Navigation – Plan du site

Avant-propos

Michel Morel
p. 9-16

Texte intégral

1Les questions et les exemples analysés dans les textes rassemblés ici composent un panorama à la fois spécialisé et général. Ce voyage européen et américain – littérature anglaise, américaine, canadienne, espagnole, italienne – montre une fois encore que la traduction ne peut se soutenir que de la lecture la plus fine et la plus émérite : l’expérience commune qui ressort de ces pratiques si diverses est qu’elle est par nécessité l’acte de lecture le plus intime (P. Bush, L. Gouaux) et le plus complet qui se puisse imaginer. Ceci est particulièrement vrai dans un domaine qui pose des problèmes techniques quasiment insurmontables, et exige du traducteur une connaissance approfondie des données textuelles en question, ainsi que la pleine maîtrise de facultés d’écriture débouchant sur une sorte de création seconde, à l’exemple si particulier et si attachant de l’auto-traduction (J. E. Wilhelm).

2Deux orientations générales départagent ces textes, en même temps qu’elles fondent leur dynamique interne : d’un côté, les implications de l’intertextualité en termes de traduction (les enjeux de la traduction en ce domaine), de l’autre les implications de la traduction en termes d’intertextualité (cette deuxième orientation nous apportant le bénéfice supplémentaire de nous aider à mieux comprendre et caractériser des faits de langue qui sont au fondement même de l’écriture, qu’elle soit littéraire ou non). La première direction s’intéresse à la transmission de l’effet intertextuel, à sa reconstitution pour le destinataire final, le but visé étant que l’acte de lecture second ainsi proposé soit aussi fidèle que possible à l’acte de lecture originel. La seconde direction conduit à affiner le regard sur l’intertextualité au sein même du texte à traduire, sur ses exigences quant au « lecteur modèle » (selon Umberto Eco), c’est-à-dire sur la présence de signes encyclopédiques – stylistiques aussi bien que référentiels – qui doit être maintenue pour que l’essentiel de son fonctionnement soit transféré au texte d’arrivée. C’est le contrat implicite qui unit les auteurs du présent volume que de chercher à définir, chacun en son propre domaine, les moyens les plus susceptibles de permettre de conserver ces données essentielles, que ce soit directement dans la fidélité la plus étroite à une réalité textuelle parfois si fuyante, ou indirectement par le truchement de la transposition ou même de l’adaptation. Cette tension féconde se devine dans chacune de ces diverses présentations, l’intertextualité nouant inextricablement toutes les puissances de langue, de culture et d’écriture : Lawrence Venuti emploie à ce sujet l’expression « nœud intertextuel » qui rend bien compte de la gageure et du défi auquel est confronté le traducteur.

3Ces articles sont des pragmatiques en marche, plus que des reconstructions abstraites, pragmatiques marquées par les choix distincts de ceux qui enseignent et pratiquent la traduction, et de ceux qui en ont fait leur orientation professionnelle principale. Dans leur grande variété, les aspects ici abordés mettent au jour des niveaux d’analyse qui, bien que se recoupant les uns les autres, s’affirment dans leur spécificité. La première opposition concerne l’« intertextualité » ou échange entre des textes d’auteurs variés et l’« intratextualité », terme proposé par Brian Fitch pour caractériser l’échange au sein d’une même œuvre et entre des moments différents de l’écriture d’un auteur (L. Venuti et J. E. Wilhelm). Cette seconde forme est aussi appelée auto-citation (I. Génin), et auto-intertextualité (L. Gouaux). Viennent ensuite les phénomènes d’intertextualité générique : school story (V. Douglas), roman gothique (É. Boucé et I. Génin) et poésie (É. Boucé), parodie et pastiche (D. Chartier) – ces derniers si difficiles à rendre et à transmettre –, journalisme, proverbes (F. Antoine). Au-delà de cette dimension générique, l’intertextualité est vécue comme la présence d’un élément étranger qui creuse le texte, selon l’expression d’Antoine Compagnon au sujet de la citation (D. Chartier). Conséquence et nouvelle distinction, la relation bipolaire entre texte et intertexte va de la mise en évidence, « installation », à l’allusion, « suggestion », à l’assimilation, « absorption » (S. Geoffroy-Menoux), avec bien sûr une difficulté croissante pour le traducteur dans le cas de l’allusion ou de l’assimilation qui peut d’ailleurs se transformer en vampirisme (É. Boucé). Certains des contributeurs parlent d’intertextualité « diffuse » (I. Génin), ou encore « oblique » (L. Gouaux), ou de « ponts cachés » intra- ou intertextuels (B. Meillon). Inversement, le rapport peut aussi être d’exclusion et de rejet (S. Geoffroy-Menoux), ce qui implique un fin travail d’enquête pour restituer, autant que faire se peut, le donné absent ou même censuré sans lequel le sens véritable ne saurait être compris et donc transmis. Il s’agit dans ce cas précis de reconstituer la position d’écriture première, point où la traduction s’avance au plus près des délicates questions d’intentionnalité. Dernier aspect, l’intertextualité est aussi, et peut-être surtout, une stratégie d’écriture. Comme le rappelle Élizabeth Boucé dans le cas particulier d’Ann Radcliffe, elle sert tour à tour à défendre (à l’instar des épigraphes), à renforcer (à l’instar des citations) et à embellir (à l’instar des poèmes). Supprimer épigraphes et poèmes comme le font les traducteurs les plus récents de cet auteur aboutit donc à affaiblir le texte et à en réduire les ambitions en termes de littérature. Ailleurs l’intertextualité peut se faire subversive (D. Chartier) à l’image de la démarche des écrits qu’on appelle « postmodernes » où le recours à un texte canonique aboutit à un effet de déstabilisation réciproque.

4Une série de notions connexes impliquées par l’intertextualité complète ce tableau d’ensemble. La réflexion sur le même et l’autre, sur l’écart entre eux et sur l’altérité, parfois en termes d’herméneutique et de phénoménologie – de Ricœur à Gadamer et, dans un domaine complémentaire, à Derrida –, revient souvent dans ces pages. En particulier en ce qui concerne ce qu’on peut appeler la question de l’épistémè de référence. Les problèmes les plus difficiles sont ceux que pose le transfert d’une épistémè première vers celle d’un public qui par définition lui est étranger. Cette dimension est appelée « lexiculturelle » par Fabrice Antoine (« ce qui, au-delà des mots […] s’actualise spontanément chez le locuteur natif, […] appartient au non-dit et […] constitue […] une sorte de valeur ajoutée aux mots »). Sont impliqués en particulier tous les faits de « déjà-lu » propres à la pratique de langue des lecteurs premier (le traducteur) et second (le destinataire) (D. Chartier). Ce qui pose la délicate question de la décontextualisation, ou perte des données intratextuelles et intertextuelles originelles, et de leur recontextualisation ou reconstruction dans le texte d’arrivée (L. Venuti). Le problème est redoublé quand on change non seulement de pays, mais d’époque (V. Douglas). En soi, l’intertextualité implique une expérience de distance au sein même du texte, une sorte d’inquiétude (F. Antoine) qui entrave et fait diverger l’acte de lecture, déstabilisation créatrice que la traduction doit s’employer à transmettre ou à reconstituer. C’est bien là son enjeu principal.

5Au total donc, une quête détaillée, variée, au plus proche de l’écriture individuelle, explorant les arcanes d’une dimension constitutive du texte : tel est le témoignage que nous apportent ces articles unifiés dans et par leurs différences mêmes.

6En réponse à un donné d’une telle complexité aboutissant à des nuances aussi fines, les stratégies de traduction passées en revue s’emploient à régler, chacune dans son domaine propre, les difficultés concrètes que posent le transfert et la reconstitution de cet effet constitutif de langue et de sens. Les présentes analyses se lisent comme des bilans d’enquête, avec la possibilité de réussite plus ou moins complète dans les cas les plus typés et explicites d’intertextualité, mais aussi, et le plus souvent, le constat d’une impuissance partielle ou totale, ou au moins d’une extrême difficulté, d’un défi mettant en jeu la distance de lecture, la maîtrise langagière dans les deux domaines considérés, et l’écriture en langue d’arrivée. On devine alors qu’idéalement la traduction est non seulement l’acte de lecture le plus complet qui soit, mais aussi un acte d’écriture se mesurant à celui du créateur originel, dans une transparence seconde qui en fait la beauté et le paradoxe.

7Les stratégies en jeu dépendent évidemment de la nature même de l’intertextualité concernée : « La traduction de l’intertextualité s’apparente donc à une traque du détail porteur de signification » (L. Gouaux). Le problème est que les jeux de l’intertextualité impliquent l’ensemble des composantes textuelles, de l’appartenance générique englobante au détail le plus restreint de l’énonciation en question (comme le choix d’un article indéfini à la place d’un article défini, dans l’exemple retenu par Laurence Gouaux). Les possibilités de réussite paraissent se situer soit du côté du détail microtextuel, soit dans les cas où le texte source peut être suivi au plus près. Telle paraît être la leçon de l’exemple – la traduction de Marc Cholodenko de Carpenter’s Gothic – retenu par Isabelle Génin. D’autres cas cités vont dans le même sens. Une telle traduction directement ajustée au texte premier est malheureusement rendue souvent impossible par l’hétérogénéité des appartenances culturelles entre texte source et public cible. Le cas examiné par Élizabeth Boucé est particulièrement probant à cet égard : les traducteurs français d’Ann Radcliffe ont littéralement estropié ses textes en censurant la dimension poétique, ceci moins dans les traductions premières que dans les suivantes, censure qui témoigne indirectement de l’incapacité pour le public français d’entrer dans la logique anglaise du sublime et des formes littéraires qui lui correspondent. Accessoirement, on pourrait aussi penser que le rejet des traducteurs plus récents s’explique en partie par le vieillissement de passages très imitatifs et marqués par la « diction poétique » de l’époque. Ailleurs, ce sont les traces génériques qu’il paraît malaisé de transmettre. Plusieurs fois revient le constat de la disparition dans le texte d’arrivée des décalages propres au pastiche et à la parodie : les traces de certains des hypotextes parodiés par David Lodge s’effacent à la traduction (D. Chartier). Déjà difficilement repérables dans le texte source, ces pastiches de styles d’auteur ne peuvent guère être transmis, et, qui plus est, décelés en l’absence d’une connaissance de ces auteurs par le lecteur second. Isabelle Génin relève le même cas d’influence diffuse, sous la forme d’un style à la manière de, dont le rendu et la reconnaissance deviennent hautement aléatoires. Dans le cas même d’une communauté de culture, l’utilisation d’hypotextes communs échoue partiellement du fait de l’instabilité de ces hypotextes en langue d’arrivée. Ainsi, ni pour les traductions de la Bible en français, ni pour celles de Shakespeare, le lecteur français ne dispose d’une traduction auréolée du statut canonique et fondateur de la Bible de 1611 ou de l’écriture shakespearienne. Le constat de cette instabilité revient dans plusieurs des textes ici rassemblés. Concernant la Bible, et comme le note Lawrence Venuti, un verset de la Bible de Luther n’est pas l’équivalent du même verset dans la Bible de Jacques 1er, la relation de l’une et de l’autre à leurs langues respectives n’étant pas la même : le première est plus proche du parler vernaculaire et donc plus pertinente en termes de pratique langagière générale, la seconde plus esthétisante et donc plus menacée d’une sorte d’obsolescence qui l’éloigne du parler courant, mais en fait en retour un matériau littéraire de premier rang.

8Un autre problème plus général se pose quant à la possibilité de transférer l’effet intertextuel dans sa spécificité première. Il s’agit d’une intertextualité seconde, parasitaire en quelque sorte, celle qui relève de la mémoire des traducteurs et qui vient moduler, ou comme dans le cas analysé par Élizabeth Boucé, conduit à effacer l’intertextualité première. À ceci s’ajoute le problème du déjà-lu dans la langue d’arrivée qui fait que les mots y détiennent un programme sémantique différent où se sont accumulées toutes leurs occurrences antérieures (comme dans le cas de la délicate traduction de infamous et lunatic étudié par Delphine Chartier).

9Au rang des contraintes à prendre en compte entrent aussi et surtout les conditions de publication : pour quel public et dans quelle situation contextuelle on traduit. Ce que rappelle Edmond Cary, cité par Élizabeth Boucé : « Que traduisez-vous? Quand, où, pourquoi? Voilà les vraies questions dont s’entoure l’opération de traduction littéraire ». Pour rendre la finesse intertextuelle, la traduction ne dispose pas des mêmes capacités suivant que le recours à un appareil intertextuel, tel que des notes explicatives, est possible ou non : ce que montrent les deux versions de l’œuvre de Kipling dont Virginie Douglas compare le rendu dans les éditions Pléiade et Folio Junior. En outre, le public qui aurait le plus besoin de ces guidages paratextuels est précisément celui qui en sera privé : traduire l’intertextualité pour un lectorat adolescent n’est pas du tout la même chose que la traduire pour un lectorat érudit. On comprend pourquoi, dans ce cas précis, les différences culturelles risquent inévitablement d’aboutir à une sorte d’échec : « Une traduction insatisfaisante de l’intertextualité en littérature pour la jeunesse débouche sur un échec de l’acculturation par la traduction » (V. Douglas).

10Dans ces conditions, et dans la majorité des cas, on est contraint de rechercher des solutions de compromis puisque le passage direct est littéralement impossible. On sait qu’historiquement parlant ces solutions ont pu varier d’un extrême à l’autre. Au-delà des traductions naturalisantes du xviiie siècle (les « belles infidèles »), la plupart des contributeurs étudient des stratégies de contournement aussi diverses que les problèmes rencontrés. Ainsi, dans le cas précis de la littérature pour enfants et de ses exigences – cas par ailleurs si clairement illustré par les problèmes de traduction concernant les livres d’Alice de Lewis Carroll –, la seule solution paraît être de recréer « un réseau intertextuel différent de celui mis en place par l’auteur au moment de l’écriture, une intertextualité qu’une mémoire collective de l’enfance pourra éventuellement s’approprier » (V. Douglas). Dans des cas moins caractérisés, on propose une complémentation inventive. De nombreuses modalités sont envisagées. Le terme de « réfraction » revient plusieurs fois en ce domaine. Selon Lawrence Venuti l’objectif est une équivalence interprétative : « envisager la traduction comme un travail d’interprétation, comme une reconstruction active variant selon de nombreux facteurs linguistiques, culturels et sociaux dans la situation de réception ». C’est évidemment un point très délicat puisqu’il implique que face à une impossibilité de transfert, la traduction ne peut pas ne pas prendre le risque d’une interprétation et d’une invention quelque peu périlleuses. Ailleurs, on montre combien un choix de mot inapproprié peut faire dérailler l’ensemble du système de références intertextuelles (B. Meillon). À l’extrême opposé, les procédures propres à l’auto-traduction paraissent représenter une sorte d’idéal puisque la position d’écriture, non pas unique mais unitaire, est très proche d’une langue à l’autre, au plus proche imaginable, suggérant une sorte de « complétude » idéale (J. E. Wilhelm). Ce qui pose cependant la question du statut d’une œuvre devenue pour ainsi dire double dans la mesure où l’une et l’autre versions entrent en concurrence dans leur dépassement mutuel. Même dans ces conditions de proximité idéale entre source et cible, il reste la difficulté propre au transfert de l’effet intertextuel d’un domaine linguistique et référentiel à l’autre. Bien qu’atténué par la présence d’un énonciateur unique, la différence entre les deux versions ne peut aucunement être effacée. Et pourtant, entre cette situation presque irénique et les cas de divergences marquées où la dissimilitude culturelle et temporelle est irréductible et impassable, le contraste est total. C’est bien pourquoi la seule solution est alors la délicate création d’un néo-intertexte visant idéalement (en réalité selon les conceptions du traducteur) à restituer un effet équivalent dans la langue d’arrivée. Il faut alors s’en remettre à l’appréciation et aux capacités poétiques – au sens premier du mot – de ce traducteur. Choix risqué, mais en est-il d’autres? Ce que résume bien Virginie Douglas : « la traduction de l’intertextualité n’est pas incompatible avec l’adaptation, ni avec la dimension créatrice qui peut les accompagner ». Façon de rappeler la composante productrice de la traduction sur laquelle tous les auteurs du présent volume semblent s’accorder, même si la conception de la fidélité visée, et de la recréation (J. E. Wilhelm), peut varier entre eux. La formulation de Peter Bush : « the complex creativity of literary translation » pourrait sembler exprimer un point de vue largement partagé dans les autres textes ici présentés.

11Du point de vue plus concret de l’écriture elle-même, plusieurs fois revient la question des marques stylistiques de l’intertextualité : on se demande s’il faut « lisser » (S. Geoffroy-Menoux) le texte d’arrivée, ou chercher au contraire à reconstituer l’expérience langagière première, soit en reconstruisant une sorte de langage d’époque, soit en ayant recours à des traductions déjà publiées (ceci dans le cas de citations directes). La solution proposée de retenir des traductions autres destinées à reproduire dans le texte d’arrivée la différence scripturaire propre au texte source risque cependant d’ajouter un décalage stylistique supplémentaire : un écart est bien conservé mais ce n’est plus le même écart.

12Face à ces difficultés multiples, face à l’impossibilité d’appliquer des solutions toutes faites dérivées de règles assurées, le constat en réalité très peu scientifique mais pragmatique revient plusieurs fois que la traduction de l’intertextualité implique une étroite imbrication de l’érudition et de la spontanéité : érudition, car sans connaissance profonde des composants du texte à traduire, on risque de le déformer irrémédiablement; spontanéité, car l’acte entier de traduction (de la lecture, à l’écriture et à la relecture) est en soi une démarche de création dont la réussite repose sur l’intelligence mais aussi et surtout sur la sensibilité et l’imagination. Et c’est bien là ce qui rend l’acte de traduction si exigeant et si séduisant : le fait pour qui traduit de se savoir en position de rendre possible, pour des lecteurs dont l’auteur premier n’avait aucune idée, la vie renouvelée, et retrempée dans la différence, d’une œuvre idéalement inchangée par sa transmutation langagière créatrice.

13Au total, la leçon indirecte la plus féconde à retenir de ces analyses est que la traduction est en elle-même de nature foncièrement intertextuelle, qu’elle possède toutes les potentialités et toutes les limites d’une pratique d’écriture qui est la complexité en soi. Voir, avec Sophie Geoffroy-Menoux, la traduction comme le « comble de l’intertextualité », c’est lui attribuer indirectement après Philippe Sollers, cité par Virginie Douglas, « un pouvoir quasi politique d’incorporation ou d’exclusion, en montrant que “[d]’une certaine manière, un texte vaut ce que vaut son action intégratrice et destructrice d’autres textes” ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Morel, « Avant-propos », Palimpsestes, 18 | 2006, 9-16.

Référence électronique

Michel Morel, « Avant-propos », Palimpsestes [En ligne], 18 | 2006, mis en ligne le 23 novembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/541

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org