Navigation – Plan du site

Traduction, intertextualité, interprétation

Lawrence Venuti
Traduction de Maryvonne Boisseau
p. 17-42

Résumés

L’intertextualité joue un rôle essentiel dans la production et la réception des textes traduits. Pourtant, la possibilité même de traduire la plupart des intertextes étrangers en totalité ou avec exactitude est si restreinte qu’elle en est pratiquement nulle. Par conséquent ces intertextes sont généralement remplacés par des relations intertextuelles analogues mais, en définitive, différentes, dans la langue réceptrice. La création d’un intertexte récepteur permet à une traduction d’être lue et comprise par les lecteurs de la langue de traduction. Elle entraîne aussi un écart entre le texte étranger et les textes traduits, une prolifération des différences linguistiques et culturelles qui sont à la fois d’ordre interprétatif et interrogatif. L’intertextualité rend la traduction possible, mais la complique, l’empêchant d’être une transmission limpide, ouvrant le texte traduit à des possibilités d’interprétation qui varient selon les communautés culturelles dans la situation réceptrice. Afin de mettre ces possibilités en action et, en même temps, améliorer l’étude et la pratique de la traduction, nous devons travailler à théoriser l’autonomie relative du texte traduit ainsi qu’à sensibiliser davantage les traducteurs et lecteurs de traductions à ces enjeux théoriques.

Haut de page

Texte intégral

Distinctions préliminaires

  • 1 Pour un aperçu critique des théories pertinentes, voir Allen, 2000.
  • 2 Voir Stewart, 1980.

1Une succession de théoriciens de la littérature nous a appris que chaque texte est fondamentalement un intertexte, relié à d’autres textes par un ensemble de relations, présentes d’une manière ou d’une autre dans le texte même, et desquelles il tire son sens, sa valeur et sa fonction1. Ces relations intertextuelles peuvent prendre des formes bien définies comme la citation, l’allusion et la parodie. Mais elles peuvent aussi se révéler plus subtiles, implicites et généralisées, si bien qu’on dira d’un acte de langage qu’il renvoie à des structures linguistiques établies et d’une œuvre littéraire qu’elle renvoie à des œuvres antérieures dont l’écriture appartient au même genre. L’intertextualité présuppose l’existence d’une tradition linguistique, littéraire ou culturelle, une continuité de formes et de pratiques, même lorsqu’une relation intertextuelle spécifique instaure une continuité et, de ce fait, crée la tradition, l’affirmant ou la mettant en cause, selon les cas2.

2De plus, en ce qui concerne l’intertextualité, la réception est un facteur décisif. Le lecteur doit non seulement posséder les connaissances littéraires et culturelles lui permettant de reconnaître la présence d’un texte dans un autre, mais il doit aussi faire preuve de la compétence critique nécessaire à la formulation de la signification de la relation intertextuelle, à la fois pour le texte dans lequel elle apparaît et pour la tradition dans laquelle ce texte prend une place quand l’intertextualité est reconnue. Ce que Susan Stewart écrit à propos de l’allusion peut s’appliquer, plus généralement, à toute forme d’intertextualité : « literary allusion, » dit-elle, « is the articulation not only of a relation to tradition but of the degrees of access available to that tradition. […] The allusion articulates levels of readership, levels of accessibility to knowledge. » (Stewart, 1980 : 1151). Ainsi l’intertextualité signale les conditions sociales et culturelles de réception, en faisant appel à la connaissance et à la compétence dont dépend la tradition, ou en manifestant leur absence et remplacement par d’autres modes de réception.

3La traduction constitue un cas unique d’intertextualité. En fait, elle met en jeu trois ensembles de relations intertextuelles : (1) les relations entre le texte étranger et les autres textes, que ce soit dans la langue étrangère ou dans une autre langue; (2) les relations entre le texte étranger et la traduction, traditionnellement envisagées jusqu’à présent en termes d’équivalence; et (3) les relations entre la traduction et d’autres textes, que ce soit dans la langue de traduction ou dans une autre langue. Du point de vue du traducteur, ces trois ensembles de relations ne se distinguent pas de façon aussi marquée : ils sont plutôt reliés les uns aux autres de manières diverses et complexes qui reflètent les gains et pertes variés que le texte étranger subit, tant sur le plan graphique et phonique que lexical et syntaxique, stylistique et discursif. Afin de recréer une forme d’intertextualité présente dans le texte étranger et partant, préserver une équivalence de cette forme, le traducteur s’efforce d’établir une relation intertextuelle au sein de la traduction. Mais en remplaçant une relation à une tradition étrangère par une relation à la culture de la langue de traduction, le traducteur court le risque d’accroître l’écart entre le texte étranger et ses traductions. Le processus même de construction d’une intertextualité équivalente amène le traducteur à gommer les fondements de cette intertextualité et à lui substituer une différence linguistique et culturelle.

4Dans ce qui suit, je prends comme point de départ cette perspective du traducteur, mais la dépasse pour envisager l’intertextualité non seulement comme une relation verbale mais comme une interprétation qui vient bouleverser le jeu de l’équivalence et ne laisse indemne ni le texte étranger ni la culture de la langue de traduction. Lors de la traduction, les relations intertextuelles incluent les structures verbales formant la base d’interprétations incertaines, soulevant des questions que seul un lectorat informé est capable d’exprimer. Ici l’interprétation n’est pas une simple donnée construite d’un sens qui serait inhérent au texte étranger mais plutôt une tentative de fixer tel sens spécifique en tenant compte à la fois du texte étranger et de la culture de la langue de traduction, interrogeant de ce fait, souvent de façon inattendue, leurs conditions linguistiques et sociales. Enfin, l’examen de l’intertextualité exige, d’une part, que les lecteurs apprennent à lire les traductions comme des traductions, dans une certaine mesure indépendantes du texte étranger, et que, d’autre part, les traducteurs acquièrent un sens théorique qui leur permette d’approfondir, dans leur pratique, les liens existant entre les choix lexicaux et les jeux interprétatifs.

L’intertexte étranger

5Le premier ensemble de relations intertextuelles que le traducteur doit examiner, celles construites dans et par le texte étranger, est rarement recréé en totalité ou avec exactitude dans le texte traduit car l’acte de traduire engage, fondamentalement, un processus de décontextualisation. Les différences structurelles entre les langues, même entre celles qui comportent des ressemblances importantes sur le plan du lexique et de la syntaxe, fondées sur des étymologies partagées ou sur une histoire d’emprunt réciproque, requièrent du traducteur qu’il démonte, réorganise et, en fin de compte, déplace la chaîne de signifiants de la langue étrangère. Au cours du processus, deux ensembles contextuels constituants du texte étranger sont perdus : l’un est intratextuel et donc constitutif du texte, de ses structures linguistiques et discursives, et de sa texture verbale; l’autre est intertextuel mais tout autant constitutif du texte, puisqu’il inclut un réseau de relations, lequel confère au texte sa signification pour des lecteurs qui ont une culture étendue dans la langue étrangère. Par « constitutif », je veux dire que ce contexte, qui se dédouble, est nécessaire au processus de signifiance du texte, à sa capacité d’endosser des sens, des valeurs et des fonctions que le passage dans une langue et une culture différentes ne laisse jamais intacts. En conséquence de quoi le lecteur du texte traduit ne peut jamais en faire une expérience qui produise une réponse équivalente, ni même comparable, à celle que l’expérience du lecteur étranger entraîne.

6En raison du processus de décontextualisation, les relations intertextuelles en particulier ne sauraient être simplement reproduites par la traduction la plus proche des mots et expressions qui instituent cette relation dans le texte étranger. Une telle traduction, aussi proche soit-elle, peut éventuellement établir une correspondance sémantique, mais ne pourra incorporer la signification culturelle particulière d’un intertexte étranger, signification qui provient de la reconnaissance d’un lien entre le texte étranger et une tradition culturelle étrangère. Cette signification, en effet, dépend non seulement des sens dénotatifs des mots et des expressions mais aussi de la forme, de ressemblances entre des traits linguistiques du texte étranger, graphiques et phoniques, lexicaux et syntaxiques, stylistiques et discursifs. Afin de compenser la perte de l’intertextualité, le traducteur peut s’appuyer sur des procédés paratextuels, comme une présentation ou des annotations, ce qui peut s’avérer utile pour restituer le contexte culturel étranger et expliquer la signification culturelle d’une relation intertextuelle et son fondement linguistique. Toutefois, en faisant ces ajouts, le travail du traducteur cesse d’être de la traduction et devient commentaire. Qui plus est, non seulement la traduction revêt un caractère savant, pouvant restreindre son lectorat, mais elle échoue à produire sur le lecteur l’effet immédiat que le texte étranger produit sur le lecteur étranger. Une réponse équivalente est à nouveau empêchée.

7Examinons un passage, contenant un nœud intertextuel particulièrement dense, extrait de la pièce de David Mamet, Sexual Perversity in Chicago (1974). Dans l’échange au début de la pièce, Bernie raconte à Danny une rencontre sexuelle avec une femme qui insiste pour jouer un scénario inspiré de la Seconde Guerre mondiale : elle enfile un Flak suit, une combinaison pare-balles à fermeture Éclair prévue pour protéger les pilotes de guerre des éclats d’obus, puis elle téléphone à un ami auquel elle demande d’imiter les bruits d’une attaque anti-aérienne. Un acte sexuel qui, à l’origine, semble mettre en scène un jeu de rôle bizarre, devient irréel, se transforme en un fantasme généralisé :

Bernie: All of sudden, she screams “Wait.” She wriggles out, leans under the bed, and she pulls out this five-gallon jerrycan.

Danny: Right.

Bernie: Opens it up… it’s full of gasoline. So she splashes the mother all over the walls, whips a fuckin’ Zippo out of the Flak suit, and WHOOSH, the whole room is in flames. So the whole fuckin’ joint is going up in smoke, the telephone is going “Rat Tat Tat,” the broad jumps back on the bed and yells “Now give it to me now for the love of Christ.” (Pause.) So I look at the broad… and I figure… fuck this nonsense. I grab my clothes, I peel a sawbuck off my wad, as I make the door I fling it at her. “For cab fare,” I yell. She doesn’t hear nothing. One, two, six, I’m in the hall. Struggling into my shorts and hustling for the elevator. Whole fucking hall is full of smoke, above the flames I just make out my broad, she’s singing “Off we go into the Wild Blue Yonder,” and the elevator arrives, and the whole fucking hall is full of firemen. (Pause.) Those fucking firemen make out like bandits. (Pause.)

Danny: Nobody does it normally anymore. (Mamet, 1978 : 17)

8L’histoire de Bernie use de diverses formes linguistiques et culturelles typiquement américaines. Le scénario imaginé par la femme est une adaptation inspirée des films hollywoodiens des années 1940 et 1950, non seulement des films de guerre mais aussi des films noirs. Cette relation intertextuelle (ou intersémiotique) est renforcée par l’emploi de mots et expressions caractéristiques de cette période de l’histoire, tels Zippo, le briquet de fabrication américaine qui avait la préférence des soldats et qui apparaît dans tant de films; jerrycan, un bidon de métal, d’abord utilisé par les Allemands puis adopté par les Alliés; Off we go into the Wild Blue Yonder, le premier vers de l’hymne de l’armée de l’air américaine qu’on entend dans certaines bandes-son de films; et une kyrielle d’expressions familières (I peel a sawbuck off my wad, joint, la répétition de broad, la double négation dans la phrase She doesn’t hear nothing, l’emploi de make, make out, hustling), expressions qui correspondent au style des romans policiers plutôt durs écrits par des auteurs comme Raymond Chandler ou Mickey Spillane, ainsi que les adaptations qui en ont été faites pour le cinéma. L’intertextualité réside dans un certain nombre de détails qui ne sont pas seulement attachés à une certaine période, mais chargés de connotations. Le premier vers de l’hymne de l’armée de l’air, par exemple, a été investi d’un sentiment patriotique très fort, tandis que les expressions familières crues ont fini par être associées à une notion d’identité masculine tout aussi forte et agressive, particulièrement à l’égard des femmes.

9Étant donné ce profond enracinement des relations intertextuelles de la pièce de Mamet dans les schémas culturels et linguistiques américains, une restitution proche des mots et expressions spécifiques ne pourra probablement pas recréer ces relations-là dans une traduction – même lorsque la culture de la langue de traduction a été elle-même saturée de schémas américains. La version italienne de Rossella Bernascone prend appui de façon astucieuse sur la présence de la culture américaine en Italie, conservant ou adoptant certains mots de l’anglais (uno zippo, i boxer pour les shorts de Bernie). Mais cet extrait met son ingéniosité à l’épreuve, et elle omet de traduire un certain nombre d’autres traits, y compris de nombreuses expressions argotiques et obscènes :

Bernard : poi all’improviso urla “Aspetta!”. Si divincola, si sporge sotto il letto e tira fuori una tanica da venti litri.

Danny : Certo.

Bernard : La apre… è piena di benzina. La versa contro i muri, tira fuori uno Zippo dalla tuta e UUUUMM! la stanza va a fuoco. Insomma la camera è piena di fumo, il telefono continua a fare “Ra ta ta ta”, la tipa salta sul letto e urla : “Dammelo subito per amore del bambin Gesù” (Pausa). Io guardo la tipa… e penso… questa è pazza. Prendo i vestiti, tiro fuori dal portafoglio un biglietto da dieci dollari e mentre corro verso la porta glielo butto urlando “Per il taxi”. Lei non sente niente. Uno, due, sei, sono nel corridoio. Cerco d’infilarmi i boxer e di correre all’ascensore. Il corridoio è pieno di fumo, sopra le fiamme sento la tipa che canta Nel blu dipinto di blu, arriva l’ascensore e il corridoio è pieno di pompieri. Pausa. ’Sti pompieri scopano come dei dannati. Pausa.

Danny : Nessuno la fa più normalmente di questi tempi. (Mamet, 1989 : 17-18)

10Ce passage réussit incontestablement à donner un aperçu du scénario « Seconde Guerre mondiale » en exploitant la circulation des films hollywoodiens en Italie. Cependant, l’intertexte américain est incomplètement rendu, sa présence est moins convaincante et il est, dans une certaine mesure, italianisé. Le mot tuta, par exemple, ne signifie pas Flak suit. La traductrice avait, lors de la première occurrence, essayé de compenser cette perte en choisissant une traduction plus développée qui explique le mot anglais mais diminue son impact : « una tuta antiproiettile della seconda guerra mondiale » (une combinaison pare-balles de la Seconde Guerre mondiale) (op. cit. : 16). De même, l’écho historique du mot jerrycan n’est pas reproduit dans l’expression una tanica da ventri litri, qui est plus générique (un bidon de vingt litres) et ne contient pas la référence à l’Allemagne, passée dans la langue familière, et qui s’entend dans le son du mot anglais jerry. Même si l’italien utilise des formes familières (tipa) pour renvoyer à la femme, la contraction ’Sti pour Questi, le vocabulaire et la syntaxe argotiques sont remplacés par un idiome standard et courant : I peel a sawbuck off my wad, par exemple, devient tiro fuori dal portiglio un biglietto da dieci dollari (Je sors un billet de dix dollars de mon porte-feuille). Le choix le plus étrange est peut-être le remplacement de la référence à l’hymne de l’armée de l’air par Nel blu dipinto di blu, le titre d’une chanson que tout le monde appelle « Volare » (1958). Malgré la référence analogue évidente, voler, ce titre néanmoins ne renvoie plus à l’armée et n’a plus de résonance patriotique.

11Quand l’intertexte dans la langue étrangère implique une traduction dans cette même langue, comme cela arrive souvent, la question de la décontextualisation est rendue plus aiguë. Ainsi une allusion biblique dans un texte étranger n’est pas exactement rendue par l’allusion au même passage dans la traduction de l’autre langue. L’allusion dans le texte étranger peut fort bien construire une relation intertextuelle à une version qui, étant donné l’importance culturelle de la Bible, a accumulé des significations, des valeurs et des fonctions qu’il est impossible de recréer en insérant une simple allusion à une traduction de la Bible dans une autre langue. On peut considérer que l’impact de la version de Luther sur la culture et la langue allemandes est similaire à celui de la King James Bible sur la culture et la langue anglaises. Mais toute ressemblance ne sera repérée que sur fond de différences significatives. En s’appuyant sur la langue parlée, la traduction de Luther allait permettre au haut-allemand moderne de devenir la langue standard et la norme littéraire alors que la King James Bible est coulée dans le moule des débuts de l’anglais moderne, un état de langue obsolète au xixe siècle, époque à laquelle cet anglais moderne ancien devint une source de formules poétiques archaïsantes. Par conséquent, un poème anglais faisant allusion à la King James Bible emploiera un anglais daté et reconnaissable, investi de l’autorité culturelle et institutionnelle que la traduction représentait dans l’église anglicane et l’histoire de la littérature anglaise. Pourtant, une traduction de ce poème en allemand ne pourra établir une relation analogue avec une Bible allemande, une relation qui évoquerait un éventail comparable d’associations culturelles et institutionnelles. Avoir recours à des archaïsmes allemands ne fera qu’augmenter l’écart entre le poème anglais et la culture allemande en raison de la relation différente entre la langue de Luther et l’allemand standard courant. En essayant de compenser la perte de l’intertextualité du texte étranger, le traducteur risque de compromettre le second ensemble de relations intertextuelles, celles dont l’objet est d’instituer une équivalence entre le texte étranger et ses traductions.

L’intertexte récepteur

12Aujourd’hui la plupart des traducteurs s’imaginent au minimum conserver une équivalence lexicographique, une correspondance sémantique avec le texte étranger fondée sur les définitions du dictionnaire. Cependant, ce point de vue, naïvement, suppose un modèle de communication ignorant le fait que traduire est un processus de transformation radicale. Le texte étranger n’est pas seulement décontextualisé mais re-contextualisé, dans la mesure où le traduire, c’est le réécrire en des termes intelligibles et intéressants pour le lecteur-récepteur, en le replaçant dans des structures langagières différentes, des valeurs culturelles différentes, des traditions littéraires différentes, et dans des institutions sociales différentes. Le processus de recontextualisation suppose la reconstruction d’un troisième ensemble de relations intertextuelles établies dans et par la traduction, autrement dit un intertexte récepteur. Traduit, un texte étranger ne fait pas que perdre sur le plan formel et sémantique, il gagne aussi énormément : les formes linguistiques et valeurs culturelles constitutives du texte sont remplacées par des effets textuels qui vont au-delà de la simple équivalence lexicographique et ne fonctionnent que dans la langue et la culture de traduction. Par conséquent, envisager la traduction, non comme une opération visant à la communication, comme s’il s’agissait de la transmission directe et relativement limpide du texte étranger, mais plutôt comme un travail d’interprétation, comme une reconstruction active variant selon de nombreux facteurs linguistiques, culturels et sociaux dans la situation de réception, serait plus fécond. Plus précisément, une traduction inscrit dans le texte un jeu de significations et de valeurs qui ne peuvent transmettre qu’une interprétation du texte étranger, jamais le texte lui-même et jamais une quelconque signification ou valeur réputée intrinsèque.

  • 3 J’utilise le terme interprétant à la suite de Charles Pierce et Umberto Eco. Pour une discussion u (...)

13Le traducteur fixe une interprétation en appliquant une catégorie qui interpose entre la langue et la culture étrangère d’une part, et la langue et la culture de traduction d’autre part, un mode de conversion du texte étranger en texte traduit. Cette catégorie consiste en interprétants, qui peuvent être soit formels, soit thématiques. Les interprétants formels renferment un concept d’équivalence, comme une correspondance sémantique fondée sur les définitions lexicographiques, ou un concept de style, un vocabulaire et une syntaxe spécifiques liés au genre ou au type de discours. Les interprétants thématiques sont des codes : idées particulières, croyances et représentations, discours au sens d’un ensemble relativement cohérent de concepts, problèmes et arguments ou bien encore une interprétation particulière du texte étranger, élaborée indépendamment, sous la forme du commentaire. Les interprétants sont essentiellement intertextuels, ancrés fondamentalement dans le contexte récepteur, même s’ils ont peut-être, dans certains cas, assimilé certains matériaux culturels étrangers. C’est l’application des interprétants par le traducteur qui recontextualise le texte étranger, en substituant aux relations intertextuelles étrangères un intertexte récepteur et des relations à la langue et la culture de traduction qui sont construites dans la traduction3.

14La traduction en anglais par Kate Soper de l’étude de Sebastiano Timpanaro intitulée Il lapsus freudiano (1974) en offre une illustration. Cette étude marxiste démythifie la psychanalyse en critiquant la validité scientifique des concepts et arguments de Freud. Selon Timpanaro, « Freud greatly enriched contemporary man’s knowledge of himself; but more in the sense that Proust, Kafka, Joyce, Musil have done so, than in the sense in which Darwin, Marx, Engels, Lenin or Einstein have done so. » (Timpanaro, 1976 : 224) La stratégie d’ensemble de Soper a été de conserver une équivalence lexicographique dans l’anglais standard et courant. Cependant, en certains endroits, cet interprétant formel se modifiait et intégrait une terminologie plus spécialisée, prenant la force thématique d’un code. Dans l’exemple qui suit, j’ai indiqué le glissement terminologique en caractères gras :

I recenti – e, a mio parere, in gran parte riusciti – tentativi di interpretare il complesso edipico, in quello che ha di vero e dimostrabile, come qualcosa di storicamente e socialmente condizionato, sarebbero stati giudicati da Freud come un’eresia. (Timpanaro, 2002 : 92)

The recent—and to my mind largely successful—attempts to interpret what real and demonstrable content there is in the Oedipus complex as the product of historical and social determinations, would have been deemed heretical by Freud. (Timpanaro, 1976 : 110)

15Le mot italien condizionato peut être traduit, simplement, en anglais par conditioned (conditionné), au sens de qualified, de telle sorte que la proposition come qualcosa di storicamente e socialmente condizionato pourrait se lire comme ceci : as something historically and socially conditioned. Cependant, la traduction de Soper n’est pas seulement une transposition grammaticale d’un adjectif à un syntagme nominal, mais inscrit un sens différent fondé sur une relation intertextuelle : l’emploi qu’elle fait du mot determinations renvoie à un concept plus fort de causalité et, de ce fait, oriente vers la théorie sociale de Marx, repensée par Althusser, plus particulièrement au concept de « surdétermination ». Dans un essai programmatique, intitulé « Contradiction et surdétermination », Althusser cherchait à faire la distinction entre le concept de causalité sociale développé par Marx et celui de Hegel, cultivant un style dense, abstrait, et néanmoins éminemment caractéristique, que Ben Brewster a su recréer dans ses traductions anglaises. En voici deux extraits typiques qui montrent les ressemblances avec la traduction de Soper (les soulignements sont d’Althusser) :

  • 4 « [En constituant cette unité, elles reconstituent et accomplissent bien l’unité fondamentale qui (...)

The “contradiction” is inseparable from the total structure of the social body in which it is found, inseparable from its formal conditions of existence, and even from the instances it governs; it is radically affected by them, determining, but also determined in one and the same movement, and determined by the various levels and instances of the social formation it animates; it might be called overdetermined in its principle4. (Althusser, 1977 : 101)

  • 5 « [Là encore] on rencontre bien les apparences de la surdétermination : toute société historique n (...)

[in Hegel] we encounter an apparent overdetermination: are not all historical societies constituted of an infinity of concrete determinations, from political laws to religion via customs, habits, financial, commercial and economic regimes, the educational system, the arts, philosophy, and so on? However, none of these determinations is essentially outside the others, not only because together they constitute an original, organic totality, but also and above all because this totality is reflected in a unique, internal principle, which is the truth of all those concrete determinations5. (Ibid. : 102)

  • 6 Voir Easthope, 1988; Elliott, 1998.
  • 7 Elle-même le précise dans un courrier électronique à l’auteur (6 octobre 2004).

16Althusser a exercé une influence significative sur les débats politiques et culturels des années 1960 et 1970 en Grande-Bretagne, en grande partie grâce aux traductions en anglais de ses travaux6. Et c’est à cette époque que Soper, philosophe de formation, a lu Althusser et a ensuite écrit sa traduction du texte de Timpanaro7. Lorsqu’au cours de nos échanges, j’ai attiré son attention sur l’intertexte althussérien dans sa traduction, elle a reconnu sa présence, remarquant que si elle « n’avait jamais suivi Althusser », il avait « de toute évidence » contribué à former son identité intellectuelle à cette époque. Elle avait, à son insu, appliqué, dans sa traduction, un interprétant thématique, un discours philosophique particulier, qui impliquait une relation intertextuelle à la culture anglaise de l’époque.

17Les terminologies spécialisées propres aux sciences humaines constituent toujours des nœuds intertextuels, des relations à la recherche savante dont les termes sont définis et appliqués, habituellement dans le cadre de débats qui évoluent, et sur la base de méthodologies diverses. Même si les communautés savantes sont depuis longtemps internationales, on a tendance à traduire les termes-clés d’un texte étranger plutôt que de les conserver comme des emprunts; et puisqu’une discipline académique est toujours caractérisée par des orientations dans la recherche, des débats et des méthodologies qui sont, pratiquement à coup sûr, spécifiques à une langue et à une culture, ces termes seront traduits dans un contexte institutionnel qui diffère de façon notable du contexte dans lequel ils ont été formulés. Pour cette raison, le processus de recontextualisation engagé lors de la traduction peut attacher des sens supplémentaires, et assez divergents, à des termes en établissant des liens à des textes dans la langue de traduction par l’application d’un interprétant formel, que cela soit une ressemblance stylistique ou une simple citation. Là encore, lorsque la relation intertextuelle étrangère implique un texte lui-même traduit dans la langue étrangère, le problème de la recontextualisation est exacerbé au point que les mots peuvent être soumis à une révision qui reflète les orientations, débats, et méthodologies savantes spécifiques à la langue de traduction.

18Le texte italien de Timpanaro inclut une note (Timpanaro, 2002 : 197) précisant que les citations de Freud renvoient à l’édition allemande de Psychopathologie de la vie quotidienne et à la traduction italienne de ce volume qui fut publiée plus tard dans l’édition italienne des œuvres complètes. De même, la version anglaise de Soper inclut aussi une note sur les passages cités (Timpanaro, 1976 : 7). Elle signale qu’elle a utilisé l’édition allemande et la traduction anglaise publiée dans l’édition de James Strachey, The Standard Edition of the Psychological Works of Sigmund Freud. Soper n’a donc pas traduit les termes mêmes de Freud, ni la version italienne que Timpanaro cite, mais a appliqué un interprétant formel particulier : elle a repris ses propres citations, substituant aux références de Timpanaro les traductions anglaises de l’édition de Strachey. Sa propre traduction crée ainsi un contexte différent pour la critique de Timpanaro, un intertexte anglais dans lequel différentes significations et valeurs sont mises au jour.

19Voici un passage caractéristique du texte italien de Timpanaro, suivi de la version anglaise de Soper :

Qualsiasi altro lapsus, qualsiasi altro “atto mancato”, o una più banale manifestazione di nervosismo, avrebbero funzionato altrettanto bene come punto di partenza di un’analisi che avrebbe condotto in ogni caso all’identico risultato. (Timpanaro, 2002 : 41-42)

Some other “slip”, some other parapraxis, some more trivial manifestation of nervousness, could have functioned just as well as the starting point for an analysis which in each case would have led to the same conclusion. (Timpanaro, 1976 : 53)

  • 8 Voir Bettelheim, 1983 pour une critique du scientisme de Strachey.

20L’expression atto mancato (acte manqué) dans la citation par Timpanaro de la traduction italienne, est en réalité plus proche, dans sa forme et son sens, de l’allemand de Freud, Fehlleistung (acte erroné), que le terme parapraxis, cité par Soper, de la Standard Edition de Strachey. Alors que les expressions allemande et italienne sont assez courantes, puisées dans un registre de langue standard, puis réinvesties d’un sens plus spécialisé dans le texte de Freud, l’expression anglaise est un néologisme utilisé comme terme technique, appartenant au jargon scientifique, et n’a pas cours, dans les cultures de langue anglaise, en dehors du domaine de la psychanalyse. Soper a manifestement cherché à créer une relation intertextuelle analogue en choisissant de citer une traduction qui, faisant autorité, est alors susceptible d’être reconnue par le lecteur anglophone cultivé. Toutefois, une conséquence de son choix est de donner à la critique de Timpanaro une portée culturelle et institutionnelle plus large : dans la version anglaise, Timpanaro s’en prend non seulement à la validité scientifique de la pensée de Freud, mais il remet implicitement en cause les efforts de Strachey qui, pour institutionnaliser la psychanalyse comme une science comparable à la médecine, avait forgé une terminologie à partir du grec et du latin8. L’application par Soper d’un interprétant formel (sa citation) crée un intertexte récepteur qui interroge l’autorité de la Standard Edition.

L’intertextualité comme interrogation

  • 9 J. Derrida, 1993 [1972], « Événement signature contexte », in Marges de la philosophie, Paris, Les (...)

21Les formes d’intertextualité établies par et dans une traduction affectent donc à la fois le texte étranger et les textes dans la culture de traduction. Le traducteur crée une relation intertextuelle en reproduisant un texte préexistant dans la langue de traduction, soit spécifiquement en le citant, soit, plus généralement, en imitant les graphèmes et les sons, le vocabulaire et la syntaxe, le style et le discours. Dans une traduction comme dans une composition originale, la citation et l’imitation ne produisent pas une identité ou une simple répétition du texte préexistant. Dès que le lecteur reconnaît l’intertextualité, une différence se fait également jour en raison de ce que Derrida appelle l’« itérabilité » du langage : le sens de tout signifiant peut changer car il « peut rompre avec tout contexte donné, engendrer à l’infini de nouveaux contextes, de façon absolument non saturable9 ». Une traduction recontextualise alors à la fois le texte étranger qu’elle traduit et le texte de la langue de traduction qu’elle cite ou imite, les soumettant à une transformation qui change leur portée. Par conséquent, les relations intertextuelles qu’une traduction établit ne sont pas seulement interprétatives mais, potentiellement, interrogatives : elles inscrivent des sens et des valeurs qui invitent à une compréhension critique des textes cités ou imités, et même aussi des traditions culturelles et des institutions sociales dans lesquelles ces textes sont situés, tout en invitant, dans le même temps, le lecteur à comprendre le texte étranger sur la base de textes, traditions, et institutions spécifiques à la culture de traduction.

22On peut voir un exemple du pouvoir interrogatif de l’intertexte récepteur dans l’utilisation que fait Ezra Pound d’analogues stylistiques lorsqu’il traduit de la poésie. Dans son essai, « Guido’s Relations » (1929), Pound préconise un style dérivé des traditions poétiques anglaises de façon à recréer les effets qu’il perçoit dans le texte étranger. Pour rendre le vers italien du xiiie siècle de Guido Cavalcanti, Pound recommande l’emploi de « l’anglais pré-élizabéthain », la langue des poètes du début du xvie siècle, notamment Sir Thomas Wyatt et Gavin Douglas, et pour expliquer son choix, il affirme : « [these] writers were still intent on clarity and explicitness, still preferring them to magniloquence and the thundering phrase. » (Pound, 2004 : 92) Sa logique écarte donc non seulement le langage pétrarquisant conventionnel de poètes comme Sir Philip Sydney et Edmund Spenser, mais aussi le style élevé de poètes comme Christopher Marlowe et John Milton. L’une et l’autre forme de poésie se voient reprocher leur expressivité limitée par rapport à la langue de Cavalcanti.

23Cependant, Pound sous-estime la dimension interprétative de son travail de traduction. Il pense que les effets qu’il recherche en utilisant un langage poétique du début du xvie siècle sont comparables aux effets inhérents aux textes italiens alors qu’en fait, il inscrit ces textes-là dans sa propre poétique moderniste, appliquant un interprétant formel qui réside dans une certaine précision linguistique. L’analogue stylistique de Pound recontextualise les poésies italienne et anglaise avec une différence moderniste, posant les bases de leur réévaluation. D’une part, l’idéalisation ésotérique de la dame de son cœur dans les poèmes philosophiques de Cavalcanti ne peut être qu’amoindrie, voire brocardée, par la description des rencontres sexuelles dans les poèmes de Wyatt, dont beaucoup sont d’ailleurs des traductions de Pétrarque. D’autre part, la préférence de Pound pour un langage clair et précis modifie à coup sûr le canon de la littérature anglaise en marginalisant la poésie de Sidney et de Spencer, Marlowe et Milton.

24Pound sait que son analogue stylistique ne peut restituer le contexte de la poésie de Cavalcanti ni reproduire exactement sa signification culturelle par rapport à l’histoire linguistique et littéraire italienne. Il note : « Guido’s thirteenth-century language is to twentieth-century Italian sense much less archaic than any fourteenth-, fifteenth-, or early sixteenth-century English is for us. » (Pound, 2004 : 93) Toutefois, ses idées sur l’intertextualité dans la traduction sont véritablement celles d’un praticien, et son engagement profond dans un programme poétique moderniste, ainsi que son hypothèse naïve d’un modèle communicationnel l’empêchent d’atteindre la compréhension théorique qui permet de reconnaître pleinement la force « inscriptionnelle » de sa pratique. Pour ce type de compréhension, c’est vers l’ouvrage de Philip Lewis, The Measure of Translation Effects (1985), qu’il convient de se tourner : le texte étranger, la traduction, et leur relation, y sont repensés en termes d’interaction complexe entre « usage communicationnel » et « interprétation abusive ».

25Prenant en compte la réflexion de Derrida sur le langage, Lewis remet en cause la tendance de la plupart des traducteurs « to privilege the capture of signifieds, to give primacy to message, content or concept over language texture », et énonce, en remplacement, un nouvel interprétant formel : « a new axiomatics of fidelity, one that requires attention to the chain of signifiers, to syntactic processes, to discursive structures, to the incidence of language mechanisms on thought and reality formation. » (Lewis, 2004 : 262). L’application de cet interprétant met en lumière tout ce qui, dans le texte étranger, ressortit à un usage abusif ou à un usage qui s’écarte des modèles standard d’emploi de la langue, « points or passages that are in some sense forced, that stand out as clusters of textual energy whether they are constituted by words, turns of phrase, or more elaborate formulations. » (Lewis, 2004 : 263). Aussi un nœud intertextuel relève-t-il de l’« interprétation abusive », au sens où Lewis l’entend, dans la mesure où ce nœud résiste à la communication directe d’un signifié et exige une interprétation agressive du signifiant. Pour Lewis, le traducteur devrait chercher à recréer les usages abusifs du texte étranger, de façon analogue, en s’écartant des modèles standard d’emploi de la langue dans la culture de traduction. Néanmoins, en faisant cela, le traducteur va, lui aussi, dévier ou s’écarter du texte étranger, révélant des conditions linguistiques et culturelles qui demeurent implicites ou non formulées. Cette traduction abusive et fidèle a une double « fonction » interrogative : « on the one hand, that of forcing the linguistic and conceptual system of which it is a dependent, and on the other hand, of directing a critical thrust back toward the text that it translates and in relation to which it becomes a kind of unsettling aftermath. » (Lewis, 2004 : 263)

26La fidélité « abusive » pourrait sembler mieux adaptée à des textes étrangers qui impliquent une densité conceptuelle substantielle ou des effets littéraires inventifs, notamment des textes philosophiques ou poétiques (l’étude de cas de Lewis est une traduction en anglais d’un article de Derrida). Mais dans la mesure où toute traduction réalise une interprétation en recontextualisant le texte étranger, multipliant plutôt que résolvant les différences linguistiques et culturelles, cette interprétation est toujours interrogative – que le traducteur en soit conscient ou non. Un intertexte étranger, en particulier, peut amener le traducteur à substituer un analogue de façon à intégrer une signification culturelle comparable à la signification que l’intertexte véhicule dans la culture étrangère. Toutefois, l’analogue délivre inévitablement différents sens et différentes valeurs qui interrogent le texte étranger et le texte de la langue de traduction auquel l’analogue est lié.

27Cette double interrogation est à l’œuvre lorsque Bernascone substitue la chanson « Volare » à l’hymne de l’armée de l’air américaine utilisé par Mamet. Ce dernier attribue à son personnage Bernie un fantasme phallocrate dans lequel il imagine une femme qui n’est pas simplement soumise à son désir sexuel mais excitée par l’agression masculine que son propre fantasme, le scénario de la Seconde Guerre mondiale, révèle. Cependant, dans la description qu’il fait du comportement sexuellement aberrant d’une femme qui va jusqu’à se détruire elle-même, le machisme de Bernie se révèle être de la misogynie. Dans la version italienne, la référence à la chanson « Volare » signale au moins un sens, approprié à la situation immédiate : l’assimilation, par la femme, du sexe et du vol en avion; la chanson corrobore donc son fantasme militaire pervers. Mais puisque « Volare » décrit un rêve d’amoureux, la chanson ajoute des sens qui s’écartent beaucoup de l’emploi que Mamet fait de l’hymne de l’armée de l’air : la version italienne dépeint Bernie s’imaginant non seulement que la femme est excitée par une forme de pouvoir masculin mettant la vie en danger, mais qu’elle assimile sexe et sentiment, suggérant que sa propre haine des femmes est basée sur son désir et, en même temps, sa crainte de leur amour. Ces sens-là, en retour, transforment une chanson banale en un signifié de la perversion sexuelle et de l’idéologie machiste, chargé d’humour noir.

  • 10 Voir Althusser et Balibar, 1970 : 188; Timpanaro, 1976 : 88n., 217.

28Il est aussi possible d’envisager la version de Soper du texte de Timpanaro comme un cas de fidélité abusive, dans lequel à la fois la critique de l’auteur italien et le matériau culturel de langue anglaise sont soumis à une interrogation. En citant la terminologie scientiste de la Standard Edition, la version anglaise, non seulement oriente la critique de la psychanalyse faite par Timpanaro vers Strachey dans son effort pour rendre une institutionnalisation médicale possible, mais elle révèle d’une manière efficace les limites du projet de Timpanaro, en ne cessant de rappeler au lecteur anglophone que la psychanalyse a exercé, en réalité, une influence énorme sur les disciplines académiques et les pratiques cliniques. L’intertexte althussérien que l’on peut apercevoir dans la traduction de Soper est abusif de la même façon. Le lecteur futé, favorable au projet de Timpanaro, pourrait faire de cet intertexte une critique ironique des efforts qu’Althusser avait entrepris pour faire la synthèse du marxisme et de la psychanalyse, synthèse que le philosophe a parfois revendiquée, et qu’au passage Timpanaro déplore10. Toutefois, la rigueur théorique qu’Althusser a su donner au concept psychanalytique de surdétermination réapparaît pour brouiller l’emploi que fait Timpanaro d’une expression floue comme l’infelicità storico-sociale (le malheur historico-social), un autre endroit où Soper a recours à une formulation althussérienne : « the specific unhappiness which is historically and socially determined » (Timpanaro, 2002 : 152; Timpanaro, 1976 : 177).

29Dans de tels cas, la force interrogative des interprétations des traducteurs doit être considérée comme une conséquence non attendue des relations intertextuelles qu’ils construisent. Ni Bernascone ni Soper ne voulait que sa traduction fonctionne autrement qu’en véhiculant le sens des textes étrangers. Néanmoins, la décision qu’ils ont prise d’insérer, par inadvertance, des formes d’intertextualité analogues a libéré le jeu du signifiant et excédé la communication d’une signification univoque qui, devenant abusive, au sens de Lewis, révélait, dans le texte étranger et dans l’intertexte récepteur, « [what is] unthought or unthinkable in the unsaid or unsayable. » (Lewis, 2004 : 262) On pourrait donc envisager, pour le traducteur, une forme d’intervention différente, plus réflexive. Imaginez alors une traduction dans laquelle le traducteur, dans un effort pour gérer ou contrôler, d’une manière ou d’une autre, les différences linguistiques et culturelles qui résultent du processus de recontextualisation, inscrit délibérément une interprétation interrogative en construisant des relations intertextuelles qui sont appropriées à la forme et au contenu du texte étranger. L’intertextualité entraînerait-elle une récriture du texte étranger telle que la traduction s’écarterait des exigences de l’équivalence et deviendrait une adaptation?

30Cela dépend en grande partie du cas en question, mais je penche pour une réponse négative. À titre d’exemple, je prendrai ma propre traduction des mémoires romancés de Melissa P., 100 colpi di spazzola prima di andare a dormire (2003), un récit de l’apprentissage de la sexualité dans lequel j’ai introduit des citations extraites de textes pertinents tels que le roman de John Cleland, Memoirs of a Woman of Pleasure (1748), et un poème de Sir Thomas Wyatt. Ces relations intertextuelles permettent de comprendre, de façon critique, la narratrice dans le texte italien ainsi que les personnages dans les textes en anglais. De mon point de vue, je dirais que mes choix préservent une équivalence lexicographique, mais l’intertextualité, une fois de plus, transforme toute communication du sens en interprétation interrogative.

31Examinons un passage dans lequel la narratrice Melissa mentionne son retour dans une maison où, un mois plus tôt, elle a eu des rapports sexuels brutaux avec cinq hommes. Le passage inclut l’intégralité d’une entrée de son journal intime; j’ai souligné le mot italien que j’ai transformé en point d’intertextualité dans la traduction en anglais :

Di nuovo nella casa-museo, con le stesse persone. Questa volta giocavamo che io ero la terra e loro i vermi che scavano. Cinque vermi diversi hanno scavato solchi sul mio corpo, e il terreno, al ritorno a casa, era franoso e friabile. Una vecchia sottana ingiallita, di mia nonna, era stata appesa nel mio armadio. L’indossata, ho sentito il profumo dell’ammorbidente e di un tempo che non c’è più che si mescolavano con l’assurdo presente. Ho sciolto i capelli sopra le spalle protette da quel confortante passato. Li ho sciolto, li ho annusati e sono andata a letto con un sorriso che presto si è trasformato in pianto. Mite. (P., 2003 : 61-62)

Another visit to the museumlike house with the same people. This time we played a game: I was the earth, and they were worms burrowing into it. Five different worms dug furrows in my body, and the soil, upon my return home, was loose and crumbly. An old yellowed slip, my grandmother’s, was hanging in my wardrobe. I slipped into it and smelt the scent of softener and a time long gone as they blended with the absurd present. I undid my hair and let it fall to my shoulders, protected by the comforting past. I undid it, nuzzled it, and went to bed with a smile that quickly turned into weeping. Gentle, tame, and meek. (P., 2004 : 67)

32Le passage en italien relate d’emblée l’auto-avilissement de Melissa entre les mains des cinq hommes. Le mot mite renvoie manifestement à sa soumission, sans la moindre trace d’ironie. Selon les dictionnaires italien-anglais, ce mot peut se traduire de diverses façons, entre autres par docile, gentle, meek ou tame. J’ai donc maintenu une équivalence lexicographique en choisissant d’étoffer la traduction avec les trois mots gentle, tame et meek qui, loin d’être redondants, suggèrent au contraire des nuances de sens différentes. Toutefois, la co-occurrence de ces trois mots constitue aussi une citation d’un poème de Wyatt, très souvent retenu dans les anthologies, qui évoque la promiscuité de la cour à l’époque des Tudor tout en rappelant le souvenir d’une rencontre amoureuse passée :

They flee from me, that sometime did me seek
With naked foot, stalking in my chamber.
I have seen them gentle, tame, and meek,
That now are wild and do not remember
That sometime they put themself in danger
To take bread at my hand; and now they range,
Busily seeking with a continual change.

Thanked be fortune it hath been otherwise
Twenty times better; but once in special,
In thin array after a pleasant guise,
When her loose gown from her shoulders did fall,
And she me caught in her arms long and small;
Therewith all sweetly did me kiss
And softly said, “dear heart, how like you this?”

It was no dream: I lay broad waking.
But all is turned thorough my gentleness
Into a strange fashion of forsaking;
And I have leave to go of her goodness,
And she also, to use newfangleness.
But since that I so kindly am served
I would fain know what she hath deserved.

33La citation amorce une interprétation interrogative du poème anglais et du journal intime italien, en particulier parce qu’elle permet de glisser du point de vue de l’amant à celui de la femme, objet sexuel. D’une part, la citation rend explicite, de la manière la plus excessive, ce qui reste implicite dans le poème, à savoir que l’amant a fait de ses partenaires sexuels des objets, réduisant ses relations à l’assouvissement physique signalé par la métaphore animale de la première strophe. D’autre part, la citation, congruente avec la tendance de Melissa à poétiser son avilissement, laisse entendre qu’elle a développé une conscience ironique de sa situation qui la conduira, finalement, comme la femme autrefois docile du poème, à abandonner les hommes qui la dégradent. Ce sens de l’ironie se manifeste aussi dans le passage de loose gown, à yellowed slip : dans le poème, la robe est érotisée, thin array, mousseline légère dont on se défait pendant l’acte sexuel, tandis que dans le récit autobiographique, Melissa décrit la chemise comme ayant appartenu à sa grand-mère et l’enfile autant pour se consoler que pour symboliser, peut-être, la morale conservatrice qui caractérisait une génération précédente, lorsqu’on attendait des femmes qu’elles soient, avant leur mariage, sages et dociles, meek, et non sexuellement soumises.

Le problème de la réception

34À ce stade, on peut sans doute se demander qui, exactement, lira ces traductions comme je les ai lues. Le lecteur se profile comme le facteur le plus déterminant en ce qui concerne la présence et la fonction de l’intertextualité dans la traduction. Les analyses que je propose supposent un lecteur qui soit non seulement compétent en langues étrangères mais aussi prêt à comparer les textes étrangers et leurs traductions; un lecteur dont la culture littéraire et générale soit suffisante pour lui permettre de reconnaître les relations intertextuelles, mais aussi dont la culture théorique soit suffisamment pointue pour qu’il soit en mesure de les interpréter dans toute leur force interrogative. Cette lecture que j’ai faite, donc, ne peut être attendue que de lecteurs professionnels, à savoir de traducteurs, de chercheurs dans le domaine de la traduction ou dans les nombreuses autres disciplines qui utilisent des textes traduits dans leur recherche. Cependant, nombre de ces lecteurs professionnels eux-mêmes ne sont pas encore acquis à l’idée que les textes traduits exigent un mode de lecture particulier. Par conséquent, je dirais que les pratiques traductives, l’étude de la traduction, l’utilisation des traductions dans la recherche académique, en sont encore à un stade rudimentaire de développement, non seulement limité pour ce qui est de la prise de conscience théorique elle-même, mais aussi manquant de méthode dans la discipline; non seulement borné par une acceptation peu critique du modèle communicationnel, mais encore incapable d’avancées significatives. Se pencher sur l’intertextualité est un moyen de poser la traduction comme une pratique et un objet d’étude en soi.

  • 11 Voir Venuti, 2004.

35Pour autant, devrions-nous exclure, sans autre forme de procès, les lecteurs ordinaires des cercles éclairés capables de repérer et comprendre l’intertextualité dans une traduction? Là encore un mode de lecture particulier est nécessaire, sans pour cela obligatoirement exiger l’application savante, qui requiert une connaissance préalable des langues étrangères et suppose l’étude comparative des textes étrangers et de leurs traductions. Si mon argumentation en faveur du processus de recontextualisation est juste, si chaque texte traduit déclenche inévitablement des effets qui ne fonctionnent que dans la langue et la culture de traduction, alors tout lecteur ayant un bon bagage de lectures dans cette langue devrait être capable de discerner les relations intertextuelles dans les traductions. Toutefois, même ces lecteurs compétents doivent modifier des habitudes de lecture des textes traduits profondément ancrées. Il leur faut éviter toute focalisation étroite sur le sens, habitude qui entretient l’idée que la traduction vise à la communication du sens et qui, en fin de compte, aboutit à la fusion de ses effets avec ceux du texte étranger – même en l’absence de quelque mot ou expression que ce soit de la langue étrangère. Les lecteurs doivent plutôt prêter attention aux caractéristiques formelles du texte traduit, ses graphèmes et sons, son vocabulaire et sa syntaxe, le style et le discours, et repérer celles qui peuvent être spécifiques à la langue de traduction11. Ce n’est que de cette façon que la dimension interprétative de la traduction peut être détectée, et sa relative autonomie par rapport au texte étranger préservée.

36Des revues critiques de traduction laissent parfois apparaître qu’une lecture davantage orientée vers la traduction est possible. Les critiques de la traduction en anglais des mémoires de Melissa P. ont fréquemment signalé son emploi de ce que j’appellerais « le cliché porno », un vocabulaire désignant les parties génitales, tiré de la littérature pornographique. On peut citer, à titre d’exemples, les mots asta (lance, spear, shaft) pour pénis et focolare (fireplace) pour vagin (P., 2003 : 27, 43). Prenant exemple sur le texte italien, j’ai étoffé ce lexique par l’utilisation d’un certain nombre de mots et expressions empruntés à l’ouvrage de Cleland, Memoirs of a Woman of Pleasure, récit également d’une initiation sexuelle, sous la forme du journal intime d’une jeune femme, Fanny Hill. Une fois de plus, j’ai cultivé l’équivalence lexicographique dans mes choix : una punta liscia e morbida (a smooth soft point) est devenue a velvet tip; la ferita aperta e rossastra (the open and reddish wound) est devenue the open vermillion wound; l’asta dell’amore est devenu the staff of love; et la cima del suo pene, rossa e eccitata (the red and excited tip of his penis) est devenu the coral tip of his stiff penis (P., 2003 : 90, 100, 114, 115; Cleland, 1999 : 183, 30-31, 170, 116). Tout comme Fanny Hill fait la rencontre d’une autre femme, Melissa rencontre une lesbienne du nom de Letizia, et dans les deux scènes, le même mot est utilisé pour seins, ce qui m’a permis d’insérer une autre citation du roman de Cleland :

Sotto il ventre [di Letizia] ho visto un dolce isolotto su cui potere approdare, ricco e frastagliato, odoroso e sensuale. E i seni, come due dolci colline [hills] in cima alle quali vi sono due cerchi rosa e grandi. (P., 2003 : 71)

Beneath her belly I saw a sweet island where one might land, lush and jagged, fragrant and sensual. And her breasts, like two gentle hillocks topped by two large pink circles. (P., 2004 : 78)

My breasts, if it is not too bold a figure to call so, two hard, firm, rising hillocs, that just began to shew themselves, or signify any thing to the touch, employ’d and amused her hands. (Cleland, 1999 : 11)

37Ces relations intertextuelles ont été signalées dans les revues critiques mais, semble-t-il, sans que leurs auteurs les saisissent pleinement. Jane Shilling, auteur d’une autobiographie, a déploré, dans sa critique de la traduction pour The Daily Telegraph, « [the] clunky genital euphemisms », citant comme exemples my fireplace et his lance et les mettant au compte du style adolescent, « rather callow and unformed », de Melissa et de la traduction (Shilling, 2004). Cependant, juste avant de formuler cette critique, Shilling écrit ceci : « Her [Melissa’s] parents seem entirely unaware that they are harbouring the equivalent of Fanny Hill in an upstairs bedroom ». Cette affirmation, je la reçois comme la reconnaissance insue de l’intertextualité. Pour lire la traduction comme une traduction plutôt qu’une représentation transparente du texte italien, il faudrait que Shilling s’aperçoive qu’au moins certains des clichés porno ne fonctionnent qu’en anglais, notamment hillocks. Sa tendance à faire une lecture transparente du texte, non seulement comme s’il n’y avait pas de différence entre ce texte et le texte italien mais comme s’il s’agissait du récit « sincère » des expériences de Melissa, est l’exemple même d’un empirisme qui milite contre une lecture plus subtile de la traduction ou des mémoires. Tout comme Shilling réduit le texte italien à la réalité présumée de la vie de Melissa, sans se soucier de la sophistication dont elle fait preuve dans le mélange des styles et des allusions, le critique réduit la traduction à l’italien, pensant que toute traduction redonne le texte étranger sans médiation aucune.

38L’intertextualité joue un rôle essentiel dans la production et la réception des textes traduits. Pourtant, la possibilité même de traduire la plupart des intertextes étrangers en totalité ou avec exactitude est si restreinte qu’elle en est pratiquement nulle. Par conséquent, ces intertextes sont généralement remplacés par des relations intertextuelles analogues mais, en définitive, différentes, dans la langue réceptrice. La création d’un intertexte récepteur permet à une traduction d’être lue et comprise par les lecteurs de la langue de traduction. Elle entraîne aussi un écart entre le texte étranger et les textes traduits, une prolifération des différences linguistiques et culturelles qui sont à la fois d’ordre interprétatif et interrogatif. L’intertextualité rend la traduction possible, mais la complique, l’empêchant d’être une transmission limpide, ouvrant le texte traduit à des possibilités d’interprétation qui varient selon les communautés culturelles dans la situation réceptrice. Afin de mettre ces possibilités en action et, en même temps, améliorer l’étude et la pratique de la traduction, nous devons travailler à théoriser l’autonomie relative du texte traduit ainsi qu’à sensibiliser davantage les traducteurs et lecteurs de traductions à ces enjeux théoriques.

Haut de page

Bibliographie

Allen, Graham, 2000, Intertextuality, Londres et New York, Routledge.

Althusser, Louis, 1977, For Marx, trad. Ben Brewster, Londres, NLB.

— et Balibar, Étienne, 1970, Reading Capital, trad. Ben Brewster, Londres, NLB.

Bettelheim, Bruno, 1983, Freud and Man’s Soul, New York, Alfred Knopf.

Cleland, John, 1999, Memoirs of a Woman of Pleasure, Oxford et New York, Oxford University Press.

Derrida, Jacques, 1982, « Signature Event Context », in Margins of Philosophy, trad. Alan Bass, Chicago, University of Chicago Press, p. 307-330.

Easthope, Antony, 1988, British Post-Structuralism: Since 1968, Londres et New York, Routledge.

Eco, Umberto, 1976, A Theory of Semiotics, Bloomington, Indiana University Press.

Elliott, Gregory, 1998, Perry Anderson: The Merciless Laboratory of History, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Lewis, Philip E., 2004, « The Measure of Translation Effects », in Venuti, Lawrence (éd.), The Translation Studies Reader (2nde éd.), Londres et New York, Routledge, p. 256-275.

Mamet, David, 1978, Sexual Perversity in Chicago and The Duck Variations, New York, Grove Press.

—, 1989, Teatro II : Perversioni sessuali a Chicago e Lakeboat, trad. Rossella Bernascone, Gênes, Costa et Nolan.

P., Melissa, 2003, 100 colpi di spazzola prima di andare a dormire, Rome, Fazi.

—, 2004, 100 Strokes of the Brush before Bed, trad. Lawrence Venuti, Londres, Serpent’s Tail, et New York, Grove/Atlantic.

Pound, Ezra, 2004, « Guido’s Relations », in Venuti, Lawrence (éd.), The Translation Studies Reader (2nde éd.), Londres et New York, Routledge, p. 86-93.

Shilling, Jane, August 24, 2004, « Thoroughly Modern Melissa », in The Daily Telegraph.

Stewart, Susan, 1980, « The Pickpocket: A Study in Tradition and Allusion », in MLN 85, p. 1127-1154.

Timpanaro, Sebastiano, 2002 [1974, Florence, La Nuovo Italia], Il lapsus freudiano. Psicanalisi e la critica testuale, Turin, Bollati Boringheri.

—, 1976, The Freudian Slip: Psychoanalysis and Textual Criticism, trad. Kate Soper, Londres, New Left Books.

Venuti, Lawrence, 1995, The Translator’s Invisibility: A History of Translation, Londres et New York, Routledge.

—, July 2004, « How to Read a Translation », in Words Without Borders: The On-Line Magazine for International Literature, http://www.wordswithoutborders.org

Wyatt, Sir Thomas, 1981, Sir Thomas Wyatt: The Complete Poems, R.A. Rebholz (ed.), New Haven, Connecticut, Yale University Press.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu critique des théories pertinentes, voir Allen, 2000.

2 Voir Stewart, 1980.

3 J’utilise le terme interprétant à la suite de Charles Pierce et Umberto Eco. Pour une discussion utile, voir Eco, 1976 : 68-72.

4 « [En constituant cette unité, elles reconstituent et accomplissent bien l’unité fondamentale qui les anime, mais ce faisant elles en indiquent aussi la nature :] que la contradiction est inséparable de la structure du corps social tout entier, dans lequel elle s’exerce, inséparable de ses conditions formelles d’existence, et des instances même qu’elle gouverne, qu’elle est donc elle-même, en son cœur, affectée par elles, déterminante mais aussi déterminée dans un seul et même mouvement, et déterminée par les divers niveaux et les diverses instances de la formation sociale quelle anime : nous pourrions la dire surdéterminée dans son principe. » (L. Althusser, 1986, « Contradiction et surdétermination », in Pour Marx, Paris, La Découverte, p. 99-100).

5 « [Là encore] on rencontre bien les apparences de la surdétermination : toute société historique n’est-elle pas constituée d’une infinité de déterminations concrètes, des lois politiques à la religion, en passant par les murs, les usages, les régimes financier, commercial, économique, le système d’éducation, les arts, la philosophie, etc? Pourtant aucune de ces déterminations n’est, en son essence, extérieure aux autres, non seulement parce qu’elles constituent toutes ensemble une totalité organique originale, mais encore et surtout parce que cette totalité se réfléchit dans un principe interne unique, qui est la vérité de toutes ces déterminations concrètes. » (Ibid. : 101)

6 Voir Easthope, 1988; Elliott, 1998.

7 Elle-même le précise dans un courrier électronique à l’auteur (6 octobre 2004).

8 Voir Bettelheim, 1983 pour une critique du scientisme de Strachey.

9 J. Derrida, 1993 [1972], « Événement signature contexte », in Marges de la philosophie, Paris, Les Éditions de Minuit, p. 381.

10 Voir Althusser et Balibar, 1970 : 188; Timpanaro, 1976 : 88n., 217.

11 Voir Venuti, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lawrence Venuti, « Traduction, intertextualité, interprétation », Palimpsestes, 18 | 2006, 17-42.

Référence électronique

Lawrence Venuti, « Traduction, intertextualité, interprétation », Palimpsestes [En ligne], 18 | 2006, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/542 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.542

Haut de page

Auteur

Lawrence Venuti

Lawrence Venuti est traducteur, principalement de l’italien vers l’anglais. Également historien et théoricien de la traduction, il est l’auteur de The Translator’s Invisibility: A History of Translation (1995) et The Scandals of Translation: Towards an Ethics of Difference, (1998); il a dirigé l’ouvrage Rethinking Translation: Discourse, Subjectivity, Ideology (1992) ainsi que The Translation Studies Reader (2000), dont une seconde édition révisée et augmentée est parue en 2004. Ses traductions les plus récentes incluent les mémoires autobiographiques romancés de Melissa P., 100 Strokes of the Brush before Bed (2004), une anthologie de courts récits, Italy: A Traveler’s Literary Companion (2003), et un recueil de poèmes d’Antonia Pozzi, Breath: Poems and Letters (2002). Il est actuellement professeur d’anglais à Temple University.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org