Navigation – Plan du site
Défamiliarisation à l'oeuvre

Traduire une nouvelle langue : emprunts et néologie chez Derek Walcott

Jessica Stephens
p. 167 - 181

Résumés

L’œuvre poétique de Derek Walcott regorge d’emprunts et cette dextérité langagière témoigne à la fois d’une grande maîtrise du langage et d’un intérêt certain pour les apports d’autres cultures. Comment les traducteurs de Derek Walcott, et tout particulièrement Claire Malroux, traduisent-ils ces emprunts et le sens que ceux-ci véhiculent dans le cadre du texte poétique ? La présence de néologismes renvoie aussi le lecteur européen à l’altérité du monde caribéen ; le poète Walcott n’est-il pas à la recherche d’une nouvelle langue, une néo-logie, capable de restituer la perception synesthésique et kaléidoscopique qu’il a du réel antillais ?

Haut de page

Texte intégral

1Derek Walcott, lauréat du prix Nobel de littérature en 1992, est un poète antillais né à Sainte-Lucie, d’un père anglais et d’une mère métisse. Scolarisé dans une école anglaise mais imprégné de créole dans sa vie quotidienne, le poète baigne dans deux cultures, britannique et indigène, et deux langues : l’anglais et un créole issu de langues africaines mais aussi construit autour d’apports français puis anglais. Il se trouve dans une situation fréquente dans ce type de société aux stratifications sociales complexes et aux codes sociaux et linguistiques pluriels : celle d’une cohabitation subtile, d’un entre-deux.

2Dans ses poèmes, Derek Walcott fait le choix de l’anglais et non du créole qui surgit ici et là dans des dialogues ou bien encore lorsque s’élève une voix, celle de Shabine par exemple, dans Schooner Flight. Toutefois, une lecture attentive des poèmes révèle la présence d’une pléthore de termes, expressions, phrases, chansonnettes empruntés à d’autres langues. Le plurilinguisme du continuum linguistique et de la diglossie qui caractérisent cette société facilite l’apparition des néologismes. L’altérité, soit la présence de l’autre, est inscrite dans le recours aux emprunts, enchâssés dans le texte poétique.

3Que nous disent ces choix sur le projet de l’auteur, son œuvre et donc le projet de ses traducteurs ? Comment les traducteurs inscrivent-il l’/les altérité(s) présente(s) dans le texte ? La véritable altérité du discours poétique de Walcott n’est-elle pas logée ailleurs, dans une néo-logie, une nouvelle langue qui restitue le rapport intime et amoureux au réel caribéen, si étrange pour un lecteur européen ? Walcott ne cherche-t-il pas à forger la langue de sa race : « to shape […] the language of a race » (Walcott, 1992 [1986] : 94), là où affleurent l’ombre de la parole, le non-dit, l’expérience partagée et assimilée tacitement par une communauté ?

4Parmi ses recueils de poèmes, cinq ont été traduits et quatre des traductions publiées chez Circé ou Gallimard : Arkansas Testament (1987) traduit par Thierry Gillybœuf sous le titre La Lumière du monde (2005) ; The Fortunate Traveller (1981) (Heureux le voyageur, 1993), Another Life (1973) (Une autre vie, 2002) et The Star-Apple Kingdom (1979) (Le Royaume du fruit-étoile, 1992) traduits par Claire Malroux, et enfin Midsummer (1984) traduit par Colette Beaumatin et en attente de publication aux éditions Désormeaux.

5Walcott parle le créole mais choisit d’écrire en anglais, qui peut donc être considéré comme sa matrice linguistique. Toutefois ses recueils de poèmes – à l’exception peut-être de Another Life – sont truffés d’emprunts à d’autres langues : au latin, au grec, à l’espagnol et l’allemand, mais aussi au français (Sainte-Lucie ayant longtemps été sous domination française) et au créole, français et anglais.

Emprunts

6Walcott emprunte au latin – peu au grec – et ces emprunts sont plus ou moins transparents, car plus ou moins entrés dans la langue source, à savoir l’anglais, et cible, le français : des expressions comme Noli me tangere (Walcott, 1987 : 26 ; 2005 : 57 ; 2004 [1973] : 77 ; 2002 : 105) ou encore Delenda est Carthago (Walcott, 1992 [1986] : 405 ; 1993 : 27), inscrites dans notre patrimoine à travers nos manuels de latin ou d’histoire ; des tournures rituelles tirées de la liturgie, Sancta, Sancta Regina (Walcott, 1987 : 52 ; 2005 : 109), gloria Dei (Walcott, 2004 [1973] : 104 ; 2002 : 134) dont on peut deviner le sens à la lecture ; mais aussi des expressions plus opaques : Nunc Dimittis (Walcott, 1987, 64 ; 2005 : 129) ou bien encore, Quis te misit, Magister ? (Walcott, 1992 [1986] : 442 ; 1993 : 111). Dans tous ces cas, les traducteurs ont restitué tels quels ces emprunts : l’effet sur le lecteur de langue française est, selon toute vraisemblance, à peu près le même que l’effet initial sur le lecteur anglais. La perspective qui nous intéresse ici est celle d’un lecteur français néophyte lisant la traduction et n’ayant pas davantage de connaissances qu’un lecteur anglophone. Notons toutefois que la citation de Virgile, Statio haud malefida carinis (Walcott, 2004 [1973] : 30, 35 ; 2002 : 51) (« a safe harbour for ships »), figurant dans Une autre vie, est immédiatement reconnaissable par un natif de Sainte-Lucie puisqu’il s’agit de la devise de l’île avant l’indépendance, chose que Claire Malroux, qui pourtant a recours à quelques notes explicatives dans sa traduction, passe sous silence.

7Parfois, Walcott fournit la traduction du mot étranger auquel il a recours : « Miles, foot soldier. Fossa, / a trench or a grave » (Walcott, 1987 : 22) / Miles, fantassin. Fossa, / une tranchée ou une tombe (Walcott, 2005 : 48-49), lissant par là même le caractère étrange de l’emprunt et facilitant la tâche du traducteur. Comme dans l’exemple suivant, l’effet d’étrangeté est intense mais l’opacité est compensée par le contexte, à savoir la juxtaposition de mots qui, en définitive, expliquent le terme emprunté :

I knew them all,
the “swell-foot,” the epileptic “mal cadi,” (Walcott, 1992 [1986] : 167)

8Si le terme mal cadi vient du français « mal caduc », terme utilisé pour désigner l’épilepsie, une connaissance du latin permet de tâtonner vers le sens étymologique : cadere (tomber, choir), caducus (tombé). Le calque opéré par Claire Malroux, qui choisit de conserver mal cadi dans sa traduction (Walcott, 2002 : 45), est d’autant plus justifié.

9Que faire, toutefois, face à la traduction détournée d’un mot, comme par exemple dans Peccavi. I have Sind (Walcott, 1992 [1986] : 214) ? Le verbe Sind est à la fois traduit et subverti, forme d’hapax, fruit d’un jeu sur le sens du participe passé du verbe to sin, « pécher », du verbe scind, « diviser », mais aussi peut-être du verbe sind devenu obsolète et qui veut dire « rincer » (Webster’s New International Dictionary, 1934) – la fonction de l’eau lustrale est intéressante ici. On bute contre l’opacité signifiante et la langue hôte (le français) n’a pas les ressources et la souplesse nécessaires pour s’aligner sur le texte source, irréductible. « Peccavi. J’ai Péché » (Walcott, 2002 : 100), nous dit Claire Malroux, en arasant la richesse de l’original ; mais, d’une certaine façon, c’est précisément la traduction en défaut qui fait surgir l’autre, pour le lecteur bilingue.

10Le recours à l’emprunt permet à Derek Walcott de désigner des réalités culturelles propres à la culture dont il tire le mot Weltanschauung (Walcott, 1987 : 79 ; 2005 : 159), mais aussi fin-de-siècle (Walcott, 1987 : 73 ; 2005 : 147), droit de seigneur (Walcott, 2004 [1973] : 38 ; 2002 : 61). Ces ruptures de « l’isotopie du discours » (Sablayrolles, 2000 : 193) fonctionnent comme un appel perlocutoire (Pruvost et Sablayrolles, 2003 : 79) et c’est bien là un aspect du néologisme. Qu’en est-il des traducteurs ?

11Les deux traducteurs calquent très exactement ces substantifs qui viennent s’insérer dans la structure syntaxique de la phrase française ; par souci de cohérence, ceux-ci préfèrent l’emprunt à l’équivalent français : par exemple, Thierry Gillybœuf choisit d’enchâsser dans son texte l’emprunt (au gaélique irlandais) curraghs (Walcott, 1987 : 81 ; 2005 : 163), qui ne figure dans aucun dictionnaire français, au lieu de traduire ce mot d’origine irlandaise : « coracles ». De même, Claire Malroux préserve Lebensraum (Walcott, 1993 : 157 ; Walcott, 2004 [1973] : 460) alors qu’un équivalent français existe : « l’espace vital ».

12Ainsi, les deux traducteurs se placent du côté de l’autre, leur approche est orientée vers la langue source, pour reprendre l’une des distinctions opérées par Schleiermacher dans son séminaire « On the Different Methods of Translating » datant de 1813. Si l’on considère qu’il existe un continuum, allant de la traduction sourcière à la traduction cibliste, alors la traduction de Thierry Gillybœuf comme celle de Claire Malroux se situent à l’un de ces deux extrêmes : elles sont décentrées (Cordonnier, 1995 : 151), la stratégie de décentrement de Claire Malroux étant peut-être plus marquée encore. En effet, le recours fréquent aux notes explicatives en bas de page (Walcott, 2002) ou à la fin de l’ouvrage (Walcott, 1993) est un indice de cette ouverture à l’autre : comme par exemple pour le mot raj* (ibid. : 27). L’opacité de l’autre est doublement préservée lorsque Claire Malroux restitue directement en français l’emprunt au créole, jour marron (Walcott, 2004 [1973] : 11 ; 2002 : 30). Le substantif et l’adjectif existent en français, ils sont identifiables et même interprétables selon nos critères culturels mais… de manière erronée ; seul un détour par la culture de l’autre et par l’univers poétique et linguistique de Walcott peut permettre d’éclaircir le sens de ces mots dans la culture du Même, c’est-à-dire notre culture en tant que lecteurs français. Le marronage était le fait d’esclaves qui prenaient la fuite, mais si l’adjectif mawon signifiant la dérobade existe bien en créole, l’expression jour marron, elle, n’existe pas. Il s’agit donc d’un hapax qui arrête la lecture, appelle une glose. Si l’on considère que le marronage consistait à s’échapper et que l’on tient compte du co-texte poétique, on peut proposer un sens : jour de relâche, de vagabondage. Claire Malroux choisit de ne pas traduire ce mot, elle le restitue dans toute son étrangeté et, par là-même, fait apparaître, avec force, le fait historique auquel il renvoie, à savoir l’esclavage, ainsi que la perception qu’en a le poète, ancrée dans une mémoire culturelle.

13En revanche, elle traduit the obeah-man (Walcott, 2004 [1973] : 25) par sorcier noir (Walcott, 2002 : 45), terme utilisé en Martinique et qui figure, par exemple, dans les écrits de Saint-John Perse. D’autres équivalents auraient pu être utilisés : « quimboiseur » aux Antilles françaises, ou bien le calque exact « homme obeah ». En choisissant l’une de ces deux expressions, Claire Malroux se serait inscrite dans la stratégie de décentrement – à un degré plus ou moins grand – mais, ici, la traductrice choisit le mot sorcier, presque un hyperonyme, en estompant un peu le mystère qui entoure l’original. Pourtant le choix de l’adjectif polysémique noir concorde tout à fait avec l’une des trames de la poésie de Walcott – la thématique du noir et du blanc, de l’obscurité et de la lumière, comme liée, entre autres choses, à l’identité. L’obscurité renvoie aussi à une dimension spirituelle, à certaines pratiques religieuses – on pense à des formes de vaudou –, et elle est présente dans d’autres mots qui figurent dans le texte poétique, comme par exemple négromancie (Walcott, 2002 : 45 ; negromancy, Walcott, 2004 [1973] : 24), gens-gagée (Walcott, 1987 : 38 ; 2005 : 81). En ayant recours à l’adjectif noir, la traductrice pointe dans une certaine direction et renforce un réseau sémantique – la symbolisation sociale et culturelle de l’obscurité –, qui parle au lecteur mais de façon très voilée, presque muette.

14Ainsi, le texte poétique de Walcott est chamarré comme un kaléidoscope. Peut-on penser ces emprunts comme étant le fruit d’une démarche délibérée cherchant à refléter le métissage des îles antillaises, inscrivant l’altérité – dans son sens de différence – dans le texte poétique et manifestant, à intervalles réguliers, des traces mémorielles protéiformes d’autres cultures ? Dans de nombreux poèmes, Walcott apparaît comme un écrivain préoccupé par l’oubli, le déni et la répression des Arawaks et des Caraïbes, désireux d’exhumer des strates de cultures liées à la colonisation, l’esclavage ou la migration. Or les deux traducteurs s’avèrent fidèles à cette démarche : ils construisent leurs traductions autour de l’altérité en respectant presque systématiquement l’emprunt présent dans la langue source et en marquant le calque vers la langue cible par le biais d’une typographie adaptée : par le recours aux italiques ou aux astérisques.

15Une autre hypothèse concernant la stratégie de ce virtuose de la langue anglaise consisterait à avancer que l’incorporation d’emprunts est une façon d’introduire du jeu dans la langue, de remettre en question, d’interroger et parfois de « hausser la langue » (Sablayrolles, 2000 : 42), selon l’expression de Ronsard. L’anglais paternel, l’anglais hégémonique, mais aussi l’anglais, langue de l’oppresseur. Ici encore, Claire Malroux et Thierry Gillybœuf font preuve d’une inventivité et d’une créativité qui reflètent le jeu et l’ironie se glissant dans les ruptures du discours poétique de Walcott. Claire Malroux a recours à un néologisme français en calquant le mot anglais sniper (Walcott, 1992 [1986] : 411 ; 1993 : 45), xénisme mis en italique dans le texte français : idem pour le mot jet (Walcott, 1992 [1986] : 412 ; 1993 : 45), fruit d’un calque. Il s’agit là presque d’une forme d’inversion car les mots anglais sont empruntés en français et acquièrent ainsi le statut de xénisme : cette stratégie est aussi, surtout, un signe de dialogue entre les traducteurs et l’auteur. Claire Malroux, dans sa traduction d’Another Life, fait aussi preuve de créativité ludique lorsqu’elle restitue le jeu sur le mot vellum / very / velin dans sa traduction de thank you vellum much (Walcott, 1992 [1986] : 248) : thank you velin much (Walcott, 2002 : 153).

16« Oublions les choses, ne considérons que les rapports », nous dit le peintre Braque (Braque, 1952 : 40). Ce kaléidoscope linguistique manifeste le visage de l’autre, la réalité du brassage culturel et ethnique de l’île, mais dénote également la vitalité qui se dégage de cette mise en relation des cultures dans le texte. Et c’est ce qu’adroitement, par le biais de calques, de jeux sur les mots, d’équivalents, les traducteurs réussissent à rendre. Par ses choix, Claire Malroux préserve les zones d’ombre de l’autre, son opacité pleine de ressources. Toutefois altérité ne signifie pas seulement différence. Étymologiquement, ce mot désigne une transformation. Or la quête d’une nouvelle langue – d’une néo-logie – qu’entreprend le poète Walcott est étroitement liée à la notion d’un changement dans la perception du monde… et d’un état de conscience autre.

Néo-logie

17Le deuxième projet qui sous-tend l’œuvre et l’entreprise poétique de Walcott consiste à parcourir l’Eden qu’est l’île de Sainte-Lucie et de cartographier celle-ci par le verbe et la peinture. Les poèmes de Another Life retracent l’exaltation de cette aventure partagée avec le peintre Dunstan St Omer, ami de jeunesse, qui apparaît sous le nom de Gregorias dans le texte. Le poète aspire à crier – c’est-à-dire nommer en créole – l’île en l’explorant et en la révélant peu à peu : For no one had yet written of this landscape / that it was possible. (Walcott, 1992 [1986] : 195) Plusieurs poèmes construits autour de la figure de Robinson Crusoé témoignent du désir rêvé, illusoire, régressif de s’inscrire dans une parole adamique. Le poète-Crusoé-Adam cherche à dépasser la mimesis, à dire et faire exister le monde en entrant dans un rapport immédiat et direct avec lui, en se libérant ainsi des métaphores :

Adam speaks that prose
which, blessing some sea-rock, startles itself
with poetry’s surprise,
in a green world, one without metaphors (Walcott, 1992 [1986] : 92-93)

18La présence de l’adjectif green aux connotations toujours très saines et vivifiantes chez Walcott est à lier à l’influence du maître, le poète métaphysique Traherne. Toutefois, la parole cratylienne ne peut aboutir, et ce malgré un luxe de précisions lexicales et la sensibilité du poète au monde. Pour cet homme qui vit pleinement l’après-Babel, la parole cratylienne est un leurre. Comme le souligne justement Claude Hagège,

[…] nommer n’est pas reproduire, mais classer […] Si les mots des langues n’étaient que des images des choses, aucune pensée ne serait possible. Le monde ne secrète pas de pensée. Or, il est pensable pour l’homme, qui tient des discours sur lui (Hagège, 1985 : 129)

19Le verbe, pratiqué à l’échelle humaine, serait un enfermement, un inventaire, une taxinomie du monde plus ou moins inspirés. L’écrit ne recèle pas la même puissance que l’oralité ni son souffle. Alors même que l’écrivain reconnaît son désir impérieux de se défaire des métaphores, il comprend que les métaphores sont son élément, son moyen d’expression à lui : but I lived in a different gift, / its element metaphor (Walcott, 1992 [1986] : 201). Comment, alors, rendre le monde caribéen qu’il perçoit à travers ses sens exacerbés, et qui a donc une réalité pour lui ? Comment traduire cette altérité dans le sens étymologique du terme et rendre la transformation qui s’opère en lui lors de l’accès à cette autre vie… another life ?

20Le poète Walcott est à la recherche d’une néo-logie, d’une nouvelle langue, de métaphores, vivantes et neuves, et non pas héritées du vieux monde, susceptibles de rendre « un peu de ce qui, dans l’univers, se perd à jamais, faute d’un nom qui permette de le faire passer dans le discours » (Pruvost et Sablayrolles, 2003 : 89). Dans son article sur la créativité et l’interprétation, Helge Niska nous rappelle que les néologismes sont des « tokens of a creative process » et, citant Rogers, qu’ils apparaissent

[as] a novel relational product, growing out of the uniqueness of the individual on the one hand, and the materials, events, people, or circumstances of his life on the other
(Niska, 1998 : 11)

21Walcott est en quête de métaphores susceptibles de restituer ce monde encore vierge au moment où il écrit la première partie de son œuvre.

22Dans ses Selected Writings, le linguiste Sapir rappelle qu’« [e]n fait, “le monde réel” est dans une large mesure construit d’après l’habitus linguistique des différents groupes culturels » (Hagège, 1985 : 184). Whorf quant à lui ajoute ceci :

Nous découpons la nature selon les lignes établies par notre langue […] Aucun individu n’est libre de décrire la nature avec une impartialité absolue ; au contraire, il est forcé de souscrire à certains modes d’interprétation alors même qu’il se croit le plus libre. (in Hagège, 1985 : 140)

23Cette nouvelle langue que cherche le poète se trouve, forcément, à l’intérieur du langage qu’il habite dans les « fonctions et relations entre les termes » (ibid. : 137) du discours. C’est en ayant recours à la néologie sémantique et à la néologie syntaxique qu’une nouvelle langue s’anime et peut restituer un monde qui s’anime. Puisque dans Another Life Walcott a recours à des combinaisons d’images et de structures syntaxiques récurrentes, étudions trois cas de figure représentatifs ainsi que leur traduction :

(1) The usual smoky twilight
blackened our galvanized roof with its nail holes of stars (Walcott, 1992 [1986] : 250)

24Les métaphores tissées ici rassemblent des thématiques présentes au cœur de l’œuvre de Walcott : le blanc et le noir dont les connotations et la symbolique ont déjà été abordées ; la présence d’éléments naturels ; la lumière crépusculaire ; la voûte céleste ; la présence de métal au travers du mot galvanized ; la construction en [N of N] (nail holes of stars) qui évoque la matière alors que les deux éléments associés sont antinomiques ; le vide à l’emplacement des clous, rempli par l’éclat plein des étoiles ; l’association implicite entre « trous » et « trous noirs » ; le lien sémantique entre galvanized et nails, courant en anglais : mais aussi la référence au crépuscule et à la fumée qui signale, ici et là, dans l’œuvre poétique de Walcott, le début d’un état de transe, ainsi qu’une expérience fusionnelle avec le monde. Claire Malroux traduit ces vers ainsi :

L’habituel crépuscule fuligineux

noircissait notre toit de tôle d’un cloutage d’étoiles (Walcott, 2002 : 138)

25L’utilisation de l’adjectif fuligineux est très judicieuse même si Claire Malroux opère un glissement : la suie noire caractéristique de vapeurs épaisses évoque les pans d’ombres du crépuscule et le mouvement en volutes inhérent au sens de smoky (qui fume). La modulation toit de tôle insiste peu sur l’utilité de la couche de zinc qui vient protéger ou renforcer le toit des cahutes et pas du tout sur l’énergie à laquelle renvoie, aussi, le verbe galvaniser ; un peu plus tôt dans ce même recueil, le ciel, en tôle, ondule et se soulève, comme parcouru par de l’énergie (Walcott, 1992 [1986] : 225). Ensuite le cloutage d’étoiles, métaphore extrêmement captivante sur un plan esthétique, ne restitue pas l’élément qui est privilégié dans ce type de structure [N of N], à savoir le mot holes. En outre, la traductrice, en optant pour le complément noircissait notre toit de tôle d’un cloutage d’étoiles plutôt que pour le participe passé « noircissait notre toit de tôle clouté d’étoiles » ancre la description dans la nature et délaisse la comparaison entre la voûte céleste et les toits de cahutes, percés ici et là, et qui laissent filtrer la lumière des étoiles. Au lieu de recentrer sa traduction sur la sphère domestique de maisons en toit de tôle, Claire Malroux opère un déplacement vers l’ouverture du monde naturel.

26Enfin, l’ambiguïté du complément de manière introduit par with qui pourrait porter sur le mot roof comme sur le chiaroscuro du crépuscule n’apparaît pas dans la traduction française.

27Ce premier exemple montre l’extraordinaire puissance de la parole de Walcott qui semble déborder le vers : mais la tension entre l’économie et la force du vers n’est pas si manifeste au premier abord. L’intensité de la scène naturelle dont le poète se fait le porte-parole est perceptible, mais à un moindre degré, dans la traduction de Claire Malroux qui, pourtant, capte la signifiance (Cordonnier, 1995 : 143) dynamique des vers.

28En effet, la métaphore holes of stars qui attire l’attention sur le vide plutôt que sur le plein pointe vers la face sybilline de l’autre : le trou noir, le trou qui absorbe l’énergie mais qui n’est pas vide. La doublure obscure du ciel étoilé n’est-elle pas une métaphore de ce que Walcott appelle plus loin [a] shadow : A shadow marks the Word (Walcott, 1992 [1986] : 482) ? L’ombre de la langue anglaise, habitée par une langue vernaculaire muette, l’ombre du langage même, ses défaillances et ses limites, mais peut-être aussi ses ressources secrètes, étranges, le neutre du noir qui n’est pas une couleur, figurant une présence autre, irréductible. Or, si la traduction de Claire Malroux d’Another Life privilégie la dimension esthétique et puissante de cette nuit étoilée, c’est bien la réflexion menée sur la traduction qui fait pressentir la présence de l’autre, le réel caribéen.

(2) When the oil green water glows but doesn’t catch,

only its burnish, something wakes me early. (Walcott, 1992 [1986] : 233)

29Autre moment crépusculaire, le jeune poète contemple la mer à l’aube alors que son amoureuse dort encore. On note la présence de l’adjectif green qui, ici encore, porte le sentiment d’une tranquillité profonde, mais aussi la présence d’une incandescence un peu terne, et puis la couleur du jaune, clair ou foncé. La teinte du métal poli, aux reflets clairs, argentés ou cuivrés, mentionnée au vers suivant, renvoie presque anaphoriquement au jaune. Ce qui est particulièrement frappant ici, c’est la liberté prise avec les contraintes des structures syntaxiques de l’anglais standard et plus précisément avec l’ordre canonique de la phrase : l’ellipse du complément fire après catch, mais aussi le statut ambigu du substantif, burnish, qui suit le verbe et devrait, selon toute vraisemblance, être un COD, alors que l’incise placée entre virgules signale clairement qu’il n’en est rien. Cette licence syntaxique s’explique, comme à de nombreux autres endroits, par la souplesse de la langue créole qui affleure.

30Claire Malroux traduit ces vers ainsi :

Quand la mer d’un vert d’huile s’éclaire mais que prend feu
seulement son vernis, quelque chose m’éveille tôt (Walcott, 2002 : 120)

31S’éclaire. La traduction que fait Claire Malroux s’articule autour de ce verbe pivot. Pourquoi choisir ce verbe et non pas les mots « rougeoyer » ou « s’embraser » qui auraient renforcé le champ sémantique des couleurs et auraient inscrit ces vers dans la tradition homérique (the wine-dark sea) que Walcott, éminent classiciste, ne peut ignorer ? Tout d’abord, la traductrice privilégie l’un des sens de glow, lorsque celui-ci s’applique au visage. Ce faisant, elle personnifie davantage la mer, démarche tout à fait cohérente avec la perception qu’a Walcott du monde naturel, toujours en mouvement et doté de vie. Toutefois la collocation sujet-verbe « mer / s’éclaire » et par glissement sémantique, « vert d’huile / s’éclaire » crée une rupture sémantique, belle et puissante, qui arrête le regard et qui se fait l’écho des ruptures syntaxiques dans le vers source – tout comme la rupture sémantique apportée par la modulation au vers suivant : vernis pour burnish, qui est rétabli comme sujet du verbe catch par la traductrice.

32L’autre est présent dans la traduction, très exactement mais différemment. En effet, le choix singulier de s’éclaire s’explique aussi par la fluidité harmonieuse des sonorités et reproduit, mais différemment, la cohérence sonore de l’anglais [gl] qui est, comme le rythme, « le faire à l’intérieur du dire » (Cordonnier, 1995 : 143).

33Ces effets de rupture permettent à la traductrice de faire apparaître l’étrangeté de l’autre mais en déplaçant les termes de la langue source : en accommodant l’étrangeté à son horizon, sans s’en emparer, sans la réduire. En créant un lien intelligent, Claire Malroux engage un dialogue et fait « scintiller » (Cordonnier, 1995 : 146) l’autre. Fidèle à son positionnement décentré, la traductrice opte pour une « correspondance formelle » plutôt qu’une « équivalence dynamique » – stratégies analysées par Nida et Taber à la fin des années 1960 et au début des années 1970 – et elle a doublement raison : non seulement le choix de la correspondance formelle lui permet de faire apparaître le caractère étranger de l’autre, mais ce choix lui permet aussi d’épouser l’éclatement formel du texte poétique de Walcott, éclatement qui réfracte la présence de l’autre.

34Un dernier exemple de néologisme, qui se décline aussi bien sur un plan syntaxique que sémantique, figure dans le treizième poème de Another Life :

(3) Anna played
in the rivering afternoon,
arpeggios of minnows
widening from her hand […]
(Walcott, 1992 [1986] : 249)

35vers que Claire Malroux traduit ainsi :

36écoutait Anna jouer
dans le fluvial après-midi,
des arpèges de vairons
s’éparpillant sous ses doigts (Walcott, 2002 : 137)

37L’utilisation du participe présent archaïque rivering est un paléologisme, soit une forme de néologisme. Si Walcott crée une métaphore, c’est surtout la présence du participe présent en fonction adjectivale qui est intrigante car, à partir de deux termes antinomiques, le poète élabore une troisième notion : un « après-midi-rivière », c’est-à-dire un après-midi qui s’étire comme les méandres d’une rivière ou d’un fleuve. Le suffixe -ing, ambivalent, rappelle le mouvement dynamique de l’eau, mais ancre également le souvenir dans le présent d’alors, dans la stase de la répétition : des après-midi passés à écouter Anna jouer. La métaphore est filée au vers suivant, là où sont associés, de manière fantasque, deux domaines apparemment sans lien : l’ouïe et la vue, des accords et du fretin. L’image, très évocatrice, fonctionne, elle est porteuse de sens. La traduction, quant à elle, ne peut qu’araser le sens kaléidoscopique de l’original : le participe présent est, comme il se doit, traduit par l’adjectif fluvial mais ne rend pas les combinaisons de sens présentes dans l’original. La syntaxe française paraît moins souple que la syntaxe anglaise qui, elle, se prête beaucoup plus aisément à la recatégorisation grammaticale. Ici encore, la langue d’accueil n’a pas les ressources pour accueillir l’autre et ne peut que tâtonner vers lui.

[I]n every surface I sought
the paradoxical flash of an instant
in which every facet was caught
in a crystal of ambiguities (Walcott, 1992 [1986] : 200)

38nous confie le poète dans Another Life, presque comme dans un manifeste. Ces facettes, ces ambiguïtés surtout formelles que le poète tente de restituer telles quelles expliquent les ruptures de plans sémantiques et syntaxiques, plans pourtant reliés dans le cadre de l’espace du poème. Ce neo-logos renvoie à une perception kaléidoscopique, voire synesthésique, du réel caribéen. La muette n’est peut-être pas seulement la langue créole, ses écarts et sa souplesse, mais aussi la nature caribéenne vivante et foisonnante qui déborde presque les sens. Or ce qui fait l’autre – le métissage, l’ombre, la langue créole sous-jacente et le réel caribéen qui se réfractent au travers d’un langage éclaté – peut, le plus souvent, être restitué sans être domestiqué par le traducteur capable de maintenir un état d’ouvertude (Cordonnier, 1995 : 153).

39Le traducteur, ou devrait-on dire les traducteurs, car, par endroits, Walcott se présente comme un traducteur.

This is my ocean, but it is speaking
another language, since its accent changes around
different islands (Walcott, 1992 [1986] : 496)

40dit-il dans Midsummer. Il est traducteur lorsqu’il fusionne avec le monde naturel environnant et qu’il a accès à cette autre vie à travers l’altérité, à travers la transformation qui s’opère en lui. Tout comme Claire Malroux, le poète pratique l’ouvertude, se rendant disponible et accueillant l’autre sans se défaire de son identité, l’assimilant par une parole forcément imparfaite et se laissant modifier par ce contact :

L’ouvertude, au contraire, suppose un Même toujours et consciemment ouvert. En quête de l’Homme décentré. Qu’on ne pourra entrevoir que par une métamorphose de l’être des partenaires en présence, ce qui ne signifie pas que l’un ou l’autre doive pour autant se dessaisir de soi. (Cordonnier, 1995 : 153)

41Ainsi, le poète résout le dilemme qui est le sien, lui qui ne peut que symboliser le monde alors qu’il n’aspire qu’à un rapport fusionnel et immédiat :

To bathe like stones in wind,
To be, like beast or natural object, pure.
(Walcott, 1992 [1986] : 70)

42Quelques écarts, quelques libertés prises à la limite du langage qu’il pousse et repousse en s’appuyant sur des formes et des métaphores neuves. À travers cette interaction ouverte, le monde caribéen, le poète, son traducteur et son lecteur entrent en interaction et s’en trouvent changés.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Walcott, Derek, 2004 [1973], Another Life, fully annotated with a crititical essay and complete works, Edward Baugh et Colbert I. Nepaulsingh (eds), Colbert, Boulder, Londres, Lynne Rienner Pub.

—,2002, Une autre vie, trad. Claire Malroux, Paris, Gallimard.

—, 1993, The Fortunate Traveller (1981), Heureux le voyageur, trad. Claire Malroux, édition bilingue, Saulxures, Circé.

—, 1992 [1986], Collected Poems 1948-1984, Londres / Boston, Faber and Faber.

—, 1987, The Arkansas Testament, New York, Farrar, Straus and Giroux.

—, 2005, La Lumière du monde, trad. Thierry Gillybœuf, Saulxures, Circé.

Ouvrages et articles

Braque, Georges, 1952, Cahiers, Paris, Gallimard.

Cordonnier, Jean-Louis, 1995, Traduction et culture, Paris, Hatier-Didier.

Hagège, Claude, 1985, L’Homme de paroles, Paris, Fayard.

Niska, Helge, 1998, « Explorations in Translational Creativity: Strategies for Interpreting Neologisms », http://www.geocities.com/~tolk/lic/kreeng2.htm (consulté le 25/07/2012).

Pruvost, Jean et Sablayrolles, Jean-François, 2003, Les Néologismes, Paris, PUF, coll. Que Sais-je ?

Raguet, Christine, 2010, « Derek Walcott en français : enjeux métaphoriques dans Une autre vie », Cahiers Internationaux de symbolisme, n° 125-126-127, p. 175-195.

Rogers, Carl R., 1976, « Toward a Theory of Creativity », in Rothenberg, Albert et Hausman, Carl R., 1976, The Creativity Question, Durham, Duke University Press, p. 296-304.

Sablayrolles, Jean-François, 2000, La Néologie en français contemporain, Paris, Champion.

Sapir, Edward, in D.G. Mandelbaum (ed.), 1951, Selected Writings, Berkeley, University of California Press, 1951.

Schleiermacher, Friedrich, 1999 [1813], Des différentes méthodes du traduire, trad. Antoine Berman, Paris, Seuil.

Wagner, R.-L., 1969, Préface au dictionnaire des mots sauvages de M. Rheims, Paris, Larousse.

Webster’s International Dictionary of the English Language, 1934, Londres, G. Bell and Sons.

Whorf, Benjamin L., 1956, Language, Thought and Reality, New York, The Technology Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Stephens, « Traduire une nouvelle langue : emprunts et néologie chez Derek Walcott », Palimpsestes, 25 | 2012, 167 - 181.

Référence électronique

Jessica Stephens, « Traduire une nouvelle langue : emprunts et néologie chez Derek Walcott », Palimpsestes [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1812 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1812

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org