Navigation – Plan du site
Interlude littéraire

Portuaires et autres poèmes

Jean Sévry
p. 151-154

Texte intégral

Pour Paul Bensimon, affectueusement

P O R T U A I R E S

1Longs dédales lents cheminements
Réseaux patiemment tissés
Dans l’écheveau de tes doigts
Il fait bon se réfugier

2Algues de l’accueil cordialité du corail
Récifs enchanteurs eaux limpides
Corps libres nudités muscles pleins
Nappes glauques où se perdent mes palmes
Poisson voilà que je tresse mes écailles
Et mes nageoires effleurent tes pétales

3Départs sans idée d’escales
Ancres légères chaînes détachées
Bonheur du port auberges mitonnées
Embarquements pour Cythère
Où l’on ne prend jamais la mer

4Faux départs douces escales
Tes bras autour de mon cou
Sont d’amicales tentacules
Le ressac dit adieu aux étoiles
Et la lune jaune s’imbibe
Dans la vague bleue

5Quand viendra le départ du quai
J’agiterai pour toi mon mouchoir

R E L A T I O N S    P A R E N T U L E S

6Non, nous n’adurquerons pas vos tatoines idunes
Non, vous n’éduquerorez pas nos sassafrances vodules :
De vos fesses enrubannées d’oglicorques méduses !

7À table comme en ville, les zarpins icmmitoufflent
Contre le parafon des enduplesques vosines
Et les algonquins détartrent leurs mirages,
Passacouilles, mattafin, albuplast !

8Ah, ces miches encorquées qui se balancent atrophées,
Délices de bubons ensuqués d’olbavoltine,
Docteurs terrassés, spasmodaflés de cucurbine,
Rêves amorphes que jouxtent des billifores tarraounées.

9Son combat, conti nufligé d’aripmèdes scandées,
La sassafrage déductionne les taxitons,
Manie d’éfeuiller les doctes patrampons,
Chantons l’orupèfle, et la rosissante bardoule !

V É G É T A L E S

10La vie le long du tronc sans bruit
se glisse

11Flots s’ombres et couvées d’oiseaux
gris

12Bleu dans le filet du vert
pris

13Le bois file ses noeuds et en terre se
plie

14Canaux poreux où serpentent  les encres
vives

15Dans le secret de ses fourrures végétales il
prie

16À fleur d’aubier le monde
luit

S O I R.

17Le soleil tombe dans le ciel
L’ombre remonte dans son arbre
Et les moutons suivent leur bergère
Dans son aquarium
Le poisson rouge arrête sa télé

18Au fond du poêle un feu ronronne
Puits de flammes et gorge chaude
Vie sans fin qui connaîtra sa cendre
Dehors la pluie sur la tôle tambourine

19La nuit à pas de loup s’avance
Coussinets sans parole dans le calme noir
Silences du dedans

20Parfois une ombre prolifère
Tandis qu’en moi je me retire
Escargot loin de sa Bourgogne

21Tendresse, finiras-tu par te dire ?
Solitude dont il faudra bien sortir.

P A L M I E R

22De longues vertèbres noires
Escaladent l’ombre
Et s’articulent

23Fourreaux
Fascines
Sabres
Faisceaux

24Tissus et soies
Falbalas

25En jupes et cotillons
La lumière captive
S’ébroue

26Sécheresse terminale
Houpette rêche
Et crisse le végétal

27Attentes

28Au fond de sa coque
Le lait s’attendrit.

M É T A M O R P H O S E S

29Mots anciens, cuirasses inutiles,
Bonnes épaves pour ces échouages
Doux naufrages à mes surdités
Je dis adieu à mes dictionnaires
Je salue des bonheurs botanniques

30Laits de vie
Irruptions soudaines
Rosées qui s’embuent
Enrichissements intérieurs
Sèves en bouffées montantes

31Lente descente de mes cosses
Je libère mes graines

32Espaces reconquis
Le silence du vert
Pétales énormes
Plus légers que la pluie

33Je vois
J’entends
Je pousse

34Bonheur
D’être végétal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Sévry, « Portuaires et autres poèmes », Palimpsestes, Hors série | 2006, 151-154.

Référence électronique

Jean Sévry, « Portuaires et autres poèmes », Palimpsestes [En ligne], Hors série | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/396 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.396

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org