Navigation – Plan du site
Femmes Traduites

La chute de Hester Prynne ou le passage du féminin au masculin : comment l’héroïne de The Scarlet Letter devient personnage secondaire dans La Lettre rouge –A–

Andrew Kovacs
p. 43-60

Résumés

L’examen comparé de The Scarlet Letter (1850) de Nathaniel Hawthorne et de La Lettre rouge –A– (1853), sa traduction par Paul-Émile Daurand Forgues, révèle un cas de réécriture patent qui ne peut que susciter l’intérêt du traductologue. Si l’original constitue une fresque dépeignant l’âme féminine opprimée à une période où l’intolérance religieuse règne dans la colonie puritaine de la baie du Massachusetts, cette traduction se définit comme une œuvre populaire en deux actes à l’époque de la naissance du Nouveau Monde, mettant en scène un personnage masculin central. Dans le cadre du triangle autodestructeur, mari, femme, amant, au stéréotype social de l’histoire de la femme adultère, Forgues substitue celui de la quête du mari trompé. Hester Prynne semble donc doublement déchue : conséquemment à son adultère, elle n’est plus en état de grâce aux yeux des colons puritains, et, à la suite de la refonte complète de l’original, elle est reléguée au second plan derrière Roger Chillingworth. Nous avons fait appel à la stylistique comparée pour examiner comment Forgues, l’un des traducteurs et critiques littéraires les plus prolifiques en France au xixe siècle, a opéré ce remaniement textuel. Afin de mettre en lumière le repositionnement du personnage de Hester Prynne dans La Lettre rouge –A– par rapport à l’original, nous avons examiné les marques majeures de ce cas de réécriture au niveau de la macrostructure et de la microstructure de ce récit masculinisé, dans une perspective intertextuelle synchronique.

Haut de page

Texte intégral

… il n’existe pas un second Scarlet Letter dans toutes les littératures…
É. Montégut, Revue des Deux Mondes, 1860

1L’examen comparé de The Scarlet Letter (1850) de Nathaniel Hawthorne et de La Lettre rouge –A– (1853), sa traduction par Paul-Émile Daurand Forgues, révèle un cas de réécriture patent qui ne peut que susciter l’intérêt du traductologue. Si dans l’original le narrateur relate les états psychologiques de Hester Prynne, pécheresse sujette à la répression puritaine opiniâtre au sein de la colonie de la baie du Massachusetts, dans la première traduction française de cette romance, ce personnage féminin central s’efface devant celui de Roger Chillingworth.

2À l’instar des travaux de Carmen Valero-Garcés pour établir le nombre exact de traductions espagnoles de The Scarlet Letter (Valero-Garcés, 1994), nous avons dénombré sept traductions françaises véritablement distinctes 1. La comparaison entre La Lettre rouge –A– et l’ensemble des autres traductions, toutes intitulées La Lettre écarlate, a permis de découvrir l’originalité de ce texte de Forgues (Kovacs, 2006), l’un des traducteurs et critiques littéraires les plus prolifiques en France au xixe siècle. Afin de mettre en lumière le repositionnement du personnage de Hester Prynne dans La Lettre rouge –A–, nous examinerons les marques majeures de ce cas de réécriture.

Niveau

Éléments structuraux et textuels spécifiques à La Lettre rouge –A–

Macrostructure

• la suppression de The Custom-House

• la division du texte en deux parties et le remaniement distributif des chapitres

• le remaniement distributif des paragraphes

Microstructure

• la permutation diégétique des personnages de Hester Prynne et de Roger Chillingworth

• la transformation de la description de l’évolution psychologique de Hester Prynne

La suppression de The Custom-House dans La Lettre rouge –A–

3Les deux éditions de cette traduction de Forgues datant de 1853, tout comme celle de 1865, se trouvent amputées de The Custom-House. La suppression de cette introduction d’une cinquantaine de pages dans la version originale est d’autant plus marquante que seulement un an avant la parution de La Lettre rouge –A–, dans un article traitant de l’œuvre de Hawthorne, Forgues fait l’éloge du talent de l’auteur américain : « Les préfaces de Hawthorne […] nous révèlent un esprit charmant, une nature d’élite » (Forgues, 1852 : 338). Pourtant, le public français devra attendre jusqu’à l’année 1945 pour pouvoir lire une traduction complète de The Custom-House.

4Dans le contexte de l’œuvre, le titre The Scarlet Letter apparaît comme une sorte de syntagme (Le Goffic, 1993 : 22) nominal anaphorique puisqu’il fait référence à la lettre écarlate décrite dans The Custom-House et, par extension, au crime commis par Hester Prynne quelque neuf mois avant le début du premier chapitre. Cette lettre crée un effet de réel car, selon le manuscrit de Mr. Surveyor Pue, le personnage historique de Hester Prynne l’avait réellement portée. Dans cette introduction, Hawthorne pose les jalons de l’examen du monde intérieur de l’héroïne de sa romance, car The Scarlet Letter est avant tout son histoire. D’un point de vue contrastif, la lettre « –A– » ajoutée au titre de la traduction de Forgues succède à la partie de l’original où le narrateur présente l’objet qui prête son nom au titre de l’œuvre. En supprimant The Custom-House, Forgues élimine la description non essentielle d’un personnage secondaire et efface la référence interdiégétique de la lettre brodée « A » décrite dans cette introduction.

La division du texte en deux parties et le remaniement distributif des chapitres

5Alors que l’original est disposé en vingt-quatre chapitres, La Lettre rouge –A– se présente sous la forme d’un diptyque : les désignations « PREMIÈRE PARTIE » (p. 1) et « DEUXIÈME PARTIE » (p. 131) suivies d’un trait noir surplombent les premier et dixième chapitres. Bien que la première partie englobe les chapitres un à neuf, et la seconde les chapitres dix à vingt, Forgues ne procède pas à la simple suppression de quatre chapitres. Ce traducteur les regroupe de façon différente (voir tableau suivant). Il en résulte un nombre très important de modifications textuelles : des chapitres sont écourtés, des passages descriptifs supprimés, le langage archaïque actualisé, la ponctuation modifiée, des événements dramatiques mis en relief (grâce à la réduction du volume de certains paragraphes), et des éléments anachroniques introduits dans le texte. La Lettre rouge –A– contient donc moins de ralentissements diégétiques que The Scarlet Letter. Ainsi, Forgues parvient-il à recentrer le récit sur Roger Chillingworth dont la quête conduit l’intrigue. Dans une perspective intersémiotique, si l’original ressemble à une œuvre d’opéra où le rôle principal est joué par une soprano lyrique, cette traduction répond plutôt au critère formel de l’opérette où une basse occupe le devant de la scène, place qu’elle ne partage qu’occasionnellement avec la mezzo-soprano jouant un rôle secondaire.

Tableau récapitulatif du remaniement distributif des chapitres dans La Lettre rouge –A–

The Scarlet Letter

La Lettre rouge –A–

Ch.

Intitulé de chapitre

P.

Ch.

Intitulé de chapitre

P.

Par.

Intr.

THE CUSTOM-HOUSE

1

Section supprimée

I

THE PRISON-DOOR

55

I

LA PORTE DE PRISON

1

I

II

THE MARKET-PLACE

58

II

LA PLACE DU MARCHÉ

4

I

III

THE RECOGNITION

71

III

COMME ON SE RETROUVE

21

I

IV

THE INTERVIEW

83

IV

L’ENTREVUE

36

I

V

HESTER AT HER NEEDLE

92

V

HESTER ET SON AIGUILLE

49

I

VI

PEARL

105

VI

PERLE

61

I

VII

THE GOVERNOR’S HALL

118

VII

CHEZ LE GOUVERNEUR

72

I

VIII

THE ELF-CHILD AND THE MINISTER

128

CHEZ LE GOUVERNEUR

72

I

IX

THE LEECH

140

VIII

LE MÉDECIN ET LE PRÊTRE

90

I

X

THE LEECH AND HIS PATIENT

154

VIII

LE MÉDECIN ET LE PRÊTRE

90

I

XI

THE INTERIOR OF A HEART

167

IX

LA CHASSE AUX PENSÉES

113

I

XII

THE MINISTER’S VIGIL

177

X

LA VEILLÉE DU MINISTRE

131

II

XIII

ANOTHER VIEW OF HESTER

192

XI

HESTER CHANGE D’ASPECT

144

II

XIV

HESTER AND THE PHYSICIAN

203

XII

LA FEMME ET LE MARI

153

II

XV

HESTER AND PEARL

212

XII

LA FEMME ET LE MARI

153

II

XVI

A FOREST WALK

221

XIII

DANS LA FORÊT

169

II

XVII

THE PASTOR AND HIS PARISHIONER

230

XIII

DANS LA FORÊT

169

II

XVIII

A FLOOD OF SUNSHINE

243

XIV

LE PASTEUR ET SA BREBIS

189

II

XIX

THE CHILD AT THE BROOK-SIDE

251

XV

L’ENFANT AU BORD DU RUISSEAU

194

II

XX

THE MINISTER IN A MAZE

261

XVI

LE LABYRINTHE

202

II

XXI

THE NEW ENGLAND HOLIDAY

276

XVII

UN JOUR DE FÊTE

213

II

XXII

THE PROCESSION

288

XVIII

LE CORTÉGE [sic]

220

II

XXIII

THE REVELATION OF THE SCARLET LETTER

302

XIX

LA RÉVÉLATION

229

II

XXIV

CONCLUSION

314

XX

LE LOT DE CHACUN

241

II

Le remaniement distributif des paragraphes dans La Lettre rouge  –A– : une illustration

6Dès la première page, la mise en regard des textes source et cible révèle l’introduction de plusieurs alinéas dans La Lettre rouge –A–. Ce type de modification structurale se généralise tellement dans cette traduction qu’il suffit presque de l’ouvrir à n’importe quelle page pour en observer un exemple. Afin d’illustrer l’accélération du tempo de la diégèse, parmi de très nombreux passages descriptifs éliminés par Forgues ayant trait à un ou des personnage(s) autre(s) que Roger Chillingworth, examinons la fin du chapitre V.

7La narration du chapitre V de The Scarlet Letter traite de la solitude de Hester, de son installation dans une petite maison à l’extérieur de la colonie, de la maigre rétribution que lui apporte son aiguille, et des humiliations que lui infligent les puritains. Ci-dessous se trouvent les trois dernières phrases du pénultième paragraphe et le dernier paragraphe du chapitre V dans l’original ainsi que le dernier paragraphe du chapitre V dans cette traduction :

O Fiend, whose talisman was that fatal symbol, wouldst thou leave nothing, whether in youth or age, for this poor sinner to revere?—Such loss of faith is ever one of the saddest results of sin. Be it accepted as a proof that all was not corrupt in this poor victim of her own frailty, and man’s hard law, that Hester Prynne yet struggled to believe that no fellow-mortal was guilty like herself.

 The vulgar, who, in those dreary old times, were always contributing a grotesque horror to what interested their imaginations, had a story about the scarlet letter which we might readily work up into a terrific legend. They averred, that the symbol was not mere scarlet cloth, tinged in an earthly dye-pot, but was red-hot with infernal fire, and could be seen glowing all alight, whenever Hester Prynne walked abroad in the night-time. And we must needs say, it seared Hester’s bosom so deeply, that perhaps there was more truth in the rumor than our modern incredulity may be inclined to admit.

Ô démon ! ne laisseras-tu rien ici-bas de jeune ou de vieux, que la misérable pécheresse puisse révérer en paix ? Hester cependant luttait de son mieux ; ceci prouve que tout n’était point corrompu dans cette pauvre victime de sa propre fragilité et de la rigidité des lois faites par les hommes.

The Scarlet Letter, p. 111-112.

La Lettre rouge –A–, p. 60.

8Nous remarquons d’emblée que la traduction de Forgues ne contient pas le dernier paragraphe du chapitre V dans l’original. Le narrateur du texte traduit aborde ainsi le sujet de la vie extérieure de l’héroïne : « Hester cependant luttait de son mieux » en tant que « pauvre victime de sa propre fragilité et de la rigidité des lois faites par les hommes ». Toutefois, à l’exception de l’évocation de l’hypothétique acte de révérer chez Hester, ou plutôt l’éventuelle possibilité pour elle de trouver une personne digne de révérence, plusieurs références à ses terribles souffrances disparaissent : la relative enchâssée, « whose talisman was that fatal symbol » ; la phrase entière, « Such loss of faith is ever one of the saddest results of sin » ; et le complément circonstanciel de but à l’intérieur d’une relative « [that Hester Prynne yet struggled] to believe that no fellow-mortal was guilty like herself ».

9En règle générale, un talisman est un objet porte-bonheur. Dans l’esprit du récepteur, ce terme peut accroître l’impact psychologique de la lettre écarlate sur Hester. Chez les puritains, communauté que l’héroïne refuse de quitter, le fait de perdre la foi ne peut que profondément bouleverser tout croyant. Outre l’amputation de la courte phrase citée ci-dessus exposant l’une des conséquences les plus tristes du péché, la suppression du dernier paragraphe du chapitre porte préjudice au personnage de Hester qui se trouve ainsi dépouillé d’une frappante description d’un effet impitoyable de l’affreux symbole qu’elle est condamnée à porter : selon une rumeur, la lettre écarlate rougeoierait du feu de l’enfer. L’invocation du démon que Forgues place au début du dernier paragraphe du chapitre a pour résultat l’intensification de l’aspect dramatique de l’histoire racontée. De plus, le repositionnement à la fin du chapitre de la dernière phrase réordonnancée du pénultième paragraphe du chapitre V dans l’original permet d’éviter une décélération du mouvement dramatique de l’action narrée et de mettre en relief une référence au monde juridique.

La permutation diégétique des personnages de Hester Prynne et de Roger Chillingworth : l’analyse de l’incipit du chapitre III et l’évocation de l’univers masculin de Forgues

10Au début du chapitre III, le narrateur décrit comment Hester Prynne, clouée au pilori, cherche, et trouve de manière éphémère, un exutoire à sa souffrance spirituelle. Elle se trouve au centre de la diégèse tandis que son mari trompé reste véritablement confiné à la périphérie de la narration. Nous avons énuméré entre crochets les sept segments constitutifs de cette phrase :

[1] From this intense consciousness of being the object of severe and universal observation, [2] the wearer of the scarlet letter [3] was [4] at length [3] relieved [5] by discerning, [6] on the outskirts of the crowd, [5] a figure [7] which irresistibly took possession of her thoughts.

Aux premiers rangs de la foule, à côté d’un sauvage, que le hasard le plus ordinaire pouvait avoir amené là, et qui n’avait en rien éveillé l’attention d’Hester, se tenait un homme blanc, dont le costume offrait un bizarre mélange du vêtement européen et de l’attirail des chasseurs Peaux-Rouges.

The Scarlet Letter, p. 87.

La Lettre rouge –A–, p. 21.

11En créant une tension grammaticale et syntaxique initiale dont le relâchement est différé jusqu’au terme caudal, l’agencement syntaxique complexe de cette phrase suggère la peine de l’héroïne. Le segment n° 1, complément circonstanciel, qualifie l’état d’esprit de Hester qui doit affronter le regard implacable de ses concitoyens puritains sous un soleil de plomb. Le segment n° 2 (une antonomase) constitue le sujet grammatical de la phrase. Le segment n° 4 se forme d’un complément adverbial, at length, qui est enchâssé dans le segment n° 3, le groupe verbal principal, was relieved. Si le dernier terme du segment n° 3 indique l’aboutissement de la prédication principale, le segment n° 5, by discerning a figure, groupe-complément d’agent à nature verbale, marque le prolongement circonstancié de la prédication principale. Analogue à la relation syntaxique entre les segments nos 4 et 3, le segment n° 6, on the outskirts of the crowd, complément circonstanciel de lieu, s’enchâsse dans le segment n° 5. Les segments nos 5 et 6 évoquent les circonstances physiques qui encadrent l’accomplissement du procès. La polysémie du verbe discern (ce verbe évoque un acte de perception physique ainsi qu’une action de séparation) permet d’embrayer sur le prolongement de la prédication secondaire à l’intérieur du segment n° 7, proposition subordonnée relative émanant directement du segment n° 5. Le terme thoughts indique le véritable aboutissement de l’action de cette phrase : il produit une sorte de détente grammaticale et syntaxique qui connote l’apaisement momentané que ressent l’héroïne.

12Dans une perspective comparée, la phrase de Forgues se compose d’éléments présents dans les trois premières phrases du chapitre III de l’original. En modifiant le texte source, ce traducteur semble avoir privé l’héroïne de Hawthorne de l’évocation circonstanciée d’une phase évolutive significative dans sa vie intérieure. Le rythme intraphrastique est entièrement bouleversé. L’ordonnancement lexical soigné de l’original disparaît dans l’hypertexte au profit d’un amoncellement de compléments et de propositions subordonnées de nature disparate. La mise en relief produite par Hawthorne grâce à l’inversion complément circonstanciel – sujet – verbe donne lieu chez Forgues à une autre inversion, complément circonstanciel – verbe – sujet, qui, elle, produit un effet similaire pour signaler que le personnage de Roger Chillingworth est le focus (Vautherin, 1991 : 38) de la phrase : l’antonomase, un homme blanc, en forme le groupe sujet.

13La comparaison des compléments circonstanciels adjoints aux premiers rangs de la foule et on the outskirts of the crowd révèle un autre revirement. Forgues déplace Roger Chillingworth de l’extrême limite du rassemblement jusqu’au devant de la foule. En effet, au champ de vision d’un narrateur décrivant la scène à partir de la perspective de Hester Prynne, ce traducteur substitue celui d’un narrateur qui situe Roger Chillingworth en position centrale dans la diégèse. L’illustration ci-dessous, ornant la première page d’une édition parallèle de cette traduction, montre clairement, en bas de l’échafaud, un amérindien et, à côté de lui, un homme pouvant être Chillingworth.

chasseurchasseurs Peaux-RougesIndianred mensavageThe Leatherstocking Tales

14Forgues semble reproduire pour ses lecteurs leur perception culturelle du stéréotype social du Limier-Suiveur de pistes du prairie novel 2 ainsi que celui du Justicier-Vengeur du roman-feuilleton. Comme dans Le Comte de Monte-Cristo (1844-1845) d’Alexandre Dumas, la « Victime est son propre Vengeur » (Vareille, 1994 : 77). Afin de plonger ses lecteurs au cœur de l’action menée par Chillingworth, Forgues ajoute dans son texte une isotopie sémantique typographique comprenant trente-trois énoncés en lettres italiques dont le rôle macrostructural se fait l’écho du leitmotiv de Wagner, procédé musical datant précisément du milieu du xixe siècle. Les termes constitutifs de cette isotopie peuvent être qualifiés d’« embrayeurs/relais qui posent une énigme et rendent indispensable sa résolution bien que la différant » (Vareille, 1986 : 34) tout au long de la première moitié du texte. Si le premier terme de ce réseau, maillot, évoque Pearl directement, et le dernier, Lettre Rouge, Hester Prynne indirectement, le regroupement de tous ces indices typographiques permet de percevoir une association oblique entre l’emploi de l’italique et le personnage de Arthur Dimmesdale. Bien que le coupable soit identifié avant la fin de la « PREMIÈRE PARTIE », cette isotopie sémantique typographique continue à fonctionner jusqu’au dernier chapitre de La Lettre rouge –A–, chapitre où justice est rendue. Le récit de la chasse diabolique et de la soif de vengeance du Chillingworth de Forgues – personnage encore plus effrayant que son doppelgänger chez Hawthorne – éloigne donc Hester Prynne du centre de l’action narrée dans cet univers masculin.

La transformation de la description de l’évolution psychologique de Hester Prynne

15Dans The Scarlet Letter, l’un des examens les plus approfondis de la vie intérieure de Hester Prynne se trouve au chapitre XIII. Ce chapitre compte douze paragraphes. La description de son évolution psychologique pendant sept ans comprend deux phases : sa déconstruction progressive (paragraphes 1 à 10) et sa reconstruction (paragraphes 11 et 12). À force de porter la lettre écarlate sur son sein, Hester subit l’érosion de sa fibre morale et en vient même à envisager de se suicider (Bercovitch, 1991 : 581). Hawthorne propose un paragraphe de huit mots (le dixième) pour commenter l’issue non fatale de ce processus destructeur : « The scarlet letter had not done its office ». Devant l’affaissement moral de Arthur Dimmesdale, elle décide de prévenir son mari de son intention de rompre sa promesse de ne pas divulguer sa véritable identité. Elle veut mettre le pasteur en garde contre son bourreau.

16Examinons comment Hester, lors de cette seconde phase, prend la douloureuse décision de se reconstruire. Regardons donc les deux derniers paragraphes du chapitre XIII dans l’original et les passages s’y rapportant dans cette traduction, le dernier paragraphe du chapitre XI, ainsi que le paragraphe initial et la première phrase du second paragraphe du chapitre XII. (Sont énumérées entre crochets dans chaque texte les étapes de la description de l’évolution psychologique de Hester Prynne.)

 [1] Now, however, her interview with the Reverend Mr. Dimmesdale, on the night of his vigil, had given her a new theme of reflection, [2] and held up to her an object that appeared worthy of any exertion and sacrifice for its attainment. [3] She had witnessed the intense misery beneath which the minister struggled, or, to speak more accurately, had ceased to struggle. [4] She saw that he stood on the verge of lunacy, if he had not already stepped across it. [5] It was impossible to doubt, that, whatever painful efficacy there might be in the secret sting of remorse, a deadlier venom had been infused into it by the hand that proffered relief. [6] A secret enemy had been continually by his side, under the semblance of a friend and helper, and had availed himself of the opportunities thus afforded for tampering with the delicate springs of Mr. Dimmesdale’s nature. [7] Hester could not but ask herself, whether there had not originally been a defect of truth, courage, and loyalty, on her own part, in allowing the minister to be thrown into a position where so much evil was to be foreboded, and nothing auspicious to be hoped. [8] Her only justification lay in the fact, that she had been able to discern no method of rescuing him from a blacker ruin than had overwhelmed herself, except by acquiescing in Roger Chillingworth’s scheme of disguise. [9] Under that impulse, she had made her choice, and had chosen, as it now appeared, the more wretched alternative of the two. [10] She determined to redeem her error, so far as it might yet be possible. [11] Strengthened by years of hard and solemn trial, she felt herself no longer so inadequate to cope with Roger Chillingworth as on that night, abased by sin, and half maddened by the ignominy that was still new, when they had talked together in the prison-chamber. She had climbed her way, since then, to a higher point. The old man, on the other hand, had brought himself nearer to her level, or perhaps below it, by the revenge which he had stooped for.

[12] In fine, Hester Prynne resolved to meet her former husband, and do what might be in her power for the rescue of the victim on whom he had so evidently set his gripe. The occasion was not long to seek. One afternoon, walking with Pearl in a retired part of the peninsula, she beheld the old physician, with a basket on one arm, and a staff in the other hand, stooping along the ground, in quest of roots and herbs to concoct his medicines withal.

[1] À ces angoisses, nous l’avons déjà laissé pressentir, venaient se joindre celles dont M. Dimmesdale était le sujet. Hester le voyait en passe de perdre tout à fait la raison. [2] Elle en accusait, au fond de son cœur, les terribles obsessions de Chillingworth ; [3] et, par contre-coup, elle s’en accusait elle-même ; car, en gardant le silence, comme elle l’avait juré à son mari, elle lui avait donné des armes terribles contre l’infortuné dont il pensait avoir à se venger. [4] Maintenant, ce serment fatal, devait-elle le regarder comme sacré pour elle ? [5] N’avait-elle aucun moyen de combattre la sinistre influence du vieux docteur ? [6] Autrefois, la pensée d’une semblable lutte l’aurait infailliblement terrifiée. [7] Mais de longs malheurs et des réflexions sans nombre l’avaient armée d’une force qu’elle ne méconnaissait point, et elle ne se sentait pas, vis-à-vis de Roger Chillingworth, aussi mal défendue qu’elle l’avait été, [8] la nuit fatale où, dans sa prison, à demi morte de honte, presque folle, éperdue, elle s’était laissé arracher la promesse qui la liguait avec lui, sans qu’elle s’en doutât, pour la perte du [9] malheureux qu’elle aimait encore.

[chapitre suivant]

[10] Hester ne demandait qu’une rencontre favorable pour s’expliquer enfin avec Roger Chillingworth. [11] Une après-midi qu’elle se promenait avec la petite Pearl dans un des endroits les moins fréquentés de la baie, elle aperçut le vieux médecin qui, tenant au bras un panier, et s’appuyant sur un bâton, marchait péniblement, courbé vers le sol, en quête de simples et de plantes médicinales.

 À l’instant même son parti fut pris.

The Scarlet Letter, p. 184-185.

La Lettre rouge –A–, p. 151-153.

17Nous remarquons d’emblée que ne s’achèvent pas au même endroit le chapitre XIII de The Scarlet Letter et le chapitre XI de La Lettre rouge –A–. Forgues reporte au début du chapitre suivant le contenu du dernier paragraphe du chapitre XIII dans l’original. Il s’agit d’une transition entre deux épisodes marquants, contigus sur le plan logique, mais disjoints en ce qui concerne la disposition des scènes : l’évocation du raisonnement de Hester et la mise en œuvre de son projet.

18Depuis le jour où, sept ans plus tôt, Hester avait promis à son mari de ne pas le reconnaître publiquement (cette scène se situe à la fin du chapitre IV dans les deux textes), elle est devenue plus forte psychologiquement. Dans The Scarlet Letter, cette évolution comprend douze étapes : (1) à la suite de sa rencontre avec Arthur Dimmesdale, Hester s’est mise à réfléchir sur un nouveau thème ; (2) ses réflexions la conduisent à se fixer un but digne de tous les sacrifices ; (3) elle a été témoin des atroces supplices subis par le jeune pasteur ; (4) elle a compris qu’il était au bord de la folie ; (5) bien que l’ecclésiastique soit la proie des remords, elle est certaine que celui qui lui a prêté secours a, en réalité, exacerbé ses souffrances ; (6) apparaissant sous les traits d’un ami, un ennemi insoupçonné s’était glissé aux côtés du pasteur pour le tourmenter ; (7) elle s’interroge sur son manque de sincérité, de courage et de loyauté lorsqu’elle avait laissé Arthur Dimmesdale se mettre dans une situation aussi périlleuse ; (8) pour se justifier, elle admet avoir acquiescé à la demande de Roger Chillingworth parce qu’elle croyait que c’était le meilleur moyen de sauver l’ecclésiastique ; (9) cet acquiescement à la volonté de Roger Chillingworth l’a conduite à faire le mauvais choix ; (10) elle se décide à corriger son erreur ; (11) rendue plus forte par de dures épreuves, Hester se croit désormais capable d’affronter Roger Chillingworth alors que ce dernier, en quête de vengeance, n’a fait que s’abaisser ; et (12) elle se résout donc à rencontrer son ancien mari dans le but de tout mettre en œuvre pour sauver la victime sur laquelle il avait jeté son dévolu.

19Dans La Lettre rouge –A–, l’évolution de Hester comporte onze étapes : (1) sujette à l’angoisse, elle remarque que Arthur Dimmesdale est sur le point de « perdre la raison » ; (2) elle tient son mari pour responsable de l’état du jeune pasteur ; (3) elle reconnaît, par la suite, sa part de responsabilité dans l’affaissement de ce dernier puisqu’en « gardant le silence », elle avait concédé à son mari « des armes terribles » pour se venger de l’amant de sa femme ; (4) elle se demande si elle doit, oui ou non, rompre sa promesse ; (5) elle tente d’envisager d’autres « moyens de combattre » Roger Chillingworth ; (6) elle reconnaît qu’elle n’aurait pu, par le passé, envisager cette « lutte » ; (7) elle est désormais assez forte pour l’affronter ; (8) elle rappelle les circonstances exceptionnelles dans lesquelles Roger Chillingworth l’avait contrainte au silence ; (9) elle avoue clairement son amour pour Arthur Dimmesdale ; (10) elle attend une occasion pour aborder auprès de son mari le sujet de sa promesse ; et (11) en voyant ce dernier un après-midi lors d’une promenade avec sa fille, Hester prend la décision, sur-le-champ, d’« accoster le docteur ».

20D’un point de vue contrastif, la progression graduelle en douze étapes construite sur un raisonnement logique incrémentiel qui caractérise l’évolution psychologique de Hester dans l’original se transforme dans cette traduction en une remise en question fondée sur une prise de conscience (les trois premières phrases du dernier paragraphe du chapitre XI [p. 151]), des interrogations (au cœur du dernier paragraphe du chapitre XI se trouvent deux phrases interrogatives directes [p. 151-152] alors que dans l’original, au centre de l’avant-dernier paragraphe du chapitre XIII, figure une phrase interrogative indirecte : « Hester could not but ask herself… » [p. 185]), et une revitalisation (les deux dernières phrases du dernier paragraphe du chapitre XI). Au lieu de décrire d’une manière précise chacune de ces douze étapes comme le fait le narrateur de The Scarlet Letter, son homologue dans La Lettre rouge –A– abrège le texte : « Mais de longs malheurs et des réflexions sans nombre l’avaient armée d’une force qu’elle ne méconnaissait point » (p. 152). Le terme réflexions se substitue ainsi à la substance du raisonnement de Hester.

21À l’issue de la onzième étape de l’évolution psychologique de Hester Prynne dans cette traduction, « son parti fut pris » (p. 153). Bien qu’elle se détermine à démasquer l’adversaire insoupçonné de l’infortuné pasteur, elle est résignée. Elle accepte raisonnablement ce qu’elle ne peut éviter ni changer. Hester demeure la victime de l’implacable volonté d’un mari qui avait usé de son extrême vulnérabilité à la suite de sa mise au pilori et très peu de temps après la naissance de l’enfant adultérin en lui arrachant la « promesse qui la liguait avec lui » (p. 152). Cette promesse faite sous la contrainte peut donc être rompue. En revanche, lorsque nous examinons les étapes 8 à 10 dans l’original, nous apprenons que l’héroïne de Hawthorne manque sciemment à sa promesse parce qu’elle prend conscience d’une erreur de raisonnement commise pour protéger Arthur Dimmesdale. Hester est sujette à un conflit entre les raisons du cœur et les revendications des institutions (Bercovitch, 1991 : 581). Si elle tient sa parole, Arthur Dimmesdale restera fatalement sous l’emprise de Roger Chillingworth. Si elle dénonce ce dernier, elle manquera à un engagement moral. Dans La Lettre rouge –A–, Hester n’est pas enfermée dans ce dilemme car elle demeure une femme amoureuse qui légitime sa conduite en reconnaissant la malhonnêteté de son mari. Consciente des desseins de ce dernier sur le jeune pasteur, elle se libère du joug de sa promesse pour sauver le « malheureux qu’elle aimait encore » (la dernière ligne du chapitre XI, p. 152). Cet amour n’est pas explicité dans l’original.

22Chez Forgues, Hester se croit « folle » (p. 151). À cause de toutes ses « angoisses » (p. 151) elle touche le fond du désespoir. Néanmoins, elle redécouvre en elle-même une « force » connue (p. 152). Grâce à cette force, elle rebondit et recherche une « rencontre favorable pour s’expliquer enfin avec Roger Chillingworth » (p. 153). Elle parvient ainsi à se justifier auprès de son mari et à prouver son innocence en démontrant qu’elle avait, contre son gré et sans autre alternative, passé avec ce dernier un accord néfaste. En revanche, l’héroïne de The Scarlet Letter se décide à intervenir auprès de son mari en faveur du père de Pearl conséquemment à un complexe processus psychologique qui la conduit à sacrifier sa parole. La comparaison entre le traitement de la reconstruction psychologique de ce personnage fait apparaître une différence fondamentale entre les deux textes : alors que l’héroïne de The Scarlet Letter se relève grâce à son raisonnement, celle qui porte la lettre rouge reste déchue car elle se trouve privée de son libre arbitre.

La posture ou l’imposture du traducteur

23Sur le plan historique, en 1850 les États-Unis sont aux prises avec certaines pratiques des mormons, telle la polygamie, et le fardeau de la moralité sexuelle des puritains se montre de plus en plus pesant. Outre les éminentes qualités littéraires de The Scarlet Letter, le peuple américain, et surtout les protestants du Nord, reçoivent cet ouvrage comme un plaidoyer pour la tolérance et la modération des pratiques religieuses. La France de 1853, quant à elle, demeure sous l’emprise partielle de l’Église catholique 3. Cette société patriarcale perpétuant la tradition catholique n’est guère favorable à l’épanouissement des femmes qui ne jouissent pas de la plénitude des droits civils. Si elles ont un rôle important dans la sphère privée, leur rôle dans la sphère publique est très limité. Le contexte culturel du texte source diffère donc considérablement de celui du texte cible. Tandis que l’original constitue une fresque dépeignant l’âme féminine opprimée à une période où l’intolérance religieuse règne dans la colonie puritaine de la baie du Massachusetts, la traduction de Forgues, elle, se définit comme une œuvre populaire en deux actes à l’époque de la naissance du Nouveau Monde mettant en scène un personnage masculin central.

24Selon Émile Montégut, l’un des collègues de Forgues à la Revue des Deux Mondes, The Scarlet Letter n’est pas réussi en tant que roman pour plusieurs raisons : (1) il lui manque une unité certaine, l’œuvre ne constitue pas un « petit monde en miniature » ; (2) il n’y a pas assez de « mouvement » ; (3) le drame demeure « invisible » ; et (4) le « livre [est] tout à fait noir » (Montégut, 1860 : 687-688). Si Forgues n’a pas ôté du texte son caractère « noir », il a augmenté la vitesse du déroulement de l’action en modifiant aussi bien la structure que le contenu de l’original. En extériorisant le drame dans La Lettre rouge –A–, Forgues y renforce le « mouvement », les « aventures », les « faits passionnés » et les actes perceptibles.

Conclusion

25La Lettre rouge –A– est plus qu’une simple traduction de The Scarlet Letter. Cette œuvre de Forgues constitue une adaptation dans laquelle la part de l’auteur du texte cible demeure aussi importante que celle de l’auteur du texte source. Dans une perspective intertextuelle synchronique, l’horizon d’attente des récepteurs de La Lettre rouge –A– dépendait aussi bien de la réputation de Forgues que de leurs connaissances en matière de littérateurs américains dont les principaux représentants au milieu du xixe siècle étaient J. F. Cooper et Washington Irving (Montégut, 1849 : 325), sans oublier E. A. Poe, l’auteur préféré de ce traducteur (Forgues, 1846 : 342). Pour le récepteur averti, Roger Chillingworth apparaît comme un « Renard Subtil » encore plus diabolique s’adonnant à une « chasse aux pensées » infernale au péril de la vie d’Arthur Dimmesdale.

26Dans le cadre du triangle autodestructeur, mari, femme, amant, au stéréotype social de l’histoire de la femme adultère, Forgues substitue celui de la quête du mari trompé. Hester Prynne semble donc doublement déchue : conséquemment à son adultère, elle n’est plus en état de grâce aux yeux des colons puritains, et, à la suite de la refonte complète de l’original, elle est reléguée au second plan devant Roger Chillingworth. Ce dernier, Scientifique, Sorcier, Justicier et Vengeur, s’obstine à démasquer puis à punir Arthur Dimmesdale, l’auteur d’un crime inavouable. Forgues maintient l’héroïne de Hawthorne dans le rôle de la victime. Ce personnage est privé de l’évolution psychologique qui le caractérise dans l’original et l’explicitation de son amour défendu pour son pasteur renforce la légitimité de l’action de son mari. Forgues a présenté au public cible un texte illustrant les codes en usage à son époque et les idéologies dominantes en France, tout autant que ses propres goûts en matière d’arts musical, théâtral et littéraire. Le nombre des rééditions et réimpressions de sa traduction entre 1853 et 1873 témoigne du succès rencontré auprès du public de la deuxième moitié du xixe siècle par cette version ainsi masculinisée du texte de Hawthorne.

Haut de page

Bibliographie

Texte de The Scarlet Letter

Hawthorne, Nathaniel, 1850, The Scarlet Letter, a Romance, Boston, Ticknor, Reed & Fields ; 1962, The Centenary Edition of the Works of Nathaniel Hawthorne, Charvat, William (ed.), Ohio, Ohio State University Press in The Scarlet Letter and Selected Tales, Londres, Penguin, 1986 [1970].

Traductions françaises de The Scarlet Letter (par ordre chronologique)

1853, La Lettre rouge –A–, trad. Old Nick (pseudonyme de Paul-Émile Daurand Forgues), Paris, Gonet.

1853, La Lettre rouge –A–, trad. P.-É. D. Forgues, Paris, Gonet, Marescq, Collection « Le Magasin des romans inédits et illustrés ».

1865, La Lettre rouge, trad. P.-É. D. Forgues, Paris, Hachette.

1945, La Lettre écarlate, trad. M. Canavaggia, Paris, La Nouvelle édition.

1945, La Lettre écarlate, trad. H. Langon, Bruxelles, Le Carrefour.

1946, La Lettre écarlate, trad. L. Perrin, Paris, Confluences.

1949, La Lettre écarlate, trad. P. Leyris, Paris, Les Compagnons du livre.

1955, La Lettre écarlate, trad. C. Cestre, Paris, Les Belles Lettres.

1958, La Lettre écarlate, trad. L. Molitor, Verviers, Gérard.

Œuvres littéraires citées

Cooper, James Fenimore, 1823-1841, The Leatherstocking Tales ; 1994, The Last of the Mohicans, Londres, Penguin.

—, 1839-1854, Œuvres de J. F. Cooper, trad. Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Paris, Furne, C. Gosselin.

Ouvrages de référence

Bercovitch, Sacvan, 1991, « The A-Politics of Ambiguity in The Scarlet Letter », p. 1-31, in The Office of The Scarlet Letter, Baltimore, Johns Hopkins University Press, in Nathaniel Hawthorne The Scarlet Letter and Other Writings, Leland Person (éd.), 2005, New York, Norton, p. 576-597.

Forgues, Paul-Émile Daurand, 15 octobre 1846, « Études sur le roman anglais et américain. Les contes d’Edgar A. Poe », Revue des Deux Mondes, Paris, Bureau de la Revue des Deux Mondes, p. 341-366.

—, 15 avril 1852, « Poètes et romanciers américains. NathanielHawthorne », Revue des Deux Mondes, Paris, Bureau de la Revue des Deux Mondes, p. 337-365.

Kovacs, Andrew, juillet 2006, Stylistique comparée et limites de la traduction : caractérisation et variations génériques dans les traductions françaises de The Scarlet Letter, Thèse pour le Doctorat ès Lettres, Toulouse, Université Toulouse 2.

Le Goffic, Pierre, 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette Supérieur.

Montégut, Émile, 1er octobre 1849, « De la littérature en Europe et en Amérique. Œuvres de Henri [sic] Wadsworth Longfellow », in Revue des Deux Mondes, Paris, Bureau de la Revue des Deux Mondes, p. 316-333.

—, 1er août 1860, « Un romancier pessimiste en Amérique. Nathaniel Hawthorne », Revue des Deux Mondes, Paris, Bureau de la Revue des Deux Mondes, p. 668-703.

Pinvert, Lucien, 1915, Un ami de Stendhal, le critique E. D. Forgues (1813-1883), Paris, H. Leclerc.

Valero-Garcés, Carmen, 1994, « A methodological proposal for the assessment of translated literary works: a case study, The Scarlet Letter by N. Hawthorne into Spanish », Babel, vol. 40, n° 2, p. 77-102.

Vareille, Jean-Claude, 1986, « Préhistoire du roman policier », Romantisme, Revue de la Société des Études romantiques, n° 53.

—, 1994, « L’Exclusion, la compensation et le pardon », in Constans, Ellen, et Vareille, Jean-Claude (éds), Crime et Châtiment dans le roman populaire de langue française du XIXe siècle, Limoges, PUL, Actes du colloque international de mai 1992 à Limoges, p. 61-82.

Vautherin, Béatrice, 1991, « Les structures avec inversion dans Women in Love de D. H. Lawrence et sa traduction française », Palimpsestes 5, la Garenne-Colombes, Éditions de l’Espace Européen, p. 37-49.

Haut de page

Notes

1 . La référence bibliographique de l’édition princeps de chaque traduction française de The Scarlet Letter se trouve à la fin de cette étude.

2 . Ce genre date des années 1820 à 1840.

3 . À titre d’exemple, lorsque Hawthorne emploie le mot Papist (p. 83) pour désigner de façon péjorative un membre de l’Église catholique, Forgues n’hésite pas à ajouter dans son texte une brève note en bas de page pour préciser qu’il s’agit d’un « anathème d’un écrivain protestant » (p. 126).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://palimpsestes.revues.org/docannexe/image/186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrew Kovacs, « La chute de Hester Prynne ou le passage du féminin au masculin : comment l’héroïne de The Scarlet Letter devient personnage secondaire dans La Lettre rouge –A– », Palimpsestes, 22 | 2009, 43-60.

Référence électronique

Andrew Kovacs, « La chute de Hester Prynne ou le passage du féminin au masculin : comment l’héroïne de The Scarlet Letter devient personnage secondaire dans La Lettre rouge –A– », Palimpsestes [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/186 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.186

Haut de page

Auteur

Andrew Kovacs

D’origine canadienne, Andrew Kovacs est chercheur associé indépendant à Advantage Engineering Inc., Canada, et membre de l’Institut de Recherche IRPALL à l’université de Toulouse 2. Entre 1993 et 1997, il a dispensé des cours d’anglais au lycée Pierre de Fermat et à l’université de Toulouse 1. Entre 1994 et 2003, il a rempli les fonctions d’enseignant et de responsable adjoint du Programme d’Enseignement de la Traduction et de la Synthèse Analytique au Département d’anglais à l’université de Toulouse 2. En 1999, il a créé un ensemble de cours dits d’« anglais scientifique » à l’École doctorale LLC (ÉD 328). Sa thèse de doctorat porte sur plusieurs zones de résistance à la traduction (anglais-français). Un transfert des technologies entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée a été réalisé au sein de l’Incubateur Midi-Pyrénées où il a été porteur de projet entre 2005 et 2007. En 2005, il a été Lauréat du Concours National d’Aide à la Création d’Entreprises de Technologies Innovantes du Ministère de la Recherche. Grâce à plusieurs subventions accordées par OSEO Innovation et par la région Midi-Pyrénées, il a pu financer le développement du prototype de Transtyler, logiciel de correction stylistique et syntaxique. En collaboration avec Advantage Engineering Inc., il travaille actuellement sur la rédaction d’un brevet USPTO ayant trait à une nouvelle méthode de modélisation linguistique. Par la suite, sera mise en ligne une base de données linguistiques créée en 2002 portant sur l’étude exhaustive de la traduction en français de l’adjectif composé anglais dans l’ensemble des traductions françaises de The Scarlet Letter. Le site Web « KovacsCorpus.com » viendra ainsi complémenter un article à paraître prochainement dans la revue Champs du signe.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org