Navigation – Plan du site
Éclairages

Étude lexicométrique d’un poème et de sa traduction, « The Ballad of Reading Gaol » d’Oscar Wilde traduit par Paul Bensimon

Béatrice Vautherin
p. 173-206

Résumés

Il est généralement admis que traduire la poésie est la tâche la plus redoutable et sans doute la plus exaltante. Comment expliquer la réussite d’une traduction poétique à partir d’une analyse automatique des textes ? La quantification des données textuelles fournie par le logiciel Lexico permet de prendre ses distances avec l’émotion déclenchée par la traduction magistrale de « The Ballad of Reading Gaol » d’Oscar Wilde réalisée par Paul Bensimon pour la Pléiade et d’étudier dans le détail les choix opérés par le traducteur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 O. Wilde, 1996, Œuvres, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, p. 45-64. Le texte original u (...)

1La poésie est ce qu’il y a de plus difficile à traduire. Cela a été dit, répété, argumenté. Pourtant, et heureusement, il y a toujours eu des traductions de poèmes par d’héroïques passeurs que ne rebutait pas le défi et qui, sans doute, y trouvaient une stimulation supplémentaire. Héroïque, sans être téméraire ni fanfaron, bien au contraire, Paul Bensimon est de ceux-ci. Il a traduit Byron et il nous a donné récemment une superbe traduction de la « Ballade de la geôle de Reading »1. La première lecture de cette traduction – et les suivantes – m’a procuré un tel plaisir que j’aimerais l’étudier pour essayer de comprendre comment se produit le miracle d’une traduction poétique réussie. J’appliquerai ici une méthode totalement empirique. J’ai lu cette traduction avec émotion. J’ai lu l’original avec une émotion très similaire. J’en conclus que c’est une traduction réussie et je me propose d’observer sur divers points souvent discutés dans les colloques quelles ont été les décisions du traducteur.

2J’utiliserai comme point de départ de mon étude des outils d’analyse textuelle informatisée qui permettent d’obtenir des données quantitatives. L’approche quantitative, aux antipodes d’une lecture inspirée, est propre à refroidir les émotions, à les mettre à distance, donc à essayer de les comprendre.

3Le choix des instruments est limité par le prix de la plupart des logiciels2. Nous avons le privilège à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 d’avoir un accès gratuit au logiciel Lexico33. Pour soumettre les textes au logiciel, j’ai dû les numériser en scannant l’original et la traduction. Ce travail permet de présenter le poème en version bilingue juxtalinéaire4, « diplomatique » pour les philologues, alignée selon les informaticiens.

4Le logiciel commence par segmenter le texte pour déterminer le nombre d’occurrences, puis calcule le nombre de formes et la fréquence de chacune. Les fichiers de sortie sont de deux types « .par(amètres) » et « .dic(tionnaire) ».

Tableau 1 : Fichiers .par pour l’original à gauche et la traduction à droite.

Résultat de la segmentation du fichier : Ballad.TXT

Délimiteurs .,:;!?/_-\ »’()[]{}§$

Résultat de la segmentation du fichier : trad.TXT

Délimiteurs .,:;!?/_-\ »’()[]{}§$

nombre des occurrences : 4144

nombre des occurrences : 4231

nombre des formes : 1254

nombre des formes : 1455

fréquence maximale : 205

fréquence maximale : 125

nombre des hapax : 756

nombre des hapax : 972

5On observe tout d’abord que la traduction comporte plus d’occurrences que le texte original. Bien que la forme poétique soit respectée – même nombre de vers, 654 – le texte traduit est plus long de 2 % environ. Le nombre de formes différentes utilisées dans la traduction est nettement plus élevé (+ 201). Inversement, la fréquence maximale est plus élevée dans le texte original – il comporte plus de répétitions. Enfin, la traduction en français comporte plus d’hapax que le texte anglais original.

6Il a souvent été constaté que les traductions étaient plus longues que les originaux, indépendamment des combinaisons de langues considérées, et ceci a été attribué au souci de clarté des traducteurs. Il est très surprenant que ce phénomène soit présent ici, alors que la contrainte du vers est très forte.

7Le logiciel Lexico dénombre les occurrences en segmentant le texte à l’aide de délimiteurs dont une liste est proposée par défaut, liste que l’utilisateur peut modifier selon ses besoins. J’ai utilisé les délimiteurs standard que sont les signes de ponctuation et l’espace : point, virgule, deux-points, point-virgule, point d’exclamation, point d’interrogation, barre oblique, tiret de soulignement, trait d’union, barre oblique inversée, guillemets, apostrophe, parenthèses, crochets, accolades, paragraphe, dollar. On constate que la notion d’occurrence de formes ne recouvre que partiellement la notion de mot, qui a fait l’objet de débats sans fin entre linguistes.

8Un traitement de texte standard comme Word fournit des statistiques dans le menu « Outils » donnant le nombre de pages, de mots, de caractères espaces non compris, le nombre de caractères espaces compris, de paragraphes, de lignes. Le nombre de mots établi par Word ne correspond pas au nombre d’occurrences que fournit Lexico. Une vérification manuelle sur un échantillon du corpus montre que cette différence s’explique du fait que Word ne prend pas l’apostrophe comme délimiteur, ce qui diminue artificiellement et de manière non négligeable le nombre de mots en français. Le nombre de caractères est donc plus fiable si l’on veut comparer la longueur du texte et de sa traduction. À partir de ces chiffres, on peut calculer la longueur moyenne des mots. Elle est supérieure en français. Enfin le nombre moyen de mots par vers est très voisin, légèrement inférieur en français où les mots sont plus longs.

Tableau 2 : Statistiques fournies par Word

Nombre de

Original

Traduction

Mots

4079

4027

Caractères espaces non compris

16804

18882

Caractères espaces compris

20268

22344

Longueur moyenne des mots

4,12

4,69

Nombre moyen de mots par vers

6,23

6,15

9Les deux outils de comptage disponibles montrent donc que la traduction est plus longue, mais un élément essentiel n’est pas pris en compte, c’est la forme poétique dont nous parlerons plus loin.

10En ce qui concerne les trois autres paramètres, liés les uns aux autres, on vérifie, ici aussi, des tendances générales des textes traduits : éviter les répétitions, varier les formes, trouver des synonymes. Il importe, par ailleurs, de prendre en compte la spécificité de l’anglais dont le système phonologique peut expliquer la présence de répétitions. En effet, comme l’avait si justement souligné notre collègue Denis Keen, la deuxième mention d’un même terme perd son accent fort, et la répétition se trouve ainsi estompée par la prosodie. Cela n’est pas le cas en français où les répétitions sont plus pesantes et, en conséquence, pourchassées par les traducteurs.

  • 5 Voir annexe, p. 186.

11Pour les index hiérarchiques, ne sont reproduites ici que les fréquences supérieures à 105. On observe, tout d’abord, que viennent en tête, comme c’est toujours le cas, les mots grammaticaux et cela dans les deux langues considérées. Les mots lexicaux les plus fréquents se correspondent, sans différences marquantes, dans les deux langues. Le tableau 3 indique la fréquence dans la première colonne. Par exemple, man a trente-trois occurrences alors que homme en a vingt-neuf.

Tableau 3 : Comparaison des mots lexicaux les plus fréquents

Fréquence

Texte original

Texte traduit

33

man

29

homme

21

men

20

day

15

prison

jour

14

cœur

13

heart, thing

12

never, soul

âme, prison

11

dead, night, red

nuit

10

air, round, saw

12Les différences observées s’expliquent en retournant au texte de l’édition bilingue pour étudier les contextes. Day est plus fréquent que jour car il est traduit cinq fois par clarté, l. 12 et 33, 102, 130 et 414, dans un contexte où il désigne non pas l’unité de temps de 24 heures mais la lumière du jour par opposition à la nuit. Day apparaît notamment dans des vers qui reviennent comme un refrain et il est très important que les mêmes termes reviennent également dans la traduction. Enfin ce choix se justifie par le souci de maintenir le rythme avec un octosyllabe dans cette position.

But I never saw a man who looked

Mais jamais je n’ai vu homme scruter

So wistfully at the day. (l.12)

Si pensivement la clarté.

13De même, prison dans le texte original est plus fréquent que prison dans la traduction en raison de la variante geôle qui apparaît plusieurs fois, l. 66, 379 et 459. On relève un seul exemple inverse où gaol est traduit par prison à la ligne 537. Dans la mesure où le terme de l’original n’est pas pris dans une structure répétée à préserver, le traducteur a la liberté de varier le terme choisi en français. À la ligne 66, le choix de geôle produit une allitération bienvenue avec gibier et permet d’obtenir un octosyllabe.

14Si l’on regroupe man et men, on a un total de 54 occurrences. Homme apparaît 29 fois, la forme plurielle hommes 9 fois (elle ne figure donc pas dans l’index abrégé de l’annexe), soit un total de 38 occurrences, bien inférieur à l’équivalent anglais. Quand man est modifié par un adjectif, le français permet de substantiver cet adjectif. On en relève de nombreux exemples : the brave man > le brave, l. 42 et 654, the dead man > le mort, l. 157, this wretched man > ce misérable, l. 457. Employé avec les quantifieurs each ou every, on se passe en français de nom en pronominalisant le quantifieur : each/every man > chacune d’entre/de nous, l. 227 et 245. Dans les génitifs, soit il est rendu par un adjectif : Man’s grim justice > la Justice Humaine, l. 361 ; soit il disparaît : each man’s heart > chaque cœur, l. 377 ; this man’s face, … that man’s face > tel visage … Et tel autre visage, l. 411-412 ; How else may man make straight > comment rendre, l. 615. Enfin man peut être rendu par un autre vocable : no man spoke > personne, l. 438 ; A common man’s despair > Des simples gens, l. 492.

15On relève treize occurrences de thing mais chose n’en a que cinq. Les mots lexicaux à sens très général sont soigneusement évités par le traducteur.

16Élargissons notre étude à des aspects que l’analyse automatique ne prend pas en compte mais qui sont ici fondamentaux.

Forme poétique

  • 6 M. Aquien, 1993, Dictionnaire de poétique, Paris, Le Livre de Poche.
  • 7 O. Wilde, Œuvres, op. cit., p. 1596.

17La forme poétique adoptée ici par Wilde est la ballade. Michèle Aquien6 commence par rappeler l’origine du mot qui vient de baller (danser), ce que souligne également Paul Bensimon dans sa note sur la traduction7. La forme ballade traditionnelle anglaise est constituée de strophes de quatre vers avec alternance régulière de vers iambiques de quatre et de trois accents, dont les vers 2 et 4 riment.

18L’une des plus célèbres de la littérature anglaise est « The Rime of the Ancient Mariner » de Coleridge, qui résonne dans le texte de Wilde. Le poète n’emploie la forme de base que comme canevas et étend la strophe jusqu’à six vers et parfois plus et fait usage de rimes intérieures dans les vers impairs.

19Wilde fait du sixain sa norme en enchaînant 109 sixains répartis en six parties inégales. Le traducteur a respecté scrupuleusement cette forme, à part les rimes, pour préserver le rythme du poème, qui en fait toute l’intensité.

20La forme poétique de la ballade impose, par ailleurs, le retour d’un refrain. Il n’est pas présent à proprement parler : les première et deuxième strophes de la deuxième partie reprennent fidèlement les deuxième et troisième strophes de la première partie à l’exception du premier vers et de quelques différences dans le lexique des deux derniers vers.

21Dans l’extrait ci-contre, les reprises sont en italique, les différences sont soulignées. L’idée de refrain n’est évoquée qu’à travers un jeu subtil d’échos, avec variations qui montrent à la fois l’immobilité et l’approche inexorable du dénouement.

  • 8 Originaire de Sumatra, enchaînement de refrains entrelacés, définition d’H. Morier, 1981 [1961], Di (...)

22On observe également de nombreux enchaînements d’une strophe à l’autre par répétition d’un vers qui s’intègre ensuite à un nouvel environnement, rappelant le pantoum8 (exemple en gras ci-contre).

23Toutes ces caractéristiques formelles de la ballade sont scrupuleusement respectées par le traducteur.

He walked amongst the Trial men

In a suit of shabby gray;

A cricket cap was on his head,

And his step seemed light and gay;

But I never saw a man who looked

So wistfully at the day. l. 12

Il marchait au milieu des prévenus

Dans son habit d’un gris râpé,

Coiffé d’une casquette de cricket,

Son pas semblait léger et gai ;

Mais jamais je n’ai vu homme scruter

Si pensivement la clarté.

I never saw a man who looked

With such a wistful eye

Upon that little tent of blue

Which prisoners call the sky,

And at every drifting cloud that went

With sails of silver by. l. 18

Jamais je n’ai vu un homme scruter

Avec des yeux aussi pensifs

Ce petit pan de tente bleue, là-haut,

Que les prisonniers nomment ciel,

Et chaque nuage errant qui glissait

Avec sa voilure d’argent.

Six weeks our guardsman walked the yard,

In the suit of shabby gray:

His cricket cap was on his head,

And his step seemed light and gay,

But I never saw a man who looked

So wistfully at the day. l. 102

Six semaines il arpenta la cour,

Dans son habit d’un gris râpé,

Coiffé de sa casquette de cricket,

Son pas semblait léger et gai ;

Mais jamais je n’ai vu homme scruter

Si pensivement la clarté.

I never saw a man who looked

With such a wistful eye

Upon that little tent of blue

Which prisoners call the sky,

And at every wandering cloud that trailed

Its ravelled fleeces by. l. 108

Jamais je n’ai vu un homme scruter

Avec des yeux aussi pensifs

Ce petit pan de tente bleue, là-haut,

Que les prisonniers nomment ciel,

Et chaque nuage errant qui traînait

Sa longue toison emmêlée.

24Les différences que l’on peut observer dans la traduction s’expliquent facilement. On a au vers 11 « Mais jamais je n’ai vu homme scruter » et au vers 13 « Jamais je n’ai vu un homme scruter » avec ajout de l’article indéfini pour respecter le décasyllabe.

Enfin ces vers sont repris dans la quatrième partie, après l’exécution du condamné, à propos des prisonniers qui ont accompagné le supplicié en pensée :

And I never saw sad men who looked

So wistfully at the day. l. 414

Jamais ne vis-je hommes tristes scruter

Si pensivement la clarté.

I never saw sad men who looked

With such a wistful eye

Upon that little tent of blue

We prisoners called the sky,

And at every careless cloud that passed

In happy freedom by. l. 420

Jamais ne vis-je hommes tristes scruter

Avec des yeux aussi pensifs

Ce petit pan de tente bleue, là-haut,

Que nous, prisonniers, nommions ciel,

Et chaque nuage insouciant passant

Dans une heureuse liberté

  • 9 E. Benveniste, 1966, « Les relations de temps dans le verbe français », I Problèmes de linguistique (...)

25Le changement de temps du passé composé au passé simple donne une force nouvelle à ce vers. On a ici une illustration de la différence faite par Benveniste entre discours et histoire ou récit9. Le passé composé, Jamais je n’ai vu, appartient au discours. On pourrait y ajouter « jusqu’à maintenant ». Le passé simple, lui, repousse l’événement dans un passé révolu unique, appartenant à l’histoire. Il l’inscrit dans une forme de récit définitivement clos.

26Autre effet de refrain très marqué puisqu’il clôt le poème : les lignes 35 et 36 ainsi que la septième strophe, lignes 37-42 sont répétées aux lignes 647 et 648 et, comme dernière strophe, lignes 649-654. Le texte original présente de légères variations :

Yet each man kills the thing he loves,

By each let this be heard, l. 38

And all men kill the thing they love,

By all let this be heard, l. 650

27La traduction néglige cette variation et reprend les mêmes termes mot pour mot :

Pourtant chaque homme tue l’être qu’il aime,

– Que tous entendent ces paroles ! l. 38 et 650

28L’effet de refrain en est renforcé et le choix entre chaque et tous est, pour ainsi dire, neutralisé puisque les deux sont employés.

Allitérations et assonances

29Nous l’avons vu, le traducteur a pris la décision de respecter la forme poétique en ce qui concerne le rythme, source de tension dramatique forte dans ce poème. Il explique, plus loin dans sa note, pourquoi il a dû renoncer à la rime : pour ne pas s’écarter du chemin de Saint Jérôme, l’exactitude. Cependant les rimes, finales ou internes, sont occasionnellement recréées et un jeu d’assonances et d’allitérations fait écho au matériau sonore de l’original.

30Le vers 345 « But the sough and swing of a mighty wing » comporte une allitération en -s et une rime intérieure swing / wing. Il est rendu par « Mais l’essor bruissant d’une aile puissante » où l’on retrouve une allitération en -s et une rime interne sans que la précision sémantique en souffre le moins du monde dans ce vers remarquable.

31Nous trouvons aux vers 375 et 376 un cas différent :

So, like things of stone in a valley lone,

Quiet we sat and dumb:

Tels des blocs de pierre en un val sauvage,

Nous ne bougions, ne disions mot ;

32La rime intérieure du vers 375 est compensée dans la traduction par celle du vers 376.

Déplacements

  • 10 Cette question est discutée notamment dans Palimpsestes 7 : L’ordre des mots, 1993, et Palimpsestes(...)

33Il a souvent été observé que l’ordre des mots varie d’une langue à une autre. C’est le cas entre l’anglais et le français, ce qui oblige à des choix parfois difficiles au moment de traduire. L’ordre canonique ou neutre varie, certes, mais le problème devient plus crucial quand cet ordre « normal » est bouleversé par l’emploi de diverses structures comme les inversions, antépositions, dislocations, postpositions, extrapositions, par exemple. Le marquage dans une langue n’a pas toujours d’équivalent strict dans l’autre langue même si une structure identique existe10.

  • 1

34Prenons un premier cas simple : « It is sweet to dance to violins » (1. 11145), traduit par « Danser au son des violons est doux ». L’extraposition a disparu en français où l’on pouvait avoir « Il est doux de danser au son des violons ». Il était hors de question de la conserver en raison du mètre : on aurait eu deux syllabes de trop.

35Examinons maintenant les deux premiers vers de la quatrième partie :

In Debtors’ Yard the stones are hard,

And the dripping wall is high, l. 176

Durs sont les pavés, au Préau des Dettes,

Et hauts sont les murs suintants ;

36L’original comporte une antéposition du circonstant de lieu In Debtors’ Yard qui le thématise et le pose comme repère. Le traducteur réorganise la phrase en thématisant fortement par antéposition l’adjectif attribut durs, suivi d’une inversion sujet/verbe, le circonstant de lieu venant en fin de vers. La même structure est reprise au vers suivant, dont le sujet inversé murs forme une rime intérieure avec durs. Pourquoi ces modifications ? Faisons varier l’ordre des éléments pour se rapprocher de l’ordre de l’original : « au Préau des Dettes, les pavés sont durs, / et les murs suintants sont hauts ». Les deux vers ont perdu leur qualité poétique. La perte de la rime intérieure de l’original Yard/hard n’est pas compensée par celle de durs/murs qui sont trop proches pour être efficaces. Le réarrangement est donc pleinement justifié.

Expressions idiomatiques et collocations

  • 12 M. Pergnier, 1993 [1978] : 252.

37L’emploi d’expressions figées pose un problème particulier dans l’écriture poétique et dans sa traduction. À propos des expressions idiomatiques, Pergnier12 note :

C’est pourquoi les poètes s’en défient [de l’idiome] et n’ont de cesse – dans leur souci de « donner un sens plus pur aux mots de la tribu » et de retrouver la saveur de l’unique – qu’ils ne l’aient violenté, débusqué, trahi, détourné de sa pesanteur naturelle.

38Cependant elles font partie du matériau linguistique à la disposition de l’écrivain et le texte étudié en comporte inévitablement. Nous distinguerons différentes sortes d’expressions figées dans un continuum qui va de la collocation avec variantes possibles à l’expression idiomatique totalement figée dont le sens ne peut se déduire du sens de ses éléments.

39Que doit faire le traducteur face à ce type d’élément ? Pour certains traductologues, comme Berman, la réponse est claire : ces locutions doivent être préservées. En effet, il dénonce la destruction des locutions et idiotismes comme une des treize tendances déformantes qu’il recense (Berman, 1999 [1985]). Qu’en est-il dans la pratique ?

40Night and day constitue une structure coordonnée à ordre fixe. Il existe en français une structure comparable jour et nuit, généralement dans cet ordre, inverse. Le traducteur a choisi systématiquement une expression non figée, asyndétique, la nuit, le jour, qui suit l’ordre de l’expression originale et redonne force et autonomie à chacun des constituants (l. 62, 182, 566).

41Spick and span constitue l’exemple type de l’expression idiomatique. C’est une structure coordonnée à ordre fixe (*span and spick). Les éléments se combinent pour créer un sens, « neat, clean and well looked after », sans lien avec le sens de chacun. Span existe mais son sens (« envergure, durée ») est sans lien avec celui de la coordination idiomatique. Spick seul n’existe que marginalement en anglais américain (« Latino »). Le traducteur a choisi ici une forme neutre tout éclatant plutôt qu’une traduction standard comme impeccable ou propre comme un sou neuf.

42Dans ces deux exemples, on voit que le traducteur a choisi de s’écarter du figement mais on observe d’autres cas où les collocations sont respectées au plus près.

God’s sweet world, l. 162 : ce doux monde du Seigneur
God’s sweet air, l. 409 : l’air pur du Seigneur

On remarque ici le choix d’une collocation air pur en français.

God’s kindly earth, l. 477 : la douce terre de Dieu
Holy night, l. 167 : sainte nuit (comme dans la chanson)
Snow-white, l. 636 : blanc comme neige

43Nous terminerons par un petit exercice qui illustre concrètement la supériorité du traducteur humain sur la machine, ce qui ne nous apprend rien, mais qui permet, même sur un court extrait, de voir en détail la complexité et la multiplicité des problèmes que le traducteur doit résoudre en permanence.

44J’ai soumis un échantillon du poème au logiciel SYSTRAN13 :

He did not wear his scarlet coat,

for blood and wine are red,

Il n’a pas porté son manteau d’écarlate, parce que le sang et le vin sont rouges,

and blood and wine were on his hands

when they found him with the dead,

et le sang et le vin étaient sur ses mains quand ils l’ont trouvé avec les morts,

the poor dead woman whom he loved,

and murdered in her bed.

la pauvre femme morte qu’il a aimée, et assassiné dans son lit.

45Les différentes possibilités d’interprétation de l’article Ø en anglais, soit générique comme dans Ø blood > le sang, soit spécifique indéfini, dans Ø blood > du sang, ne sont pas distinguées par le logiciel dans le contexte donné.

46Une vérification avec There was blood on his hands > Il y avait de sang sur ses mains montre que le logiciel reconnaît le sens partitif mais fait surgir un autre problème, celui des articles contractés du français.

47Autre difficulté non résolue par SYSTRAN, l’accord du participe passé dans le contexte. Le premier est accordé correctement qu’il a aimée mais pas le deuxième, et assassiné. J’ai voulu vérifier que le participe est accordé correctement même en l’absence de relatif : « The woman he murdered. > La femme qu’il a assassinée ». Le résultat est concluant. Ce phénomène grammatical est donc intégré mais il y a, semble-t-il, autre chose qui bloque ici l’application de l’accord, peut-être la virgule et le and qui précèdent.

48Les outils que nous avons choisi d’utiliser ont le mérite de faire avancer la compréhension des textes sous des aspects imperceptibles à l’œil nu. SYSTRAN attire l’attention sur des problèmes de base de la traduction, comme la polysémie et l’anaphore, qui doivent pouvoir être résolus dans des versions ultérieures du logiciel. Lexico pointe des phénomènes plus fins. L’édition bilingue électronique permet, enfin, de systématiser les recherches d’équivalences, tout simplement grâce à la fonction « rechercher » du traitement de texte.

49Les questions qui peuvent se poser autour de cette traduction trouvent leur réponse dans le projet exposé par le traducteur dans sa note. C’est la forme poétique qui prime, mais il doit s’affranchir de la contrainte de la rime pour ne pas renoncer à l’exactitude. Il avoue deux exceptions à la règle d’or de l’exactitude. Je les cherche encore…

50Chez d’autres, les déclarations de principe ne sont pas toujours mises en pratique. Ici il y a adéquation parfaite entre la pratique et la réflexion sur cette pratique. Quelle leçon !

Haut de page

Bibliographie

Ballard, Michel, 1992, De Cicéron à Benjamin, Traducteurs, traductions, réflexions, Lille, Presses Universitaires de Lille.

Bassnett, Susan et Lefevere, André, 1998, Constructing Cultures, Essays on Literary Translation, Clevedon, Multilingual Matters.

Bensimon, Paul, 1979, Le Romantisme féminin en Angleterre de 1798 à 1832, thèse de doctorat d’état, sous la direction de Jean-Jacques Mayoux, Paris.

Bensimon, Paul, 2002, « Les groupes adjectivaux binaires antéposés », in Palimpsestes 14 : Contraintes syntaxiques et liberté stylistique : le déplacement des éléments dans la phrase, Paris, PSN.

Berman, Antoine, 1999 [1985], La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris, Seuil, coll. « L’Ordre philosophique ».

Byron, George Gordon, 1971, The Prisoner of Chillon ; Childe Harold, canto III, préface et postface de Paul Bensimon, traductions de Paul Bensimon et Roger Martin, Paris, Aubier-Flammarion.

Lebart, Ludovic & Salem, André, 1994 [1977], Statistique textuelle, Paris, Dunod.

Muller, Charles, 1977, Principes et méthodes de statistique lexicale, Paris, Hachette.

Pergnier, Maurice, 1993 [Champion, 1978], Les Fondements sociolinguistiques de la traduction, Lille, Presses Universitaires de Lille.

Haut de page

Annexe

Fichiers .dic triés par ordre de fréquence décroissante (index hiérarchiques) : anglais à gauche, français à droite.

205

the

125

de

140

And

99

la

108

a

90

le

84

of

84

un

73

and

74

Et

60

to

62

l

52

in

54

les

51

The

52

d

47

that

45

nous

47

with

43

ne

44

his

41

il

38

s

36

en

37

he

35

et

36

we

35

une

34

not

33

à

33

man

32

dans

31

For

32

des

30

they

31

du

28

But

30

Le

28

is

30

pas

27

was

30

son

26

it

29

homme

25

With

29

qui

22

each

28

n

22

him

28

qu

21

men

27

que

20

He

25

Mais

20

I

25

est

20

We

24

Nous

20

day

21

Car

20

had

20

L

19

That

20

avec

19

by

20

plus

19

who

19

sa

17

In

18

Il

17

all

18

se

16

as

17

était

15

at

17

ils

15

on

17

pour

15

prison

16

Dans

14

Some

15

La

14

little

15

comme

14

one

15

jour

14

upon

15

s

13

To

14

chaque

13

does

14

coeur

13

for

14

sur

13

heart

13

Les

13

no

13

Que

13

thing

13

au

13

were

13

ses

12

So

12

D

12

never

12

Pour

12

or

12

Qui

12

soul

12

âme

12

through

12

ce

12

will

12

je

11

Is

12

prison

11

dead

11

a

11

night

11

nuit

11

red

11

si

11

their

10

En

10

They

10

Ils

10

air

10

autre

10

every

10

ont

10

have

10

sont

10

its

10

round

10

saw

10

us

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 O. Wilde, 1996, Œuvres, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, p. 45-64. Le texte original utilisé est celui de l’édition d’I. Murray, 1989 [1897], Oscar Wilde, « The Oxford Authors », Oxford University Press, p. 548-566. Ces textes sont reproduits à la fin de l’article, p. 187.

2 Quelques exemples de logiciels d’analyse textuelle : Wordsmith Tools, OUP, Hyperbase d’E. Brunet, Université Sophia-Antipolis. http://ancilla.unice.fr/%7Ebrunet/pub/hyperbase.html

3 Créé par A. Salem, C. Lamalle, W. Martinez et S. Fleury. http://www.cavi.univ-paris3.fr/ilpga/ilpga/tal/lexicowww/

4 Les fichiers sont disponibles à des fins de recherche : vauther@univ-paris3.fr.

5 Voir annexe, p. 186.

6 M. Aquien, 1993, Dictionnaire de poétique, Paris, Le Livre de Poche.

7 O. Wilde, Œuvres, op. cit., p. 1596.

8 Originaire de Sumatra, enchaînement de refrains entrelacés, définition d’H. Morier, 1981 [1961], Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, PUF.

9 E. Benveniste, 1966, « Les relations de temps dans le verbe français », I Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, p. 237.

10 Cette question est discutée notamment dans Palimpsestes 7 : L’ordre des mots, 1993, et Palimpsestes 14 : Contraintes syntaxiques et liberté stylistique : le déplacement des éléments dans la phrase, 2003, Paris, PSN.

11

12 M. Pergnier, 1993 [1978] : 252.

13 Essais gratuits sur http://www.systran.fr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Vautherin, « Étude lexicométrique d’un poème et de sa traduction, « The Ballad of Reading Gaol » d’Oscar Wilde traduit par Paul Bensimon », Palimpsestes, Hors série | 2006, 173-206.

Référence électronique

Béatrice Vautherin, « Étude lexicométrique d’un poème et de sa traduction, « The Ballad of Reading Gaol » d’Oscar Wilde traduit par Paul Bensimon », Palimpsestes [En ligne], Hors série | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/401 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.401

Haut de page

Auteur

Béatrice Vautherin

Béatrice Vautherin est linguiste et s’intéresse à la traduction à travers l’utilisation des corpus bilingues. Membre du groupe de recherche TRACT depuis sa fondation par Paul Bensimon en 1984, elle a publié dans la revue Palimpsestes. Elle a traduit Noam Chomsky, Reflexions on language, en collaboration, pour les éditions Maspero. Elle est maître de conférences à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org