, § 243.

2En fait, les contraintes quant à la position de l’adjectif en français sont plus nombreuses qu’il n’y paraît de prime abord et elles amènent assez souvent à décliner l’adjectif après le nom. Wilmet lui-même reconnaît que la postposition demeure la position choisie par défaut2. Un rapide inventaire des traductions des adjectifs ou des noms faisant fonction d’adjectifs en anglais montre que lors du passage de l’anglais au français, on glisse de mécanismes d’agglutination à des tendances plus analytiques, voisines du mécanisme de la dilution, qui placent l’adjectif ou les syntagmes qui lui correspondent en postposition. Ce passage de l’avant à l’après du nom dépend d’un certain nombre de critères.

3Les premiers sont morphologico-sémantiques et tiennent à la nature de l’adjectif lui-même. L’adjectif de couleur, même s’il n’est pas l’ellipse d’un complément du nom comme “noisette” ou “marron”, se place après le nom qu’il qualifie s’il est utilisé au sens propre : “une citrouille verte”, “the blue veines upon the lofty forehead”, “les veines bleues de son grand front” (132/22) et avant seulement s’il est au sens figuré : “mes vertes années”. L’adjectif de relation ou adjectif déterminatif, qui ne peut être utilisé comme attribut, ni modifié par un adverbe d’intensité, se place toujours après le nom et Baudelaire ne faillit pas à cette règle : “outward world” (122/15), “monde extérieur” ; “bridal couch” (140/20), “lit nuptial” ; “funeral pall” (136/strophe 3, ligne 3), “drap mortuaire” ; “medical reading” (150/29), “lectures médicales” ; “the upper lip” (126/10), “la lèvre supérieure”. Si l’adjectif relationnel anglais n’a pas de correspondant adjectival strict en français, il est transposé en nom et s’inscrit après le nom qu’il délimite sous forme de complément du nom : “paternal name” (122/20), “nom de famille”.

4L’autre catégorie d’adjectifs qui, à la différence de l’anglais, se postpose en français est celle des participes passés adjectivés et assimilés : “in my heated fancy” (126/30), “à ma pensée enflammée” ; “my lost love” (154/15), “mon amour perdu” ; “a faint, indefinite shadow” (146/7), “une ombre faible, indéfinie”. Qu’ils traduisent des participes passés, des participes présents ou tout simplement des adjectifs anglais ne change rien à la rigueur de cet ordre : “the holy light” (126/14), “la lumière bénie ; “slumbering souls” (124/22), “âmes assoupies ; “curling tresses” (126/1), “chevelure bouclée” ; “rapidly-growing vine” (128/29), “vigne rapidement grandie”, “running water” (128/30), “courant d’eau précipité” ; “the lonesome latter years” (134/strophe 1/2), “ces dernières années désolées” ; “that motley drama” (136/1), “ce drame bigarré” ; “decaying city” (138/1 ), “cité délabrée”.

5Deux autres cas de passage presque systématique de l’antéposition anglaise à la postposition française sont fournis par les adjectifs composés anglais et certains dérivés ainsi que par les noms utilisés en fonction d’épithètes. Les adjectifs composés et dérivés de l’anglais, quelle que soit la nature de leur composition, sont souvent traduits par des syntagmes prépositionnels en français et s’inscrivent à la suite du nom qu’ils complètent : “ill-omened” (124/9), “de sinistre augure” ; “raven-black tresses” (124/40), “chevelure d’un noir de corbeau ; “misty-winged Ashtophet” (124/8), “Ashtophet aux ailes ténébreuses” ; “opium-engendered”(146/35), “engendrées par l’opium” ; “shadowlike” (146/35), “comme des ombres” ; “stringed instruments” (128/37), “instruments à cordes”. Les noms utilisés en position d’adjectifs se traduisent la plupart du temps par des compléments du nom en français qui sont donc postposés : “her marble hand” (124/18), “sa main de marbre” ; “the ebony bed” (140/33), “le lit d’ébène” ; “their Condor wings” (134/strophe 2, ligne 7), “leurs ailes de condor”.

6A ces contraintes inhérentes à la nature de l’adjectif s’ajoutent celles de son environnement. Un adjectif modifié par un adverbe en français se postpose : “of a remotely ancient date” (122/13), “d’une date excessivement ancienne” ; “the almost savage aspect of domain” (138/11), “l’aspect presque sauvage du domaine” ; “A display of more than regal magnificence” (138/17), “à déployer des magnificences plus que royales” ; “ere a second more violent disorder” (144/5), “quand une nouvelle attaque plus violente”. Enfin, un adjectif qui qualifie deux noms coordonnés se place tout à fait logiquement à la suite de ces deux noms : “the wild cornices and furniture” (138/22), “ces corniches et ces ameublements bizarres” ; “of unutterable horror and awe” (148/27), “d’une horreur et d’une terreur inexplicables” ; “a repulsive clamminess and coldness” (150/4), “une froideur et une viscosité répulsives”.

7Les motifs qui poussent à l’antéposition sont en revanche nettement moins nombreux. Il existe un nombre limité d’adjectifs que l’on antépose. Ce sont des adjectifs très souvent utilisés : “beau, grand, bon, jeune, long, petit, vieux”, des adjectifs qui ont une faible masse phonique : si l’on prend les 10 adjectifs les plus utilisés en français, 9 sont monosyllabiques au masculin ; si l’on prend les 20 adjectifs les plus utilisés, on arrive à 17. Beaucoup de ces adjectifs antéposés dénotent moins la qualité que la quantité, le nombre et le rang et ont un fonctionnement proche des déterminants : “une grande foule, un petit détail, une forte impression, la seule occasion”. Quand il est susceptible de varier en sens, l’adjectif placé avant le nom n’en qualifie pas la substance, mais dit si les propriétés constituant le signifié lexical du nom sont bien remplies. “Un bon golfeur” peut être un méchant homme et “un beau menteur” n’être pas forcément un prix de beauté !

8Quelques structures amènent aussi à privilégier l’antéposition. Le nom propre se fait précéder de l’adjectif qui le qualifie : “l’affreux Azraël” (132/27), “l’idolâtre Egypte” (124/8), “la belle Angleterre” (138/7), “l’inoubliable Ligeia” (138/30), “la vivante Rowena” (152/36). L’adjectif exclamatif “quel” entraîne l’antéposition : “avec quel vaste triomphe, avec quelles vives délices” (132/4-5), “avec quelle poignante douleur” (132/12), “Quel inexprimable délire” (154/5) et, par assimilation, l’adjectif interrogatif de même : “je ne sais quelle étrange altération” (152/6). La présence d’un complément après le nom tend à faire remonter l’adjectif avant le nom : “un rapide changement - en mal -” (146/29), “riche rayonnement projeté par l’encensoir” (146/6). Enfin le superlatif favorise l’antéposition, sans la rendre toutefois obligatoire car dès que le qualificatif est un participe passé la postposition reprend ses droits : “le plus pur ivoire” (124/38), “la plus lointaine antiquité” (142/2), “de la plus douce émotion” (132/25), mais “le culte le plus passionné (124/4)”, “la proie la plus déchirée (130/16-17)”, “dans une des parties les plus incultes et les moins fréquentées de la belle Angleterre” (138/6).

9Il ressort de ce rapide survol des facteurs sémantico-morphologiques et syntaxiques entraînant l’une ou l’autre position un double constat : la postposition est globalement dominante en français et Baudelaire respecte scrupuleusement les conditions d’utilisation des adjectifs. Comment se fait-il dans ce cas qu’on a le sentiment qu’il privilégie l’antéposition ? Comment se fait-il que, par exemple, sur les vingt-deux paires d’adjectifs coordonnés utilisées par Poe dans “Ligeia”, onze seulement donnent lieu à des paires postposées en français, huit autres étant traduites par antéposition et les trois dernières par antéposition et postposition ? Si l’on constate de surcroît que la plupart des paires postposées en français devaient l’être presque obligatoirement, on se rend compte que Baudelaire a exploité au maximum les possibilités d’antéposition et qu’il ne l’a pas fait dans un simple désir de dépaysement ou de poétisation facile.

  • 3 L’ordre des mots en français moderne, p. 54.

10Comme le signale Andreas Blinkenberg3, “l’émotion est la première raison d’être de l’antéposition” et on remarque que vont s’antéposer de préférence des adjectifs qui soulignent la dimension affective du nom qu’ils qualifient : “les ineffables horreurs de cette nuit” (150/39), “ineffable douleur” (148/6), “suprême effroi” (152/14). En plaçant avant le nom une épithète qui aurait très bien pu le suivre, on ne joue pas simplement sur l’ordre des mots, on altère aussi sensiblement le fonctionnement de l’adjectif en lui faisant perdre une partie de sa force et en lui donnant un rôle d’intensif du nom dont il exhausse le sens en quelque sorte. Il se dépouille au profit du nom et crée un effet d’attente, de suspense sur le nom, ce qui confère une prégnance tout à fait particulière au texte : “horrible suaire” (154/8), “terrible nuit” (152/8), “la miraculeuse expansion de ces yeux” (130/19), “les tumultueux vautours de la cruelle passion” (130/17). Cet adjectif qui, d’abord, par l’émotion qu’il exprime, brise la construction et entre dans un nouveau système devient mot outil. Les connotations fortes, voire négatives, qu’il véhicule en postposition sont en partie résorbées lorsqu’il est inséré au sein du syntagme : “d’excessive animation” (126/27), “à ce lamentable spectacle” (132/34).

  • 4 Gardes-Tarmine, 1990, p. 20.
  • 5 Ibid., p. 21.

11Ce fonctionnement de l’adjectif antéposé s’explique par l’accentuation en français. Notre langue est une langue à accent fixe4, un accent syntaxique qui se place toujours sur la dernière syllabe du mot isolé ou du syntagme dans lequel il s’intègre. Cet accent a une fonction contrastive ou culminative5, qui se traduit par la mise en relief de la syllabe accentuée par rapport aux syllabes atones qui l’entourent. S’il est possible, phonétiquement, de séparer le substantif de l’adjectif qui le suit et de placer deux accents dans un groupe comme : “une masse énorme” (154/10), on ne peut pas en revanche séparer l’adjectif du nom qui le suit et un syntagme comme : “cette énorme fenêtre” (140/8), ne porte qu’un seul accent, sur le dernier mot, sur la dernière syllabe si celle-ci ne se termine pas par un e muet. L’adjectif antéposé fait donc corps avec le nom qu’il détermine et il se crée une véritable montée en puissance qui subordonne le déterminant au déterminé. Le seul moyen de rompre cette symbiose sémantique de l’adjectif et du nom est l’introduction de pauses marquées par des virgules et la répétition du déterminant. Elles permettent de détacher l’adjectif antéposé, de l’accentuer et de lui garder toute sa force et tout son sens : “her longing with so wildly earnest a desire for the life” (134/19), “de son ardent, de son sauvage regret de cette vie” ; “Those eyes, those large, those shining, those divine orbs !” (128/7), “Ces yeux ! ces larges, ces brillantes, ces divines prunelles !” Le poète, on le voit, peut à chaque instant choisir le terme qu’il souhaite faire résonner. Enfin comme ce mode d’accentuation sur la syllabe finale donne au syntagme une très forte unité, il permet au traducteur en optant pour l’antéposition de l’adjectif de retrouver quelque chose de la compacité de l’anglais.

12Dans le même ordre d’idée, celui du choix fait par Baudelaire d’une unité d’impact et d’une économie de pertinence, on remarquera la traduction relativement fréquente dans des cas de postposition de deux sèmes par un seul modifié, souligné, par un adverbe intensif : “by that sweet word alone” (122/16), “de ce mot si doux” ; “one dear topic” (124/11), “un sujet très cher” ; “jetty lashes of great length” (126/33), “des cils de jais très longs”. C’est la même recherche d’une plus grande densité de l’expression qui est à l’œuvre dans la traduction par des verbes pleins en français de la copule “be” et des verbes de liaison, supports d’attribut, comme “become” et “grow”. Sur cinq occurrences de “be aware”, quatre sont traduites par un verbe actif ; sur quatre occurrences de “grow” plus adjectif, deux sont traduites par “devenir” et deux par des verbes pleins. Sur neuf occurrences de “become” plus adjectif, deux sont traduites par “devenir” plus adjectif, un par “être” et les six autres par des verbes actifs de sens plus précis. Enfin sur vingt-cinq occurrences de “be” plus adjectif, seize sont traduites par le verbe “être”, cinq par effacement pur et simple de la copule (124/36 ; 126/25 ; 130/40 ; 132/6) et quatre par des verbes pleins (122/3 ; 130/27 ; 142/37 ; 148/32). Le présentatif “there is” fait lui aussi presque systématiquement l’objet de concentration : “but there was not the slightest perception” (148/13), “mais je n’en aperçus pas la moindre”. On notera en plus dans ce dernier cas la ré-introduction de la personne, vecteur de l’émotion.

13La traduction des participes présents, en position d’épithètes séparées, par des verbes conjugués avec là encore répétition du sujet relève d’une intention similaire : “Having found the wine, I recrossed” (146/11), “Je trouvai le vin, je traversai de nouveau” ; “Rushing to the corpse, I saw-distinctly saw” (150/14), “Je me précipitai vers le corps, je vis, — je vis distinctement” ; “Shrinking from my touch, she let fall” (154/7), “Elle se retira à mon contact, et elle dégagea” ; “beckoning to me, peremptorily, to her side, she bade me” (134/24), “elle m’appela avec autorité auprès d’elle et me fit”. Sauf dans ce dernier exemple où la proximité du pronom complément “elle” explique la non ré-introduction de la personne en position sujet, le parallélisme des structures imprime au texte un sentiment d’urgence. Quelquefois c’est la répétition de noms là où elle n’existe pas en anglais qui fait naître cette impression : “the lofty and pale forehead — it was faultless” (124/25), “du front haut et pâle, — un front irréprochable” ; “of the transparent waxen hue of the grave” (132/23), “la couleur de la mort, la couleur de la cire transparente”. Le tour, fruit d’une volonté de clarté de l’expression et de la recherche d’une forme de mimétisme, donne au passage une dimension incantatoire : “these are the full, and the black, and the wild eyes- of...” (154/15), “Voilà bien les yeux adorablement fendus, les yeux noirs, les yeux étranges de... !”

14Cette mise en parallèle significative peut découler aussi du rapprochement de noms grâce à une inversion verbe-sujet et à une simplification de la syntaxe : “did I feel that delicious vista by slow degrees expanding before me, down whose long, gorgeous, and all untrodden path” ( 132/6), “sentais-je s’élargir par degrés cette admirable perspective, cette longue avenue, splendide et vierge”, ou encore de la traduction d’un syntagme prépositionnel par deux syntagmes prépositionnels : “She spoke in an earnest low whisper” (144/20), “Elle me parla à voix basse, dans un chuchotement anxieux”.

15L’un des procédés auxquels Baudelaire recourt volontiers et qui confèrent à son texte une grande impression d’unité est l’instauration de doublets par le biais de transpositions. La plus fréquente est la transposition d’adverbes en adjectifs ou participes débouchant sur la mise en parallèle de deux, voire de plusieurs, adjectifs ou participes : “a wildly romantic offering” (124/3), “une offrande bizarre et romantique” ; “a wisdom too divinely precious” (132/10), “une sagesse trop précieuse et trop divine” ; “in her serene and placid, yet most exultingly radiant of all smiles” (126/14-15), “dans ses sourires sereins et placides, mais toujours radieux et triomphants” ; “more thrillingly exciting than” (128/11), “qui soit plus saisissant, plus excitant que” ; “by paces so steadily and stealthily progressive that” ( 122/9), “d’une manière si lente, si constante, si furtive que”. On trouve de même des transpositions de noms ou de syntagmes prépositionnels en adjectifs ou participes passés ou présents qui sont coordonnés ou juxtaposés à un adjectif ou à un participe déjà présent dans le texte : “there were the same luxurious smoothness of surface...” (126/5), “c’était cette même surface unie et superbe ; “a dissolution more appalling in its utter hopelessness than any” (152/10), “une mort plus effrayante et plus irréparable” ; “crushed into the very dust with sorrow” (136/18), “anéanti, pulvérisé par la douleur”.

16Inversement Baudelaire recourt aussi parfois à la transposition d’un adjectif en nom si elle lui permet de mettre deux syntagmes nominaux en parallèle : “the convulsive writhings” (132/38), “des tortures et des convulsions” ; “to passionate waking visions of Ligeia” (150/10), “à mes rêves, à mes contemplations passionnées de Ligeia”. Dans tous ces exemples la simplification de la syntaxe au profit d’une structure binaire renforce l’impact de l’expression.

17Un effet d’épurement syntaxique similaire découle d’un certain nombre d’étoffements de la préposition en participe passé : “sculptured of solid ebony, with a pall-like canopy above” (140/20), “sculpté en bois d’ébène massif, et surmonté d’un baldaquin qui avait l’air d’un drap mortuaire” ; “from the tombs of the kings over against Luxor, with their aged lids full of immemorial sculpture” (140/25), “tiré des tombes des rois en face de Louqsor, avec son antique couvercle chargé de sculptures immémoriales”. Chaque fois, le nouveau participe passé fait écho à un participe déjà présent dans la phrase. Parfois c’est une modulation passif-actif qui, en permettant la mise en facteur commun du sujet avec deux prédicats en parallèle, donne une plus grande unité de pensée : “The hue of the orbs was of the most brilliant of black and, far over them, hung jetty lashes of great length” (126/33), “Les prunelles étaient du noir le plus brillant et surplombées par des cils de jais très longs”.

18Tous ces jeux syntaxiques ont naturellement de multiples conséquences prosodiques, mais il est clair que le rythme et le son ne sont jamais privilégiés sur le sens et qu’ils visent toujours à une plus grande expressivité, qu’ils font sens. Dans un syntagme où la postposition aurait été la norme puisqu’un même adjectif qualifie deux groupes nominaux coordonnés, Baudelaire choisit d’an-téposer l’adjectif. Grammaticalement, il ne le fait porter que sur le premier des deux noms qu’il juxtapose et semble donc trahir l’original : “or the incomprehensible lightness and elasticity of her footfall” (124/15), “et l’incompréhensible légèreté, l’élasticité de son pas”. En fait, la mise en parallèle des deux noms sans coordonnant permet une montée rythmique des quatre syllabes de “légèreté” aux cinq syllabes d’“élasticité” qui fait écho au doux rebond des pas — renforcé par l’assonance en /é/ — comme à l’étonnement mêlé d’admiration du locuteur. La traduction du coordonnant “or” par “et” et la juxtaposition des noms montrent un souci de privilégier des sonorités mises au service du sens. La position des adjectifs révèle une recherche constante d’équilibre. Certes dans la traduction de “by the fierce energy [...] of the wild words she habitually uttered” (124/38) en “par la sauvage énergie des étranges paroles qu’elle prononçait habituellement”, l’antéposition atténue le sens individuel des adjectifs, mais le rythme plus coulé de la phrase et le jeu allitératif confèrent à l’ensemble une musique largement évocatrice.

19Outre cette unité rythmique, les motifs d’antéposition sont ponctuellement divers : il peut s’agir d’éviter la rencontre désagréable de deux consonnes tout en gardant la substance allitérative : “la charmante bouche” (126/8), “ce hideux drame de ressuscitation” (152/2), ou d’éviter l’hiatus : “la fabuleuse houri” (126/28) — et de mettre le nom exotique en valeur par la même occasion. Le traducteur peut encore rechercher une montée rythmique : “mon ardente analyse des yeux de Ligeia... la complète connaissance de leur expression” (128/16-18) ou favoriser les rimes internes : “And of such passion I could form no estimate, save by the miraculous expansion of those eyes which at once delighted and appalled me” (130/18-20), “Et je ne pouvais évaluer cette passion que par la miraculeuse expansion de ces yeux qui me ravissaient et m’effrayaient en même temps” ; “in unison with the feelings of utter abandonment which had driven me into that remote and unsocial region of the country” (138, 10-13), “étaient à l’unisson du sentiment de complet abandon qui m’avait exilé dans cette lointaine et solitaire région”.

20Il est rare qu’un seul paramètre préside au choix fait par le poète de la position de l’adjectif et la traduction des périodes révèle un souci d’exploiter au maximum la souplesse de notre langue pour éviter la monotonie sans jamais perdre de vue l’original : “In the gorgeous and fantastic draperies, in the solemn carvings of Egypt, in the wild cornices and furniture, in the Bedlam patterns of the carpets of tufted gold” (138/21), “dans ces splendides et fantastiques draperies, dans ces solennelles sculptures égyptiennes, dans ces corniches et ces ameublements bizarres, dans les extravagantes arabesques de ces tapis tout fleuris d’or”. Aux quatre syntagmes prépositionnels avec adjectifs antéposés de l’anglais, Baudelaire fait correspondre la richesse baroque de quatre syntagmes prépositionnels où les adjectifs développent toute la panoplie de leurs possibilités en français, y compris une très belle inversion de sèmes et restructuration en finale qui met le mot “or” en point d’orgue comme en anglais.

21Nombre d’adjectifs sont utilisés dans les deux positions et démontrent à quel point la traduction épouse les contextes anglais et français en faisant jouer différemment syntaxe, rythme et sons selon l’effet recherché : “the wild eyes”, “les yeux étranges” (154/15) et “les étranges yeux”, “the wild eyes” (132/22) ; “of her low musical language” (122/8), “de sa profonde parole musicale”, “of her low sweet voice” (124/8), “de sa voix douce et profonde” ; “the fair-haired and blue-eyed Lady Rowena Trevanion, of Tremaine.” (138/30), “lady Rowena Trevanion de Tremaine à la blonde chevelure et aux yeux bleus” ; “the fair-haired, the blue-eyed Lady Rowena Trevanion of Tremaine ?” (152/37), “lady Rowena Trevanion de Tremaine à la chevelure blonde, aux yeux bleus ?” Les nuances de l’anglais sont respectées et obtenues par des moyens autres sans que violence soit faite à notre langue.

22Paradoxalement, cette souplesse d’utilisation de l’adjectif français peut s’avérer frustrante pour le traducteur littéraire dans la mesure où il ne dispose pas d’équivalent strict et aussi marqué pour le stylistiquement hors-norme du type “tumult unappeasable” (152/34) et “marriages ill-omened” (124/9), c’est-à-dire la postposition inattendue de l’adjectif en anglais. Dans ce cas, il est clair que Baudelaire n’a pas cherché à reproduire envers et contre tout les ruptures de l’anglais en procédant, par symétrie, à une antéposition, et la traduction française est beaucoup plus harmonieuse : “C’était dans mes pensées un désordre fou, un tumulte inapaisable.” En fait, c’est par la coordination d’adjectifs en antéposition là où l’on attend un adjectif avant et un adjectif après le nom qu’il réussit le mieux à susciter une impression équivalente de heurté, d’étrangeté : “There is no point, among the many incomprehensible anomalies of the science of mind” (128/10), “Il n’y a pas de cas parmi les nombreuses et incompréhensibles anomalies de la science psychologique” ; “failed to give other and more immediate evidence of its existence” (130/14), “eût pu donner d’autres et plus positives preuves de son existence”. La conjonction et parce qu’elle rend possibles, sinon acceptables, une coordination inhabituelle d’adjectifs et l’introduction inusitée d’un comparatif avant le nom, rompt l’unité caractéristique du syntagme à adjectif antéposé et permet au poète d’imprimer à sa phrase un rythme rocailleux qui bouscule notre attente et, dans ces cas, fasse écho à son désarroi. La place de l’adjectif, on le voit, est toujours justifiée.

Haut de page

Bibliographie

Blinkenberg, Andreas, L’ordre des mots en français moderne, Copenhague, Levin & Munskgaard, 1928 (première partie), 1933 (deuxième partie).

Delomier, D., “La place de l’adjectif en français, bilan des points de vue et théories du xxe siècle”, Cahiers de lexicologie, volume XXXVII 1980-II.

Gardes-Tamine, Joëlle, La Grammaire, vol.1, Phonologie, morphologie, lexicologie, Paris, Armand Colin, 1990.

Wagner, R.L. et Pinchon, J., Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette, 1962.

Wilmet, Marc, Grammaire critique du français, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1997.

Haut de page

Notes

1 Marc Wilmet, Grammaire critique du français, 1997, p. 208, § 242.

2 Ibid. p. 208, § 243.

3 L’ordre des mots en français moderne, p. 54.

4 Gardes-Tarmine, 1990, p. 20.

5 Ibid., p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vreck, « La place de l’adjectif épithète », Palimpsestes, 14 | 2001, 153-161.

Référence électronique

Françoise Vreck, « La place de l’adjectif épithète », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1669 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1669

Haut de page

Auteur

Françoise Vreck

Françoise Vreck est enseignant-chercheur à l’université de Lille III-Charles de Gaulle et co-responsable du groupe de recherche Elextra (Etudes sur le lexique et la traduction). Son domaine de recherche est la traduction et, plus particulièrement, l’enseignement raisonné de la traduction. Outre des articles dans la collection Ateliers de Lille III, elle a publié ABC de la version anglaise chez Longman en 1992 et Entraînement à la version chez Ophrys en 2002.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org