Navigation – Plan du site

« Echoes and reverberations » : traduire l’intertextualité dans le Hawthorne de Henry James

Sophie Geoffroy-Menoux
p. 127-146

Résumés

La biographie de Hawthorne par Henry James est, pour reprendre une expression de Marie-Françoise Cachin, une « traduction transatlantique » de Study of Hawthorne (1876) par George Parsons Lathrop, entretissée de traces de textes de James (The Portrait of a Lady, Daisy Miller) et de la correspondance familiale. Traduire cette intertextualité consiste à ne pas lisser les raccords (notes indiquant les erreurs et les reprises, documents insérés en annexe pour réduire la distance culturelle externe [anglais/français]) tout en rendant la distance culturelle interne perceptible. La citation des traductions françaises existantes aboutit à un texte-patchwork reflétant l’aspect hétérogène du texte de départ qui donne au lecteur francophone le plaisir de la reconnaissance. Le comble de ce type de traduction est la production d’une traduction écrite « à la manière des » grands traducteurs de Hawthorne : une traduction intertextuelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 George Parsons Lathrop, 1851-1898, écrivain américain né à Hawaï. Il fit ses études en Allemagne ( (...)

1Traduire la « vie » de Nathaniel Hawthorne, cet hommage ambigu de Henry James au père fondateur des lettres américaines qu’il présente comme émergentes, c’est, sur le plan technique, traduire un essai éminemment intertextuel, un essai polyphonique, faisant intervenir une multitude de voix dont l’hétérogénéité potentielle est paradoxalement corrigée par l’interventionnisme de l’auteur. James, en effet, signe ici non pas une biographie totalement originale et nouvelle de Hawthorne, mais ce qu’il convient de considérer comme une « traduction transatlantique » (Cachin, 1998 : 83) de Study of Hawthorne (1876) de George Parsons Lathrop1, étude elle-même largement intertextuelle et polyphonique. C’est bien, en effet, cette Study (et non les sources primaires, disqualifiées d’emblée par James) qui constitue la matière première modelée, modulée, modalisée par le biographe, en fonction d’objectifs personnels et de choix professionnels réactionnels, c’est-à-dire dictés par le désir de (et l’incapacité à) se démarquer du père spirituel fondateur des lettres américaines – Nathaniel Hawthorne – comme du père biologique, Henry James Sr. Nous repérons, en plus d’une utilisation intensive et diversifiée de plusieurs strates d’hypotextes au cœur d’un hypertexte où ils apparaissent tantôt sous le régime de la co-présence et tantôt sous le régime de la dérivation, les traces du portrait de Nathaniel Hawthorne brossé par Henry James Sr., dans une lettre de 1861 adressée à son « cher Emerson ». Cette lettre, que j’ai découverte après la publication par les éditions José Corti de ma traduction du Hawthorne (Geoffroy-Menoux, 2003 : 5-111), brosse un portrait étrangement proche de celui établi par le fils, et qui pourrait bien en être l’hypotexte fondateur.

  • 2 Lettre d’Alfred Habegger à l’auteure du présent article, 9 février 2002.

2Traduire en ignorant pareille intertextualité eût été impossible ; la notion doit en outre être prise dans l’acception la plus extensive qui soit, puisque pour Henry James tout faisait texte, y compris… la vie ! Le traducteur doit donc s’efforcer de percevoir les traces des textes, de tous les textes de Henry James, y compris sa correspondance ainsi que celle de son entourage. Henry James « freely revised EVERYTHING written by others2 ». En réécrivant ses sources, James en modifie à la fois la forme et le fond, au point que l’on ne sait pas où commence ni où s’arrête le processus créatif. Le traducteur doit en outre être particulièrement sensible aux échos qui lient ses œuvres contemporaines : The Portrait of a Lady, Daisy Miller et Hawthorne, deux romans et cette biographie, tous trois élaborés au cours de la même période (1878-1879) largement dominée par le « thème international ».

3Tiphaine Samoyault a établi une typologie des « opérations d’intégration » des hypotextes dont je m’inspire pour la présente présentation : « intégration-installation : citations et références précises », « intégration-suggestion : références simples et allusions », « intégration-absorption : implicitation ». Je montrerai ce faisant comment James, par le biais de l’intégration sélective de ces sources, opère un processus de dé-figuration de Nathaniel Hawthorne, puis de trans-figuration au point d’en faire un personnage (fictionnel) jamesien semblable à ceux qui peuplent ses propres « romans internationaux ».

1. Opérations d’« intégration-installation : citations et références précises » (Samoyault, 2001 : 43) ou les sutures visibles

  • 3 Voir la lettre de Henry James Sr. à « My dear Emerson », « Tremont House, Sunday Night [1861] », i (...)

4Lorsque Henry James entreprend la rédaction de cette biographie à la demande de l’éditeur britannique, il n’a connu l’homme Hawthorne qu’à travers le témoignage de son propre père3. En outre, installé à Londres depuis 1876, il se trouve éloigné de toute source documentaire concernant Hawthorne (mort douze ans auparavant), contrairement à George Parsons Lathrop, et surtout à Julian Hawthorne (qui commence, en même temps que James, mais de l’autre côté de l’Atlantique, la première biographie de son père écrite à partir de la correspondance familiale et d’autres sources primaires).

5Il déplore d’abord ce manque de sources directes :

  • 4 Toutes les références au texte original de James seront abrégées ainsi : H1 ; les références à not (...)

A needful warrant for such regret should be, properly, that the biographer’s own personal reminiscences should stretch back to that period and to the persons who animated it.This would be a guarantee of fulness of knowledge and, presumably, of kindness of tone. (H14 : 66) (Emphasis mine)

6Malgré tout, James semble toutefois disposer de la correspondance de Nathaniel Hawthorne, qu’il cite à une vingtaine de reprises, sans que les lettres citées soient pour autant datées, situées, et, souvent, sans en nommer les destinataires initiaux. Cela participe déjà du travail de fictionnalisation de l’homme Hawthorne (Voir Fascicule des textes de référence, exemple 1).

7Quant aux Note-books de Hawthorne, ils le déçoivent grandement: « I am thankful, as a biographer, for the Note-books; but I am obliged to confess that, though I have just re-read them carefully, I am still at a loss to perceive how they came to be written » (H1: 32). Sa démarche est l’inverse de celle du fils de Nathaniel Hawthorne, Julian, qui entreprend donc la même année de préparer une biographie de son père, et dont on pourrait se demander si James en avait connaissance n’eût été l’occultation systématique de son nom, ainsi que des références aux deux autres enfants de Hawthorne, pourtant omniprésents dans la Study de Lathrop (sa matière première), ainsi que dans les six volumes des Note-books qu’il réprouve…

8De manière générale, le traducteur se trouve confronté à une utilisation peu conventionnelle des sources par James : la vie de Hawthorne étant d’un intérêt limité selon lui, elle ne constituera pas la matière première de la biographie. De fait, les citations verbatim de Hawthorne sont extraites de ses œuvres, et ne sont jamais neutres, comme on le voit dans l’exemple suivant :

En 1850, l’année où parut La Lettre écarlate, Hawthorne avait 46 ans : le sentier de la gloire peut paraître bien long. D’un autre côté, il faut bien le dire, il ne s’était pas signalé à l’attention du public d’une manière particulièrement énergique. Les Contes deux fois contés, tout charmants soient-ils, constituent un socle assez léger pour ériger un monument littéraire. (H2 : 76)

9Dans une note infrapaginale, je signale la reprise au lecteur : « Citation quasi verbatim de Hawthorne, in Hawthorne, contes et récits, op. cit., p. 492 : “je suis convaincu que de pareilles broutilles, pour les bien nommer, ne suffiront point à asseoir une réputation littéraire” » (Hawthorne, 2000 : 76 [note 7]). Malgré son apparente neutralité, cette simple note, qui interrompt le flux de la lecture, donc introduit un écart au cœur du texte tout en signalant au lecteur l’hétérogénéité du texte source, est peut-être le degré zéro d’une traduction intertextuelle. L’exemple 2 du Fascicule des textes de référence (extraits des œuvres littéraires ou non de Hawthorne) montre le jeu très particulier de James sur les notions de présence et d’absence, et met en évidence sa double stratégie consistant à ne citer directement Hawthorne que pour accentuer sa distance par rapport à lui, et par rapport aux Américains de sa génération.

10Henry James se livre plutôt à une traduction de Nathaniel Hawthorne dans son idiome particulier, très francisé, en usant de l’étoffement et de la modalisation ; sa prédilection pour les phrases scindées, outre la préciosité et le rythme saccadé ainsi créés, introduisent une distance intellectuelle là où Lathrop s’efforçait de créer un effet de proximité, voire de complicité (insistance sur l’affect), comme dans l’exemple 3.

11Le jeune Henry James, dont le plus cher désir est de réussir son intégration en Grande-Bretagne, pose sur son compatriote fondateur de la littérature nationale le regard d’un étranger, jouant le rôle de traducteur, pour les lecteurs britanniques, de la réalité américaine d’autrefois. En même temps, cette « traduction invisible » (de l’américain à l’anglais) doit mettre en valeur ledit traducteur, reporter ou biographe, dont la reconnaissance par les pairs (britanniques, naturellement) qu’il s’est choisis dépendra de la légitimité du modèle. D’où, sur le plan macrotextuel, le travail subtil, permanent, déroutant de modulation – le point de vue étant variable : tantôt celui d’un observateur britannique dont l’extranéité du point de vue justifierait les critiques sévères, tantôt celui de l’Américain de souche, qui représente l’Amérique évoluée dont la Nouvelle-Angleterre de Hawthorne ne fut que l’embryon – et de modalisation. Modulation, modalisation dont l’effet est une mise en relief des différences culturelles, de l’étrangèreté de Nathaniel Hawthorne, étranger dans son propre pays (ainsi qu’il apparaît dans le chapitre 4 consacré à son séjour à Brook Farm), comme en Europe (notamment en Grande-Bretagne et en Italie, au chapitre 6).

  • 5 Cité par Henry James in Hawthorne, p. 33. La traduction proposée en H2 est celle de Roger Kahn in (...)

12James va jusqu’à traduire de manière réductrice les analyses fines de certains de ses prédécesseurs par des clichés, quand il ne reprend pas certains stéréotypes, tels que celui du désert culturel américain, déjà évoqué par Chateaubriand (Mémoires d’outre-tombe, 1848-50), par Alexis de Tocqueville (De la démocratie en Amérique, 1835-40) et même par Hawthorne, dont la préface à The Marble Faun (1860) soulignait déjà les difficultés éprouvées par l’écrivain désireux de créer le sentiment du fantastique dans un pays « sans ombres, sans ambiguïtés, sans mystère, rien d’autre qu’une prospérité banale, visible au grand jour » (H2 : 865). À comparer avec cette phrase de James: « In the United States, in those days, […] the country was given up to a great material prosperity, a homely bourgeois activity, a diffusion of primary education and the common luxuries » (H1: 67).

13James décrit donc ce pays sans Histoire dans les mêmes termes que ces prédécesseurs dont il étoffe les propos en en accentuant le caractère polémique. La surenchère est claire dans sa célèbre phrase nominale scandée par une rhétorique de la négation basée sur la reprise anaphorique du monosyllabe no, et l’accumulation impressionniste d’éléments parfois disparates, mais puissamment évocateurs (pour James) de l’identité culturelle de la Grande-Bretagne, évoquée en creux. Le lecteur se trouve sommé d’adhérer à un discours véhément qui use – fait exceptionnel chez James – d’une ponctuation expressive (sans totalement renoncer aux tirets suspensifs) en lieu et place de l’argumentation attendue, et contrairement au recours habituel de James à l’euphémisation et à la modalisation :

No State, in the European sense of the word, and indeed barely a specific national name. No sovereign, no court, no personal loyalty, no aristocracy, no church, no clergy, no army, no diplomatic service, no country gentlemen, no palaces, no castles, no manors, nor old country-houses, no parsonages, nor thatched cottages, nor ivied ruins; no cathedrals, nor abbeys, nor little Norman churches; no great Universities nor public schools—no Oxford, nor Eton, nor Harrow; no literature, no novels, no museums, no pictures, no political society, no sporting class—no Epsom nor Ascot! (H1 : 35)

14Ma traduction choisit de respecter ces caractéristiques à la lettre, afin d’éviter notamment de « lisser » cette phrase exceptionnelle en la rendant plus logique ou plus fluide. La répétition obsédante du mot néant ponctue, comme un leitmotiv, chacune des énumérations de manière brutale, tel un couperet qui tombe, un rideau qui se ferme et vient occulter soudain la vision fugitive enchanteresse de ce qui existe « ailleurs », au pays de l’éditeur commanditaire de la biographie, où le jeune James rêve de s’installer définitivement :

État, au sens européen du mot : néant ; en fait, c’est une nation dont le nom est la seule spécificité. Souverain, Cour, liens de dépendance d’homme à homme, aristocratie, Église, clergé, armée, service diplomatique, noblesse campagnarde : néant. Palais, châteaux, manoirs ou vieilles maisons de campagne, presbytères, chaumières, ruines couvertes de lierre : néant. Cathédrales, abbayes, petites églises normandes : néant. Grandes universités, grandes écoles privées, Oxford, Eton, ou Harrow : néant. Littérature, romans, musées, peinture, société politique, société de chasse, Epsom ou Ascot : néant ! (H2 : 88-89)

15Le traducteur doit aussi s’efforcer de rester au plus près de certains clichés de la critique hawthornienne repris par James (ainsi d’adjectifs comme dusky, moonshiny, delicate), ce qui implique la reprise de la terminologie dominante dans la critique hawthornienne française.

  • 6 En insistant notamment sur le clientélisme de Nathaniel Hawthorne, qui lui permit d’obtenir ce pos (...)

16Autre cliché : né un 4 juillet, Nathaniel Hawthorne serait l’archétype de l’Américain moyen, voire la caricature du « Yankee de comédie », comme dans le chapitre 6 consacré à sa découverte de l’Angleterre et de l’Italie. Dans ce chapitre particulièrement délectable et redoutable à traduire, le malheureux Hawthorne, en dépit d’un statut social éminent (celui de consul) dévalorisé par James6, incarne, de Rome à Florence et à Londres, le comble du provincialisme. Paysan balourd aux semelles alourdies par une éternelle « petite motte de terre de l’Ouest […] comme le bon Musulman qui ne se sépare jamais de son morceau de tapis pour s’agenouiller face à la Mecque » (H2 : 267), Hawthorne, qui découvre l’Italie à l’âge de cinquante ans, fait preuve d’un mélange cocasse et pitoyable d’inexpérience (mais sans innocence), de naïveté (mais sans fraîcheur), typique du provincial, dont le caractère « local » est synonyme d’étroitesse d’esprit. Hawthorne incarne ici celui que James redoutait d’être, celui qu’il eût été sans l’aide de Charles Elliot Norton.

17L’effet produit – à traduire pleinement – est l’image d’un personnage sans épaisseur ni personnalité (voir exemple 4). Le caractère outrancier et les reprises sémantiques (absence/présence, éveil/sommeil) de ce portrait peu flatteur, semblent l’indice d’un recyclage, d’une reprise des idées du père. L’on retrouve la même ironie mordante, sous couvert de la même pitié feinte, les mêmes traits sont relevés. La désactualisation (concret/abstrait) à laquelle Henry James Junior a recours accentue la charge déjà présente dans la lettre de son père : la pauvre ruse d’un soir (fermer les yeux, feindre le sommeil, en plein repas, pour se soustraire aux grossières manœuvres de Charles Norton) est, sous la plume du fils, devenue une habitude, une manière d’être, révélatrice de l’identité profonde de l’écrivain américain. Cependant, le traducteur conscient de cette reprise peut-il la signaler à son lecteur autrement que par un appareil critique surabondant ?

  • 7 « Everything in [Hawthorne’s] Notes indicates a simple, democratic, thinly-composed society » (H1 (...)
  • 8 « A necessarily chaotic and distressing interregnum—a basically negative period that does away wit (...)

18Autre cliché, repris et amplifié par Henry James : le côté « populaire », « peu sophistiqué » – parce que Démocrate – de Hawthorne, critique qui nous rappelle la vision particulière de Henry James Sr. dans cette même lettre7. Selon Alfred Habegger, la démocratie aux yeux du père n’était qu’un ordre politique négatif et transitoire, destiné à préparer l’avènement d’un nouvel ordre face auquel elle était vouée à disparaître8.

  • 9 Lathrop, April 1876 : 799-808.

19La matière première de James, je l’ai dit, est l’étude de George Parsons Lathrop, gendre de Nathaniel Hawthorne, mari de Rose, fille cadette de Nathaniel Hawthorne et de Sophia Peabody. Né à Hawaï, ce poète et romancier est le fondateur de l’American Copyright League en 1883 ; cette même année, il édite les œuvres complètes de Hawthorne, édition qui fera autorité. Signalons, parmi ses articles consacrés à Hawthorne, son intéressant travail de génétique textuelle (« The Hawthorne Manuscripts », 1883) et son étude comparatiste très sérieuse (« Poe, Irving, Hawthorne9 »). L’insistance de James à reconnaître cette dette envers un critique important (à comparer avec les relations tendues qu’il entretient avec son rival britannique Walter Besant), est tout à fait remarquable :

It is proper before I go further that I should acknowledge my large obligations to the only biography of our author, of any considerable length, that has been written—the little volume entitled A Study of Hawthorne, by Mr. George Parsons Lathrop, the son-in-law of the subject of the work. (Boston, 1876). To this ingenious and sympathetic sketch, in which the author has taken great pains to collect the more interesting facts of Hawthorne’s life, I am greatly indebted. Mr. Lathrop’s work is not pitched in the key which many another writer would have chosen, and his tone is not to my sense the truly critical one; but without the help afforded by his elaborate essay the present little volume could not have been prepared. (H1 : 4)

Je dois, avant d’aller plus loin, reconnaître mon énorme dette envers la seule et unique biographie de quelque ampleur de notre auteur qui ait été écrite : le petit ouvrage intitulé Étude de Hawthorne, (Boston 1876) de M. George Parsons Lathrop, gendre de notre objet d’étude. Mon travail doit beaucoup à cette ingénieuse et compréhensive étude, dont l’auteur a pris la peine de consigner les anecdotes les plus marquantes de la vie de Hawthorne. M. Lathrop adopte dans ce travail un registre inusité ; mais sans l’aide offerte par son essai complexe le présent petit ouvrage n’aurait pu être préparé. (H2 : 35)

20Les occurrences du nom de Lathrop sont aussi fréquentes que celles du nom de Hawthorne. Ainsi, même quand il cite d’autres critiques, des lettres ou des œuvres de Hawthorne, James les introduit par le nom de Lathrop, qui devient un embrayeur systématique. La traductrice a choisi de conserver ces répétitions, qui constituent autant de signaux indiquant au lecteur la présence sous-jacente d’un modèle antérieur (marqueurs d’intertextualité).

21Il est vrai que Lathrop a accès à des documents rares : documents détruits, projets d’ouvrages inédits (par exemple Seven Tales from my Native Land), poésie inédite, articles introuvables (l’article de Hawthorne sur « George IV » dans The Universal History, ses contributions au Magazine of Useful Knowledge)… D’où une pratique citationnelle ostentatoire qui confine à la servilité. Le texte est émaillé de formules dont le traducteur doit éviter de gommer la redondance et l’apparente humilité : « j’ignore tout de Fanshawe hormis ce que cet auteur en rapporte » (H2 : 59) ; « comme en témoigne ce passage, cité par M. Lathrop, et qui mérite d’être transcrit » (H2 : 62) ; « M. Lathrop est en mesure de prouver que… » (H2 : 56) ; « M. Lathrop tient de la dernière sœur encore en vie de Hawthorne l’information selon laquelle, après la publication de Fanshawe, il aurait écrit un recueil de nouvelles intitulé Sept contes de mon pays natal ; cette personne garde un excellent souvenir… » (H2 : 73-75) ; « Son biographe n’a pu identifier qu’une seule phrase [de Hawthorne dans The Universal History] » (H2 : 79) ; « Je n’ai personnellement jamais vu la publication en question [The Magazine of Useful Knowledge], mais le biographe de Hawthorne en donne un aperçu édifiant » (H2 : 78). Il semble en revanche d’après les citations directes qu’il en donne que James ait lu la biographie du général Pierce par Hawthorne.

  • 10 J. Authier in R. Martin, 1983, Pour une logique du sens, Paris, PUF, p. 96. Cité par Demanuelli, 1 (...)

22L’effet produit est une saturation typographique de l’espace textuel par des guillemets et par des verbes introducteurs de parole (« dit M. Lathrop ») en position initiale, médiane ou finale, qui sont à la fois des instruments de mise en relief, des marqueurs d’une oralité plus ou moins factice et des indices de « paroles tenues à distance10 », où l’on retrouve le jeu dialectique et pervers de mise à distance/présentification déjà évoqué à propos de ce texte de James. Là encore, la traduction française a choisi de reproduire ce schéma.

23La question qui se pose en outre au traducteur est la suivante : faut-il retraduire toutes les citations, allusions, etc., au risque de produire un texte « lissé » ? Ou bien chercher les traductions existantes et, chaque fois que c’est possible, les citer, afin d’obtenir un texte-patchwork reflétant l’aspect hétérogène du texte de départ ? J’ai personnellement opté pour cette solution, considérant que mon propre travail venait compléter, en s’y insérant, le corpus des traductions d’œuvres et de critiques de Hawthorne. Les traductions précédentes faisant autorité – et à juste titre – j’ai fait en sorte de produire une traduction conforme à cette « tradition » (voir exemples 1 et 2), et ne propose ma traduction d’extraits de textes de Hawthorne que lorsqu’il n’en existe pas d’autre (ex. Fanshawe ou Lathrop).

  • 11 Hawthorne, 1995.
  • 12 Naugrette, 1993.
  • 13 Pétillon, 1996.
  • 14 Melville, 1986.

24Ainsi, dans le cas des préfaces de Hawthorne, en particulier la préface à The Scarlet Letter, j’ai repris la traduction par Muriel Zagha de ce texte intitulé « Les bureaux de la douane » dans Hawthorne : contes et récits publié sous la direction de Pierre-Yves Pétillon aux éditions de l’Imprimerie Nationale. Mes notes infrapaginales 6 à 13 des pages 37 à 49, renvoyant précisément aux pages 493 à 544 de cet ouvrage, cherchent à créer un effet d’intertextualité conforme à celui produit par le texte jamesien (pour plus de détails sur ce point, voir exemple 2). Outre Muriel Zagha, les traducteurs ou auteurs les plus cités dans mon texte sont Françoise Charras11, Jean-Pierre Naugrette12, Pierre-Yves Pétillon13 et Pierre Leyris (pour ses traductions de Melville)14.

25Mais la servilité de James à l’hypotexte principal n’est qu’apparente. Il sélectionne, met en relief mais aussi à distance, il gomme, il étoffe, tant et si bien que, sur le plan macrotextuel, se trouvent effacés certains aspects de l’œuvre et de la personnalité de Hawthorne pourtant privilégiés et développés par Lathrop. Nous relevons notamment le caractère engagé et subversif de Hawthorne à propos de la religion et du messianisme américain, des « tartufferies » puritaines, ou de l’esclavage ; son radicalisme démocratique, son goût pour les voyages (James le taxe pourtant d’immobilisme et de provincialisme). Effacées aussi, les histoires de trappeurs, de chasse à l’ours, l’histoire de « Mr Horse », et avec elles l’humour de Hawthorne (dépeint par James comme un être sinistre enclin aux ruminations morbides), sa fraîcheur, et le rapprochement éventuel avec d’autres grands écrivains de la nature sauvage américaine. Effacés, les développements de Lathrop sur l’antisectionnalisme de Nathaniel Hawthorne pendant la guerre de Sécession. Effacé, l’impact, sur l’homme et sur les textes, de la disparition en mer de son père, du deuil (et des tendances superstitieuses) de sa mère, de même que l’influence d’un entourage exclusivement féminin. Effacée, son amitié avec Melville. Effacée aussi la bibliothèque de Hawthorne : alors que Lathrop fournit la liste des 269 titres lus « au moins une fois » au cours de sa convalescence, James ne parle que de la blessure au pied qui en fut le prétexte. De même, James, préférant étoffer le récit des difficultés de Hawthorne, efface la réception triomphale de son œuvre en Europe. L’évocation de sa mort n’échappe pas à cette stratégie, puisque James ne dit rien de l’hommage qui lui est rendu à sa mort par ses pairs, pour en étoffer les circonstances potentiellement embarrassantes (la présence de Pierce à ses côtés). Effacées, elles aussi, les références de Lathrop à certains projets et esquisses extrêmement proches d’idées ultérieurement développées par James (notamment dans « The Jolly Corner », « The Beast in the Jungle » et « The Private Life »)… On le voit, de manière systématique, James a recours à l’effacement ou à la passivation des succès de Hawthorne, et à l’étoffement de ses difficultés. Il lui arrive même de citer l’hypotexte pour mieux le contredire, ainsi que le montre abondamment le tableau de l’exemple 5.

  • 15 Comme à la page 53, où James cite Lathrop qui lui-même cite une autre source…
  • 16 « the tone of Mr Lathrop’s Study is in itself sufficient evidence of the manner in which an Americ (...)
  • 17 « …there is always a charm in Hawthorne’s prefaces which makes one grateful for a pretext to quote (...)

26Pourquoi donc James cite-t-il Lathrop de manière aussi fréquente ? Ébauche de sa technique de l’indirection, cette manière de filtrer la vie par le regard d’un autre, de multiplier les citations emboîtées15, engendre une secondarisation des sources primaires : garantie de légitimité pour le jeune James, cette ruse lui permet, sans risque, non seulement de manipuler les propos d’autrui mais la réception de ceux-ci (modalisation). Mise en relief et mise à distance vont de pair pour James, qui n’est ici qu’un rapporteur… La visibilité même des coutures ou sutures (les guillemets) permet à James, qui prend toujours soin de justifier sur un ton tantôt docte et polémique16, tantôt empreint d’une préciosité minaudante17, son recours aux citations, de se poser, de s’imposer en critique littéraire. Ses jugements esthétiques sont finalement introduits de manière périphérique : soit en incidentes, soit après la citation sous la forme de clausules définitives résultant d’un retournement interprétatif. Le ton, le rythme sont ceux de la conversation mondaine ; le registre est exempt de jargon, expurgé des analyses de génétique textuelle présentes chez Lathrop. L’ensemble se veut l’expression de valeurs partagées au sein d’une communauté de cosmopolites dont Hawthorne, marginal au cœur de sa propre biographie, se trouve exclu : l’utilisation des pronoms, des noms et des formules de politesse (« Hawthorne », mais « Mr Lathrop », « Mr Montégut », etc.) en est l’indice (voir l’exemple 6).

  • 18 Poe, 1842 ; Poe, 1847.
  • 19 Longfellow, 1837.
  • 20 Forgues, 1852.
  • 21 Montégut, 1860.

27Cette conversation mondaine entre gens de bonne compagnie évoque, par antiphrase, en creux le plus souvent, le compagnonnage des intellectuels laborieux et naïfs contemporains de Nathaniel Hawthorne. Les références à ces intellectuels contemporains doivent être repérées et, compte tenu de leur importance, signalées (sous la forme de notes) par le traducteur. Il s’agit de Margaret Fuller (dont les Memoirs sont cités aux pages 62 et 71-72), de Ralph Waldo Emerson (dont le célèbre « Self Reliance » est cité aux pages 67 et 68), ainsi que d’Edgar Allan Poe18 et de Longfellow19. James cite aussi deux contributeurs de La Revue des deux mondes : E.-D. Forgues20 et surtout Émile Montégut (« Un Romancier pessimiste en Amérique21 »).

28Pour respecter l’original jamesien, il devrait idéalement être exigé du traducteur qu’il connaisse tous ces auteurs et leurs textes, contrairement même à James, qui pratique parfois volontiers le name dropping ! En outre, ses références apparaissent sous la forme de citations de longueur variable, rarement proportionnelle à l’importance du critique ou de l’auteur cité. Le caractère non systématique et peu scientifique de cette pratique citationnelle diffuse constitue indubitablement une gêne pour le traducteur, d’emblée confronté au problème de l’attribution et de l’authentification des sources et citations. Une fois ce premier travail effectué, il convient de rechercher les traductions françaises existantes des auteurs en question, afin de conserver en français l’écart stylistique induit par l’intertextualité dans le texte original, et de permettre aux lecteurs francophones d’éprouver le même sentiment de déjà-lu que leurs homologues anglophones. Mais face aux passages inédits en français, qu’il faut naturellement également traduire, le collage de citations, mimétique de la démarche jamesienne, confine à la parodie ou au pastiche, lorsqu’au nom de ce plaisir de la reconnaissance, but ultime et moteur de ce type de traduction intertextuelle, l’on se surprend parfois à écrire « à la manière de » Leyris, Charras, Naugrette ou Zagha traducteurs de Hawthorne, ou de Leyris traducteur de Melville…

29Il arrive également, cas épineux pour le traducteur, que les sources données par James soient inexactes. Aux pages 80 à 82, par exemple, James cite entre guillemets un extrait des American Note-books de Hawthorne prétendument cité par Lathrop, mais dont il s’avère, après vérification, qu’il ne figure ni chez Hawthorne ni chez Lathrop : la tentation est grande de corriger le texte original, ou de le compléter, mais le traducteur peut-il légitimement se substituer à l’auteur traduit ? Dans ce cas précis, la traductrice a choisi de respecter le texte dans ses lacunes mêmes, et de livrer aux lecteurs les informations manquantes dans la préface et les annexes.

30Dans d’autres cas, James, cherchant à instaurer une connivence avec son lecteur, toujours aux dépens de Hawthorne, réserve au lecteur attentif le soin de reconnaître entre les lignes les allusions, les références masquées, voire les paraphrases, bien souvent ironiques, de tel ou tel de ses prédécesseurs, ce qui conduit à des « opérations d’intégration-suggestion » (Samoyault, 2001 : 44).

2. Les « opérations d’intégration-suggestion » : références simples et allusions, ou les sutures invisibles

31James fait par exemple discrètement allusion à Sainte-Beuve (même s’il ne le nomme pas) lorsqu’il utilise le terme « milieu » en italique et en français dans le texte dans la réflexion suivante :

  • 22 En français dans le texte (N.d.T.).

32Ce fut peut-être un don du ciel pour Hawthorne, me semble-t-il, de n’être ni expansif ni curieux, et de vivre replié sur lui-même, sans trop en demander à son milieu22. Eût-il été exigeant et ambitieux, eût-il été d’un appétit vorace et d’une grande érudition, il eût probablement trouvé intolérable l’étroitesse des limites de Salem. (H2 : 69)

33Références masquées, omissions révélatrices (l’historien Georges Bancroft, Herman Melville, mais aussi Henry Wadsworth Longfellow ou James Russell Lowell) : pour traduire ces emprunts, ou ces « emprunts en creux », il faut comparer les documents originaux aux citations qu’en donne James (avec toutes les difficultés d’accès aux sources que cet exercice comporte).

34Ainsi, James cite, à l’appui de sa propre démonstration, les critiques d’Edgar Allan Poe à l’encontre du recours abusif de Hawthorne à l’allégorie, ou reprend à son compte la distinction entre la fantaisie (fancy) et l’imagination (imagination) établie par Poe, qu’il ne nomme toutefois pas :

Hawthorne was a man of fancy, and I suppose that, in speaking of him, we should feel ourselves confronted with the familiar problem of the difference between the fancy and the imagination. Of the larger and more potent faculty he certainly possessed a liberal share… (H1 : 48) (Emphasis mine)

35S’il ne le nomme pas, il n’hésite cependant pas à parodier ses archaïsmes comme dans l’exemple 7. La traductrice s’est alors efforcée d’imiter le style de Poe, ou plus exactement, celui des traductions françaises de Poe familières à son lectorat, de manière à les rendre repérables par le lecteur francophone.

3. Les « opérations d’intégration-absorption » (Samoyault, 2001 : 44) : la tentation de l’implicitation

  • 23 Comme dans le cas d’Horatio Bridge, dont le rôle est atténué par James.
  • 24 Richard, 1998: 152.

36Face à la tentation de l’implicitation, que doit faire le traducteur ? Les éditions José Corti privilégiant la valeur patrimoniale des textes littéraires et s’adressant à des lecteurs avertis, voire à des spécialistes, la traduction pouvait, devait même, être culturelle, et donc pouvait comporter des notes, surtout dans certains cas de distorsion flagrante23. Pour expliciter l’implicite sans être intrusive ni tomber dans l’hypertraduction, il fut également possible d’insérer des annexes permettant de réduire la « distance culturelle externe » (anglais/français) tout en rendant la « distance culturelle interne » perceptible24. Ce recours s’est avéré indispensable dans les deux cas extrêmes suivants.

3. 1.

37Aux pages 138 à 140, James glisse de l’évocation indignée des pressions éditoriales dont Hawthorne fut l’objet à propos de sa dédicace à Franklin Pierce (Our Old Home) à la citation d’un extrait de ladite préface, puis à l’éloge de la ténacité de Hawthorne (face à son éditeur) et de sa loyauté (envers son ami). Il passe ensuite à la critique indignée des commentaires éditoriaux disgracieux insérés dans un article de Hawthorne de juillet 1862 à propos d’une visite à Washington demeuré inédit :

That some of his friends thought such a profession needed is apparent from the numerous editorial ejaculations and protests appended to an article describing a visit he had just paid to Washington, which Hawthorne contributed to the Atlantic Monthly for July, 1862, and which, singularly enough, has not been reprinted. (H1 : 138)

38En comparant les deux situations, James entretient la confusion la plus totale. Le montage de citations, l’implicitation, les références partielles, voire inexactes, conjuguent ici leurs effets au point de compromettre la lisibilité du texte (quelle que soit sa langue). Pour distinguer les voix individuelles au milieu d’une telle cacophonie, et démêler les sources de ces discours mêlés avant de traduire, il fallait rechercher le texte en question en suivant les indications fournies par James, ce qui permettait de comprendre pourquoi cet article important (cité de mémoire par James) avait pu rester inédit aussi longtemps. Intitulé « Chiefly about War-Matters » (nulle « visite à Washington » n’apparaît dans le titre), il est signé par « un Pacifiste » et non par Hawthorne : seule la date et le lieu de publication sont exacts. James occulte donc à la fois le « pacifisme » de Hawthorne ainsi que le caractère particulier de son article ; or, c’est un véritable reportage de guerre doublé d’une analyse de son impact sur le pays, parcouru pour l’occasion d’une extrémité à l’autre en passant par Washington. Les éditions José Corti m’ont permis de présenter en annexe la traduction inédite de ce document authentique remarquable, avec, bien entendu, les commentaires éditoriaux intempestifs incriminés par James. Le recours à une typographie différente (italiques) a permis de « faire entendre » les deux voix du « Pacifiste » aux prises avec son éditeur (voir exemple 8). Ce tableau montre aussi comment le choix des citations directes de Hawthorne révèle les positions de James face à l’antisectionnalisme controversé (« impolitic ») de son objet d’étude.

  • 25 « In September of 1860, Julian attended school for the first time. He became a pupil in a school e (...)
  • 26 « In fact, Hawthorne’s friends in political life had urged him to enter politics, and he had at on (...)

39Le lecteur perçoit l’image globalement négative qu’Hawthorne, cité et commenté par Henry James, après l’avoir été par l’éditeur incriminé, donne de John Brown. Or, cette impression n’est peut-être pas conforme à une réalité plus complexe : Hawthorne en 1860 avait scolarisé Julian, tout comme Emerson ses fils et les parents James leurs jeunes enfants, dans l’école de l’ami de John Brown, Franklin B. Sanborn25. Selon certaines sources, Hawthorne serait mort de chagrin à cause de la guerre civile. Enfin, Lathrop explique son attribution d’un poste aux Douanes de Boston par son refus d’un autre poste dans une zone esclavagiste26. En d’autres termes, l’impression fausse produite par ce passage de la biographie résulte d’un montage apparemment neutre de citations, d’une superposition de voix dont le traducteur doit déterminer la source : Whittier, Emerson, Hawthorne et James se mêlent ici d’une manière aussi troublante que le commentaire pour le moins ambigu de James (voir exemple 8). De la même façon, James, qui juge courageuse la fidélité de Hawthorne envers son ami Pierce qui n’eut pas l’opportunisme de renoncer à ses convictions unionistes, ne dit rien du refus initial par Hawthorne du poste offert par Pierce devenu Président, en dépit de ses grandes difficultés matérielles (refus sur lequel insiste Lathrop). Compte tenu de toutes ces ambiguïtés, seule l’insertion, en annexe, des textes auxquels James fait allusion pouvait compléter une traduction naturellement aussi obscure et allusive que le texte original.

3. 2. Montégut étoffé, Melville étouffé

40Émile Montégut, contributeur éminent et régulier à La Revue des Deux Mondes, qui signe en 1860 un article intitulé « Un Romancier pessimiste en Amérique », est l’auteur le plus longuement cité et commenté, alors que celui qui, le premier, dès 1850, avait analysé l’impact de l’héritage puritain sur Hawthorne ne l’est pas : Herman Melville.

  • 27 Titre du célèbre essai de Melville sur son ami en août 1850, signé « a Virginian Spending July in (...)

41Présence occultée de la liste des amis de Hawthorne, Melville est également occulté de la liste des critiques. Et James ne dira pas un mot de « Hawthorne and his Mosses27 », même si telle phrase concernant la manière dont, selon lui, Hawthorne « utilise » la conscience puritaine comme un simple pigment pour donner de la profondeur à son propos semble bien être la réponse à un Melville attaché aux « deux visages » (l’un solaire et épique, l’autre ténébreux et puritain) de Nathaniel Hawthorne (voir exemple 9).

  • 28 Les lettres de Hawthorne à Melville ont été détruites, mais quelques lettres passionnées et imagée (...)

42L’effacement du nom de Melville par James s’agissant des thèmes de la faute et du secret est d’autant plus étrange que l’antériorité critique est incontestable. Henry James Sr. lui-même allait dans le sens de Melville. Henry James (Junior) se montre ici tout aussi réticent que Julian, fils de Nathaniel, qui nie vigoureusement dans sa propre biographie l’existence d’un quelconque secret chez Nathaniel Hawthorne28. L’exemple 10 montre la nature feuilletée du texte jamesien, constitué qu’il est de strates d’hypotextes superposées, rendues perceptibles par quelques notes de la traductrice.

43L’effacement de Melville de l’évocation de la période la plus féconde de Hawthorne à Lenox est étrange. L’exemple 11 montre que James reprend pourtant les analyses de Lathrop, en en effaçant toute référence à Melville. James censure même l’analyse littéraire de Lathrop, qui voit en Miles Coverdale un autoportrait de Nathaniel Hawthorne face à Chillingworth qui serait le portrait de son ami Melville.

44Si James, qui exalte la « tendresse virile » et l’amitié – pourtant embarrassante sur le plan politique et moral – de Hawthorne et de Pierce, censure l’amitié Hawthorne-Melville, c’est sans doute parce que cette dernière est beaucoup trop proche de l’amitié démonstrative et parfois déplacée de son propre père pour Emerson (qui, tout comme Hawthorne, prit ses distances). La lettre du père me semble apporter des lumières sur les contradictions de cette biographie, qui peut être lue comme une conversation posthume avec le père à propos de Hawthorne, un commentaire personnel après coup de la lettre du père et une revendication de son droit à vivre en Europe, et à écrire. Les comptes que James règle ici avec son américanité, avec son père biologique, et avec son père spirituel, expliquent sans doute la véhémence et le caractère polémique d’un texte qui (peut-on s’en étonner ?) fut publié en 1879 en Grande-Bretagne, dans la célèbre série des « English Men of Letters » avant de l’être aux États-Unis…

45James opère une dé-figuration du modèle mythique, dont il déconstruit jusqu’à l’image, et jusqu’au discours. L’intertextualité, envahissante tout en étant niée, érode le projet biographique/hagiographique attendu. Mais Hawthorne dé-figuré, mis à distance, est dans le même temps trans-figuré, et l’on assiste à sa fictionnalisation, à son insertion en tant que personnage infiniment jamesien au cœur de l’œuvre romanesque. Pour le traducteur, ce que Lawrence Venuti nomme dans le présent ouvrage « un nœud intertextuel » (20) semble bien être ce corps étranger dans le texte même, et qui résiste : le nucleus (Hawthorne, Lathrop, Henry James Sr.) impossible à rejeter, mais neutralisé, noyé, transformé par la prolifération des accrétions nacrées du texte. La perle, irréductible, au cœur de l’huître.

46Face à l’hétérogénéité essentielle de ces textes feuilletés, le traducteur doit être doublé d’un chercheur. Au travail initial de repérage, d’authentification et d’attribution des éléments hétérogènes, succédera donc la recherche des traductions françaises existantes à insérer, et la traduction des citations de textes demeurés inédits en français. Du « degré zéro » de la traduction intertextuelle représenté par les notes ou l’appareil critique du traducteur, à ce comble de l’intertextualité qu’est la traduction « à la manière de » tel ou tel traducteur reconnu, seule la production d’un texte hétérogène est susceptible, selon nous, de permettre au lecteur francophone d’accéder à la jubilation de la reconnaissance du déjà-lu.

Haut de page

Bibliographie

Cachin, Marie-Françoise, 1998, « C’est loin l’Amérique ? ou la traduction transatlantique », in Palimpsestes n° 11, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 83-94.

Chateaubriand, François René de, 1841, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade.

Demanuelli, Claude et Jean, 1995, La Traduction : mode d’emploi ; glossaire analytique, Paris, Masson.

Emerson, Ralph Waldo, 1993 [1841], « Self-Reliance », in Essays by Ralph Waldo Emerson, New York, Thomas Nelson & Sons.

Forgues, E.-D., 15 avril 1852, « Poètes et romanciers américains ; Nathaniel Hawthorne », in La Revue des Deux Mondes, vol. XIV, p. 337-365.

Fuller, Margaret, 1857, The Memoirs of Margaret Fuller Ossoli, New York, Phillips, Sampson & Company.

Geoffroy-Menoux, Sophie, printemps 2003, « Henry James & Family: Eleven Unpublished Letters », in Sources, Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, p. 7-111.

Habegger, Alfred, 1994, The Father: a Life of Henry James, Sr., New York, Farrar, Straus & Giroux.

Hawthorne, Nathaniel, 1983 [1850], The Scarlet Letter, in Nathaniel Hawthorne: Collected Novels, New York, The Library of America.

—, 1983 [1860], The Marble Faun, in Nathaniel Hawthorne: Collected Novels, New York, The Library of America.

—, 1987, Nathaniel Hawthorne’s Tales, New York, Norton Critical Edition.

—, 1995, Carnets américains, 1839-1852, trad. Françoise Charras, Paris, José Corti, coll. « Domaine Romantique ».

—, 1996, Contes et récits, trad. Muriel Zagha, présentation et postface de Pierre-Yves Pétillon, Paris, Éditions de l’Imprimerie nationale, p. 493-544.

James, Henry, 1967 [1879], Hawthorne, Ithaca, New York, Cornell University Press.

—, 2000, Hawthorne, trad. Sophie Geoffroy-Menoux, Paris, José Corti.

Lathrop, George Parsons, 1969 [1876, Boston], A Study of Hawthorne, New York, AMS Press. Texte utilisé ici: Project Gutenberg, http://manybooks.net.

—, April 1876, « Poe, Irving, Hawthorne », in Scribner’s Monthly, an IllustratedMagazine for the People 6, New York, p. 799-808.

Longfellow, Henry Wadsworth, July 1837, « Hawthorne’s Twice Told Tales », in The North American Review 45, p. 59-73.

Martin, Robert, 1983, Pour une logique du sens, Paris, Presses Universitaires de France, p. 96.

Melville, Herman, 17, 24 août 1850, « Hawthorne and His Mosses, by a Virginian Spending July in Vermont », in The Literary World.

—, 1986, « Hawthorne et ses mousses, par un Virginien qui passe le mois de juillet en Vermont », in D’où viens tu, Hawthorne ?, trad. Pierre Leyris, Paris, Gallimard, coll. « NRF », p. 223-248.

Montégut, Émile, août 1860, « Un Romancier pessimiste en Amérique », in La Revue des Deux Mondes, p. 668-703.

Naugrette, Jean-Pierre, 1993, préface à Hawthorne, Le Manteau de Lady Eleonore et autres contes, Paris, Garnier Flammarion.

Pétillon, Pierre-Yves, 1996, Préface et postface à Hawthorne, contes et récits, Paris, Éditions de l’Imprimerie nationale.

Poe, Edgar Allan, May 1842, « Hawthorne’s Twice Told Tales », in Graham’s Magazine, p. 298-300.

—, November 1847, « Tale-Writing—Nathaniel Hawthorne », in Godey’s Lady’s Book 35, p. 252-56.

Richard, Jean-Pierre, 1998, « Traduire l’ignorance textuelle », in Palimpsestes n° 11, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 151-160.

Samoyault, Tiphaine, 2001, L’Intertextualité, mémoire de la littérature, Paris, Nathan Université, coll. « 128 ».

Tocqueville, Alexis de, 1840 [1835], De la démocratie en Amérique, Paris, Garnier Flammarion, n° 354.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 George Parsons Lathrop, 1851-1898, écrivain américain né à Hawaï. Il fit ses études en Allemagne (1867-1870). Il épousa la fille de Nathaniel Hawthorne, Rose. Outre la biographie, A Study of Hawthorne (1876), on lui doit l’édition Riverside des œuvres de Hawthorne (1883) et une adaptation pour l’opéra de La Lettre écarlate (1896). Il est aussi poète, auteur du recueil Rose and Roof-tree (1875), de récits de voyage – Spanish Vistas (1883) – et de plusieurs romans. Les biographies signalent l’appartenance de Lathrop et Rose à la religion catholique, et le fait qu’à la mort de son mari, Rose Hawthorne Lathrop devint nonne.

2 Lettre d’Alfred Habegger à l’auteure du présent article, 9 février 2002.

3 Voir la lettre de Henry James Sr. à « My dear Emerson », « Tremont House, Sunday Night [1861] », in Geoffroy-Menoux, printemps 2003, p. 13-14. Voir aussi le dossier critique des pages suivantes.

4 Toutes les références au texte original de James seront abrégées ainsi : H1 ; les références à notre traduction en français publiée aux éditions José Corti étant abrégées en H2.

5 Cité par Henry James in Hawthorne, p. 33. La traduction proposée en H2 est celle de Roger Kahn in Le Faune de marbre, 1995, Paris, José Corti, coll. « Domaine romantique », p. 9.

6 En insistant notamment sur le clientélisme de Nathaniel Hawthorne, qui lui permit d’obtenir ce poste. Affirmation qui contredit l’insistance de Lathrop sur les scrupules de Hawthorne à cet égard.

7 « Everything in [Hawthorne’s] Notes indicates a simple, democratic, thinly-composed society » (H1 : 36). « Thoroughly American in all ways, he was in none more so than in the vagueness of his sense of social distinctions, and his readiness to forget them if a moral or intellectual sensation were to be gained by it. He liked to fraternize with plain people, to take them on their own terms, and put himself, if possible, into their shoes. » (H1 :37) « Democracy was the very key-stone of the simple structure in which he played his part. The air of his journals and his tales alike are full of the genuine democratic feeling. » (H1 : 37) « Hawthorne was a Democrat, and apparently a zealous one… He was not only by conviction, but personally and by association, a Democrat. » (H1 : 56).

8 « A necessarily chaotic and distressing interregnum—a basically negative period that does away with worn out institutions. » (Habegger, 1994 : 325) Democracy was a political order “that was about to wither away” and be swept away by a new “social” dispensation. » (Ibid. : 430) Selon Habegger, Henry James père considérait la démocratie comme le simple précurseur de l’État idéal – qu’il appelle True Democracy – qu’il décrit dans « What Constitutes the State ? » en ces termes : « having nothing to do with politics or legislation or any particular form of government, [this political order] was to be the culminating utopian state, one in which people exercise complete responsibility for their mutual relations. Under democracy, people will “spontaneously do the right thing”, and the police and all other coercive institutions will wither away. » (Ibid. : 325)

9 Lathrop, April 1876 : 799-808.

10 J. Authier in R. Martin, 1983, Pour une logique du sens, Paris, PUF, p. 96. Cité par Demanuelli, 1995 : 82.

11 Hawthorne, 1995.

12 Naugrette, 1993.

13 Pétillon, 1996.

14 Melville, 1986.

15 Comme à la page 53, où James cite Lathrop qui lui-même cite une autre source…

16 « the tone of Mr Lathrop’s Study is in itself sufficient evidence of the manner in which an American story-teller may in some cases look to have his eulogy pronounced. » (H1 : 26)

17 « …there is always a charm in Hawthorne’s prefaces which makes one grateful for a pretext to quote from them. » (H1 : 27) « I quote the passage for the sake of its extreme felicity… » (H1 : 101) « There is another little sentence dropped by Mr. Lathrop in relation to this period of Hawthorne’s life, which appears to me worth quoting, though I am by no means sure that it will seem so to the reader. » (H1 : 54)

18 Poe, 1842 ; Poe, 1847.

19 Longfellow, 1837.

20 Forgues, 1852.

21 Montégut, 1860.

22 En français dans le texte (N.d.T.).

23 Comme dans le cas d’Horatio Bridge, dont le rôle est atténué par James.

24 Richard, 1998: 152.

25 « In September of 1860, Julian attended school for the first time. He became a pupil in a school established by Franklin B. Sanborn, a friend of the abolitionist, John Brown, and his class mates included the sons of the Emersons and the Manns, and brothers of Henry James Jr. » www. Hawthorneinsalem.org.

26 « In fact, Hawthorne’s friends in political life had urged him to enter politics, and he had at one time been tendered a post of some sort in the West Indies, but refused it because he would not live in a slaveholding community. “I happen to know,” said the lady, “that he would be very glad of employment”. The result was that a commission for a small post in the Boston Custom House came, soon after, to the young author. » (Lathrop, 1969 [1876] : 156)

27 Titre du célèbre essai de Melville sur son ami en août 1850, signé « a Virginian Spending July in Vermont », in Melville, 1850.

28 Les lettres de Hawthorne à Melville ont été détruites, mais quelques lettres passionnées et imagées de Melville à Hawthorne subsistent et alimentent les recherches – et les spéculations – actuelles sur la nature véritable des sentiments entre les deux amis : « if we shall then cross our celestial legs in the celestial grass that is forever tropical, and strike our glasses and our heads together, till both musically ring in concert. » […] « Your legs seem to send out shoots into the earth. Your hair feels like leaves upon your head. This is the all feeling. » […] « I feel that this Hawthorne has dropped germinous seeds into my soul. » L’amitié virile était liée pour Melville à la quête spirituelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Geoffroy-Menoux, « « Echoes and reverberations » : traduire l’intertextualité dans le Hawthorne de Henry James », Palimpsestes, 18 | 2006, 127-146.

Référence électronique

Sophie Geoffroy-Menoux, « « Echoes and reverberations » : traduire l’intertextualité dans le Hawthorne de Henry James », Palimpsestes [En ligne], 18 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/576 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.576

Haut de page

Auteur

Sophie Geoffroy-Menoux

Sophie Geoffroy-Menoux est professeur des universités, normalienne, agrégée d’anglais, et enseigne actuellement à l’Université de la Réunion. Son champ de recherches est double : interculturalité et intertextualité littéraire et transartistique (intermédialité), d’une part ; et d’autre part, le réel et l’imaginaire dans la littérature et les arts anglo-américains des xixe et xxe siècles (chez Henry James, Vernon Lee et Angela Carter notamment). Ses principaux ouvrages et ses travaux les plus significatifs incluent : Introduction à l’étude des textes fantastiques anglo-américains (Paris, Éditions du temps, 2000) ; « Henry James & Family : Eleven Unpublished Letters » (in Sources, Presses Universitaires d’Orléans, n° 14, printemps 2003, p. 6-111) ; dix-huit articles pour le Dictionnaire Encyclopédique des Littératures de l’Imaginaire, à la demande de J. Goimard et S. Manfrédo (Rennes, L’Atalante, à paraître). Elle est aussi traductrice littéraire, membre de l’ATLF, et a traduit notamment le Hawthorne de Henry James pour José Corti en 2000, l’essai de Henry James sur Prosper Mérimée, et un recueil de nouvelles fantastiques de Vernon Lee, La Voix maudite, pour les éditions Joëlle Losfeld.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org