Navigation – Plan du site
Table ronde

Debat (Extraits)

Michaël Oustinoff
p. 162-169

Texte intégral

1A la suite de la table ronde sur la traduction des adjectifs par Baudelaire de “Ligeia” d’Edgar Poe a eu lieu un débat entre les intervenants et l’auditoire. Malheureusement, l’enregistrement sur magnétophone effectué à cette occasion n’est pas, en de nombreux endroits, exploitable, non que les propos tenus présentent peu d’intérêt (bien au contraire : qu’on n’aille pas chercher dans leur absence les ciseaux rageurs d’une censure inavouée ou inavouable), mais s’avèrent tout simplement trop lacunaires ou inaudibles pour être retranscrits.

2On ajoutera cependant deux choses. Tout d’abord, le débat aura été riche d’enseignements, ainsi que le montre le fait qu’il aura inspiré, outre des discussions animées, après coup deux communications supplémentaires que l’on a incluses dans ce numéro de Palimpsestes. Il s’agit de l’article de Joan Bertrand : “Groups of adjectives in Poe’s ‘Ligeia’ and Baudelaire’s translation of them : a source-oriented approach”, et de celui de Michaël Oustinoff : “L’adjectif antéposé de l’anglais : problème de traduction ?”.

3Aux yeux de Joan Bertrand, comme à ceux d’autres collègues anglophones, il semblait en effet utile, voire indispensable d’examiner la question sous l’angle inverse, celui du “texte source” (celui de Poe), plutôt que seulement celui du “texte cible” (celui de Baudelaire). Cette complémentarité est toujours la bienvenue.

4En ce qui concerne la retranscription exploitable du débat, il est resté deux interventions. Dans le cas de celle de Jany Berretti, il s’agissait d’expliquer en quoi la traduction de Baudelaire pouvait passer pour admirable, opinion que l’on n’est pas forcé de partager, sans que l’on doive en déduire pour autant que le texte de Poe, par contraste, est déficient. Ce en quoi la critique des traductions ne fait que rejoindre la critique des textes, et vice versa, pourrait-on dire, car on voit mal comment l’une irait sans l’autre dans le cas de la traduction littéraire.

5Quant à l’intervention de Serge Soupel, last but not least, elle permettra de clore ce volume sur ce qui donne tout son sens à l’analyse des traductions, et sans quoi toute réflexion tournerait désespérément à vide : le traduire. On a donc tenu à laisser le dernier mot à celui des membres de la table qui avait accepté d’intervenir en sa double qualité de littéraire et de praticien de la traduction.

6Ayant à parler de la traduction de Baudelaire, il passe en revue des opérations fréquemment effectuées par les traducteurs : “transpositions”, “transformations”, “compensations”, etc., mais il a soin de les rapporter à une “problématique”, sans laquelle une traduction est dénuée de toute cohérence. A cet égard, l’ensemble de ce numéro de Palimpsestes est une invitation à poursuivre la réflexion, en s’attaquant cette fois-ci aux autres traductions baudelairiennes, dont on a pu apercevoir l’étendue des relations intertextuelles, ou pour reprendre l’expression plaisante de Gérard Genette, “palimpsestueuses”.

7Question : Les conférenciers ont exprimé, semble-t-il, leur admiration pour la traduction de Baudelaire, mais ils ont également montré que Baudelaire, en traduisant Poe, répond par un style plus ample, plus passionné, plus véhément. Cette admiration laisse-t-elle entendre qu’il n’est pas possible de traduire mieux ? — alors qu’on pourrait penser peut-être qu’une traduction plus modeste, plus simple, qui ne refaçonnerait pas la prose de Poe dans le moule du “grand style” aurait aussi sa raison d’être.

8Réponse de Jany Berretti : Je répondrai, pour moi, en expliquant brièvement les raisons pour lesquelles j’ai exprimé une telle admiration pour la traduction de Baudelaire. D’abord c’est un texte remarquable. Mais par rapport à l’original, mon émerveillement est venu en quelque sorte par contrecoup.

9J’avais abordé les traductions de Baudelaire par la préface qu’il a écrite pour le premier recueil, celui des Histoires extraordinaires, en 1856 — la préface qui s’intitule “Edgar Poe, sa vie et ses œuvres” et qui a lancé le mythe de l’ilote ivre. Or cette préface, que Baudelaire a écrite très vite, il l’a reprise sur un article qu’il avait publié en 1852 dans la Revue de Paris, “Edgar Poe, sa vie et ses ouvrages”. Il avait écrit cet article à un moment où il ne disposait pas encore de l’édition des œuvres complètes, n’avait lu de Poe qu’une dizaine de contes, et tenait ce qu’il savait sur Poe essentiellement de deux articles nécrologiques trouvés dans une pile de numéros de 1849 (date de la mort de Poe) du Southern Literary Messenger (prêtés par un ami américain). L’article de 1852, donc aussi la préface de 1856, s’appuie sur ces deux articles, qui étaient en fait des plagiats de l’article de Griswold. Ils contenaient un portrait fielleux de l’homme mais surtout une fausse idée de l’écrivain. Dans cette préface de 1856, Baudelaire construit le portrait d’un auteur qui boit pour stimuler son imagination, qui écrit passionnément sous la poussée d’une inspiration géniale, magique, et merveilleusement morbide. Ce tableau passe sous silence tout ce que Poe a pu dire dans ses écrits théoriques et critiques. Claude Richard, dans son gros ouvrage Edgar Poe journaliste et critique, conclut que Poe est le premier grand poéticien des temps modernes et c’est bien ce que reconnaît en lui la critique aujourd’hui. C’est déjà ce qu’avaient reconnu Stéphane Mallarmé puis Paul Valéry (et le formalisme russe, et même — dès 1846 ! — le littérateur Emile Daurand Forgues dans un article de la Revue des deux Mondes). C’est aussi ce que Baudelaire lui-même reconnaîtra plus tard.

10C’est donc après avoir lu cette préface — exécrable à bien des égards —, sachant le rôle qu’elle a joué et combien l’opinion a voulu confisquer Poe au seul bénéfice de Baudelaire (du Baudelaire de cette première préface), c’est avec cette idée que Baudelaire avait rendu mauvais service à Poe que j’ai commencé l’étude des traductions des contes. Je m’attendais à trouver la même confiscation du texte. Or j’ai découvert à quel point, somme toute, dans ces traductions, Baudelaire avait été scrupuleux et — comme il le dit lui-même — “fraternel”.

Baudelaire a écrit en 1857, pour les Nouvelles histoires extraordinaires, une préface intitulée “Notes nouvelles sur Edgar Poe”, dont une bonne partie est la traduction de “The Poetic Principle”. Elle rend un son tout différent et montre les progrès de Baudelaire dans la connaissance de Poe en même temps que sa propre évolution. L’éloge de l’imagination y prend un autre sens. Il y affirme déjà ce qu’il exprimera par une formule condensée dans Le peintre de la vie moderne (1863) : “Tout ce qui est beau et noble est le résultat de la raison et du calcul”. Le poète est avant tout un maître de la langue, l’artisan d’une sorcellerie évocatoire. C’est de ce Baudelaire-là que parle Paul Valéry dans Situations II : “Le démon de la lucidité, le génie de l’analyse, et l’inventeur des combinaisons les plus neuves et les plus séduisantes de la logique avec l’imagination, de la mysticité avec le calcul, le psychologue de l’exception, l’ingénieur littéraire qui approfondit et utilise toutes les ressources de l’art, lui apparaissent en Edgar Poe et l’émerveillent” (Œuvres complètes, Pléiade, t. II, p. 125).

11Il est vrai, j’en ai donné des exemples, que dans sa traduction des contes en général, et donc de “Ligeia”, Baudelaire tend à effacer ce qui, chez Poe, est cérébral, à faire glisser vers l’excessif l’intensité des sentiments, à faire disparaître les traces de la présence de l’auteur, la distance qu’il prend par rapport à son œuvre présentée comme telle. Mais un lecteur doit savoir qu’une traduction, ce n’est jamais l’original. Une traduction faite par un écrivain est aussi quelque peu l’œuvre de l’écrivain.

12Question à Jany Berretti : Ce mythe de Poe suscité par Baudelaire (vous avez parlé de la préface aux Histoires extraordinaires), comment expliquer la faveur auprès du public de cette image d’un écrivain morbide, passionné, halluciné, ivre, fou... alors que l’œuvre de Poe, c’est tout autre chose ?

13Réponse : C’est vrai que Poe, aux yeux des lecteurs français avertis, aujourd’hui, est d’abord un novateur. Ses réflexions sur la conscience et ses réflexions sur la littérature ont servi de ferment à tout un mouvement de pensée qui est devenu manifeste au tournant du xixe au xxe siècle. On sait dans ce domaine l’importance de Baudelaire et en particulier de ses écrits sur l’art — or il y a là une sorte de duplication, une rencontre, Baudelaire trouvant chez Poe des idées qu’il avait déjà ou qui s’ébauchaient déjà dans son esprit. Mallarmé, dans les “Scolies” à sa traduction de “The Raven” rappelle l’intensité des débats suscités parmi les poètes français par “The Philosophy of Composition”, par cette “idée prodigieuse” que “tout hasard doit être banni de l’œuvre moderne et n’y peut être que feint” (même s’il s’agissait d’une hypothèse ingénieuse, philosophie de la composition plutôt que récit d’une composition).

14Mais on aime bien retourner dans le passé, et, au lieu de vouloir dans toute œuvre un art subtil de structure, on se plaît à n’y voir que le fruit d’une mystérieuse et folle inspiration, stimulée au besoin par les paradis artificiels. Les ouvrages de vulgarisation, en particulier, se vendent bien mieux sous cette bannière. Mon édition GF des contes (traduits par Baudelaire) porte en quatrième de couverture des citations du traducteur, pour le premier volume (en lettres rouges...) : “Edgar Poe aime à agiter ses figures sur des fonds violâtres et verdâtres où se révèlent la phosphorescence de la pourriture et la senteur de l’orage”, et pour le second volume, “Tous les contes d’Edgar Poe sont pour ainsi dire biographiques”. Cette dernière déclaration est une phrase prise à l’article de 1852, et Baudelaire l’avait lui-même sautée lorsqu’en 1856 il réutilise l’article pour écrire sa préface aux Histoires extraordinaires. Non seulement cela, mais encore aujourd’hui des gens qui sont relativement savants citent comme exemplaires de Poe des passages pris à des poèmes écrits par Poe à dix-sept ans puis abandonnés, et citent ces passages tronqués pour leur faire dire tout autre chose que ce que raisonnablement il est possible de leur faire dire. Le petit volume d’Edgar Poe par lui-même continue à se vendre beaucoup. Il contient de prétendues citations qui sont des falsifications. L’image du poète ivre, égaré, qui marche comme un fou dans la ville en perdant son chapeau, reste séduisante — comme elle le restait pour Baudelaire en 1856 — nostalgiquement pourrait-on dire. Je ne dis pas qu’il ne soit jamais arrivé à Poe de boire ni de courir par les rues sans couvre-chef, ce n’est pas l’anecdote qui importe, c’est l’interprétation théorique qui en est faite. Les falsifications biographiques ont servi à occulter tout l’apport théorique de Poe. De remarquables travaux de recherche existent, mais le poids des falsifications et des simplifications est tel que l’œuvre de Poe est, encore aujourd’hui, mal connue.

15Question à Serge Soupel : En tant que praticien de la traduction, que pensez-vous de la traduction effectuée par Baudelaire et des transformations peut-être opérées par lui par rapport à l’original, en matière de style notamment ?

16Réponse : On a parlé des contraintes il y a quelques instants, et c'est en tenant compte des contraintes de la langue que je suis moi-même, comme tout traducteur, amené à transposer, à moduler, à amplifier ou au contraire à atténuer, et tout cela je ne manque pas de le rapporter bien entendu à une vision d'ensemble, parce qu'on ne saurait se dispenser d'une problématique : je ne peux pas me contenter de décrire, et cette problématique, je crois l'avoir trouvée au travers d'un certain rapport que j'établis entre Baudelaire, traducteur peut-être intuitif — quand je dis intuitif, c'est qu'il ne s'explique pas, ou trop peu, sur sa traduction — que je contraste avec un traducteur français de Lawrence Sterne, sur lequel j'ai travaillé pendant l'été, qui explique de quelle façon il a traduit Le Voyage sentimental en 1801, 55 ans avant cette traduction-ci, et où il explique qu'il lui a fallu paraphraser, et procéder à des amplifications : nous y sommes.

17Amplifications, transpositions, transformations, métamorphoses, compensations... je crois constater en effet, et j'explique ma problématique, je crois constater en effet que dans “Ligeia”, il y a une femme qui est remplacée par une autre, et je vois dans cette métamorphose comme une mise en abyme de la traduction baudelairienne : il y a en effet là une espèce de compensation si l'on veut, il y a une transformation, il y a un point d'équilibre situé au centre même du récit — on a parlé d'iconicité et de systèmes pyramidaux, et lorsque je parle de littérature, je cherche souvent des structures en pyramide, en cône et en triangle — et je crois trouver dans ce texte une telle correspondance, et cette espèce de structure binaire me permet de trouver une clé pour analyser le travail de Baudelaire. Donc je verrais peut-être, de façon tout à fait souterraine, une influence du texte, du fait de sa structure, une espèce d'influence occulte sur la manière de traduire, en raison du jeu de ses alternances caractéristiques.

18Venons-en aux transformations effectuées. Je fais un dénombrement des transpositions, et je vais vite, des transpositions les plus intéressantes que je découvre ici, j'entends par transposition ici les transpositions plutôt facultatives, celles qu'il aurait pu ne pas faire, c'est-à-dire là où la marge du traducteur est par définition la plus grande. Les transpositions d'adverbe en adjectif : j'en dénombre à peu près huit ; transpositions de l'adjectif en adverbe : j'en dénombre trois.

19Je vous donne quelques exemples rapides. D'adverbe en adjectif : “thrillingly exciting”, que Baudelaire rend par “saisissant, excitant” ; “doubly effective”, que je retrouve sous la forme “doublé” (p. 131). Je vois encore ce phénomène : “fully impressed” traduit par : “je compris toute la force”, et des transpositions qui se font dans le sens inverse, donc adjectif en adverbe.

20Je passerai là-dessus, je n'ai pas vraiment le temps d'en parler. La question qui se pose à partir de là, c'est le pourquoi de ces transpositions. Je pense qu'il y a souvent le rythme qui doit jouer, le nombre de syllabes, etc. Une question aussi de sonorité et d'harmonie, une question peut-être aussi de précision. Ces choses-là sont à voir et à replacer dans le cadre de la poétique.

21Ce qui est clair, c'est que je m'aperçois, à côté de cela, du phénomène dont je parlais, du phénomène de l'amplification, j'avance rapidement, cette amplification que je peux lier aussi au phénomène de non-amplification. J'en trouve un nombre assez important d'exemples et je vois surtout, dans cette amplification, des exemples très présents dans le début du livre avec, très fréquemment, des “très cher” pour traduire “dear”, je vois aussi “jetés dans ce moule régulier” pour, simplement, “not of that regular mode”, à la page 124-125. Je vois encore “short upper lip”, auquel est ajouté “un peu” ; je vois “fuller than the fullest”, que Baudelaire traduit par : “mieux fendus que les plus beaux yeux”.

22Je vois à nouveau un nombre assez important d'amplifications sur la fin du texte et je vois un phénomène — c'est pourquoi je reviens à ce que je disais il y a un instant — un phénomène d'accroissement. Vers le milieu du texte au contraire, au moment où le narrateur décrit la chambre nuptiale qu'il va occuper dans la nouvelle maison, il y a le phénomène contraire, un phénomène de perte. C'est ainsi que “Capacious size” est rendu par “grande dimension”, on n'a pas traduit. Je vois encore “overly approportioned”, “au-dessus de” ; “gloomy looking” que Baudelaire traduit par : “presque noir” tout simplement ; je vois un “golden” qui disparaît à la page 141 ; je vois “lofty walls gigantic in height”, à la page 141 toujours, qui a disparu, plus toute une série de pertes encore.

23Alors, je constate une espèce de phénomène de balancier et, qui dit balancier, dit équilibre, et on retrouve un petit peu ce qui a été déjà été signalé, phénomène de chiasme peut-être, tendance à l'amplification au début, tendance à l'amplification à la fin, pas d'amplification ou, au contraire, non-amplification au milieu, phénomène de pesage, donc, sur la macro-structure du texte. Je vois en effet une espèce de miroir de la micro-structure et je pense — je ne peux pas ne pas penser — aux balances chères à Valery Larbaud.

24Donc, équilibre. Equilibre entre les pertes et les gains, si je fais le décompte, je m'aperçois d'abord que j'ai à peu près autant de transformations opérées dans un sens que dans l'autre : je dois avoir environ treize pertes et une dizaine de gains. Donc ces choses-là sont à peu près équilibrées. Je vois encore un phénomène assez particulier pour ce qui concerne — et je crois que c'est tout à fait lié à la thématique — l'adjectif “wild”, dont la traduction donne lieu à de très nombreuses variations. Je le trouve sous la forme “bizarre” à la page 135, “désordonné”, 135, “inculte”, 139, “en proie à”, 147, “étrange” à la page 135, 147, 153, sous la forme “égaré” à la page 153. Je vois là-dedans, donc, un phénomène assez intéressant qui permet de rétablir les équilibres, de compenser certaines pertes, toutes choses égales par ailleurs, pourrait-on dire.

25Je vois encore des ajouts sur les superlatifs, “most impulsive”, qui ne conduisent pas toujours à des économies très attendues chez Baudelaire, j'en ai parlé un peu. Il y a un autre phénomène qui est assez intéressant, c'est l'amplification non pas facultative mais nécessaire, qui n'est pas toujours vraiment une amplification, plutôt une explicitation et qui ressortit à la paraphrase dont je parlais il y a un instant chère à ce traducteur de Sterne, c'est la traduction des lieux : soit des lieux géographiques, soit des notations particulières intraduisibles dans la culture d'arrivée. Je pense à “Bedlam”, qui sera traduit par “extravagante” ; je pense aussi à “Norman”, qui est traduit par “du nord”, ce qui me fait penser à “southbound”, que j'ai eu à traduire il n'y a pas très longtemps, et qui m'a posé quelques petits problèmes.

26Les conclusions que je tire de tout cela, très rapidement, c'est que nous avons une espèce d'harmonie, probablement intuitive, qui est inspirée par le texte qui a ses harmonies chez le traducteur, qui balance donc de façon à peu près égale ces procédés de traduction que j'évoquais, avec un système de contrepoids, les changements de catégories grammaticales, verbe-adverbe notamment, étant à peu près équilibrés dans les deux sens. Les pertes et les gains se compensent également. Je dirais encore que rien n'est si gratuit qu'on pourrait le croire, qu'il y a peut-être des traductions qui peuvent surprendre, mais il me semble que chaque fois — et là, il y aurait une longue étude à faire dessus — le rythme le justifie, notamment sur le plan des contraintes dont on a eu l'occasion de parler. Ce qui peut sembler très souvent gratuit parce qu'inattendu, ce sont ces rajouts de petits mots-charnières, mais pas toujours, ce sont souvent des adverbes, des adjectifs apparemment superflus, tout petits, vous avez des “tout”, des “très”, des “si”, des “bien”, des “vrais”, et ainsi de suite. Tout traducteur qui va vers le français, je pense, est amené à les rajouter. Le décompte des syllabes, il me semble, la musique syllabique, le style arithmétique nécessaire peut-être à certains égards en français trouve là-dedans son compte.

27Voilà. Le narrateur dans le texte d'arrivée retrouve donc à certains égards la plupart des effets qui se trouvent dans le texte de départ, les équilibres sont respectés, nous avons affaire à un texte que je vois binaire, et cette affaire des balances au sens où l'entendait Valery Larbaud, je le répète, est à mon avis à peu près respectée, afin de parvenir à l'équilibre entre les contraintes qu'impose la langue et la liberté, relative, dont le traducteur dispose en matière de style pour rendre l'original dans sa systématicité, même si celle-ci n'est appréhendée par lui qu'intuitivement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Oustinoff, « Debat (Extraits) », Palimpsestes, 14 | 2001, 162-169.

Référence électronique

Michaël Oustinoff, « Debat (Extraits) », Palimpsestes [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1671 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1671

Haut de page

Auteur

Michaël Oustinoff

Michaël Oustinoff est enseignant-chercheur à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle où il enseigne la traduction. Bilingue dès l'enfance (sa langue maternelle est le portugais), puis plurilingue, son attrait pour la recherche en traduction remonte à la lecture du livre de Julien Green Le langage et son double I The Language and its Shadow. Membre du TRACT et du comité de rédaction de Palimpsestes, il a fait paraître en 2001 chez L’Harmattan, Bilinguisme d'écriture et auto-traduction : Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov. Il travaille actuellement sur un deuxième ouvrage intitulé Le continent des langues exploré : traduire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org