Navigation – Plan du site

« Je brûle pour Thésée » Réflexions sur les opérations linguistiques engagées dans la traduction d’une métaphore de Phèdre

Maryvonne Boisseau
p. 25-40

Résumés

La métaphore est souvent perçue comme un fait de style contribuant à distinguer tel ou tel écrivain ou bien expliquée comme une occurrence linguistique particulière caractérisée par un rapprochement inattendu entre une unité lexicale et ce à quoi elle réfère. L’analyse de trois exemples d’une même métaphore (celle de la flamme pour dire la passion amoureuse) extraite de Phèdre, la tragédie de Racine, tentera de dégager les opérations prédicatives et énonciatives de construction du sens, à la fois dans l’original et ses traductions. Un processus parallèle de création dans l’acte d’écriture et de re-création dans l’acte de traduction est ainsi mis en question, les différences entre les traductions révélant peut-être une faille entre imagination et énonciation, à l’origine peut-être des insuffisances de certaines traductions ou de l’impossibilité de prendre en compte l’intégralité du réseau métaphorique sous-jacent à chaque occurrence de la figure.

Haut de page

Texte intégral

1Encore la métaphore… le sujet est vaste et l’intitulé de cette étude qui en précise l’angle d’attaque semble tenir pour acquise sa définition. Chacun croit savoir ce qu’est une métaphore. Il est toutefois nécessaire de préciser selon quelles modalités sera circonscrit ce champ d’étude. Il serait présomptueux, en effet, de prétendre résoudre les problèmes de la traduction de la métaphore en quelques pages. Qui plus est, on ne saurait aborder la question autrement que par l’observation d’exemples qui constitueront nécessairement les limites du champ exploré. Il convient ensuite de situer la question par rapport au problème spécifique de la traduction, et s’il nous faut aussi tenter de proposer une délimitation du terme métaphore, c’est en gardant présente à l’esprit la perspective du passage, c’est-à-dire de la traduction ou de la non-traduction de la figure métaphorique dans une autre langue, ici l’anglais. Le second terme de la proposition qui mérite un rapide examen est le mot opération. Il renvoie, même dans son emploi au singulier, à un ensemble de procédures ordonnées et régulées qui aboutissent à la construction d’un énoncé interprétable. Il convient alors de distinguer les opérations prédicatives qui consistent à mettre en relation les éléments d’un énoncé et les opérations énonciatives qui, en apportant à chacun des éléments mis en relation sa détermination spécifique, reflètent les choix de l’énonciateur. Enfin, notre propos n’est pas de juger de la qualité de telle ou telle traduction mais d’essayer de comprendre ce que le traducteur, qui incarne la nécessaire coïncidence de la co-énonciation et de l’énonciation, a fait, ou n’a pas fait, comment il l’a fait, si tant est qu’on puisse le mettre au jour. L’observation des exemples fera affleurer les difficultés inhérentes au traduire qui amènent le traducteur à adopter des stratégies diverses. Ce sont ces stratégies que nous nous proposons de découvrir.

2Les trois exemples de référence retenus pour cette étude sont extraits de la pièce de Racine Phèdrei, jouée pour la première fois en 1677, et quatre traductions en anglais publiées entre 1947 et 1996. La spécificité du texte, autrement dit son appartenance au genre théâtral et plus spécifiquement à la tragédie classique en vers, n’est pas sans conséquences sur le statut et la fonction de la figure elle-même prise dans le texte et sa représentation sur scène. Par ailleurs, à la double spécificité du genre s’ajoutent la dimension diachronique et les valeurs sémantiques et référentielles des unités de la langue dans un contexte historique et socioculturel évidemment éloigné de nos habitudes. Et si le français du texte de Racine est bien encore le nôtre, son statut de « grand classique » de la littérature, la fluidité et le rythme de l’alexandrin peuvent, dans une certaine mesure, nous le rendre étranger. Cependant, en dépit de cette distance linguistique et historique, la tragédie de Phèdre, le personnage de Phèdre, semblent d’une modernité et d’une actualité saisissantes. Dans une courte introduction à sa propre traduction, Derek Mahon constate que « Phèdre is now considered as a strikingly modern play. The Racinian huis clos seems to anticipate certain modern intensities ».

3La traduction de D. Mahon, publiée en 1996, est à l’origine de la comparaison avec celle de Robert Lowell d’abord, publiée en 1961, dont Mahon disait qu’elle était une « Lowell-isation », puis avec celle de Richard Wilbur, publiée en 1986, dont il s’est sans doute inspiré. Enfin, celle de Robert Henderson, beaucoup plus ancienne, n’a probablement pas servi de référence ni à l’un ni aux autres mais elle mérite néanmoins considération dans le cadre d’une approche comparatiste.

4La signification du texte de Phèdre est portée par tout un réseau de métaphores développées d’un bout à l’autre de la pièce et qui, naturellement, interagissent. Ce sont notamment celle exprimée par le mot sang qui renvoie à la généalogie, la race, la descendance et donc relie le mythe et l’histoire individuelle des héros de la pièce ; celle exprimée par le mot joug qui rappelle les contraintes et les entraves de tous ordres pesant sur les acteurs de la tragédie ; enfin celle du feu, de la flamme, métaphore de l’amour et de la passion amoureuse. C’est donc faire violence au texte de n’en extraire qu’une, celle de la flamme, pour les besoins de cette étude, et surtout de n’en retenir que quelques exemples car, comme a pu le souligner Paul Bensimon, « Chaque métaphore est un élément constitutif du texte littéraire total, et ce texte a une pente métaphorique hors de laquelle la métaphore individuelle perd une partie de sa force, et hors de laquelle on perçoit mal sa participation au processus de signifiance. » (Bensimon, 1990 : 83)

5De façon générale, on peut considérer que cette métaphore de la flamme dérive d’une prédication correspondant à la forme canonique de la figure, celle qui constitue le dénominateur commun aux nombreuses définitions de la métaphore, à savoir, l’amour est un feu, l’amour est une flamme. Le glissement de feu à flamme, ou l’inverse, relève, à l’intérieur de la métaphore, d’une modulation de type métonymique introduisant une variation vraisemblablement sans grande incidence sur le fond du problème, comme dans cet exemple :

Vivez, vous n’avez plus de reproche à vous faire.
Votre flamme devient une flamme ordinaire.
Thésée en expirant vient de rompre les nœuds
Qui faisaient tout le crime et l’horreur de vos feux. (Œnone, I, v, 349-352)

6La métaphore elle-même, « figée », vieillie, ne suscite plus, désormais, aucun étonnement et, dans un contexte contemporain, elle se teinte surtout d’humour et d’ironie s’il nous arrive d’y recourir. Or, dans la pièce de Racine, son omniprésence réussit presque à faire oublier qu’elle est un trope ; elle devient, dans sa représentation linguistique même, l’amour ou la passion. Ce phénomène, pour ainsi dire, d’osmose linguistique entre le terme métaphorique et ce dont il est la métaphore, va plus loin que la simple substitution puisque la plupart du temps, l’emploi du mot amour ou passion en lieu et place des mots feu ou flammeii ne pourrait se faire, ce qui ne veut pas dire que ces mots sont pour autant exclus du contexte. On les trouve, comme dans ces exemples, accompagnant parfois explicitement la métaphore :

Dieux ! que dira le Roi ? Quel funeste poison
L’amour a répandu sur toute sa maison !
Moi-même, plein d’un feu que sa haine réprouve,
Quel il m’a vu jadis, et quel il me retrouve ! (Hippolyte, III, vi, 991-994)
Seigneur, souvenez-vous des plaintes de la Reine.
Un amour criminel causa toute sa haine. (Œnone, IV, i, 1029-1030)
Et ce feu dans Trézène a donc recommencé ? (Thésée, IV, i, 1031)

7ce qui peut-être en atténue l’effet ou la portéeiii. Certains voient dans cette présence conjointe du terme propre et du pivot, ou foyeriv, une figure un peu différente qui est celle de l’allégorismev. Sans doute y a-t-il là une autre difficulté qui est alors celle de la reconnaissance de la métaphore et de ses relations avec d’autres tropes. En tout cas, cela suppose de conserver l’opposition « sens propre » et « sens figuré », distinction traditionnelle sur laquelle repose la définition la plus courante de la métaphore. Enfin, et cela de façon générale, l’extension sémantique des mots feu ou flamme dans leurs emplois métaphoriques déborde largement le concept d’amour ou de passion amoureuse puisqu’elle englobe tous les élans passionnés, de l’imprudence à la colère en passant par le courage, le zèle ou le génie. Dire de quelqu’un qu’il est « tout feu tout flamme » ne veut pas forcément dire qu’il est amoureux mais bien plutôt qu’il s’emporte ou s’enthousiasme facilement. La « normalité » de cette métaphore établie conduit alors à en faire une structure conceptuelle partagée par tout un chacun, dont l’expression linguistique peut varier sans que le fond en soit véritablement modifié (comme, par exemple, dans le passage de feu à flamme mentionné supra). Comme l’écrit Michele Prandi :

[…] les concepts métaphoriques qui structurent notre expérience sont compatibles chacun avec un éventail d’expressions différentes qui les modulent indéfiniment sans en bouleverser la structure de fond. Si nous sommes prêts à accepter comme cohérente l’idée que l’amour est une flamme, par exemple, nous sommes tout aussi prêts à accepter qu’il est ardent, qu’il chauffe ou même qu’il brûle, qu’il peut être nourri ou étouffé, qu’il s’allume et qu’il s’éteint. (Prandi, 2002 : 8)

8Vue sous cet angle cognitiviste, la métaphore, ou plutôt le concept métaphorique, constitue un ensemble cohérent et pratiquement autonome de propriétés pré-formatées. Or, il semble difficile de séparer la structure métaphorique de l’acte individuel d’énonciation qui lui confère à la fois son statut de figure et sa singularitévi. Chaque occurrence de la métaphore n’est donc pas la répétition d’un schéma préétabli mais la remise en cause des propriétés qui la constituent. C’est là que peut s’opérer un rapprochement avec les concepts métalinguistiques de « notion » et de « domaine notionnel », termes centraux dans la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives développée par Antoine Culioli. La notion est ce « faisceau de propriétés physico-culturelles que nous appréhendons à travers notre activité énonciative de production et de compréhension d’énoncés » (Culioli, 2000b : 9), ce qui implique qu’elle n’est pas donnée mais construite dans l’acte d’énonciation et seulement imparfaitement accessible à travers les opérations prédicatives et énonciatives qui structurent notre activité langagière. En détournant le concept métaphorique d’une visée strictement cognitive pour le rapprocher de la notion, nous nous plaçons alors résolument du côté de la construction du trope plutôt que du côté de sa définition ou de son interprétation, autrement dit du côté des conditions linguistiques de son émergence et de sa mise en forme dans le discours tel qu’il apparaît dans l’original et dans sa ou ses traduction(s). La figure, pour en proposer une délimitation minimale, serait alors, dans sa configuration et son insertion dans un contexte donné, une instanciation particulière, souvent condenséevii, d’une notion, la notion représentée ici par les mots amour et passion. Le processus de production-reconnaissance étant double et réversible, peut-on dire alors qu’une même procédure, qu’un même enchaînement d’opérations, se déploie, ou se déplie, dans une langue et dans l’autre ? Et si le processus de construction est parallèle, comment expliquer, en particulier dans le cas d’une structure conceptuelle partagée par des locuteurs ne parlant pas la même langue, les réalisations décalées ?

9L’observation et l’analyse de quelques exemples nous permettra peut-être d’y voir plus clair. Prenons un premier exemple :

Il veut avec leur sœur ensevelir leur nom
Et que jusqu’au tombeau soumise à sa tutelle,
Jamais les feux d’Hymen ne s’allument pour elle. (Hippolyte, I, i, 108-110)

10Une prédication complète, sujet, verbe, complément, les feux d’Hymen ne s’allument pour elle, constitue l’énoncé métaphorique. L’élément porteur de la métaphore est le syntagme nominal les feux d’Hymen, terme de départ de la prédication. À l’intérieur de ce syntagme, ce qu’on appelle traditionnellement le complément du nom est l’élément repère, autrement dit, feux est repéré par rapport à Hymen. Cette première opération n’est pas neutre car elle vient délimiter qualitativement le terme repéré. En effet, le terme hymen est ici pris dans sa valeur notionnelle : l’absence de déterminant signale qu’on intègre la totalité indissociable des valeurs amour-mariage dans sa relation avec feux. Une substitution par l’un ou l’autre de ces deux termes ne rendrait qu’incomplètement compte des valeurs véhiculées par le mot hymen (« les feux de l’amour » est un énoncé possible mais n’implique pas le mariage, « les feux du mariage », plus incongru, n’implique pas nécessairement l’amour). S’ajoute une autre valeur, signalée par la majuscule, également rappelée par l’absence de déterminant, celle de « sacré » puisque Hymen était chez les Grecs le dieu du mariage, représenté par un jeune homme portant une torche et un voile. Ainsi, le référent immédiat du mot feu s’efface et la notion à laquelle il renvoie se laisse contaminer, ou plutôt moduler, par les valeurs du terme repère. Trois opérations de repérage, filtrage, et transfert de valeurs aboutissent à la construction d’une notion dite métaphorique, provisoirement stabilisée dans ce contexte. C’est cette notion-là qui est à son tour mise en relation et repérée par rapport à un second terme qui est le pronom elle dont le référent est Aricie. Le prédicat allument assure la cohésion sémantique de la relation puisqu’il appartient au paradigme de la notion « feu ». L’énoncé métaphorique est ainsi valide et validé. Que se passe-t-il alors dans les traductions ?

11Trois des traducteurs (DM, RL, RWviii) ont effectué une transposition adjectivale, un seul a conservé la structuration du groupe nominal. Trois des traducteurs (DM, RH, RL) ont conservé l’ordre des repérages, un seul (RW) a déplacé le repère énonciatif pour elle en l’antéposant. Enfin, un traducteur (DM) a désarticulé les propositions et les termes puisque la prédication se trouve réduite à une phrase nominale No nuptial fires for her. Mais les mêmes opérations que celles exposées précédemment ont-elles conduit à ces structurations-là ?

12Si l’on s’en tient aux repérages, la réponse est sans doute affirmative. Les syntagmes nominaux Adjectif + Nom sont le résultat de prédications sous-jacentes où les propriétés « nuptial » ou « bridal » sont attribuées à l’élément repéré fires. L’effacement de la copule (que l’on réintroduit dans la prédication sous-jacente) conduit à un ré-agencement qui met en valeur le terme-repère. Ce dernier (l’adjectif) vient alors re-qualifier le terme repéré, lui confère une extension nouvelle et par conséquent sa valeur métaphorique. Par contre, les opérations de filtrage, qui déterminent à certains égards le transfert de valeurs d’un terme sur l’autre, semblent différentes, non pas dans leur principe opératoire, mais dans la perception des valeurs elles-mêmes. Ainsi, trois traductions privilégient le mot torch aux dépens du mot fires, ce qui semble indiquer que la valeur que nous représentons par le mot mariage/hymen (valeur inscrite dans le contexte de la mythologie grecque) l’emporte sur la valeur véhiculée par le mot amour. Par ailleurs, ce glissement métonymique oriente la lecture de la figure vers l’allégorisme puisque le potentiel de la notion « fire », permettant le va-et-vient entre les valeurs métaphoriques et les valeurs non métaphoriquesix, se trouve restreint par le choix du mot torch qui renvoie alors à un symbole, accentuant le figement de la métaphore. L’interprétation symbolique est encore accentuée dans la traduction de R. Henderson, à la lecture du moins, par la présence de la majuscule sur le mot Hymen, nom propre sacralisant la notion reconstruite dans sa relation au dieu du mariage.

13Les phénomènes syntaxiques d’articulation différente ou de dés-articulation nous semblent relever d’opérations de structuration d’une autre nature qui seraient à relier au rythme des vers, manifestation visible et audible, dans une langue et dans l’autre, des stratégies énonciativesx. Dans le texte de Racine, l’apparition de l’énoncé métaphorique est retardée pour rendre la sentence lourde et pesante. Ce poids est sans doute rendu dans les différentes traductions soit par le caractère brutal de la phrase nominale détachée dans la traduction de D. Mahon, soit par l’enjambement qui place le syntagme métaphorique en début de vers dans celle de R. Lowell, soit encore par la reprise des valeurs d’injonction contenues dans le verbe de volonté want par les modaux may (RH) et shall (RW). Les seuls déplacements syntaxiques (position des syntagmes dans l’énoncé) ou sémantiques (transfert de valeurs) ne suffisent cependant pas à traduire ce que le rythme du français véhicule. En effet, le passage d’une expression négative inscrite dans la durée en français et portant sur la relation prédicative à une négation absolue portant sur le syntagme nominal en anglais dans trois des traductions est le résultat d’un travail en profondeur sur les valeurs qualitatives et quantitatives de l’énoncé tout entier. Ainsi, l’acte traductif privilégie d’un côté la théâtralité du discours et un registre de langue parlée, de l’autre une mise en forme de la langue plus élaborée, au rythme lié et articulé de la prédication, sans renoncer pour autant au caractère inéluctable et définitif de la sanction, exprimé par l’adverbe négatif never. En d’autres termes, nous pourrions dire que deux traductions privilégient l’occurrence de l’énoncé métaphorique dans l’immédiateté de la représentation théâtrale, tandis que les deux autres, syntaxiquement plus proches de l’original, l’inscrivent dans une durée qui semble déborder la seule représentation sur scène.

14Ces diverses opérations de déplacement syntaxiques et sémantiques, motivées par des contraintes rythmiques, font néanmoins partie intégrante du processus dont nous séparons, par commodité, les étapes sans préjuger de l’ordre de leur enchaînement. Il se pourrait bien en effet que ces dernières opérations, disons rythmiques pour simplifier, déclenchent, de manière plus ou moins consciente, les autres opérationsxi. Toujours est-il que le concept métaphorique est traduit, a minima peut-être, mais traduit tout de même. Nous désignerons cette traduction minimale de traduction neutre.

15Prenons maintenant un second exemple :

Chargés d’un feu secret, vos yeux s’appesantissent.
Il n’en faut point douter : vous aimez, vous brûlez ;
Vous périssez d’un mal que vous dissimulez. (Théramène, I, i, 134-136)

16C’est le verbe brûler, unité lexicale porteuse de la métaphore, qui retiendra notre attention. Toute l’importance de la révélation aux yeux de Théramène de l’amour d’Hippolyte pour Aricie est là, dans le choix de ce verbe employé absolument, sans complément ni direct ni indirect explicitement exprimé. Sa position à la fin du vers et sa juxtaposition au terme dont il est la métaphore créent un effet de gradation et d’intensification qui nous transporte à la fois dans le sentiment d’inquiétude, plutôt que de surprise, ressenti par Théramène et le haut degré de l’amour qu’Hippolyte, lui qui s’interdisait d’aimer, éprouve. La valeur d’indétermination du présent simple confirme cette plénitude qualitative de la notion exprimée, ce « haut degré » dont parle Culioli. Hippolyte est, comme Phèdre, embrasé, pris de passion. Le présent simple construit alors cette propriété qu’il va, d’une manière différente de Phèdre, incarner lui aussi. L’opération de repérage à valeur d’identification et le filtrage de la valeur notionnelle transférée sur le support vous, répété deux fois, donc prosodiquement très présent, dans des structures rythmiques égales et parallèles (1, 2, 3 / 1, 2, 3) permettent de construire cet énoncé métaphorique. Le rythme lui-même est assurément une composante essentielle de cet énoncé qui illustre parfaitement le principe d’équivalence et sa projection sur l’axe de la combinaison cher à Roman Jakobsonxii. La réitération du pronom, la récurrence du phonème /e/ dans les assonances, les rimes internes et finales, la symétrie grammaticale et l’équilibre des hémistiches, tout concourt au dynamisme de la séquence. C’est la symétrie même et la mise en relief maximale du verbe brûlez en fin de vers qui rend l’effet de gradation palpable jusqu’à l’actualisation de la métaphore in praesentia. Alors, sa mise en équation avec aimez crée un effet de défamiliarisation, recentrant le message sur lui-mêmexiii.

17Les traductions reflètent-elles cette puissance de l’alexandrin ? Est-il possible de traduire la métaphore en la transposant dans un autre rythme ? L’opération effectuée dans la première (DM), n’est qu’une simple prédication de la propriété « in love » et vient alors constater un état. On retrouve la valeur d’identification mais on perd le mouvement de gradation à l’intérieur même de la notion. Se construit une occurrence où les valeurs quantitative et qualitative s’équilibrent, ou bien se neutralisent, dans un processus qui « arase » la figure en ne recourant qu’à « l’analogue régressif » du terme métaphorique, c’est-à-dire que le processus la remet au niveau du discours « ordinaire »xiv. La seconde traduction (RH), ne filtre que le point de vue de Théramène et semble refuser de prendre en compte l’évidence en modifiant la modalité même de l’énoncé. Même si la question Can I then doubt your love? n’est que rhétorique, la validation de la relation prédicative n’en est pas moins suspendue et, dans ce suspens, la métaphore n’a plus de raison d’être. C’est sans doute un degré de plus dans l’arasement de la figure, la modalité interrogative ne compensant pas l’effacement de la notion incarnée en français par « brûler ». La figure s’absente de la traduction. Nous parlerons dans ce cas de silence métaphorique.

18La troisième traduction (RL) nous ramène, quant à elle, au cœur de la notion et à l’intensité du constat fait par Théramène, nous faisant même entrevoir les conséquences de la situation : You’re in love; you burn. Flames, flames. Les structures relationnelles de prédication de propriété sont les mêmes qu’en français mais la construction de l’occurrence « you burn », parce qu’elle est à la fois qualitative et quantitative dans la mesure où elle est aussi repérée par rapport à la situation, ne semble pas suffire à traduire le « haut degré » et R. Lowell introduit l’effet de gradation par une figure dans la figure, précisément une métalepse, en jouant sur l’effet prosodique provoqué par la répétition du nom flames au pluriel. Cette marque d’indétermination signale un renvoi à la notion elle-même sans rien retrancher des valeurs possibles. L’ajout redondant de flames participe alors à la construction et à la reconnaissance du « haut degré » à égalité avec le verbe burn puisqu’au niveau notionnel, la distinction grammaticale entre nom et verbe n’est pas pertinente. Les items lexicaux ne sont catégorisés que par rapport à leurs emplois en discours. Les opérations de filtrage et l’élan rythmique ont donc amené R. Lowell à privilégier l’emphase et, à l’inverse du silence métaphorique de la traduction précédente, nous pourrions parler ici d’excès métaphoriquexv, qui serait un cas de sur-traduction.

19La dernière traduction (RW), nous ramène sur terre pour ainsi dire. Les propriétés filtrées sont des propriétés incidentes, celles qui disent les symptômes et les conséquences physiques de la passion amoureuse perçue comme une maladie du corps et de l’âme, et ce sont ces propriétés, « sick with love », et l’objet du sentiment, « wasting passion », qui sont déplacés au premier plan. La contraction réunit le sujet et la copule en un seul signe sonore tandis que se détachent les syllabes de l’expression sick with love. L’enjambement place l’objet A wasting passion à l’initiale du vers en parallèle avec le sujet A secret fire deux vers plus haut, marquant ainsi l’équivalence des deux expressions. La traduction, semble-t-il, opère là encore un déplacement, dont la conséquence une fois de plus est l’arasement de la figure et, dans une certaine mesure, la restriction de son potentiel interprétatif, à moins qu’il ne s’agisse d’un recentrage sur le secret dévoilé, devenu visible.

20Le dernier exemple proposé à l’analyse a été retenu parce que c’est Phèdre qui parle, Phèdre qui, embrasée par les feux de la passion amoureuse, devient elle-même flamme, métaphore vive de l’amour interdit, de l’amour criminel :

J’ai conçu pour mon crime une juste terreur ;
J’ai pris la vie en haine, et ma flamme en horreur.
Je voulais en mourant prendre soin de ma gloire,
Et dérober au jour une flamme si noire :
Je n’ai pu soutenir tes larmes, tes combats ;
Je t’ai tout avoué ; (Phèdre, I, iii, 307-312)

21Dans les six vers cités, le mot flamme qui se substitue au mot amour apparaît deux fois. À première vue, on peut considérer qu’il s’agit d’une métaphore in absentia, celle que G. Genette appelle « assimilation non motivée sans comparéxvi ». Que le terme métaphorique se substitue au terme propre est ici indéniable mais les opérations de repérage et les mécanismes linguistiques que ces dernières révèlent montrent que les choses ne sont pas aussi simples que cela. Dans les deux cas, le syntagme nominal métaphorique est complément d’objet d’un verbe dans une prédication simple d’abord, j’ai pris ma flamme en horreur, dans une prédication enchâssée dans le second cas, j’ai voulu dérober au jour une flamme si noire. Pour simplifier, nous dirons que dans les deux cas un terme (a) je est repéré par rapport à un terme (b) ma flamme / une flamme si noire. Encore une fois le terme métaphorique se trouve être le repère énonciatif de l’énoncé, localisé par rapport à un je dont la présence se fait sentir à chaque vers. Il est le premier mot de cinq vers sur six, présence de plus en plus appuyée, visuellement de j’ à la forme pleine je, dans une économie sonore subtilement orchestrée : j’ai, j’ai, je n’ai, je t’ai. Il est aussi présent dans le quatrième vers, au cœur même du vers, dérobé, mais bien là pourtant. Tous les je convergent en effet en direction de ce mot central jour qui est l’image même de ce je dilaté dans les quatre lettres du mot. Si l’on se risque maintenant à substituer mentalement je à jour, on juxtapose le repéré et son repère dont les propriétés respectives sont alors mutuellement transférées de l’un à l’autre. Et l’impensable est là, l’intraduisible, dirions-nous même, dans cette collision, dans cet oxymore, « je/jour, flamme noire », figure extrême de la métaphorexvii. D’un point de vue rhétorique, ou linguistique, cette configuration, dérobée aux regards, reconstruite et imaginée si on est attentif aux repérages, à la syntaxe et à la prosodie, nous entraîne vers le « haut degré » de la métaphore, comme si la figure se dépassait elle-même. Les opérations de repérage, filtrage, transfert et motivation rythmique sont donc intimement imbriquées dans la construction de cette métaphore apparemment si banale qui, néanmoins, retrouve la force d’une métaphore vive si on la saisit dans la complexité de ses relations avec le contexte aux niveaux notionnel, prédicatif et énonciatif.

22Dans un souci de rigueur et d’objectivité, nous avons tenté d’observer, d’analyser et de comprendre le passage d’une langue à l’autre sans porter un jugement sur les traductions proposées, mais il semble presque impossible d’y échapper ici tant il est difficile d’atteindre la poésie de ces quelques vers. En effet, seules les traductions du deuxième syntagme, une flamme si noire, tentent d’en rendre l’effet en jouant soit sur les possibilités allitératives dark devotion, soit sur les rimes internes ou visuelles my gloomy frenzy, soit encore sur la force notionnelle d’un groupe nominal sans détermination restrictive : Ø guilty passion, ou même sur la traduction littérale so dark a flamexviii. Aucune proposition ne s’approche du jeu prosodique induit par la répétition du pronom je et le glissement de je à jour. Il y aurait aussi beaucoup à dire sur les choix lexicaux et la détermination des syntagmes nominaux et, si les énoncés traduits sont bien le résultat des mêmes opérations précédemment décrites, les lacunes ou les insuffisances révèlent peut-être un défaut d’imagination, au sens où Ricœur l’entend de « compétence »xix créatrice permettant la compréhension, l’interprétation et la restructuration de l’original dans une autre langue.

23L’application d’un processus de construction notionnelle, enchaînement régulé d’opérations prédicatives et énonciatives, à la structuration de l’énoncé métaphorique et à sa reconstruction dans un autre système linguistique par le biais de la traduction, permet de mettre au jour les procédures de transfert ainsi que la reconnaissance des valeurs référentielles acquises. Les potentialités interprétatives sont reflétées par les écarts entre les différentes traductions, écarts qui se justifient, entre autres raisons, par une rythmique différente et les difficultés de l’opération de filtrage. Cette opération, difficilement formalisable, repose en partie sur l’imagination qui permet à l’activité langagière de se déployer en tant qu’activité de représentation, référenciation et régulation. Pour le traducteur, co-énonciateur et énonciateur, énonciateur et co-énonciateur, elle nécessite, d’un côté, la reconnaissance la plus fine et la plus complète possible de l’énoncé de départ et de son contexte et, d’un autre côté, la mobilisation audacieuse des ressources de sa langue, langue de traduction. Les systèmes linguistiques ne peuvent se superposer ni se calquer, ce qui inévitablement génère des décalages et nous amène à répertorier différentes modalités du « traduire », qui relèvent principalement du déplacement. En ce qui concerne la figure en question, elles vont du silence métaphorique à l’excès, en passant par la neutralité et l’arasement. Toutefois, l’analyse ne peut que mettre en parallèle, elle ne permet pas vraiment d’accéder, comme le montre le dernier exemple analysé, à ce qui se passe « entre », dans cet entre-deux-langues qui nous renvoie au langage lui-même et, dans le même temps, à l’inadéquation relative de nos langues, inadéquation, somme toute et malgré tout, riche de potentialités.

Haut de page

Bibliographie

Textes de référence

Racine, Jean, 1965 [1677], Phèdre, Paris, Nouveaux Classiques Larousse.

Henderson, Robert, 1970 [1947], Phaedra, in Masterworks of World Literature (3rd ed.), Vol. II, Calvin Brown et al. (eds.), New York, Holt, Rinehart & Winston.

Lowell, Robert, 1974 [1961], Phaedra, in Continental Edition of World Masterpieces (3rd ed.), Vol. II, Maynard Mach et al. (eds.), New York,
W. W. Norton Co.

Mahon, Derek, 1996, Racine’s Phaedra, Oldcastle, The Gallery Press.

Wilbur, Richard, 1997 [1986], Phaedra, in A Norton Anthology of World Masterpieces, Single Volume Edition, Maynard Mach (ed.), New York,
W. W. Norton Co.

Ouvrages et articles

Bensimon, Paul, 1990, « Ces métaphores vives… La traduction des adjectifs composés métaphoriques », in Palimpsestes n° 2, Paris, PSN, p. 83-108.

Bordas, Éric, 2003, Les Chemins de la métaphore, Paris, P.U.F., coll. « Études littéraires, Recto-Verso ».

Culioli, Antoine, 1990, 2000a et 2000b, Pour une linguistique de l’énonciation, Tomes 1, 2, et 3, Gap, Paris, Ophrys.

Dürrenmatt, Jacques, 2002, La Métaphore, Genève, Champion-Slatkine.

Gréa, Philippe, 2002, « Intégration conceptuelle et métaphore filée », in Langue Française n° 134 : Nouvelles approches de la métaphore, Paris, Larousse.

Jakobson, Roman, 1963, Essais de linguistique générale, Paris, Les Éditions de Minuit.

Molino, Jean, Soublin, Françoise et Tamine, Joëlle, 1979, « Présentation : problèmes de la métaphore », in Langages n° 54 : La métaphore, Paris, Didier-Larousse, p. 5-40.

Molino, Jean et al. (sous la dir. de), Juin 1979, Langages n° 54 : La métaphore, Paris, Didier-Larousse.

De Balibar-Mrabti, Antoinette et Conenna, Mirella (sous la dir. de), Mai 2002, Langue Française n° 134 : Nouvelles approches de la métaphore, Paris, Larousse.

Prandi, Michele, 2002, « La métaphore : de la définition à la typologie », in Langue Française n° 134 : Nouvelles approches de la métaphore, Paris, Larousse, p. 6-20.

Ricœur, Paul, 1975, La Métaphore vive, Paris, Seuil, Points, Essais.

—, 1986, « De l’interprétation », in Du texte à l’action, Essais d’herméneutique II, Paris, Seuil.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryvonne Boisseau, « « Je brûle pour Thésée » Réflexions sur les opérations linguistiques engagées dans la traduction d’une métaphore de Phèdre », Palimpsestes, 17 | 2005, 25-40.

Référence électronique

Maryvonne Boisseau, « « Je brûle pour Thésée » Réflexions sur les opérations linguistiques engagées dans la traduction d’une métaphore de Phèdre », Palimpsestes [En ligne], 17 | 2005, mis en ligne le 23 avril 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/779 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.779

Haut de page

Auteur

Maryvonne Boisseau

Maryvonne Boisseau est maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 où elle enseigne la traduction. Auteur d’une thèse de linguistique et poésie et de plusieurs articles d’analyse linguistique de textes poétiques et de traductions, sa recherche se situe à l’articulation des domaines de la linguistique, poésie et traduction. Elle est membre des groupes de recherche TRACT et Études irlandaises.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org