Navigation – Plan du site

Le genre et ses poussières (d’or)

Considérations sur le genre, le gender – et leurs traductions
Hervé Fourtina
p. 9-19

Texte intégral

1Garder un peu de la poussière d’or, dit-elle, déjà re-prenant une expression heureuse de Paul Bensimon, en sachant sans aucun doute que cette anaphore est d’emblée une traduction, une translation. Non seulement parce que la poussière est, comme la cendre de Derrida, certes matrice d’une légendaire renaissance (« re- », à nouveau), mais aussi matérialisation très volatile, dans sa résistance de Cio que resta dei fuoco, et d’un or qui, au départ, dans le texte dit original, serait, quant à lui, « originaire » en ce qu’il laisse une trace dans la sémiologie textuelle, mais aussi pour l’imaginaire du lecteur et de son double, le traducteur, dont le regard a été à la fois plus fatigué ou obscurci (la cendre, la poussière) et plus ébloui, par l’or, que l’on ne cherche pas, on le sait, impunément.

2Notons que le titre de ce recueil mêle deux modalités du dire : une assertion, « Traduire le genre grammatical », où il est permis de repérer un défi, presque une injonction ou un impératif, et une interrogation : « Un enjeu linguistique et/ou politique ? » ; outre le fait que les deux modalités sont, dans les textes qui suivent, prises en charge sans lâcheté aucune par les auteures – quelles que soient leurs ré-interprétations, au travers de leurs objets d’étude et/ou de leurs stances théoriques, que l’on essaiera à son tour de re-prendre –, il conviendrait sans doute de s’interroger, justement, sur cette forme d’aporie que constitue ce coordonnant double « et/ou » du titre de la revue. Le « genre », grammatical ou grammaticalisé (différemment dans les deux langues, français et anglais), comme ce « genre » (nécessairement symbolisé en discours, dans une/des sémiologies) qui nous confronte à la question d’une observable différence des sexes, laquelle ouvre, bon gré mal gré, sur le rapport différence/différance, sur l’évanescence de la trace (symbolique, quand même), sur la contradiction, sur un (« réel ») impossible, où, par exemple, l’« oblique » que signifie « queer » tente de simplement retenir, dans la lettre, quelque existence.

3Traduire le « genre » et les « genres » au plus près du langage ou de la langue s’impose, injonctivement, aux traducteurs, leur « castration » s’inscrivant dans leur effectuation, discursive, si tant est que le discours-effet est toujours mauvais (au moins un peu), à l’instar de ce « mauvais genre » qu’étudie, à travers la (le ?) sperm whale de Melville, Isabelle Génin, qui, toute honte (heureusement) bue, choisit in fine d’assumer un « mauvais » rendu générique de Moby Dick, celui de Giono, à côté de celui, plus exact apparemment, de Philippe Jaworski : à vos systèmes linguistiques les plus intimes, à vos engagements les plus politiques, chers amis traducteurs, à notre sens du bon et du mauvais !

4Ce sont, sans doute, les travaux d’André Joly qui, malgré le caractère contestable de leur conclusion (le choix du genre grammatical serait lié à ce qu’il nomme power), ont au moins suggéré que nous puissions, non dans l’effectuation (nos paroles), mais dans l’abstraction systématique du système de la langue, observer, fût-ce très spéculativement, un genre, fonctionnant (on tord ici légèrement le texte de Joly) comme une sorte de gène : le générique, et ses avatars langagiers, seraient alors saisis, pourquoi pas ? dans la stupeur. Rêve peut-être impossible, malgré les très puissantes propositions guillaumiennes sur le passage de la langue au discours.

5La (fausse) dichotomie « genre naturel (?)/notionnel (?) » (pour l’anglais) et genre « conventionnel/arbitraire/grammatical », qui a fait long feu, heureusement, vient cependant à la rescousse d’une vision qui, se voulant théorisée, continue de décréter le « elle » (la proposition féministe d’un « ille » augmentant la confusion) comme altérité non problématique, et le neutre pratiquement hors système, sorte de récipient ou tonneau des Danaïdes, où l’on pourrait puiser pour désigner l’autre radical. On fait sans doute quelque injustice à des travaux, par ailleurs convaincants dans leur cadre théorique, comme ceux de Granger, qui utilisent finement mais restrictivement et anthropologiquement, pour appréhender cette myriade de références que nous inflige le genre, le Domaine Notionnel culiolien. Notre proposition, ici, aventureuse et peu théorisée, mais fondée toutefois sur la lecture des articles de ce numéro et des études qui se fondent sur la persistance aujourd’hui, dans tel ou tel dialecte, du neutre grammatical pour nommer indifféremment de l’animé, de l’inanimé, du chosique ou bien du féminin ou du masculin, serait, trop rapidement formulée, sous la forme d’une question. Elle serait à peu près celle-ci : et si le « neutre » était, ultimement un « archè-genre », loin, dans les faits (en français « ça » comme en anglais « it »), de se limiter à une extension vers les bébés, comme « she » est très loin de ne désigner que des bateaux ? On rejettera ici de trop simples entre-deux du genre ; néanmoins, rappelons rapidement qu’une autre (mais toujours active) dichotomie prévalut (voir la synthèse d’A. Joly) jusqu’au xviiie siècle au moins : telle lexie nommait un être qui pouvait, ou non, témoigner d’une action divine sur ses propriétés. Sa version plus moderne décrit un « neutre » (grammatical) par qui le rapport à l’humain serait… neutralisé. Sorte de non-relation, aoristique, vide de toute « relation d’objet » (object-relation). Ces deux hypothèses sont renouvelées, de façon puissante, dans plusieurs des textes donnés ici à lire. Qu’il s’agisse de la baleine (cachalot ?) de Melville dans le texte d’Isabelle Génin, des interrogations de Camille Fort sur ce qu’il advient, en Grande-Bretagne, en France, dans d’autres pays, de cette perversion des genres par Jeanette Winterson ou Brigid Brophy. Quelle(s) perversion(s) les divers lecteurs ou traducteurs vont-ils mettre en œuvre ? Il est, dans cet article, question d’imaginaire(s), bien sûr, et comment en serait-il autrement, surtout si l’on accepte, freudiennement, qu’aucun symbolisme n’échappe au fantasme ? Fantasme dont Melanie Klein a voulu exploiter le pouvoir de symbolisation pré-langagière, voire psychotique. De son propre aveu, elle inspira Jacques Derrida sur la trace, le reste, la poussière (la matière la plus vile rejoignant l’or, souvent, chez Klein) ; le trajet, le nôtre et celui, singulièrement, du traducteur, entre positions paranoïde-schizoïde et… dépressive est évoqué, même implicitement, dans plusieurs textes de ce numéro de Palimpsestes. Mais, et ce n’est pas une rupture de construction, Camille Fort relie très explicitement, via sa lecture, les lectures, et toutes les « translations » des textes, l’imaginaire intime et le politique, correct, incorrect, ou sans opinion. La problématique du « queer » est, dans ce texte, rendue à sa complexité, ses apories certes, mais aussi à sa littérarité. L’écriture, encore, et toutes ses différances.

6La même problématique est, très différemment, explorée par Nadia Louar, à propos de Jean Genet. Contrairement à ce qu’une nouvelle morphologie en français (« auteure ») marquerait d’un rapport au féminin, l’anglais effacerait un peu des connotations sexuelles, ce qui tendrait à montrer qu’il s’ouvre davantage à ce qu’Anna Livia et Kira Hall ont nommé le queerly phrased 1. L’auteure de l’article a raison de rapporter à « queer » tel travers (homosexuel) : traverses serait aussi légitime, car le « queer » assume, plus ou moins bien, une ligne non droite pour s’exprimer, y compris dans la référence au genre de tel ou telle personne. Le choix de Genet, rattaché tantôt aux études « queer », tantôt aux études « gay » (on pensera à la biographie de Genet écrite par Edmund White, qui opte plutôt pour une vision « gay »2), n’est pas sans poser problème, ajoutant encore à telle insituabilité. On pourrait, à la lecture de Nadia Louar, opposer une « objection » historique, mais le chronologique est-il aussi pertinent ? On suggérera ici que si Genet fut « [q]ueer avant la lettre » (Louar), il serait prudent peut-être de prendre cette expression plus littéralement : de quelle nature est cette lettre chez Genet ? Écarlate, honteuse et/ou exhibitionniste ? Le rapport de Jean Genet au langage et à ce qui serait « gendrique » est très problématique, comme l’a d’ailleurs bien montré Edmund White : « Pour Genet, le moi n’est qu’un nœud sur une corde d’eau courante […] Ce vide de l’ego conduisait Genet à poser en principe que tous les êtres sont interchangeables, […] nous sommes tous à même de devenir les uns les autres. […] Pour Genet, les personnes réelles sont semblablement composées de telles collisions d’éléments fortuits. » (346) Et, plus loin, dans la suite de Philip Brody, « seul un accident linguistique vaut au nom “voleur” de sembler désigner une manière d’être ». La question du politique se pose – légitimement – dans l’hypothèse de Nadia Louar : si, après la lettre de Genet, on peut effectivement discerner dans la confusion de l’écrivain une annonce de ce qui sera (ou tente d’être, parfois, il faut quand même l’admettre) le « queer » dans sa mixité 3. Si l’on accepte que l’écriture est « performative » (Louar) chez Genet, dans ce qu’elle agit (speech-act ?), elle peut cependant ne pas apparaître comme agissante sur un auditoire co-énonciatif. On avancerait volontiers que nulle force illocutoire n’est à l’œuvre dans son écriture. Peut-on parler d’un processus (« queer » ?) de neutralisation chez Genet, malgré sa fulgurante neutralité – l’oxymore serait bien sûr à analyser ? On avancera aussi, sans mettre en doute les analyses de Nadia Louar (la traduction comme travestissement et transgression), que s’il existe une « translation » fondamentale chez Genet, une transgression comparable à ce que le « queer » revendique, ce processus est, pour reprendre Claude Delmas, un « in vivo » infini, alors que le « queer » installe, comme anaphoriquement, sa transgression sur un déjà prononcé, culturellement et linguistiquement. La traduction semble faite, pour une grande part, fût-elle (on repense au texte de Camille Fort) donnée, non sans malice (« mauvais », encore), à re-voir, par Winterson et/ou Brophy. Comme le remarque Anna Livia, et ses co-auteurs, les pratiques langagières « queer » ignorent trop souvent la labilité du langage (sa « déformabilité »), d’où les polémiques sur le genre à utiliser ou à ne surtout pas utiliser dans les communautés homosexuelles et transgenres, aux États-Unis particulièrement. Les traducteurs ne peuvent, eux, ignorer la lutte avec le symbolique/
le langage, peut-être trop souvent by-passed par certains écrivains « queer », sans doute trop proches de la réalité dite extra-linguistique.

7Par ces remarques critiques, on reviendra sur ce que le neutre offrirait (en « langue »/dans le « langage »/« lalangue » peut-être) de potentialités signifiantes qui ne soient pas soumises au binarisme. Sapir affirme que le genre hyper-grammaticalisé « infect[e] la syntaxe ». Contrairement à la grammaire du français où le masculin l’emporte sur le féminin, en anglais, un pronom neutre (ou réputé tel, mais il faut bien des étiquettes), it, n’oblige pas à s’inscrire dans un choix binaire. Cela n’est pas indifférent : ce petit mot nous rappelle l’indicible référent à l’Autre – souvent anaphorique au sens étroit d’un préconstruit facile à retrouver, it est « tout » ; on connaît assez les exemples du type « le monde pleut » pour it’s raining ; le petit mot « ré-élabore » (Pierre Cotte) un symbolisable que des phrases articulées, à la syntaxe élaborée, ne parviennent pas toujours à « exprimer ». Le neutre, décidément, insiste et résiste. Il faut ici, entre autres traductions, rappeler celle de la Bible par André Chouraqui, qui déconstruit, dans son « En-tête » (la Genèse), la dualité du/des premier(s) être(s) humain(s), réintroduisant dans notre univers judéo-chrétien le mystère de l’androgyne ; toute notre tradition philosophico-religieuse occidentale a tout fait pour ne pas nous soustraire à un fantasme, peut-être nécessaire, pour continuer de parler entre autres actes, celui d’une coupure radicale animé/inanimé et humain/non-humain, jusqu’à l’absence de Dasein postulée par un Heidegger, et, par d’autres plus insouciants, chez la femme ; on rappellera la critique derridienne, réhabilitant, dans quelque langage à percevoir, plantes, animaux, et… femmes.

8Mais les essentialismes ont la peau dure. On voudrait à ce point revenir à Genet, « queer » avant la lettre : peut-on proposer que Genet maintient (idéalement) une interrogation sur l’autre de la polarité, sans doute dans une confusion qui garde très tendus les deux pôles, masculin et féminin, tandis que le « queer » n’a pas cette volonté de confusion ?

9Pour ce qui est du genre, l’obligation, la contrainte se déclinent peut-être asymétriquement chez le traducteur et le simple locuteur : paradoxalement, le traducteur, obligé certes de choisir, ne serait-il pas un peu délivré du conventionnel, ses propres obligations le liant davantage à « ça ». On pourra tenter de se consoler, grâce au texte d’Isabelle Génin, finalement assez « amusé » (elle rappelle le « rétablissement du comique du langage » dans le Moby-Dick de Philippe Jaworski), qui met et remet en scène nos « imaginaires », les connectant, in passing, à propos du changement de genre de la baleine de Melville, à une substance très ambiguë – « le sexe est plus vendeur que le genre grammatical » : de l’or, encore, sans (trop de) poussière ? Si Isabelle Génin reprend la dichotomie langue/discours, pour privilégier la première, et rapporte la catégorie du genre, et sa traduction, à la catégorie primordiale de la modalité, c’est, semble-t-il aussi (on reste dans l’énonciation en linguistique), pour également ne pas se prononcer trop vite sur cet arbitraire qui présiderait à la destinée générique de l’animal (?) dans Moby-Dick. On retrouve le refus de simples choix discursifs (et non « en langue ») de Joly et de ce que l’on en a fait ici. Évoquant à propos du genre, introuvable, de the white whale des « expressions figées », elle nous semble pointer vers une peur, ou un affect plus complexe, très générique, au sens linguistique de ce mot, proche de l’hyperonyme (qui nous renvoie à une indétermination) et au « fictif » de Culioli, où l’identifiable prend le dessus sur l’identifié. Le masculin de tel sperm se trouve ainsi (voir ses citations sur l’homosexualité cryptée mais très « queer » jusque dans les noms d’Ismaël et Queequeg) remis à sa place, peut-être. Mauvais genre ? Oui, mais « contraintes linguistiques et contraintes culturelles se chevauchent » : comment sortir, par les mots mêmes, de notre imaginaire très sexuel, que la langue nous renvoie, sans ménagement ? Les majuscules de la « Baleine Blanche » en français nous replacent, de manière fort intéressante et autonymique, aux « croisements », aux copulations souvent asyndétiques entre « ça » et la ou les différence(s) langagière(s), impossible(s) à outrepasser. La traduction de Giono, son « genre monstre sacré », « f(on)t problème » : le monstrueux ferait-il donc partie de toute notre activité symbolique ? Pourquoi pas ?

10L’androgyne lui-même/elle-même est-il/elle trop monstrueux/-se ? Le propos d’Isabelle Poulin redonne d’emblée un droit de vie à une non-coupure de l’esprit et de la lettre androgynes. Le sujet de l’énonciation est accueillant, mais sans doute insuffisamment, quand il frôle en particulier la « non-personne » de Benveniste, et, encore, ce qui n’est pas forcément négatif, le « fictif » de Culioli, dont « on » serait l’un des produits. Par rapport à ce qui a été dit de l’évacuation de l’entre-deux, Rimbaud et Woolf travaillent, non sans douleur, à la « reconfiguration des frontières génériques » ; la grammaire du genre contribue à re-prendre le fil fragile qui, peut-être, relie sexe et naissance ou plutôt re-naissance possible, le sujet se dispersant, se disséminant au prix de l’éclatement ou de l’implosion. Mais tant mieux si l’androgynie (biologique et/ou littéraire) vient brouiller – troubler – le et les sens par ce qu’Isabelle Poulin appelle « un espace-temps […] méconnaissable ». Et si la poétique androgyne (on repense ici à la réhabilitation de Giono traducteur de Melville sur fond de refus d’une neutralité symbolique) rompait avec « la très suspecte neutralité biographique » ? Dans « le pavillon », version « féminine » et utérine (au masculin) de l’étendard, le féminin est hybride mais souvent mal traduit ; mais la langue, même originale, ne porte-t-elle pas toujours en elle la perte endémique, sans pouvoir en reconnaître la productivité poétique ? Et si Woolf, dans son Journal, s’agace de sa propre quête et perte de sens, elle ne cessera, jusqu’au bout de son dernier roman (inachevé), de traquer des mots, ou quelque chose de ce genre, « entre les actes ». Chez Isabelle Poulin, la catégorie de la modalité (à travers des traductions « concurrentes ») n’est que partiellement séparée de celle du genre : « will ? », « should ? », ces simples marqueurs tracent, dans les traductions de Rimbaud, et dans leur caractère forcément orienté, un déni de l’androgynie rimbaldienne ; à vouloir situer le sujet, certains traducteurs expulsent tout « flottement générique ». Certaines traductions de Rimbaud, dans leur centrage sémantique, oublient l’excès, le « trans- », encore, quant à la sexuation et au gender. Et si l’écriture woolfienne est parfois « nonchalante » (Poulin), pourquoi en effacer le jeu ; c’est un point brûlant, si l’on suit l’étymologie probable de « nonchalance », à partir de « caloir » (brûler), puis « chaloir » (« peu me chaut »), et enfin « nonchaloir » – « be careless of», « se moquer » – de l’identité réputée vraie, car biologique. L’auteure de l’article nous invite, à travers une citation de Clive Scott, à replacer la traduction dans la dynamique d’une « new literature of translation » ; le jeu, la création, l’expressivité, le particulier, l’éblouissant comme l’obscurci (le « trans- » assumé, sans doute ou en somme) en seraient les moteurs : « transforme[r] le lieu et les personnes ». Et le neutre de l’androgyne passera par là : « Un soir, j’ai assis la Beauté sur mes genoux. – Et je l’ai trouvée amère – Et je l’ai injuriée » (Rimbaud, cité par Poulin) : peut-on suggérer que ce qui est injurié(e) comme « amer/amère » (« a-mère/à mère » ?), c’est tel neutre androgyne qui s’impose pourtant, agitant « lalangue » imprenable ? La langue fondamentale peut être fantasme, ou idéal, mais la traduction est confrontée à sa/ses résistances dans les langues dites « maternelles ». Elle doit pousser à « narrer autrement », pour reprendre l’expression de Pier-Pascale Boulanger. L’agitation alors sera dans ce que celle-ci décrit comme rythme cadencé des monosyllabes dans le récit érotique, qui, pour any he, any she, any X or Y, martèle la jouissance « sexuelle/textuelle ». La répétition non perçue (des prénoms ou des pronoms) assure ainsi un « rythme fluide » permettant que « ça » (s’)aime, érotiquement. La « performativité », l’auteure le dit bien, est un impératif du récit érotique, tout particulièrement : peut-être plus que dans d’autres registres, ne s’agit-il pas, en « faisant lire », non déchiffrer ou décoder, d’écrire à plusieurs voix, mains, yeux, genres et/ou sexes, dans une « translation » qui relève éminemment du transfert/contre-transfert ? Encore faut-il que la langue/lalangue trouvent, en leurs nœuds, une matrice symbolique, un sens commun, pour autant que le/la traducteur/-trice jouisse d’être dans le texte et hors du texte – puisqu’il/elle l’a dans la peau, le texte. Dans le texte homo-érotique, bien sûr, le trouble pronominal est grand : depuis le début de cet avant-propos, l’on a insisté sur la re-prise, le second, la différance, aussi, bref sur l’anaphorique brouillé ou troublé. Quoi d’étonnant à ce que ce soit dans cet étrange (« queer ») littérature, cette très oblique relation à de l’autre-même que se révèle le plus violemment cette maladie de l’anaphore ?

11Dans sa revue de traductions d’Alice, de Lewis Carroll, Laure Gardelle explique la nécessité de dépasser le mot et son genre officiel, au profit de l’organisation de l’énoncé global, via les thématisations et focalisations, les repères dits constitutifs, qui contextualisent le genre – contextes à traduire sans assurance d’absolue réussite – malgré les très productifs moyens offerts par les théories de la « saillance » (cognitive, par exemple), de l’accessibilité des référents, de la hiérarchisation telle que la définissent les théories du centrage (mot incontournable). Les efforts des meilleurs (Parisot, Berman) sont sans cesse basculés, leurs hiérarchies battues en brèche, mais ne serait-ce pas un bon signe ? L’ambiguïté résiste fort, dans Alice, et le(s) genre(s) a/ont-il(s), du moins dans cette œuvre, une existence véritablement linguistique ? Encore une fois, et ce ne semble pas contradictoire, la présente lecture (pessimiste ou absurde, non sensée) d’Alice ménagerait un lieu, qui, loin d’être considéré comme une quelconque solution, fournirait une hypothèse, fondée sur l’indétermination du genre. Et du coup, les propositions énonciatives, comme celles de Laure Gardelle qui pose, avec une modestie louable et riche d’enseignements, un choix dans l’actualisation de nos énonciations, relatives au genre, retrouvent toute leur pertinence/impertinence, dans une mise à distance d’un système intériorisé contraignant (la langue). Laure Gardelle, à propos de tel Lapin, nous rappelle aussi, très opportunément bien qu’entre les lignes, et hors de quelques spéculations hâtives, que « la catégorie rabbit […] oriente culturellement vers le neutre », c’est-à-dire, aussi, vers l’intentionnel qui joue, dans le domaine évidemment lié de la détermination nominale, une tout autre fonction d’expression et d’expressivité, pour reprendre le couple guillaumien. La notion, très productive bien que discutée, d’« empathie » énonciative est particulièrement bienvenue dans l’appréhension d’une catégorie où humain et non-humain font ménage « à part », mais partagent une demeure commune ; l’empathie permet, en outre, de constituer le genre en catégorie première, et premier souci du traducteur comme l’accord, le nombre, la personne, et d’autres catégories, où, comme le dit simplement Laure Gardelle, tout « se fait largement en fonction du ressenti du locuteur ».

12« Assez / Enough » : ceci n’est certes pas une conclusion épuisée ou épuisante. Mais, quand même, n’oublions pas la question que se posait Beckett à propos de son texte, ici analysé par Karine Germoni et Pascale Sardin : « I don’t know what came over me ». Le genre, en effet, surprend, déborde, touche, et l’auto-traduction ne saurait adoucir certaines blessures, aussi narcissiques que langagières. « Assez (!) », de la certitude qu’une origine, et son achèvement sexué et générique, ne seront jamais atteints, comme ne le sera pas une ultime référence, jamais « assez » stable, à ce qui serait un « moi ». La première personne du texte semble une éjaculation verbale d’insatisfaction ontologique. Le suffisant et l’excessif sont-ils condamnés à se confondre ? Quelque confusion générico-sexuelle entretient ce motif (phobique ou résigné) dans le texte. Faut-il donc se contenter de cette voix 4 ? Au lieu du « mamelon » décrit comme étonnant par Isabelle Poulin dans la traduction d’Orlando par Mauron, un « pen »/«pénis » s’offre à une fellation (de qui/quoi, par qui/quoi, au « juste » ?) : fel(l)o, en latin, c’est avant tout sucer le sein, téter, comme l’« on » dit. L’indétermination sexuelle, selon les auteures, est préservée par Beckett. Voilà qui permettrait de cerner le rapprochement que font les auteures entre mixte et neutre, un neutre d’avant la scission (Aristophane), créant l’altérité dans sa version radicale : « We were severed if that is what he desired » ; cet extrait de Assez / Enough nous renverrait à un plan a-symbolique, rejeté dans l’imaginaire : la langue le dit « assez » dans l’emploi d’une hypothétique (if) qui indique la possibilité (contingente) d’une coupure absolue, aoristique encore, voire, ici, fictive (Culioli), effectuée par neutralisation. Celle-ci ne conduirait à aucune « indifférence » désaffectée, mais rendrait possible, aussi, en équiprobabilité, le rêve, conscient de sa vanité, de penser/d’atteindre un « Tout », « a (w)hole » du symbole et du symbolique (Bion), de l’Idée Pure, du noumène : peut-on s’accorder pour regretter que le genre soit destiné à demeurer un phénomène, en langue en tout cas ? On traduit des « faits » de langue, souvent nommés « phénomènes ». La « science linguistique », ou toute autre science humaine, traite-t-elle encore du nouménal ? Mais l’on sait que le « tout », celui de la fusion qu’évoquent Germoni et Sardin, est toujours porteur de danger, celui de la « psychose ». Le désir, ou du moins sa possibilité, ne surgirait, timidement peut-être, que dans ce que les auteures nomment, chez Beckett, « fission », et qui fait peu de place à une opposition binaire, générique et sexuelle. D’où l’incertitude radicale sur le sexe de l’instance narrative (même si la voix dans les lectures publiques a le plus souvent été celle d’une actrice) et la suffisance ou l’insuffisance de ce « Assez / Enough » : « Assez mes vieux seins sentent ses vieilles mains / Enough my old breasts feel his old hands », où, outre le brouillage du genre, les verbes eux aussi sont à la voix « moyenne », entre activité et passivité. Si la critique veut absolument être « divisée » (Fort), le texte, quant à lui, reste dans la trace, latente, disent les auteures, de l’« homosexualité et de l’éphébie ». De même posent-elles, semble-t-il, la question d’une circularité, par la citation de ce qui pourrait être lu comme une scène de fellation mutuelle. Et si toute l’analyse proposée par les auteures reposait, « ultimement », sur ce neutre ? Et si ce neutre, dans la figure de la « came » (Culioli), « arbitrait », non sans ironie et cruauté, le ou les rapport(s) entre M et F (et X) ?

13On nous fait remarquer que si le manuscrit (Beckett) mentionne beaucoup les fleurs, celles-ci furent d’abord, de manière, certes, non neutre, « cendres » : Lawrence et son phénix, Genet et sa Notre-Dame des fleurs, Winterson et ses Don Juan plus ambigus que de coutume, Derrida et son « reste de feu » : nous n’avons pas fini de les lire, leurs traductions ne faisant que nous embarrasser davantage, dans notre propre effort de lecteurs/chercheurs d’or. Ashes to ashes ?

Haut de page

Notes

1 A. Livia & Kira Hall (eds.), 1997, Queerly Phrased-Language, Gender & Sexuality, New York – Oxford, OUP.

2 E. White, 1993, Jean Genet, trad. P. Delamare, Paris, Gallimard, coll. « Biographies ».

3 Assez peu « neutre », contrairement peut-être à ce qu’il en est chez Genet, qui, quoi qu’il en dise, maintient, en tension il est vrai, la polarité masculin/féminin sur un fond de désir d’androgynie plus que d’hermaphrodisme.

4 Voir les remarques sur la voix au début de l’article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Fourtina, « Le genre et ses poussières (d’or) », Palimpsestes, 21 | 2008, 9-19.

Référence électronique

Hervé Fourtina, « Le genre et ses poussières (d’or) », Palimpsestes [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/63

Haut de page

Auteur

Hervé Fourtina

Hervé Fourtina est professeur d’études anglaises à l’université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, où il enseigne la linguistique pragmatico-énonciative, mettant en exergue les relations du langage et de l’écriture avec les « processus internes » dans le cadre de l’école psychanalytique britannique (object-relations), sujet de sa thèse d’État. Ancien directeur du GERB, il a co-dirigé les trois dernières livraisons du groupe aux Presses Universitaires de Bordeaux : Le Plaisir (2007), Insularité(s) (2008), Aventure(s), à paraître. Il a rédigé l’introduction du premier ouvrage (sur le sujet [de] l’inconscient et le désir) et la conclusion du second, sur l’insulation psychique et la mouvance winnicottienne. Il enseigne à plusieurs niveaux (L3, Master, Master Pro) la traductologie, dans une optique « linguistique » ouverte.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org