Navigation – Plan du site

La traduction de l’anaphore dans la prose de pensée

Bruno Poncharal
p. 41-62

Résumés

L’anaphore joue évidemment un rôle essentiel dans la construction de la cohérence discursive en anglais comme en français, mais une approche contrastive met au jour un mode de fonctionnement très différent d’une langue à l’autre.

L’anaphore, entendue comme pure répétition, et en particulier dans des textes ayant une dimension argumentative, tient une place privilégiée dans la construction de la cohérence en anglais. Mais, bien souvent, de telles répétitions ne peuvent tout simplement pas être conservées dans les traductions françaises. D’autre part, la prosodie joue également un rôle essentiel dans la construction de l’argumentation en anglais, et le traducteur doit souvent trouver des stratégies de compensation pour reproduire en français la logique du discours.

Haut de page

Texte intégral

1La question de la cohérence est sans doute au cœur des préoccupations de la linguistique textuelle, mais celle-ci a parfois des difficultés à trouver les outils d’une formalisation qui pourrait rivaliser avec celle qui semble caractériser la linguistique « classique ». Il est clair que la raison en est l’extension de son objet d’étude au-delà des limites de la phrase, et cela par définition. Jean-Michel Adam affirme à ce sujet qu’on ne saurait parler d’une « “grammaire de texte” car, à ce niveau de complexité des agencements textuels, on peut certes observer des régularités, mais certainement pas des règles ayant la consistance d’une “grammaire” » (Adam, 2005 : 219).

2Néanmoins, parmi les outils d’appréhension des phénomènes de cohérence, l’anaphore, sous toutes ses formes (anaphores lexicales, fidèles, infidèles, pronominales, associatives, résomptives, etc.), occupe une place centrale. Ce concept a une valeur translinguistique, car il permet de rendre compte des phénomènes de continuité discursive, quelle que soit la langue envisagée. Mais du même coup, il tend à occulter les différences existant entre les langues, quant à leur mode propre de construction de la dite cohérence textuelle.

3Or le traducteur, dans le vif de son activité de traduction, est peut-être le mieux à même de percevoir ces différences. En effet, elles ne cessent de surgir dans le continu du processus de traduction, elles s’éprouvent véritablement lors du passage à l’acte de la traduction. C’est pourquoi nous avons toujours quelques difficultés à en rendre compte, après coup, comme si toutes les mises en regard d’un texte original et de sa traduction, dans leur visée objectivante, échouaient à rendre sensibles les négociations subtiles avec la langue et les ajustements de chaque instant qui ont lieu dans la tête du traducteur au fil du processus.

4Mon questionnement sur la construction de la cohérence textuelle en anglais et en français est contemporain du moment où j’ai commencé à traduire des textes de sciences humaines et sociales ; c’est cette pratique même qui a fait émerger la question de manière concrète, tandis que je mobilisais les outils de la théorie des opérations énonciatives pour tenter de l’éclairer.

5Il m’a semblé, dans un premier temps, que c’était le caractère argumentatif, démonstratif – voire didactique – de ces textes, qui mettait davantage en lumière peut-être que dans la fiction, la question des conditions de possibilité de la re-construction de la cohérence par le lecteur-coénonciateur. En d’autres termes, la question se posait à moi, comme traducteur au travail, de savoir comment permettre au lecteur virtuel de continuer d’accéder à la logique de l’argumentation d’un texte donné.

6Afin de vérifier le bien-fondé de cette expérience subjective, il m’est arrivé de soumettre à mes étudiants un texte en anglais, et de leur demander ensuite de m’en résumer la teneur et l’argumentation. Souvent, ils trouvent le texte limpide mais s’aperçoivent, dès lors qu’il s’agit de le traduire, que ce qui leur avait semblé « logique » en anglais ne l’est plus vraiment en français. Comme si la logique du sens, à la traduction, se défaisait, et était donc à reconstruire, autrement, en français1.

7En effet, si la visée de l’auteur est de nous faire accéder à un sens nouveau en suivant le fil d’une démonstration, la traduction devra permettre au lecteur dans la langue d’arrivée d’accéder à ce sens nouveau, par un chemin qui risque fort de ne pas emprunter les mêmes détours.

8Or ce cheminement nouveau touche précisément à la façon dont s’organisent, d’une langue à l’autre, les relations interphrastiques et inter-paragraphes ; en un mot, il met en jeu le fonctionnement de la chaîne anaphorique. Et c’est bien à ce niveau que je devais intervenir comme traducteur pour maintenir le fil du sens.

9Par ailleurs, j’observais une certaine régularité dans les transformations à opérer, qui toutes me semblaient mettre au jour une divergence fondamentale dans la relation de l’énonciateur-scripteur au lecteur-coénonciateur manifestée par le texte, selon qu’on était en anglais ou en français – divergence excédant souvent largement les contraintes syntaxiques, mais qu’on pouvait peut-être essayer de définir. À ce titre, plusieurs phénomènes ont retenu mon attention.

10J’ai d’abord relevé le recours relativement fréquent à la répétition en anglais et, parallèlement, l’impossibilité de conserver ces répétitions à l’identique dans la traduction française. La répétition est de mon point de vue un cas d’anaphore fidèle sans changement de déterminant, même si cela semble nous ramener au sens « stylistique » de celle-ci2. Il peut s’agir de la reprise d’un terme à l’identique, au sein d’une même phrase, d’un paragraphe, ou d’un paragraphe à l’autre, et ainsi de suite. Je parle d’impossibilité de traduction, car il ne s’agit pas, comme on pourrait le penser, d’une question de choix ou de préférences stylistiques – comme je le montrerai à travers des cas où la relation anaphorique ne peut se mettre en place en français, à la différence de l’anglais.

11Je m’arrêterai particulièrement sur la répétition du nom propre et sur le recours, souvent contraint, à l’anaphore pronominale dans la traduction française.

12Je soulignerai également le rôle central de la prosodie en anglais dans la construction de la cohérence discursive, en essayant de montrer comment certains réagencements en français, changements dans la ponctuation, recours plus fréquent aux connecteurs, regroupements de phrases, viennent se substituer aux contrastes intonatifs propres à l’anglais.

13Enfin, j’examinerai des cas d’anaphores dites conceptuelles, qui se situent, sur le continuum anaphorique, à l’opposé de la pure répétition en anglais, et qui se révèlent également impossibles à reproduire en français (qui pourtant n’ignore pas bien sûr ce type de lien anaphorique indirect) ; et je tenterai, à partir de ces impasses traductives, de faire des hypothèses sur ce qu’elles nous révèlent quant au fonctionnement de l’anaphore en anglais et en français.

L’anaphore-répétition

Généralités sur la répétition dans les textes de sciences humaines en anglais

14J’ai eu l’occasion de traduire les Guidelines for the Translation of Social Science Texts3, fruit d’un travail collectif mené par une équipe internationale sous l’égide de l’American Council of Learned Societies ; l’auteur du texte, qui était un des principaux instigateurs du projet, avait veillé à produire un texte clair et assez didactique. J’ai été immédiatement frappé par la répétition de certains termes-clés ; notamment, translation (omniprésent, bien sûr), language, translator, text, social. J’ai vérifié après coup le nombre d’occurrences de ces termes dans l’original anglais et dans ma traduction française, les résultats sont sans appel :

Translation : 257 occurrences traduction 103
Translators : 141 traducteurs 104
Language : 190 langage : 2 - langue : 99
Text(s) : 116 texte(s) : 98
Social : 84 social(e) s : 42

15Il faut noter que certains de ces termes peuvent être facilement utilisés en composition nominale, ce qui fait qu’ils apparaissent à la fois comme nom et comme qualificatif en anglais. Mais cette fluidité entre les catégories grammaticales et cette flexibilité dans la composition nominale sont des caractéristiques de l’anglais qui ont justement des répercussions sur la construction de la cohérence discursive et qui mériteraient d’être étudiées en détail.

16D’autre part, et toujours pour souligner le rôle de la répétition en anglais quand on l’observe du point de vue français, je voudrais rapporter l’anecdote suivante : alors que je venais de terminer la traduction du livre d’Alice Kaplan sur le procès de Brasillach, celle-ci, qui maîtrise parfaitement le français, voulait que nous revoyions le texte ensemble. Je lui signalai d’emblée l’impression de redondance que j’avais parfois éprouvée à la traduction ; nous avons éliminé d’un commun accord un certain nombre de redites. Néanmoins, quelques mois plus tard, alors qu’elle était de retour à Paris pour présenter la traduction de son livre, elle me dit qu’en le relisant dans l’avion, le texte lui avait semblé encore assez répétitif. Je crois, en effet, que cette impression n’est pas tellement sensible à la lecture en anglais, et que c’est seulement quand on se place du point de vue du français que ces répétitions ont l’air d’être trop nombreuses. Donc, le changement de langue modifie le point de vue sur les répétitions : elles passent inaperçues dans l’une, et sautent aux yeux dans l’autre.

La répétition du nom propre

17Il s’agit dans l’exemple 1 des quatre premières phrases de quatre paragraphes successifs.

1.

§1 We know almost nothing about Brasillach’s private life during this period of extraordinary literary production […]

§2 To the mystery of Brasillach’s private life we can add a second mystery […]

§3 Was Brasillach really, in the public mind of 1931-1939, the future of French literature, as his defenders would later say? […]

§4 Brasillach’s career as a novelist began in 1932 […] (Kaplan, 2000 : 18)

§1’ Nous ne savons pratiquement rien de la vie privée de Brasillach durant cette période d’extraordinaire fertilité littéraire […]

§2’ Au mystère de sa vie privée nous pouvons en ajouter un autre […]

§3’ Brasillach était-il vraiment dans l’esprit du public de 1931-1939, l’avenir de la littérature française, comme allaient le soutenir ses futurs défenseurs ? […]

§4’ Sa carrière de romancier débuta en 1932 […] (Kaplan, trad. BP, 2001 : 34)

18Le nom propre est un repère immédiatement identifiable dans le texte, il surnage au milieu des autres termes de la langue, noms communs, mots grammaticaux. Il joue le rôle de balise, il est en soi plus saillant. Ici, il fait l’objet du livre tout entier – il s’agit du thème qui est constamment rappelé au lecteur. On remarque que le nom propre apparaît très souvent au cas génitif, évidemment plus maniable que le complément de nom français où, par ailleurs, la relation repère-repéré est inversée, ce qui n’est pas sans incidence, notamment sur la prosodie. En anglais, le terme repère (Brasillach’s) qui a la fonction d’un déterminant ne me semble pas proéminent, et passe donc relativement inaperçu. En français, en revanche, et en vertu des caractéristiques accentuelles et intonatives de cette langue, très différentes de celles de l’anglais comme on sait, il est beaucoup plus saillant. Même sans contrainte syntaxique, puisqu’on change de paragraphe, il est difficile de reprendre à chaque fois le nom propre, notamment en position de complément du nom ; pas seulement pour des raisons stylistiques, mais plus profondément parce qu’on a l’impression, en gardant la répétition, d’une sorte de bégaiement ou de piétinement du discours, comme si le retour du nom propre à ce moment-là nous faisait revenir en arrière. Seule l’anaphore via le possessif permet d’éviter cet effet et d’assurer la progression discursive : « Brasillach… sa vie privée… Brasillach… sa carrière… ».

19On remarquera également que le mot « mystery / mystère » n’a pas été répété en français, mais qu’il a fait l’objet d’une anaphore pronominale (« Au mystère de sa vie privée, nous en ajouterons un autre »), même si une répétition était ici plus acceptable que pour le nom propre. En anglais, tout se passe comme si c’était la répétition même qui renforçait la cohérence discursive, indiquant explicitement le lien thématique entre les deux premiers paragraphes. Le même phénomène se répète pour les deux paragraphes suivants.

20L’exemple qui suit est peut-être encore plus frappant, puisque le nom propre Brasillach, est répété trois fois dans une même phrase :

2. Reviews of Brasillach’s early novels aren’t uniform, but one word that does appear repeatedly is « féerique »—fairy-like, magical, charming. One early critic warns that he is in danger of becoming formulaic, insipid. Even his friend, Thierry Maulnier, who referred in the Action Française to Brasillach’s “destiny as a novelist”, still complained in his review of L’Enfant de la nuit that Brasillach gave the reader too much consolation for the evil in his novel and that his work as a whole lacked cruelty—a judgement that would have been astonishing to anyone familiar with Brasillach’s sting as a critic. (Kaplan, 2000 : 19)

Les comptes-rendus critiques des premiers romans de Brasillach ne vont pas tous dans le même sens, mais il y a un mot qui revient constamment, le mot « féerique ». L’un de ses premiers critiques signale qu’il court le danger de devenir stéréotypé et insipide. Même son ami, Thierry Maulnier, qui avait parlé de sa « destinée de romancier » dans l’Action française, se plaint dans sa critique de L’Enfant de la nuit du fait que Brasillach offre au lecteur des « maux trop consolés » et que son livre dans son ensemble « manque de cruauté », une appréciation fort surprenante pour quiconque connaissait sa causticité de critique. (Kaplan, trad. BP, 2001 : 35)

21En anglais le recours au nom propre sert à lever les ambiguïtés au sein d’un jeu complexe d’anaphores croisées, puisque, dans ce paragraphe, il est question de deux personnages masculins. Mais le risque d’équivoque ne suffit pas à expliquer ces phénomènes de répétition qui ne sont pas rares du tout en anglais, comme en témoignent les exemples 3 et 4 :

3. There are no neutrals in the Freudian wars. […] A psychoanalyst who is currently trying to enshrine Freud in the pantheon of cultural heroes must contend with a relentless critic who devotes his days to exposing Freud as a charlatan. […] The very fierceness and persistence of his detractors are a wry tribute to the staying power of Freud’s power. (Peter Gay, “Sigmund Freud”, Time, 29 mars 1999)

22Dans la deuxième phrase, la reprise du nom propre Freud, par un pronom ou un terme coréférentiel du genre « le médecin viennois », s’impose en français.

4. MAYOR RICHARD J. DALEY: Best remembered as the last “political Boss” of Chicago, Daley’s political career began when he landed a position as a personal secretary to an alderman at City Hall. In the evenings, he attended classes at DePaul University School of law, earning a law degree in 1934. He was soon elected to the Illinois Legislature. His long tenure as mayor began in 1955 and ended with his death in 1976. As mayor, he was known for his heavy-handed ways and for being unacceptably tolerant of corruption. Although he opposed the war in Vietnam, he publicly supported President Lyndon Johnson’s policies, which won him the honor of hosting the 1968 Democratic National Convention in “Daley’s Chicago”. Daley became the center of attention as the result of the convention, though not in the way he intended. During the convention, Daley’s policeforce clubbed, maced, or bullied not only “unruly protesters” but also members of the press and clergy and even convention delegates. Accounts of these tactics made headlines across the country.(Extrait du livret du DVD The Murder of Fred Hampton/American Revolution 2, Howard Alk & Mike Gray, Facets, 2008)

23En (4), l’anaphore pronominale se poursuit sur plusieurs phrases, mais dès qu’un nouveau nom propre (Lyndon Johnson) apparaît, le nom propre qui forme le thème de cette notice biographique est réintroduit. En français, on devra nécessairement traduire la répétition de Daley ([…] in Daley’s Chicago. Daley became…) soit par une anaphore pronominale, il devint…, soit par une anaphore démonstrative, ce dernier… On voit que l’ordre des éléments dans la phrase joue encore une fois un rôle : le fait qu’en anglais Chicago soit placé sous l’accent en fin de phrase, au lieu du nom propre Daley en français. D’autre part, il semble que la réintroduction du nom propre serve à opérer une focalisation4, ici, sur l’événement marquant qui représente un tournant dans la carrière de Daley (la tenue de la convention démocrate dans sa ville). C’est également ce que l’on peut observer dans l’exemple suivant :

5. In March 1941, a month after Je Suis Partout resumed publication in occupied Paris, Brasillach, still in his POW camp, sent the paper his first article since the German invasion. In it, he celebrated the Vichy regime, which had had ten months to establish itself. He supported Petain’s handshake with Hitler in the famous meeting at Montoire. He reiterated Je Suis Partout’s prewardemands for anti-Jewish legislation and demanded that the nation acknowledge that Third republic socialism had brought the country to its knees.

A month later he was released. At Brasillach’s trial, the prosecution would argue that his article had resulted directly in his April release […].
(Kaplan, 2000 : 42)

Un mois plus tard, il était libéré. Au cours de son procès, le procureur affirmerait que ce premier article avait conduit directement à sa libération.
(Kaplan, trad. BP, 2001 : 58)

24Dans l’exemple 5, le retour du nom propre au génitif en tête de phrase après une longue série d’anaphores pronominales dans le paragraphe précédent et jusqu’à la première phrase du second paragraphe correspond à une réorientation du discours ; on change de thème, puisqu’il s’agit d’une prolepse visant le procès de Brasillach quatre ans plus tard. A month later he was released constitue en réalité la conclusion de tout le paragraphe précédent et sert de lien avec celui qu’il inaugure. Du point de vue de l’intonation, il est clair qu’après la chute très marquée de la « voix » sur released, l’attaque de la phrase suivante est au contraire marquée par une forte proéminence prosodique. Cet écart intonatif vient, pour ainsi dire, signifier le saut temporel. En français, une traduction par « au cours du procès de Brasillach » n’est pas possible, avant tout parce qu’il y a un effet de discordance référentielle entre le pronom il de la phrase précédente et le nom propre, Brasillach. Cette discordance tient au fait que la réintroduction du nom propre, à ce moment-là, vient rompre la stabilité référentielle5 dont l’anaphore pronominale a été la marque jusqu’ici. Pourquoi la rupture de la chaîne anaphorique est-elle tolérée en anglais et pas en français ? Il y a en anglais un effet de conjonction-disjonction qui est pris en charge par le lecteur-coénonciateur au travers du schéma intonatif contrastif. En français, on a l’impression que ce qui prime, c’est justement le maintien au niveau textuel de la linéarité du discours.

25Ces phénomènes de répétition s’étendent également aux noms communs en anglais.

La répétition de noms communs

26Dans l’exemple 6, la répétition de l’état commerçant est d’un point de vue syntaxique possible, mais peu satisfaisante :

6. With this decline a new political prototype, the trading state, emerged in the 1970s and 1980s. Rather than territorial expansion, the trading state sought its vocation through international commerce. (Rosencrance, 1999 : 8)

Parallèlement à ce déclin, est apparu dans les années soixante-dix et quatre-vingt un nouveau modèle politique : l’État commerçant. Ce dernier fonde son développement sur les échanges internationaux plutôt que sur l’expansion territoriale. (Rosencrance, trad. BP, 2002 : 19)

27Le terme repris (the trading state) est bien le thème nouvellement introduit, qui est mis en relief d’un point de vue prosodique, entre deux virgules lors de sa première occurrence ; alors que dans la seconde phrase, il passe à l’arrière-plan au profit de territorial expansion et international commerce, en début et fin de phrase. En français, le thème « État commerçant » est mis en relief par sa position finale. Il est ensuite repris par une anaphore démonstrative, comme si c’était l’anaphore démonstrative qui permettait le passage en arrière-plan. De même, dans l’exemple qui suit :

7. Brasillach is caught in the classic problem of the narrator-witness: he never succeeds in involving his narrator in the events he observes […] (Kaplan, 2000 : 19)

Brasillach est confronté au problème classique du narrateur-témoin : il ne parvient jamais à engager celui-ci dans les événements qu’il observe […] (Kaplan, trad. BP, 2001 : 35)

28En anglais, the narrator-witness a une valeur générique, la reprise par his narrator renvoie à un élément de la classe repéré par rapport au thème du discours. Le possessif porte un accent de phrase à valeur contrastive, tandis que le nom qu’il détermine passe au second plan. C’est ce jeu prosodique qui permet d’articuler identité (la répétition terme à terme) et altérité, l’accent contrastif. En français, on peut alors se demander si une traduction par « le sien » (de narrateur) n’aurait pas été, d’un certain point de vue, plus claire encore. Car, à y regarder de plus près, ma formulation en français est tautologique, puisque le pronom démonstratif reprend narrateur-témoin, et pas seulement narrateur ! Néanmoins, encore une fois, dans un premier réflexe de traduction, la logique textuelle semble l’emporter sur la logique sémantique. Il me semble que la répétition redevient acceptable si on reformule ce paragraphe de la manière suivante :

Brasillach est confronté au problème classique du narrateur-témoin. En effet, son narrateur ne parvient jamais à s’engager dans les événements qu’il observe.

29Grâce au connecteur en effet, on retrouve pratiquement le cas de figure de la question rhétorique, qui rend la répétition partielle acceptable.

30Les deux exemples qui suivent poussent à son paroxysme le phénomène de répétition en anglais. Tous deux se situent dans un contexte d’expérience scientifique où ce qui compte, c’est la précision de la description pour le lecteur ; l’auteur fait en sorte de donner à voir l’expérience, comme si le lecteur y assistait en direct. L’exemple 8 est sans doute étonnant, mais néanmoins attesté :

8. The disposition system also has much to do with how we use our minds. While I execute such a task as threading a needle, my focus is on a very narrow part of the visual field. My eyes need to focus on a very small location in space, just inches away from my eyes. And while I am in the midst of this effort, I can see little but the needle, the thread, my hands and fingers, and only the vague outlines of the immediate space. (Marcus, 2002 : 73)

31L’auteur insiste à la fois sur l’extrême étroitesse du champ visuel et la très grande proximité de l’aiguille avec les yeux ; les deux sont liés, mais font référence à des réalités distinctes : on a dans un premier temps une vision subjective, puis dans un second temps une vision extérieure de la distance séparant les yeux de l’expérimentateur et l’aiguille. En tout état de cause, je ne crois pas qu’il soit envisageable de conserver cette répétition en français.

32Dans l’exemple suivant, on a vraiment l’impression qu’il ne faut pas que le lecteur perde de vue la bille qui est au centre de l’expérience :

9. Let’s change the experiment just slightly. Instead of a fixed object sitting still on the tabletop, consider a table that is a bit off kilter, sloping to one side. Your task is now to grasp a marble as it rolls down the slope. Perhaps you aim to catch it as it rolls off the table, before it bounces on the floor. And as it takes a half second for consciousness to represent the sight of the marble, it has already moved since the time you last saw it. Moreover, in order to grasp it, you must calculate the marble’s velocity and move your hand at the correct speed to arrive at the point of intersection with the moving marble, keeping in mind, too, the positions of your hand, your head and eyes, and the table. (Marcus, 2002 : 58)

33Il y a un jeu entre répétition pure et anaphore pronominale. Il faut noter qu’en anglais l’existence d’un pronom neutre facilite les repérages anaphoriques. En replaçant constamment l’élément principal du paragraphe de manière explicite devant les yeux du lecteur, tout se passe comme si on saisissait la bille à chaque fois à un instant défini comme T0 le moment origine de l’énonciation ; cela me semble caractéristique de la façon dont se fabrique la progression discursive en anglais. Alors qu’en français l’anaphore (à l’exclusion de la répétition à l’identique), implique un retour en arrière mental, qui permet de marquer la distance parcourue, en anglais, en revanche, c’est le lecteur lui-même qui devient le garant de la progression ; comme si par la répétition, l’énonciateur-scripteur permettait au lecteur-coénonciateur de se réaligner sur T0°6.

34D’autre part, les répétitions touchent d’autres termes dans le paragraphe, en particulier table et hand. Le traducteur devra effectuer une sorte de travail de désintrication pour rendre l’expérience claire aux yeux du lecteur français. En fait, là où la répétition apparaît comme un facteur de clarté et donc de cohérence textuelle en anglais, elle semble plutôt avoir une fonction d’obscurcissement en français.

Répétition et parataxe en anglais vs connecteurs et hypotaxe en français

35La fréquence de la répétition en anglais nous semble ne pas pouvoir être séparée du style parataxique qui caractérise souvent la prose de pensée7 en anglais. En français, soit on recourra aux connecteurs, soit on modifiera la ponctuation pour expliciter le lien entre deux énoncés ; ou bien encore, on reliera les deux énoncés initialement présentés dans des phrases indépendantes et de même niveau syntaxique au sein d’une unique phrase formée d’une principale et de sa subordonnée (hypotaxe).

Ajout d’un connecteur à la jonction de deux phrases dans la traduction

10. This is not to say that these countries will not acquire someservice industries. India is developing new service industries in Bangalore and elsewhere to serve clients in Silicon Valley and Texas. (Rosencrance, 1999 : 49)

Cela ne signifie pas que ces pays ne développeront pas des industries de services. Ainsi, c’est le cas de l’Inde à Bangalore, avec des entreprises qui travaillent pour des clients de la Silicon Valley et du Texas. (Rosencrance, trad. BP, 2002 : 33)

36Dans l’exemple 10, la seconde phrase est une illustration de la première. Mais seule la reprise de service industries vient marquer ce lien qui, du point de vue français reste implicite. En français, une tout autre stratégie de cohérence semble être à l’œuvre, puisque la répétition disparaît au profit de ce qui apparaît comme un synonyme (entreprise), d’un connecteur à la jonction des deux phrases et d’une anaphore résomptive avec c’est le cas de… Une fois encore, il me semble que la prosodie joue un rôle certain en anglais, avec un accent contrastif sur India, premier mot de la seconde phrase, et un passage au second plan de service industries lors de sa seconde occurrence, puisque c’est sur l’adjectif new que va porter l’accent de phrase. Néanmoins, par-delà ces variations prosodiques et ces changements de focalisation (introduction d’une altérité), la répétition maintient une continuité discursive (identité).

37Dans l’exemple 11, on constatera que les modifications opérées sont complexes ; mais je m’intéresserai seulement au lien entre les deux dernières phrases en anglais :

11. The virtual corporation is a company with a head but no body. It represents the ultimate achievement of corporate downsizing, and the model is spreading rapidly from firm to firm. It is not surprising that the virtual corporation should catch on. Concept or head corporations can design products for a range of different production facilities. (Rosencrance, 1999 : 9)

On a affaire à une entreprise avec une tête mais sans corps, dernier rejeton de l’évolution récente. Et ce modèle se répand rapidement, ce qui n’est pas surprenant. En effet, ces entreprises peuvent concevoir de nouveaux produits pour toute une série d’unités de production différentes. (Rosencrance, trad. BP, 2002 : 20)

38La dernière phrase vient donner la raison du développement rapide de ces entreprises « sans corps ». En anglais, encore une fois, on a une simple juxtaposition, sans qu’aucun signe linguistique ne vienne marquer le lien causal. En français, on a l’impression d’un hiatus si l’on ne signale pas explicitement le lien causal, à la fois par le recours au connecteur en effet et au démonstratif ces qui renvoie à ce dont il a été question plus haut.

Changement de ponctuation (deux-points)

39Les ajustements à opérer peuvent être plus discrets lorsqu’une simple modification de la ponctuation suffit à rétablir la continuité entre deux énoncés successifs :

12. Even the United States participates in this trend. A remarkable 20 percent of the production of U.S. corporations now takes place outside the country. (Rosencrance, 1999 : 10)

Et même les États-Unis participent de ce mouvement : 20 pour cent de la production des entreprises américaines s’effectuent désormais à l’étranger. (Rosencrance, trad. BP, 2002 : 21)

13. It was a comfortable, bourgeois childhood. Brasillach’s stepfather had a lucrative practice. (Kaplan, 2000 : 2)

Brasillach passa son enfance dans un confort bourgeois : son beau-père avait une bonne clientèle. (Kaplan, trad. BP, 2001 : 19)

40Le remplacement du point par deux-points suffit à signaler au lecteur une corrélation renforcée entre les deux énoncés successifs. On relèvera d’autres modifications discrètes, en particulier l’ajout du coordonnant et en tête de phrase (ex. 12), qui, ici, me semble avoir une valeur modale et vise à traduire la forte proéminence prosodique de Even. Les deux-points sont une marque de continuité discursive, d’ouverture, de lieu de passage entre deux énoncés, là où le point vient marquer une coupure.

De la parataxe à l’hypotaxe

41Les deux exemples suivants sont typiques d’une certaine forme de parataxe, parente de l’asyndète, rencontrée en anglais :

14. Brasillach’s mother took her two children back to Perpignan; Lieutenant Brasillach stayed stationed with Lyautey’s army, preoccupied with fighting rebellious indigenous tribes. (Kaplan, 2000 : 2)

Madame Brasillach et ses deux enfants repartirent pour Perpignan, tandis que son mari restait en poste au sein de l’armée de Lyautey aux prises avec les rebelles marocains. (Kaplan, trad. BP, 2001 : 18)

15. Mergers also solve the problem of trust between independent competitors; one leadership emerges to direct the merged firm. (Rosencrance, 1999 : 47)

Les fusions résolvent aussi le problème de la confiance entre concurrents indépendants puisqu’une seule direction prend la tête de la nouvelle entreprise. (Rosencrance, trad. BP, 2002 : 30)

42On remarquera le parallélisme de construction de ces phrases, coupées par un point-virgule. En anglais, les deux propositions sont simplement juxtaposées. Dans le premier exemple, il y a une opposition implicite entre la mère de Brasillach qui rentre en France et son père qui reste au Maroc. Dans le second, one leadership emerges to direct the merged firm fournit une explication à la proposition qui précède. Or dans les deux cas, si l’on maintient en français la simple juxtaposition, on a l’impression que le lien logique n’est pas du tout marqué, qu’il doit être entièrement inféré en coénonciation. Bref, qu’il y a un déficit de cohérence. Ce phénomène est constant dans mon expérience de traduction de l’anglais vers le français, d’où la nécessité de recourir à davantage de connecteurs en français.

43Un dernier exemple combine l’ajout de connecteurs et la fusion de deux phrases en une (seul le passage en gras est commenté) :

16. What appears foolhardy […] is that Brasillach did not convert to an exclusive French patriotism after he broke with Je suis partout. He continued his collaborationist writing in a series of editorials for Révolution nationale, Lucien Combelles’s newspaper whose title referred to Pétain’s grand design for Vichy, and whose major columnist was the fascist literary figure Drieu La Rochelle. He showed no signs of a change of heart. If anything, Brasillach’s rhetoric at Révolution nationale became more pro-German than ever. What he changed was his tone. He was less political and more sentimental in his approach to political subjects. (Kaplan, 2000 : 56)

Il semble très imprudent de sa part de ne pas s’être converti à un patriotisme pur et dur après son départ de Je suis partout. En effet, il continua à écrire des articles collaborationnistes dans le journal de Lucien Combelle, Révolution nationale8, qui avait pour principal chroniqueur Drieu la Rochelle. On ne remarque aucun changement d’opinion chez Brasillach, si ce n’est qu’il semble plus pro-allemand que jamais. En revanche, son ton est différent, moins politisé, plus sentimental dans le traitement des sujets politiques. (Kaplan, trad. BP, 2001 : 72)

44Les quatre dernières phrases du paragraphe se trouvent réduites à deux dans la traduction. En réalité, ces quatre phrases sont étroitement liées entre elles. La première et la troisième ont en commun le thème du changement : no sign of a change of heart et what he changed, mais un changement qui ne porte pas tant sur le fond (l’engagement de Brasillach auprès des Allemands) que sur la forme (son ton qui se fait plus sentimental). Le texte anglais est parfaitement cohérent, mais cette cohérence se construit, pour ainsi dire, par empilement ; cette impression me paraît provenir de la juxtaposition de phrases indépendantes, avec la récurrence en tête de phrase du pronom de troisième personne9. Dans la traduction française, le pronom de troisième personne n’apparaît plus qu’une seule fois, et le nom propre pas du tout dans l’ensemble du paragraphe (contre deux fois en anglais).

45À nouveau, on notera le rôle capital de la prosodie dans la construction de la cohérence en anglais, à travers le recours à la pseudo-clivée what he changed, qui entraîne la mise en relief de changed et qui se traduit par l’ajout du connecteur en revanche à la jonction des deux phrases en français10.

Conception textuelle et conception cognitive de l’anaphore

46À l’exact opposé de la répétition pure et simple, on trouve en anglais un type d’anaphores conceptuelles qui semble tout aussi impossible à conserver en traduction, et qui, pour cette raison même, est révélateur du fonctionnement « intime » de la relation anaphorique dans les deux langues.

47Francis Cornish, dans sa remise en question d’une séparation trop stricte entre approche textuelle et cognitive de l’anaphore, exprimant ainsi son désaccord avec Michel Charolles, propose à notre examen l’exemple suivant :

17. *Jérôme est un camionneur, mais il déteste les conduire.

?Jérôme is a lorry-driver, but he hates driving them. (Cornish, 1999 : 13)

48Or cet exemple, sans doute fabriqué11, ne paraît pas acceptable en français. Sa traduction anglaise semble elle aussi douteuse, même si elle est peut-être moins radicalement impossible que son pendant français. En effet, ce qui provoque le rejet de cette phrase en français, c’est l’absence d’un antécédent pour le pronom objet pluriel les, ici le nom commun camions au pluriel. En anglais, l’énoncé serait censé être plus acceptable, parce que la notion /drive/ est représentée dans les deux membres de phrase (driver, driving), ce qui, de fait, établit un lien sur le plan de la notion ; d’autre part, parce que le nom lorry est aussi présent comme tel dans le nom composé lorry-driver et ainsi meilleur candidat au rôle d’antécédent. Mais passons à un exemple, cette fois-ci attesté en anglais, et tiré du roman de Graham Greene, The Heart of The Matter :

18. Scobie sat down in the living-room and put his feet upon another chair. (Greene, 2001 [1948] : 103)

49Ce qui est très intéressant ici d’un point de vue contrastif, c’est évidemment l’expression anaphorique another chair qui ne peut absolument pas être traduite littéralement. En fait ce qui ne peut pas être traduit ce n’est pas chair, mais bien le marqueur d’anaphoricité another :

* Scobie vint s’asseoir dans le salon et posa ses pieds sur une autre chaise.

50Comme précédemment, on ne peut pas récupérer l’antécédent de chaise dans le co-texte avant. On a l’impression, dans ce dernier exemple, que la relation anaphorique doit s’établir en anglais au niveau notionnel, puisqu’on peut considérer que sit et chair appartiennent au même domaine. Ce fonctionnement de l’anaphore en anglais semble corroborer la thèse cognitive, puisque le lien est établi au niveau des représentations mentales par le lecteur-coénonciateur. Ce genre de mise en rapport au plan notionnel ne semble pas possible dans cette configuration particulière en français ; il semble bien que le terme chaise doive être explicitement posé dans le co-texte avant pour pouvoir utiliser l’anaphorique autre, ce qui milite pour un fonctionnement de l’anaphore privilégiant le plan du texte :

Il alla s’asseoir sur une chaise et posa ses pieds sur une autre.

51De même l’exemple 19 est révélateur des divergences entre l’anglais et le français dans le fonctionnement de l’anaphore résomptive :

19. Brasillach’s career as a novelist began in 1932 with Le Voleur d’étincelles. He constructed this first novel around a typical nationalist theme—the young Parisian student who returns to his roots in the south. As in much of Brasillach’s future fiction, it’s a magical world full of charming eccentric characters, observed by a clever narrator who is enamored of all he sees, but who remains at the same time distant, only experiencing life through the experiences of others. The most remarkable scene of the book, in terms of the author’s psychology, comes at the end, where the young narrator is about to kiss an older woman on the beach. Their tender moment is interrupted by the woman’s little boy, who has an accident. The narrator never gets his kiss. The kiss unrealized is the emblem of that distance. (Kaplan, 2000 : 18)

Ce baiser, jamais advenu, est le symbole de la/cette distance dont nous parlions. (Kaplan, trad. BP, 2001 : 34)

52À première vue, le nom distance pourrait être considéré comme la reprise indirecte de l’adjectif distant quelques lignes plus haut ; en réalité, le démonstratif that est la marque d’un préconstruit partagé par l’énonciateur et le coénonciateur. L’expression that distance, que l’on peut donc considérer, d’un autre point de vue, comme une anaphore résomptive, peut difficilement être traduite en français simplement par « cette distance » ; en effet, on chercherait en vain dans le co-texte avant la mention du terme distance. Dans la traduction proposée, c’est la prise en charge explicite du terme par l’énonciateur-scripteur qui permet de rendre cette anaphore résomptive acceptable12. On aurait aussi pu dire, en recourant à une circonlocution pesante : « la distance dont il a été question dans tout ce paragraphe », ou même « la distance dont nous vous avons parlé dans tout ce paragraphe », afin de souligner la dimension dialogique, intersubjective. Avec that tout se passe comme si distance était un préconstruit parfaitement accessible au lecteur-coénonciateur. Ce qui renforce le sentiment en anglais d’une situation d’interlocution fictive entre énonciateur-scripteur et coénonciateur-lecteur.

53Cela n’est pas sans rapport avec la question du point de vue subjectif telle qu’elle se présente d’abord dans les textes de fiction. En effet, dans l’exemple tiré du roman de Graham Greene, l’anaphore another chair conforte la focalisation interne qui a déjà été mise en place dans le paragraphe précédent. Si le terme chair n’apparaît pas dans le co-texte avant, il est bien présent dans le contexte situationnel du personnage (Scobie), et c’est donc de son point de vue qu’il s’agit d’une « autre chaise ». En anglais, tout se passe comme si le lecteur pouvait occuper la place d’où s’effectuent les repérages, c’est-à-dire celle du personnage ; en d’autres termes, on a un effet de repérage situationnel alors même qu’on se situe dans un espace purement textuel, là où, en français du moins, c’est le repérage contextuel qui est privilégié.

54Je voudrais conclure cette rapide étude contrastive en éclairant d’un jour nouveau le conflit théorique entre approche textuelle et approche cognitive de l’anaphore. Il me semble que le présupposé commun à ces deux perspectives, c’est de penser que le cognitif est indépendant du langagier. Ce préjugé est, je crois, assez largement partagé par les tenants des sciences cognitives. On ne peut pas opposer ces deux approches, car elles entretiennent une relation dialectique, tout comme la pensée et le langage, ou plus précisément la pensée et les langues. En effet, un autre préjugé consiste à ne pas distinguer le langage et les langues, c’est-à-dire, en réalité, à négliger la différence des langues – préjugé que ne peut partager le traducteur par la force des choses.

55Ainsi, bien évidemment, anaphores associatives ou conceptuelles sont attestées en français, comme en témoignent les exemples suivants :

a) Nous sommes arrivés dans le village. L’église était fermée.

b) J’ai porté ma voiture au garage. La suspension avait lâché.

c) Les Français ont battu les Brésiliens. Cette victoire les a faits champions du monde13.

56Dans les deux premiers exemples, on voit clairement que c’est la relation préconstruite de la partie au tout qui permet l’anaphore14 ; tandis que dans le troisième exemple, c’est à la fois le démonstratif et le lien notionnel entre le premier énoncé et le terme victoire qui nous permettent d’établir correctement le lien anaphorique. On remarquera que ce n’est plus le cas si l’on substitue l’article défini au démonstratif : La victoire… On constaterait alors un déficit de cohérence. Le démonstratif semble frayer le chemin qui nous fait remonter à l’énoncé précédent. Il y a donc bien un rapport dialectique entre anaphore conceptuelle et anaphore textuelle. L’emploi du démonstratif aide à la mise en relation au niveau des représentations mentales. C’est cette relation du texte à la pensée qui est difficile à penser justement, car le langagier et le mental forment comme une bande de Moebius, un endroit et un envers, un extérieur et un intérieur, qui ne font qu’un.

57Donc, en dernière analyse, ce conflit entre linguistes sur l’anaphore est peut-être aussi fonction des langues à travers lesquelles ils appréhendent ce phénomène15. Comme nous l’avons vu tout au long de cette étude, il semble en effet qu’en anglais, la prosodie joue, même à l’écrit, un rôle central dans la cohérence discursive – ainsi que la répétition ; comme si une part d’oralité plus forte qu’en français transparaissait dans les textes, permettant peut-être d’expliquer le recours à la parataxe, ainsi que l’implication plus forte du lecteur-coénonciateur dans la re-construction du sens (dans le cas de l’anaphore conceptuelle, notamment). En français, ce sont les repérages contextuels qui sont privilégiés, la linéarité discursive (on pourrait même dire l’axe syntagmatique), d’où le recours plus fréquent, du moins dans les traductions, aux connecteurs et à l’hypotaxe.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Greene, Graham, 2001 [1948], The Heart of the Matter, Londres, Vintage Classics.

Kaplan, Alice, 2000, The Collaborator – The Trial and Execution of Robert Brasillach, Chicago, The University of Chicago Press.

—, 2001, Intelligence avec l’ennemi – Le Procès Brasillach, trad. Bruno Poncharal, Paris, Gallimard.

Marcus, George E., 2002, The Sentimental Citizen – Emotion in Democratic Politics, University Park, The University of Pennsylvania Press.

—, 2008, Le Citoyen sentimental, trad. Bruno Poncharal, Paris, Presses de Sciences Po.

Rosencrance, Richard, 1999, The Rise of the Virtual State, New York, Basic Books.

—, 2002, Débat sur l’État virtuel, trad. Bruno Poncharal, Paris, Presses de Sciences Po.

Ouvrages et articles

Adam, Jean-Michel, 2005, La Linguistique textuelle, Paris, Armand Colin.

Ballard, Michel (éd.), 1995, Relations discursives et traductions, Lille, Presses Universitaires de Lille.

Charolles, Michel, 1995, « Cohésion, cohérence et pertinence du discours », Travaux de linguistique n° 29, p. 125-151.

—, 2002, La Référence et les expressions référentielles en français, Paris, Ophrys.

Charaudeau, Patrice et Maingueneau, Dominique, 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Charreyre, Claude, 2001, « Perspective énonciative sur l’anaphore nominale », in Souesmes, Jean-Claude (éd.), Anaphores nominales et verbales, Cycnos, vol. 18-2, Université de Nice-Sophia Antipolis. Mis en ligne le 15 juillet 2004, http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=33, consulté le 5 septembre 2009.

Cornish, Francis, 1999, Anaphora, Discourse and Understanding – Evidence from English and French, Oxford, Clarendon Press.

Groussier, Marie-Line et Rivière, Claude, 1996, Les Mots de la linguistique, Paris, Ophrys.

Guillemin-Flescher, Jacqueline, 1981, Syntaxe comparée du français et de l’anglais, Paris, Ophrys.

Halliday, M. A. K. et Hasan, Ruqaiya, 1976, Cohesion in English, Londres, Longman, coll. « English Language Series ».

Nicaise, Alain et Gray, Mark, 1998, L’Intonation en anglais, Paris, Nathan.

Poncharal, Bruno, 2006, « The Translation of Social Science Texts, Preserving Coherence », in Gonzalez, Madalena et Tolron, Francine (éds), Translating Identiy and the Identity of Translation, Newcastle-upon-Tyne, Cambridge Scholars Press, p. 119-131.

—, 2007, « Cohérence discursive en anglais et en français : fonction des connecteurs dans la traduction », in Celle, Agnès, Gresset, Stéphane et Huart, Ruth (éds), Les Connecteurs, jalons du discours, Berne, Peter Lang, p. 117-136.

Haut de page

Notes

1 On voit là, au passage, comment, à ce stade de l’analyse du moins, la traduction des textes argumentatifs a l’air de s’opposer à la traduction des œuvres romanesques, pour lesquelles il n’est en général pas recommandé de modifier les relations interphrastiques afin de ne pas trahir le style de l’auteur. En fait, c’est la question du sens qui semble ne pas se poser de la même manière selon le genre de textes (renvoyant à un univers fictif ou pas), tout comme la relation du lecteur au texte (et donc de l’énonciateur-scripteur au lecteur-coénonciateur) se pose différemment ; même si cela mérite d’être nuancé.

2 « Une anaphore fidèle se définit comme une reprise lexico-syntaxique de l’antécédent avec simple changement de déterminant : Un chien… Ce chien… L’anaphore est infidèle quand l’anaphorique est lexicalement différent de l’anaphorisé : Un chien… L’animal… L’anaphore est dite conceptuelle ou encore résomptive quand l’expression anaphorique condense ou résume le contenu de l’antécédent, celui-ci étant alors constitué d’un syntagme étendu ou d’une phrase : “Les footballeurs français ont battu les brésiliens. Cette victoire les a faits champions du monde”. » (Charaudeau et Maingueneau, 2002 : 49)

3 Guidelines for the Translation of Social Science Texts, 2006, Principal investigators, Michael H. Heim & Andrzej W. Tymowski, New York, American Council of Learned Societies, consultable en ligne : http://www.acls.org/programs/Default.aspx?id=642&linkidentifier=id&itemid=642.

4 La focalisation est une « opération énonciative consistant, pour l’énonciateur, à donner à son énoncé une forme qui attire l’attention du coénonciateur sur un élément de celui-ci. Le marqueur de focalisation est toujours au moins prosodique » (Groussier et Rivière, 1996 : 84).

5 J’emprunte cette expression à Claude Charreyre (2001).

6 On pourrait interpréter cette différence comme un avatar de l’opposition entre le repérage situationnel privilégié en anglais et le repérage contextuel qui a la préférence du français.

7 Par « prose de pensée » est désigné tout écrit qui n’est pas à contenu fictionnel, comme par exemple les textes scientifiques et de sciences humaines.

8 L’explicitation du titre du journal n’a pas été reprise, étant considérée comme transparente pour un lecteur français un tant soit peu averti.

9 Sans compter le nom propre au génitif qui, comme dans d’autres exemples, posait de toute façon un problème de traduction.

10 Une remarque similaire peut s’appliquer aux deux premières phrases du paragraphe où l’on trouve une autre pseudo-clivée : What appears foolhardy is that…, qui va se traduire par l’apparition du connecteur en effet.

11 Sans doute, d’ailleurs, dirait-on : « Jérôme est camionneur… ».

12 Jusqu’à un certain point.

13 Exemples empruntés à Charaudeau et Maingueneau, 2002 : 48-49.

14 Que l’on peut également définir comme « connaissance partagée » entre énonciateur et coénonciateur.

15 Si Francis Cornish prend soin également de ne pas opposer les deux approches, il privilégie pourtant l’approche cognitive et, surtout, ne tient pas vraiment compte de la différence des langues, comme en témoigne son exemple fabriqué peu probant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Poncharal, « La traduction de l’anaphore dans la prose de pensée », Palimpsestes, 23 | 2010, 41-62.

Référence électronique

Bruno Poncharal, « La traduction de l’anaphore dans la prose de pensée », Palimpsestes [En ligne], 23 | 2010, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://palimpsestes.revues.org/454 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.454

Haut de page

Auteur

Bruno Poncharal

Bruno Poncharal est maître de conférences à l’UFR d’études anglophones de l’université Denis Diderot-Paris 7, où il enseigne la traduction et la linguistique anglaise. Il est également traducteur, notamment dans le domaine des sciences humaines (sciences politiques et histoire). S’appuyant sur cette pratique et les outils de la linguistique énonciative, il cherche à montrer comment la traduction opère nécessairement des déplacements dans la pensée, qui ne sont pas le seul fait des limitations supposées du traducteur ou des difficultés de traduction des concepts, mais, plus profondément, la conséquence de modes divergents de construction du sens inhérents à la « forme interne » propre à chaque langue. Il a, par ailleurs, participé au Social Science Translation Project, un projet international visant à promouvoir la formation de traducteurs dans le domaine spécifique des sciences humaines et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org