Navigation – Plan du site
Femmes, (auto-)traductrices et féministes

Écrire entre les langues : traduction et genre chez Nancy Huston

Jane Elisabeth Wilhelm
p. 205-224

Résumés

L’entre-deux langues de l’auto-traduction, chez Nancy Huston, vient subvertir les rapports hiérarchiques entre l’original et la traduction, ou l’opposition entre langue maternelle et langue étrangère, nous invitant à nous interroger sur nos pratiques et nos représentations de la traduction ou de l’écriture. Nous cherchons ainsi à comprendre dans quelle mesure l’écriture entre le français et l’anglais de Nancy Huston remet en question non seulement les catégories traditionnelles de la traduction, mais également le genre comme construction sociale. L’histoire de la traduction est traversée par des métaphores sexistes ou de nature sexuelle, telles que « les belles infidèles », reflétant le rôle inférieur de la traduction associé au féminin, par rapport à l’original identifié au masculin. Aussi la question de l’infidélité, illustrée par l’adage traduttore traditore, se trouve-t-elle être réfutée par Nancy Huston, à la fois dans sa pratique de l’auto-traduction et dans un texte intitulé « Traduttore non è traditore », publié dans le recueil collectif Pour une littérature-monde. Elle revient, dans ses écrits, sur le thème de la maternité et la dichotomie homme-esprit/femme-corps. On retrouve une certaine anxiété tenant au rapport à la langue maternelle et au corps dans sa fiction, de même qu’une interrogation portant sur le masque et les identités multiples. L’exil, ce « sentiment d’être dedans/dehors », pour Nancy Huston, ouvre sur la question de l’identité personnelle et des identités multiples (linguistique, sexuelle, nationale ou politique), si bien que l’identité des auteurs et des traducteurs peut également s’entremêler et se confondre. En quête de sens, auteurs et lecteurs se trouvent engagés dans un travail infini de traduction, de sorte que c’est toute l’expérience humaine qui s’inscrirait dans les termes d’un paradigme de la traduction.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La langue, pour Nancy Huston, comme pour d’autres femmes écrivant ou traduisant dans un contexte culturel au sein duquel elles se sentent étrangères, apparaît comme le lieu privilégié d’une invention de soi et d’une négociation des relations de pouvoir entre les sexes. Aussi l’essai autobiographique Journal de la création, dans lequel elle revisite la vie de couples d’artistes célèbres et certains mythes, parmi lesquels celui de Pygmalion, est-il une réflexion performative sur les conditions de possibilité d’un rapport féminin à l’écriture. Par ailleurs, l’expérimentation linguistique de l’auto-traduction dans les deux sens, chez Nancy Huston, vient subvertir les rapports de dépendance hiérarchique entre l’original et la traduction, ou l’opposition entre langue maternelle et étrangère, nous invitant ainsi à nous interroger sur nos pratiques et nos représentations de l’écriture et de la traduction.

2Nous chercherons à comprendre ici dans quelle mesure l’écriture entre le français et l’anglais de Nancy Huston remet en question non seulement les catégories traditionnelles de la traduction, celle-ci étant d’ordinaire subordonnée au principe d’originalité, mais également le genre comme construction sociale. La traduction, comme nous le savons, a le plus souvent été confinée à un rôle inférieur ou ancillaire, associé au féminin, par rapport à l’original, où l’autorité de l’écrivain est traditionnellement identifiée au principe masculin. Au cours de l’histoire, nombre de femmes écrivains, ne pouvant faire valoir leurs compétences et affirmer leur autorité de créatrices, se livrèrent alors à une activité de traduction.

3Sherry Simon, dans Gender in Translation,observe que l’histoire de la traduction est traversée par des métaphores sexistes (ou de nature sexuelle) pour décrire la traduction, et ceci jusqu’à la description de l’acte du traduire que fait George Steiner dans After Babel (Simon, 1996 : 9-10). Ainsi donc l’expression « les belles infidèles », attribuée au grammairien français Gilles Ménage (1630-1692), laisse-t-elle entendre que les traductions, comme les femmes, sont soit belles soit fidèles. La fortune exceptionnelle de l’expression, comme l’a souligné Lori Chamberlain, illustre la complicité culturelle existant entre la question de la fidélité en traduction et le mariage : « For les belles infidèles, fidelity is defined by an implicit contract between translation (as woman) and original (as husband, father, or author) » (Chamberlain, 2004 [2000] : 307, en italique dans le texte). L’enjeu véritable derrière ces questions apparemment d’ordre esthétique, représentées en termes de sexe, de famille ou d’État, serait la question des rapports de pouvoir instaurés selon le genre :

The coding of production and reproduction marks the former as a more valuable activity by reference to the division of labor established for the marketplace, which privileges male activity and pays accordingly. The transformation of translation from a reproductive activity into a productive one, from a secondary work into an original work, indicates the coding of translation rights as property rights – signs of riches, signs of power. I would further argue that the reason translation is so overcoded, so overregulated, is that it threatens to erase the difference between production and reproduction which is essential to the establishment of power. (Ibid. : 314)

4Les métaphores de la traduction, pour Lori Chamberlain, reflètent des questions plus profondes dans la culture occidentale, en particulier une certaine anxiété concernant le fait d’établir et de consolider des frontières. On se souvient, à ce propos, de la polémique déclenchée en 1993 par l’attribution du Prix du Gouverneur Général du Canada à Nancy Huston pour l’auto-traduction Cantiques des plaines dans la catégorie « Romans et nouvelles ». Cinq éditeurs montréalais intervinrent auprès du Conseil des Arts du Canada pour demander l’annulation de la décision du jury en raison de la nature du texte, relevant uniquement, à leurs yeux, de la catégorie « traductions ». En réponse aux accusations d’« Albertaine défroquée », d’« anomalie territoriale » ou d’« Anglaise récalcitrante » ayant « renié sa langue maternelle pour épouser le français », Nancy Huston a présenté l’auto-traduction de son roman comme une réécriture ou une re-création (Huston, 1995 : 264, et Klein-Lataud, 1996 : 216 et 222).

5La traductrice Susanne de Lotbinière-Harwood reprend l’expression des « belles infidèles » dans Re-belle et infidèle ou The Body Bilingual pour décrire la position subversive qu’elle adopte en traduisant au féminin et en se « faisant sujet-femme de l’activité traduisante » car, nous dit-elle, « face au langage, la femme se trouve au même niveau d’infériorité, voire d’illégitimité, que la traduction face à l’œuvre d’origine ». Elle « s’insurge également contre la passivité et la subordination du corps traduisant, postures assignées aux traductions comme aux femmes » (de Lotbinière-Harwood, 1991 : 21-22). Les « re-belles » contemporaines seraient alors infidèles, non pas à l’œuvre d’origine, comme ce fut le cas au xviie siècle, mais à la loi du langage patriarcal et à ses interdits. Le féminisme conduirait, selon elle, à la pratique de la traduction comme « prise de parole politique » et à sa reconnaissance en tant qu’activité créatrice, une pratique qui ne serait pas alors entièrement soumise à l’œuvre d’origine ou à son auteur. À l’instar de Lori Chamberlain, la traductrice affirme qu’« on touche ici aux rapports de force entre la production et la re-production » (ibid. : 22). Pour sa part, Rada Iveković, analysant les liens entre la traduction, le langage, le corps et le pouvoir, suggère que la traduction « serait alors une résistance vitale (par l’expression critique différentielle des différences) aux lignes hégémoniques d’imposition du sens (d’un sens), de même que le véhicule possible d’un pouvoir » (Iveković, 2002 : 121, en italique dans le texte).

6Avant d’examiner plus à fond la question de l’auto-traduction chez Nancy Huston en rapport avec la question du genre, il importe encore de rappeler ici que cette dernière a adhéré à la cause du Mouvement de libération des femmes (MLF) en France et participé à la création de la revue Sorcières. Elle s’est engagée ainsi concrètement dans le mouvement des femmes et a écrit ses premiers textes pour des journaux de femmes. Après avoir passé beaucoup de temps à lire Marx et Althusser, explique-t-elle dans un entretien accordé à la revue Lire en mars 2001, « c’est le mouvement des femmes qui m’a ramenée à l’écriture » (Huston dans Argand, 2001 : 33). Elle fut aussi l’amie d’Annie Leclerc, auteure du célèbre Parole de femme,décédée à l’automne 2006, et à qui elle rend hommage dans son ouvrage Passions d’Annie Leclerc. En 1986, après avoir publié notamment Mosaïque de la pornographie et À l’amour comme à la guerre, Nancy Huston signe un article intitulé « Le féminisme face aux valeurs éternelles » dans la revue La vie en rose. Analysant, selon ses propres mots, « la déconfiture actuelle du féminisme en France », né selon elle du gauchisme post 1968 et non pas du mouvement pour les droits civiques, comme aux États-Unis, elle appelle alors les femmes à remettre en cause « certains de nos concepts, tels que front et ennemi, empruntés à des luttes masculines qui ont toujours exclu les femmes (et bon nombre d’hommes aussi) » (Huston, 1986b : 30, en italique dans le texte). Au regard de cet engagement de militante et d’une pensée féministe revendiquée ouvertement, la pratique de l’écriture romanesque et de l’auto-traduction, chez Nancy Huston, invite à une lecture dite « genrée »même si, comme elle le dit elle-même, il est très important, en particulier dans le domaine de la fiction, « de ne jamais être dans le militantisme lorsqu’on écrit » (Huston dans Argand, 2001 : 32).

Traduttore non è traditore

7Le mot fidélité, dans le contexte de la traduction, rappelle Lori Chamberlain, peut varier suivant le rôle qu’on lui assigne dans un contexte esthétique ou culturel plus vaste (Chamberlain, 2004 [2000] : 311). Aussi la question de l’infidélité, illustrée par l’adage traduttore traditore, se trouve-t-elle être réfutée par Nancy Huston, à la fois dans sa pratique de l’auto-traduction et dans un texte intitulé « Traduttore non è traditore », publié dans le recueil collectif Pour une littérature-monde, rassemblant les écrits de nombreux écrivains, parmi lesquels Tahar Ben Jelloun, Maryse Condé, Édouard Glissant, Dany Laferrière, Jean Rouaud ou Wajdi Mouawad (Huston, 2007 : 151-160). Dans cet essai où elle renverse les termes, la traduction n’ayant plus le second rôle dans la mesure où elle est révélatrice de vérité, elle fait sienne l’idée exprimée par la philosophie allemande que traduire n’est pas un simple transfert, mais l’inscription dans un autre rapport au monde ou une Weltanschauung. La tradition allemande, représentée par Heidegger ou Hans-Georg Gadamer, rappelle que la traduction est une autre compréhension ou interprétation du monde, et qu’elle est ainsi « vérité », « dévoilement ». La langue allemande ne contiendrait pas le rapport entre traduction et trahison (Verrat) suggéré par l’italien et illustré dans la célèbre formule traduttore traditore (Cassin [éd.], 2004 : 1317). C’est pourquoi Nancy Huston écrit dans Nord perdu : « Le problème, voyez-vous, c’est que les langues ne sont pas seulement des langues ; ce sont aussi des world views, c’est-à-dire des façons de voir et de comprendre le monde. Il y a de l’intraduisible là-dedans… » (Huston, 1999 : 51, en italique dans le texte). Dans le double de l’auto-traduction, elle écrit : « The problem, of course, is that languages are not only languages. They are worldviews – and therefore, to a great extent, untranslatable… » (Huston, 2003 : 66-67).

8Ainsi « trahir » est-il une adaptation du latin tradere, qui signifie « transmettre, livrer », et en français, le verbe signifie également « révéler » (Cassin [éd.], 2004 : 1317). L’écrivain, nous dit Nancy Huston, « écrit pour agrandir le monde, pour en repousser les frontières. Il écrit pour que le monde soit doublé, aéré, irrigué, interrogé, illuminé par un autre monde, et qu’il en devienne habitable. Ce faisant, l’écrivaintraduit. Ce n’est jamais chose facile. On fait ce qu’on peut. » (Huston, 2007 : 153-154, en italique dans le texte). Dans cet essai, où elle se réfère à Samuel Beckett et à Romain Gary, elle raconte qu’une quinzaine d’années après ses premières publications en français, elle est revenue ponctuellement à l’anglais et, s’étant aperçue que cela lui permettait d’améliorer ses textes, elle s’est mise à pratiquer l’auto-traduction dans les deux sens. Elle évoque encore Romain Gary, divisé comme elle-même entre le français et l’anglais, dans l’entretien accordé à la revue Lire en mars 2001, où il est question en particulier de la fidélité en traduction : « Mais là où Gary faisait des versions différentes pour des publics différents, je tiens au contraire à ce que mon texte soit rigoureusement le même dans les deux langues. » (Huston dans Argand, 2001 : 32). En comparant les versions anglaise et française de Plainsong et Cantique des plaines, Christine Klein-Lataud constate, du reste, qu’elles « sont tout à fait parallèles ». Les deux romans, dit-elle, ne diffèrent que « par l’effet d’hétérogénéité des noms propres et des références », mais la différence la plus sensible serait celle des registres, le français relevant souvent d’un niveau familier ou argotique par rapport à l’anglais standard (Klein-Lataud, 1996 : 223-224). Dans « Traduttore non è traditore », Nancy Huston explique que son roman Instruments des ténèbres, publié en 1996, a été rédigé moitié en anglais moitié en français, faisant fi, comme elle le dit, des « étiquettes » et des prix littéraires :

Tant pis pour ceux qui ne lisent que la surface d’un roman et ne savent pas se laisser bousculer, envahir, occuper et transformer par lui. Ce n’est pas à eux que je m’adresse mais aux lecteurs vrais, que ce soit dans cette première traduction qu’est la v.o., dans la traduction subséquente d’une de mes langues vers l’autre, ou dans la traduction d’un tiers vers une autre langue encore, dont je ne puis contrôler les pertes et profits. Traduire, c’est ça qu’il faut : traduttore non è traditore, c’est même la seule façon de ne pas trahir, il n’y a que ça de vrai. Traduire, éternellement traduire. (Huston, 2007 : 157-158, en italique dans le texte)

9La version originale de Limbes/Limbo : un hommage à Samuel Beckett, qui n’a pas été publiée, illustre à l’extrême l’entre-deux langues de l’écriture de Nancy Huston (Wilhelm, 2006 : 73) . On trouve quelques allusions à la traduction du genre dans ce monologue, le masculin en français étant, comme chacun sait, le genre non marqué et pouvant, de ce fait, désigner indifféremment les hommes et les femmes. L’usage de la grammaire française, à l’image de la société, consacre le masculin et le pose comme principe universel, le féminin étant le genre marqué. En français, la marque au féminin est privative, le terme marqué étant affecté d’une limitation. Une lecture féministe ou « genrée » permet dès lors de montrer et d’articuler les réalités cachées dans ou par les mots, comme le suggère ici le narrateur ou la narratrice de Limbes/Limbo : « La langue est fasciste, elle oblige à dire. À dire par exemple quel sexe. (Oh !) Quel temps. (Sale !) Le présent, si vite passé. » Dans la version anglaise en miroir, l’auteure joue avec les mots et leur double sens : « Language is fascistic : it forces you to specify. What sex. (Oooh-la-la !) What tense. The present is very tense. » (Huston, 1998 : 34-35, en italique dans le texte). Cet exemple, illustrant un calembour dans chaque langue, nous incite à lire le double monologue en français et en anglais en parallèle. Limbes/Limbo présente également un exemple d’inclusion du féminin dans la version française. En anglais, nous trouvons :

Here we go again—on our high horse! Marching forth triumphantly, trumpets and drums, strumpets and bums, dazzling glory! All the king’s horses and all the king’s men, and so and and so forth, forever, amen.

La version française a une touche d’humour en rappelant la réalité et l’existence des femmes :

Et voilà, c’est reparti : monte sur tes grands chevaux ! Et en avant, taratata, marche triomphale, trompettes et tambours, tapettes et trimards, la gloire éclatante, aux grands hommes la patrie reconnaissante, sans oublier les petites femmes naturellement, et patati, et patata, et patate tout court, amen. (Ibid. : 34-35, en italique dans le texte)

10Comme dans sa pratique de l’auto-traduction, Nancy Huston se plaît à renverser les termes de différents rapports de pouvoir dans l’inégalité au niveau thématique : si la traduction se confond avec l’original (celle-ci étant « autorisée », à savoir admise à la qualité d’auteur), c’est l’écrivain qui traduit, dit-elle dans l’essai du recueil sur la littérature-monde. Elle fait également sienne, dans cet essai, l’idée de Marina Tsvétaïéva que toute écriture littéraire est une forme de traduction de la langue maternelle dans une autre, en citant une lettre de cette dernière à Rainer Maria Rilke datée du 6 juillet 1926 dans laquelle elle déclare qu’« aucune langue n’est maternelle » (Huston, 2007 : 151). Dans Journal de la création, Nancy Huston inverse en outre les termes du cogito, ergo sum (« je pense donc je suis ») de Descartes, qui ouvre la réflexion philosophique sur la question du sujet de la vérité ou de la connaissance. Le nombre de grandes artistes ou philosophes étant très restreint, elle affirme alors contre l’éviction des femmes des « lieux constitutifs de la Vérité », pour reprendre l’expression de Françoise Collin, à savoir la sphère du savoir et de la création : « Je suis (humaine), donc je pense. » (Collin, 1999 : 33 et Huston, 1990 : 178)

Création et procréation

11Si le mot genre renvoie à la composante culturelle et au caractère fondamentalement social des distinctions fondées sur le sexe, c’est également une grille de lecture, une manière de penser le monde et le rapport au pouvoir à travers le prisme de la différence des sexes (Scott, 1988). Aussi la littérature présente-t-elle à la fois l’avantage de participer à cette construction historique et culturelle et d’en livrer en même temps la représentation. La littérature, rappelle Jean Starobinski, est l’une des interprétations que les hommes et les femmes élaborent sur leur condition (Starobinski, 1974 : 4). Ainsi dans Journal de la création, rédigé tout au long de sa seconde grossesse, Nancy Huston se propose-t-elle de réfléchir aux liens entre l’esprit et le corps, entre la création (ou l’art) et la procréation, l’activité créatrice ayant été attribuée aux hommes et l’enfantement aux femmes. Si « inventer et ficeler des histoires, vivre et imaginer des aventures » deviennent plus accessibles aux femmes, à savoir le propre de la littérature, un domaine traditionnellement masculin, il n’est toutefois pas certain, nous dit-elle, que cela soit suffisant pour permettre à une femme de prétendre au statut de « créateur » (http://www.peripheries.net/​article254.html : 4). Dans cet essai décrivant la vie de plusieurs femmes artistes, telles que Sylvia Plath, et les difficultés auxquelles elles font face pour faire entendre leur voix sous un régime patriarcal les privant de leur esprit et de leur âme, la question de l’autorité de la création, liée au genre, est centrale :

Les femmes, même lorsqu’elles désirent ardemment devenir des auteurs, sont moins convaincues de leur droit et de leur capacité à le faire. Pour la bonne raison que, dans toutes les histoires qui racontent la création, elles se trouvent non pas du côté de l’auctor (auteur/autorité), mais du côté de la mater (mère/matière). (Huston, 1990 : 29, en italique dans le texte)

12Lorsque les femmes sont contraintes à exprimer leur vision créatrice dans les termes de l’hégémonie culturelle dominante et des institutions patriarcales, affirme Nancy Huston, elles ne sauraient accéder pleinement au statut de « créateur » ou de « créatrice ». Elles peuvent alors se retourner contre ce qui les définit dans la culture occidentale, à savoir leur propre corps. Rada Iveković reconnaît, elle aussi, le lien entre le langage et le corps et, par conséquent, entre la traduction et le corps :

Depuis au moins Foucault, mais aussi par des anthropologues, des psychanalystes, nous savons désormais qu’il en va là du corps en dernière analyse. Par le biais d’autres approches disciplinaires et indisciplinées, telles que la théorie féministe, les études post-coloniales, etc., nous savons également que ce qui ne peut pas être articulé ou entendu dans le langage convenu vient aussi de l’autre, du subalterne, de l’expérience de la répression vécue. La limite de ce dernier est bien encore le corps. Tout ceci pour dire que la traduction engage les corps. (Iveković, 2002 : 122, en italique dans le texte)

13L’une des issues possibles, pour les femmes, est la folie, comme ce fut le cas pour Zelda Fitzgerald qui manifestera les signes de la schizophrénie. Dans son Journal, Nancy Huston décrit le « complexe d’Électre » et les symptômes qui paralysent les femmes, des symptômes qu’elle retrouve en elle-même et qu’elle associe à la langue anglaise. Elle note que durant la période de sa maladie psychosomatique, sa « chute, par-dessus le bord de la raison », selon ses propres mots, toutes les entrées dans son carnet sont en anglais (Huston, 1990 : 257 et 283). Elle constate que le processus de guérison s’opère en partie « grâce à la langue étrangère qui sait si bien lécher [s]es blessures » (ibid. : 258). Dans l’essai du recueil sur la littérature-monde, elle explique que la langue étrangère (le français) n’occupe pas dans son cerveau « la même place que la “maternelle” » (Huston, 2007 : 156). Lorsqu’elle parle dans sa propre langue, la femme artiste, pour Nancy Huston, est une figure scindée, punie par la pensée patriarcale en raison même des aspects maternels qu’elle incarne, à la fois rebelle et victime de transgression. Cependant, lorsqu’elle s’exprime dans une langue acquise, le matériau de la création, la langue, la voix, ont des qualités de tendresse et de sollicitude que l’on peut associer à une mère apaisée et apaisante, fût-elle de substitution.

14Nancy Huston revient avec insistance, dans ses différents écrits, sur le thème de la maternité en affirmant dans Journal de la création : « Ce que ne pouvait pas savoir Simone de Beauvoir, c’est que la maternité ne draine pas, toujours et seulement, les forces artistiques ; elle les confère aussi. » (ibid. : 179). Elle a aussi, par ailleurs, traduit l’ouvrage de Jane Lazarre intitulé en français Splendeur (et misères) de la maternité en signant la préface, et rédigé l’avant-propos du livre d’Anne Enright Le Choc de la maternité. Dans cet avant-propos, elle avance l’idée que « la maternité est le non-pensé de nos sociétés (conçue, précisément, comme le contraire de la pensée) » en soutenant que rien, à son sens « n’est plus important dans le monde d’aujourd’hui qu’une parole (ou plutôt des paroles) de femmes et de mères sur la maternité » (Enright, 2008 : 8-9, en italique dans le texte). Elle reprend ici la dichotomie présente dans toutes les histoires de couples analysées dans Journal de la création, à savoir homme-esprit/femme-corps. Si les métaphores de la traduction, comme le soutient Lori Chamberlain, révèlent une certaine anxiété au sujet des mythes de la paternité (ou de l’auteur et de l’autorité), elles expriment aussi, comme elle le dit, « a profound ambivalence about the role of maternity—ranging from the condemnation of les belles infidèles to the adulation accorded to the “mother tongue” » (Chamberlain, 2004 [2000] : 311, en italique dans le texte). Il n’est donc pas étonnant que Nancy Huston remette en question certaines idées conventionnelles autour du thème de la maternité, l’image de la grossesse et de l’enfantement étant liées à toutes les formes de création, comme le rappelle Françoise Collin évoquant dans ce contexte la figure de Socrate, qui définissait le philosophe (on pense ici à Descartes) comme un « accoucheur des esprits » (Collin, 1999 : 9).

L’exil de la langue maternelle

15Bien que l’auto-traduction permette à Nancy Huston de négocier sa situation interculturelle sur le plan littéraire, le thème de la « langue d’exil » traverse toute son œuvre. L’expression est de Julia Kristeva, qui a analysé la dimension du féminin dans son rapport au maternel : « Vous l’avez entendu, dit Kristeva ailleurs, je parle une langue d’exil. Une langue d’exil, cela étouffe un cri, c’est une langue qui ne crie pas » (Huston, 1995 : 77). De même qu’on retrouve une certaine anxiété tenant au rapport à la langue et au corps maternels dans sa fiction et ses autres écrits, on découvre une interrogation portant sur le masque et les identités multiples dans l’œuvre entière de Nancy Huston. « Certes, l’identité est toujours un leurre », écrit-elle à ce propos, « y compris l’identité stylistique. Mais (qui tient le score ?) les exilés le savent mieux que les autres » (Huston, 1999 : 44). Elle reviendra sur « tout l’arbitraire de la question de l’identité » dans l’entretien de la revue Lire où elle évoque Romain Gary, ce « frère » aux identités multiples qui les incarne dans des personnages romanesques. C’est aussi, dira-t-elle, ce qu’elle fait dans Les variations Goldberg en disant « je » à la place d’une trentaine de personnes (Argand, 2001 : 34 et 32). Elle explore toujours la question de l’identité dans Nord perdu avec « Les autres soi » (Huston, 1999 : 102-115), en célébrant le pouvoir de la littérature de repousser les limites du moi :

En lisant, nous laissons d’autres êtres pénétrer en nous, nous leur faisons de la place sans difficulté – car nous les connaissons déjà. Le roman, c’est ce qui célèbre cette reconnaissance des autres en soi, et de soi dans les autres. C’est le genre humain par excellence. (Ibid. : 107)

16Dans un autre entretien accordé au journal Le Temps à l’occasion d’un spectacle pour enfants intitulé « Mascarade » à l’affiche du Petit Théâtre de Lausanne, une création signée par Nancy Huston et son fils Sacha mettant en scène la question des changements d’identité, elle soutient que le fait d’être confronté à d’autres langues « permet d’avoir plusieurs identités, de vivre d’autres réalités » (Le Temps, 2008 : 33).

17Pascale Sardin a traité de la problématique de l’exil chez Nancy Huston, ce « fantasme qui permet d’écrire » (Sardin, 2001 : 9), ainsi que du triangle que forment la mère, la fille et la mort ou la « nouvelle trinité féministe selon Nancy Huston » (Sardin, 2006). Dans un article consacré à Samuel Beckett et à Nancy Huston, elle affirme que « l’écriture naît dans le corps et la différence sexuelle mais pour mieux s’en défaire » et que la pratique de l’auto-traduction « met en lumière ce que l’écriture porte en elle d’étrangement inquiétant » (Sardin, 2007 : 267).

18La référence à la psychanalyse, dans ce contexte, n’est pas sans pertinence. Rappelons que Freud a comparé son propre travail de psychanalyse au décryptage d’une traduction en dévoilant l’étrangeté cachée dans le psychisme humain, qui est refoulée au plus profond de notre inconscient et que la rencontre avec l’étranger peut éventuellement révéler. Reprenant le vocabulaire freudien dans ses écrits sur la traduction, où il évoque la « pulsion de traduire », Paul Ricœur rapproche le « travail de traduction » du travail de mémoire et de deuil évoqués par Freud (Ricœur, 2004 : 8, 16, 19-20 et 41). Invoquant Husserl, qu’il a traduit dans les années 1940, en parlant de la connaissance d’autrui, il écrit : « Il y a de l’étranger dans tout autre » (ibid. : 46). Non seulement le travail de traduction est-il appelé à mettre en œuvre la rencontre de l’étranger dans la langue, mais il peut encore nous confronter à l’autre, l’étranger, que nous retrouvons alors en nous-mêmes dans l’« étrangéité » (pour reprendre le mot de Nancy Huston) qui nous habite (Huston, 1999 : 37).

19Si, selon Lori Chamberlain, les conventions culturelles s’accordent généralement à représenter les textes traduits comme étant de nature féminine, il en va de même du langage, notre langue maternelle, « our “mother tongue” ». La relation du traducteur à cette figure maternelle qu’est la langue première est également souvent thématisée en termes de fidélité, comme c’est le cas chez Friedrich Schleiermacher (Chamberlain, 2004 [2000] : 309). Dans un article intitulé A Tongue Called Mother, Nancy Huston s’interroge sur le rapport des femmes écrivains à la langue maternelle et à la mère, et elle se demande : « Où va-t-on, par rapport à l’origine pour écrire ? » (Huston, 1995 : 69). Pour elle, l’abandon provisoire de la langue maternelle ou de la « langue mère » (Huston, 1999 : 51), comme elle dit, en faveur du français, serait lié à une quête de sens en raison de l’abandon par sa mère à l’âge de six ans :

C’est pour cela que je suis devenue écrivain, parce qu’il y avait dans ma vie quelque chose d’incompréhensible qui requérait un immense et perpétuel effort d’imagination pour tenter de le comprendre. (Huston, 2001b : 35)

20« Mon salut », dira-t-elle dans un article intitulé « En français dans le texte », « passait par le changement de langue » (Huston, 1995 : 264). Dans l’essai du recueil sur la littérature-monde, elle écrit encore :

Je peux dire avec Cioran que la langue française m’a apaisée « comme une camisole de force calme un fou. Elle a agi à la façon d’une discipline imposée du dehors, ayant finalement sur moi un effet positif. En me contraignant, en m’interdisant d’exagérer à tout bout de champ, elle m’a sauvé. » (Huston, 2007 : 154).

21Écrire dans une langue étrangère, pour elle, a une fonction libératrice qu’elle résume en ces mots « langue étrangère, nouvelle identité » (Huston, 1995 : 265). Dans Journal de la création, où elle associe la langue maternelle à la matière (« langue mater-matière », Huston, 1990 : 275, en italique dans le texte), en opposition à l’esprit ou au principe masculin, elle écrit encore :

Et moi ? Que proclamé-je [sic] en choisissant pour l’écriture une terre et une langue étrangères – sinon que je suis […] « ma propre cause et ma propre fin », capable de me re-mettre au monde à travers l’art, donnant naissance à moi-même, me débarrassant de tous les déterminismes hérités de mes géniteurs. (Ibid. : 163-164)

22Pour beaucoup d’artistes ou écrivains qui ont eu des « mères mortes », la quête d’un sens perdu, suite au désinvestissement massif de la mère vécu aussi par l’enfant comme perte de soi, pourra favoriser l’activité imaginative et la sublimation des pulsions dans la créativité (voir Kelley-Lainé, 2002).

23Julia Kristeva, à laquelle se réfère Nancy Huston, comme nous l’avons vu précédemment, a également théorisé le rapport des femmes à la création artistique en lien avec l’image maternelle. La romancière cite la théoricienne pour qui tout se passe « comme si une femme, dans sa compétition interminable avec sa mère, avait besoin, pour défier cette mère qui la met en danger dans les rivalités d’identité, d’affirmer une autre langue » (Huston, 1995 : 77). Dans un entretien sur les femmes et l’art que relate Nancy Huston, Julia Kristeva déclare : « On peut penser […] que, pour une femme, cette […] mise à mort qui sous-tend toute création artistique, tout changement de forme et de langage suppose un affrontement à ce qui garantit l’identité de manière archaïque et génétique, l’image maternelle » (Huston, 1995 : 75). Dans ce contexte, et au regard de l’apport psychanalytique, le passage d’une langue à l’autre serait représenté et vécu par toute femme écrivain, et par Nancy Huston elle-même, comme s’inscrivant nécessairement dans une problématique de genre. Dans Étrangers à nous-mêmes, Julia Kristeva écrit que l’acquisition de la nouvelle langue confère une nouvelle identité « sublime » (« nouvelle peau, nouveau sexe »), sous-entendu celle de l’homme (Kristeva, 1988 : 27).

24Ilona Sigrist, dans un article intitulé « The Stakes of Self-Translation in Nancy Huston’s Dolce Agonia and Instruments des ténèbres », examine les micro-stratégies linguistiques dans les versions anglaise et française et constate une différence dans la tonalité des romans :

These differences often occur around representations of body and voice, and the variability of comic effect seems to signal the topos of the relation of body to voice or speaking self as a site of unease. […] Through the use of the other tongue, however, and particularly in its contrapuntal and contestory relation with the mother tongue, Huston seems to have found a way to get around the taboo that may strike the woman artist. (Sigrist, 2009 : 1)

25Selon Ilona Sigrist, Nancy Huston adopterait une attitude qu’elle qualifie de plus « défensive » à l’égard du corps et du corps maternel (thématisé en particulier dans Dolce Agonia) lorsqu’elle écrit en anglais, sa langue maternelle. La psychanalyse nous informant qu’un désinvestissement radical de la mère subi dans l’enfance laisserait des traces dans l’inconscient, y aurait-il là un deuil impossible à faire ? C’est ce que laisserait entendre Nancy Huston elle-même à propos de sa pratique de l’auto-traduction dans un passage de « Traduttore non è traditore », qui est la traduction fidèle d’un texte intitulé « Healing the Split », publié à Montréal en 2001 dans L’it (News & Views from infinitheatre) :

C’est une expérience fastidieuse et frustrante, d’irritation […] contre les langues elles-mêmes, d’être si rétives à coopérer et à se ressembler, de refuser obstinément de communiquer entre elles, de se fondre l’une dans l’autre ; du reste certains jours, les jours où je donne dans la psychanalyse à deux sous, ce qui arrive aux meilleurs d’entre nous, je pense que c’est peut-être ça au fond : une histoire de mariage, oui, comme si je faisais inlassablement l’aller-retour entre maman et papa […], m’efforçant d’expliquer maman à papa et papa à maman, écoutez, écoutez, ça n’en a peut-être pas l’air mais en fait vous dites exactement la même chose, écoutez, vous êtes compatibles, restez ensemble, ne rompez pas, ne vous séparez pas, ne fracassez pas tout en fracassant votre mariage, […] – et peut-être, aussi, une tentative pour guérir mon pays, pourquoi cette faille profonde entre anglophones et francophones, c’est ridicule. (Huston, 2007 : 158-159)

26Lors d’une conférence prononcée en mars 1994 à l’Université de Montréal intitulée « Pour un patriotisme de l’ambiguïté », dans le cadre de rencontres proposant des réflexions sur le brouillage des identités et la mouvance culturelle qui caractérise notre époque, Nancy Huston se propose de retracer un voyage aux sources. Elle revient alors sur la question de l’identité, cette fois nationale :

Souvent, je trouve difficile – déroutant, déstructurant – de ne coïncider vraiment avec aucune identité ; et en même temps je me dis que c’est cette coexistence inconfortable, en moi, de deux langues et de deux façons d’être qui me rend le plus profondément canadienne. (Huston, 1995 : 38, en italique dans le texte)

27L’exil ouvre ainsi, pour elle, sur la question de l’identité personnelle et des identités multiples (linguistique, sexuelle, nationale ou politique), si bien que les identités des auteurs et des traducteurs peuvent également se brouiller et se confondre. Aussi Carolyn Shread, reprenant la célèbre phrase de Rimbaud « Je est un autre », peut-elle affirmer à propos du cas de Nancy Huston : « I suggest that even in the instance of self-translation we are concerned with multiplicity in authorship. » (Shread, 2009 : 61) En traduisant ses propres œuvres, Nancy Huston les fait croître (selon l’étymologie du mot auctor) en les amplifiant, dans un geste qui fait doublement acte d’autorité.

Conclusion

28Nous souhaiterions, pour conclure, revenir à l’affirmation selon laquelle l’écrivain traduit et à l’idée de la traduction comme élargissement de l’horizon d’une langue et comme interprétation du monde.

J’écris dans la langue que veulent bien parler mes personnages, j’écris les histoires qu’ils veulent bien me raconter, je les traduis de mon mieux en mots, scènes, dialogues et intrigues ; en les lisant, chacun de mes lecteurs les traduit à nouveau dans sa langue ou plutôt ses langues à lui, celles qu’il reconnaît, celles qui l’aident à vivre et à comprendre ce qu’il vit. (Huston, 2007 : 154-155)

29En quête de sens, l’être humain est engagé dans un travail infini de traduction, pour Nancy Huston, si bien que c’est toute l’expérience humaine qui s’inscrirait dans les termes d’un paradigme de la traduction. Aussi Rada Iveković nous invite-t-elle à imaginer la traduction « comme condition originaire, ou plutôt comme condition tout court. Non pas d’un lieu, mais d’un geste d’origine » (Iveković, 2002 : 121). Dans un texte inédit intitulé « De la traduction comme “condition humaine” », George Steiner écrit, lui aussi, que « tout acte de langage est une traduction » (Steiner, 2006 : 41). S’il affirme que toute recherche sérieuse sur la traduction est nécessairement « descriptive », il insiste aussi sur le fait qu’il faut partir des témoignages trouvés dans l’atelier des traducteurs ou des auto-traducteurs, tels que Beckett et Nabokov (ibid. : 43, en italique dans le texte).

30Traduire signifie à la fois comprendre et interpréter, et, dans l’histoire occidentale, en France en particulier, le lien entre les deux significations, interprétation et traduction, n’a cessé de ressurgir sans cesse dans les pratiques de la traduction, comme l’illustre la vogue des « belles infidèles » aux xviie et xviiie siècles. Depuis la Renaissance, l’activité littéraire va de pair avec une activité de traduction liée à la transmission des œuvres de la culture classique, le translatio studii, qui désigne le déplacement du savoir grec, latin, puis chrétien. Dès ses origines, par conséquent, la littérature française est liée à l’acte de traduire. La traduction est dès lors susceptible d’être appréciée comme une « trahison », suivant l’adage italien traduttore traditore, ou au contraire comme l’essence même de la tradition, comme l’attestent Heidegger et Hans-Georg Gadamer. C’est ainsi que Rada Iveković écrit : « La culture est d’emblée traduction, même à l’intérieur d’une seule langue » (Iveković, 2002 : 124). Dans un texte intitulé « Écrire dans la langue de l’autre », l’écrivaine algérienne d’expression française, Assia Djebar, avance l’idée que lorsqu’un auteur est récemment arrivé dans la langue, « sans l’hérédité culturelle qu’elle véhicule », comme elle dit, « écrire dans la langue de l’autre, c’est très souvent amener, faire percevoir “l’autre” de toute langue, son pouvoir d’altérité » (Djebar, 1999 : 46). Confondant langue maternelle et étrangère, la pratique de l’auto-traduction de Nancy Huston met nécessairement en jeu les problèmes de l’identité et de l’altérité. Cette écriture entre le français et l’anglais interroge également les relations entre production et reproduction qui instaurent, comme nous l’avons vu, des rapports de pouvoir liés au genre.

31Par-delà l’alternative fidélité contre trahison, c’est la pluralité humaine sous toutes ses formes qui s’impose à nous dans l’entre-deux-langues de Nancy Huston. C’est la raison pour laquelle elle écrit dans l’essai sur la littérature-monde intitulé « Traduttore non è traditore » : « Traduire, non seulement ce n’est pas trahir, c’est un espoir pour l’humanité » (Huston, 2007 : 160). L’essence de la traduction résiderait dans sa dimension d’accomplissement de l’être humain et se présenterait pour elle, en tant que femme réfléchissant aux conditions d’un rapport féminin à l’écriture, comme un espace de liberté.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres de Nancy Huston (bibliographie sélective)

Huston, Nancy, 1986a, Lettres parisiennes. Autopsie de l’exil, correspondance entre Nancy Huston et Leïla Sebbar, Paris, Éditions J’ai lu 5394.

—, 1986b, « Le féminisme face aux valeurs éternelles », La Vie en rose, n° 34, mars 1986, Montréal, p. 28-30.

—, 1990, Journal de la création, Paris, Actes Sud, collection « Babel ».

—, 1993a, Cantique des plaines, Paris, Actes Sud, collection « Babel ».

—, 1993b, Une enfance d’ailleurs, 17 écrivains racontent, textes recueillis par Nancy Huston et Leïla Sebbar, Paris, Éditions J’ai lu 6247.

—, 1994, Plainsong, Toronto, HarperPerennial.

—, 1995, Désirs et réalités. Textes choisis 1978-1994, Paris, Actes Sud, collection « Babel ».

—, 1998, Limbes/Limbo : un hommage à Samuel Beckett, édition bilingue, Paris, Actes Sud.

—, 1999, Nord perdu suivi de Douze France, Paris et Montréal, Actes Sud/Leméac.

—, 2001a, Dolce Agonia, Paris, Actes Sud, collection « Babel ».

—, 2001b, « Healing the Split », l’it, News & Views from infinitheatre, vol. 2, n° 3, Spring Issue, Montréal, p. 3.

—, 2002, Dolce Agonia, Londres, Chatto & Windus.

—, 2003, « The Mask and the Pen », in Isabelle de Courtivron (éd.), Lives in Translation: Bilingual Writers on Identity and Creativity, New York, Palgrave Macmillan, p. 55-68.

—, 2007, « Traduttore non è traditore », Pour une littérature-monde, Le Bris, Michel, et Rouaud, Jean (éds), Paris, Éditions Gallimard, p. 151-160.

Autres écrits

Enright, Anne, 2008, Le Choc de la maternité, traduit par Chloé Baker, avant-propos de Nancy Huston, Paris, Actes Sud.

Lazarre, Jane, 2001, Splendeur (et misères) de la maternité, préface et traduction de Nancy Huston, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Entretiens

Argand, Catherine, 2001, « Entretien : Nancy Huston », Lire, no 293, p. 31-35.

Entretien avec Elisabeth Chardon pour Le Temps, 21 février 2008, p. 33.

Théorie de la traduction, théorie féministe, critique littéraire, psychanalyse et philosophie

Cassin, Barbara (éd.), 2004, Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Éditions du Seuil, Dictionnaire Le Robert.

Chamberlain, Lori, 2004 [2000], « Gender and the Metaphorics of Translation », in Venuti, Lawrence (ed.), The Translation Studies Reader, New York et Londres, Routledge, p. 306-321.

Collin, Françoise, 1999, Le Différend des sexes, Paris, Éditions Pleins Feux.

Courtivron, Isabelle de (ed.), 2003, Lives in Translation: Bilingual Writers on Identity and Creativity, Palgrave Macmillan.

Djebar, Assia, 1999, « Écrire dans la langue de l’autre », Ces voix qui m’assiègent. En marge de ma francophonie, Paris, Albin Michel.

Iveković, Rada, 2002, « De la traduction permanente (Nous sommes en traduction)/On Permanent Translation (We are in Translation) », Transeuropéennes n° 22, « Traduire entre les cultures/Translating Between Cultures », p. 121-143.

Kelley-Lainé, Kathleen, 2002, « Peter Pan, la mère morte et la création du double pathologique », Imaginaire & Inconscient, p. 87-96.

http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=IMIN&ID_NUMPUBLIE= IMIN_007&ID_ARTICLE=IMIN_007_0087, consulté le 16 juillet 2009.

Klein-Lataud, Christine, 1996, « Les voix parallèles de Nancy Huston », TTR, Traduction, Terminologie, Rédaction, vol. 9, n° 1, Montréal, Université Concordia, p. 211-231, http://id.erudit.org/iderudit/037245ar, site consulté le 16 juillet 2009.

Kristeva, Julia, 1988, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Librairie Fayard.

Lotbinière-Harwood, Susanne de, 1991, Re-belle et infidèle. La traduction comme pratique de réécriture au féminin. The Body Bilingual, Translation as a Re-writing in the Feminine, Montréal, Les Éditions du remue-ménage/Women’s Press.

Ricoeur, Paul, 2004, Sur la traduction, Paris, Bayard.

Sardin, Pascale, 2001, « Nancy Huston : l’exil, ce “fantasme qui permet d’écrire” », Exil à la frontière des langues, études réunies par Esther Heboyan-De Vries, Arras, Artois Presses Université, p. 9-20.

—, 2006, « Au nom de la mère, de la fille et de la Mort : de la création au féminin ou la nouvelle trinité féministe selon Nancy Huston », Création au féminin, vol. 1, Littérature, textes réunis et présentés par Marianne Camus, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, p. 67-76.

—, 2007, « Samuel Beckett/Nancy Huston ou le bilinguisme de malentendus en contrefaçons : deux expériences similaires ? », Écrivains multilingues et écritures métisses. L’hospitalité des langues, sous la direction d’Axel Gasquet et Modesta Suárez, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 257-269.

Scott, Joan, 1988, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du Grif 37/38, « Le genre de l’histoire », Paris, Éditions Tierce, p. 125-153.

Shread, Carolyn, 2009, « Redefining Translation through Self-Translation: the Case of Nancy Huston », FLS, Volume XXXVI, Amsterdam, Rodopi, p. 51-66.

Sigrist, Ilona, 2009, « The Stakes of Self-Translation in Nancy Huston’s Dolce Agonia and Instruments des ténèbres », in Fidecaro, Agnese, Dijk, Suzan van, Partzsch, Henriette, et Cossy, Valérie (éds), Femmes écrivains à la croisée des langues / Women Writers at the Crossroads of Languages, 1700-2000, Genève, MétisPresses.

Simon, Sherry, 1996, Gender in Translation, Londres et New York, Routledge.

Starobinski, Jean, 1974, « La littérature et l’irrationnel », Cahiers roumains d’études littéraires, Bucarest, Éditions Univers Bucarest.

Steiner, George, 1975, After Babel: Aspects of Language and Translation, New York et Londres, Oxford University Press.

—, 2006, « De la traduction comme “condition humaine” », Le magazine littéraire n° 454, p. 41-43.

Wilhelm, Jane, 2006, « Autour de Limbes/Limbo: un hommage à Samuel Beckett de Nancy Huston », Palimpsestes 18, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 59-85.

Sites internet

http://www.livresse.com/Auteurs/huston-nancy-010226.shtml (site consulté le 16 juillet 2009)

http://www.peripheries.net/article254.html (site consulté le 16 juillet 2009)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jane Elisabeth Wilhelm, « Écrire entre les langues : traduction et genre chez Nancy Huston », Palimpsestes, 22 | 2009, 205-224.

Référence électronique

Jane Elisabeth Wilhelm, « Écrire entre les langues : traduction et genre chez Nancy Huston », Palimpsestes [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/207 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.207

Haut de page

Auteur

Jane Elisabeth Wilhelm

Jane Élisabeth Wilhelm a enseigné la traduction et la littérature, ainsi que la langue, la culture et la civilisation françaises, dans plusieurs universités au Canada et en Suisse. Elle enseigne actuellement au sein du programme international de l’université de Boston à Genève. Sa thèse de doctorat en littérature comparée de l’université de Montréal portait sur Mme de Staël, Benjamin Constant et le Groupe de Coppet. Ses domaines de recherche sont les suivants : l’histoire et les théories de la traduction, l’herméneutique et l’épistémologie dans ses rapports avec la traduction, la théorie littéraire, la traduction littéraire, le genre en traduction et la communication interculturelle. Elle a publié des articles sur différents aspects de l’herméneutique en traduction, ainsi que sur Mme de Staël, que ce soit pour la revue META ou dans des ouvrages collectifs. Parmi ses dernières publications, citons en particulier : « L’intention de l’auteur ou “le monde de l’œuvre” » dans Le Sens en traduction, Caen, Lettres modernes Minard, collection « Cahiers Champollion » en 2006, et « Pour une herméneutique du traduire », à paraître prochainement dans Hermeneutic Reflections on Translation, chez Zeta Books à Bucarest (Zeta Series in Translation Studies).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org