Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Palimpsestes, dont le premier numéro parut en 19871, a le grand honneur, bonheur et plaisir d’offrir les pages qui vont suivre à son fondateur ; chacun des collaborateurs apportant ainsi une création originale en forme d’hommage à celui qui a permis d’ouvrir les dix-huit numéros publiés jusqu’alors à la communauté des traductologues et des chercheurs en traduction, aux praticiens de la traduction, aux auteurs littéraires et aux poètes – Paul Bensimon.

2Aujourd’hui, par cette manifestation de notre reconnaissance et de notre fidèle amitié envers un enseignant-chercheur et un praticien qui a obtenu de haute lutte que la traduction gagne droit de cité dans le monde universitaire et dans le monde des lettres, nous espérons aussi proposer à tous les lecteurs un numéro ouvert sur des perspectives variées, originales et novatrices, qui font le point sur l’état de la question au début d’un nouveau siècle et d’un nouveau millénaire. Les articles qui composent cette livraison exceptionnelle vont des questionnements théoriques que soulève le traduire, jusqu’aux applications pratiques, en passant par un interlude créatif. Tout traducteur ne devient-il pas créateur dès lors qu’il produit un texte, fût-il de seconde main ? Ici, chacun a créé pour Paul.

3Un tel numéro se devait de répondre aux critères d’exigence que la revue s’est fixés depuis sa fondation ; pour cela, chaque collaborateur a non seulement cherché à donner un sens et une forme au message traductologique qu’il a façonné, mais il a voulu en faire un signe-signal en direction de Paul – la marque de sa fidélité et de sa reconnaissance, la manifestation du sérieux de son investissement intellectuel. Certains proches, amis, admirateurs ne figurent pas dans ce numéro car ils n’ont pas souhaité se dévoiler par écrit, par excès de modestie et de réserve, sans aucun doute, mais leur soutien indéfectible m’a suivie tout au cours de la réalisation de ce volume – ils sont donc là, dans les interstices, les silences, les blancs, dans les espaces de l’intraduisible en somme. Ils se dissimulent, mais eux aussi sont là pour Paul.

4Le TRACT, « Centre de recherche en traduction et communication transculturelle anglais-français/français-anglais » initialement « Centre de recherche en traduction et stylistique comparée de l’anglais et du français », a précédé la revue. Né en 1983, il a préparé le terrain scientifique pour lui apporter le substrat nécessaire et lui permettre de devenir l’organe transmetteur de cette recherche, la matérialisation des réflexions qui s’élaborent au sein du groupe. Par son ouverture sur la profession de traducteur littéraire et sur le monde de l’écriture, c’est un lieu d’échanges unique au sein de l’université grâce à sa capacité de faire dialoguer des intervenants d’horizons très variés. Depuis vingt-trois ans, la revue tout comme le centre n’ont cessé d’élargir leur zone d’influence tant en France qu’à l’étranger grâce à cette impulsion initiale qui fut d’une telle puissance et d’une telle pugnacité tranquille qu’elle leur vaut d’être reconnus actuellement comme le premier centre et la première revue dans ce domaine spécifique. Bel exploit, Paul.

5Bien des questions abordées dans cet ouvrage ont déjà été soulevées et le seront sans doute encore, mais ici elles se situent résolument dans le cadre d’une réflexion-bilan après une vingtaine d’années d’existence d’une revue marquée par l’indépendance et l’originalité de la recherche. La poésie y occupe une place de choix sous des formes très diverses : créations, créations-traductions, traduction ; réflexions sur le traduire en poésie : en rythme-forme, dans l’espace-temps, entre amour et indignation, en tant que métatraduction, à l’aune de la machine. Ces articles et compositions poétiques illustrent et revivifient, à quarante années de distance, des observations fondamentales énoncées par Paul Bensimon dans Les Langues modernes : « Vouloir garder un peu de la poussière d’or qui enlumine le poème original, nier que la puissance démiurgique du Verbe poétique soit toute captive de sa langue d’origine, c’est en somme aspirer à métamorphoser l’obstacle en transparence… »2. Comme pour suivre les pas de Paul.

6En parallèle, un véritable questionnement aborde une problématique générale sous des angles variés, offrant d’autres pièces qui viennent compléter le remarquable édifice qu’est ce numéro spécial de Palimpsestes. Ainsi, partant de l’acte de lecture et du premier contact paratextuel avec le titre, arrivons-nous à comprendre que le texte traduit, grâce à sa respiration, son mouvement, sa dynamique intérieure devient un texte à part entière. Mais où se situent alors les limites de la créativité et que devient alors le concept de réception ? Si la traduction fonctionne comme un observatoire entre deux langues et leur mode d’expression, pouvons-nous aussi l’envisager comme expérimentation ? Pour répondre à ces interrogations, force est de constater que l’acte de traduire est d’ordre herméneutique au-delà d’outils tels les procédés de traduction ou de contraintes imposées au traducteur par certaines complexités lexico-grammaticales. « [L]a réflexion traductologique s’éloigne […] du domaine de l’équivalence formelle où elle a été longtemps confinée, et se tourne vers des problèmes plus larges : la contextualisation du traduire, les fonctions du texte traduit, les présupposés culturels qui agissent sur les processus de la réécriture traductive »3 ; c’est en ces termes que s’amorçait un nouveau débat autour de la « fonction identitaire » de la traduction comme le formulait alors Paul.

7Nulle réponse n’étant définitive, ce volume enrichit la pensée traductologique de ce nouveau siècle et l’ouvre également sur des espaces qui visent à dépasser les clivages traditionnels, comme la problématique de la traduction littérale ou le questionnement sur la traduction au deuxième degré, notamment dans le rapport entre le littéraire et le philosophique, mais en outre, certaines contributions sont le lieu de l’évasion vers tous les modes d’écriture, les jeux sur le langage et sur les noms, l’une d’elles nous invitant même à nous évader dans la création et nous faire retrouver un poisson fossile… Création-traduction, retour à une nouvelle vie, dépliement, déploiement, le texte voyage en traduction, ce sont à de telles découvertes que nous a toujours invités Paul.

8Surfer sur les mots, décrire des figures, comment mieux imager la constante recherche qui anime celui que nous honorons ici. Dès 1957, la poésie était déjà au centre de ses préoccupations avec son « Wordsworth ou le Rêveur en plein midi »4. Nous la retrouvons quelque dix années plus tard avec la parution de « Traduction et poésie » en 1966 et elle s’affirme dans une livraison de Palimpsestes entièrement consacrée à la traduction de la poésie – la poésie qui est traduisible, qui doit être traduite et veut être traduite, la poésie qui, ainsi, révèle son potentiel et gagne une nouvelle voix – car comme le formulait Paul Bensimon dans sa présentation du numéro : « Un poète hongrois de notre temps, à qui l’on avait demandé quel était le plus beau poème hongrois, répondit : “L’‘Ode to the West Wind’ de Shelley dans la traduction d’Arpad Toth” »5. L’implication du traducteur de poésie se manifeste dans des directions qui peuvent paraître contradictoires, mais qui sont essentiellement complémentaires et fondatrices de l’acte créatif second : « acte de foi », « aventure », « épreuve », « participation »6 ; n’est-ce pas justement là que les talents de créateur du traducteur se révèlent le mieux ? Comme nous le montre si bien Paul :

Incompréhensible
pour lui, mon autre vie.
Parfois, sur son haut tabouret,
trop occupé avec son couteau
à tailler une carotte de tabac,
et sans croiser mon regard,
lors d’une pause après avoir bu un coup,
il mentionnait la poésie.
« Victime » (« Casualty »), Seamus Heaney, traduit par Paul7.

9Métaphores et figuration sont depuis longtemps au centre de ses intérêts pour la recherche. Les figures de substitution sans doute emblématiques du travail du traducteur en ce qu’elles transportent d’un lieu vers un autre, qu’elles participent d’une conversion, d’une métamorphose, d’un renouveau, d’une expérience de parole, contribuent à la littérarité et prennent « une valeur systématique » dans l’écriture poétique ; elles y tissent un réseau-support de signification, une texture d’appui que toute amputation, aussi minime soit-elle, ou toute distorsion disloque. Ainsi, les traducteurs qui « efface[nt] la figuralité de l’original, rabat[tent] l’élément hétérogène, nivelle[nt], arase[nt] […] ne traitent pas le texte poétique comme texte poétique, comme matériau poétique. En ne prenant pas en compte la métaphoricité, le potentiel figuratif de l’original, ils suppriment ou anémient un élément important du processus de signifiance, la production de sens par les signifiants mêmes, par les propriétés du texte même, indépendamment de la référentialité. »8 Qu’il s’agisse de disparition ou d’ajouts de figures, toute entreprise de re-valorisation de l’original appelle la réflexion. De la sorte nombre de livraisons de Palimpsestes se sont consacrées à cette problématique de front ou en l’abordant par des biais divers, comme l’étude des clichés, des contraintes syntaxiques ou encore de l’ordre des mots, autant d’éléments qui relèvent de la fonction poétique du langage, telle que la définissait Jakobson et telle que la reprend, dans tous ses travaux, Paul.

10Outre ces sujets essentiels, il en fut d’autres tout aussi fondamentaux pour qui s’intéresse à l’analyse traductologique, couvrant parfois des domaines si vastes qu’ils incitent à refaire le point régulièrement sur la question. Ce fut le cas de la retraduction où l’écart entre la traduction introduction, qui est souvent acclimatation de l’étranger, et les retraductions porte à l’évaluation de la distance séparant les versions successives, notamment sous l’influence de la langue d’une époque donnée9. Dans une autre perspective, la traduction-adaptation a donné lieu à deux livraisons séparées par quatorze années. Dès avant le numéro consacré à la traduction de la culture, la réflexion se situait déjà à la charnière entre la langue et la culture afin d’observer et d’analyser « un processus délibéré visant à actualiser ou à naturaliser l’œuvre originale ; mais on peut y voir aussi un processus involontaire, lié aux contraintes de la langue cible et de l’environnement socio-culturel du destinataire »10. Une fois encore, la dimension créative des traductions sera mise en valeur. En effet si le texte littéraire perd sa place entre un émetteur nié et un récepteur anonyme, il n’en conserve pas moins son statut d’œuvre d’art à part entière ; la traduction lui apportant, comme l’a souligné Antoine Berman, la plénitude à laquelle il aspire. Enfin, impossible de conclure cette succincte présentation sans évoquer le dernier monument à l’élaboration duquel a très largement contribué Paul.

11Notons que dans cette superbe Anthologie bilingue de la poésie anglaise, les préoccupations brièvement évoquées ici se retrouvent dans les sélections auxquelles est confronté « l’anthologue » entre original et traduction(s) : « Les choix sur lesquels s’appuie une anthologie bilingue de poésie étrangère et les exclusions qui sont l’envers de ces choix reposent, explicitement ou implicitement, sur la notion de “traduisibilité littéraire” au sens où l’entend Antoine Berman dans L’Épreuve de l’étranger. » Or Paul ne pouvait se contenter d’inscrire son travail dans le passé, dans le connu et reconnu : là aussi il a su montrer à quel point l’esprit novateur, le besoin d’explorer des champs inédits le caractérisaient ; cette démarche, comme toutes celles qu’il a entreprises, se veut fondatrice pour l’éveil de la curiosité du lecteur, pour le plaisir de la lecture, et pour la recherche. « L’innovation, en premier lieu (notamment en matière de traduction), le caractère peu accessible de tel ou tel poème, le plaisir du texte qui prime sur le point de vue historique ou le jugement académique, la capacité du poème à éveiller des résonances profondes ou immédiates chez un lecteur d’aujourd’hui, telles sont quelques-unes des préoccupations qui ont guidé la présente sélection »11. Pour tout ceci et pour tout le reste, encore merci, Paul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Raguet, « Avant-propos », Palimpsestes, Hors série | 2006, 11-15 .

Référence électronique

Christine Raguet, « Avant-propos », Palimpsestes [En ligne], Hors série | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/238

Haut de page

Auteur

Christine Raguet

Christine Raguet est professeur à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3, directrice du TRACT et de Palimpsestes, elle a succédé dans toutes ces fonctions à Paul Bensimon. Traductrice littéraire, elle a publié sur la traduction littéraire et la littérature américaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org