Navigation – Plan du site

Colloque sentimental

Pascale Sardin
p. 9-21

Texte intégral

1Dans Sex, Gender and Society, l’un des premiers ouvrages consacrés à la question du gender, le genre comme construction sociale, la sociologue britannique Ann Oakley écrivait en 1972 :

le mot « sexe » se réfère aux différences biologiques entre mâles et femelles : à la différence visible entre leurs organes génitaux et à la différence corrélative entre leurs fonctions procréatives. Le « genre », lui, est une question de culture : il se réfère à la classification sociale en « masculin » et « féminin » (citée dans Delphy, 2003 [1991] : 91).

  • 1 . Selon le RING, réseau d’universités et de centres de recherches français travaillant sur la quest (...)

2Pour penser le « genre », « cette question de culture », il convient donc non seulement de reconnaître le « caractère sexué de l’organisation des sociétés humaines », mais aussi de prendre en compte la « construction sociale et symbolique des rapports entre les sexes 1 ». Depuis les premières tentatives de définition de la notion de genre, les féministes anglo-saxonnes ont dû prendre en compte le fait que le sexe, aussi, est une construction sociale (Laqueur : 1992) et que l’on ne peut plus, comme l’écrit le sociologue Éric Fassin, « penser l’opposition entre sexe et genre sur le modèle de l’opposition entre nature et culture, ce qui revient à fonder la construction sociale sur une identité biologique ». Il s’agit plutôt de reconnaître, à la suite de Judith Butler, que « le genre est moins la construction sociale de la différence des sexes qu’“une façon première de signifier des rapports de pouvoir” » (Fassin, 2006 [2005] : 9). Force est de constater que ces « rapports de pouvoir » expliquent la forte « hiérarchie » ou « asymétrie » entre les sexes (Delphy, 2003 [1991] : 91-92) qui agissent dans tous les domaines de l’activité humaine et que les sciences humaines voient à l’œuvre dans de nombreuses sociétés passées et présentes. De sa vie politique et économique à ses productions socioculturelles, les « rapports de pouvoir » influencent tous les discours d’une société à un moment donné de son existence.

3Or, parler d’une construction sociale fondée sur une identité, ou plutôt de « rapports de pouvoir », ne change rien à ce qui s’impose au traductologue comme une évidence : l’articulation entre théorie(s) du genre et théorie(s) de la traduction semble inévitable, tant leurs enjeux se rejoignent et se recoupent.

4L’approche historiciste et sociologique dans l’étude des phénomènes traductifs et des transferts culturels nous renseigne en effet sur le fait que les transferts ne se font pas tant entre deux langues qu’entre deux cultures. Ainsi que l’écrit Jean-Marc Gouanvic : « […] dans la traduction, il y a décentrement des enjeux : par la traduction, les textes sont, par un forçage en douceur, conduits à servir les intérêts de la culture cible et à présenter les cultures étrangères sous son jour à elle. » (Gouanvic, 2007 : 24) Dans une telle perspective, la traduction devient le site de rapports dominé-dominant pouvant aller jusqu’à l’hégémonie, où les traducteurs sont des agents plus ou moins consentants d’une relation interculturelle qui les englobe et parfois les dépasse.

  • 2 . Citons aussi, sans prétention d’exhaustivité : Edwin Gentzler, 2008, « Feminism and Theatre in (Q (...)

5La traduction, en tant que transfert culturel où se cristallisent de nombreux enjeux doxiques, constitue ainsi un espace privilégié de manifestation de la question du genre. La traductologie s’est donc logiquement attachée à analyser les interactions entre questions de genre et de traduction, comme le prouvent les nombreux travaux publiés à partir du milieu des années quatre-vingt-dix, qui ont de fait consacré l’importance de cette rencontre fructueuse entre traductologie et études de genre. Depuis la parution des monographies pionnières des Canadiennes Sherry Simon (1996) et Luise von Flotow (1997), plusieurs ouvrages collectifs sont venus éclairer la question de la « traduction du genre » : Portraits de traductrices (Delisle [éd.], 2002) met ainsi en lumière l’activité de femmes de lettres remarquables qui ont rempli, au cours des siècles passés, une fonction de médiation culturelle importante ; plus récemment, Gender, Sex and Translation étudie les manipulations identitaires centrées sur le féminin à l’œuvre dans le passage entre plusieurs langues et cultures (Santaemilia [ed.], 2005). Tous ces travaux visent à réévaluer la part jouée (mais trop souvent passée sous silence) par les femmes dans la transmission des idées, à révéler ces moments où la question du genre fut ignorée ou encore révélée dans les échanges transculturels, et enfin à analyser les modalités d’une pratique de traduction dite « féministe ». Autant d’approches qui reflètent, pour reprendre les mots de José Santaemilia, la « vitalité d’un champ de recherche interdisciplinaire » permettant « de mieux comprendre la complexité de la réalité » (ibid. : 7, je traduis) 2.

6Ce nouveau numéro de Palimpsestes intitulé « Traduire le genre : femmes en traduction » s’inscrit dans cette lignée, tout à la fois riche et diverse. Il vient en outre prolonger une réflexion amorcée dans Palimpsestes 21, numéro centré sur les problèmes grammaticaux et identitaires posés par la traduction du genre grammatical de l’anglais vers le français et vice versa, deux langues dont les systèmes linguistiques se comportent de façon divergente quand il s’agit des catégories genrées. Les dix contributions qui composent le présent recueil présentent toutes des cas singuliers de femmes traduites (au double sens de ce terme) : Prynne, Djebar, Vieux-Chauvet, Radcliffe, Winterson, Despentes ; ou de femmes traductrices : Montagu, de Chastenay, Gay, Delarue-Mardrus, Mayoux ; enfin, de femmes (auto-)traductrices et féministes : Carter, Huston, Shread. Dans tous ces cas singuliers, que la femme soit objet ou sujet de la « manipulation » opérée lors de la traduction (Santaemilia [ed.], 2005), la question du féminin dans son rapport au masculin apparaît comme centrale.

7Ces contributions se veulent toutes des « explications/confrontations de textes ». Ce sont des lectures minutieuses et attentives des textes et de leurs traductions respectives, lectures, ou « microlectures » le plus souvent, soucieuses de rendre visible ce que la traduction ne révèle pas d’emblée, les menus changements de « focus » (Vautherin, 1991 : 38), qui, systématisés, peuvent entraîner le « décentrement des enjeux » évoqué par Gouanvic et qui n’est révélé que par une critique raisonnée et informée de la traduction.

8Quelquefois donc, la femme est « traduite » : le discours féminin, voire féministe, est décentré, pour ne pas dire passé sous silence, à l’image de ce qui se passe pour l’héroïne de Nathaniel Hawthorne condamnée à porter la lettre écarlate. Comme le montre Andrew Kovacs, dans le cas de l’adaptation française de The Scarlet Letter par Paul-Émile Daurand Forgues parue en 1853, la traduction est l’occasion pour le traducteur de réécrire le texte américain en masculinisant le propos. Dans La Lettre rouge –A–, le personnage d’Hester Prynne passe en effet littéralement et symboliquement « au second plan ». L’adaptation de Forgues produit un déplacement de « focus », qui de linguistique devient diégétique, et enfin générique : le traducteur, vraisemblablement désireux de se conformer aux attentes de son public, transforme le roman psychologique de Hawthorne, « fresque dépeignant l’âme féminine opprimée à une période où l’intolérance religieuse règne dans la colonie puritaine de la baie du Massachusetts », en roman d’aventure « populaire » centré sur des protagonistes hommes, typiques des romans de James Fenimore Cooper très en vogue au xixe siècle en France.

9« Forçage en douceur » : par cet oxymore, Jean-Marc Gouanvic dit bien la subtilité des tensions, et les rapports de pouvoir dans les échanges transculturels. Dans le cas de la traduction de Loin de Médine (1991) de l’Algérienne Assia Djebar, le « forçage » aurait tout aussi bien pu passer inaperçu sans la lecture attentive que propose Rim Hassen, tant les remaniements, pourtant cruciaux pour la construction du féminin, sont subtils et quasi invisibles à la seule lecture de la traduction. Dans Loin de Médine, Djebar défie les idées reçues sur la femme musulmane, et cette subversion passe par un jeu sur les marqueurs de genre féminin du français, jeu délicat à reproduire en anglais. Or, au lieu de chercher des stratégies de compensation, la traductrice a préféré masquer le genre féminin dans de nombreuses expressions, notamment celles visant à dévoiler le courage et l’indépendance des personnages de femmes. En revanche, elle s’est attachée à mettre en évidence le genre féminin dans des expressions qui confirment certaines idées préconçues sur les femmes musulmanes, idées préconçues qui font d’elles des êtres opprimés et des victimes passives du pouvoir masculin. Le non-respect de la lettre du texte, bien qu’intervenant au niveau microstructurel et à dose infinitésimale, est une véritable trahison, façon de passer sous silence la parole politique de Djebar pour qui la langue française est une langue de libération, et l’écriture un moyen de réécrire l’histoire des femmes sous « domination masculine » (Bourdieu, 1998). La violence symbolique à l’œuvre dans cette traduction, illustre bien, comme le suggérait Sherry Simon au milieu des années quatre-vingt-dix, que les traducteurs et les traductrices construisent une véritable « politique de transmission » quand ils « perpétuent » ou au contraire « contestent » les valeurs qui sous-tendent les sociétés mises en présence par l’acte traductif (Simon, 1996 : viii).

10Ce sont ces mêmes politiques identitaires que Nadia Louar met au jour dans la réception outre-Atlantique du « phénomène » Despentes. Alors qu’en France, la résistance au livre de l’écrivaine controversée Virginie Despentes paraît signifier une attitude réactionnaire contre une culture devenue « trop populaire, c’est-à-dire, trop américaine », aux États-Unis elle traduit plutôt un refus « d’accepter une image et une idée de la femme qui ne s’inscrit dans aucune catégorie des politiques féministes reconnues ». Ce sont des impératifs essentiellement commerciaux qui ont présidé à l’adaptation américaine de Baise-moi, le roman de Virginie Despentes paru en France en 1993 et traduit en anglo-américain dix ans plus tard à l’occasion de la sortie de son adaptation cinématographique aux États-Unis. Portée par une logique de marketing étroitement liée à la sortie du film outre-Atlantique, la traduction est traitée comme une « bande-annonce », un produit d’appel destiné à attirer le lecteur autant que le spectateur, et non à servir un projet d’écriture féministe. Aussi n’est-il pas surprenant de constater que le sous-texte féministe voulu par Despentes est tu dans l’adaptation de Bruce Benderson et que l’image des femmes qui en ressort s’en trouve fortement désambiguïsée. Une voix majeure, celle du traducteur – ou de la société pour laquelle il traduit ? –, l’emporte sur la voix de l’auteure, qui devient alors mineure, et la relation dialogique, qui s’établit dans toute traduction, en devient très déséquilibrée, voire hégémonique.

11Toutes les femmes traductrices étudiées dans la deuxième partie de l’ouvrage ont choisi de faire œuvre de transmission, chacune à sa façon, et selon les contraintes et les libertés propres à son époque, à sa classe et à sa langue de travail. Que ce soit Lady Montagu, Mary Gay, Victorine de Chastenay ou Lucie Delarue-Mardrus, elles ont toutes traduit en femmes averties et érudites. Grâce à la traduction, ces femmes, souvent mondaines au bon sens du terme, effigies des salons littéraires, dialoguent avec leur temps. À certaines périodes clés de l’histoire, la traduction fut en effet un « mode d’expression » privilégié des femmes de la bonne société (Simon, 1996 : 3). Les femmes éduquées sont encouragées à pratiquer l’activité seconde et « ancillaire » qu’est la traduction (Berman, 1984 : 14), et celle-ci leur permet d’exprimer un point de vue parfois contestataire sur la société, et, pour certaines, d’accéder au monde très masculin des lettres. Ce faisant, elles parviennent à s’immiscer dans la sphère publique, l’activité traduisante leur servant pour ainsi dire de propédeutique au métier d’écrivain (Simon, 1996 : 2).

12Avec son article sur la romancière anglaise Ann Radcliffe, Elizabeth Durot-Boucé fait le lien entre les femmes « traduites » étudiées dans la première partie et les femmes traductrices qui font l’objet de cette deuxième partie de recueil. Dans son étude comparée des versions contemporaines de The Italian (1797) et des traductions successives de Mysteries of Udolpho (1794), elle montre comment les traductrices Mary Gay et Victorine de Chastenay ont su saisir et transmettre mieux que leurs confrères les particularités littéraires et poétiques du roman gothique radcliffien, plus proches qu’elles sont, semble-t-il, de la sensibilité de l’auteure, et davantage soucieuses de transmettre l’étrangeté et la particularité du texte source.

13La version que livre Lady Mary Wortley Montagu (1689-1763) du Jeu de l’amour et du hasard, étudiée ici par Lynne Long, est particulièrement intéressante dans une perspective féministe. Si Montagu acclimate la pièce de Marivaux aux goûts littéraires de la société anglaise de son époque, afin de se conformer aux attentes du public lettré anglais, le texte marivaudien, qu’elle réécrit sensiblement, lui offre l’occasion d’exprimer un point de vue plutôt progressiste sur les rapports entre les sexes et les générations, ainsi que sur l’éducation des jeunes filles en Angleterre, reflétant ses propres préoccupations. En effet, Lady Montagu s’approprie la modernité des idées de Marivaux, en les poussant encore plus loin dans une visée que l’on pourrait presque qualifier, rétrospectivement, de « proto-féministe », tout en réécrivant le texte de Marivaux à la lumière de son expérience de la vie, mêlant ainsi le public et le privé.

14C’est une tension quelque peu similaire qu’Anne-Marie van Bockstaele repère dans le projet traductif de Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945), presque deux siècles plus tard en France. Assez loin, semble-t-il, des préoccupations proprement féministes de son époque, cette dernière se dit avant tout « poète » et désireuse de « s’inventer une persona littéraire virile » dans la tradition des poètes maudits. Cependant, dans ses traductions de Poe, d’Anna Wickham ou d’Edna Saint-Vincent Millay, elle joue constamment sur les identités sexuelles des personnages, ne cessant de réintroduire du féminin, là où le genre n’est pas marqué en anglais, au triple plan grammatical, sémantique et symbolique. Mardrus était soucieuse, comme « poète » et comme traductrice, d’inventer un espace et un temps imaginaires où des femmes-enfants asexué(e)s seraient protégé(e)s des contraintes du statut d’épouse et de mère, seuls rôles que leur attribue la société, et que la littérature et l’imagination permettent de transcender.

15Deux autres femmes sont à l’honneur dans l’article que Marie-Pierre Mounié et Nathalie Vincent-Arnaud consacrent à la traduction de Written on the Body de Jeanette Winterson par Suzanne Mayoux. Véritable défi traductif, le texte de Winterson, qui s’appuie sur la forte neutralité grammaticale en genre de l’anglais, ne dit jamais explicitement le sexe du narrateur de ce roman love-poem, préférant une stratégie d’« oscillation » et d’« alternance » qui permet à l’auteure, comme à sa traductrice, de déjouer et de subvertir tous les clichés hétérosexuels qui passent par le langage et de battre en brèche nombre de construits culturels. L’étude minutieuse des choix lexicaux (qui s’appuie sur une analyse de corpus des plus convaincantes) montre que si la traductrice a souvent réussi à « parodi[er] l’absurdité des clichés liés à la préférence sexuelle », quelquefois la notion de genre lui a « résisté », révélant à quel point il est « difficile de sortir du système binaire masculin/féminin en français pour construire une véritable union des deux », contrairement à l’anglais « qui, lui, n’affirme jamais ».

16C’est enfin en féministes convaincues que l’Anglaise Angela Carter, la Canadienne Nancy Huston et l’Américaine Carolyn Shread ont choisi de traduire, de retraduire ou encore de s’auto-traduire. Quand on lui offre de retraduire les contes de Charles Perrault, Angela Carter en profite pour engager avec son illustre prédécesseur une sorte de dialogue par-delà les siècles, dans un projet tout à la fois politique et poétique. Dans la lignée des travaux d’Ute Heidmann sur les intertextes dans les contes de Perrault (Heidmann, 2009), Martine Hennard Dutheil de la Rochère montre que dans sa traduction du « Petit Chaperon rouge », Carter modernise le texte source pour de jeunes lecteurs qu’elle cherche à sensibiliser à des problématiques de genre. Ce faisant, elle révèle la portée émancipatrice des contes de Perrault qu’elle envisage comme « des fables utiles sur la politique de l’expérience ». Au lieu de les subvertir, comme on pourrait le penser de prime abord, Carter s’attache au contraire à prolonger leur message moralisateur. Perrault s’adressait en effet davantage aux jeunes filles de l’aristocratie en âge d’être mariées – et à leurs mères –, afin de les prévenir des dangers représentés par les prédateurs sexuels de la cour du roi, qu’aux jeunes lecteurs qui lisent aujourd’hui les diverses adaptations de ce classique de la littérature enfantine.

17Pour Nancy Huston, « la langue », écrit Jane Wilhelm, « apparaît comme le lieu privilégié d’une invention de soi et d’une négociation des relations de pouvoir entre les sexes ». Huston fut une militante féministe de la première heure, et ce statut invite à une « lecture “genrée” » de sa production romanesque auto-traduite. Par sa pratique de l’écriture entre les langues, cette écrivaine bilingue auto-traductrice renverse la hiérarchie entre original et traduction, traditionnellement associée à la hiérarchie homme/femme. Elle renégocie aussi son rapport à la langue et la figure maternelles, trouvant dans la traduction « un espace de liberté » et d’expression favorable à l’émancipation par rapport à toutes les figures d’autorité.

18Enfin, c’est une traductrice féministe, à la fois praticienne et théoricienne, qui clôt cette troisième partie. Carolyn Shread revient sur sa traduction anglo-américaine des Rapaces (1986) de l’écrivaine haïtienne Marie Vieux-Chauvet 3, « l’une des rares femmes à avoir trouvé le courage de critiquer sans réserve la violence de la dictature Duvalier, et en particulier les violences sexuelles qu’ont subies les femmes », « une auteure qui exprime les privations et les douleurs spécifiques des femmes et qui vise à transformer un monde où les rapports de force sont à l’origine de dégâts considérables ». Shread choisit d’adapter sa langue à un projet de traduction féministe qui prend en compte un faisceau de facteurs distincts mais indissociables : origines historiques et politiques du texte source, rôle de la traductrice, public cible, etc. En effet, désireuse de donner à son auteure une voix singulière, reconnaissable, autre, en anglo-américain, et non la voix d’un « translatese » passe-partout et indifférencié (Spivak, 1993 : 182), Shread fait réapparaître dans son texte le kreyòl ayisyen, « langue d’Haïti bien distincte qui date de la période révolutionnaire » semble-t-il recouverte par le « français très correct » de Vieux-Chauvet. Pour conceptualiser ces rapports complexes entre textes, langues et cultures, la traductrice exploite le paradigme féministe de « métramorphose matrixielle » théorisé par Bracha Ettinger qui, « à la différence de la métamorphose, n’implique pas des transformations totales, mais signale plutôt une expansion ou un développement » à partir du modèle « des rapports prénatals mère-enfant au dernier stade de la grossesse » comme « rencontre de sujets partiels ». Cette traduction dite « métramorphique » vise à faire « ressortir des voix marginales ou forcloses du texte » ; elle cherche aussi à mettre à mal « le pouvoir du français sur le kreyòl », à défier l’oppression linguistique dans laquelle tout un peuple a été maintenu depuis deux cents ans.

19On le voit, les enjeux d’une traduction dite « féministe », à la fois divers et complexes, débordent largement les objectifs de cette même traduction dite « féministe ». Cela ne doit guère nous surprendre puisque le projet féministe vise, selon les mots de Carolyn Shread, à « délivrer des contraintes d’une discipline et d’une pratique trop étroites, parce que ces dernières sont fondées sur les bases d’un binarisme phallocrate qui a tendance à exclure, à diviser, et à réduire toute complexité » (Shread), et puisqu’il s’agit, comme l’écrit Jane Wilhelm, de « subvertir les rapports de dépendance hiérarchique » afin « de voir, d’entendre et de faire autrement ». Quand Carolyn Shread propose de penser la traduction féministe non en termes de transformation mais d’« expansion » ou de « développement », elle fait écho au projet (auto-)traductif de Huston, chez qui c’est l’idée d’« amplification » qui prime : « En traduisant ses propres œuvres, Nancy Huston les fait croître (selon l’étymologie du mot auctor) en les amplifiant, dans un geste qui fait doublement acte d’autorité. » (Wilhelm) On voit ainsi comment ce nouveau modèle de traduction dite « féministe » peut devenir un modèle universel, utile pour penser, et pratiquer, la traduction « tout court ».

20Cependant, la question du féminin dans son rapport au masculin est au cœur des articles qui suivent, et notamment des deux essais qui les encadrent et les éclairent, chacun à sa façon. Si l’on parle rarement de « traduction féminine » comme on a pu parler « d’écriture féminine », ce premier concept – qui peut paraître aussi contestable que le fut en son temps le second – n’en est pas moins utile pour penser les questions de genre en traduction en ce qu’il soulève des questions méthodologiques cruciales qui dépassent les seules frontières de la traductologie. Dans sa préface, Françoise Wuilmart définit « la traduction réussie » comme la rencontre de « deux imaginaires » aux composantes multiples. Pour ce faire, elle part de la notion d’« empathie » qu’elle situe « au niveau de l’écriture », c’est-à-dire de l’« appréhension des choses qui se concrétise dans le style, la forme, les métaphores, le ton et enfin, la voix, la voix du texte ». Elizabeth Durot-Boucé fait aussi appel à cette notion d’empathie, qui nous vient de l’allemand Einfühlung, expression utilisée par les Romantiques allemands pour désigner un processus de communication intuitive avec le monde. À la fin du xviiie siècle, les femmes traductrices d’Ann Radcliffe s’avèrent plus « médiatrices » que les traducteurs des mêmes textes, plus aptes à saisir la « signifiance » de l’écriture radclifienne, plus ouvertes, semble-t-il à la différence culturelle. Françoise Wuilmart et Elizabeth Durot-Boucé nous invitent donc à nous interroger sur les mécanismes de cette ouverture ou non à l’étranger. Qu’est-ce qui fait que les Gay et Chastenay sont plus sensibles au gothique anglais que les traducteurs hommes de leur époque ? Est-ce parce que leur cerveau de femme est biologiquement programmé pour être plus réceptif aux couleurs, aux émotions, aux sensations, ou est-ce parce que, culturellement, historiquement, à la femme revient la « sensibilité », à l’homme, le « jugement » et le « savoir » ? Comment faire la part des facteurs biologiques et des facteurs sociétaux, de l’inné et de l’acquis ? Et sera-t-on jamais capable de le faire ?

21Françoise Wuilmart ouvre encore un autre champ d’investigation quand elle envisage cette rencontre de deux imaginaires comme une rencontre érotique qui se déroulerait, pour une grande part, au plan de l’inconscient. Elle rejoint en cela Gayatri Spivak dans « The Politics of Translation » (un article fondateur pour la problématique qui nous préoccupe) quand cette dernière écrit que « la tâche de la traductrice [féministe] consiste à se soumettre à la rhétoricité du texte original » (Spivak : 1993 : 189, je traduis) et que cette soumission est davantage d’ordre « érotique qu’éthique » (ibid. : 183). Fait surface à nouveau ici la question cruciale de savoir ce qui est agi, ou au contraire subi, par le traducteur ou la traductrice dans le processus traductif. Parler de la rencontre de deux inconscients, insister sur l’idée de « soumission » à l’autre, c’est admettre qu’il y a une part incontrôlable – donc incontrôlée – dans la traduction. Si, comme l’écrit Françoise Wuilmart l’auteur-e « est écrit-e », ne faut-il pas alors admettre que le traducteur ou la traductrice « est traduit-e » ? Comment décider ce qui est de l’ordre du conscient ? De l’inconscient collectif ? Du culturel ? Ou des trois ? Le critique ne peut-il que conjecturer et constater ? De la même façon, la manière dont agissent les préjugés reste ouverte, dans la mesure où il n’apparaît pas toujours aisé de faire la part de l’imbrication du subjectif et du collectif, de ce qui ressortit au choix personnel ou plutôt aux contraintes sociales.

22Luise von Flotow, dans la postface de cet ouvrage, est, elle aussi, très attentive à ce qui se déroule au plan de l’inconscient, notamment quand elle écrit que : « Psychoanalytic theory […] posits sexuality and sexual difference/gender as central to human pre-occupations and to myth-making. It studies the fantasies around these pre-occupations and their presence in all aspects of life, including translation. » Mais plus encore, elle montre à quel point ce qui se déroule dans l’intimité de la psyché humaine est dépendant de facteurs externes, indissociables les uns des autres, et dont le genre n’est qu’une composante difficilement isolable en soi et à partir de laquelle il est dangereux de généraliser sans précaution.

23Ainsi, Luise von Flotow met-elle en lumière la complexité des enjeux dans les analyses qui prennent en compte le genre. Le genre, en effet, ne peut être isolé des autres facteurs qui constituent une réalité sociale nécessairement complexe et aux facettes multiples. Revenant sur le concept d’« intersectionnalité » qui permet justement de penser la pluralité des composantes identitaires d’un sujet (genre, sexualité, race, ethnicité, classe, etc.), Luise von Flotow nous rappelle que traiter de « traduction » et du « genre » seuls n’est pas suffisant du point de vue de la méthode. Or, si justement les portraits qui suivent, toujours attentifs au contexte, nous apprennent quelque chose, c’est bien que si poser la question du genre en traduction constitue un geste pertinent pour faire une « critique » positive et constructive de cette dernière au sens où l’entendait Antoine Berman (1995), poser cette question en particulier ne résout pas toutes les questions. Bien au contraire, celle du genre en traduction ouvre à d’autres « intersections », dialogues ou rencontres.

24Au-delà des cas particuliers et des particularismes, des concordances apparaissent et des lignes de force se font sentir, dans ces portraits qui rendent possible le passage du particulier au général que suppose toute démarche de théorisation. Les textes convergent et conversent entre eux, faisant jaillir harmoniques et discordances. Ils font bruire les idées par-delà le temps et l’espace, un peu à l’image du « bruissement de la langue » que Roland Barthes voulait nous faire entendre (Barthes, 1993 [1984]). Ils entrent en « résonance », jouant sur la « reduplication à l’infini d’une cellule dialogique intime » évoquée par Marie-Pierre Mounié et Nathalie Vincent-Arnaud. L’activité traduisante, en ce qu’elle est rencontre d’au moins deux auteurs, deux langues, deux cultures et – parfois – deux époques, est par essence dialogique. Dans les pages qui suivent où il sera souvent question de rencontre amoureuse, ce dialogue se fait colloque sentimental : souvent heureux, parfois violent, comme la rencontre amoureuse nécessairement ambivalente et complexe d’une mère et de son enfant.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland, 1993 [1984], Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil.

Berman, Antoine, 1984, L’Épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard.

—, 1995, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Flammarion.

Bourdieu, Pierre, 1998, La Domination masculine, Paris, Seuil.

Delisle, Jean (éd.), 2002, Portraits de traductrices, Ottawa, University of Ottawa Press ; Arras, Artois Presses Université.

Delphy, Christine, 2003 [1991], « Penser le genre : quels problèmes ? », in Hurtig, Marie-Claude, Kail, Michèle, et Rouch, Hélène (éds), Sexe et genre : De la hiérarchie entre les sexes, Paris, CNRS éditions, p. 89-101.

Fassin, Éric, 2006 [2005], « Trouble-genre », in Butler, Judith, Trouble dans le genre, le féminisme et la subversion de l’identité, trad. Cynthia Kraus, Paris, La Découverte/poche, p. 5-19.

Flotow, Luise von, 1997, Translation and Gender: Translating in the “Era of Feminism”, Manchester, St Jerome Publishing ; Ottawa, University of Ottawa Press.

Gouanvic, Jean-Marc, 2007, Pratique sociale de la traduction. Le Roman réaliste américain dans le champ littéraire français (1920-1960), Arras, Artois Presses Université.

Heidmann, Ute, 2009, « Comment faire un conte moderne avec un conte ancien ? Perrault en dialogue avec Apulée et La Fontaine », Littérature n° 153, Paris, Armand Colin, à paraître.

Laqueur, Thomas, 1992, La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard.

Santaemilia, José (ed.), 2005, Gender, Sex and Translation, Manchester, St Jerome Publishing Ltd.

Simon, Sherry, 1996, Gender in Translation: Cultural Identity and the Politics of Transmission, Londres et New York, Routledge.

Spivak Chakravorty, Gayatri, 1993, « The Politics of Translation », in Outside in the Teaching Machine, Londres et New York, Routledge, p. 179-200.

Vautherin, Béatrice, 1991, « Les structures avec inversion dans Women in Love de D. H. Lawrence et sa traduction française », Palimpsestes 5, La Garenne-Colombes, Éditions de l’Espace Européen, p. 37-49.

Haut de page

Notes

1 . Selon le RING, réseau d’universités et de centres de recherches français travaillant sur la question du genre. http://www.univ-paris8.fr/RING/spip.php?article1, consulté le 5 août 2009.

2 . Citons aussi, sans prétention d’exhaustivité : Edwin Gentzler, 2008, « Feminism and Theatre in (Quebec) Canada », in Translation and Identity in the Americas, New Directions in Translation Theory, Londres et New York, Routledge, p. 40-76 et Vanessa Leonardi, 2007, Gender and Ideology: Do Women and Men Translate Differently? A Contrastive Analysis from Italian to English, Bern, Peter Lang.

3 . Cette dernière, en cours de publication, est consultable sur : http://scholarworks.umass.edu/theses/199/, consulté le 20 mars 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Sardin, « Colloque sentimental », Palimpsestes, 22 | 2009, 9-21.

Référence électronique

Pascale Sardin, « Colloque sentimental », Palimpsestes [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/182

Haut de page

Auteur

Pascale Sardin

Pascale Sardin est maître de conférences à l’UFR des Pays anglophones de l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3. Elle est spécialiste de traductologie et de littérature anglo-irlandaise contemporaine, et s’intéresse à la problématique du genre dans la littérature et dans les arts. Elle est l’auteure de Samuel Beckett auto-traducteur ou l’art de l’empêchement (Artois Presses Université, 2002), et de Samuel Beckett et la passion maternelle ou l’hystérie à l’œuvre (Presses Universitaires de Bordeaux, sous presse). Elle a dirigé avec Élisabeth Lamothe et Julie Sauvage Les Mères et la mort : réalités et représentations (Presses Universitaires de Bordeaux, 2008) et Of Mothers and Death: from Procreation to Creation (Presses Universitaires de Bordeaux, 2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org