Navigation – Plan du site

Traduire l’intertextualité en littérature pour la jeunesse : le cas de Stalky & Co. de Rudyard Kipling

Virginie Douglas
p. 103-125

Résumés

La littérature pour la jeunesse fait d’autant plus souvent l’objet de traductions que l’enfant est moins capable encore que l’adulte de lire en langue étrangère et que certains pays, en particulier les pays anglo-saxons, ont un patrimoine plus riche en livres pour enfants que d’autres. Cet article étudie le cycle de récits de Rudyard Kipling, Stalky & Co. (1899), notamment à travers les deux traductions qui en ont été données et dont les objectifs diffèrent manifestement : celle de Paul Bettelheim et de Rodolphe Thomas, traduction de 1903 encore utilisée dans l’édition Folio Junior de 1985, et celle de Joseph Dobrinski, publiée en 1992 dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Dans le texte de Kipling, le foisonnement d’intertextes de toutes sortes, parce qu’il est à mettre en relation avec l’interdiscursivité et le plurilinguisme, permet d’établir un parallèle entre intertextualité et activité traduisante, voire se prête à la traduction. Toutefois, la relation de co-présence des intertextes procède tour à tour, comme l’attitude des trois personnages principaux vis-à-vis de leurs camarades et de leurs professeurs, de l’inclusion et de l’exclusion. La référence intertextuelle peut rallier ou, à l’inverse, mettre à l’écart, dans la diégèse, les autres personnages, et en dehors, les jeunes lecteurs. Cette ambivalence devient plus accusée lors de la traduction, où le traducteur peut soit inclure soit exclure son lectorat enfantin, selon la façon dont il palliera – ou non – les difficultés à traduire l’intertextualité, difficultés encore accrues quand on s’adresse à un jeune public.

Haut de page

Texte intégral

1Le jeu intertextuel représente une constante de la littérature destinée à un jeune public. En effet, cette littérature, du fait de sa récente apparition (on fait généralement remonter la naissance d’une véritable littérature pour la jeunesse au milieu du xviiie siècle), élabore son propre discours à travers ses emprunts à un grand nombre de textes (au sens large) écrits ou oraux. Comme le remarque John Stephens dans Language and Ideology in Children’s Fiction, « writing for children exists at the intersection of a number of other discourses, and illustrates acutely the extent to which language is both a semiotic system and a product of its own history. » (Stephens, 1992 : 86) Cette tendance au bricolage textuel séduit d’autant plus l’enfant que celui-ci procède, dans son rapport au monde adulte, de la même manière que l’auteur pour la jeunesse dans sa relation à la littérature générale : parce qu’il traverse ce qui, par définition, est une phase de (trans)formation, l’enfant construit son individualité par rapport à certains modèles qu’il imite ou rejette, mais souvent aussi qu’il récupère pour mieux les subvertir.

2Bien qu’il soit donc courant, le recours à l’intertextualité dans le livre pour enfants pose des problèmes particuliers en raison du risque de méconnaissance des hypotextes par le lectorat. Plus le lecteur est jeune, plus l’accessibilité d’une référence donnée est hypothétique. Or cette difficulté s’amplifie lors de la traduction. À la contrainte de l’âge s’ajoute celle de l’environnement culturel de l’enfant. La littérature pour la jeunesse fait très couramment l’objet de traductions, de l’album au roman pour adolescents ou pour jeunes adultes (nouvelle catégorie créée par les Anglo-Saxons). Le marché étant porteur, il s’agit de satisfaire la demande du lectorat de pays moins féconds dans cette catégorie littéraire, et à cet égard, les pays anglo-saxons, et notamment la Grande-Bretagne, en sa qualité de pionnière dans le domaine des livres pour enfants, ont toujours largement exporté leur production. Traduire l’intertextualité constitue donc un défi auquel les traducteurs de récits pour la jeunesse se trouvent souvent confrontés.

3Cet article se propose d’analyser le roman – ou plus exactement la suite de récits largement autobiographiques – de Kipling, Stalky & Co. (1899), à travers les traductions qu’en ont données, quelques années après la publication du livre en Grande-Bretagne, Paul Bettelheim et Rodolphe Thomas (1903), dont le texte est encore utilisé dans l’édition pour enfants Folio Junior (ci-après désigné par l’abréviation BT) et, récemment, Joseph Dobrinski (1992) pour les éditions Gallimard et notamment la bibliothèque de la Pléiade (ci-après désigné par l’abréviation D). Il est évident que les objectifs de ces deux traductions ne sont pas les mêmes : celle de Dobrinski, qui, avec son paratexte important et extrêmement documenté, s’adresse à un public adulte et cultivé, s’inscrit dans une démarche de réhabilitation, voire de canonisation de Kipling, et se veut aussi rigoureuse et fidèle à l’original que possible. En revanche, celle de Bettelheim et de Thomas (qui n’étaient d’ailleurs pas les traducteurs habituels de Kipling en français) est nettement moins académique et plus neutre quant à son lectorat, bien que certains choix éditoriaux (notamment les notes et les illustrations) de l’édition Folio Junior de 1985 que nous utiliserons en fassent manifestement un texte destiné aux jeunes lecteurs. Les références au texte anglais renverront à la dernière édition de The Complete Stalky & Co. par Isabel Quigly (ci-après désigné par l’abréviation Q), qui propose un appareil critique précieux. Mais mon analyse se concentrera sur les récits parus dans Stalky & Co., avant que Kipling ne publie en 1929 une version augmentée de cinq récits et de plusieurs poèmes sous le titre de The Complete Stalky & Co., les deux traductions s’appuyant sur la publication de 1899.

4Cette étude des aventures scolaires du redoutable trio Stalky, Beetle et M’Turk (Beetle étant l’homologue fictif du jeune Kipling, ses deux amis prenant respectivement pour modèle Lionel Charles Dunsterville et George Charles Beresford) tentera de proposer une réflexion dépassionnée sur une œuvre longtemps controversée et sur ses traductions. L’analyse textuelle permettra de contrebalancer les perceptions très critiques d’une évaluation fondée essentiellement sur l’idéologie (certes politiquement incorrecte par bien des aspects) véhiculée par Stalky & Co.

5L’œuvre choisie n’est, dans un sens, pas exactement représentative de la situation de la littérature pour la jeunesse lorsqu’il s’agit de traduire l’intertextualité. Il s’agit en effet d’un cas isolé qui, bien qu’il appartienne à un sous-genre extrêmement populaire de la production britannique pour un jeune public, celui de la school story, demeure dans une certaine mesure une œuvre atypique, voire inclassable. Comme cela a souvent été souligné, Stalky & Co., tout en s’inscrivant dans la tradition du roman d’école britannique, s’en démarque nettement, et la complexité du réseau intertextuel n’est pas la moindre de ses originalités.

6L’analyse d’une school story permet toutefois de se pencher sur la mise en œuvre pour un jeune lectorat de la traduction de références renvoyant à des intertextes littéraires ou culturels souvent pointus et circonscrits dans le temps. Stalky & Co. a été retenu ici pour la richesse du réseau intertextuel que le livre met en place, d’autant plus problématique dans le cadre d’une traduction qu’il est particulièrement ancré dans une culture nationale et a des chances de ne pas faire partie du système de références de l’enfant-lecteur, nécessairement plus limité que celui de l’adulte. L’objectif était donc d’étudier la façon dont est abordée en traduction la double contrainte de la spécificité du lectorat et de la résistance à la traduction d’une catégorie littéraire fortement structurée et codée.

7La problématique de cette réflexion prendra pour point de départ l’ambivalence du préfixe inter du terme intertextualité, et montrera que la relation de co-présence qui lie les textes entre eux, et qui n’est pas étrangère aux échanges entre différentes langues sur lesquels s’appuie le processus de traduction, peut intégrer comme rejeter, procéder du ralliement comme de la rupture. Stalky & Co. joue avec virtuosité sur l’ambiguïté de ce rapport, l’employant tour à tour comme instrument d’inclusion et d’exclusion. En ce sens, cette œuvre de Kipling et, plus encore, ses traductions illustrent de façon aiguë la situation du jeune lecteur confronté à des références intertextuelles qui l’intègrent ou le mettent à l’écart selon qu’elles lui sont accessibles ou non. En fonction de la manière dont il s’emploie à résoudre les problèmes liés à l’intertextualité, le traducteur a lui-même l’immense pouvoir d’inclure ou d’exclure.

Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,

Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,

collection « Folio Junior », 1985 © Éditions Gallimard.

  • 1 BT : « Arrah, Patsy, prends le bambin! »; D : « Ohé, Patsy, occupe-toi du lardon ! »
  • 2 À cet égard, il sera intéressant de consulter « The Propagation of Knowledge », récit ajouté ultér (...)

8Ce qui frappe tout d’abord dans Stalky & Co., c’est un réseau intertextuel d’une complexité et d’une érudition que l’on n’attend pas d’un livre pour la jeunesse. Le récit est saturé de références renvoyant à toutes sortes d’hypotextes au sens large, c’est-à-dire pas exclusivement littéraires. Ce foisonnement culturel est l’une des expressions de la jubilation verbale qui caractérise les trois adolescents. On note une qualité incantatoire de la citation, des références, qui rythment, scandent, ponctuent le récit tel un refrain, comme « Arrah ! Patsy, mind the baby !1 », ritournelle empruntée à un air de music-hall de la fin des années 1870, qui revient régulièrement dans Stalky & Co. Dès le second récit, « Slaves of the Lamp Part I », les collégiens s’en inspirent pour composer la musique de leur pièce de fin d’année, et le récit final, « Slaves of the Lamp Part II », montre Stalky, maintenant devenu officier de l’Empire en Inde, ralliant ses soldats au son de cette antienne populaire. Les chansons constituent, de façon générale, des intertextes récurrents qui témoignent, tout comme la large place laissée aux dialogues, de l’importance de l’oralité, du parler. Bien que leur usage puisse à l’occasion sembler gratuit ou déplacé, les citations fonctionnent comme autant de chants tribaux entonnés par les lycéens saluant leurs propres exploits. L’usage qui est fait de l’intertextualité dénote un goût, propre à l’enfance, pour la répétition, voire le psittacisme, qui tient moins souvent de la pédanterie que du mépris insolent de l’autorité que représente l’hypotexte convoqué : comme les adultes qui les encadrent et que les trois garçons aiment à singer et à citer, les auteurs évoqués incarnent l’autorité qui est soit respectée et imitée, soit rejetée. Et l’usage qui est fait de l’intertextualité dans Stalky rend à merveille cette dérision ambiguë, mêlée d’admiration, caractéristique de la remise en cause de toute autorité chez les adolescents, et notamment de celle des livres2.

  • 3 Stalky est, à ce titre, marginal dans le corpus des school stories britanniques : même si l’établi (...)

9Cette dimension ludique de l’intertextualité relève d’une démarche de débordement, de transgression des frontières de la langue et du texte. Les références et citations servent les amplifications oratoires de ces jeunes gens expansifs. Et la jouissance d’une intertextualité tous azimuts, apparemment décousue, utilisée sous toutes ses formes, de la citation à la parodie en passant par l’allusion, est d’autant plus intense que se mêlent hypotextes nobles et populaires dans une hybridation à la fois iconoclaste et féconde. Le lecteur trouve côte à côte des renvois à la Bible, aux auteurs latins, en particulier Horace, à des chansons de music-hall à la mode, aux romans populaires et humoristiques du Britannique R. S. Surtees, contemporain de Dickens… Cette notion de circulation intertextuelle, doublée d’une circulation intratextuelle des références entre les différents récits du cycle et représentée dans la diégèse par les allées et venues des lycéens dans l’enceinte de l’établissement scolaire mais aussi, à maintes reprises, au-delà des limites autorisées, montre bien la double valeur narcissique et d’ouverture de la démarche intertextuelle, qui allie l’obsession qu’a le texte littéraire de sa propre littérarité et l’ouverture à d’autres discours3.

10Il apparaît très vite que Stalky met en relation le recours à l’intertextualité et le dépassement des frontières de la langue (celui-là même qui permet la traduction) : les auteurs convoqués, par exemple, sont non seulement britanniques et américains, mais aussi, pour une très large part, latins, français, parfois russes… Dans ces récits, l’intertextualité doit être perçue comme l’une des manifestations de l’interdiscursivité : elle est à rapprocher notamment du plurilinguisme et fait partie intégrante du jargon des potaches, présent dans le livre au même titre que d’autres discours vernaculaires. En plus des régionalismes, en l’occurrence le dialecte du Devon, qu’adopte naturellement le trio dès qu’il sort des limites du collège, par exemple dans « The Last Term », Stalky regorge de pérégrinismes, ce sabir qu’affectionnent les collégiens par lequel ils mélangent allègrement l’anglais et le français, comme dans : « Je vais gloater tout le blessed afternoon. » (Q : 95) ; le traducteur n’ayant d’autre solution que d’effacer, comme le font Bettelheim et Thomas, toute trace de la cohabitation des deux langues (« Je vais rigoler, je vais rigoler tout l’après-midi » (BT : 107) ; ou bien d’introduire un paratexte, comme Dobrinski qui, dans la Pléiade, encadre par des étoiles les mots en français dans le texte d’origine (« *Je vais* jubiler. Jubiler *tout le* reste de cette sainte journée. » (D : 1176). On le voit, dès le stade de l’écriture, Kipling utilise un procédé qui est propre à la traduction, celui de l’emprunt à une langue étrangère. Dans le passage « Je cat, tu cat, il cat. Nous cattons ! » de « A Little Prep. » (Q : 183), traduit « Je vomis, tu vomis, il vomit, nous vomissons » (BT : 170), « *Je* rends, *tu* rends, *il rend, *nous *rendons » (D : 1227), Kipling combine langue familière (to cat/vomir), conjugaisons françaises et intratextualité de la référence à l’épisode du chat mort, utilisé dans « An Unsavoury Interlude » pour diffuser de mauvaises odeurs dans le dortoir ennemi, épisode lui-même organisé autour du jeu sur la référence intertextuelle au proverbe « A cat may look at a king ». Dans son écriture même, l’auteur établit un lien entre jeux de traduction et dialogisme du récit littéraire.

  • 4 Voir Roger Lancelyn Green, qui cite, dans Kipling and the Children (London, Elek Books, 1965, p. 1 (...)

11De même, l’hypotexte d’Uncle Remus (1880) de Joel Chandler Harris, classique de la littérature américaine pour la jeunesse, sujet principal de « The United Idolaters », l’une des nouvelles ajoutées dans The Complete Stalky & Co., mais présent aussi dans certains récits de la première édition, par exemple à la fin de « In Ambush », est à la jonction du parler vernaculaire et de la référence littéraire : les personnages le plagient, inventant des expressions dans le style très particulier du vieux narrateur noir américain de ces histoires animalières4. Intertextualité rime aussi avec plurilinguisme dans Stalky, lorsque Kipling propose des citations qui mêlent deux langues, ce qui implique, de la part du lecteur, un travail personnel de traduction, comme la citation de The Island Race (1898) de Sir Henry John Newbolt, placée en exergue de « A Little Prep. » et qui, en quatre vers, contient plus de latin que d’anglais (la signification des expressions latines est donnée en note dans les deux traductions).

Qui procul hinc—the legend’s writ, / The frontier grave is far away ; /
Qui ante diem periit / Sed miles, sed pro patria.” (Q : 181)

« Qui procul hinc – dit la légende, / Sa tombe est au loin, à la frontière ! / Qui ante diem periit / Sed miles, sed pro patria. » (BT : 167)

« Qui procul hinc – la légende est écrite, / Loin est la tombe aux confins de l’empire ; / Qui ante diem periit / Sed miles, sed pro patria. »
(D : 1224)

  • 5 Toutefois, la note de bas de page qu’introduit l’édition Folio Junior situe la référence intertext (...)

12Chez Kipling, l’espace intertextuel se situe donc à la croisée du linguistique et du littéraire : ses allusions intertextuelles sont à prendre, lors de la traduction, comme des unités de sens au même titre que les autres. Ceci est particulièrement significatif lorsque les personnages opèrent des passages de la dénomination propre à la dénomination commune, à partir d’un nom renvoyant à un hypotexte. Ce procédé apparaît par exemple dans le récit « The Impressionists », où Beetle, pour contrarier son directeur de maison, Mr Prout, feint de pratiquer l’usure auprès des autres élèves, et est décrit à plusieurs reprises comme « a Shylock ». Les deux traductions tiennent compte de l’utilisation générique, courante en anglais, de cette référence au Marchand de Venise, en proposant « le/notre Shylock amateur » (BT : 120, D : 1187)5. Une autre référence moins noble mais qui tend, de la même façon, à attribuer une valeur lexicale à une référence intertextuelle en en faisant un nom commun de sens générique demeure intraduisible sans explicitation : dans « The Flag of their Country », M’Turk qualifie de « Bopper » un homme politique venu faire un discours aux élèves, renvoyant à un intertexte bien connu des jeunes lecteurs de l’époque, l’hebdomadaire The Boy’s Own Paper, ou B.O. Dans la Pléiade, Dobrinski utilise la périphrase « un lecteur du Journal des collégiens » (D : 1265), qui laisse un peu sur sa faim, car elle ne suggère pas au jeune Français le mépris qu’ont les trois cancres pour cet hebdomadaire très édifiant créé par la Religious Tract Society ; chez Bettelheim et Thomas, la référence est purement et simplement supprimée (BT : 120).

  • 6 La suppression du s final de Jorrocks chez Kipling pour que la transformation du nom propre en ver (...)

13Plus rarement, le procédé de la translation est employé, qui consiste ici à attribuer la fonction d’un verbe à un nom propre renvoyant à une œuvre littéraire. M’Turk, faisant allusion à Jorrocks’s Jaunts and Jollities (1838) de R. S. Surtees, vitupère : « Don’t Jorrock. » (Q : 268), tandis que Beetle, en référence au fameux quoique souvent raillé Eric, or, Little by Little (1858), roman d’école de F. W. Farrar, se vante : « Didn’t I “Eric” ’em splendidly ? » (Q : 274). Bien que la translation puisse se faire également avec un nom propre en français, la difficulté du décodage intertextuel s’ajoute à la difficulté grammaticale, obligeant le traducteur à avoir recours à un étoffement : « Ne fais pas ton Jorrock6. » et « N’ai-je pas bien fait mon petit Eric ? » (BT : 242, 249) ; « Laisse Jorrocks tranquille » et « Est-ce que je leur ai pas fait mon numéro à la Eric, comme un dieu ? » (D : 1281, 1288).

14Un autre procédé utilisé par Kipling et montrant bien la valeur linguistique que l’auteur attribue au littéraire – et réciproquement – est celui qui consiste à employer un mot contenant une référence intertextuelle implicite. Dans « The Impressionists », à la vue de l’un de ses camarades déconcerté, Stalky constate : « You look rather metagrobolised » (Q : 103). Cet archaïsme venant du français matagroboliser renvoie immanquablement à Rabelais, qui a inventé le mot, d’autant plus savoureux que son usage est, depuis, rarissime. Alors que Dobrinski conserve métagrobolisé dans sa traduction (D : 1184), Bettelheim et Thomas choisissent d’abord de n’en garder que la charge sémantique en explicitant : « Tu as l’air tout chose. » (BT : 117) On le voit, la disparition de la référence intertextuelle s’accompagne d’une déperdition en termes de plaisir de la langue : après tout, l’enfant-lecteur est bien capable de comprendre, grâce au contexte et même au pouvoir évocateur de ce mot insolite et drôle, le sens approximatif d’un terme qui n’est au demeurant pas nécessairement plus transparent pour un adulte. Ce choix de traduction se révèle incohérent quelques pages plus loin, lorsque le mot est repris tel que chez Rabelais, avec la note explicative suivante, sans doute superflue pour le jeune lecteur et ne correspondant pas vraiment, du reste, à l’acception du mot ici : « Mot créé par Rabelais signifiant travailler avec peine et inutilement. » (BT : 127)

  • 7 Lord Alfred Tennyson, 1864, « On Translations of Homer », tiré de « Experiments in Quantity », in (...)
  • 8 Par ailleurs, contrairement à nombre d’auteurs de school stories, Kipling ne considère pas que le (...)

15Non seulement l’intertextualité prend volontiers, dans Stalky, une dimension linguistique, mais les allusions ou citations sont en fait aussi très souvent doublées de références implicites ou explicites à l’activité même de la traduction. La référence aux « barbarous hexameters » (Q : 99) de Tennyson dans « The Impressionists », par exemple, est en fait tirée du poème « On Translations of Homer7 ». Quant aux Chants d’Ossian, l’une des nombreuses lectures de Beetle au début de la nouvelle « The Last Term », ils sont souvent considérés comme se situant à la frontière entre traduction libre et création de l’auteur James Macpherson8.

16Ainsi, les transformations linguistiques, en particulier celle que constitue la traduction, sont au cœur de la démarche intertextuelle dans Stalky. La traduction ne fait rien d’autre que citer un texte en le reformulant, tout comme le fait la démarche intertextuelle. La définition que, dans Sèmeiôtiké, Julia Kristeva donne du texte comme étant inévitablement un espace intertextuel, une « mosaïque de citations » qui « est absorption et transformation d’un autre texte » (Kristeva, 1969 : 147), pourrait s’appliquer tout autant à l’activité traduisante.

17Les références intertextuelles tiennent une place d’autant plus importante dans Stalky & Co. qu’elles s’inscrivent dans la thématique, caractéristique du microcosme scolaire des school stories, du groupe qui intègre ou proscrit certains individus. Stalky, Beetle et M’Turk forment un clan, une confrérie vivant en autarcie au sein de la communauté scolaire et qui refuse tout élément extérieur bien qu’elle accepte à l’occasion les rapports avec quelques adultes privilégiés (le principal, le révérend John) et camarades de classe triés sur le volet. La référence littéraire, principalement présente dans les conversations du trio, parfois dans celles de leurs professeurs, est l’un des moyens qui permettent d’opérer une sélection, d’inclure ou d’exclure. Dans Stalky, l’intertextualité est donc censée être repérée à deux niveaux : d’abord, au sein de la diégèse, par l’un ou l’autre des personnages, au fil des dialogues qui reposent beaucoup sur ces allusions et où la compréhension de l’interlocuteur renforce son appartenance au groupe ; dans un deuxième temps, par le lecteur dont on attend qu’il entre dans le jeu des collégiens.

18Les adolescents dépeints se construisent par rapport à leurs pairs et par rapport à des modèles, en particulier des modèles culturels et littéraires. De façon significative, l’une de leurs activités favorites est la lecture. Certains ouvrages sont vénérés par les trois collégiens, ouvrages auxquels ils font constamment allusion, comme les romans de R. S. Surtees, notamment Jorrocks’s Jaunts and Jollities, dont le héros éponyme, truculent épicier amateur de chasse, réapparaît dans Handley Cross (1843), également très prisé par les héros. D’autres intertextes sont convoqués sans cesse aussi, mais pour être mieux parodiés et évacués, comme Eric, or, Little by Little et St. Winifred’s (1862) de F. W. Farrar. Philippe Sollers, dans son article « Écriture et révolution » publié dans Théorie d’ensemble, attribue à l’intertextualité un pouvoir quasi politique d’incorporation ou d’exclusion, en montrant que « [d]’une certaine manière, un texte vaut ce que vaut son action intégratrice et destructrice d’autres textes » (Sollers, 1968 : 75), une vision du texte qui correspond à l’usage que font les personnages de l’intertextualité.

19Cette dialectique intégration/rejet se retrouve très clairement chez Kipling. Les récits s’organisent constamment autour d’une démarche d’opposition qui s’exprime par l’insertion de certains éléments dans le groupe et, par voie de conséquence, l’ostracisme envers d’autres éléments. La thématique tourne souvent autour de l’affrontement entre les maîtres et les élèves, entre les différentes « maisons », ou encore entre les fags et les aînés. Il en va de même dans la forme : les allusions et citations sont utilisées comme des armes visant à rallier ou à éliminer les interlocuteurs, mais aussi les lecteurs, ce qui implique que si elles ne sont pas décodées – au moins partiellement – elles perdent le pouvoir illocutoire que Kipling et ses personnages leur confèrent. En effet, si elle peut paraître hétéroclite, l’intertextualité n’en joue pas moins un rôle structurant, moteur, dans le sens où elle peut avoir une incidence sur l’intrigue. Dans « In Ambush », les trois garçons appellent « Aves » (« la grotte enchantée » (BT), « l’île enchantée aux Oiseaux » (D)) un refuge qu’ils ont déniché au bord d’une falaise, au milieu des genêts, par référence à « the Pleasant Isle of Aves » du poème de Charles Kingsley, « The Last Buccaneer » (1857). Dans « An Unsavoury Interlude », c’est la lecture de Viollet-le-Duc qui fournit à Beetle les informations nécessaires à la réalisation du plan diabolique des trois amis. Quant à la façon de conduire la scène de torture, très critiquée, de « The Moral Reformers », celle-ci est suggérée aux jeunes justiciers par une citation de The Art of Travel (1854) de Sir Francis Galton, qu’ils ont étudié en classe.

  • 9 Voir B. W. Allen, qui écrit sur Stalky en 1953 : « it was essentially a book for adults or adolesc (...)

20C’est ainsi que la réception de l’intertextualité par le jeune lecteur se met aussi en place sur le mode de l’inclusion et de l’exclusion déjà présent dans la thématique. L’instance narrative reproduit dans l’espace extra-diégétique les stratégies intertextuelles utilisées par les personnages dans l’intrigue, opérant en quelque sorte une sélection parmi les narrataires, comme le font les personnages principaux parmi leurs camarades de classe en fonction de leurs lectures. Seule une partie des références intertextuelles était accessible aux jeunes lecteurs de l’époque (principalement celles aux ouvrages de F. W. Farrar, Captain Marryat, Edward Lear, Lewis Carroll, Joel Chandler Harris, à The Boy’s Own Paper, ainsi qu’aux nursery rhymes et aux proverbes), et elles l’étaient aux adolescents plus qu’aux jeunes enfants9. Nombre d’autres références s’adressaient au lecteur adulte. L’une des ambiguïtés du livre pour la jeunesse réside dans l’incertitude quant à ses destinataires et Kipling s’adressait sans aucun doute aussi aux adultes ; mais ces allusions sont difficiles à repérer pour le jeune lecteur anglais d’aujourd’hui et à plus forte raison pour le jeune lecteur français. Même les renvois aux lectures en français des élèves dans le cadre de leur travail scolaire n’évoquent rien pour le jeune Français d’aujourd’hui : c’est le cas par exemple du Roman d’un jeune homme pauvre (1858) d’Octave Feuillet.

21En outre, le recours fréquent, bien que non systématique, au plagiat ironique, qui inclut les citations dans le discours sans guillemets, rend difficile le repérage des intertextes : il se fonde sur un clin d’œil, un défi au lecteur qui confine à l’hermétisme. La complexité est due également à l’enchâssement des références les unes dans les autres, la traduction ajoutant encore une distance par rapport à la source première. La référence, dans « The Last Term », à un poème de Robert Browning, « The Bishop Orders his Tomb », du recueil Men and Women (1855), à laquelle s’associe une allusion au style en latin du juriste Domitius Ulpien, doit être décryptée si le lecteur veut comprendre la raillerie du maître, Prout, à l’égard de l’élève, Beetle. Harcelant son souffre-douleur de remarques déplaisantes, notamment sur ses faibles compétences en latin, le professeur lance, triomphant :

I myself have prepared a few trifling foolish questions in Latin prose which can hardly be evaded even by your practised arts of deception.
Ye-es, Latin prose. I think, if I may say so—but we shall see when the papers are set—“Ulpian serves your need.” “Aha ! Elucescebat, quoth our friend.” We shall see ! We shall see ! (Q : 262)

  • 10 Ce dernier intertexte, s’il n’est pas convoqué directement ici, fait partie des références littéra (...)

22En juxtaposant dans sa tirade deux vers de Browning, Prout défie son élève de relever l’allusion à la médiocrité stylistique d’Ulpien comparée et opposée à l’éloquence cicéronienne dans cet extrait du poème, allusion censée renvoyer l’adolescent à sa propre médiocrité. L’intertexte suppose ici que non seulement le personnage mais aussi le lecteur connaisse le contenu du poème de Browning, ce qui est incertain pour le jeune lecteur anglais et hautement improbable pour son homologue français. Ces références à des auteurs faisant eux-mêmes référence à d’autres auteurs ne sont pas rares. Dans « The Last Term » (Q : 259, BT : 227, D : 1270), Beetle emprunte le nom du journal scolaire qu’il édite, The Swillingford Patriot, à Mr Sponge’s Sporting Tour (1853) de R. S. Surtees, roman qui fait lui-même largement allusion aux Pickwick Papers (1837) de Dickens. La citation, dans « Slaves of the Lamp Part 1 » (Q : 64, BT : 64, D : 1141), de deux vers du poème « Caliban upon Setebos » de Robert Browning (Dramatis Personae, 1864), renvoie elle-même à La Tempête de Shakespeare, où Caliban invoque le dieu Setebos, mais la référence intertextuelle à Caliban et à Setebos apparaît aussi chez des contemporains de Kipling, par exemple dans le « Prologue » de The Golden Age (1895) de Kenneth Grahame10.

23Il existe donc indubitablement, malgré l’anticonformisme et l’hybridation du réseau intertextuel de Stalky, un élitisme de Kipling et de son trio de personnages, souvent accusés d’arrogance, le premier par les commentateurs et les seconds par leurs camarades de classe. Dans The Strange Ride of Rudyard Kipling, Angus Wilson déplore le manque d’universalité lié à l’intertextualité selon lui outrée de Stalky, « almost the most cerebral » [of Kipling’s books], qu’il interprète comme « an intense literariness and an over-indulgence in reminiscence of books that sustained Kipling as a boy » (Wilson, 1977 : 80), mettant ainsi en avant le narcissisme et le repli d’une démarche intertextuelle trop pointue.

24Cette connivence ou, à l’inverse, cette discrimination qu’amène l’intertextualité peut être accentuée lors du processus de traduction. Une traduction insatisfaisante de l’intertextualité en littérature pour la jeunesse débouche sur un échec de l’acculturation par la traduction. Le texte de Kipling se rattache, à la fois sur le mode de l’attirance et sur celui de la répulsion, à la catégorie hautement codée de la school story qui, mis à part les grands succès populaires (Tom Brown’s Schooldays de Thomas Hughes, Eric de F. W. Farrar, et, depuis Stalky & Co.,la série des Malory Towers d’Enid Blyton et celle des Jennings d’Anthony Buckeridge et, récemment, celle des Harry Potter), demeure relativement peu traduite par rapport à l’ensemble de la production britannique, bien qu’il s’agisse d’un sous-genre important de la littérature pour la jeunesse. Cela est dû d’abord au fait que l’on considère que la différence entre les systèmes éducatifs des deux pays risque de décourager le jeune lecteur, mais également au fait qu’elle représente un genre très connoté culturellement, fermé sur lui-même, qui développe pour ainsi dire son propre réseau intertextuel fonctionnant en vase clos, avec des thèmes qui lui sont particuliers (amitié, mauvais tours, violences et brimades infligées par les professeurs et les aînés…). L’absence d’équivalent de cette tradition du roman scolaire en France implique un vide référentiel, qui décourage souvent de s’attaquer à sa traduction.

25Comment donc mettre en œuvre la traduction de l’intertextualité dans le contexte du livre pour la jeunesse ? L’exemple de Stalky & Co. permet de relever et d’analyser un éventail de démarches employées. La première manifeste une indifférence au lecteur, et à plus forte raison, au jeune lecteur, en offrant une traduction littérale des références intertextuelles, sans aucun accompagnement pour clarifier le texte et en augmenter la lisibilité. C’est souvent le cas de la traduction de Bettelheim et de Thomas. Les citations latines d’Horace ou de Cicéron, par exemple, y sont souvent traduites, mais les occurrences de noms propres, titres ou citations font rarement l’objet d’une note. Le traducteur part alors du principe qu’il revient au lecteur de pallier les insuffisances dues à son âge et à son appartenance à un contexte national et historique différent de celui de l’écriture du livre. L’emprunt abusif à l’anglais témoigne du même abandon du lecteur, comme lorsque l’édition Folio conserve le mot sportsman dans le texte cible, lors d’une allusion à un roman de chasse de Surtees, simplement pour éviter la répétition chasseur/chasse (Q : 267, BT : 241).

26Une autre stratégie qui, elle, tient compte des difficultés que pose l’intertextualité au lecteur est celle de la sous-traduction ou de la non-traduction : il s’agit notamment de l’ablation pure ou partielle (courante dans la traduction de Bettelheim et de Thomas) qui, si elle évacue les difficultés entravant à la fois l’activité traduisante et l’activité de lecture par un enfant, a pour effet de gommer l’intertextualité du texte source. À la fin de « The Moral Reformers », Stalky traite deux de ses ennemis de « frabjous asses » (Q : 128), mais la référence au fameux poème nonsensique « Jabberwocky » de Lewis Carroll (Through the Looking-Glass, 1872), un hypotexte qui plus est repérable par l’enfant, même français, disparaît dans l’édition Folio, qui propose « Quels ânes vous faites ! » (BT : 152), alors que Dobrinski traduit « frableux jobards » (D : 1212).

27On pourrait aussi rapprocher de cette dernière catégorie le recours aux notes explicatives. Certaines de ces notes, très nombreuses (et fort utiles !) dans la Pléiade, visent à contrebalancer les difficultés générées par les références intertextuelles, parfois à compenser l’entropie de la traduction. Mais avec la note explicative, le lien entre le texte et son hypotexte ne relève plus vraiment de l’intertextualité dans la mesure où il est établi en dehors du texte littéraire lui-même, dans le paratexte. Lorsque le trio se souvient d’avoir été appelé « Three Blind Mice » (Q : 122) par certains de leurs aînés, Dobrinski traduit, comme Bettelheim et Thomas, « les trois souris aveugles » (D : 1205) et ajoute une note : « Three Blind Mice (“Trois souris aveugles”) est une chanson enfantine bien connue. » (D : 1607)

28Les stratégies les plus satisfaisantes dans le cadre d’une traduction s’adressant à un jeune public sont sans doute celles relevant du développement, si elles demeurent modérées : par la surtraduction, l’ajout, l’explicitation, la référence intertextuelle peut être clarifiée à l’intérieur de l’espace textuel. La traduction de Bettelheim et de Thomas offre, par exemple, une incrémentialisation profitable pour le jeune lecteur lorsque « An Unsavoury Interlude » cite, de façon approximative et sans nom d’auteur, un vers de English Bards and Scotch Reviewers (1809) de Lord Byron : « He “nursed the pinion that impelled the steel.” » (Q : 91) L’explicitation intratextuelle fournie dans la traduction, « Comme dit le poète… » (BT : 102), bien qu’elle reste vague, suffit à situer la phrase, pour l’enfant, dans un rapport intertextuel, si bien qu’elle lui paraîtra moins déconcertante.

  • 11 L’édition Folio comporte 73 notes au total, ce qui est finalement peu étant donné la difficulté de (...)
  • 12 Foxy, le sergent du collège, y devient Renardeau, et Hoofer/Heffy, le directeur de maison, Pied-de (...)
  • 13 Cette traduction existe aussi, il est vrai, dans une édition bilingue regroupant quelques-uns des (...)

29Globalement, si l’on compare les deux traductions, le lectorat enfantin se trouve écarté par la complexité et l’ampleur du paratexte de la traduction – certes de grande qualité – de Dobrinski, et frustré par les erreurs de traduction et le peu de clarification apporté par les notes11, dispersées au fil du texte de manière assez arbitraire, de celle de Bettelheim et Thomas. L’inconvénient de la traduction de Dobrinski ne vient pas de ce qu’elle ne s’adresse pas à la jeunesse, mais de ce qu’elle a tendance à l’exclure. Kipling n’est plus désormais seulement une lecture, mais également un sujet d’étude. Stalky bénéficie de la canonisation désormais accordée à cet auteur longtemps controversé et d’un effort de rigueur et de fidélité à l’original qui semblait certainement moins indispensable au début du xxe siècle. Or, canoniser un texte complique la donne en modifiant les choix de traduction. Si Stalky a toujours été lu par des enfants et des adultes, la traduction proposée dans la Pléiade n’est pas accessible aux lecteurs les plus jeunes, notamment ceux qui sont encore peu familiarisés avec l’anglais, par exemple en raison de la stratégie onomastique qui consiste à ne pas traduire les surnoms (rendus en français, au moins en partie, dans la traduction de Bettelheim et Thomas12). D’autre part, il faut reconnaître qu’un appareil critique important s’accorde mal avec un lectorat jeune d’abord motivé par le plaisir d’une lecture fluide13.

30Réussir à traduire l’intertextualité d’une œuvre à l’intention d’enfants-lecteurs implique peut-être inévitablement de recréer dans la traduction une nouvelle intertextualité fédératrice en exploitant le potentiel du texte source. Dans son étude sur la school story, The Heirs of Tom Brown, Isabel Quigly explique que Stalky & Co. ait gardé sa popularité malgré son élitisme en ces termes : « Stalky & Co., for all that it implies a great deal, is even more selective, more school-centred, than most school stories. But because Kipling was the man who made the selection, his pin-hole view of school opened on to an immense world beyond. » (Quigly, 1982 : 125). Le travail du traducteur peut être le moyen d’accentuer la démarche anachronique et englobante amorcée dans le processus intertextuel.

  • 14 L’un des contemporains de Kipling à United Services College à Westward Ho! rapporte que l’enseigna (...)

31Les récits eux-mêmes suggèrent qu’intertextualité et traduction doivent permettre une ouverture et laisser libre cours à une interprétation non restrictive, pourquoi pas celle du traducteur ? Plusieurs passages concernent des traductions non conformistes dans Stalky, la référence à Ossian (Q : 259) par exemple ou encore l’épisode, dans « The Last Term », où le directeur de maison King distribue à son insu une version fantaisiste d’un texte d’Horace à un examen de latin après la permutation des caractères d’imprimerie par Beetle lors de l’impression des sujets (voir Fascicule des textes de référence). Kipling est donc favorable à une traduction inventive : la traduction de l’intertextualité n’est pas incompatible avec l’adaptation, ni avec la dimension créatrice qui peut les accompagner14.

32C’est à la traduction en tant que lecture d’une œuvre qu’il revient de déployer un réseau intertextuel différent de celui mis en place par l’auteur au moment de l’écriture, une intertextualité qu’une mémoire collective de l’enfance pourra éventuellement s’approprier. En effet, ce qui séduit l’enfant dans la démarche intertextuelle, c’est le fonctionnement ludique de la récupération et de l’appropriation des intertextes plutôt que le repérage précis et daté de leur filiation. Ceci doit être pris en compte dans la traduction pour un jeune public, en accentuant la dimension universelle, l’appartenance collective des intertextes. La traduction utilisée en Folio utilise ainsi, à la place de la référence relativement pointue à Chingachgook (dont Kipling déforme le nom en Chingangook [Q : 39]), personnage indien des romans de Fenimore Cooper, l’hyperonyme Sioux, immédiatement plus parlant pour l’enfant dans la mesure où il se rattache au folklore familier des cow-boys et des Indiens. Comme le montre Isabelle Nières-Chevrel dans son article « Traduction et création », la traduction du livre pour enfants a joué, en Europe, un rôle de consolidation et de développement d’une catégorie littéraire encore jeune et qui avait besoin de trouver ses marques. La traduction pour un jeune public « construit […] un réseau intertextuel qui appartient aux enfants, qui est interne à leur culture » (Nières-Chevrel, 1998 : 108).

33Les choix de traduction, notamment par l’attachement à une cohérence et la contextualisation, peuvent participer à cette élaboration d’un réseau intertextuel dont l’enfant pourra s’emparer. Par exemple, pour l’emploi, récurrent dans Stalky, du frabjous/ly de Lewis Carroll, qui fait partie du vocabulaire du trio, il est important d’utiliser toujours une même traduction : même si l’enfant ne connaît pas encore le « Jabberwocky », la prise de conscience de l’intertextualité pourra s’établir a posteriori, s’il découvre le fameux poème, les Alice books existant dans de nombreuses éditions illustrées par de grands artistes du passé ou contemporains. De même, un traducteur « responsable » tentera, pour un ouvrage connu, comme le fait Dobrinski, d’utiliser dans le texte cible la traduction que le jeune lecteur aura le plus de chances de rencontrer, à savoir pour Carroll, celle d’Henri Parisot (frableux/frableusement).

34Le savoir préalable n’est pas une condition indispensable à cette mémoire intertextuelle de l’enfance. Celle-ci peut se construire non seulement au fil de la lecture d’un corpus, mais tout simplement au fil de la lecture d’une œuvre : avec ses récits qui s’ajoutent successivement au cycle Stalky, le texte bâtit une familiarité avec certains hypotextes, familiarité qui participera d’une culture littéraire (même superficielle et filtrée) du jeune lecteur. De plus, le réseau intertextuel n’est pas à prendre comme étant imposé au lecteur par l’auteur, il peut être enrichi ou modifié par le traducteur, voire l’éditeur (par exemple par le choix d’un illustrateur). Le jeune lecteur lui-même s’approprie ce réseau, lui ajoutant de nouvelles ramifications en fonction de sa culture nationale et personnelle. L’intertextualité ne doit donc pas être perçue uniquement comme un ensemble préétabli et immuable antérieur à la traduction du livre et à sa lecture (dans ce cas, sa traduction dans le livre pour enfants serait souvent vouée à l’échec) ; elle laisse des traces a posteriori dans le futur corpus des lectures de l’enfant, qui peut être amené à établir des rapprochements rétrospectivement, en découvrant d’autres textes, parfois seulement à l’âge adulte. Selon Michaël Riffaterre, dans l’article intitulé « La trace de l’intertexte », « l’intextexte est la perception, par le lecteur, de rapports entre une œuvre et d’autres, qui l’ont précédée ou suivie » (Riffaterre, 1980 : 4).

35L’édition Folio de Stalky, malgré de trop nombreuses négligences et erreurs, voire des contresens dans la traduction, l’illustration et l’édition, parvient tout de même à rattacher l’œuvre, par ses choix de traduction et ses illustrations, à un patrimoine de l’enfance plutôt qu’à un ensemble de références littéraires et culturelles précises et circonscrites dans le temps. À la fin de « A Little Prep. », la chanson que les écoliers entonnent, adaptation de plusieurs chansons populaires de l’époque, est judicieusement intégrée dans une illustration par Roland Sabatier, au moyen d’une bulle contenant les paroles reprises en chœur par les élèves. Cette technique heureuse (qui n’est d’ailleurs pas un anachronisme puisque les premières bandes dessinées sont apparues en Grande-Bretagne à la fin du xixe siècle) permet de créer une continuité intertextuelle avec un support que l’enfant-lecteur d’aujourd’hui connaît bien.

Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,

Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,

collection « Folio Junior », 1985 © Éditions Gallimard.

36On peut regretter le manque de rigueur de l’interprétation proposée dans des dessins qui sont parfois en contradiction avec le texte. Mais malgré tout, l’illustration constitue une démarche fructueuse dans la mesure où elle vient greffer sur le système de références de l’œuvre originale un nouveau réseau intertextuel plus proche de l’espace culturel associé à la langue cible, ou du moins plus accessible. L’intertextualité du récit de départ se trouve ainsi enrichie dans sa traduction par un processus qui s’assimile à une création et qu’on pourrait qualifier d’« intertextualité additionnelle ». Puisqu’il est souvent impossible d’établir un rapprochement entre l’école anglaise et l’école française (malgré l’universalité du caractère facétieux des écoliers en littérature), l’illustrateur a choisi de combler le vide référentiel par une intertextualité qui joue sur le cliché, notamment dans la représentation du collégien anglais.

37Les dessins de Roland Sabatier, ajoutés en 1985 à la traduction Mercure de France, offrent en effet une image stéréotypée du jeune Anglais (avec ses taches de rousseur) et de la public school telle que le petit Français peut l’imaginer, avec ses matchs de cricket, les uniformes des élèves, les costumes traditionnels des professeurs et son décor gothique avec ses vieilles tours et ses fenêtres à meneaux. Autant de détails qui ne concordent vraiment ni avec le texte ni avec le modèle réel de l’école de Stalky & Co. à Westward Ho !, mais qui permettent au lecteur de mettre en relation le cycle de récits avec des lectures antérieures ou à venir : le lecteur actuel peut rencontrer la série des Jennings (en français Bennett) d’Anthony Buckeridge, mais surtout celle des Harry Potter de J. K. Rowling, qui fournit tous les éléments traditionnels de la school story, dont elle respecte beaucoup plus les codes que ne le font les récits de Kipling. Ainsi, l’enfant est renvoyé à des références qui sont plus évocatrices et plus à sa portée. Les dessins de Roland Sabatier contribuent à l’élaboration de ce réseau intertextuel additionnel en ce sens qu’ils intègrent des intertextes visuels relevant du patrimoine collectif – littéraire ou culturel – de l’enfance : la cabane dans les bois (BT : 12) évoque de façon peut-être plus frappante les robinsonnades que l’allusion faite, dans le texte de « In Ambush », à la trace de pas de Vendredi (Q : 29) ; le revolver que tient Stalky lors d’une escapade dans la campagne, dans « An Unsavoury Interlude », est délibérément placé au premier plan (BT : 85), sans doute en partie parce qu’il évoque le western ; et le costume typiquement britannique du principal (BT : 171) ne manque pas de rappeler Sherlock Holmes et le Dr Watson.

Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,

Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,

collection « Folio Junior », 1985 © Éditions Gallimard.

38L’intertextualité proprement littéraire s’avère difficile voire impossible à rendre pour un jeune lectorat si l’on veut obtenir une lisibilité satisfaisante dans la langue d’arrivée. Mais le réseau intertextuel mis en place, s’il inclut textes oraux, folklore scolaire (y compris les conjugaisons de langue vivante ou les déclinaisons latines que l’on récite), chansons (pour lesquelles un repérage précis de la source n’est pas indispensable) ou textes mythiques de l’enfance (tel le fameux « Jabberwocky » de Carroll), peut passer avec bonheur dans la langue cible.

  • 15 Sur la traduction de la culture pour un lectorat jeune, voir notamment les articles de Rose-Marie (...)
  • 16 G. Logez, 2001, « L’union des contraires… Quelques réflexions à partir de la traduction de deux ro (...)

39Alors qu’Isabel Quigly, dans The Heirs of Tom Brown, avait classé la school story irrémédiablement dans le passé, le succès de la série des Harry Potter, un exemple finalement très conventionnel de ce sous-genre, promet de stimuler la réflexion, déjà engagée15, sur la traduction des allusions littéraires ou culturelles pour un public d’enfants. De façon plus générale, on assistera certainement à l’élargissement du débat sur la nécessité d’adapter une traduction à un public. Dans un article intitulé « L’union des contraires » portant sur la traduction de deux romans de Joan Lingard, Godeleine Logez se demande « si à la spécificité du genre correspond une spécificité dans la traduction16 ». Je ne suis pas sûre pour ma part qu’une traduction cibliste (dans le sens où elle vise avant tout à être lisible par son public, voire adaptée pour lui) soit plus nécessaire pour un public jeune que pour tout autre lectorat, ni que la solution idéale soit, dans le cas de grands classiques ou de cross-over books – livres qui séduisent à la fois les adultes et les enfants –, une traduction destinée à un jeune public distincte d’une autre s’adressant, elle, à un public d’adultes.

40L’indétermination quant au destinataire réel de l’œuvre est l’une des caractéristiques de ce qu’on appelle les « livres pour enfants » ; c’est aussi une source de richesse, d’ambiguïté. Le destinataire de la littérature pour la jeunesse, plus qu’un lecteur réel, est une construction, un amalgame dans lequel se juxtaposent tous les narrataires que l’auteur peut avoir en tête au moment de l’écriture – ses propres enfants, l’enfant qu’il était (ou pense se souvenir qu’il était), l’enfant-lecteur idéal tel qu’il l’imagine, mais aussi les adultes prescripteurs ou accompagnateurs de la lecture du jeune. De ce point de vue, une traduction qui se concentrerait principalement sur le fil narratif de l’œuvre, gommant ainsi l’identité textuelle de l’œuvre de départ, et notamment sa dimension et son réseau intertextuels, remettrait en cause l’idée qu’il existe une littérarité du livre pour enfants.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Kipling, Rudyard, 1999 [1899], The Complete Stalky & Co., Isabel Quigly (éd.), Oxford, Oxford University Press, « World’s Classics ».

—, 1985 [1903], Stalky et Cie, trad. Paul Bettelheim et Rodolphe Thomas, Paris, Gallimard, coll. « Folio Junior », ill. Roland Sabatier.

—, 1992, Stalky et Cie, trad. Joseph Dobrinski, in Œuvres, Tome II, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Ouvrages et articles

Kristeva, Julia, 1969, Sèmeiôtiké. Recherches pour une sémanalyse, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Tel Quel ».

Nières-Chevrel, Isabelle, 1998, « Traduction et création », Mythe, traduction et création, Paris, BPI, p. 103-123.

Quigly, Isabel, 1982, The Heirs of Tom Brown. The English School Story, Londres, Chatto & Windus.

Riffaterre, Michaël, 1980, « La trace de l’intertexte », in La Pensée n° 215.

Sollers, Philippe, 1968, « Écriture et révolution », Tel Quel. Théorie d’ensemble, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points », p. 67-79.

Stephens, John, 1992, Language and Ideology in Children’s Fiction, New York, Longman.

Wilson, Angus, 1977, The Strange Ride of Rudyard Kipling, Londres, Martin Secker & Warburg Ltd.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 BT : « Arrah, Patsy, prends le bambin! »; D : « Ohé, Patsy, occupe-toi du lardon ! »

2 À cet égard, il sera intéressant de consulter « The Propagation of Knowledge », récit ajouté ultérieurement dans The Complete Stalky & Co., qui tourne autour de la notion d’autorité au sens premier puisqu’il aborde la théorie, en faveur à la fin du xviiie siècle et au xixe siècle parmi certains intellectuels, notamment aux États-Unis, selon laquelle Francis Bacon aurait écrit les pièces que l’on attribue à Shakespeare.

3 Stalky est, à ce titre, marginal dans le corpus des school stories britanniques : même si l’établissement scolaire fonctionne à l’évidence comme un microcosme, la suite de récits ne dépeint pas, contrairement à beaucoup d’autres romans, un monde clos, complètement fermé sur lui-même : on en sort et on y entre.

4 Voir Roger Lancelyn Green, qui cite, dans Kipling and the Children (London, Elek Books, 1965, p. 166), une lettre de Kipling adressée en 1895 à Joel Chandler Harris : « My debt to you is of long standing. I wonder if you could realize how Uncle Remus, his sayings, and the sayings of the noble beasties ran like wild fire through an English public school when I was about fifteen. We used to go to battle […] against those whom we did not love, to the tune of Ty-yi-tungalee: I eat um pea, I pick um pen, etc… And six years ago in India, meeting an old schoolmate of those days we found ourselves quoting whole pages of Uncle Remus that had got mixed in with the fabric of the old school life. »

5 Toutefois, la note de bas de page qu’introduit l’édition Folio Junior situe la référence intertextuelle sans en clarifier la portée sémantique pour le jeune lecteur : « Personnage principal du Marchand de Venise, de Shakespeare. » (BT : 120)

6 La suppression du s final de Jorrocks chez Kipling pour que la transformation du nom propre en verbe paraisse plus conforme à la grammaire entraîne une erreur des traducteurs Bettelheim et Thomas, qui orthographient mal ici le nom du personnage.

7 Lord Alfred Tennyson, 1864, « On Translations of Homer », tiré de « Experiments in Quantity », in Enoch Arden and Other Poems.

8 Par ailleurs, contrairement à nombre d’auteurs de school stories, Kipling ne considère pas que le travail scolaire constitue une part sans intérêt de la vie de ses protagonistes : les hypotextes convoqués donnent souvent lieu à un travail de traduction, notamment des versions données par le professeur de latin et directeur de maison, King. Beetle s’entraîne également à la traduction française à partir d’ouvrages choisis dans la bibliothèque du principal. Chez Kipling, éducation, traduction, lecture et intertextualité sont intimement liées : « Give an English boy the first half of Twenty Thousand Leagues under the Sea in his native tongue. When he is properly intoxicated, withdraw it and present to him the second half in the original. Afterwards—not before—Dumas the Prince of amuseurs, and the rest as God pleases. » (Souvenirs of France, 1933, Londres, Macmillan, p. 8)

9 Voir B. W. Allen, qui écrit sur Stalky en 1953 : « it was essentially a book for adults or adolescents. Schoolboys failed to appreciate it. References to Ruskin and De Quincey were above their heads. » (« Afterthoughts on Stalky and Co. », 1953, in Kipling Journal n° 106)

10 Ce dernier intertexte, s’il n’est pas convoqué directement ici, fait partie des références littéraires de Kipling, puisqu’il apparaît par exemple dans « The Moral Reformers ».

11 L’édition Folio comporte 73 notes au total, ce qui est finalement peu étant donné la difficulté de l’œuvre.

12 Foxy, le sergent du collège, y devient Renardeau, et Hoofer/Heffy, le directeur de maison, Pied-de-Vache.

13 Cette traduction existe aussi, il est vrai, dans une édition bilingue regroupant quelques-uns des récits, et qui peut attirer davantage un public d’adolescents; mais ce type d’édition a un but avant tout didactique et s’adresse de toute façon à des jeunes ayant déjà un niveau relativement avancé en anglais.

14 L’un des contemporains de Kipling à United Services College à Westward Ho! rapporte que l’enseignant H. A. Evans, l’un des deux modèles de King dans Stalky, lui aurait dit que « when Rudyard Kipling was construing his Latin he always let him run on because he made such a fairy tale out of the translation. » (J. H. Griffiths, 1930, « Note », in Kipling Journal n° 14, p. 54.) De même, dans « An English School », article publié dans un périodique américain en 1893 avant d’être repris dans Land and Sea Tales, Kipling raconte avoir traduit, lors d’une retenue où il devait effectuer un devoir de latin, un texte d’Horace en dialecte du Nord Devon.

15 Sur la traduction de la culture pour un lectorat jeune, voir notamment les articles de Rose-Marie Vassallo, 1998, « Une valentine pour le prof de maths ou l’arrière-plan culturel dans le livre pour enfants », in Palimpsestes n° 11 : Traduire la culture, Paris, PSN, et de Ludovic Auvray et Marion Rougier, 2001, « Harry Potter : quelques aspects stylistiques et culturels », in F. Antoine (éd.), Ateliers n° 27 : Traduire pour un jeune public, Villeneuve d’Ascq, Cahiers de la Maison de la Recherche de l’Université de Lille 3, p. 69-79.

16 G. Logez, 2001, « L’union des contraires… Quelques réflexions à partir de la traduction de deux romans de Joan Lingard », Ibid., p. 43-56.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,
Légende collection « Folio Junior », 1985 © Éditions Gallimard.
URL http://palimpsestes.revues.org/docannexe/image/563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,
Légende collection « Folio Junior », 1985 © Éditions Gallimard.
URL http://palimpsestes.revues.org/docannexe/image/563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Illustration de Roland Sabatier. Rudyard Kipling, Stalky et Cie,
Légende collection « Folio Junior », 1985 © Éditions Gallimard.
URL http://palimpsestes.revues.org/docannexe/image/563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Douglas, « Traduire l’intertextualité en littérature pour la jeunesse : le cas de Stalky & Co. de Rudyard Kipling », Palimpsestes, 18 | 2006, 103-125.

Référence électronique

Virginie Douglas, « Traduire l’intertextualité en littérature pour la jeunesse : le cas de Stalky & Co. de Rudyard Kipling », Palimpsestes [En ligne], 18 | 2006, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/563 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.563

Haut de page

Auteur

Virginie Douglas

Virginie Douglas est professeur agrégée d’anglais à l’Université de Rouen. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée « La subversion dans la fiction non réaliste contemporaine pour la jeunesse au Royaume-Uni (1945-1995) » et d’articles sur la littérature britannique pour la jeunesse des xixe et xxe siècles. Elle a également dirigé un ouvrage sur les Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse (L’Harmattan, 2003).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org