Navigation – Plan du site

Sous le signe de Mercure, la retraduction

Liliane Rodriguez
p. 63-80

Texte intégral

1A notre époque d'échanges accélérés, la traduction, acte et produit, se trouve insérée à divers modes de communication internationale : traduction écrite ou orale d'informations, de textes littéraires ; comptes rendus, interprétation lors de rencontres internationales ; sous-titrage ou doublage de films, surtitrage d'opéras, ... Toute invention, toute mise au point technologique, tout événement d'importance entraînent la participation des traducteurs à plutôt brève que longue, échéance, car nous avons pris l'habitude de savoir, et tout de suite, ce qui se passe ailleurs, et il nous semblerait inconcevable de renoncer à ce savoir.

2D'autre part, notre époque est aussi celle des héritages linguistiques, de situations langagières résultant d'événements historiques. Aujourd'hui, l'on compte par dizaines les pays ayant au moins deux langues : langue ancestrale ou officielle, langue seconde ou d'usage, langue religieuse, langue minoritaire, etc. Les statuts diffèrent, de la diglossie ou la diglossie au bilinguisme, mais dans tous les cas, la traduction a une place croissante dans un réseau national, voire régional, municipal ou individuel.

3Son essor actuel est tel que la traduction n'a plus pour seuls objets des œuvres ou des discours inédits, mais aussi des textes précédemment traduits, et qui se trouvent pris à leur tour dans la boulimique machine à traduire et à retraduire contemporaine.

4Sous-phénomène de la traduction, la retraduction pose aux traducteurs, et aux usagers, des questions d'ordre quantitatif et qualitatif : pourquoi plusieurs traductions d'un même texte littéraire ? pourquoi de nouvelles traductions en histoire ou psychanalyse ? pourquoi certaines traductions gardent-elles leur éclat et d'autres pâlissent-elles en peu de temps ? une traduction a-t-elle besoin d'être une « grande traduction » pour être utile ? de quelle utilité parlons-nous ? Dans l'exploration des formes de la retraduction, les questions s'enchaînent comme des pièces en enfilade, mais une même interrogation les traverse toutes : qu'est-ce que précisément la retraduction ?

1. Définition et polymorphie de la retraduction

5Cette question terminologique permet de reprendre une réflexion ancienne sur la nature de la traduction, et qui resurgit à chaque époque ayant connu une croissance des échanges, comme ce fut le cas aux XVIe et XVIIIe siècles.

6La question du « pourquoi traduire » fut clairement posée au XVIe siècle par des traducteurs philologues et philosophes, dont le but était essentiellement humaniste, et les textes qu'ils ont rendus accessibles se sont rangés parmi les « grandes découvertes » de l'époque. Nous savons aussi que ces traductions ont eu des conséquences politiques et religieuses aussi bien qu'herméneutiques. Par leurs buts, leurs conséquences, par le caractère propice de leur parution et l'importance de leur impact sur le contexte de réception, les traductions de la Renaissance représentent le prototype des « premières traductions ».

7Deux siècles plus tard (deux siècles de traduction plus tard), la question se reposa, de la définition de la traduction. Toutefois, il ne s'agissait plus alors de s'exprimer sur les raisons d'être d'une première traduction. La réflexion se déplaça sur l'acte de traduire. Dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, l'auteur définit la traduction par opposition à ce qu'elle n'est pas, tout en décrivant l'activité du traducteur.

  • 1  Article « Traduction » de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1765. Pergamon Press, vol. III, (...)

8Nous apprenons ainsi qu'au XVIIIe siècle il existe une différence entre la « translation » ou « version », exercice scolaire tourné vers la langue de départ, grec ou latin, et en visant l'acquisition, et la « traduction », tournée vers la langue d'arrivée, et caractérisée par un naturel, un poli, dégagé de l'appareil analytique de la version. Et l'auteur de préciser que la « traduction » ne doit pas non plus être confondue avec le « commentaire » qui ajoute ou retranche à l'original1.

9Aujourd'hui, les termes au centre du débat sont toujours « traduction » (le plus général), mais encore « adaptation » (l'équivalent du « commentaire » classique), « révision » (retouches apportées à un texte déjà traduit) et « retraduction » (texte entièrement, ou presque, retraduit, en tenant souvent compte des « versions » précédentes). Pas assez de retouches ou de réécriture, et la « retraduction » n'est que « révision » ; trop de retouches, de réécriture, et elle devient « adaptation »... Où situer la retraduction ?

10Cette difficulté à la définir est encore accrue par la diversité des problèmes que pose chaque genre de texte et que traite différemment chaque retraducteur d'un même texte : identification des points de vue d'un roman, gamme des niveaux de langue, traduction de la poésie en vers ou en prose, traduction des mots-clés en sciences humaines, dialogues des pièces de théâtre, etc. Chaque traducteur tranchera à sa manière, ce qui permet aisément d'entrevoir le potentiel de retraductions d'un seul texte-source. Mais selon quels critères le traducteur choisit-il ?

11La retraduction est un genre polymorphe dont la multiplicité potentielle provient du polymorphisme de la fonction, des fonctions, du traducteur. Un traducteur est, en effet, chronologiquement lecteur et rédacteur. Lecteur en une langue, rédacteur en une autre, il doit être bilingue, et souvent voyageur. Il est aussi spécialiste, devant avoir, sur la matière qu'il traduit, un minimum de connaissances scientifiques, techniques, politiques, culturelles, et, dans tous les cas, stylistiques. Le traducteur participe à la propagation des connaissances et témoigne de son époque. Les retraductions diffèrent donc en ce que les traducteurs successifs donnent prédominance à certaines des fonctions qui l'habitent plutôt qu'à d'autres.

12C'est d'abord par son polymorphisme essentiel que la retraduction se place sous le signe de Mercure. Aucun dieu n'a reçu plus de fonctions que lui, comme le révèle le nombre de ses appellations (Mercure-Trivius ou Viacus, Mercure-Logios ou Mercure-Hermès, Hermès Trismégiste, Hermès, Camillus, Trophonius, fils de Jupiter, fils du Nil, de Kneph, etc...), et de ses insignes (le caducée, le bélier, le coq, la lyre, le rameau d'olivier, ...). A chaque désignation correspond une assignation, une fonction ; or, les fonctions principales de Mercure sont précisément celles du traducteur, et l'on peut entrevoir une typologie des (re)traductions tracée sur les fonctions mercuriennes.

2. Le messager

13Mercure aux pieds ailés est avant tout messager. C'est sa fonction primordiale, d'où dérivent les autres. Il transporte les paroles d'une divinité à une autre, ou des dieux aux terrestres. Son activité est celle de transmettre, comme l'indique le schéma de Jakobson ainsi modifié :

14Le message reste, en principe, le même. Le contact reste souvent le même, mais pas nécessairement. On a parfois une traduction orale (ou graphique, ou braille) d'un texte écrit, ou vice versa. La transmission entraîne surtout des changements au niveau du code (langue 1/ langue 2) et du contexte. La fonction de « messager » du traducteur est essentielle, du fait que les récepteurs 2 n'ont accès ni au code 1 ni au contexte 1.

  • 2  Petit Robert, 1986.

15Dans le cas d'une retraduction, si le texte de départ reste inchangé, le code 2 peut être peu ou très modifié, il peut même être une troisième langue. C'est d'ailleurs la seule définition que donne le Robert de la retraduction : « Traduction d'un texte lui-même traduit d'une autre langue »2. Dans tous les cas, l'activité du retraducteur-lecteur double, triple, décuple ainsi :

16Les récepteurs (lecteurs) de textes traduits ont, ou n'ont pas, accès à la première traduction et à toutes les suivantes. Nous reviendrons sur ce problème plus loin.

17Le retraducteur apparaît donc comme un messager qui aurait consulté d'autres messagers véhiculant le même message, mais en des temps, des lieux, et pour des lecteurs différents. Sa tâche est d'isoler, dans les traductions qui précèdent la sienne, ce qui caractérise les codes et contextes successifs (2, 3, ...), peut-être pour arriver à une meilleure compréhension du message au travers des « versions » qu'en ont données les décennies ou les siècles précédents, peut-être pour comparer ces codes et contextes intermédiaires et éliminer tout ce qu'il jugera devoir éliminer dans sa propre transmission en code x et contexte x.

18Etant messager, il s'est d'abord tourné vers l'auteur, mais il doit ensuite se tourner vers les lecteurs. Lecteur, il devient rédacteur pour faire comprendre le message à d'autres lecteurs qui sont aussi les siens, lecteurs de l'original transmis, mais aussi de la transmission de l'original. La qualité, l'aspect, de cette transmission, perçue par les lecteurs, varie selon la stratégie adoptée par le (re)traducteur, une stratégie fondée sur l'une ou plusieurs des fonctions mercuriennes qu'il s'est données.

3. Le serviteur

19La transmission des messages impose à Mercure certaines servitudes. Il est, en effet, subordonné à plus grand que lui. Parallèlement, le traducteur est subordonné à son auteur. Or, les (re)traductions témoignent d'un oubli plus ou moins partiel, plus où moins partial, de cette subordination. Elles reflètent toutes des fidélités et des trahisons — sciemment exploitées ou simplement inhérentes à l'acte de traduire ? Pour répondre à cette question et tenter, de classer les retraductions, il faut déjà cerner les servitudes que le texte-source impose au traducteur.

20En tant que récepteur premier du message, celui-ci doit se soumettre au contexte 1 et au code 1, à la langue de l'initiateur, de l'auteur. Sa compréhension du texte-source s'appuie sur des connaissances lexicales et grammaticales, sur une perception juste des registres, des synchronies, des connotations. Il doit avoir une pratique rôdée de la langue-source pour éviter le contresens. Un vécu de l'euphémisme anglais, par exemple, lui permettra de traduire « He got upset » par « Il laissa échapper un juron » quand le contexte l'exigera.

21En outre, de telles connaissances ne sont pas seulement préliminaires, elles doivent également être suivies, en contact avec le flot perpétuel de la langue, car les dictionnaires de connotations n'existent pas (il faudrait, je crois, les récrire tous les cinq ans !). Pour savoir ce que l'auteur nomme, le traducteur doit aussi avoir connaissance du contexte de départ, des référents qui le composent, bref, de tout un ailleurs.

22La compréhension de la langue-source n'est pas la seule obligation. Elle doit s'adjoindre une exploration de la parole de l'auteur, et ceci n'est pas réservé à la traduction littéraire. Ecrivain, philosophe ou scientifique, chaque auteur a son style, procédant, par exemple, par images, ou plutôt par relations cartésiennes entre concepts. Le traducteur doit se plier à une allure de pensée qui n'est pas la sienne. Dans le cadre de la traduction d'un roman, il s'agira notamment de saisir la relation entre cette allure de pensée et le déroulement de l'intrigue, de percevoir le relais des points de vue, de repérer ainsi ce que l'œuvre a de neuf, ce par quoi elle nous subjugue. Le traducteur se doit donc d'aborder le texte par une analyse, une lecture critique.

23En plus de ces servitudes linguistiques et stylistiques, le traducteur spécialisé (littéraire ou autre) devra se plier à celles d'une science, acquérir l'intelligence d'une discipline, étudier une documentation toujours croissante.

24Même s'il s'astreint à cette subordination, il se trouvera souvent, inévitablement, devant un irréductible alliage d'une langue et d'une parole, dont la secrète formule s'avère intransmissible. D'où « l'essentiel inaccomplissement » (relevé ici par A. Berman) qui est le destin de toute traduction. D'où l'image de Mercure-traducteur, brave devant les nécessités du combat, mais toujours modeste serviteur.

25C'est ce en quoi les retraductions divergent : elles n'ont pas été soumises de manière identique à toutes les servitudes de départ Les retraducteurs se contraignent ou s'adonnent à des divers degrés à l'étude stylistique ou scientifique, comme en témoignent les erreurs sémantiques ou culturelles qui parsèment les traductions.

26D'autre part, les premières traductions souffrent souvent à la fois d'un écart temporel minimal avec l'original et d'un écart spatial, géographique, maximal. C'est pourquoi elles rendent mal compte de l'ampleur innovatrice du texte-source. Par contre, en ce qui ne concerne pas strictement cette singularité, elles ont l'avantage d'être contemporaines du texte-source, et présentent un code 2 et un contexte 2 qui, obliquement, rétroactivement, éclairent certains aspects de l'original.

27Ces contraintes spatiales et temporelles se joignent donc à l'ensemble des « servitudes de départ » imposées à Mercure qui, pour mener à destination le message qui lui aura été confié, devra encore se plier à des « servitudes d'arrivée » : limites de la langue-cible, limites de sa propre parole.

4. L'inventeur des lettres

28Pour couler en langue-cible le message d'origine, le traducteur devient Mercure-inventeur de techniques, créateur des lettres, des alphabets, modeleur de signifiants destinés à accueillir un signifié aux formes inouïes.

29La langue-cible, en effet, ne peut, se conformer que dans une certaine mesure aux nuances du texte-source. Ces limites circonscrivent tous les domaines de la langue. L'anglais, par exemple, est d'un phonisme plus consonantique, d'une sémantique plus collective, plus épicène, tandis que le français est plus vocalique, plus singulatif et différencié. Même dans le cas où l'original emploie un emprunt de la langue-cible, la « translation » n'est pas automatique : ce qui est « risqué » ou « à la mode » en anglais, ne l'est pas pu plus en français ; un entrepreneur n'exerce pas le même métier dans les deux langues, et répertoire, boudoir, entrée ou corsage ne désignent guère les mêmes choses.

  • 3  J.-R. Ladmiral, « Sourciers et ciblistes », Revue d'esthétique, n° 12, 1988, p. 33-42.

30Faut-il vaincre ou accepter les résistances de la langue-cible ? Faut-il se soumettre davantage aux servitudes de départ ou aux servitudes d'arrivée ? Ici, les retraductions révèlent deux attitudes divergentes, analysées par J.-R. Ladmiral qui classe les traducteurs en « sourciers ou ciblistes »3.

31Dans le cas des « sourciers », Mercure-inventeur de signifiants a fort à faire car il tient à respecter le mieux possible l'altérité du message de l'auteur. A cette fin, il fera fléchir la langue-cible pour que le texte-source (langue et parole) puisse y loger, altérant tantôt la construction transitive ou intransitive des verbes, noms ou adjectifs, tantôt la propriété des termes, la variation des aspects, quitte à y laisser la marque de la contrainte, comme une vérité nécessaire.

  • 4  R.C. Zaehner, Hindu Scriptures, Dent and Sons, 1972.

32Quand la langue-cible oppose trop de résistance formelle, la langue-source y entre de plain-pied par l'emprunt dit « emprunt du traducteur », souvent accompagné d'une note. Ceci est le cas de la plupart des grands textes de religion traduits en anglais. Les textes hindous, par exemple, retraduits par R.C. Zaehner en 1966, ne sont plus affligés de la rigidité uniforme de la traduction antérieure (1938). Les « Védas » sont versifiées, les « Upanishads », plus familières, rendues en prose, et les termes-clés sont rappelés en sanscrit, entre parenthèses, après le ou les mots anglais qui les traduisent (bhakti étant parfois traduit par love, devotion, worship, loyalty, selon le contexte)4.

33Ce type de (re)traduction vieillit peu, car ce qui était si étrange en anglais il y a 20 ou 30 ans, l'est encore souvent aujourd'hui. La « couleur d'ailleurs » n'a pas pâli, même si certains termes, du fait de ce type de traduction, sont entrés dans un lexique assez courant, confirmant ainsi une des activités de l'inventeur de lettres, celle de lexicologue.

34Le « cibliste », également soumis aux servitudes de la langue-cible, essaie de s'y soustraire pour faire plutôt face aux servitudes de sa propre parole. Dans les signifiants qu'il propose par sa traduction, l'on devine un combat avec sa parole-cible, plutôt qu'avec la langue-cible. Sans chercher à modifier la langue-cible, il y puisera ce qu'elle offre, en se laissant guider par ses appartenances à une esthétique ou une idéologie. Sa lecture et sa reformulation du texte-source seront donc plus rapidement soumises à l'érosion du temps, sauf dans le cas des « grandes » traductions.

  • 5  M. Yourcenar, La Couronne et la Lyre, Gallimard, 1979.

35Prenons, à titre d'exemple, la retraduction de poèmes grecs par Marguerite Yourcenar. Dans sa préface à La Couronne et la Lyre5, elle résume les raisons qui l'ont incitée à cette activité : le plaisir de dessiner « d'après l'antique », et le souci de faire partager aux non-spécialistes une poésie dont elle a tenu à préserver l'élan, le ton, la concision — les spécialistes disposant, quant à eux, de « textes soigneusement traduits et annotés ». Cibliste, M. Yourcenar l'était déjà, mais un peu moins, dans sa traduction de V. Woolf (The Waves).

36Ces deux stratégies du traduire tentent une résolution différente des servitudes qui attachent le messager à son auteur. Dans les deux cas, la fidélité à l'auteur, la volonté de ne pas éteindre le message original, et le désir de se faire comprendre, demandent au traducteur beaucoup de souplesse, autre caractéristique de Mercure.

5. Le gymnaste

37Exploiter des servitudes de départ ou d'arrivée pour confectionner des lettres traduites exige du traducteur une agilité qui est celle de Mercure-gymnaste. Représenté toujours debout, faisant face soit à l'émetteur, soit aux récepteurs, le messager Mercure montre une souplesse, physique et verbale sans pareille. Souple pour suivre la pensée d'un auteur, il doit, souple aussi, trouver l'expression qui sera saisie des lecteurs.

  • 6  M Fougères, La Liebestod dans le roman français, anglais et allemand au XVIIIe siècle, Naaman, Ott (...)
  • 7  Par Lagerkvist, Les Ames masquées : la Noce, Flammarion, 1986 ; et Knut Hamsun, Esclaves de l'amou (...)
  • 8  Ingmar Bergman, Lanterna Magica, Gallimard, 1987.
  • 9  R. Wagner, My Life, trad. A. Gray, New York, Cambridge University Press, 1983.
  • 10  R. Wagner, My Life, trad. anonyme, New York, Dodd, Mead and Company, 1911.
  • 11  A. Gray, « On translating Wagner », The Opera Quarterly, The University of North Carolina Press, v (...)
  • 12  Mémoires de Lorenzo Da Ponte, Mercure de France, 1988, p. 170.

38Son agilité s'affirme dans tous les sports, et son éloquence dans tous les types de discours, mais c'est au tir à l'arc qu'il me semble le mieux symboliser le retraducteur, révisant et révisant ces mots « intraduisibles », s'essayant, coup par coup, à toucher au plus juste. Il peut s'agir d'un terme littéraire ou musical. Comment traduire Liebestod : la mort par amour, amour et mort, une mort d'amour ?6 Il peut s'agir d'un néologisme devant enrichir le lexique spécialisé de la langue-cible. Il peut s'agir d'un trait d'esprit oublié dans la première traduction. Certains visent juste. C'est le cas de Régis Boyer pour ses traductions françaises du suédois et du norvégien. D'autres manquent totalement la cible, le ton789101112.

39Quelle que soit la préférence du traducteur pour tel ou tel type de traduction, c'est toujours son agilité qui décidera de la lisibilité de ses (re)traductions.

40L'agilité verbale ne se borne pas à une poursuite sémantique. L'adresse de l'expression doit s'accompagner d'une aptitude à communiquer, car le traducteur-messager a une fonction herméneutique, donc énonciative. Il doit rendre le message accessible aux lecteurs : Mercure sait ce et ceux qu'il vise.

41C'est pourquoi de nombreuses retraductions paraissent actuellement, qui ont pour objectif d'adapter le message à un public donné. Quels éléments, venant du côté des récepteurs, requièrent ou suggèrent d'agiles retraductions ?

42Bien sûr, la langue-cible évolue ; les néologismes finissent par devenir courants, puis archaïques, les registres se déplacent, les mots incontournables un jour, tombent dans l'oubli. Toutefois, la langue (surtout écrite) change moins perceptiblement que son contexte. Les lecteurs actuels, plus éloignés temporellement du contexte-source, en sont désormais plus rapprochés spatialement, les premières traductions ayant tracé une piste, incité à des voyages de plus en plus possibles, apprivoisé l'étrange. Ils diffèrent aussi des premiers récepteurs par leur situation dans le cours de l'Histoire. Ils ont une autre expérience économique, culturelle, d'autres habitudes, d'autres moyens de communication.

43Les retraductions qui tiennent compte de ces changements effacent la « couleur d'ailleurs » pour faire « couleur d'aujourd'hui », parfois au risque d'anachronismes dus à un éclairage trop rétrospectif. Agile, Mercure-gymnaste doit donc l'être, pour transmettre efficacement un message, ou pour le vendre. Il continuera à déployer son adresse dans un autre de ses fonctions contiguës, celle de dieu du commerce.

6. Le marchand

44Comme Mercure, dieu des marchands, le (re)traducteur pèse, mesure. Il recherche l'équilibre entre lettre et esprit, entre licence et servitude, entre codes et contextes, pour que rien ne soit perdu, ni de l'auteur, ni pour les lecteurs. Il négocie le sens, l'ajuste à l'équerre de sa parole, action parfaitement représentée par les sculptures de Hermès carrés (où même les inscriptions qui y figurent sont en lettres carrées), ou par l'un de ses attributs, le cube.

45Dans sa retraduction en anglais de l'autobiographie de Richard Wagner, Mein Leben, Richard Gray a. effectivement voulu retrouver la mesure du texte-source, 72 ans après la première (et seule) traduction. Il a réintroduit les dix-sept passages qui avaient été supprimés par les premiers traducteurs (anonymes) sous la direction de Cosima Wagner. Il a aussi cherché à redonner à la version anglaise le ton de l'original, en mesurant précisément, d'une part, la distance humoristique et souvent auto-critique que Wagner-narrateur a mise entre lui et les événements qu'il décrit, et, d'autre part, les effets produits par divers registres de langue. Ainsi, pour traduire l'imprécation Schweinehund, il a trouvé, puis écarté, son of a bitch (trop américain au goût de l'éditeur britannique), préférant old buzzard pour la première apparition du mot dans le texte, et l'emprunt pour sa deuxième apparition, jugeant là traduction anglaise décidément trop faible. Voilà bien un exemple de travail à l'équerre.

46Nous ne pouvons oublier que les traductions, et a fortiori, les retraductions, sont aussi des objets de consommation, des produits dont la mise en circulation est réglée par les lois de l'offre et de la demande. Commanditée, la retraduction porte la mention « nouvelle », fort argument de vente dans Une société nourrie des « remakes » du cinéma américain. C'est au lecteur-consommateur de choisir alors entres diverses (re)traductions en compétition les unes aves les autres, s'étant en quelque sorte divisé le texte-source.

47De la duplication à la duplicité, il n'y a qu'un geste, et le dieu des marchands et des profits est prompt à le faire qui, en une pirouette, se transforme en dieu des voleurs.

7. Le voleur

48Lorsque Casanova revint à moi, il avait à l'un de ses doigts un camée (...) qui, par une coïncidence bizarre, représentait un Mercure, dieu des voleurs — un camée volé par son domestique à Casanova qui l'avait volé à une dame (qui elle-même... ?).

49Il est vrai que le sens du texte original ne figure jamais intégralement dans la traduction. Il se dérobe toujours partiellement, du fait des contraintes et servitudes précédemment décrites. Mais quand ce décalage essentiel est exploité dans un but surtout commercial, la retraduction peut prendre toutes les formes de l'inflation ou de la déflation textuelle. A. Berman a cerné « l'ethnocentrisme » (suppression de l'étrange), « l'hypertextualité » (imitation, pastiche, ...) et autres « tendances déformantes », marques des traductions qui se dérobent à certaines servitudes.

50Quand les « tendances déformantes » apparaissent (par négligence ou par calcul), l'altérité du message est perdue, réduite ou amplifiée, mais toujours simplifiée, même sous prétexte de « stylisation ». L'intégration d'un texte-cible (sans souci d'intégrité ni d'intégralité) à une économie de marché libérale est un événement tenant de la déontologie des traducteurs et des éditeurs, car l'émetteur du message est desservi, mais aussi ses lecteurs. On pourrait écrire toute une mercuriale contre ce type de retraduction, mais on ne peut passer sous silence ce phénomène économique, qui permet, tant bien que mal, au texte-source de s'exporter.

8. Le voyageur

51Les retraducteurs balisent, en effet, le parcours d'un texte-source dans ses contextes de réception. Chaque retraduction apparaît comme une borne, graduellement construite comme les « cairns » écossais ou les « herma » des Grecs. C'étaient des tas de pierres, déposés par les paysans aux carrefours des chemins. Puis, un jour, un dieu s'y logea (qui, bien plus tard, devint Hermès) et les voyageurs prirent l'habitude d'y déposer des offrandes (« hermaion »), aliments destinés aux passants suivants. Ainsi toute retraduction se nourrit-elle des précédentes et devient elle-même point de repère, indiquant une direction et le nombre de kilomètres parcourus, comme ces « termes » romains, bornes carrées (descendantes des « herma »), indispensables aux voyageurs.

52La figure du retraducteur est à la fois celle d'un voyageur international (Mercure n'était-il pas égyptien, grec, romain, nordique ?) et celle d'un arpenteur, du dieu des géomètres. Une retraduction indique l'une des directions prise par un texte-source depuis sa première publication et sa première version.

  • 13  A. Berman, « La traduction et la lettre — ou l'auberge du lointain », Les Tours de Babel, Trans-Eu (...)

53D'autres, au contraire, révèlent la vivacité de cette fonction. Suivons, par exemple, l'itinéraire délimité en anglais par les traducteurs successifs de Proust. La première traduction de A la recherche, par C.K. Scott Moncrieff, se classe indéniablement parmi les « grandes » traductions. Remembrance of Things Past13, a d'ailleurs amplement suffit aux lecteurs anglophones pendant plus de cinquante ans. Ce fut la première borne proustienne en territoire anglais.

54Puis l'édition française de Clarac et Ferré donna, en 1954, un meilleur état du manuscrit, d'où une première révision de la traduction anglaise, incluant les passages oubliés par les premiers éditeurs.

  • 14  M. Proust, Rememberance of Things Past, Modem Library Inc., 1928.
  • 15  M. Proust, A la recherche du temps perdu, La Pléiade, Gallimard, 4 volumes, 1987-89.
  • 16  M. Proust, Remembrance of Things Past, Chatto and Windus, 1981 ; Penguin Books, 1989.

55Récemment, l'accès intégral aux manuscrits de Proust a permis un rétablissement plus complet du texte-source14, ce qui justifie la version « by C.K. Scott Moncrieff and Terence Kilmartin »1516 : ordre des paragraphes rétabli, nouvelle ponctuation, titre nouveau d'une section (La Fugitive remplaçant Albertine disparue), déplacement mieux fondé du début du Temps retrouvé (début non indiqué par l'auteur), etc.

56Cependant, Kilmartin a tenu compte de la « borne » Moncrieff, tout en réévaluant les distances qui y étaient inscrites. Il a opté pour deux types de modifications fondamentales, l'une stylistique, l'autre linguistique. Trouvant que le style de Moncrieff « tends to the purple and the precious », il a supprimé tout ce que la première traduction avait de trop orné ou de trop précieux à son avis, et il a essayé de rendre, sans surcharge stylistique, tout ce que la syntaxe de Proust a de complexe et de ramifié.

57D'autre part, il a donné une version réanglicisée de A la recherche, éliminant ce que Moncrieff voulait précisément montrer (le bizarre, l'étrangeté du français) par l'utilisation de gallicismes, de l'adjectif postposé, l'emploi abondant de pronoms relatifs, de passés composés (au lieu des prétérits de la nouvelle version).

58Kilmartin s'est, par ailleurs, rapproché du texte-source en transposant scrupuleusement les limites entre discours direct, indirect et indirect libre, les mots mis entre guillemets, etc.

59Le retraducteur fait donc figure d'arpenteur et de voyageur. Les retraductions se dressent comme autant de relais temporels et culturels sur le chemin des lecteurs. On souhaiterait que ces derniers fussent toujours avertis par des préfaces ou des commentaires comportant des remarques sur le type de traduction qu'ils vont lire.

9. Qu'est-ce qu'un retraducteur ?

60La typologie des (re)traductions se fonde donc sur une combinatoire des fonctions choisies par chaque traducteur. Selon le cas, ces fonctions sont chronologiques, simultanées et souvent contiguës. Parfois, l'une l'emporte sur les autres. Dans leur variété, nous pouvons les représenter par un schéma dynamique :

61Ces fonctions mercuriennes du traducteur, et plus encore du retraducteur, placent la retraduction sous le signe de Mercure. Chaque retraduction provient d'une émergence de l'une de ces fonctions. Vise-t-elle l'intégralité, une transmission plus complète du message, et c'est Mercure, messager des dieux ou Mercure, dieu des techniques et des lettres qui parle. Tente-t-elle une meilleure intégration au contexte de réception, c'est le dieu de l'éloquence et des voyageurs qui prend la plume. Affiche-t-elle plus ou moins de loyauté envers l'auteur, plus ou moins d'intégrité de la part du traducteur, et c'est tantôt le serviteur, tantôt le dieu du commerce ou celui des voleurs qui apparaît.

62C'est au traducteur de proposer, et au lecteur de disposer, si toutefois celui-ci est instruit de ce qu'on lui propose, car le traducteur présente, comme certaines peintures de Mercure, un visage divisé en deux — une moitié plongée dans l'ombre, l'autre exposée à la lumière. Doit-on donc substituer, à une typologie de la retraduction, une typique du traducteur et le souhaiter, comme le meilleur des messagers, ailé et zélé à la fois ?

Haut de page

Notes

1  Article « Traduction » de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1765. Pergamon Press, vol. III, p. 510-512.

2  Petit Robert, 1986.

3  J.-R. Ladmiral, « Sourciers et ciblistes », Revue d'esthétique, n° 12, 1988, p. 33-42.

4  R.C. Zaehner, Hindu Scriptures, Dent and Sons, 1972.

5  M. Yourcenar, La Couronne et la Lyre, Gallimard, 1979.

6  M Fougères, La Liebestod dans le roman français, anglais et allemand au XVIIIe siècle, Naaman, Ottawa, 1974.

7  Par Lagerkvist, Les Ames masquées : la Noce, Flammarion, 1986 ; et Knut Hamsun, Esclaves de l'amour, Calmann-Lévy, 1986.

8  Ingmar Bergman, Lanterna Magica, Gallimard, 1987.

9  R. Wagner, My Life, trad. A. Gray, New York, Cambridge University Press, 1983.

10  R. Wagner, My Life, trad. anonyme, New York, Dodd, Mead and Company, 1911.

11  A. Gray, « On translating Wagner », The Opera Quarterly, The University of North Carolina Press, vol. 6, n° 1, 1988.

12  Mémoires de Lorenzo Da Ponte, Mercure de France, 1988, p. 170.

13  A. Berman, « La traduction et la lettre — ou l'auberge du lointain », Les Tours de Babel, Trans-Europ Repress, 1985.

14  M. Proust, Rememberance of Things Past, Modem Library Inc., 1928.

15  M. Proust, A la recherche du temps perdu, La Pléiade, Gallimard, 4 volumes, 1987-89.

16  M. Proust, Remembrance of Things Past, Chatto and Windus, 1981 ; Penguin Books, 1989.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://palimpsestes.revues.org/docannexe/image/604/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Fig. 2
URL http://palimpsestes.revues.org/docannexe/image/604/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 3
URL http://palimpsestes.revues.org/docannexe/image/604/img-3.png
Fichier image/png, 9,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane Rodriguez, « Sous le signe de Mercure, la retraduction », Palimpsestes, 4 | 1990, 63-80.

Référence électronique

Liliane Rodriguez, « Sous le signe de Mercure, la retraduction », Palimpsestes [En ligne], 4 | 1990, mis en ligne le 22 décembre 2010, consulté le 29 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/604 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.604

Haut de page

Auteur

Liliane Rodriguez

Université de Winnipeg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org