Navigation – Plan du site

Présentation

Maryvonne Boisseau
p. 9-12

Texte intégral

Nous remercions Nathalie Ducourroy pour son aide lors de la saisie informatique des premières versions des articles qui composent ce numéro.

1Elles portent des noms barbares (?), savants (?), poétiques (?), ce sera selon l’oreille ou la culture : anadiplose, brachylogie, hyperbate, hendiadyn, ou bien encore épizeuxe, anacoluthe, prosopopée ; on se méprend, on les confond, retenant surtout celles que l’on désigne de vocables plus familiers, les métaphores, métonymies, hypallages et autres figures de répétition, de substitution, périphrases ou ellipses. Il n’en demeure pas moins que la langue, parlée et écrite, use par nécessité vitale de toutes ces figures de style; une langue qui ne déplacerait plus le sens aurait cessé de vivre.

2Les figures de style sont au cœur même de l’activité expressive du sujet énonciateur même si l’érosion, le figement, la fossilisation les rétrogradent doucement au rang de clichés et en exténuent la force première dans l’anonymat ordinaire de la langue. Et pourtant, même banale, une figure de style, ré-appropriée, réactivée, ré-inventée dans un acte d’énonciation colore un discours, réticule en un réseau dont le plissé confère à la signification du texte comme un surcroît de sens. Prise dans le tissu du texte et le flux de la parole, la figure en vient à signifier plus qu’elle-même, elle déborde le périmètre initial de sa forme et dessine une configuration inédite qui donne enfin au texte sa voix et son style. C’est dire si la conception qui en fait un ornement, une fleur de rhétorique, ne suffit pas à rendre compte du potentiel expressif qu’elle cèle. C’est dire aussi qu’inscrite dans l’ondulation du texte et de la parole, elle tire sa force du paradigme qu’elle y fait affleurer.

3La figure de style n’a donc rien d’anodin pour le traducteur qui se trouve confronté au relief du texte, à la polysémie des figures, à leur ambivalence même quand rien, dans la syntaxe et l’organisation de l’énoncé, ne signale la moindre déviance. Il doit évaluer, sans échelle de référence, le poids respectif, dans une langue et dans l’autre, de figures qui ne sont qu’apparemment équivalentes. La figure de style doit donc passer par l’« épreuve de la pesée » et, dans la « balance du traducteur », le souci de l’exactitude, c’est-à-dire de la mise au jour par, et grâce à, la traduction, de la signification profonde du texte, devrait idéalement l’emporter sur la tentation de neutralité, d’arasement ou d’effacement.

4C’est donc une injonction que l’on entendra dans l’infinitif de la proposition « Traduire la figure de style », injonction formulée ainsi par Henri Meschonnic :

35. Le rapport poétique entre un texte et une traduction implique la construction d’une rigueur non composite, caractérisée par sa propre concordance (la concordance a pour limite le caractère syntaxique du lexique) et par la relation du marqué pour le marqué, non marqué pour non marqué, figure pour figure, et non-figure pour non-figure. Cette correspondance théorisée remplace la notion subjective, variable, extensible, de « fidélité », caractéristique justement de l’idéologie esthétisante qu’on vient de définir. Tout ce qui n’est pas cette correspondance ressortit diversement à la poétisation et participe de cette idéologie esthétisante1.

5Il est cependant difficile de ne pas poser le problème de la traductibilité de la figure et, même si l’on veut bien se rendre à cette injonction, celle-ci ne détourne ni de la compréhension de la figure de style dans son histoire et sa filiation rhétorique ni de savoir comment la traduire. Prendre en compte l’historicité de la figure de style peut sembler relever d’une démarche éloignée des difficultés concrètes de la pratique de terrain, pourtant, la décision de traduire ou non la figure de style est indissolublement liée, selon Michael Cronin, au contexte politique d’une période donnée. Remontant à l’Antiquité, il montre la relation, établie explicitement par Quintillien, entre l’art de la traduction et l’éloquence, gage d’éducation et de civilité. De même il établit que dans le contexte de l’Irlande, à l’époque de sa re-conquête par les Tudor, le langage figuré était potentiellement dangereux, et sa traduction était l’occasion de transgressions reçues comme pouvant mettre en péril la construction politique de l’empire.

6C’est de transgression qu’il est aussi question dans l’étude de Maryvonne Boisseau. Expression de l’amour interdit, la métaphore de la flamme dans Phèdre donne lieu à des traductions très diverses malgré le fonds conceptuel communément partagé et véhiculé par cette métaphore ressassée. S’interrogeant sur la genèse de la métaphore et sur les opérations linguistiques qui en permettent l’émergence dans l’original et la langue de traduction, elle montre que sans une compréhension profonde du rythme qui fait advenir la figure, la capacité d’invention du traducteur est prise en défaut. Ce dernier condamne alors le texte d’arrivée au silence métaphorique ou à la neutralité d’une expression sans imagination.

7La banalité même d’une structure extrêmement productive comme le syntagme nominal « a(n) N1 of N2 » pose tout autant problème quand s’y greffe une figure de style. C’est le cas lorsque l’un des deux noms du syntagme, ou bien les deux, sont des métaphores. La relation de repérage qui lie les deux termes est brouillée et, de l’équilibre du rapport quantitatif/qualitatif, dépend alors l’ajustement de la traduction. Joan Bertrand examine, compare et critique deux traductions de quelques exemples extraits du roman de F. S. Fitzgerald, Tender Is the Night, et montre comment la peur du « calque » conduit souvent à des traductions qui ne prennent pas en compte la richesse de la figure générée par la relation inhabituelle entre les termes.

8Henri Suhamy, en stylisticien et praticien de la traduction, démontre lui aussi que le traducteur qui ne se départit pas de ses habitudes scolaires risque de se fourvoyer. Il souligne la difficulté accrue d’un texte où la figure se double d’une allusion ou d’un emprunt à un contexte étranger au lectorat visé par la traduction. Même reconnaissable et reconnu dans le contexte des romans de Walter Scott, Shakespeare est-il toujours Shakespeare ? Comment traduire le détournement de figures ? Gagnent-elles en étrangeté ? Quels problèmes de style leur traduction pose-t-elle ?

9Il faut, en tout cas, traduire les figures de style quand bien même elles résistent. Comparant six des nombreuses traductions du roman d’Emily Brontë, Wuthering Heights, Françoise Thau-Baret défend l’idée que l’arasement, la déformation, la dénaturation des métaphores amputent le texte de sa substance puisqu’elles y dessinent les contours d’un univers fictionnel monstrueux, radicalement autre. Ne pas traduire ces figures reviendrait à dé-figurer le texte car « l’étrangeté qu’elles font surgir [en] manifeste un enjeu essentiel : une formulation de l’altérité ».

10Peut-on aller jusqu’à dire qu’elles sont la présence même de cette altérité, qu’elles la mettent en scène, disant sans dire, formes d’un « mi-dit » qui peut être dissimulation, dédoublement, répétition ? Dans le contexte colonial et dans le mélange des cultures de la société de Trinidad, comme le carnaval, leur fonction est bien politique et la traduction doit retrouver l’impact de leur formulation sans en atténuer la fulgurance. Christine Pagnoulle débusque les sens implicites de la figure et assigne au traducteur la tâche de les laisser entendre dans le non-dit de la langue d’arrivée.

11Mission impossible (?) sans une lecture critique de tout le texte, mais il est clair que la lecture est déjà informée par le souci de la traduction à venir. Elle devient exploration systématique, déconstruction et questionnement de la figure dominante du texte. Dans cette perspective, Anna-Louise Milne voit dans la figure de la personnification un entre-deux aux contours flous, sise entre l’anthropomorphisme et « l’animation de l’inanimé ». La traduction de cette figure joue alors sur son gradient d’indétermination, oscillant d’un pôle à l’autre, sans que ce que la figure « donne à voir » soit jamais certain ni acquis.

12Il semble bien, en effet, que le « relief figural » d’un texte, pour reprendre une expression utilisée par Jean-Pierre Richard, ne puisse être rendu sans une relative incertitude, l’essentiel de l’effort du traducteur étant, dans le cas du roman de Chenjerai Hove traduit par J.-P. Richard lui-même, d’expliquer et de dévoiler le premier récit fondateur de la figure de la répétition.

13Ces deux derniers articles instituent le lecteur-traducteur en critique et font de l’acte de traduire une pratique théorisante qui conduit à effacer la différence entre le texte premier et sa traduction.

14Enjeu politique et culturel, linguistique et stylistique, la figure de style impose ainsi au traducteur de retrouver les processus qui la motivent, elle pose la question des équivalences formelles d’une langue à une autre, elle autonomise chaque effort expressif en sa singularité et libère enfin le potentiel d’invention de chacune des langues invitant in fine le lecteur à tracer dans le texte le chemin de sa propre interprétation.

Haut de page

Notes

1  Henri Meschonnic, 1973, Pour la poétique II, Épistémologie de l’écriture poétique de la traduction, Paris, Gallimard, p. 315-316.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryvonne Boisseau, « Présentation », Palimpsestes, 17 | 2005, 9-12.

Référence électronique

Maryvonne Boisseau, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 17 | 2005, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/776

Haut de page

Auteur

Maryvonne Boisseau

Maryvonne Boisseau est maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 où elle enseigne la traduction. Auteur d’une thèse de linguistique et poésie et de plusieurs articles d’analyse linguistique de textes poétiques et de traductions, sa recherche se situe à l’articulation des domaines de la linguistique, poésie et traduction. Elle est membre des groupes de recherche TRACT et Études irlandaises.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org