Navigation – Plan du site

Le genre dans Alice in Wonderland / Alice au pays des merveilles: origines et enjeux énonciatifs

Laure Gardelle
p. 21-36

Résumés

Les études sur le genre grammatical à travers les langues opposent traditionnellement le système du français, présenté comme largement arbitraire et donc porteur d’un message sémique très limité, à celui de l’anglais qui, par contre, repose sur des critères sémantiques. De ce fait, la traduction d’un ouvrage de l’anglais vers le français devrait présenter de nombreuses difficultés, le genre employé dans la langue cible ne reprenant que très rarement les sèmes codés par celui de la langue source. Mais une étude de cas des pronoms personnels de troisième personne du singulier dans Alice’s Adventures in Wonderland de Lewis Carroll et deux de ses traductions françaises montre qu’en réalité, seule une minorité d’occurrences pose problème. Un recensement de ces occurrences permet de voir quelles options s’offrent alors au traducteur ; au-delà, il s’agit également de comprendre, d’un point de vue plus théorique, pourquoi le genre ne pose pas toujours problème. Dans quelle mesure le genre marqué par les pronoms ajoute-t-il au message d’un énoncé ? Par quel processus un genre est-il sélectionné en anglais, et les différences avec les mécanismes du français expliquent-elles les faits constatés ?

Haut de page

Texte intégral

1On s’intéresse ici à la traduction du genre marqué en anglais par les pronoms personnels de troisième personne du singulier, et plus particulièrement à l’opposition entre le neutre et le couple masculin-féminin. Dans le paradigme des pronoms, les études sur le genre opposent traditionnellement le système du français, considéré comme largement arbitraire et donc porteur d’un message sémique très limité, à celui de l’anglais qui, à l’opposé, repose sur des critères sémantiques ; la traduction d’un ouvrage de l’anglais vers le français devrait par conséquent présenter de nombreuses difficultés, le genre employé dans la langue cible ne reprenant que très rarement les sèmes codés par celui de la langue source. Le but de cette étude est de mesurer l’étendue réelle de ces difficultés, à l’échelle d’une œuvre et de deux de ses traductions – choix qui n’est certes pas représentatif de l’ensemble des emplois langagiers, mais qui permet de disposer d’un large échantillon d’énoncés d’un même auteur. La présente analyse porte sur Alice’s Adventures in Wonderland de Lewis Carroll, qui compte des occurrences particulièrement variées, et sur deux des principales traductions accessibles dans le commerce aujourd’hui : celle d’Henri Parisot – Aubier-Flammarion, La Pléiade – et celle de Jean-Pierre Berman – éditions bilingues Presses Pocket. Le constat est surprenant. D’une part, il s’avère que les difficultés de traduction du genre ne concernent en réalité qu’une petite minorité d’énoncés1. Il convient donc de comprendre pourquoi, c’est-à-dire d’identifier à quelles conditions l’utilisation d’un pronom de troisième personne du singulier pose problème, et de voir quelles options s’offrent alors au traducteur. Par ailleurs, dans les cas problématiques, force est de constater que le genre est très rarement pris en compte dans les deux traductions ; il s’agira donc de dégager, au-delà de cette étude de cas, des conclusions plus générales susceptibles d’optimiser la traduction du genre dans tous types d’énoncés.

2La comparaison de l’original et des traductions révèle deux types de cas problématiques : des difficultés de traduction d’origine syntaxique, d’autres d’origine sémantique.

Questions de syntaxe

3Dans ce domaine, Alice ne présente que trois cas problématiques, tous de même origine : plusieurs référents sont désignés par des pronoms, associés à des genres différents en anglais mais correspondant tous à des formes de même genre en français. Il y a alors ambiguïté de la référence dans la langue cible, voire incapacité à sélectionner le bon référent. On lit ainsi :

1a. One of the jurors had a pencil that squeaked. This, of course, Alice could not stand, and she went round the court and got behind him, and soon found an opportunity of taking it away. (254)2

1b. L’un des jurés avait un crayon qui grinçait. Cela, bien entendu, Alice ne le supporta pas, et elle contourna le tribunal et vint se placer derrière lui, et trouva très vite l’occasion de le confisquer. (traduction littérale)

4La première occurrence pronominale ne pose pas problème en français. Bien que le cotexte gauche introduise non moins de trois référents associés au masculin – le juré, le crayon et le tribunal –, le premier est plus saillant car lui seul a fait l’objet d’une thématisation dans une proposition principale : le syntagme qui le désigne est en position sujet dans la première phrase. Lui sélectionne donc comme him ce référent – notons toutefois que le lecteur doit fournir un certain effort mental : le tribunal qui vient d’être mentionné constitue lui aussi un bon candidat potentiel. Le verbe se placer appelle en effet un complément de lieu, or un tribunal constitue un repère spatial majeur dans une salle d’audience. Une traduction littérale de la seconde occurrence pronominale, en revanche, pose problème : la syntaxe coordonnée impose de conserver la hiérarchie établie parmi les référents associés au masculin ; elle conduit donc à choisir le juré comme référent privilégié du pronom, alors que le désigne à présent le crayon. Ce problème de hiérarchie a été mis en évidence notamment par la théorie du centrage ; Barbara J. Grosz et al. (1995 : 8) par exemple montrent qu’un pronom personnel doit désigner l’élément le plus saillant parmi ceux évoqués dans le cotexte gauche avec lesquels il est compatible – ici, pour le, les trois objets de discours associés au masculin. Les auteurs nomment cet ensemble des référents compatibles du cotexte gauche les Cf du pronom, ou forward-looking centres. Une traduction littérale de l’énoncé 1a imposerait un transfert forcé du centre d’attention (le « centre-shifting – rough shift »3 de Grosz et al. [ibid.] ; voir aussi Cornish, 1999 : 168), phénomène a priori inacceptable pour l’interlocuteur. Par conséquent, bien que le sémantisme de confisquer permette après réflexion de compenser en partie ce transfert forcé – il appelle un objet inanimé, donc ici nécessairement le crayon –, Parisot et Berman n’optent pas pour une traduction littérale :

1c. L’un des jurés avait un crayon qui grinçait. Cela, bien entendu, Alice ne le put supporter. Elle fit le tour du Tribunal, vint se placer derrière l’importun et eut vite trouvé l’occasion de lui confisquer l’objet. (Parisot, 1970 : 255)

1d. Le crayon d’un des jurés crissait, ce qui, bien sûr, était intolérable pour Alice, qui, faisant le tour du tribunal, vint se placer derrière lui et trouva très vite l’occasion de le lui confisquer. (Berman, 1992 : 243)

5Les deux traducteurs ajoutent lui dans le dernier segment ; en réintroduisant ainsi en discours le juré, ils rétablissent la hiérarchie au sein des éléments associés au masculin. Notons que si, syntaxiquement, il s’agit de la seule modification nécessaire, Parisot va plus loin : pour him comme pour it, il choisit d’expliciter la référence par un syntagme nominal (l’importun, l’objet) ; ce faisant, il évite au lecteur tout effort de sélection du bon référent.

6Analysons à présent le deuxième cas problématique, afin de voir si la solution apportée est analogue :

2a. [There is such a nice little dog near our house I should like to show you! …] It belongs to a farmer, and he says it’s so useful, you know, it’s worth a hundred pounds! (106)

2b. Il appartient à un fermier, et il dit qu’il est tellement utile, vous savez, qu’il vaut bien cent livres ! (traduction littérale)

7Dans la version française, le pronom il sujet du premier segment désigne le chiot, tandis que dans la proposition coordonnée, il désigne cette fois le fermier ; là encore, l’ambiguïté de la référence naît donc de la conjonction d’un genre unique pour les deux référents et d’un non-respect de la hiérarchie des éléments associés au masculin, même si, comme dans l’énoncé précédent, le sémantisme du verbe dire permet après réflexion de sélectionner le bon référent – à savoir l’être humain. Là encore, les solutions proposées par Parisot et Berman consistent à rétablir cette hiérarchie, mais par des procédés différents de celui de l’exemple précédent :

2c. Il appartient, vois-tu, à un fermier, et ce fermier dit qu’il lui est tellement utile, qu’il vaut bien mille francs ! (Parisot, 1970 : 107)

2d. et il appartient à un fermier, vous savez, qui dit qu’il est utile, et qu’il vaut cent livres. (Berman, 1992 : 57)

8Parisot choisit d’expliciter le référent de he par un syntagme nominal, ce fermier ; le recours à un démonstratif permet de désigner un élément autre que le plus saillant4. Berman choisit une stratégie différente, d’ordre syntaxique : il substitue à la proposition coordonnée une relative, dans laquelle le pronom relatif est nécessairement co-référent avec le syntagme nominal dit antécédent.

9Le dernier cas de difficulté de traduction pour des raisons syntaxiques met en jeu non plus le masculin, mais le féminin :

3a. The cook threw a frying-pan after her as she went out, but it just missed her. (166)

3b. La cuisinière lança une poêle dans sa direction tandis qu’elle sortait, mais elle la manqua de justesse. (traduction littérale)

10Le thème de l’énoncé étant la cuisinière, c’est elle – et non la poêle – qui est nécessairement désignée par le pronom elle dans le segment mais elle la manqua de justesse. Le sémantisme du verbe ne permettant pas d’orienter la référence vers la poêle, à la différence des deux cas précédents, la traduction littérale de it par elle interdit cette fois de sélectionner le bon référent5. Parisot et Berman optent pour une même traduction :

3c. La cuisinière lança dans sa direction une poêle à frire qui la manqua de justesse. (Parisot, 1970 : 167)

3d. La cuisinière lança sur elle une poêle à frire, qui la manqua de justesse. (Berman, 1992 : 137)

11La relative, comme en 2d, permet de respecter la hiérarchie des référents dans les propositions principales. Notons que le procédé employé en 2c par Parisot – un démonstratif – était également possible ici : (3e.) « La cuisinière lança sur elle une poêle à frire, mais celle-ci la manqua de justesse. » Cette option permettrait de conserver la syntaxe coordonnée de l’anglais, donc une présentation chronologique des faits sans l’effet de condensation induit par la relative.

12En conclusion sur ces problèmes syntaxiques directement liés au genre, plusieurs solutions s’offrent au traducteur, mais toutes répondent à un principe unique : rétablir la hiérarchie, dans les cas où elle ne serait pas respectée, au sein des référents associés à un même genre. Parfois, le sémantisme du verbe permettrait de sélectionner le bon référent même dans une traduction littérale, mais pour un ouvrage écrit au moins, il semble qu’il manque alors un élément cohésif.

13Intéressons-nous à présent aux énoncés dans lesquels les difficultés de traduction en français trouvent leur origine dans le sémantisme du genre en anglais.

Les enjeux sémantiques du genre pronominal

14L’ouvrage de Carroll ne présente aucun cas problématique pour les humains – le genre correspond alors au sexe du référent dans les deux langues – ni pour les objets – le genre du français est alors arbitrairement imposé par les substantifs. En revanche, lorsque le pronom désigne un référent animal notamment, le traducteur rencontre deux types de difficultés.

15D’une part, lorsque le genre du substantif en français entre en conflit avec le sexe du référent, l’accord formel du genre pronominal pose problème. On lit par exemple :

4a. an old Crab took the opportunity of saying to her daughter… (118)

4b. un vieux crabe profita de l’occasion pour dire à sa fille… (traduction littérale)

16En 4b, le genre masculin du substantif crabe impose un référent de sexe masculin dans la représentation, contrairement à la version originale. Comme l’indique Ludovic Auvray (2004 : 135), la solution la plus fidèle consiste alors, si possible, à travailler sur le syntagme nominal qui régit le genre du pronom en français, afin de modifier la représentation qu’il véhicule. Pour cet énoncé, il note par exemple le recours à une mère crabe chez Jacques Papy6, ou encore, dans la traduction de Guy Leclercq7, le choix d’un substantif de genre féminin : une vieille Étrille. Auvray ayant largement étudié ce type de difficulté, on ne traite pas de la question plus en détail ici.

17La traduction des pronoms pose également problème dès lors que le texte source présente des variations de genre pour un même référent – par exemple lorsqu’une souris est alternativement désignée par it et he. Cette possibilité existe en anglais en raison du processus d’assignation du genre : en langue, une catégorie signifiée par un substantif compte entre autres choses une représentation par défaut, a priori et, d’un point de vue grammatical, des potentialités de genre – par exemple it ou he pour une souris mâle ou de sexe inconnu, it ou she pour une souris de sexe féminin (Gardelle, 2006 : 647). Le genre finalement choisi au moment de l’énonciation est celui qui, parmi ces potentialités, correspond à la représentation mentale du référent à ce stade du discours. On sait que le critère de choix d’un genre dit animé (masculin ou féminin) par rapport au neutre n’est pas celui du sexe, mais un sentiment de lien, de proximité avec le référent – par opposition à un référent ressenti comme totalement étranger pour le neutre (ibid.). Au contraire, en français, un genre unique est généralement imposé par le substantif aux éléments qu’il régit8. Les pronoms du français ne peuvent donc rendre les variations de point de vue encodées par les pronoms du texte source. La question de la traduction des variations de genre de l’anglais est très peu étudiée ; notons qu’Auvray (2004 : 143) signale leur existence, qu’il annonce problématique. Il s’agit ici de prolonger sa réflexion en cherchant à déterminer, toujours à l’échelle d’une œuvre9, dans quelle mesure les variations de genre dans le texte anglais posent véritablement un problème de traduction. En d’autres termes, dans quelle mesure le genre pronominal encode-t-il un message sémantique nouveau dans un énoncé ? D’un point de vue plus théorique, cette question renvoie à celle des facteurs d’influence à l’œuvre dans le choix du genre en discours.

18Parisot et Berman ne prennent en compte ces variations de genre que dans un unique cas, rencontré une fois seulement dans l’ouvrage de Carroll : lorsque la variation de genre constitue le focus de la phrase. On lit ainsi du temps10 :

5a. “I think you might do something better with the time,” she said, “than wasting it in asking riddles that have no answers.” / “If you knew Time as well as I do,” said the Hatter, “you wouldn’t talk about wasting it. It’s him… I dare say you never even spoke to Time!”11(182)

19Il est impossible d’ignorer la variation de genre ici, puisque him porte l’accent de phrase et une marque d’emphase. L’effet de sens est bien sûr une personnification du référent, dont la représentation passe de la notion abstraite à une entité concrète. Pour résoudre cette difficulté, Parisot et Berman suivent deux voies différentes. Berman tente de conserver en français une opposition pronominale :

5b. « Je pense que vous pourriez faire mieux avec le temps », dit-elle, « que de gaspiller ça en posant des devinettes qui n’ont pas de réponses. » / « Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi », dit le Chapelier, « vous ne parleriez pas de gaspiller ça. Il s’agit de lui. » (Berman, 1992 : 157)

20L’effet de sens produit par la variation de genre de l’anglais est respecté puisque ça est réservé aux inanimés, tandis que lui suppose dans le contexte de cette opposition une entité animée ; cependant, le prédicat gaspiller ça semble assez peu spontané, l’expression idiomatique étant perdre son temps. Conserver une opposition pronominale ne paraît donc pas très satisfaisant ici. Parisot, lui, opte pour une compensation, traduisant les sèmes encodés par chacun des genres par le biais de substantifs :

5c. « Je pense, dit-elle, que vous auriez sûrement mieux à faire de votre temps que de le gaspiller à poser des devinettes auxquelles il n’y a pas de réponse. » / « Si vous connaissiez le Temps aussi bien que je le connais moi-même, dit le Chapelier, vous ne parleriez pas de le gaspiller comme une chose. Le Temps est une personne. » (Parisot, 1970 : 183)

21L’effet de sens codé par les deux genres est là encore respecté.

22Le cas de variation étudié jusqu’ici présentait une opposition de genre en focus ; mais pour la très grande majorité des occurrences, il y a simplement emploi de pronoms de genres différents d’un passage à un autre – douze cas chez Carroll –, voire dans deux phrases consécutives – ce qui se produit à trois reprises. La question est donc de savoir si pour ces occurrences aussi, la traduction du genre est problématique. Pour répondre, prenons l’exemple – représentatif – des références au Lapin Blanc. L’auteur emploie d’abord it (80), puis he (96), puis de nouveau it (122), pour passer à un he définitif cent pages plus loin (204). Les traductions françaises ne tiennent pas compte de ces variations, rendant toutes les occurrences de ces pronoms par il/lui. Examinons un échantillon d’occurrences afin de voir dans quelle mesure un rendu spécifique s’impose en français :

6. nor did Alice think it so very much out of the way to hear the Rabbit say to itself, “Oh dear! Oh dear! I shall be too late!”…; but when the Rabbit actually took a watch out of its12waistcoat-pocket, and looked at it, and then hurried on, Alice started to her feet, for it flashed across her mind that she had never before seen a rabbit with either a waistcoast-pocket, or a watch to take out of it, (80)

23Alice compare le référent aux autres lapins de son expérience (she had never before seen a rabbit…) et se montre surprise de son attitude inhabituelle. On peut en conclure que la représentation du référent à ce stade du discours correspond à la représentation par défaut de la catégorie rabbit, représentation qui oriente culturellement vers le neutre. Le choix de it dans cet énoncé n’ajoute donc pas au message du locuteur, et n’exige pas de rendu spécifique en français. L’énoncé 7 fait apparaître cette fois le masculin :

7. After a time she heard a little pattering of feet in the distance, and she hastily dried her eyes to see what was coming. It was the White Rabbit returning, splendidly dressed, with a pair of white kid gloves in one hand and a large fan in the other: he came trotting along in a great hurry, muttering to himself as he came, “Oh! the Duchess!…” Alice felt so desperate that she was ready “If you please, sir—” (96)

24Là encore, le genre des pronoms n’ajoute pas à la représentation induite par l’énoncé : le masculin suppose en effet que le locuteur ressente un lien avec le référent, mais cet effet de sens est déjà donné par d’autres éléments du cotexte : splendidly dressed – qui s’applique principalement à un humain –, ask help – qui suppose qu’une véritable communication avec un être humain est possible –, any one – pronom généralement appliqué à l’humain –, sir. Le recours au masculin dans le pronom – pour la première fois dans l’ouvrage – ne nécessite donc pas de traduction spécifique en français.

25Plus généralement, dans l’ouvrage de Carroll, les cas problématiques sont très minoritaires : si l’on considère les seules références aux animaux, c’est-à-dire l’ensemble des référents pour lequel des variations de genre ont été constatées à plusieurs reprises, 15 % des occurrences seulement posent problème, soit 18 sur 117. L’énoncé 8a en offre un exemple :

8a. she looked up eagerly, half hoping that the Mouse had changed his mind, and was coming back to finish his story. / [chapitre suivant] It was the White Rabbit, trotting slowly back again, and looking anxiously about as it went, as if it had lost something; and she heard it muttering to itself « The Duchess! The Duchess! Oh my dear paws! » (120-22)

26 Cet extrait est rendu par exemple par Berman :

8b. elle leva les yeux avec impatience espérant à moitié que la Souris avait changé d’avis et qu’elle revenait terminer son histoire. / [chapitre suivant] C’était le Lapin Blanc qui revenait à nouveau en trottinant, regardant en cours de route autour de lui avec inquiétude, comme s’il avait perdu quelque chose, et elle l’entendit marmonner : […] (Berman, 1992 : 77-81)

27En ignorant le genre du pronom dans les références au Lapin Blanc, la traduction française écarte ici deux éléments de la représentation véhiculée par le texte source. D’une part, malgré l’apparence humaine de l’animal et sa capacité de parole, il n’est plus considéré par le narrateur comme faisant partie du même monde qu’Alice – or seul le neutre du pronom permet de déduire ce fait. Par ailleurs, la version française ne rend pas la hiérarchie établie à ce stade de l’intrigue entre lui et la Souris qui, elle, est associée à un genre dit animé. Il semble qu’une traduction plus fidèle pourrait compenser cette perte par un terme qui marque l’infériorité du Lapin Blanc – par exemple, au lieu de « C’était le Lapin Blanc », « Ce n’était que le Lapin Blanc » ou encore « Mais c’était le Lapin Blanc »13.

28Examinons encore l’énoncé 9a, dont la traduction pose problème pour une raison différente :

9a. Alice watched the White Rabbit as he fumbled over the list, feeling very curious to see what the next witness would be like, (264)

29Tandis que Berman emploie simplement il, Parisot étoffe le pronom par un syntagme nominal :

9b. Tandis que le Lapin Blanc s’affairait maladroitement à consulter sa liste, Alice observait l’animal, très curieuse de savoir qui allait être le témoin en question […] (Berman, 1992 : 265)

30Le substantif choisi ici pour l’étoffement va à l’encontre de la représentation véhiculée par le genre du texte source. En effet, l’analyse d’un large corpus d’énoncés anglais contenant le terme animal conduit à penser qu’il est toujours associé au neutre dans cette langue. La représentation véhiculée par le substantif français animal – représentation semble-t-il comparable à celle d’animal en anglais – n’est donc plus celle d’un être appartenant au même monde qu’Alice14.

31Pour finir, il reste à répondre à une dernière question : le genre pronominal de l’anglais est-il toujours traduisible ? L’ouvrage de Carroll présente deux énoncés dans lesquels le genre paraît particulièrement difficile à rendre en français. On lit ainsi :

10a. [“Please come back…” but the Mouse only shook its head impatiently, and walked a little quicker.] “What a pity it shouldn’t stay!” [sighed the Lory, as soon as it was quite out of sight; and an old Crab took the opportunity of saying to her daughter…] (118)

10b. … « Quel dommage qu’elle n’ait pas voulu rester avec nous ! »… (Parisot, 1970 : 119)

10c. « Quel dommage qu’elle n’ait pas voulu rester ! »… (Berman, 1992 : 75)

32Dans cet extrait, un animal – le Lori – emploie it pour désigner un autre animal du même monde – la Souris –, alors que dans la même scène un troisième animal est associé au féminin ; la traduction française ne rend pas cette hiérarchisation des animaux dans la culture du pays des merveilles. Une option pourrait consister à traduire it dans les paroles du Lori par cette Souris ; le démonstratif véhiculerait alors l’effet de distanciation. Cependant, la Souris constituant l’élément le plus saillant de la situation d’énonciation à ce stade du discours, il paraît très peu probable que, spontanément, un locuteur ait recours à un syntagme en déterminant + nom pour la désigner ; seul le pronom anaphorique est réellement approprié. Le traducteur doit donc choisir entre la représentation véhiculée par le neutre et la spontanéité du discours.

33On lit encore :

11a. “… oh, I beg your pardon!” cried Alice again, for this time the Mouse was bristling all over, and she felt certain it must be really offended. “We won’t talk about her any more if you’d rather not.” / “We, indeed!” cried the Mouse, who was trembling down to the end of his tail. “As if I would talk on such a subject!” (104)

34Le choix de his dans le second paragraphe montre une relation d’empathie plus forte avec la Souris (empathie au sens de Kuno, 1987 : 205) ; le cotexte ne permet pas de déduire cette information, puisque les paroles de la Souris montrent un refus de communion avec Alice – elle refuse le pronom we. Les deux traductions françaises ne rendent pas ce changement de point de vue :

11b. « Oh, je te demande pardon ! s’écria derechef Alice, car, cette fois-ci, la Souris avait le poil tout hérissé, et la petite fille était sûre de l’avoir gravement offensée. Nous ne parlerons plus de Dinah, puisque cela te déplaît. » / « Nous, nous n’en parlerons plus, vraiment ! s’écria la Souris, qui tremblait de la tête à la queue. Comme si, moi, j’allais aborder un pareil sujet ! » (Parisot, 1970 : 105)

11c. « Oh, je vous demande pardon », s’écria-t-elle à nouveau, car cette fois la Souris était toute hérissée, et Alice fut sûre de l’avoir vraiment offensée. « Nous n’en parlerons plus, si vous préférez. » / « Nous, vraiment ! » s’écria la Souris, qui tremblait jusqu’au bout de la queue. « Comme si, moi, je voulais parler d’un sujet pareil ! » (Berman, 1992 : 55)

35Pour rendre l’effet de sens du masculin, à savoir l’idée que la Souris et Alice sont à présent placées sur un même plan, il faudrait peut-être modifier la traduction de cried : plutôt que s’écria, traduire par lui répondit permettrait de mettre l’accent sur la communication à présent établie entre les deux personnages. Cependant, ce choix efface le [sème + réaction instinctive] dénoté par cried. Une autre option serait de traduire the Mouse par son interlocutrice ; ce terme étant principalement appliqué à l’humain, l’effet de sens du masculin serait rendu. Toutefois, le terme interlocutrice paraît très technique par rapport au vocabulaire moyen employé dans l’ouvrage de Carroll. Là encore, le traducteur doit donc faire un choix des sèmes qui lui paraissent les plus importants dans l’extrait.

36Au terme de cette étude, il apparaît donc que le genre n’est pas toujours pris en compte chez les deux traducteurs, ou du moins que les sèmes du genre ne sont pas toujours considérés comme des informations prioritaires. Ce constat est probablement lié aux contraintes de la traduction en contexte ; mais peut-être n’est-il pas impossible d’y voir aussi, au-delà, un reflet du statut secondaire de cette catégorie dans la majorité des grammaires d’aujourd’hui15, qui n’y consacrent le plus souvent que quelques lignes – encore moins pour les animaux – et mentionnent très rarement, par exemple, l’existence de variations de genre pour un même référent.

37La prise en compte du genre pronominal de l’anglais ne concerne que la minorité d’énoncés où il ajoute à la représentation véhiculée par le reste de la phrase ; il ne doit pas faire l’objet d’une traduction spécifique lorsqu’il correspond aux représentations culturelles standard ou lorsque le cotexte véhicule déjà la représentation. Dans les cas où il doit être traduit, les options sont diverses et parfois complexes. Il est très rare que le pronom personnel de la langue source puisse être traduit par un pronom dans la langue cible (pronom personnel ou démonstratif), car le message informatif codé par le genre est très différent dans chacune des deux langues. Une transposition vers un autre élément nominal est parfois possible (avec un syntagme en déterminant + nom notamment) ; dans les autres cas, la seule option du traducteur est une compensation – par exemple étoffer les sèmes d’un verbe. Cette diversité des procédés de traduction s’explique par l’origine de la sélection du genre : elle se fait largement en fonction du ressenti du locuteur envers le référent au moment de l’énonciation ; or un point de vue sur un référent peut être donné par les termes qui le désignent, mais aussi par d’autres éléments du message. En cela, le genre pronominal, en anglais, se différencie du genre porté par certains substantifs par le biais de marques morphologiques (ainsi tigress ou she-bear) : ces marques codent uniquement le sexe du référent. Quelles conséquences cette différence induit-elle pour le traducteur ? C’est une autre question…

Haut de page

Bibliographie

Auvray, Ludovic, 2004, « La traduction du genre dans les livres pour enfants : La Vieille crabe, Le chenille et Le souris, ou quand les animaux changent de sexe », in Les-Cahiers-de-l’ILCEA 6, Grenoble, Université de Grenoble, p. 133-149.

Baron, Dennis E., 1986, Grammar and Gender, New Haven, Yale University Press.

Carnie, Andrew, 2002, Syntax: A Generative Introduction, Malden, Blackwell.

Carroll, Lewis, 1970 [1865], Alice’s Adventures in Wonderland / Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, (édition bilingue), préface, chronologie et bibliographie de Jean Gattégno, traduction d’Henri Parisot, Paris, Aubier-Flammarion.

—, 1992, Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, trad. Jean-Pierre Berman, Paris, Presses Pocket.

Chuquet, Hélène, et Paillard, Michel, 1989, Approche linguistique des problèmes de traduction anglais-français, Paris, Ophrys.

Corbett, Greville G., 1991, Gender, Cambridge, Cambridge University Press.

Cornish, Francis, 1999, Anaphora, Discourse and Understanding: Evidence from English and French, Oxford, Clarendon.

Gardelle, Laure, 2006, Le Genre en anglais moderne (xvie siècle à nos jours) : le système des pronoms, Thèse de doctorat, Université Paris 4 – Sorbonne.

Grosz, Barbara J. et al., 1995, « Centering: A Framework for Modelling the Local Coherence of Discourse », http://ad.ldc.upenn.edu/J/J95/J95-2003.pdf, (site consulté en mars 2007).

Guillemin-Flescher, Jacqueline, 1981, Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction, Gap, Ophrys.

Halliday, M.A.K., et Hassan, Ruqayia, 1976, Cohesion in English, Londres, Longman.

Huddleston, Rodney, et Pullum, Geoffrey K., 2002, The Cambridge Grammar of the English Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Jaubert, Anna (dir.), 2005, Cohésion et cohérence, Lyon, ENS éditions.

Joly, André, 1975, « Toward a Theory of Gender in Modern English », in Studies in English Grammar, Villeneuve d’Ascq, Université Charles-de-Gaulle, Lille 3, p. 229-287.

Kremer, Marion, 1997, Person References and Gender in Translation: A Contrastive Investigation of English and German, Tübingen, Narr.

Kuno, Susumu, 1987, Functional Syntax: Anaphora, Discourse and Empathy, Chicago, University of Chicago Press.

Morel, Michel, 2004, « Alice’s Adventures in Wonderland de traduction en retraduction : la scène énonciative mise à nu », in Palimpsestes 15, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 99-108.

Vinay, Jean-Paul, et Darbelnet, Jean, 1977 [1958], Stylistique comparée du français et de l’anglais : méthode de traduction, Paris, Didier.

Haut de page

Notes

1 On considère comme un cas problématique un énoncé dans lequel une traduction littérale est rendue impossible par le genre employé dans différents pronoms personnels (il s’agit alors de questions de syntaxe, traitées dans la première partie), ou un segment dans lequel la non-prise en compte de la marque de genre dans un pronom personnel du texte source affecte spécifiquement le contenu sémantique global dans le texte d’arrivée (voir la deuxième partie de l’étude).

2 Les numéros de page du texte anglais sont ceux de l’édition bilingue Aubier-Flammarion.

3 Ce cas se produit précisément lorsqu’un pronom ne désigne pas l’élément le plus saillant de l’ensemble des Cf du cotexte gauche. Grosz et al. (ibid.) donnent l’exemple suivant : Susan gave Betty a pet hamster. She reminded her that such hamsters were quite shy. *She told Susan that she really liked that gift. Dans le segment she told Susan, she ne peut référer à Betty car c’est Susan qui constitue l’élément le plus saillant associé au féminin : elle seule était déjà désignée par un pronom sujet dans la phrase précédente.

4 On note au passage que le choix d’un substantif (fermier) introduit un nouveau thème local, auquel est ensuite rapportée la prédication dit… ; de ce fait, comme en 1c, le traducteur ajoute ensuite ce référent dans la subordonnée, via lui, afin de respecter là aussi la hiérarchie au sein des éléments associés au masculin.

5 Le choix d’une relative chez les deux traducteurs s’explique peut-être, en partie au moins, par des préférences syntaxiques différentes en français et en anglais. En effet, comme l’a noté Jacqueline Guillemin-Flescher notamment (1981 : 111-122), les anglophones ont plus fréquemment recours à la coordination, si bien que l’une des propositions coordonnées donne souvent lieu à une traduction sous la forme d’une proposition relative appositive en français. Elle note par exemple ce phénomène même dans un énoncé d’Alice ne faisant pas intervenir le genre : « Alice was not a bit hurt, and she jumped up on to her feet in a moment », traduit ainsi par Parisot : « Alice, qui ne s’était pas fait le moindre mal, se remit sur pied aussitôt. » (Parisot, 1970 : 87, cité par Guillemin-Flescher : 117).

6 L. Carroll, 1994, Les Aventures d’Alice au pays des merveilles ; Ce qu’Alice trouva de l’autre côté du miroir, trad. Jacques Papy, Paris, Gallimard.

7 L. Carroll, 2000, Alice au pays du merveilleux ailleurs, trad. Guy Leclercq, Morlaix, Au bord des continents.

8 À l’exception des quelques noms conflits, tel écrivain appliqué à une femme.

9 Les statistiques obtenues dans la présente étude de cas ne valent donc pas nécessairement à l’échelle de l’ensemble des emplois langagiers.

10 Notons qu’il s’agit du seul énoncé problématique dans lequel le référent n’est pas un animal.

11 it et him sont en italique dans l’original.

12 its n’est bien entendu pas un pronom, mais on l’intègre ici pour mieux percevoir les facteurs à l’œuvre dans le choix du genre dans ce passage.

13 L’analyse de ce passage soulève une question supplémentaire : les différences de genre entre deux référents animaux doivent-elles toujours être rendues ? La réponse, là encore, est négative. Comparons ce passage à deux autres énoncés, produits par un même locuteur, Alice :
I wish I could show you our cat Dinah… she’s such a capital one for catching mice (104)
There is such a nice little dog near our house I should like to show you! … And it’ll fetch things when you throw them, and it’ll sit up and beg for its dinner… (106)
Ici, le genre codé par les pronoms de l’anglais n’exige pas de rendu spécifique car il n’ajoute pas à la représentation des référents. En effet, le féminin est le genre standard employé par un propriétaire pour son animal de sexe féminin, d’autant plus lorsqu’il appelle son chat par son prénom ; de même en 106, show suppose une absence de lien, de communion entre Alice et le référent – l’animal est plutôt perçu comme un spectacle amusant ; it est le pronom standard pour un animal présenté ainsi. Comme le font Parisot et Berman, il suffit donc d’employer dans la traduction française elle pour Dinah et il pour le chiot.

14 Un phénomène similaire apparaît dans un autre passage, cette fois pour le pronom neutre :
a Dormouse was sitting between them, fast asleep, and the other two were using it as a cushion, resting their elbows on it, (177)
un Loir était assis entre eux. Les deux compères appuyaient leurs coudes sur le dormeur comme si c’eût été un coussin, (Parisot, 1970 : 178)
Dans le texte source, it véhicule une représentation du référent comme un être étranger à Alice ; au contraire, le substantif dormeur choisi dans la traduction est généralement appliqué aux humains, donc fait percevoir le loir comme un être du même monde – d’autant plus que la subordonnée d’hypothèse en si rejette l’image du coussin dans l’irréel, alors que Carroll employait as, « en tant que ». Citons encore un cas dans lequel une légère modification de la traduction littérale véhicule une représentation différente de celle du texte source : il s’agit cette fois de la place d’un nom propre :
[she ran out of the house, and found quite a crowd of little animals and birds waiting outside.] The poor little lizard, Bill, was in the middle, being held up by two guinea-pigs, who were giving it something out of a bottle. (136)
Le pauvre petit Bill, le lézard, se trouvait au milieu de l’attroupement, soutenu par deux cochons d’Inde qui lui faisaient boire d’un remède contenu dans un flacon. (Parisot, 1970 : 137)
Bill, le pauvre petit Lézard, était au milieu, maintenu par deux cochons d’Inde qui le faisaient boire dans une bouteille. (Berman, 1992 : 94)
Un large corpus d’énoncés (Gardelle, 2006) montre qu’en anglais, lorsque le syntagme source est constitué du prénom de l’animal, le neutre est exclu, car le choix du prénom implique un sentiment de lien entre locuteur et référent ; si Carroll emploie malgré tout it ici, c’est parce que le prénom est seulement apposé au syntagme the poor little lizard, dans lequel lizard véhicule la représentation principale d’être étranger. Bill est seulement envisagé comme une étiquette convenue dans ce monde (il peut être glosé par « celui qu’on appelle Bill »), et non comme le signifiant donnant directement accès à la catégorie. Il semble que les deux traducteurs, en plaçant Bill dans le premier syntagme et lézard seulement dans l’apposition, inversent cette représentation. Il paraît donc préférable de conserver l’ordre des mots de l’anglais.

15 À l’exception de Huddleston & Pullum (2002) notamment, grammaire cependant postérieure à ces traductions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Gardelle, « Le genre dans Alice in Wonderland / Alice au pays des merveilles: origines et enjeux énonciatifs », Palimpsestes, 21 | 2008, 21-36.

Référence électronique

Laure Gardelle, « Le genre dans Alice in Wonderland / Alice au pays des merveilles: origines et enjeux énonciatifs », Palimpsestes [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 29 juin 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/65 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.65

Haut de page

Auteur

Laure Gardelle

Laure Gardelle est maître de conférences en linguistique anglaise à l’université Lyon 3. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’étude du système pronominal du genre en anglais moderne (xvie siècle à nos jours). Ses recherches portent sur le genre, les pronoms et les reprises anaphoriques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org