Navigation – Plan du site
Le canon à l'épreuve

Traduire ou trajouir : de la traduction des néologismes dans Vivre l’orange d’Hélène Cixous et Mère la mort de Jeanne Hyvrard

Pascale Sardin
p. 111-123

Résumés

La traduction de l’inscription de la problématique de la langue dans l’écriture féminine des années 1970-1980, telle que théorisée et mise en pratique par Hélène Cixous, est un processus complexe. Dans ce contexte, le texte bilingue Vivre l’orange / To Live the Orange propose un modèle intéressant, notamment pour ce qui est de la traduction des néologismes. Les procédés utilisés, qui reposent sur une forte créativité langagière, nous invitent à forger le néologisme trajouir, un mode de traduire jouissif. Le rendu des néologismes dans Mère la mort de Jeanne Hyvrard, texte qui s’appuie sur une forte néologie, est ensuite examiné. À travers l’étude de la textualisation des néologismes dans les textes de départ et d’arrivée, et après avoir mis en évidence la disparité des stratégies utilisées dans le texte d’arrivée, la notion de trajouir est mise à l’épreuve d’un projet traductif à visée didactique.

Haut de page

Texte intégral

Qu’est-ce que la signifiance ? C’est le sens
en ce qu’il se produit sensuellement,
[…] le lieu de la jouissance.
(Barthes, 1973 : 97, 101, italiques de l’auteur)

Il faut infiniment plus qu’un plaisir,
même démultiplié et violent, pour jouir.
Il y faut la croisée des chairs.
(Marion, 2003 : 216)

1Dans « Le rire de la Méduse », un texte datant de 1975, Hélène Cixous fait de la jouissance sexuelle une des métaphores principales de son écriture. Les textes d’Hélène Cixous font la part belle au corps et à l’inconscient, et exaltent le lien préœdipien de l’enfant à la mère tout en remettant en cause les représentations féminines stéréotypées. Associant le sémiotique et le corporel, la notion de jouissance chez cette écrivaine est fluctuante et composite, Cixous l’abordant notamment par le « don d’altérabilité » qui la caractérise (2010 : 61). La problématique de la langue est également centrale dans cette écriture, son ambition étant de remettre en question les modes de perception et d’organisation du monde véhiculés par le langage. L’écriture d’Hélène Cixous participe donc bien du texte de jouissance qui, selon Roland Barthes, « met en crise son rapport au langage » (Barthes, 1973 : 26) et « peut, s’il en a envie, s’attaquer aux structures canoniques de la langue elle-même », via « le lexique (néologismes exubérants, mots-tiroirs, translitérations) » ou « la syntaxe (plus de cellule logique, plus de phrase) » (ibid. : 51).

2L’écriture de Cixous est ainsi tissée de « néologismes littéraires » (Pruvost et Sablayrolles, 2003 : 38). Selon Pruvost et Sablayrolles, s’ils « n’entrent que très rarement dans les dictionnaires », les néologismes littéraires « s’install[e]nt inaltérablement dans l’œuvre à laquelle ils donnent leur relief » (ibid.). Mais dans l’écriture de Cixous, ces néologismes ne se contentent pas de « donner du relief », ils en constituent bien au contraire l’une des figures prépondérantes. Ces mots nouveaux, en faisant voir les choses et la langue d’une façon neuve, témoignent en effet de ce que le langage encode le réel de façon conventionnelle. Il s’agit, par les néologismes, comme l’écrit Cixous, de « tirer des richesses nouvelles et encore incalculées [d’un] mariage virtueux » de mots (Cixous, 1998 [1972] : 21). Les néologismes, comme ici l’adjectif virtueux, formé à partir de la racine latine vir- et sur le modèle paronymique de vertueux, participent ainsi pleinement d’une écriture envisagée comme une pratique jouissive et émancipatoire jouant sur les déplacements de sens.

3Les mots composés et les mots-valises inédits nous invitent eux aussi à repenser les oppositions qui structurent la pensée occidentale, à « démonter le théâtre des oppositions », pour reprendre la belle expression de Frédéric Regard (Cixous, 2010 : 14). Le mot-valise, en particulier, instaure au plan sémiotique un rapport relationnel d’interpénétration où l’idée de domination de l’un par l’autre semble brouillée, le néologisme réalisant au niveau du lexème le fantasme d’une identification impossible ou infinie exprimé par Hélène Cixous dans « Le rire de la Méduse » par ces mots : « S’il y a un “propre de la femme”, écrit-elle, c’est paradoxalement sa capacité de se dé-proprier sans calcul : corps sans fin, sans “bout”, sans “parties” principales, […] ensemble mouvant et changeant » (ibid. : 60).

4L’écriture exubérante d’Hélène Cixous, avec ses effets d’étrangeté saillants et répétés, a la réputation d’être difficile à traduire. Ce défi traductif, l’écrivaine l’a pourtant elle-même relevé dans Vivre l’orange, texte écrit en français et traduit en anglais par Ann Liddle et Sarah Cornell puis retravaillé par Cixous, et paru en 1979 dans une édition bilingue. Conçu comme un hommage à l’écrivaine brésilienne Clarice Lispector, ce texte présente à droite sa version française, et à gauche, sa version anglaise ; il a ainsi pu servir, par la suite, de « modèle pour la traduction de l’œuvre de Cixous en anglais » (Godard, 1991 : 114, ma traduction).

5Dans Vivre l’orange, Cixous décrit comment, en écrivant, elle se rend brusquement compte de la magnificence d’une orange. Cette expérience naît de la lecture d’une description dans un texte de Clarice Lispector. La narratrice est interrompue par une conversation téléphonique qui lui rappelle que des femmes manifestent dans les rues de Paris pour défendre le sort des Iraniennes. Cette interruption l’amène à se souvenir des camps de concentration. L’écrivaine est face au dilemme qui consiste à inclure dans son écriture la magnificence de l’orange et l’extermination de six millions de personnes.

6Cet effort pour saisir tous les sens, des sens souvent incompatibles ou contradictoires, est une des visées de son écriture, et le bilinguisme du texte, tout comme les mots composés et les mots-valises qui tissent son texte peuvent être vus comme des corrélatifs objectifs de cette visée éthique : At the school of Clarice, we learn how to be contemporaneous with a living rose and with concentration camps. / À l’école de Clarice, nous apprenons à être contemporaines d’une rose vivante, et des camps de concentration (Cixous, 1989 [1979] : 100, 101). L’orange qui traverse tout le texte en se transformant peu à peu au gré des changements de sujet représente tour à tour les femmes, les Juifs, l’Iran, Clarice, l’écriture, le corps, et, bien sûr, l’écrivaine elle-même, née à Oran : Oran-je.

7Ces mots composés inédits sont souvent rendus de façon littérale. C’est le cas du couple nominal lady-being / être-dame (V : 36/37) ou encore de l’adjectif de couleur formant un seul mot dans the blueblack vibration of the ground from above / la vibration bleuenoire du sol d’en-haut (V : 72/73). Parfois, l’effet miroir est tel qu’il y a inversion des sèmes comme avec child-ear et enfant-oreille (V : 42/43).

8Quand les langues font bien les choses, signifiers permetting, les mots-valises (qui procèdent par amalgame de lexèmes ayant « une partie de signifiant commun » [Pruvost et Sablayrolles, 2003 : 107]) sont eux aussi calqués dans l’autre langue. C’est le cas par exemple de jewomen / juifemmes (V : 34/35), néologisme qui fait apparaître dans la problématique identitaire l’interpénétration du genre et de l’appartenance religieuse.

9Cependant, ce sont surtout les nombreux décalages et non-concordances entre les deux versions qui frappent dans ce texte bilingue et, encore davantage, le plaisir que prend visiblement Cixous à jouer sur ces décalages, plaisir amplement partagé par les lecteurs. H. Cixous exploite aussi souvent que possible, semble-t-il, les particularités morphosyntaxiques de ses deux langues de travail. Elle joue ainsi avec la grammaire du français qui lui permet de marquer le féminin par l’ajout d’une simple terminaison dans amoureuses ou voyageuse, là ou la formulation épicène prévaut en anglais :

There is only a disoriented voyager left in the office.

We lovers of origins, we’re not afraid to return.

Il ne reste plus qu’une voyageuse dépaysée dans le bureau.

Nous, les amoureuses des origines, nous n’avons pas peur de revenir. (V : 22/23)

10De l’anglais, cette fois, Cixous exploite les capacités dérivationnelles et poétiques. Ainsi, arriver vivante devant une orange pleine de vie devient to arrive alive awoman in front of an orange full of life (V : 76-78/77) : dans awoman, l’article indéfini est recatégorisé en préfixe pour donner de la concrétude à l’idée d’une féminité jaillissant du texte, dynamisme renforcé par l’assonance en /ə/ dans (arrive alive awoman). Pour traduire appartenance, l’écrivaine-traductrice crée encore belongingness dans : My heart is in the belongingness with a voice fashioned out of shining darkness / Mon cœur est dans l’appartenance d’une voix taillée dans l’obscurité brillante (V : 8/9), puis successivement kindredhood et kindredship (V : 34/35). Ces trois signifiants, bien que non inédits, sont particulièrement saillants dans le texte anglais et réalisent au plan sémiotique l’idée de jonction et de fusion présente dans leur signifié.

11Parfois, Cixous surprend encore plus quand elle rend connaissance par knewing : I owe the knewing of the beauty of the egg to Clarice. / Je dois la connaissance de la beauté de l’œuf à Clarice (V : 64/65). Ici, le néologisme knewing fait se rencontrer les sens de new (« nouveau ») et de to know (« savoir, connaître ») ; il suggère l’idée d’une nouvelle façon de voir s’appuyant sur une connaissance du passé. Une autre occurrence de jeu entre la graphie et la phonétique concerne l’expression I am foreinge (V : 40). Foreinge, mot hybride rimant en anglais avec « orange » et ressemblant à « foreign », ne trouve pas d’équivalent dans le texte français. Il signifie, de façon ludique, que le « je » est autre, que le « je » est sans cesse à réinventer à l’image de l’orange qui ne cesse d’être investie d’identités nouvelles au fil du texte.

12De ces trouvailles de la version anglaise, qui passent par un décodage de sens complémentaires au plan auditif et visuel, naît la j’ouis-sens. Les mots brillent, le texte « éclate », il « détonne », écrit Roland Barthes (Barthes, 1973 : 68). De cette « transposition créatrice » (Jakobson, 2003 [1963] : 86) et créative dans l’autre langue jaillit le tra-jouir : issu de la friction des langues, ce « petit orgasme » (Barthes, 1973 : 103) traductif explose dans le greffage néologique et le décalage imprévu entre les langues.

13De la même génération qu’Hélène Cixous, Jeanne Hyvrard fait aussi de la création des néologismes un enjeu majeur de son écriture expérimentale. Dans Mère la mort, son deuxième roman, une narratrice anonyme raconte son enfermement dans un asile psychiatrique et la dépression qui s’ensuit. Dans ce texte lyrique fait de bribes de souvenirs, de sensations et d’images réelles ou fantasmées, Jeanne Hyvrard cherche à déplacer les limites de ce que peut faire la langue française, du point de vue lexical notamment. Les femmes enfermées dans l’asile sont déclarées enfollées par l’institution médicale d’une part et par la logarchie d’autre part – ce « système de pensée binaire » (Vassallo et Wardle, 2006 : 21) « fondé sur la séparation et l’appropriation, qui nie la valeur de l’irrationnel, du féminin » (ibid. : 11). Si la sujétion passe par la langue : « Ils me saisissent dans les tenailles de leur grammaire. Ils broient ma tête dans le casse-noix de leur vocabulaire. Ils m’écrasent sous les marteaux-pilons de leur argumentation. » (MM : 74), la libération aussi passe par la langue : « Prenons courage, les enfollées. Récupérons la parole qu’ils nous ont arrachée et clamons nos différences puisque c’est de cela que nous mourons. » (MM : 124) Cette liberté est aussi à chercher dans une « langue qui libère », « où les mots signifient aussi leurs contraires » ; elle se manifeste très concrètement pour le lecteur par des séries de néologismes souvent construits à partir d’une même racine. L’importance de ces créations lexicales est soulignée au sein même du texte : « Ils ont choisi dans la langue les formes qui les avantagent. Ils n’ont gardé que les suffixes qui assurent leur pouvoir. […] Ils disent que je suis folle parce que j’invente des mots. » (MM : 67) L’invention de néologismes destinés à créer « une brèche dans la langue » (Hyvrard dans Vassallo et Wardle, 2006 : 56) est donc un acte subversif.

14La traduction de Mère la mort est parue aux presses universitaires du Nebraska en 1988 sous le titre Mother Death. Les néologismes chez J. Hyvrard, parce qu’ils reposent sur une construction quasi mathématique – l’écrivaine rapproche son projet esthétique du futurisme et du constructivisme (Vassallo et Wardle, 2006 : 159) – ne semblent pas poser des problèmes de traduction insurmontables. Très souvent, en effet, le calque, ou l’emprunt avec anglicisation, offrent une solution de traduction adéquate quand le français et l’anglais partagent étymologiquement le même radical. Ainsi en est-il du terme séparance, qui devient tout simplement separance. Souvent aussi, il suffit d’adjoindre le suffixe propre à l’anglais, comme lorsque gestancy remplace gestance dans : La gestation. La gestance. La genèse. / Gestation. Gestancy. Genesis. (MM : 127/87).

15Quelquefois, pourtant, la substitution nécessite plus de créativité quand il faut trouver un radical proche, tant du point de vue du signifiant que du signifié, comme ici pour traduire les dérivés d’« écorcher », terme d’origine latine : Un écorchement. Une écorchance. Une écorchation. Mais non. Ils disent seulement une écorchure. / A scratchment. A scratchance. A scratchation. No. They only say: a scratch. (MM : 115/79) Lorsque l’anglais et le français ne partagent pas de signifiants proches, c’est un synonyme qui sera employé :

Ils disent que glouter n’a jamais existé. Après tout, qu’en savent-ils ? Il y a bien glouton. Engloutir. Engloutissement. Engloutissage. Engloutation. […] Elle m’engloute.

They say “to enswallow” never existed. What do they know about it, after all? There’s the swallower. To swallow down. The swallowing down. The swallowing up. Swallowment. […] She enswallows me. (MM : 18/52)

16Notons ici l’ajout inédit et exceptionnel des guillemets dans le TA, ajout qui marque une première forme d’hétérogénéité dans la transposition des néologismes dans Mother Death.

17En effet, dans Mother Death, les stratégies de traduction des néologismes sont finalement assez hétéroclites. Ainsi, la traduction passe souvent aussi par une dilution avec explicitation atténuante :

Je suis la falaise qui s’écroule peu à peu. L’éboulement de la lumière résurgente. Le fermoiement des portes qui me protègent des jactants.

I’m the cliff collapsing little by little. The landslide of resurging light. The slamming shut of doors shielding me from those boastful ones. (MM : 17/7)

18Dans ce passage, ce sont tout à la fois fermoiement et jactants (les représentants de l’autorité et tenants de la logarchie) qui font l’objet d’une traduction par périphrase explicitante, procédé encore plus frappant dans le passage de L’attraction de la folie sur les follants. Ils nomment fous leurs contradicteurs à The fascination with madness for those who drive us mad. They call their adversaries mad (MM : 72/47). Dans cet exemple, non seulement le néologisme follants est dilué en those who drive us mad, mais les contradicteurs, terme saillant en français, est rendu par le lexème ordinaire adversaries.

19La note de bas de page vient au secours de la traduction quand la question des marqueurs de genre grammatical ajoute une difficulté supplémentaire à la traduction du néologisme :

Séquestration. Séquestrement. Séquestrée. Un participe. L’accord du participe.

Sequestration. Sequesterment. Sequestered [Séquestrée]. A participle. Agreement of the participle. (MM : 28/15).

20Ici, à l’incrémentialisation qui fait apparaître le terme original séquestrée dans le TA, s’ajoute la note 4 : The feminine form séquestrée indicates that the sequestered subject is female. À la première page du roman, la traductrice avait pourtant résolu le problème de l’emploi du genre grammatical dans le néologisme enfollées par la création du nom composé Maddenedwomen (MM : 9/1). Toutefois, dans un but didactique, elle accompagne sa traduction d’une note : « Hyvrard’s novel (the cover of the French text indicates that it is a novel) is dedicated aux enfollées, and I have translated enfollées as maddenedwomen in order to indicate both madwomen (les folles) and also the fact that the women have been made mad. »

21Le projet traductif de l’universitaire Laurie Edson, la traductrice de Mère la mort, est en effet avant tout pédagogique. Elle assortit son texte de dix-sept notes métapraxiques et exégétiques qu’elle adresse visiblement à des étudiants spécialistes de littérature, de langue française ou encore d’études féministes. Ces notes viennent ainsi méthodiquement préparer l’argumentation développée dans la postface du roman intitulée « Jeanne Hyvrard’s Mother Death & the Colonization of Language » (111-123).

22Dans son article de 1991 intitulé « Feminist Translation: Contexts, Practices and Theories », Luise von Flotow répertoriait trois stratégies majeures employées par les traductrices féministes (dans le contexte canadien francophone des années 1980-1990) pour contourner les difficultés liées à la traduction des textes rattachés à l’écriture féminine. Il s’agit du « supplementing », du « prefacing and footnoting » et du « hijacking ». Le trajouir, qui s’appuie sur une manipulation libre, décomplexée et créative du signe linguistique dans le texte d’arrivée, se rapproche de la technique du supplementing :

23Concretely, [supplementing] means serious interference with the text. […] Supplementing in feminist translation is a strategy which may explain […] “over-translation” […]. It compensates for the differences between languages, or constitutes “voluntarist action” on the text. For even if English doesn’t have exactly the same problems of gender or etymology, there are other places in the text where a similar déplacement of language can be carried out. (von Flotow, 1991 : 74-75)

24Si dans Vivre l’orange, seule la technique du supplementing est employée, le texte n’étant accompagné d’aucun appareillage critique particulier, dans Mother Death en revanche, c’est la deuxième catégorie des procédés recensés par Luise von Flotow, à savoir le « Prefacing » et le « Footnoting », qui sont privilégiés en raison de la visée didactique du projet traductif.

25Les trouvailles ne sont pourtant pas absentes de cette traduction. Ainsi, dans l’exemple suivant, la trouvaille intervient dans le co-texte du néologisme séparance, qui désigne l’état de séparation entre hommes et femmes, filles et mères, ou encore espace et temps (MM : 91), néologisme qui rime, en français, avec « différence » mais aussi avec « espérance », ou « désespérance », et renvoie, plus que ne peut le faire le terme ordinaire « séparation », à une forme de souffrance ontologique :

La séparance cesse. L’abandon. La maison renaissante. La pierre gémit. Le crépi craquèle. L’eau suinte dans les fondations.

Separance ceases. Sweet surrender. The house being restored. The stone moans. The rough plaster coating cracks. Water seeps into the foundations. (MM : 27/14)

26L’allongement d’abandon en sweet surrender, dans cette unité de traduction, est particulièrement intéressant d’un point de vue stylistique car il permet de renforcer l’allitération en /s/ (Separance ceases. Sweet surrender.) qui suggère la jouissance ressentie au moment où cesse la séparance. Cependant, d’une manière générale, le trajouir passe nettement au second plan derrière les autres procédés de la traduction féministe à visée didactique, à savoir le discours préfaciel et les annotations, dont certaines, notamment, auraient pu être évitées.

27L’exemple de Barbara Godard traduisant la poétesse et romancière canadienne Nicole Brossard est ici tout à fait pertinent car il offre un exemple de traduction économique, créative, et qui ne va pas à l’encontre du plaisir du texte, bien au contraire. Traduisant le recueil poétique Amantes, Barbara Godard crée le néologisme Lovhers. Par ce jeu de mots, la traductrice féminise un substantif normalement épicène en anglais, et attire l’attention des lecteurs sur la relative neutralité de la langue anglaise qui d’ordinaire marque peu le genre grammatical. Or, sur ce même modèle, il est possible de créer d’autres néologismes anglais, comme le magnifique « Sequesthered » suggéré par un groupe d’étudiants particulièrement inventifs.

28Pour R. Barthes, la jouissance se produit dans l’espace du désir et du jeu : il évoque « la possibilité d’une dialectique du désir, d’une imprévision de la jouissance : que les jeux ne soient pas faits, qu’il y ait un jeu » (Barthes, 1973 : 11). Le trajouir, la jouissance dans et par le traduire, est la « trace d’une coupure » entre les langues (ibid. : 35). Il éclate dans la « faille » qui sépare les « deux bords » linguistiques (ibid. : 14-15), la réécriture dans l’autre langue offrant un espace de jeu où pertes et gains ne se compensent pas de façon systématique, un espace dynamique fait de glissements et d’altérations imprévus.

29Révélé et mis au jour par la textualisation des néologismes littéraires présents dans l’écriture d’Hélène Cixous, et dans une moindre mesure dans celle de Jeanne Hyvrard, le trajouir est étroitement lié au caractère expérimental de l’écriture du texte de départ puis à la mise en œuvre du projet traductif dans le texte d’arrivée. S’accommodant assez mal d’un projet traductif à visée didactique, il se manifeste plus aisément quand le traducteur ou la traductrice écrit pour un lecteur idéal qu’il ou elle envisage comme agent de la recréation du sens du texte dans la langue d’arrivée.

30Le trajouir défie doublement le phallogocentrisme : au plan sociolinguistique, il défait les a priori par lesquels le langage encode notre construction du monde, au plan métatraductif, il s’appuie sur une pensée de la traduction comme production ou recréation. Le trajouir ne peut en effet s’accommoder d’une théorie de la traduction comme reproduction seconde ou secondaire, mais affirme au contraire, par la praxis, que la traduction est nécessairement une création, qu’elle jouit pleinement du statut d’œuvre.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Cixous, Hélène, 1998 [1972], Neutre, Paris, Des femmes.

—, 1986, « La venue à l’écriture » [1975], in Entre l’écriture, Paris, Des femmes, p. 9-69.

—, 1989 [1979], L’Heure de Clarice Lispector précédé de Vivre l’orange, Paris, Des femmes.

—, 2010, Le Rire de la Méduse et autres ironies, préface Frédéric Regard, Paris, Galilée.

Godard, Barbara, 1991, « Translating (With) the Speculum », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 4, n° 2, p. 85-121.

Hyvrard, Jeanne, 1976, Mère la mort, Paris, Éditions de Minuit.

—, 1988, Mother Death, trad. Laurie Edson, Lincoln/Londres, University of Nebraska Press.

Ouvrages et articles

Barthes, Roland, 1973, Le Plaisir du texte, Paris, Seuil, coll. Points.

Blyth, Ian, 2001, « An Interview with Hélène Cixous », Paragraph, Hélène Cixous, 23:3, p. 338-343.

Brossard, Nicole, 1998 [1980], Amantes, suivi de Le Sens apparent et de Sous la langue, Montréal, L’Hexagone.

—, Lovhers, 1987 [1986] trad. Barbara Godard, Montréal, Guernica Éditions.

Jakobson, Roman, 2003 [1963], « Aspects linguistiques de la traduction », in Essais de linguistique générale, Paris, Éditions de Minuit.

Kristeva, Julia, 1980, Desire in Language: A Semiotic Approach to Literature and Art, L. S. Roudiez (ed.), trad. T. Gora, A. Jardine et L. S. Roudiez, New York, Columbia University Press.

Marion, Jean-Luc, 2003, Le Phénomène érotique, Six méditations, Paris, Grasset.

Pruvost, Jean et Sablayrolles, Jean-François, 2003, Les Néologismes, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?

Sellers, Susan (ed.), 1997 [1994], The Hélène Cixous Reader, Londres/New York, Routledge.

Vassallo, Helen et Wardle, Cathy, 2006, Dialogues avec Jeanne Hyvrard, New York & Amsterdam, Rodopi.

Von Flotow, Luise, 1991, « Feminist Translation: Contexts, Practices and Theories », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 4, n° 2 p. 69-84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Sardin, « Traduire ou trajouir : de la traduction des néologismes dans Vivre l’orange d’Hélène Cixous et Mère la mort de Jeanne Hyvrard », Palimpsestes, 25 | 2012, 111-123.

Référence électronique

Pascale Sardin, « Traduire ou trajouir : de la traduction des néologismes dans Vivre l’orange d’Hélène Cixous et Mère la mort de Jeanne Hyvrard », Palimpsestes [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1775 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1775

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org