Navigation – Plan du site

Présentation

Maryvonne Boisseau
p. 9-16

Texte intégral

Car ce qu’il y a d’abord à penser,
c’est que le langage fait (quelque chose)
en même temps qu’il dit. Et il peut faire autre chose
que ce que disent les mots qu’on dit,
faire ce que les mots – qu’on identifie au langage –
ne disent pas et justement ne pourront jamais dire.
Parce qu’il n’y a pas que le sens dans le langage.
Mais il peut aussi s’ajouter de la force au sens,
ce que le sens en lui-même n’est pas1.

1Tout lecteur et, a fortiori, tout lecteur-traducteur a une perception intuitive de la cohérence d’un texte, ou de sa dyscohérence, et, à première vue, la question de sa traduction peut paraître saugrenue.

2D’un point de vue linguistique, la notion de cohérence et celle de cohésion à laquelle elle est associée depuis les travaux fondateurs dans ce domaine de M. A. K. Halliday et Ruqaiya Hasan2 ont fait l’objet de nombreuses études qui balisent la recherche actuelle en « grammaire du texte » et, plus largement, inspirent la réflexion sur le texte dans sa relation au discours. Sans que l’on puisse en donner une définition métalinguistique aux contours précis, la cohérence apparaît d’une part comme le résultat d’un jugement fondé sur la reconnaissance des marques de cohésion du discours et, d’autre part, comme une stratégie qui vise à en relier, hiérarchiser et homogénéiser les éléments, pour le rendre signifiant, l’un et l’autre aspects renvoyant, au fond, à l’acception courante du terme. Michel Charolles souligne cette difficulté à s’écarter du sens commun lorsqu’on parle de cohérence mais aussi son lien évident avec la perception d’une signification :

Il n’est pas sûr que l’on puisse définir précisément en quoi consiste la cohérence, ni non plus qu’il faille chercher à le faire. La plupart des « définitions » qui ont pu être proposées à ce sujet ne font jamais qu’exploiter des formules du sens commun voulant, par exemple, que les discours soient « suivis », qu’ils « ne sautent pas du coq à l’âne », qu’ils « avancent » de façon consistante, qu’ils développent un thème, etc. […] Une fois admis en effet que la cohérence est un trait constitutif des discours (c’est-à-dire du fait même qu’il y ait discours), parler de cohérence à propos d’une suite d’énoncés revient à dire que cette suite acquiert une signification en tant que telle, et l’idée de signification n’est ni plus ni moins définissable à cette échelle qu’elle ne l’est à celle des autres unités de structuration du langage3.

3Dans cet esprit, la distinction établie à la suite de Halliday et Hasan entre cohérence et cohésion ne serait qu’un outil commode facilitant le repérage et l’analyse des liens internes au texte. Les travaux de Michel Charolles, sans nier cette distinction, remettent cependant en cause sa pertinence et le « partage précis des deux territoires4 » précisément parce que ce qui est d’abord une présomption de cohérence concerne essentiellement le discours, au-delà du texte, ou plus exactement, l’activité discursive, celle du texte, et celle générée par le texte dont on dira que la traduction est l’une des modalités. Et c’est bien pour cette raison-là que, fondamentalement, la question de la traduction de la cohérence surgit car l’activité de traduction, le traduire, relève de l’énonciation et donc d’une dynamique de transformation qui peut déplacer le centre de gravité d’un texte original par la mise en œuvre d’autres forces de cohésion.

4Cette question de la traduction de la cohérence se pose alors à plusieurs niveaux de réception et de production : celui de la perception de la cohérence présupposée de l’original (qui ne va pas, il est vrai, toujours de soi), celui de la structuration linéaire du texte au moment de sa production (marques de cohésion textuelle), et celui de l’adéquation du discours produit à une situation donnée, adéquation problématique en raison des décalages temporel et culturel entre l’original et la, ou les, traduction(s). Apparaissent ainsi une dimension horizontale, celle de la linéarité de la structuration du dire (l’axe syntagmatique), et une dimension verticale, celle de la mise en discours dans l’épaisseur de la construction du sens (l’axe paradigmatique). S’interroger tout à la fois sur la cohérence et sur la traduction de la cohérence nécessite alors la prise en compte de ces deux dimensions, que l’on peut rapprocher de ces « deux modes distincts de signifiance […], le mode SÉMIOTIQUE d’une part, le mode SÉMANTIQUE de l’autre5 ». Toutefois, cette distinction qui renvoie d’un côté à l’ordre du signe et de l’autre à celui du discours, conduit sans doute à simplifier et à réduire les perspectives que la saisie globale de la force de cohésion d’un texte et, partant, de la cohérence qui en résulte, invite à penser (sans que cette dernière soit pour autant une somme de composants). La cohérence d’un texte, ou sa dyscohérence (qui n’est sans doute qu’un autre ordre des choses), est ce qui fait la force d’un texte, original ou traduction : vis verbi, vis verborum6, la force des mots liés, déliés, reliés, ce qu’Henri Meschonnic nomme « la force dans le langage » :

La force dans le langage, c’est le continu de la signifiance. Bien plus, et de manière plus diffuse, plus étendue, d’autant plus qu’elle est souvent non reconnue – c’est l’efficacité, la puissance de l’imperceptible – quand d’autres fois, elle est voulue et ressentie comme telle. La force, c’est plus que tout, un continu d’un corps à son langage. Un continu d’une langue à ce qui s’y écrit et de ce qui s’écrit à sa langue, quand se produit un système de discours, l’invention d’une historicité radicale7.

5Et c’est, paradoxalement, en osant soumettre le texte meschonnicien lui-même à l’épreuve du sémiotique que Jean-Pierre Richard, en hommage à Henri Meschonnic8, dans l’essai qui ouvre cette livraison de Palimpsestes, tente d’en interroger la cohérence. Cependant, Jean-Pierre Richard se place d’emblée dans le sillage de Meschonnic – lequel n’a jamais cessé de dénoncer la confusion sens-signe – en proposant de voir dans la cohérence « une activité du texte » : « La cohérence n’est pas une donnée du texte ; elle advient, dans cette relance du sens pluriel qu’est une lecture critique ou une traduction, par l’intégration à une seule et même dynamique d’un maximum de composantes textuelles. Elle n’est pas non plus un résultat, une somme : le sens étant illimité, toute totalisation est impossible. La cohérence est une activité du texte : c’est ce qu’il fait. »

6Il montre aussi comment, à travers l’affrontement des forces verbales dans le « poème » de Meschonnic (en l’occurrence Éthique et politique du traduire, Verdier, 2007), l’enjeu se déplace de la cohérence vers le « continu » du langage et, sur le double plan de la théorie du langage et de l’analyse elle-même, du sémiotique vers ce que Meschonnic appelait de ses vœux, à savoir le développement de la pensée d’« une sémantique sérielle9 ».

7Si donc ce premier essai peut sembler décentré par rapport à l’objet même de ce volume, puisqu’il ne traite pas de la façon dont l’effet de cohérence d’un texte est rendu lors de la traduction, il n’en propose pas moins une lecture à l’écoute du continu d’une voix qui, selon les mots de Jean-Pierre Richard, « a redéfini en termes contemporains la tâche des traducteurs ». Ces derniers sont en effet les mieux à même de percevoir non seulement l’importance de la texture d’une œuvre mais aussi les différences entre les langues.

8Cette présentation de ce volume de Palimpsestes ne saurait donc, en tentant artificiellement d’unifier la problématique complexe de la traduction de la cohérence, se substituer aux auteurs des articles, lesquels fondent leurs observations non seulement sur l’analyse des marqueurs linguistiques de cohésion dans des situations énonciatives diverses, anaphore ou mots-charnières, mais également sur la mise au jour des fils directeurs que peuvent constituer telle stratégie discursive ou telle cohérence thématique au sein d’une œuvre. Il serait vraisemblablement vain et réducteur de vouloir à tout prix chercher à lier ces articles entre eux au nom d’une cohérence sans doute introuvable.

9Ainsi, Bruno Poncharal, choisissant une orientation énonciativiste, étudie le cas de l’anaphore dans les textes en « prose de pensée » qu’il a lui-même traduits. L’expérience de traducteur et l’expertise linguistique qui guident sa réflexion sur le cas de la répétition, celle du nom propre en particulier, l’amènent à mettre en évidence le rôle souvent négligé de la prosodie dans la mise en place, en anglais, des liens inter-phrastiques et inter-paragraphes, tandis qu’il observe la tendance du français à privilégier et restaurer le lien logique au moyen de connecteurs ou de signes de ponctuation. Sa préoccupation, en tant que traducteur lui-même, est à coup sûr de préserver la cohérence de l’original, mais également, selon ses propres termes, de permettre au « lecteur virtuel de continuer d’accéder à la logique de l’argumentation d’un texte de prose de pensée ».

10Dans le domaine de la traduction audio-visuelle, le souci des traducteurs est le même : comment ne pas faire obstacle à l’accès immédiat par le spectateur de la cohérence des échanges verbaux au cinéma ? Frédérique Brisset, optant pour une approche pragmatique, analyse les stratégies mises en œuvre lors de la traduction de trois charnières caractéristiques de la langue parlée, I mean, you know et well, dans le doublage de films de Woody Allen, en prenant ses exemples dans quatre des films du cinéaste. Compte tenu des difficultés techniques propres à la traduction audio-visuelle, son étude fait apparaître la diversité des solutions retenues par les traducteurs que le passage de la version originale à la version doublée modifie. Frédérique Brisset met aussi en lumière les variations induites par l’usure rapide de ces expressions souvent liées au contexte d’une époque. Mais en règle générale, c’est la contrainte d’« efficacité » et d’« efficience » qui prime, autrement dit la nécessité de marquer, à l’oral, la continuité thématique ou topicale, ces charnières, qui regardent en amont et en aval du texte, servant aussi, écrit-elle, à « mener la situation à une étape ultérieure ».

11D’un autre point de vue, le texte littéraire, qui ne fonctionne pas nécessairement selon une logique ortholinguistique, fait apparaître que la traduction peut défaire ou bien renforcer la cohérence de la construction d’un personnage et d’une voix, comme par exemple celle de Holden Caulfield dans The Catcher in the Rye, étudiée dans le détail de ses idiosyncrasies par Isabelle Génin. Le simple choix du passé simple comme temps du discours dans la première traduction du roman, celle de Jean-Baptiste Rossi, confère au personnage une cohérence décalée par rapport à l’image d’incohérence psychique qu’il donne dans l’original, tandis que la traduction plus récente d’Annie Saumont, qui accentue et systématise l’oralisation argotique du discours du personnage, crée, selon Isabelle Génin, « une voix d’une telle cohérence » que l’instabilité psychique du personnage en est « gommée ». Il est à noter que l’une et l’autre traductions sont en phase avec le contexte socio-linguistique de leur époque, ce qui montre là encore que l’effet de cohérence ressenti dépend aussi de facteurs extra-textuels.

12Dans un autre registre d’oralité, celui d’une « écriture vocale », la traduction de Ghosts d’Eva Figes par Nancy Huston, que Nathalie Vincent-Arnaud analyse en termes stylistiques, met en lumière deux aspects intéressants éclairant d’un autre jour cette question de la traduction de la cohérence : en premier lieu, celui d’un temps nécessaire à la reconnaissance d’une cohérence originale quand celle-ci naît de la dyscohérence des fragments monologiques d’un texte dont la modalité énonciative – celle du questionnement autobiographique – fragilise la voix de l’énonciateur-origine du discours ; en second lieu, la similarité d’une relation à une langue d’usage étrangère pour l’auteur et pour sa traductrice (langue d’écriture pour Eva Figes et langue d’écriture-traduction pour Nancy Huston). Cette proximité d’expérience facilite la compréhension de l’écriture de l’autre et la transposition de sa cohérence dans un processus d’écriture qui, sous le coup de la fascination, la réinvente en perturbant le caractère délibérément fragmentaire de l’original.

13La question se pose différemment encore quand un texte s’accomplit sur scène, quand l’enjeu de la traduction est la représentation théâtrale d’une représentation linguistique. Aussi, Marie Nadia Karsky combine-t-elle l’étude thématique de la violence, principe organisateur du texte de King Lear, sa représentation verbale et « l’impulsion de jeu » qui naît de la force des mots afin de dégager des trois traductions comparées la façon dont chacune s’approprie le vers shakespearien pour le projeter sur scène. Si les trois traductions comparées re-produisent, peu ou prou, une cohérence thématique et théâtrale proche du texte source, celle-ci provient de la mise en œuvre de ressources différentes, lexicales, rythmiques ou poétiques. La responsabilité des traducteurs dans la restitution d’une cohérence dramatique est donc grande puisque le travail textuel s’accompagne de la mise en relation de tous les éléments, verbaux et non verbaux, qui caractérisent le texte de théâtre.

14Le dernier mot revient donc au traducteur, pris entre son désir pour ainsi dire passionnel de traduire et sa propre réflexion sur son engagement dans le traduire : Bernard Hoepffner, rompu à l’écriture, à ses jeux, variations de registre et provocations, allant et venant de la lecture assidue des œuvres à leur traduction, expose avec brio sa conception du problème de la cohérence du texte ou, selon sa propre expression, de son « dynamisme ». Le restituer est affaire d’osmose entre le traducteur et l’auteur du texte : « Afin de rendre, redonner, restituer, recouvrer ce dynamisme, cette corporalité (corp-oralité), tout ce qui fait qu’un texte littéraire est autre chose qu’un assemblage de mots dont pourrait très bien se charger, à la rigueur, une machine, sans doute le traducteur, à défaut d’une adéquation entre texte source et texte cible, doit-il s’engager dans une sorte d’adéquation avec l’auteur. »

15Le positionnement du traducteur lui-même par rapport à l’original est ainsi crucial et le traducteur, lié à son texte par un certain nombre de contraintes, doit aussi, paradoxalement, savoir traduire en « ignorant » : l’œil rivé sur l’original, circonspect mais prêt à improviser à la manière d’un musicien de jazz, il en délivre la littéralité plutôt que la littérarité, tenu le temps du premier jet, par le lien ombilical qui l’attache au texte. La cohérence s’ensuit : les relectures patientes, pointilleuses, maniaques, sont là pour corriger ou conforter l’emportement du premier mouvement.

16Traducteurs ou non, les auteurs de ces articles ancrent leur réflexion critique et théorique dans l’expérience du texte et dans la perception de l’activité discursive. L’enjeu de la question posée apparaît à tous les niveaux, de la lecture à la traduction, de l’analyse à la critique, et tous montrent qu’il n’y a pas de réponse simple car le problème ne se pose pas de la même façon selon le genre des textes traduits ni non plus selon les registres de langue et la finalité des textes. D’un point de vue linguistique, à certaines particularités de la langue originale correspondent sans doute d’autres spécificités et contraintes de la langue de traduction mise à l’épreuve dans le rendu des liens de cohérence et de cohésion. Une latitude plus grande semble présider aux choix proprement stylistiques quand le marqueur de cohésion est pris dans le réseau dynamique de la construction thématique d’une cohérence, ou dyscohérence, d’une œuvre. Mais, dans tous les cas, plus ou moins explicitement, les auteurs de ces articles accordent au lecteur le redoutable privilège de la reconnaissance d’une cohérence du texte qui n’est plus tout à fait la même que celle à laquelle eux-mêmes, lecteurs avertis et traducteurs équilibristes, ont eu accès. Le lecteur « ignorant », le spectateur naïf, ne peut, lui, que s’adonner à une lecture et à une écoute confiantes pour ressentir ce que le texte dit qu’il fait.

Haut de page

Notes

1 Meschonnic, Henri, 2000, « La force dans le langage », in Chiss, Jean-Louis et Dessons, Gérard, La Force du langage. Rythme, discours, traduction. Autour de l’œuvre d’Henri Meschonnic, Paris, Honoré Champion, p. 12.

2 Halliday, M. A. K. et Hasan, Ruqaiya, 1976, Cohesion in English, Londres, Longman, coll. « English Language Series ».

3 Charolles, Michel, 2006, « De la cohérence à la cohésion du discours », in Calas, Frédéric, avec la collaboration de Zouhour, Messili-Ben Aziza et Tullon, Hubert, Cohérence et discours, Paris, PUPS, p. 25-38 (26).

4 Charolles, Michel, 1978, « Introduction aux problèmes de la cohérence des textes (approche théorique et études des pratiques pédagogiques) », Langue française n° 38, p. 7-41 (14).

5 Benveniste, Émile, 1974 [1969], « Sémiologie de la langue », in Problèmes de linguistique générale, t. 2, Paris, Gallimard, coll. « Tel », p. 43-66 (63).

6 La traduction connue de cette expression de Cicéron (« le sens des mots », nous soulignons) est commentée en plusieurs endroits par Henri Meschonnic, notamment dans son article « La force dans le langage », p. 11 (voir note 1 supra).

7 Ibid., p. 9.

8 Henri Meschonnic, poète, traducteur, linguiste, est mort le 8 avril 2009. Il avait à deux reprises écrit pour la revue, une première fois dans le numéro intitulé Traduction / Adaptation : « Traduction, adaptation – palimpseste » (Palimpsestes 3, 1990), une seconde fois dans celui intitulé Pourquoi donc retraduire ? : « Le rythme, prophétie du langage » (Palimpsestes 15, 2004).

9 « La force dans le langage », p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryvonne Boisseau, « Présentation », Palimpsestes, 23 | 2010, 9-16.

Référence électronique

Maryvonne Boisseau, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://palimpsestes.revues.org/440

Haut de page

Auteur

Maryvonne Boisseau

Maryvonne Boisseau est professeur de linguistique et de traduction à l’Université de Strasbourg. Elle traduit aussi la poésie. Elle est membre de l’équipe « Fonctionnements discursifs », composante de l’UR Linguistique, Langue, Parole (EA 1339 LiLPa). Ses recherches portent sur la construction du sens et articulent trois disciplines : la linguistique, la traduction et la poésie. Elle est notamment spécialiste du poète-traducteur irlandais Derek Mahon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org