Navigation – Plan du site
Les apports paradoxaux

L’altérité dans le texte : entre report et emprunt, entre occasionnel et durable

Muguraş Constantinescu
p. 185 – 201

Résumés

L’auteure propose une réflexion sur la place de l’emprunt et du report comme « inscripteurs » d’altérité dans le texte, sur leur capacité de créer un effet d’étrangeté, à partir des œuvres de deux auteurs d’expression française et d’origine étrangère, Panaït Istrati et Tahar Ben Jelloun, traduites vers le roumain.

Au sens d’emprunt occasionnel, le report est très présent dans le texte « original » de l’écrivain roumain Panaït Istrati qui, dans les années 1920, publie ses livres d’abord en français et qui, n’étant pas proprement bilingue, pratique un français d’auto-traducteur. Les mots roumains ou balkaniques qui émaillent ses récits inscrivent l’étranger dans le texte mais créent un effet d’étrangeté, à la limite de l’exotisme.

Chez un auteur contemporain, parfaitement bilingue, comme Tahar Ben Jelloun, les termes qui inscrivent l’altérité dans ses textes traduits vers le roumain expriment et renforcent bien une dimension culturelle, peu connue dans l’espace d’accueil. Ils tiennent le plus souvent du report et moins de l’emprunt et changent parfois de statut lors de la traduction : un terme d’origine arabe peut être déjà un emprunt en français, mais sera un report en roumain. La perspective d’évolution du report vers l’emprunt est conditionnée par plusieurs facteurs, dont les relations entre les deux cultures concernées.

L’analyse comparée de deux textes représentatifs (l’un auto-traduit, l’autre traduit) des deux écrivains montre le poids de l’emprunt, occasionnel ou durable, marque d’étrangeté et de spécificité, dans l’inscription et la reconnaissance de l’altérité dans le texte.

Haut de page

Texte intégral

1Nous nous proposons dans cet article de réfléchir sur la place de l’emprunt et du report comme « inscripteurs » d’altérité dans le texte littéraire, original et traduit, chez deux auteurs d’expression française et d’origine étrangère. Il s’agit, d’une part, de Panaït Istrati, écrivain roumain d’expression française qui publie ses romans dans les années 1920 et, d’autre part, de Tahar Ben Jelloun, auteur marocain contemporain qui écrit en français.

2Les deux écrivains, ayant choisi la même langue d’écriture, se proposent de faire connaître au public de leur texte français une autre histoire, une autre culture, un autre espace, par une pratique soutenue de l’emprunt, dans ses variantes occasionnelle et durable (Ballard, 2003). Chez eux, les emprunts – unités de langue incorporées dans une autre langue de façon durable – et les reports – emprunts occasionnels à usage personnel et souvent éphémère – participent d’une importante stratégie textuelle à visée culturelle, utilisée également lors de leur traduction ou auto-traduction ; d’ailleurs, l’emploi du report a en général pour but de « préserver la spécificité d’un élément du TD ou de créer de la couleur locale » (ibid. : 154).

3Malgré l’écart temporel et culturel, ainsi que la différence de position traductive, les deux auteurs se rencontrent par le recours prégnant au report et à l’emprunt, par leur désir de donner au français dans leurs livres des couleurs et arômes porteurs de spécificité culturelle.

4Le cas d’Istrati est particulièrement intéressant car, n’étant pas parfaitement bilingue et ne connaissant pas suffisamment le français au début de sa carrière, il rédige ses livres « en français d’autotraducteur » (Lenz, 2007 : 182). Selon ses propres témoignages, il écrit à l’aide du dictionnaire et avec l’appui des rédacteurs et amis de la revue Europe, soutenu et encouragé par son protecteur Romain Rolland. Soucieux de faire connaître son altérité au public de langue française, Istrati incorpore dans ses textes de nombreux termes étrangers, principalement roumains mais aussi d’origine balkanique, dans la mesure où ses récits ont pour cadre l’espace balkanique en général et l’espace roumain en particulier.

5Son français bariolé, parfois un peu bizarre, est d’autant plus attirant pour ses lecteurs de l’époque que les nombreux emprunts et reports dans le texte créent un effet d’étrangeté et de « corps étranger » ; son succès immédiat avec Kyra Kyralina, rapidement traduit dans plusieurs langues, en témoigne. Notre analyse cherche à débusquer les éléments qui produisent cet effet de langue insolite, émaillée d’inscripteurs d’altérité, lors de l’auto-traduction vers la langue maternelle de l’auteur.

6Pour ce qui est de Tahar Ben Jelloun, il est bilingue : le français ne lui pose pas de problèmes de rédaction puisqu’il a fait ses études, enseigné la philosophie et pratiqué le journalisme en français. Si l’on pense qu’ont été décisifs pour son départ en France l’arabisation vers 1971 de l’enseignement supérieur au Maroc, et le fait que Ben Jelloun ne se sentait pas préparé pour dispenser des cours de philosophie en arabe, on pourrait dire que c’est plutôt l’arabe, promu, sans préparation préalable, langue du discours scientifique, qui lui pose certains problèmes de terminologie.

7Comme son univers romanesque porte le plus souvent sur le monde maghrébin, notamment le Maroc, son français est parsemé de termes arabes, inscripteurs d’altérité, à forte charge culturelle, qui sont tantôt des emprunts tantôt des reports. L’analyse comparée de quelques fragments choisis du roman La Nuit de l’erreur et de sa version roumaine montre les changements que ce type de termes subit lors du passage vers une langue étrangère.

8Nous allons donc procéder à une analyse comparée de l’original et de son auto-traduction vers la langue d’origine dans le cas de Kyra Kyralina, et entre l’original et sa traduction allogène vers une langue étrangère dans celui de La Nuit de l’erreur. Malgré les différences de position traductive de leurs traducteurs, les deux romans choisis comme corpus sont représentatifs de l’inscription de l’altérité dans le texte. Ils nous intéressent par leur importante charge culturelle et leur type d’écriture accueillant de nombreux termes étrangers. Ils ont également fait l’objet de nombreuses traductions vers d’autres langues, mais nous nous concentrons dans cet article sur le roumain.

9Cette analyse nous permet de voir le jeu entre altérité/identité, hétérogénéité/homogénéité, étrangeté/familiarité lors du processus de traduction et d’observer les stratégies dont dispose le traducteur pour gérer l’effet de corps étranger dans le texte cible.

10Elle est aussi l’occasion d’étudier comment un terme à valeur d’emprunt dans le texte original peut devenir report dans le texte traduit, et comment un terme à valeur de report dans le texte source peut (re)devenir terme courant dans le texte auto-traduit, comment la dimension culturelle du texte peut être associée à l’étrangeté ou à la familiarité, selon le public auquel il est destiné.

Panaït Istrati et les différents degrés d’auto-traduction

11Le choix de Panaït Istrati concernant sa langue d’écriture s’explique par l’admiration avouée qu’il éprouve envers son maître et protecteur Romain Rolland et également envers la littérature et culture de langue française. Y contribue sans doute le rêve de se faire mieux connaître à travers une langue de grande circulation. Son écriture « en français d’autotraducteur », comme on l’a dit, passe, au moins pour les premiers romans, dont Kyra Kyralina, vraisemblablement par un processus d’auto-traduction, complété par la consultation de dictionnaires et des discussions avec des locuteurs natifs. Ce fait est attesté par sa correspondance et par ses aveux dans divers entretiens ; on pourrait parler dans ce cas d’un « premier degré d’auto-traduction », du roumain vers le français, mais d’une traduction particulière où le texte source n’existe pas vraiment, flottant dans les limbes de l’entre-deux langues, sans laisser de traces écrites.

12Considéré par Romain Rolland comme un « conteur-né », doué d’un « génie de conteur » (Rolland, 1994 [1924] : xxx), Istrati commence à écrire, à l’exhortation de son maître, en français, sans le connaître suffisamment, en un « français de contrebande », avec une « syntaxe barbare », comme il le dit avec auto-ironie (ibid. : vii) ; son texte va être revu par un natif, d’abord Romain Rolland lui-même, puis Bloch et ensuite d’autres collaborateurs, pour la correction de la langue. La collaboration avec des écrivains qui, comme Jean-Richard Bloch, revoient et corrigent le français d’Istrati est plus importante au début de sa carrière, comme le montre une lettre de 1924 adressée à ce dernier : « Et maintenant une question entre nous deux. Il s’agit de l’énorme travail que tu déposes sur mes manuscrits. Cela mon ami, il faut que d’une façon ou d’une autre, le public le sache. » (Istrati, 1988 : 202)

13Le français est pour Istrati, de son propre aveu, une langue étrangère, apprise tard à l’âge adulte, dépourvue du naturel d’une langue native, mais qui reste pour lui la langue d’élection, celle qu’il préfère, avec très peu d’exceptions, pour l’écriture du texte original : « Même aujourd’hui je ne pourrais pas dire que mon style est suffisamment français. On ne devient pas français à 35 ans et cela en 3 ou 4 ans ». (Istrati : 1924, c’est nous qui soulignons et traduisons.)

14Son rapport particulier au français conduit à des textes où l’hétérogénéité lexicale est bien visible car, par un processus d’exotisation, des termes roumains, turcs, grecs, albanais ou autres émaillent ses textes comme autant d’inscripteurs d’identité pour l’écrivain, d’altérité pour son public, créant un incontestable effet d’étrangeté.

15À cela on pourrait ajouter une hétérogénéité syntaxique, si l’on considère la façon dont Istrati s’obstine à rendre des expressions idiomatiques ad litteram par des emprunts occasionnels de structures, ce qui s’explique par sa relation problématique avec le français ; telle équivalence française ne le satisfait pas et il préfère alors une traduction très près du roumain, compréhensible par le contexte ou explicitée en note par l’auteur lui-même. Les formes idiomatiques sont habituellement rendues par des équivalences littérales : un personnage « tire les gens par la langue » (les questionne avec insistance et finesse pour les faire parler) (p. 42), un autre doit « battre les marchés et les foires » (les fréquenter par nécessité) (p. 42). Ailleurs, on parle d’un vin « à vous faire lancer votre chapeau par la fenêtre » (très fort) (p. 30), d’une « nuit noire à se crever les yeux » (très sombre) (p. 36). On remarque même des stratégies mixtes qui réunissent le calque syntaxique et le report, lorsqu’on parle de quelqu’un qui aime « donner une tifla » (se moquer de quelqu’un) (p. 92) ou de quelqu’un qui « se retrouve dans la belea » (p. 55) (le dernier terme étant expliqué en note par « embarras »), ou lorsqu’on évoque le fait que « l’ursita (destin) avait tenu parole » (p. 166).

16Il s’agit là d’une violence symbolique exercée sur sa langue d’élection dans le but de lui faire incorporer, au moins ponctuellement, un certain nombre d’expressions marquées culturellement. Une telle attitude ne surprend pas chez l’écrivain roumain d’expression française qui clame que sa « sensibilité » est roumaine, qu’elle « jaillit de source roumaine » (p. 309). Pour l’écrivain, ces expressions idiomatiques sont porteuses d’un esprit significatif de sa langue et de sa culture d’origine, étant soutenues par une complicité d’expression et une mémoire commune ; en revanche, pour le lecteur de langue française, elles créent sans doute un effet d’étrangeté qui signale l’inscripteur d’altérité et peut-être même, à l’époque, d’exotisme. La pratique du report va dans le même sens, en créant de façon plus prégnante encore une sensation de corps étranger dans le texte.

17Cette pratique est bien illustrée dans ce que nous avons nommé un premier degré d’auto-traduction chez Istrati. Le sens du terme reporté est pris en charge par le contexte, ou explicité par l’auteur en note, entre parenthèses ou par incrémentialisation, ou seulement adapté à la phonétique française, sans que l’on puisse parler d’une logique dans le choix des stratégies, mais plutôt d’une subjectivité créatrice. Il faut remarquer que, venant d’un espace proprement cosmopolite dont il se réclame avec fierté – le port de Brăila sur le Danube –, Istrati emploie des termes roumains, mais également des emprunts balkaniques (turcs, grecs, albanais, bulgares, etc.) déjà entrés dans sa langue maternelle. Dans son texte français, marqué par l’étrangeté, les emprunts témoignant des relations entre civilisations et langues ont une charge culturelle en vrai palimpseste, éclairé par diverses stratégies où la note de bas de page semble privilégiée. Ainsi, des mots d’origine turque comme salepgdgi (en Orient, vendeur d’une boisson chaude préparée avec de la farine (salep), p. 42)), surugiu (conducteur de diligences, p. 60), ghiabour (homme aisé, p. 42) ou moussafir (invité, p. 94) sont accompagnés d’une note ; un terme d’origine néogrecque, tzir – une espèce de poisson –, est accompagné d’une note qui cite de façon exceptionnelle l’explication du dictionnaire de Damé (« sorte de hareng saur », p. 10) – car, en règle générale, les explications en note ne renvoient pas à des dictionnaires.

18Le terme d’origine bulgare rogojina est tout simplement traduit entre parenthèses (natte, p. 32), tandis que le sens du terme d’origine turque cadâna, signifiant « odalisque », est pris en charge par le contexte (p. 208).

19Certains termes roumains d’origine turque sont francisés : le café est préparé dans l’ibrik, avec un talent de cafédgi, et bu ensuite dans des tasses sans soucoupes, appelées félidjanes (p. 84), leur sens étant éclairé par le seul contexte.

20Ces termes étrangers, reportés dans le texte, écrits tantôt en caractères ordinaires, tantôt en italique, selon des critères peu clairs, servent à inscrire l’altérité dans le texte original. Ils proviennent soit de la terminologie gastronomique, lorsqu’on évoque les fêtes chez Kyra, soit de la terminologie vestimentaire et cosmétique, lorsqu’on nous présente les personnages, ou d’autres domaines. Ils sont groupés dans des énumérations ou tout simplement éparpillés çà et là dans le texte, selon une logique subjective, censée créer l’effet d’étrangeté.

21Parmi les termes culturellement colorés, certains, comme narguilés, rahat-lokum ou astrakan, sont des emprunts dans les deux langues en présence, car ils sont entrés dans le roumain, d’une part, dans le français, d’autre part, grâce aux diverses relations avec l’Orient. Même s’ils sont des emprunts, comme ils se trouvent souvent dans l’entourage des reports, Istrati et ses collaborateurs les perçoivent comme des termes très spécifiques, liés à son univers romanesque, témoignant de sa fameuse « sensibilité » roumaine, où la fibre balkanique est une composante importante, et les éditeurs les mettent pour la plupart en italique, suivant le régime des termes reportés, soulignant ainsi davantage leur poids culturel.

22Malgré la première impression d’hétérogénéité et la sensation d’immersion « dans un imaginaire linguistique contrasté » (Lenz, 2007 : 188), les textes d’Istrati ont leur cohérence : le don de conteur de l’écrivain assure le déroulement captivant de l’histoire, le jeu entre le français et les termes étrangers incorporés dans le texte est maîtrisé ; le succès de ses livres auprès du public de langue française atteste de leur « lisibilité », leur traduction vers d’autres langues constitue une bonne preuve de leur compréhensibilité. Cet univers culturel et langagier autre constitue aussi un facteur de nouveauté et de singularité dans le paysage littéraire de l’époque, mais aussi d’attraction pour le public, dont Romain Rolland avait bien eu l’intuition. (Rolland, 1994 [1924] : xxviii-xxx)

23Les choses changent au moment où l’original français est rendu vers la langue maternelle de l’écrivain par lui-même et où Istrati, dépassant le premier degré d’auto-traduction, pratique l’« auto-traduction proprement dite », ayant un texte source et un texte cible, écrits et publiés. Le texte auto-traduit en roumain est asymétrique par rapport à l’original, car l’écart entre la langue du texte et les termes reportés est moins important ; la plupart des reports, soit de type lexical, soit de type syntaxique, (re)deviennent sur la toile de fond maternelle des termes courants et des structures connues, porteurs non plus d’étrangeté mais de familiarité.

24Les stratégies ingénieuses et rares, à l’époque, du report et de l’emprunt, utilisées par Istrati dans son texte original pour rendre l’altérité d’un écrivain roumain s’exprimant en français, se transforment dans son texte auto-traduit en roumain. Elles deviennent des stratégies d’expressivité, jaillissant « de source roumaine », comme le dit Istrati lui-même, et qui servent à parler à un public avec la même identité culturelle, dans laquelle ce dernier doit se reconnaître.

25Les termes roumains, constituant des reports dans le texte français, perdent dans le texte roumain le poids et l’opacité de corps étranger ; ils redeviennent des termes connus, compréhensibles, transparents même, et contribuent à une certaine homogénéité lexicale.

26Des mots reportés des langues balkaniques parsèment le texte mais, parce qu’ils s’adressent à un public plutôt familier de cet espace, leur effet de corps étranger est moins fort que dans le texte français et leur étrangeté atténuée car le roumain, quoique langue d’origine latine, a souvent emprunté des termes aux cultures voisines ou proches, géographiquement parlant.

27Voyons quelques exemples de termes étrangers (grecs, turcs ou autres) qui assurent dans le texte auto-traduit l’impression d’un « imaginaire linguistique contrasté », mais avec une intensité diminuée par rapport à l’original.

28Plusieurs appellatifs grecs rendent les dialogues plus animés et soulignent une ambiance balkanique, chère à Istrati : pédia-mou (p. 20) (accompagné dans les deux textes d’une parenthèse explicitante, « mes enfants »), est gardé et adapté phonétiquement au roumain et devient pedia-mu ; son explicitation est elle aussi traduite – copiii mei (p. 21) ; barba est expliqué en note dans le texte français (barba, oncle : en grec, mot qui s’applique familièrement à tout homme âgé avec lequel on sympathise : Barba Yani) et est préservé en roumain, explicité par incrémentialisation dans le texte : « barba, adică Unchiule » (c’est-à-dire oncle, p. 278-279). Le terme grec palicarias (p. 108), employé ironiquement par Kyra pour s’adresser aux courtisans qui prennent la fuite, est explicité en note dans l’original par : « en grec, vaillants » ; il est gardé dans le texte roumain par une forme adaptée phonétiquement et utilisée au vocatif, palicarilor (p. 109), sans explication ni note.

29Des interjections reportées du grec ou du turc contribuent, à leur tour, à la vivacité du dialogue : les courtisans en fuite ont le temps de s’exclamer evallah (p. 108) (terme dont le sens est pris en charge par le contexte), adapté graphiquement en roumain par la disparition de la consonne double : evalah (p. 109).

30L’interjection turque, aman (signifiant « pardon », « pitié », p. 304), est préservée telle quelle dans le texte en roumain (p. 305), où elle est ressentie comme un terme étranger, même si aman entre dans certaines locutions roumaines ; comme l’épisode où l’interjection apparaît se passe en Orient, son report semble une solution appropriée pour rendre la couleur locale.

31Le même rôle revient à des termes exprimant des monnaies ou des métiers ; ainsi métélics (p. 44), explicité entre parenthèses dans l’original par « dix centimes », est gardé et explicité par incrémentialisation, ainsi qu’en roumain (zece bani, p. 45) ; le terme turc désignant la monnaie, tschérèk, expliqué en note par « monnaie turque, en argent et en cuivre » (p. 184), est gardé dans l’auto-traduction mais adapté phonétiquement et graphiquement au roumain (cerec, p. 185). De même, le terme grec daskalos (p. 278), proche du mot roumain désignant le même métier (dascăl expliqué entre parenthèses par « instituteur »), est gardé en roumain avec la forme grecque mais sans « k », dascalos (institutor, p. 279), ce qui constitue une sorte de compromis (sauf erreur typographique) entre la forme grecque et le terme roumain, dont il est l’étymon. Ailleurs, le mot turc désignant un statut administratif, raia (p. 40), explicité entre parenthèses dans l’original (sujet ottoman), est gardé dans la traduction et est également explicité entre parenthèses par supus otoman (p. 41).

32On signale également un cas rare de glissement de sens : un personnage parle d’un « sac de yénibahar », terme d’origine turque expliqué en note dans le texte français, de façon surprenante, par « avoine » (p. 204), mais rendu en roumain par enibahar (p. 205), renvoi correct à un condiment et non pas à une céréale, comme le veut la note française mentionnée.

33De tels termes étrangers, incorporés par report dans le texte roumain auto-traduit du français, ont une charge culturelle qui n’est pas totalement inconnue du public destinataire. Comme il est de règle, le texte traduit rend compte d’une culture autre que celle du public cible, marquée par l’étrangeté ; cependant nous avons affaire ici à un cas très particulier : les termes cités, évoquant des cultures (grecque, turque, albanaise, etc.) présentes dans la culture roumaine dans le port foisonnant de Brăila et ses environs, ainsi que dans les pays parcourus par les personnages, sont inscripteurs d’une altérité voisine et quelque peu familière au public roumain cible. On voit là un jeu entre étrangeté et familiarité, entre altérité et identité, selon que l’on regarde les reports depuis la perspective du texte original ou de l’auto-traduction. Tandis que les termes roumains incorporés dans l’original français (re)deviennent par auto-traduction des termes courants, les termes étrangers référant à l’espace balkanique rendent une couleur culturelle bien spécifique, mais leur effet d’étrangeté est moindre que dans l’original, vu les relations entre ces pays et les régions voisines. Et comme Istrati a affirmé, à plusieurs reprises, que seul l’auteur peut donner la traduction la plus adéquate pour son texte, on peut supposer qu’en tant que traducteur il a choisi les solutions du report et de l’emprunt de ces termes avec leur dimension culturelle comme étant les plus à même de rendre sa vision de proximité avec l’espace balkanique.

34En raisons de ces circonstances et du fait que l’(auto)traduction se produit vers la langue maternelle de l’écrivain, l’hétérogénéité du texte diminue, l’effet de contraste entre les reports et la toile de fond assurée par le roumain n’est pas aussi fort que dans l’original français. En contrepartie, l’importance et la présence des emprunts, en général de provenance balkanique, augmente. Aux emprunts déjà incorporés dans le texte français et préservés dans l’auto-traduction s’ajoutent d’autres termes car, lorsqu’il s’auto-traduit, Istrati préfère souvent les termes à connotation balkanique.

35Même un regard rapide sur son texte roumain donne une idée de la présence des emprunts turcs et grecs : ainsi le terme vaurien (p. 4), à propos du personnage Stavro, est rendu par haimana (p. 5) ; dépotoir (p. 6), par hazna (p. 7) ; faubourg (p. 24), par mahala (p. 25) ; terrain vide (p. 190), par maidan (p. 191) ; spectateurs (p. 24), par mahalagii (p. 25) ; fuite grotesque (p. 98), par fuga caraghioasă (p. 99). Si dans ces exemples tous les termes choisis comme solutions de traduction sont des emprunts turcs, l’unité « le cachemire sur sa tête » (p. 43) est rendue par « cu tulpan » à l’aide d’un emprunt néogrec (p. 44).

36On pourrait multiplier les exemples, mais ce qui nous intéresse n’est pas l’inventaire en soi, c’est ce phénomène d’inscription d’altérité dans le texte auto-traduit, assuré par les reports et les emprunts que l’auteur pratique avec un intérêt constant pour les cultures, langues et traditions autres. Sa vision d’auto-traducteur illustre bien son esprit cosmopolite, respectueux de l’étrangéité, attiré par l’étrangeté, mais qui n’annule pas pour autant son souci d’identité, montrant ainsi que les termes « identité » et « altérité » peuvent être complémentaires.

La Nuit de l’erreur et l’inscription de l’altérité dans le texte traduit

37Nous retrouvons cet intérêt pour l’emprunt et le report, cette inscription de l’altérité dans le texte, pratiqués et valorisés dans un contexte littéraire différent, chez Tahar Ben Jelloun. Ses nombreux livres traduits en roumain confirment sa renommée d’auteur francophone traduit dans le monde entier : Copilul de nisip (2006) (L’Enfant de sable), Noaptea sacră (2006) (La Nuit sacrée), Noaptea greşelii (1999) (La Nuit de l’erreur), Azilul săracilor (2002) (L’Auberge des pauvres), Iubiri vrajitoare (2003) (Amours sorcières).

38Tahar Ben Jelloun choisit le français pour parler à son public, avec peu d’exceptions (L’Auberge des pauvres, L’Ange aveugle), de personnages et de traditions maghrébines, notamment marocaines, en incorporant dans son texte, tout comme Istrati, des emprunts et des reports à forte charge culturelle. Il avoue dans un entretien avec Marc Gontard en 2002 son puissant attachement à sa culture d’origine : « Le Maroc, je le porte en moi, il m’habite plus que je ne l’habite. »

39À première vue, Ben Jelloun est un écrivain bilingue mais, comme d’autres dans ce cas, cet écrivain marocain d’expression française est redevable à trois langues, qu’il connaît, pratique et perfectionne, et qui affleurent dans son imaginaire scriptural :

Je dois avouer que les trois langues, l’arabe classique, le dialectal et le français coexistent avec bonheur chez moi. Les trois langues me travaillent en permanence et souvent à mon insu. Je ne sais plus qui prend le dessus. Quand j’écris, je suis incapable de repérer laquelle des trois est en train de pousser les deux autres pour s’imposer dans mon imaginaire.

40Le roman choisi pour l’analyse, La Nuit de l’erreur, réécrit trois fois en quatre ans, nous montre bien le travail d’écriture de Ben Jelloun, se trouvant dans « l’entre-trois » des langues, travail qui est, selon ses propres mots, « jamais satisfait, jamais fini, toujours en cours de révision et de doute. »

41Tandis que Panaït Istrati travaille sans cesse à sa langue d’adoption, en rêvant d’atteindre la perfection du français de ses maîtres, Ben Jelloun est conscient du fait qu’un écrivain non natif entretient avec le français des rapports particuliers : « Notre rôle n’est pas d’écrire comme des Français de souche qui ne connaissent que le français. Notre écriture est forcément épicée, traverse ces trois langues et se donne facilement aux couleurs et aux fantaisies venues d’ailleurs. »

42Il est convaincu des enjeux de cette écriture « épicée » et considère que « c’est là l’originalité des écrivains qui écrivent dans une autre langue que celle de leur mère ». Cela d’autant plus qu’ils écrivent sur leur pays et culture d’origine, avec le sentiment d’un devoir à accomplir qui consiste à « donner le meilleur de soi en disant le pays et la société ».

43Son roman La Nuit de l’erreur raconte l’histoire de la jeune Zina, originaire de Fès, conçue lors d’une nuit frappée de malédiction. Cette fille, qui semble maudite par sa naissance sous de mauvais auspices, s’avère être d’une nature ambivalente : elle apporte le mal mais le retourne aussi contre ceux qui commettent des injustices. Marginale par sa naissance transgressive et par son auto-exil à Tanger, elle est douée d’une faculté exceptionnelle de rêverie et d’imaginaire. L’univers de violence où elle évolue est peuplé de djinns, de fantômes et de fantasmes, de marginaux, de justiciers et surtout de conteurs d’histoires qui évoquent des légendes et des traditions profondes du Maroc.

44Poussé par le désir d’exprimer en français ce monde où l’altérité est bien inscrite, fortement marqué culturellement, Ben Jelloun n’hésite pas à utiliser des emprunts d’origine arabe, datant souvent de l’époque coloniale, ou des termes reportés occasionnellement et exigés par la cohérence culturelle du texte, où étrangeté et étrangéité se côtoient et se complètent. À cela s’ajoute tel terme en dialectal marocain, tel surnom, nom de personnage ou nom de lieu, qui contribuent à leur tour à la composante culturelle, à l’ambiance de l’histoire, au rythme du texte. Dans la traduction de 1999 de ce roman en roumain, signée par Nicolae Baltă aux éditions Univers, on remarque une tendance à l’effacement ou, au moins, à l’atténuation de certains termes ou structures arabes spécifiques, inscripteurs d’altérité.

45Ce processus de déperdition culturelle est explicable par le manque de familiarité du public roumain avec l’espace maghrébin, surtout après l’époque d’isolement durant le régime communiste, dont les effets dans les mentalités ont perduré encore des années. Au contraire, la réception du texte original en France se passe sur un terrain de familiarité avec la culture maghrébine, déjà connue par les diverses relations des deux pays méditerranéens.

46On remarque dans l’espace roumain un contraste surprenant entre la politique éditoriale d’ouverture de la maison Univers – la plus importante dans les années 1990 dans le domaine de la littérature étrangère – et la vision traductive de Nicolae Baltă, qui choisit d’atténuer parfois l’expression de l’altérité grâce à des stratégies différentes.

47Les quelques notes de Nicolae Baltă montrent le souci d’information et d’explicitation du traducteur envers son lecteur, parfois sous-estimé dans sa compétence encyclopédique. Cette attitude est visible, par exemple, dans la manière dont il traite le terme henné (d’origine arabe), emprunt en français, qui n’est pas souligné dans l’original (Ben Jelloun, 1998 : 15) mais est en italique dans la version roumaine (Ben Jelloun, 1999 : 9) – il est pourtant connu en Roumanie dans l’industrie cosmétique. Une note du traducteur éclaire le lecteur sur la plante cultivée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et sur la poudre fournie par ses feuilles, utilisée pour colorer les cheveux. En revanche, la note est bienvenue pour le terme khôl (p. 18), emprunt en français et non marqué graphiquement dans l’original, mis en italique et explicité en note dans la version roumaine (p. 9), renseignant le lecteur sur ce fard noir utilisé pour le maquillage des yeux.

48De façon étonnante, sur la même page, un terme comme médina (p. 21), est neutralisé, pour ne pas dire effacé, et rendu par le terme roumain transparent oraș, signifiant « ville », de manière générique (p. 12). Ce terme d’origine arabe existe déjà en français depuis la fin du xixe siècle ; on le retrouve dans des dictionnaires comme le Larousse avec une explication, valorisant sa qualité de référent culturel pour l’espace marocain, qui aurait mérité d’être conservé dans le texte traduit : « dans les pays arabes, et surtout au Maroc, la vieille ville, par opposition aux quartiers neufs ». Dans le même esprit d’effacement et de neutralisation, le terme hammam (p. 190), emprunt en français (« établissement de bains de vapeur, public ou privé, en Orient et, par extension, dans d’autres pays »), est rendu par le terme neutre baia publică (« bain public ») (p. 133) ; un élément vestimentaire comme tarbouche (p. 34) est affadi par le rendu turban (« turban »). Le processus d’aplatissement et d’affadissement est subi également par un terme très suggestif (à connotation orientale) comme souk (p. 92), rendu par le terme tîrg (« foire ») (p. 64) qui renvoie à une réalité locale du public cible et produit ainsi un brouillage culturel.

49Un autre procédé d’effacement est l’ellipse des mots arabes dans l’épisode du puits habité par les djinns, ceux-ci constituant sans doute des paroles rituelles par lesquelles on écarte les esprits maléfiques (p. 30), et qui, dans la traduction roumaine (p. 19), sont tout simplement remplacés par des points de suspension, entorse grave faite à la dimension culturelle du texte et à une très prégnante inscription d’altérité dans le texte.

50De même, on peut signaler la traduction et non le report du terme marabout (p. 10), rendu en roumain par une périphrase explicitante, ascet musulman (« ascète musulman ») (p. 18), et la neutralisation de l’unité « notable fassi » (p. 189) qui devient stapinul ei (« son maître ») (p. 133), sans aucune référence à sa ville d’origine.

51Cependant, on trouve également plusieurs stratégies de préservation des inscripteurs d’altérité dans le texte traduit : ainsi des termes empruntés en français, dénotant des vêtements, une drogue, un impôt ou un dialecte spécifiques comme djellaba (p. 22), séroual (p. 28), selham (p. 273), kif (p. 199), zakat (p. 17), tachlhit (p. 28) – autant de désignateurs de référents culturels – sont incorporés dans la version roumaine par le procédé du report. Dans ce dernier cas, seule leur forme est adaptée à l’orthographe et à la phonétique de la langue d’accueil : djelabale (p. 13), seruale (p. 18), selham-ul (p. 195), zakat-ul (p. 10), talhita (p. 18). On accordera une attention particulière au terme dialectal fqih, terme d’une grande opacité, accompagné par une périphrase explicitante, « saint homme » (p. 61), présent dans l’original et préservé dans le texte cible, où il est accompagné d’une note (p. 41) éclairant le sens plurivalent du terme. La préservation d’un terme dialectal crée l’effet de corps étranger dont nous avons déjà parlé et ajoute à l’étrangeté du texte traduit.

52Le terme religieux khamsa (p. 33), moins opaque que le terme dialectal mentionné, jouit lui aussi de plusieurs types de mise en relief : il est écrit en italique dans le texte original où il est accompagné d’une périphrase éclairante – une petite main en or – et gardé tel quel, périphrase comprise, dans le texte cible (p. 21), contribuant à sa consistance culturelle indéniable.

53Parfois, dans le texte original français, le terme est ressenti comme report et est marqué du point de vue graphique par des italiques, solution conservée dans la version roumaine, où l’étrangeté du terme conduit naturellement à ce type de soulignement. C’est le cas de quelques termes, déjà explicités par des périphrases comme « tolbas, lecteurs du Coran » (p. 39), unité rendue par tolbas, cititorii din Coran (p. 26), ou de moussem, dont le sens est pris en charge par le contexte dans les deux versions : « je devais partir au moussem de Moulay Abdesslam pour me reposer » (p. 56), rendu de façon littérale par trebuia să plec la moussem-ul lui Mulay Abdesslam ca să mă odihnesc (p. 37). Cette solution est employée aussi pour l’unité « l’habilla en djellaba et selham traditionnels » (p. 273), où le sens du terme en italique, gardé tel quel dans la version roumaine, est également pris en charge par le contexte.

54Des termes spécifiques, comme ghaïtas (p. 60) ou zandiq (p. 150), que l’écrivain a laissé affleurer dans son texte, ne sont pas ressentis comme des reports dans l’original ni écrits en italique, tandis qu’en roumain ils le sont, rehaussant ainsi leur effet de corps étranger dans le texte. Dans un cas, le sens est pris en charge par le contexte : deux ghaïtas et un tambour (p. 60), doi ghaitas și un toboșar (p. 40) ; dans l’autre par une explicitation : un voyou, un zandiq (p. 150), un golan, un zandiq (p. 105).

55Pour rendre un proverbe, suggestif du pouvoir de Zina/Chérifa – On ne sort pas du hammam tel qu’on y est entré (p. 271) –, le traducteur procède à une traduction presque littérale et choisit la solution appropriée de garder le terme spécifique dans le texte traduit : Nu poți ieși din hammam la fel cum ai intrat (p. 194). Ailleurs, le report est de nouveau une bonne solution lorsque le traducteur garde le terme du texte original, tkaf (p. 219), et également la glose explicitante : « poudre employée dans les pratiques magiques à effet érotisant » (p. 155).

56Ces termes et structures s’entremêlent et s’entretissent pour mettre en relief la composante culturelle du texte, étayés par nombre d’anthroponymes et toponymes, gardés comme il se doit dans le texte cible. À cela s’ajoutent quelques termes espagnols témoignant de la proximité et de l’histoire de deux pays voisins qui renforcent, à leur tour, la volonté de l’écrivain d’exprimer une identité métissée et pimentée par le contact des langues et des cultures. Le lecteur de la traduction percevra ce réseau de mots et structures spécifiques, dans la mesure où la stratégie du traducteur a été de les transporter dans sa version, comme autant d’inscripteurs d’altérité.

57L’analyse des deux romans, l’un auto-traduit et l’autre traduit vers le roumain, que nous avons proposée a suivi les processus de préservation ou de déperdition des inscripteurs d’altérité et, implicitement, de la composante culturelle, à travers les diverses stratégies de traduction, en privilégiant l’étude du report et de l’emprunt.

58Chez les deux auteurs d’expression française, le report et l’emprunt ne sont pas une solution ponctuelle, avec des effets limités, mais des stratégies générales qui assurent au texte une forte cohérence culturelle.

59Si l’on admet que chez Istrati on peut parler de plusieurs degrés d’auto-traduction et que son original français est, au moins partiellement, redevable à celle-ci, on constate que le report est plus prégnant dans l’original quant à sa charge d’altérité. En échange, l’emprunt est plus présent dans l’auto-traduction vers sa langue maternelle, où il contribue à la mise en relief d’une composante culturelle balkanique.

60Dans la traduction vers le roumain du roman de Ben Jelloun, malgré certaines tentatives d’atténuer ou d’effacer quelques inscripteurs d’altérité, explicables, sans doute, par le manque de familiarité du public cible avec la culture marocaine et les réticences du traducteur, le report reste présent et assure bien sa tâche de préserver la spécificité de l’original.

61L’effacement et l’atténuation d’altérité dans la traduction de Ben Jelloun vers le roumain, sont, comme on l’a pu observer, imputables en grande mesure au traducteur. Autrement dit, le sort du livre de Ben Jelloun se trouve entre les mains de son traducteur. Dans le cas du livre d’Istrati, son sort se trouve entre les mains de l’écrivain lui-même. Mais par l’auto-traduction vers la langue maternelle se produit un changement de perspective et de public qui imposent l’effacement et l’atténuation de nombreux termes inscripteurs d’altérité, fournis justement par le roumain. On peut parler ici plutôt d’un changement de statut des termes qui, reports dans l’original, (re)deviennent termes courants dans l’auto-traduction, par la disparition d’une langue de fond de contraste, conduisant à un jeu entre étrangeté et familiarité, entre altérité et identité.

62On doit également retenir l’impression d’hétérogénéité lexicale donnée par la présence et la prégnance des reports et des emprunts chez les deux écrivains, mieux gardée dans le texte traduit de Ben Jelloun que dans l’auto-traduction d’Istrati.

63Malgré certaines pertes de sens, malgré l’intensification ou l’atténuation subies parfois par la charge culturelle du texte original, à travers la traduction, on peut dire que l’emprunt et le report restent des stratégies actuelles d’inscription de l’altérité dans le texte traduit.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Ben Jelloun, Tahar, 1998 [1997], La Nuit de l’erreur, Paris, Seuil.

—, Noaptea greşelii, 1999, trad. Nicolae Baltă, Bucarest, Univers.

Istrati, Panaït, 1994 [1924], Les Récits d’Adrien Zografi, Kyra Kyralina / Povestirile lui Adrian Zografi, Chira Chiralina, Brăila, Editura Istros–Muzeul Brăilei, Casa Memorială « Panait Istrati ».

—, 2006, Œuvres I et II, 3e édition établie et présentée par Linda Lé, Phébus Libretto.

Ouvrages et articles

Ballard, Michel, 2003, Versus : la version réfléchie, repérages et paramètres, Paris, Ophrys.

Constantinescu, Muguraş, 2007, « Istrati, autotraducteur en quête d’identité culturelle », Atelier de traduction, n° 7, Editura Universității Suceava, p. 169-179.

—, 2008, « La traduction du langage religieux dans l’œuvre de Panaït Istrati », Atelier de traduction, n° 10, Editura Universității Suceava, p. 51-67.

Gontard, Marc, 2002, « Entretien avec Tahar Ben Jelloun », http://www.montraykreyol.org/spip.php?article1337(consulté le 7/10/2011).

Istrati, Panaït, 1924, « Viaţa şi scrierile lui Panait Istrati povestite de el însuşi », Adevărul literar şi artistic, n° 179, 11 mai 1924.

—, 1988, Corespondența cu scriitori străini, Bucarest, Minerva.

—, Pelerinul inimii, 1998a, Antologie, cuvânt înainte, prezentari si traduceri de Alexandru Talex, Bucarest, Editura Minerva.

—, 1998b, « Préface à Adrien Zograffi ou les aveux d`un écrivain de notre temps », in La Maison Thüringer / Casa Thüringer, Brăila, Istros–Muzeul Brăilei, Casa Memorială « Panait Istrati », p. 2-24.

Jutrin-Klenner, Monique, 1970, Panaït Istrati, un chardon déraciné. Écrivain français, conteur roumain, Paris, François Maspero.

Lenz, Hélène, 2007, « Langages d’étranger chez P. Istrati », Atelier de traduction, n° 7, Editura Universității Suceava, p. 161-169.

Meschonnic, Henri, 2005, « Sur la poétique du traduire » (Entretien avec Muguraș Constantinescu), Atelier de traduction, n° 3, Editura Universității Suceava, p. 7-12.

Rolland, Romain, 1994 [1924], « Un Gorki balkanique », in Istrati, Panaït, Les Récits d’Adrien Zografi, Kyra Kyralina / Povestirile lui Adrian Zografi, Chira Chiralina, Brăila, Editura Istros–Muzeul Brăilei, Casa Memorială « Panait Istrati », p. XXVIII-XXX. http://www.larousse.com/en/dictionnaires/francais/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muguraş Constantinescu, « L’altérité dans le texte : entre report et emprunt, entre occasionnel et durable », Palimpsestes, 25 | 2012, 185 – 201.

Référence électronique

Muguraş Constantinescu, « L’altérité dans le texte : entre report et emprunt, entre occasionnel et durable », Palimpsestes [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/1829 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1829

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org