Navigation – Plan du site

Sa langue se glissa dans sa bouche

De la traduction des adjectifs possessifs his/her dans le récit érotique
Pier-Pascale Boulanger
p. 109-119

Résumés

S’inscrivant dans le cadre plus large des enjeux liés à la traduction du genre grammatical, l’article propose une étude ponctuelle sur la traduction de l’adjectif possessif de la troisième personne, his/her, dans la narration de récits érotiques. Puisque le possessif en français n’indique pas le genre du possesseur, comment traduire his et her, si courts et efficaces, tout en évitant l’équivoque de son/sa et la lourdeur de la résonance pronominale à lui/à elle ? L’observation d’un corpus érotique anglais et français a révélé diverses stratégies d’écriture servant à propulser le débit narratif dans le but de tenir le lecteur en haleine et le titiller.

Haut de page

Texte intégral

1On sait que le contact des langues peut faire perdre au traducteur ses moyens stylistiques. Ainsi, devant la phrase her tongue slipped into his mouth, on se rend vite compte que son équivalent littéral, sa langue se glissa dans sa bouche, frustre plus qu’il ne séduit le lecteur à cause de l’ambiguïté qu’il produit. Comment prévenir l’équivoque sans tomber dans le piège de la compensation de sa langue à elle et de sa bouche à lui ? Ces maladresses se paient au prix fort du déplaisir du lecteur, refroidi par un tel manque de tact. Nous examinerons la question de savoir comment, dans la narration érotique à la troisième personne, se traduit en français l’adjectif possessif his ou her, si court et efficace, sans semer de confusion.

2À la différence de son équivalent anglais, l’adjectif possessif français n’indique pas le genre du possesseur, mais plutôt le genre grammatical de l’objet possédé, d’où le risque d’équivoque. Se pose donc le problème de narrer autrement, mais aussi vite et bien, qui fait quoi. Le texte érotique se caractérise par l’impératif qui préside à son écriture : éveiller la sensualité du corps lisant. En d’autres termes, la tension érotique dépend directement de la tension narrative, laquelle est générée par un rythme de lecture qui mime l’échange entre les partenaires. Pour produire cet effet, le littérateur anglophone se sert de l’adjectif possessif, dont l’efficacité référentielle propulse le débit narratif. Il peut également créer un tel rythme par le monosyllabisme cadencé des mots. Dans la nouvelle saphique « Under the Boardwalk », par exemple, Nipper Godwin fait jouer ce rythme monosyllabique. Il importe de noter que les trois quarts des mots de certains passages ne comportent qu’une syllabe. Grâce à cette dynamique rythmique, comme c’est le cas dans le segment lips soft and wet and full ci-dessous, le lecteur se laisse porter dans une lecture fluide, de sorte qu’il ne remarque pas la répétition des prénoms, qui pourtant pullulent :

1. Mel lowered her face to Janey’s and kissed her, shyly, just lips at first, then harder, lips soft and wet and full, until finally her tongue slipped out to lick Janey’s [...]
Mel’s mouth was on hers once more, her tongue pushing through Janey’s lips, invading her. Mel’s tongue probed her mouth, danced with her tongue like the writhing teenage bodies in the cool sand [...] (Godwin, 2005 : 30)

3Vite et bien, avons-nous donc qualifié la narration, car la lourdeur stylistique – la précision répétitive du nom du possesseur ou l’alternance litanique entre les pronoms il/elle – risque de freiner le rythme de la lecture et ainsi de nuire à la croissance de la tension érotique. Il en va de même des ambiguïtés sur la nature du possesseur, entraves potentielles au pouvoir d’évocation érotique. Du style cru de Georges Pailler alias Esparbec, dans La Pharmacienne, au récit métaphorique de Mohamed Leftah, dans Demoiselles de Numidie, en passant par une scène érotique ponctuelle du roman Atonement d’Ian McEwan, les littérateurs semblent faire consensus autour de deux principes stylistiques visant l’écriture de la scène érotique : fluidité narrative et clarté descriptive. Il en ressort un effort de synonymie par l’exploitation de réseaux lexicaux variés, entre autres moyens d’éviter la saturation lexicale par la répétition des prénoms ou des pronoms personnels il/elle, rédhibitoire au plaisir de la lecture.

4De la répétition, nous dirons qu’elle s’impose comme l’agent et l’enjeu du genre érotique, en cela qu’elle sous-tend la dynamique rédactionnelle, mais risque de miner sa réalisation. On conçoit bien que l’acte sexuel pour magique qu’il soit n’en demeure pas moins banal et, dans sa mise en écriture, se présente comme un objet extrêmement répétitif. Au fond, le sexe, c’est toujours la même histoire racontée différemment. Pour l’écrivain donc, le risque d’appauvrissement de l’imaginaire est si élevé qu’il doit parfois faire appel public au fantasme. Esparbec et Anaïs Nin y ont effectivement recouru. Le premier a l’habitude de travailler avec une équipe de scripteurs à qui il présente des scénarios alimentés des confessions et des lubies sexuelles tirées des lettres de lecteurs. Nin, quant à elle, ralliait les talents de George Barker, de Harvey Breit, de Caresse Crosby et de Robert Duncan pour combattre l’asphyxie et la monotonie du fait strictement sexuel que son mécène pornophile lui commandait (Nin, 2004 [1969] : xiv). Dans le même ordre d’idées, les recueils homoérotiques, tels que The Mammoth Book of New Gay Erotica et Hot Lesbian Erotica, visent précisément à renouveler les points de vue sur un même thème par la variété et le nombre de nouvelles.

5Faudrait-il présenter les divers degrés du récit, de l’érotique au pornographique, que l’on tomberait dans le travers méthodologique du critère faussement objectif. Au lieu de soulever un débat vaguement fondé entre ce qui relève du texte littéraire érotique, d’une part, et du texte pornographique souvent considéré comme une littérature de deuxième ordre, d’autre part, confions à Anaïs Nin et à Esparbec le soin d’exposer leur visée rédactionnelle et prenons ces deux approches divergentes comme des jalons stylistiques qui marquent le genre érotique. En 1940 Nin a commencé à écrire des nouvelles érotiques pour un mécène, afin d’arrondir ses fins de mois, à raison d’un dollar la page. Le donneur d’ouvrage avait insisté pour que Nin maintînt ses récits dans un registre strictement dénotatif et les truffât de descriptions explicites au détriment de toute approche poétique. Pour elle, cela englobait « emotion, hunger, desire, lust, whims, caprices, personal ties, deeper relationships that change [sex’s] color, flavor, rhythms, intensities » (ibid. : xiii). Exaspérés d’être ainsi privés de poésie, Nin et sa troupe prirent le vieux collectionneur en aversion : « […] how we reviled him, because he almost caused us to take vows of chastity, because what he wanted us to exclude was our own aphrodisiac–poetry » (ibid. : x). Aux antipodes stylistiques, Esparbec contourne toute poésie et traite son lecteur comme un voyeur. Il lui donne à voir par les mots, mais sans métaphore, ni mots d’auteur, ni effets de style, les images pures de la chair. Esparbec résume sa démarche sans détour : « Si le lecteur remarque que le livre est “bien écrit”, c’est raté : il ne regarde plus, il lit. […] L’auteur porno doit s’effacer devant ce qu’il raconte. » (Esparbec, 2003 [2002] : 9)

6Au demeurant, Esparbec, malgré une vingtaine d’années prolifiques dans le métier de pornographe, se demande toujours ce qu’il lui faudrait pour « franchir l’invisible ligne de démarcation qui sépare un écrit pornographique d’un texte littéraire. À partir de quand un texte devient-il littéraire ? » (Esparbec, 2003 [2002] : 270) Et il poursuit : « La complaisance balourde, le ressassement descriptif maniaque qui sont propres à l’écriture pornographique sont-ils à jamais interdits de séjour en littérature ? » (ibid. : 271) Ce doute quant à la possibilité de séparer le texte littéraire du texte pornographique, Jean-Jacques Pauvert le partage, et ce, après avoir longuement réfléchi à la question de savoir ce qu’était exactement un texte érotique. Il a fini par renoncer à sa tentative de définition et a jugé plus utile de s’en remettre à la valeur d’usage d’un texte à une époque donnée. Nous nous placerons donc sous l’invocation de l’introduction à son Anthologie historique des lectures érotiques et avancerons pour tout principe classificatoire, tout à fait subjectif et donné du point de vue du lecteur, qu’est érotique le texte qui émoustille les sens. Nous autorisant de cette valeur d’usage, nous n’hésitons pas à présenter sur le même plan des passages tirés des textes d’Ian McEwan et d’Esparbec, dont le rapprochement aurait paru d’emblée incongru.

7Afin de répondre à la question de savoir comment traduire his/her, nous avons constitué un corpus et y avons observé le processus narratif. Les critères méthodologiques ayant présidé au choix des textes étaient de deux ordres. D’une part, les passages érotiques devaient être narrés à la troisième personne. La raison est simple : lorsque la narration se trouve prise en charge par le personnage principal, qui raconte son histoire à la première personne, l’ambiguïté sur le genre est levée d’office. Effectivement, les adjectifs possessifs en jeu dans ma langue se glissa dans ta/sa bouche n’entraînent aucune équivoque, puisqu’ils marquent distinctement les possesseurs. En contrepartie, on voit la confusion que génère le segment sa langue se glissa dans sa bouche, où les possesseurs sont deux sujets de la troisième personne. Cette voix narrative est celle du narrateur placé en position de voyeur.

8D’autre part, les récits ont été choisis en fonction de trois environnements différents : les textes érotiques unilingues français, les textes homoérotiques unilingues anglais et les textes érotiques traduits de l’anglais au français. La première tranche d’ouvrages révèle les occurrences de son/sa/ses, soit les équivalents littéraux des adjectifs possessifs his/her. La deuxième série d’ouvrages du corpus illustre les moyens utilisés afin de différencier, dans le fil narratif en anglais, le genre des personnages par l’usage de l’adjectif possessif lorsque ceux-ci sont de même sexe. Le dernier volet du corpus permet d’observer les moyens qu’empruntent les traducteurs pour esquiver le piège de l’adjectif possessif ambigu à la troisième personne du singulier. Nous rendrons compte de nos observations en deux temps : d’abord, nous exposerons les manières dont se manifeste le phénomène très précis de l’adjectif possessif dans les ouvrages du corpus. Ensuite, nous élargirons le cadre méthodologique et envisagerons les autres moyens d’exprimer le genre dans le récit érotique et qui sont autant de solutions afin de contourner l’équivoque de l’adjectif possessif.

Manifestations de l’adjectif possessif

9À l’observation des ouvrages unilingues français, il est apparu assez rapidement que l’adjectif possessif utilisé à la troisième personne du singulier, son/sa/ses, n’est ambigu que lorsqu’il se rattache à une chose, telle qu’une partie du corps, qui a fonction de sujet et qui est commune aux deux personnages. Par exemple : « sa main parcourait son dos, pendant que sa bouche s’attardait mollement dans son cou ». Il n’y a dans cet exemple aucun trait sémantique ni marque distributionnelle permettant au lecteur de déduire qui fait quoi, car les deux personnages sont également dotés de mains, d’un dos, d’une bouche et d’un cou. Mais nos collègues chevronnés auront tôt fait de flairer là un faux exemple, et avec raison. À vrai dire, il faut fabriquer de telles phrases de toutes pièces, car elles se présentent très rarement sous la plume des scripteurs, qui, honorant la contrainte stylistique de clarté, évitent habilement de telles chausse-trappes. Nous avons cependant relevé deux occurrences, dans Histoire d’O, où l’adjectif possessif est couplé au procédé de résonance à lui/à elle afin de désambiguïser le possesseur. Les extraits suivants illustrent cette manœuvre :

2a. Le reflet de la lumière sur le lit, qui était faible, puisque le lit était noir, éclairait son corps à elle, non ses gestes à lui. (Réage, 1999 [1954] : 45-46)

2b. [...]elle se retrouva étendue sur le dos, la bouche de René sur sa bouche ; ses deux mains lui plaquaient les épaules sur le lit, cependant que deux autres mains sous ses jarrets lui ouvraient et lui relevaient les jambes. Ses mains à elle, qui étaient sous ses reins […], ses mains furent effleurées par le sexe de l’homme [...]. (Réage, 1999 [1954] : 51)

10Dans l’extrait 2b, six mains occupent l’espace narratif, ce qui vient justifier la nécessité de préciser par résonance ses mains à elle. Parce qu’il vient alourdir le texte, ce couplage est peu fréquent sous la plume des auteurs, qui procèdent autrement pour exprimer le genre. À cet égard, les solutions de rechange ne manquent pas, comme nous le verrons plus loin. Ce n’est donc pas tant l’absence de ressources stylistiques qui agace le traducteur que la contrainte de ne pouvoir jouir de l’adjectif possessif si court et efficace sur le plan rythmique.

11Certes, l’adjectif possessif ambigu est un fait rare dans les textes unilingues français, où le genre est exprimé par d’autres moyens. En revanche, il demeure tout à fait problématique dans la trame narrative des récits homoérotiques en anglais : le fait que les protagonistes soient de même sexe vient neutraliser l’efficacité de l’adjectif possessif à déterminer le possesseur. Par conséquent, devant his/his et her/her, le scripteur est aux prises avec le risque de confusion du possesseur indifférencié. À cet égard, l’extrait 3 est probant :

3. They’ll return to habits soon. For Geoffrey, it will be to lie on his back, with Max kneeling over him with his balls positioned over Geoffrey’s mouth. Geoffrey will suck and lick and look up at Max’s great form: the most beautiful view of a man, Geoffrey thinks. If he’s not careful, Geoffrey will come right then, Max’s hand reaching back to jerk him off. (Quan, 2007 : 39)

12Par mesure de clarté, l’auteur n’a d’autre moyen que de répéter le prénom des personnages. Ainsi, dans ces quelques lignes, les protagonistes sont nommés pas moins de huit fois ! Nuançons, toutefois, cette observation, car la répétition est peut-être un effet de style voulu. Performative, elle exprimerait sur le plan syntaxique ce qui a été amené sur le plan sémantique : « return to habits ». La répétitivité des prénoms traduirait la monotonie des habitudes sexuelles des personnages, dont les rôles sont prévisibles comme des tâches assignées d’avance. Il n’en demeure pas moins que l’auteur du récit homoérotique se trouve contraint d’éviter non seulement l’adjectif possessif his, mais aussi le pronom personnel he, lequel renverrait indistinctement à Geoffrey ou à Max.

13Tournons-nous maintenant vers le corpus de textes traduits, afin d’y observer comment a été évitée l’équivoque de l’adjectif possessif. Deux stratégies de traduction ressortent des exemples : préciser le possesseur en le nommant à l’aide de la préposition de (exemples 4 et 5) et recatégoriser l’adjectif possessif (exemples 6) :

4a. His fingers went everywhere, into her anus, into her sex; his tongue, into her mouth, into her ears. (Nin, 2004 [1969] : 38)

4b. Les doigts d’Antonio étaient partout, dans son anus, dans son sexe ; et sa langue était dans sa bouche, dans ses oreilles. (Commengé, 1981 [1978] : 44)

5a. They were kissing again, her arms were clasped behind his head. (McEwan, 2001 : 136)

5b. Ils s’embrassèrent de nouveau, les bras de Cecilia noués derrière la tête de Robbie. (Belleteste, 2003 : 182)

14Ce procédé semble utilisé avec parcimonie et in extremis, car il alourdit le texte, ce qui saute aux yeux dans la phrase 5b. Quant aux procédés de recatégorisation, ils se réalisent surtout sous le mode de la pronominalisation :

6a. Her bloodwas fired now. By his slowness he seemed to have done this, at last. Her eyes shone brilliantly, her mouth could not leave his body. (Nin, 2004 [1969] : 89)

6b. Elle avait enfin pris feu. Il avait réussi, par sa patience, à réchauffer son sang. Elle avait les yeux brillants et ne pouvait s’arrêter de lécher George sur tout le corps. (Commengé, 1981 [1978] : 85)

15Ainsi, dans la paire d’extraits 6a et 6b, Her blood was fired now devient Elle avait enfin pris feu. Nous nous abstenons de commenter le choix du syntagme prendre feu et tenons à souligner l’économie qui a été réalisée grâce à la transposition de l’adjectif possessif pour en faire un pronom. D’une part, l’équivalent littéral, son sang, aurait entraîné une équivoque, le lecteur ne sachant pas à qui il se rapporte. D’autre part, le recours au procédé de résonance à elle aurait miné la concision de cet énoncé-météore, qui annonce le passage à l’acte sexuel. L’adjectif possessif sera transposé trois autres fois, toujours dans l’extrait 6b, où her eyes/her mouth/his body sont rendus par elle avait les yeux/lécher/George sur tout le corps.

Modulations du genre dans la narration érotique

16Nous avons élargi le cadre méthodologique et avons ausculté un corpus textuel français afin de découvrir comment est évité l’adjectif possessif portant à équivoque. Les solutions recoupent en partie les procédés de traduction que nous venons d’exposer. Nous synthétisons ici, à l’aide de quatre catégories, les manières de moduler le genre dans la narration érotique.

Déictiques

17Dans l’extrait 7, la dynamique du genre se complique du fait qu’il s’agit de deux hommes : Stéphane et Antoine.

7. Celui-ci a des gestes précis et doux, il soulève le tee-shirt de Stéphane qui lève spontanément les bras pour lui faciliter la tâche. Le voici torse nu face à un inconnu qui pose ses lèvres sur son torse, vient lécher ses aisselles, mordre son épaule, serrer entre ses incisives ses bouts de seins dont il n’aurait jamais soupçonné la sensibilité. Un homme qui lui prend le verre des mains et le lui porte à la bouche :
« Bois, je suis sûr que tu as soif. »
Le jeune homme avale une gorgée, Antoine en boit une à son tour, lui retend le verre. Une gorgée l’un, une gorgée l’autre. Quand le verre est presque vide, l’homme penche la tête en arrière et laisse glisser le glaçon dans sa gorge. (Simpère, 2007 : 80)

18La stratégie lexicale pour évoquer les personnages est double. D’une part, l’auteure met en place deux paradigmes : Stéphane, le jeune homme, et Antoine, l’homme. D’autre part, l’auteure recourt aux déictiques démonstratifs et spatiaux celui-ci et le voici.

Dénomination efficace

8. Ils ont choisi un coin isolé, sur une banquette où Noël s’est allongé en fermant les yeux. Marc est venu sur lui et tout doucement l’a caressé en bougeant tout son corps, body-body, full contact, pas une cellule du torse du garçon n’a échappé aux caresses de Marc. Puis Marc a fait se retourner Noël et l’a embrassé de la nuque jusqu’en bas des reins sans se presser [...] (Simpère, 2007 : 157)

19Ici, le genre est exprimé par les prénoms, qui sont évoqués en alternance. Si ce procédé narratif présente l’avantage de faire intervenir chaque personnage sans confusion, en revanche il fait courir le risque de la répétition monotone. La stratégie utilisée par l’auteure consiste à choisir des prénoms courts, comme Marc et Noël, afin d’alléger la structure narrative. Cette affirmation peut être faite sur la base d’un contre-exemple, dans le passage 7, qui met en scène Stéphane et Antoine : des prénoms plus longs, mais utilisés avec modération.

Animisme et métaphore

20L’identité des personnages n’est même plus nécessaire. Pour autant qu’on ait établi d’entrée de jeu qui est engagé dans quoi, au sens physique. Alors, c’est la langue, le doigt, la caresse, le corps qui deviennent les sujets de l’action. Sur le plan grammatical, le recours à l’animisme pour faire travailler les métaphores permet fort efficacement d’éviter l’usage de l’adjectif possessif. Puisque les choses s’autonomisent et deviennent sujets de l’action, elles rompent les liens avec un possesseur. À cet égard, l’extrait 9 est éloquent ; hormis le mot fesse, aucun terme génital n’est utilisé pour relater la sodomie, qui est narrée par une succession de métaphores :

9. Quand la calotte s’engouffra dans la demi-sphère aussi brûlante qu’elle, le Danois émit un bref gémissement et relâcha enfin ses fesses, qui se refermèrent comme les deux pétales sanglants d’une fleur de nuit carnivore. [...] Des gouttes de sueur perlant à son front comme une tiède rosée, il n’était plus, lui le fils des fjords, qu’une pelote de laine chaude que filait une quenouille lourde, antique et apaisante. [...] La main constata que le soc était au plus profond du labour. Elle toucha les magnifiques boules, seules survivantes à l’engloutissement, boules de gui accrochées à un chêne dont il sentit le tremblement. (Leftah, 2006 [1992] : 30-31)

Pronominalisation

21Pour indiquer les changements de sujet dans la narration, la pronominalisation se pose comme un procédé efficace :

10. Il se mit à lui titiller la fente par devant et, de l’autre main, la prit par un sein, pour bien la tenir quand il l’emmancherait d’un coup, jusqu’au cœur, comme s’il l’embrochait. Elle allait avoir la surprise de sa vie, cette mignonne ! Sous sa main il sentait son petit cœur battre violemment ; elle avait quand même peur, pour que son cœur batte si fort, mais elle devait aimer ça. (Esparbec, 2003 [2002] : 186)

22L’extrait 10 illustre le jeu d’alternance entre il et elle. Le fait que ce passage soit environné de dialogues, par ailleurs très nombreux dans La Pharmacienne, nous porte à voir chez Esparbec une attention à l’égard de l’effet corrosif qu’aurait produit une narration entièrement pronominale. Même si ce soin stylistique ne figure pas au nombre des procédés d’écriture que le pornographe expose dans la postface du roman, il s’inscrit, par l’efficacité narrative qu’il permet, dans l’« écriture transparente supprimant tout écran entre le lecteur, réduit à l’état de voyeur, et les scènes décrites » (Esparbec 2003 [2002] : 272). C’est d’ailleurs cette sensibilité à la monotonie narrative et ce souci d’alterner entre les diverses manières d’exprimer le genre des personnages qui ressort comme le dénominateur commun entre tous les textes érotiques que nous avons étudiés. Peut-être le traducteur érotique devrait-il faire de cette alternance sa règle d’or.

23On nous accusera de réduire le texte érotique à sa fonction purement instrumentale ; il n’en demeure pas moins, comme le fait remarquer André Pieyre de Mandiargues, que « les récits érotiques, on le sait, sont généralement prisonniers d’un cadre, d’un système et de règles qui tiennent à leur catégorie. En outre, ils visent à un but assez précis, pour quoi on les achète. » (Pauvert, 1980 : 296) Parce que le récit érotique est réussi lorsqu’il parvient à entraîner le lecteur dans une lecture fluide grâce à son économie et à sa clarté stylistiques, il revient au traducteur de faire sien cet impératif de performativité. Si l’étude ponctuelle à laquelle nous nous sommes prêtée visait de prime abord à cerner la difficulté de traduire le genre grammatical de l’adjectif possessif, elle nous aura amenée, par ricochet, à relever quelques procédés narratifs d’expression du genre dans l’écriture érotique. Les enjeux politiques d’un tel travail tiennent surtout à la mise au jour d’un corpus textuel négligé par les traductologues. Pourtant, il n’y a pas lieu de bouder cet espace littéraire, qui est, avouons-le, fort agréable à parcourir.

Haut de page

Bibliographie

Esparbec, 2003 [2002], La Pharmacienne, Paris, La Musardine, « Lectures amoureuses ».

Godwin, Nipper, 2005, « Under the Boardwalk », in Taormino, Tristan (ed.), Hot Lesbian Erotica, San Francisco, Cleis Press, p. 24-31.

Leftah, Mohamed, 2006 [1992], Demoiselles de Numidie, Paris, La Différence, « Minos ».

McEwan, Ian, 2001, Atonement, Toronto, Alfred A. Knopf Canada.

—, 2003, Expiation, trad. Guillemette Belleteste, Paris, Gallimard, Folio.

Nin, Anaïs, 2004 [1969], Delta of Venus Erotica, New York, Toronto, Harcourt.

—, 1981 [1978], Vénus Erotica, trad. Béatrice Commengé, Paris, Stock, le Livre de Poche.

Pauvert, Jean-Jacques, 1979, Anthologie historique des lectures érotiques. De Guillaume Apollinaire à Philippe Pétain, Paris, Éditions Jean-Claude Simoën.

—, 1980, Anthologie historique des lectures érotiques. De Félix Gouin à Emmanuelle, Paris, Ramsay et Jean-Jacques Pauvert.

Quan, Andy, 2007, « The Best Sex Between Them », in Schimel, Lawrence (ed.), The Mammoth Book of New Gay Erotica, New York, Carol & Graf Publishers, p. 35-42.

Réage, Pauline, 1999 [1954], Histoire d’O, Paris, Jean-Jacques Pauvert, le Livre de Poche.

Simpère, Françoise, 2007, Autres désirs, autres hommes, Paris, Éditions Blanche, « Pocket ».

Haut de page

Annexe

Mentionnons par ailleurs que bien souvent, heureusement, les choses tombent sous le sens. Ainsi, dans l’extrait traduit 4b, la proposition « et sa langue était dans sa bouche, dans ses oreilles » n’est pas ambiguë pour deux raisons. Sur le plan de la progression narrative, le lecteur continue d’attribuer au sujet, Antonio, toutes les actions, puisque rien dans la proposition n’indique l’intervention de l’autre personnage. Sur le plan de la logique, le possesseur de cette langue ne peut pas se la mettre dans l’oreille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pier-Pascale Boulanger, « Sa langue se glissa dans sa bouche », Palimpsestes, 21 | 2008, 109-119.

Référence électronique

Pier-Pascale Boulanger, « Sa langue se glissa dans sa bouche », Palimpsestes [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/76 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.76

Haut de page

Auteur

Pier-Pascale Boulanger

Pier-Pascale Boulanger est professeure adjointe depuis 2005 au département d’études françaises de l’université Concordia, à Montréal, où elle enseigne la traduction commerciale, juridique et littéraire ainsi que les théories de la traduction. Elle a travaillé dix ans à titre de traductrice professionnelle dans le domaine financier et a soutenu sa thèse de doctorat, Les théories postmodernes de la traduction, en 2003. Elle a publié dans la revue Traduction Terminologie Rédaction :« L’épistémologie cinétique de la traduction : catalyseur d’éthique » (17 : 2, 2004) et dans la revue Meta :« Entre la psychanalyse dans la traduction » (à paraître), « Le chaos de la traduction et la traduction du chaos » (51 : 1, 2006) et « L’érotique du traduire » (50 : 4, 2005).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org