Navigation – Plan du site

Présentation

Paul Bensimon
p. IX-XIII

Texte intégral

1Il existe des différences essentielles entre les premières traductions, qui sont des introductions, et les retraductions. La première traduction procède souvent — a souvent procédé — à une naturalisation de l'œuvre étrangère ; elle tend à réduire l'altérité de cette œuvre afin de mieux l'intégrer à une culture autre. Elle s'apparente fréquemment — s'est fréquemment apparentée — à l'adaptation en ce qu'elle est peu respectueuse des formes textuelles de l'original. La première traduction vise généralement à acclimater l'œuvre étrangère en la soumettant à des impératifs socio-culturels qui privilégient le destinataire de l'œuvre traduite. Ainsi, par exemple, les traducteurs qui ont opéré des coupures dans le texte d'origine ont-ils eu pour préoccupation maîtresse d'assurer une meilleure réception auprès de leur public.

2Toute traduction est historique, toute retraduction l'est aussi. Ni l'une ni l'autre ne sont séparables de la culture, de l'idéologie, de la littérature, dans une société donnée, à un moment de l'histoire donné. Comme traduire, retraduire est à la fois un acte individuel et une pratique culturelle. Comme celle du traducteur, l'écriture du retraducteur est traversée par la langue de son époque.

3Il n'en reste pas moins que les retraductions diffèrent, par plusieurs traits fondamentaux, des premières traductions. La première traduction ayant déjà introduit l'œuvre étrangère, le retraducteur ne cherche plus à atténuer la distance entre les deux cultures ; il ne refuse pas le dépaysement culturel : mieux, il s'efforce de le créer. Après le laps de temps plus ou moins grand qui s'est écoulé depuis la traduction initiale, le lecteur se trouve à même de recevoir, de percevoir l'œuvre dans son irréductible étrangeté, son « exotisme ». La retraduction est généralement plus attentive que la traduction-introduction, que la traduction-acclimation, à la lettre du texte source, à son relief linguistique et stylistique, à sa singularité.

4Les études réunies dans Palimpsestes 4 s'efforcent de cerner la problématique complexe du retraduire, d'en explorer le vaste territoire, d'y poser un certain nombre de balises.

5Antoine Berman considère que, dans ce domaine d'essentiel inaccomplissement qu'est la traduction, c'est seulement aux retraductions qu'il appartient d'atteindre — parfois — l'accomplissement. Traduire, souligne-t-il, est une activité soumise au temps, mais qui possède une temporalité propre, celle de la caducité et de l'inachèvement (les « grandes traductions » sont, à cet égard, des exceptions significatives).

6Dans la première traduction, explique l'auteur de L'Epreuve de l'étranger, les forces anti-traductives qui provoquent la défaillance, c'est-à-dire l'entropie, sont toutes puissantes : la retraduction surgit de la nécessité de réduire la défaillance originelle. Le temps de la retraduction d'une œuvre, le moment favorable (kairos) apparaît lorsque cette retraduction devient vitale pour l'être et pour l'histoire d'une culture. Il faut que l'œuvre ait longuement mûri sa présence en nous pour que se fasse sentir la nécessité de sa retraduction. Berman voit dans la retraduction littéralisante de l'Enéide par Klossowski (1964) la présence éclatante de l'essence même de la retraduction : renouer avec un original recouvert par ses introductions, restituer sa signifiance, rassembler et épanouir la langue traduisante dans l'effort de restituer cette signifiance.

7A partir de cinq traductions d'Othello (celles de François-Victor Hugo, Pierre Messiaen, Pierre Jean Jouve et Jean-Michel Déprats), Anne-Françoise Benhamou montre que toute tentative de retraduire Shakespeare doit se référer implicitement au langage de la scène, du corps en mouvement dans l'espace, du mot vibrant dans la texture des voix. Il incombe aussi au retraducteur de ménager l'éventail d'interprétations présent dans l'original, la combinatoire de théâtralités indispensable à l'acteur et au metteur en scène.

8A la différence de ses prédécesseurs, Déprats redresse la pente du français (qui est à l'intellectualisation et à l'homogénéisation) en opérant une « surconcrétisation » systématique. Les métaphores shakespeariennes, loin de devenir ornementales comme chez tant de traducteurs, sont ici rendues comme des coups de théâtre au sein du langage. Benhamou fait encore observer qu'à l'inverse d'un Jouve, chez qui les alexandrins stables convoquent l'esthétique poétique française, Déprats recourt de préférence aux mètres impairs, qui, créant un effet de bascule, de déséquilibré, restituent quelque chose de la plasticité du vers shakespearien. Il transgresse les canons traditionnels, de l'harmonie du français, et marque délibérément sa langue du sceau de l'étrangeté. Ses choix de retraduction prennent en compte la théâtralité du texte de Shakespeare, le rapport qu'entretient ce texte avec la représentation.

9Dans les grands romans de Faulkner, explique Michel Gresset, l'écriture est spectaculairement une mise en scène dé l'imaginaire. Etudiant le début et la fin de Sanctuaire traduit par René-Noël Raimbault en 1933, Gresset, qui a retraduit des fragments importants de cette œuvre pour l'édition révisée de 1977, souligne que le rôle du traducteur consistait à restituer le primât du parcours du regard que révèle le texte original, cette structuration très visible de l'espacé par plans successifs, comme le travelling avant d'une caméra depuis lé gros plan jusqu'au lointain. Retraduire Faulkner, c'est le remettre en scène, organiser l'espace afin d'y représenter un drame, tant est primordial le rôle joué par la fascination dans la création romanesque faulknérienne.

10On dit couramment d'une traduction qu'elle « date », alors que l'œuvre originale ne date pas, ou pas de là même manière. Gomment expliquer, s'interroge André Topia, ce rapport différent au temps ? En fait, la notion de décalage temporel n'a pas le même sens selon qu'il s'agit de l'original ou de la traduction, qui semblent exister dans deux temps parallèles et hétérogènes. Il faudrait dire, paradoxalement ; que c'est l'œuvre qui change et la traduction qui ne change pas ; en effet, alors que l'œuvre, prise dans un réseau d'interaction organique, ne cesse de se déplacer en fonction des changements de perspective qu'entraîne l'évolution historique, la traduction est figée dans un temps verrouillé une fois pour toutes. Traduire Finnegans Wake, poursuit Topia, ne peut être que le retraduire, car le texte donne déjà l'impression d'être constamment en train de se traduire et de se retraduire lui-même dans une multitude de langues. Comment traduire une œuvre qui est déjà elle-même une auto-traduction permanente ? Le traducteur se trouve comme piégé par l'auteur, qui semble avoir prévu d'avance toutes les circulations et translations possibles. Finnegans Wake subvertit la distance entre langue source et langue cible. Topia passe ensuite au crible quelques extraits des trois traductions existantes de cette œuvre : celle d'André du Bouchet (1962), celle de Philippe Sollers et Stephen Heath (1973), et celle, intégrale, de Philippe Lavergne (1982).

11Aux yeux de Liliane Rodriguez, c'est par son polymorphisme que la retraduction se place sous le signe de Mercure, ce dieu qui avait reçu plus de fonctions qu'aucun autre. Elle établit une typologie des retraductions basée sur les fonctions mercuriennes ou sur une combinatoire de ces fonctions — celles de messager, serviteur, inventeur des lettres, gymnaste, marchand, voleur, et voyageur. Le retraducteur apparaît d'abord comme un messager qui aurait consulté d'autres messagers transportant le même message, mais en d'autres lieux et pour un destinataire différent. Serviteur, le (re)traducteur l'est également ; il se plie à des servitudes multiples — envers l'auteur, envers la langue cible, envers le contexte socio-culturel. En tant qu'inventeur des lettres, modeleur de signifiants (c'est là une autre des fonctions mercuriennes qu'expose Rodriguez), le (re)traducteur tantôt fait fléchir la langue cible pour qu'elle accueille le texte source, tantôt se soumet à toutes ses contraintes. Le retraducteur montre une agilité de gymnaste, le tir à l'arc symbolisant le mieux son activité : il révise, revise, s'essaie à toucher au plus juste, selon l'évolution de la langue cible, de la culture, de la société. A l'image du marchand, le (re)traducteur pèse, mesure, il négocie le sens ; une (re)traduction est aussi un objet de consommation, un produit dont la mise en circulation est réglée par les lois de l'offre et de la demande. Le retraducteur fait figure de voleur quand le décalage entre texte original et traduction est exploité dans un but commercial. Enfin, il apparaît comme une voyageur, et un arpenteur ou un géomètre ; chaque retraduction se nourrit des précédentes et devient elle-même point de repère, relais temporel et culturel, borne graduellement construite — comme les cairns écossais ou les herma des Grecs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes, 4 | 1990, IX-XIII.

Référence électronique

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 4 | 1990, mis en ligne le 22 décembre 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/598

Haut de page

Auteur

Paul Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org